AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mar 1 Déc - 9:23

Si elle s'était attendu à cette réaction de la part du soigneur, elle se serait bien gardée de demander quoique ce soit à son sujet. Le ton qu'il employait était neutre, au point qu'il semblait lui parler de la pluie et du beau temps.
Ainsi, il donnait le sentiment d'être totalement détaché des histoires de coeur. Mais peut-être était-ce seulement par pudeur, elle n'aurait su le dire.
L'homme l'intriguait c'était une évidence et elle se demanda si elle n'était pas entrain de l'analyser dans le but de mieux en comprendre un autre.
C'était mesquin et elle se mordit la lèvre inférieure à cette idée.
En réalité, elle était si ignorante de ces faits que Kex était pour elle une véritable énigme et elle avait vraiment envie d'en apprendre plus et de comprendre la manière dont il fonctionnait.
Avait-elle fauté en posant cette question ?
Il n'en semblait pas particulièrement affecté même si l'ardeur avec laquelle il trancha les légumes lui fit légèrement peur.

Régulièrement, elle osait un regard du coin de l'oeil mais ne s'attardait jamais, pour ne pas qu'il le remarque. Pourtant, après qu'il eut déposé les légumes dans la marmite fumante, il revint s’asseoir face à elle et elle fut bien contrainte de le regarder même s'il ne s'y attarda pas.

- Je n'ai jamais songé que vous étiez désespéré, commença-t-elle pour se défendre. Ma question n'était que curiosité et elle était inconvenante je vous l'accorde. Pardonnez-moi, j'ai encore du mal à comprendre le fonctionnement de l'autre genre.

Comment pouvait-elle comprendre un homme qui avait fui son propre pays pour vivre dans un territoire aussi hostile ?
Si les habitants des Montagnes étaient aussi chaleureux, c'est parce qu'ils se serraient les coudes pour pouvoir survivre dans ce climat rigoureux et glacial. Sans l'altruisme et l'entraide, Jhaampe ne serait plus depuis longtemps.
Pouvait-elle comprendre cela ? Elle à qui l'on avait tout donné depuis l'enfance ? Son père n'avait pas été jusqu'à la gâter de trop, mais par Eda, elle n'avait jamais manqué de rien. Son assiette avait toujours été remplie, tout comme sa tête dont Glace mettait un point d'honneur à l'instruire.
Elle était loin d'être sotte, seulement encore un peu naïve par un manque cruel d'expérience.
Ne gouttant que peu les jeux de la cours, elle était restée à l'écart et ne faisait que le stricte minimum pour se faire bien voir au château, préférant de loin la solitude de la chasse avec Rousseplume à une après-midi de broderie avec des femmes de bonne compagnie.
Leurs bavardages l'ennuyaient à mourir.

A nouveau elle observa le soigneur tandis qu'il se débarrassait des épluchures et dans l'immédiat, elle ne sut plus quoi dire du tout, ayant à nouveau peur de le mettre mal à l'aise ou pire, de l'ennuyer à tel point qu'il reparte dans la minute.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mar 1 Déc - 11:53

Le fonctionnement de l’autre genre.

Le Baugien se demanda alors ce que cela pouvait bien signifier, au fond, lorsqu’il se débarrassa des épluchures dans un sot qu’il entreprit de vider dehors. La question du mariage ne lui était en réalité pas destinée, songea-t-il. Il s’agissait davantage d’une généralité visant à comprendre ce qui pouvait pousser un homme d’un âge mur à ne pas déjà avoir fondé une famille et être uni avec une femme. Au final, son cas personnel ne l’intéressait probablement pas tant que cela. Ou alors était-ce sa manière de répondre qui avait jeter un froid aussi glacial que celui qui régnait au dehors de la maisonnée de Jordken.

Il s’attabla à nouveau, sa tête reposant sur sa main alors qu’il jouait machinalement avec la lame du couteau, bercé par le crépitement du feu. Sa réponse était certainement responsable de ce léger malaise qui venait de s’instaurer entre eux, elle, se sentant coupable d’avoir posé une question indisctère, lui d’être incapable de mettre les bons mots sur ses sentiments. Il se trouvait nigaud dans cet exercice si particuliers qui consistait à s’ouvrir aux autres et à révéler ce qu’il ressentait. Il n’arrivait jamais à correctement s’exprimer dès lors qu’il s’agissait de sa propre personne, de son propre ressenti. Il se débrouillait plutôt bien lorsqu’il fallait rassurer les autres et les comprendre, mais pour ce qui était de son ressenti, il peinait et avec au final l’impression d’être un idiot. C’était certainement la principale raison qui justifiait le fait qu’il soit seul encore aujourd’hui. Les sentiments avaient une complexité qui lui échappait, et il préférait éviter de se triturer l’esprit à comprendre son prochain. Et puis, y avait-il seulement quelque chose à comprendre.

Il fit non de la tête alors que le couteau roulait entre ses doigts. Manger, dormir, survivre. La vision simpliste de la vie qu’avaient les animaux qu’il soignait lui allait parfaitement. N’était-ce pas pour cela qu’il avait mis sa vie, ses actes entre les mains d’une autre personne. Etre un outil semblait lui aller aussi bien. Ce n’était pas à lui de réfléchir à l’aspect moral d’une exécution. Il lui était ordonné d’agir, voilà tout. Dès qu’il fallait côtoyer quelqu’un, il se rendait compte de la complexité des relations, Ou bien était-ce sa faute, trop accaparé par la compréhension de choses qui n’étaient pas explicables ? Il s’agissait aussi probablement de cela.

Comme un soupir qui vint achever une conclusion redoutée, Kex se détendit alors en posant un regard bien neutre sur la jeune femme. Il n’y avait plus de lueur malicieuse dans ses yeux. Il faisait face à une femme, mère d’un enfant qu’elle aimait. Une femme comme une autre. Qu’elle ait pu fuir son passé, sa famille ou quoi que ce soit ne comptait plus vraiment. Sans qu’elle le sache, la remarque qu’elle fit en suite à sa réponse venait de le déprimer au sujet des femmes. Il ne s’y était jamais intéressé, et cela lui allait très bien car le maigre aperçu qu’il venait d’en avoir n’avait rien d’excitant. Qu’il se sentait niais à ce sujet !

Kex préféra ramener la discussion sur des choses plus futiles, loin de tout ce qui pouvait amener à une réflexion, un souvenir douloureux, ou une remise en question.

- Comment occupez-vous vos journées ici ? Maintenant, vous allez chasser, mais que faites-vous d’autre ? Vous avez d’autres passions ?
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mer 2 Déc - 22:21

Si Acuité le trouva sensiblement perdu dans ses pensées, elle n'en dit rien et souffrit en silence de son renfrognement.
Elle savait que sa question avait jeté une sorte de froid et même s'il avait répondu d'un ton neutre, le soupir qu'il émit en conclusion ne lui disait rien qui vaille. L'espace d'un instant, elle se sentit coupable d'avoir amené une atmosphère moins joviale, avant de se rendre compte que dès le début elle ne l'était pas. L'ambiance était délicate autant que dérangeante et la jeune femme avait depuis le début, l'étrange sentiment qu'un seul mot de travers pouvait faire voler en éclat cette rencontre et cette découverte.          

Elle reporta son attention sur les aspérités de la table en bois, histoire de faire comme si tout était normal, mais intérieurement, elle commençait à se sentir mortifiée. Que dire après cela ? Comment relancer une conversation classique ?

Finalement, son salut vint du soigneur. Sa question cependant la pris au dépourvu. Des passions vraiment ?
Elle prit le temps de la réflexion. Elle n'avait nulle passion en dehors de la fauconnerie, mais cela la reliait directement à la chasse et à des activités peu féminines en réalité. Si la plupart des nobles ou des femmes issues de grandes lignées s'adonnaient à la broderie, la couture ou autres activités créatives, elle n'y avait jamais vu autre chose qu'une corvée.
Elle le regarda, les traits encore fixés par la surprise.

- Je...commença-t-elle en bredouillant légèrement et en jouant avec ses doigts. Je m'occupe d'Espoir, mais quand je serais mieux intégrée, j'aimerais m'occuper de rapaces. Peut-être former quelques faucons. Je sais que ce n'est pas très féminin mais...c'est ce que j'aime.

Elle aurait pu faire beaucoup d'autres choses, mais quitte à changer de vie, alors autant forger la nouvelle avec des éléments nouveaux. Nouvelle vie, nouveaux amis et qui pouvait dire ce qu'elle réserverait ?
Espoir avait le droit de vivre sa vie, mais...elle aussi n'est-ce pas ? Ne l'avait-elle pas mérité ?

- Et vous ? Que faites-vous en dehors de soigner les animaux ? Même si cela doit vous prendre bien du temps.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Ven 4 Déc - 12:14

La jeune femme sembla surprise de sa question, comme s’il était impossible d’être passionné par quelque chose. Il s’agissait pourtant de quelque chose d’anodin, songea-t-il. Kex eut grande peine à comprendre ce que le regard interrogatif qu’elle posait sur lui signifiait. Allait-il lui falloir peser chacune de ses questions pour lui éviter un tel étonnement ? Non pas qu’un échange de regards lui était désagréable, mais l’impression de la déranger risquait rapidement de poindre avec l’envie de déguerpir. Il n’en avait pas envie, mais il préférait éviter de l’importuner.

Kex leva par ailleurs un sourcil, circonspect quant à sa remarque à propos des activités qui pouvait seoir aux femmes. S’il y avait bien un endroit où le sectarisme des attributions n’existait pas, c’était bien ici, au Royaume des Montagnes. Si une personne était en capacité de faire quelque chose, elle avait le devoir de le faire si cela s’avérait nécessaire. Aussi, sa remarque l’étonna-t-il légèrement.

- Vous vous posez trop de questions, Alisel, dit-il d’une voix plus douce, plus posée que précédemment. Si vous aimez faire quelque chose, rien ni personne ne doit vous dicter ce que vous devez faire. Vous aimez vous occuper des rapaces, faites-le. C’est aussi simple que cela. Et ça m’arrangera. Je n’aime pas m’en occuper.

Je suis censé tuer des gens pour Jhaampe, se garda-t-il de répondre lorsqu’elle s’enquit de la manière dont il occupait son temps. Même s’il n’avait encore jamais été utilisé dans ce but, c’était là son véritable rôle et il s’efforçait de toujours être prêt. Il avait préparé des potions, des potions et des poudres dans ce but, et il lisait régulièrement pour en apprendre davantage sur l’histoire des Duchés, des Montagnes et des terres au-delà de telle sorte à être un minimum au courant si des évènements venaient perturber la paisible vie autour de Jhaampe.

- Je travaille les plantes, préféra-t-il dire plutôt que de mentir totalement sur ses activités. Mais les animaux m’accaparent beaucoup, et il m’arrive aussi de soigner les personnes parfois.

Il ajout alors, dans un sourire, autant pour apaiser l’atmosphère qu’avec sincérité :
- Et j’apprends à confectionner un arc désormais. C’est très intéressant. Et j’ai un bon professeur.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Dim 6 Déc - 16:36

Le soigneur avait raison sur bien des points. Certes, elle se posait beaucoup trop de question mais comment pouvait-il en être autrement ?
L'étrangère dans le territoire des neiges pouvait-elle réellement profiter de l’altruisme de ces personnes comme si elle était chez elle ? Non, elle n'aurais jamais osée.
Même si ces gens lui tendaient la main, la jeune blonde savait qu'elle ne pourrait jamais se sentir parfaitement intégrée parmi eux. Trop de différences les séparaient, sans même parler des différences d'éducations.
Pourtant, lorsque Kex prononça les paroles suivantes, le regard de la jeune femme se remit à pétiller, prise d'émotion. Personne ne pouvait lui dicter sa conduite si elle aimait faire une chose plutôt qu'une autre. Ce n'était pas dans ces termes qu'elle avait été éduquée, mais c'était pourtant ce à quoi elle avait toujours aspiré.
Une nouvelle fois, il lui montrait qu'il pouvait la comprendre et si cela la déstabilisait, elle en éprouvait également un certain bonheur dans cet échange.

Il lui donna également l'accord pour l'aider à s'occuper des rapaces et elle ne put résister à lui offrir un sourire radieux en échange, chargé de remerciements.
Elle hocha simplement la tête pour lui indiquer qu'elle s'en chargerait dès qu'il le lui demandera. Elle se mettrait à son service lorsqu'il le souhaiterait.

Ainsi, il possédait également des connaissances en herboristerie. Elle en fut surprise mais surtout, elle resta admirative qu'il puisse accumuler autant de connaissances en si peu d'années. Sa mémoire devait être excellente.
A ses derniers mots, ses joues se teintèrent d'un rose poudré face au compliment qu'il lui faisait.
Elle détourna son regard quelques secondes pour tacher de faire disparaître la chaleur de ses joues.

- C'est certainement parce que ce n'est pas très difficile, répondit-elle dans un sourire gêné, et que vous êtes très attentif.

La jeune femme ignorait comment réagir à ce genre de compliments. On l'avait toujours trouvé jolie, intelligente, vive d'esprit et de mots, mais jamais encore on ne lui avait parlé de ses capacités cachées. Peut-être parce que personne ne les connaissait en dehors de Brun.
L'arc n'avait-il pas été un cadeau pour souligner son art du tir ?
Mais l'objet sacré avait disparu lors de la Guerre, juste après sa capture. Elle se demanda alors si un Chalcédien usait de son bien désormais ?
Durant quelques secondes, dans ses pensées, elle ne put s'empêcher de songer que sa relation s'était achevée comme son arme. Perdue ou brisée. Peut-être devait-elle prendre cela pour un signe ?
Oui, elle avait décidé de rompre avec son passé et devait désormais ne plus songer à ce qui pourrait le lui rappeler.
Lorsqu'elle releva les yeux vers lui, elle afficha un visage avenant, repoussant les ombres de son passé et se racla la gorge doucement.

- Mais l'hiver il n'y a pas vraiment de plantes à trouver n'est-ce pas ? Qu'aimez-vous faire lorsque la neige à tout recouvert ?
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Lun 7 Déc - 21:43

La jeune femme sembla prendre la proposition avec entrain, à en croire le sourire radieux qu’elle lui offrit. Il avait de quoi réchauffer des cœurs par un froid matin d’hiver, pensa-t-il, lui aussi ravi de pouvoir travailler à ses côtés et de se décharger d’un travail qu’il n’aimait pas vraiment. Il ne se sentait à demi coupable étant donné qu’Alisel adorait s’occuper des rapaces.

Lorsqu’il la complimenta, elle se montra capable d’une modestie non feinte. Il fit une moue, dubitatif, car il estimait qu’il était bien plus compliqué de tailler un arc qu’elle ne voulait lui faire croire. Après tout, rien n’est réellement facile. Il s’agit simplement de compétences à acquérir, et s’il lui semblait simple de confectionner un arc, c’était qu’elle était douée d’un certain talent. Toutefois, il se garda bien de dire tout haut le fond de sa pensée car il aurait semblé la courtiser plutôt que de s’exprimer avec sincérité. Elle reconnut en retour qu’il était bon élève et il inclina simplement la tête en remerciement. Peut-être s’agissait-il simplement de politesse, mais le soigneur préférait penser qu’elle aussi ne feignait pas ses compliments.

Alisel lui donna l’impression de se perdre brièvement dans ses pensées, hantée par son passé à un point qui ne pouvait plus échapper au jeune homme. Le Baugien se demanda d’ailleurs ce qui pouvait expliquer une telle préoccupation pour la pousser à tant ressasser des évènements qui, pensait-il, ne pourrait probablement jamais la rattraper ici. Etait-elle aussi bienveillante qu’il le pensait ? Ou bien était-il trop aveuglé par autre chose pour penser objectivement ? Kex préféra mettre de côté ses pensées dans un coin de son esprit et y revenir à un temps plus opportun à la réflexion. Loin d’Alisel.

- En fait, commença-t-il pour la reprendre à propos de ses activités hivernales, il y a bien plus de plantes qui poussent à cette période de l’année qu’on ne le pense. Il y a des perce-neiges, des hellébores. Plein de variétés en réalité. Leur utilité pour l’herboristerie reste toute relative, mais on peut aussi les chercher pour le plaisir comme on peut chasser simplement pour apprécier la poursuite d’une proie sans pour autant l’abattre à la fin.

- Mais en réalité, l’hiver, observer les chutes de neige et apprécier ce lourd manteau blanc me suffit amplement. J’aime bien la neige, mais je ne sais pas expliquer pourquoi, sourit-il sincèrement.

Puis il se leva en désignant le repas qui chauffait dans l’âtre. Le jeune homme contrôla la bonne cuisson de la volaille et des légumes et acquiesça après avoir fait tourner la cuillère de bois dans le récipient. Il serait bientôt prêt. A nouveau, il se frotta les mains avant de les avancer devant le feu pour les réchauffer. De biais, il tourna la tête en direction de la jeune femme et la détailla davantage. Elle semblait à la fois si déterminée et si abattue par moment, c’en était déstabilisant. Comme si deux courants contraires s’affrontaient l’un l’autre sans qu’aucun ne parvienne jamais à prendre le dessus. Le soigneur aurait aimé lui demander ouvertement ce qui pouvait tant la perturber, mais elle aurait ressassé le passé, ce qu’il ne souhaitait pas. Il préférait qu’elle regarde vers son avenir, cela la revigorait bien plus que les fantômes d’un temps aujourd’hui révolu.

- Vous vous plaisez ici ? Vous pensez rester ?
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mar 8 Déc - 10:09

Détourner la conversation sur le soigneur lui paraissait être la solution idéale pour éviter de ressasser. Elle posa son menton dans la paume de sa main, en appuie sur son coude avant de couler un regard sur lui.
C'était agréable de l'écouter parler et encore plus de l'observer, surtout lorsqu'il se mettait à sourire de la sorte.
Ce phénomène sembla contagieux et les lèvres de la jeune femme s'étirèrent également, comme une réponse muette.
Elle aussi aimait la neige, mais peut-être était-ce seulement dû au fait qu'elle connaissait ce paysage par coeur depuis sa plus tendre enfance. Béarns était connu pour son climat froid et pour ses chutes de neiges.
Petite, elle adorait se distraire à la vigilance de Taebryn pour aller jouer dehors. Par Eda, que cet homme avait eu de la patience la concernant. Que pouvait-il bien faire désormais ? Elle espéra secrètement que son père n'eut pas été trop dur avec lui.
Kex se leva en désignant la marmite et Acuité se redressa tout en observant l'homme de dos. La lumière en provenance la cheminée lui apparut subitement très lumineuse et elle songea qu'il était temps d'ajouter des bougies après un rapide coup d'oeil à l'extérieur. La nuit tombait trop vite.

A nouveau, elle croisa son regard et le soutient. Il sembla la détailler et elle n'en prit pas ombrage. Kex semblait se poser maintes questions à son sujet, ce qu'elle pouvait comprendre aisément. Patiente donc, elle attendit qu'il ose, ce qui ne tarda pas à arriver.
Après un sourire, elle se leva à son tour et plaça quelques bougies dans la pièce dont une sur la table.

- Oui, commença-t-elle avant de rire, et oui. Les Montagnes m'ont fait bon accueil et mon fils est né ici, grâce à la bienveillance de ce peuple.

Elle s'avança vers le soigneur et attrapa une petite baguette de bois qu'elle mit au feu pour y capturer une flamme. Elle se détourna alors et entreprit d'allumer une à une les mèches de chaque bougie.

- Je me demandais même...si je ne devrais pas donner un prénom Montagnard à Espoir. Ne serait-ce pas plus logique ? osa-t-elle.

A plus d'un titre à ses yeux. il lui semblait judicieux de nommer son fils ainsi. La première raison qu'elle venait d'indiquer était sincère, mais elle voyait aussi dans ce geste une manière de le camoufler au mieux, au cas où.
Car si un jour on venait à la découvrir, nul lien ne pourrait être établis avec un enfant des Montagnes, d'autant plus que l'enfant ne portait que ces yeux.
Elle revint se placer aux côtés du soigneur, afin de jeter un coup d'oeil à la marmite qui commençait à sentir rudement bon.

- Qu'en pensez-vous ? demanda-t-elle en relevant son visage vers lui et plantant son regard dans le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mar 8 Déc - 23:00

Lorsqu’elle lui révéla vouloir rester faire sa vie et élever son fils ici, à Jhaampe, Kex ressentit un étrange soulagement. Il s’en aperçut et en fut autant étonné au point d’en détourner le regard pour observer les flammes danser dans l’âtre. Il sentit étrangement son cœur s’accélérer lorsqu’elle avança vers lui pour s’occuper de faire un peu de lumière dans la pièce. Sans la suivre des yeux, il la suivit au son de ses pas et des bougies qu’elle allumait.

La question qu’elle posa ensuite remit au premier plan son histoire. Elle souhaitait le faire autant pour honorer le peuple qui les avait tous deux accueillis que pour protéger son fils, il en était désormais certain. Le spectre de son passé la hantait tant désormais que l’assassin ne pouvait plus ignorer ce qui avait pu la pousser à se réfugier aussi loin du Duché de Béarn. Car malgré elle, il continuait de lui dicter sa vie actuelle. Qu’avait-elle fait pour craindre que l’on puisse lui retirer Espoir ?
Elle lui demanda à nouveau son avis et la façon qu’elle adopta pour se planter à ses côtés, le regard brillant de la lueur du feu dans les yeux, ne pouvait lui permettre d’éluder sa question. Quelque part, son instinct lui intimait qu’elle comptait sur lui pour être sincère, au moins.

- Je pense que c’est un bon hommage, et que cela lui facilitera la vie pour vivre avec les autres enfants. Il sera en quelque sorte l’un des leurs, son intégration n’en sera que facilité, répondit-il simplement avant de marquer une pause.
Puis il reprit, plongeant un intense regard dans les grands yeux de la femme aux boucles blondes.

- Mais vous êtes davantage motivée par la crainte que votre passé ne vous rattrape et cet enfant sera plus en sureté s’il n’est pas identifiable comme l’enfant d’une étrangère qui l’élève seule. Votre nom, Alisel, n’est pas votre vrai nom, lâcha-t-il en privilégiant la franchise. Mais au moins, il n’a pas une connotation aussi flagrante que celui de votre fils. Espoir, son nom est très beau, mais le lien avec les Duchés est trop flagrant. Je ne sais pas ce que pouvez craindre, Alisel, mais vous devez tout faire pour protéger votre fils et le garder près de vous.

En faisant part de sa réflexion de son analyse à propos du peu qu’elle avait bien voulu révéler, le soigneur risquait de dévoiler un autre pan de sa personnalité, mais elle implorait presque son aide et il se voyait difficilement, l’intimité de la situation aidant, refuser de lui rendre ce service. Kex préféra par contre ne pas s’étendre davantage sur sa réflexion et la facilité déconcertante qu’aurait un étranger pour l’identifier. Une jeune femme seule, avec un enfant en bas âge, cela ne courrait pas les rues à Jhaampe. Il lui fallait prendre davantage de précautions mais elle restait libre de ses choix et de mener la vie qu’elle désirait. A trop la conseiller, il risquait de l’orienter vers une vie qui n’était pas la sienne. Mais il la savait intelligente, et en ayant été franc avec elle, il se doutait qu’Alisel comprendrait que, malgré elle, elle vivait aujourd’hui dans une certaine insouciance malgré l’inquiétude qui l’habitait. Et il n’y avait pas tant à faire pour qu’elle se mette davantage en sécurité.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mer 9 Déc - 21:21

S'il parut surpris par sa demande, il n'en montra rien. La situation lui apparut subitement étrange et l'atmosphère qui les enveloppait sembla se feutrer comme pour adoucir les prochaines minutes.
Acuité regardait l'homme sans détourner son regard, même lorsque à son tour, il planta ses pupilles dans les siennes. Elle attendait vraiment de lui qu'il donne son avis sincère. Sans savoir pourquoi, elle croyait en lui. L'homme ne faisait pas dans le faux-semblant. Depuis le début, il n'avait pris aucune pincette avec elle et ses paroles sonnaient justes. Ce n'était pas par désespoir qu'elle y accordait de l'importance, mais bien par conviction que Kex pouvait peut-être l'épauler et l'aider ici.
Par leurs origines communes, par leurs passés douloureux et par leur amour de la vie et du travail bien fait, ils avaient finalement beaucoup en commun.

Aussi, lorsqu'il lui répondit enfin, elle se sentit soulagée d'entendre à nouveau, des mots qui faisaient écho à ses propres pensées. Comme il était bon de se sentir comprise.
Mais cette sensation ne fut que de courte durée. Il marqua une pause avant de reprendre en la fixant avec bien plus d'intensité, une intensité qui laissait présager du meilleur comme du pire.
Lorsqu'il déroula son nouveau discours, la jeune femme sentit son corps se raidir et son coeur cesser de battre durant quelques secondes.
Mortifiée, elle resta un moment à le fixer alors qu'un voile de peur passa sur ses traits en une fraction de secondes.
Elle n'avait pas été suffisamment vigilante et il se doutait que son prénom n'était pas le sien. Plus qu'un doute, il l'affirmait même. Elle se demanda s'il pensait la piéger, la contraindre à révéler sa véritable identité, et alla même jusqu'à se dire qu'elle pourrait peut-être essayer de l'artiser pour tenter de semer le trouble dans son esprit.
La peur d'être ainsi découverte, pulsait désormais dans ses veines et avec elle, la volonté inébranlable de protéger Espoir.
Les mots qui suivirent cependant lui firent légèrement hausser un sourcil et le regard de la jeune femme se fit plus dubitatif, plus interrogateur.
A travers sa dernière phrase, elle voyait la promesse qu'il l'aiderait, quoiqu'il puisse arriver.
Ses muscles se détendirent très légèrement et lorsqu'elle prit la parole à son tour, ce ne fut pas la fragile Alisel, rescapée de Guerre qui parla, mais bien Acuité, héritière de Béarns.

- Vous me semblez bien perspicace pour un simple soigneur...lâcha-t-elle d'une voix égale sans le quitter des yeux.

Le silence s'imposa quelques secondes avant qu'elle ne reprenne en se tournant face à feu dans lequel elle laissa son regard vaguer au milieu des flammes.

- Peu importe, nous avons tous deux nos secrets il me semble, murmura-t-elle dans un souffle las.

Tout comme il n'avait pas cherché à en savoir plus à son sujet, mais bien à simplement lui signifier qu'il savait, elle décida de ne pas creuser plus de son côté non plus.
Persuadée qu'ils se respectaient suffisamment pour lui faire un minimum confiance, elle osa se tourner vers lui à nouveau.
Ses mains jointes devant elle, jouaient machinalement avec le tissu de sa robe comme pour calmer les émotions contraires qui l'habitaient.

- Nommez le, donnez lui un nom Chyurda qu'il puisse s'intégrer...au cas où...
Elle n'acheva pas sa phrase. Et s'il remarquait l'humidité qui prenait possession de ses yeux, ce n'était pas de la tristesse ou de la peur, mais une résignation sans faille.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mer 9 Déc - 22:47

Un voile de panique se dessina quelques instants sur son visage doré par les flammes de l’âtre. Son regard s’affola brièvement avant qu’il ne la voit reprendre contenance au fur et à mesure que le jeune homme terminait d’achever ses propos. Le ton, bien plus que les mots, qu’elle employa lui signifia qu’elle n’était pas non plus dupe de son petit jeu. Par son sous-entendu, elle concluait un pacte. Celui d’accepter le voile de mystère qui planait sur l’autre sans jamais vouloir l’en découvrir. Tous deux dansaient en équilibre sur un fil bien fin, mais pourtant, qui lui semblait incroyablement robuste malgré leur méconnaissance l’un de l’autre.

Il la laissa se terrer un instant dans son mutisme, à ruminer il ne savait quoi avant qu’elle ne se tourne à nouveau face à lui, de la même manière, quoi qu’un peu plus embarrassée lui semblait-il, que lorsqu’elle lui avait demandé son avis. La requête lui fit écarquiller les yeux et avoir un léger mouvement de recul de la tête. Ses yeux glissèrent alors sur ses mains, distraites, alors qu’il tiqua à la phrase incomplète.

- Au cas où quoi ?

Cette femme lui semblait à la fois si forte et si fragile, désormais dévouée envers son fils, prête à sacrifier le peu qu’il lui restait pour le sauver de ce qu’elle avait pu fuir. Comment un homme avait-il pu la laisser s’en aller sans tout abandonner pour elle ? Kex serra la machoire en y songeant et posa une main protectrice sur son épaule, faute de pouvoir l'étreindre sans paraître déplacé, alors qu’il devinait des larmes se dessiner au coin de ses yeux brillants.

- Alisel, fit-il avec une voix réconfortante, peu importe comment vous l’appellerez, Espoir restera votre fils. A vous. A personne d’autre. Et rien ne pourra jamais briser ce lien qui vous unit tous les deux. Qu’il porte un nom des Duchés, Chyurda ou d’ailleurs. C’est votre enfant.

Le jeune homme l’observa alors, l’interrogeant du regard pour savoir si, au moins, ses mots avaient pu balayer une partie de ses craintes. Ce n’était pas grand-chose pensa-t-il, mais il pouvait au moins lui apporter un peu de soutien. Et s’il était quasiment certain que cela l’aiderait à rompre avec les liens de son passé, Alisel était la seule capable de faire ce choix. Et qui était-il pour assumer le choix qu’elle lui demandait ?

- C’est à un père, à une mère de nommer son enfant. Pas à un inconnu. Vous lui trouverez un nom au moins aussi joli que celui qu’il porte déjà, j’en suis persuadé, conclut-il dans un chaleureux sourire.

Le cours de confection d’un arc avait pris un curieux tournant, bien plus intime qu’il ne s’y était attendu. Kex préféra mettre cela sur le compte d’un mal du pays, et d’un souhait de se confier, du moins en partie, à quelqu’un qui ne lui était pas aussi étranger que les habitants des Montagnes qu’à son côté engageant. Il n’était d’ailleurs pas reconnu pour son tempérament avenant, mais on lui reconnaissait au moins sa capacité d’écouter. Bizarrement, le soigneur appréciait la discussion qu’il avait avec la jeune femme bien plus qu’il ne voulait se l’avouer. Il s’agissait certainement de la première fois où son avis comptait. C’était triste que cela soit dans un tel contexte fait de craintes et d’incertitude, mais au moins cela comptait. Au moins pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Jeu 10 Déc - 21:35

Elle lu la surprise sur ses traits dans un premier temps. Il faut dire qu'elle s'y attendait quelque peu en lui demandant de baptiser son fils d'un prénom chyurda. Elle inclina légèrement la tête lorsqu'il émit ce délicat mouvement de recul dont elle ne pouvait lui tenir rigueur.
Il reprit la fin de sa phrase comme s'il craignait le sens qu'elle pourrait prendre et elle reporta son regard vers les flammes dansantes qui commençaient à chauffer de trop son visage à la peau pâle.
Au cas où...ces trois mots pouvaient avoir quantité de proposition pour achever une phrase. Au cas où elle meurt, au cas où on la retrouve, au cas où on chercher à lui voler son fils, au cas où...trop de possibilités s'égrainaient dans son esprit et elle rassembla sa concentration pour chasser cette peur suffisamment fourbe pour venir se terrer au plus profond d'elle même.

C'est le contact de la main sur son épaule qui parvint finalement à la tirer de ses sombres pensées, comme on caresse une personne pour l'éveiller du cauchemar auquel il s'est abandonné durant la nuit.
Inconsciemment, elle se raidit de tout son être en sentant le poids de sa paume sur son épaule. Elle ne veut pas être touchée, elle le refuse car ses dernières expériences en la matière sont désagréables voire terrifiantes.
La torture, le fouet, la brûlure de sa chair éclatée, son corps n'a été que souffrance ces derniers mois. Et si la délivrance avait été accueillit comme un don des Dieux, il n'en restait pas moins que cela avait été douloureux pour son corps meurtris.
Les cicatrices de l'arbre qui se dessinait dans son dos désormais était encore vives et rouges, et elle apprenait à vivre avec cette souffrance diffuse et pourtant constante.
Alors non, elle ne pouvait pas laisser quiconque la toucher.

Elle aurait dû le lui dire, lui demander aimablement de retirer sa main. Mais, les mots qu'il prononçait et la chaleur de sa peau qui traversait le tissu de sa robe l'en empêchait. Ce contact devenait alors apaisant et réparateur.
Elle tourna lentement son visage vers cette main et l'observa du coin de l'oeil un moment. Que devait-elle faire ? L'espace d'une seconde, elle aurait bien envie de déposer sa joue sur le dessus de cette main en inclinant simplement la tête, sans bruit, sans mot.
Mais elle se reprit, là encore, elle ne voulait plus sombrer pour un inconnu, cela l'avait déjà perdu une fois.
Et cette fois-ci, sa raison aurait le dessus. Elle était mère à présent et c'était là sa priorité.

- Je ne connais pas de prénom chyurda, murmura-t-elle un sourire triste étirant ses lèvres.

Mais elle ravala ses larmes et releva le menton avec dignité. Espoir était son fils et il le resterait.
Elle osa porter un regard sur Kex et su alors, que sur ce point en tout cas et malgré ce qu'il lui cachait, il serait un précieux allié.
Tout inconnu qu'il était, il semblait tout aussi disposé à protéger l'enfant qu'elle avait mis au monde, par cette même soirée enneigée.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Ven 11 Déc - 16:11

La jeune femme resta silencieuse un long moment après qu’il eut terminé de lui faire part de son avis. Elle lui semblait s’apaiser un peu plus après qu’un voile de panique se soit peint sur ses traits lorsqu’elle eut craint d’avoir été découverte. Par contre, un tumulte semblait encore l’habiter, et au vu du regard qu’elle jeta à la main posée sur son épaule, Kex comprit que le contact physique était probablement de trop. Le Baugien se ravisa et fit glisser ses doigts sur le tissu avec de les ôter totalement. Il feinta de remuer le bouillon de légume avec un ustensile pour qu’aucune nouvelle gêne ne s’ajoute à toutes les raisons qui auraient déjà pu les pousser à mettre fin à leur repas. Celui-ci lui sembla d’ailleurs presque prêt alors qu’Alisel remarquait ne pas connaître suffisamment le Chyurda pour choisir l’autre nom de son enfant.

Malgré la tristesse dans ses yeux, Kex put voir dans le regard qu’elle posa sur lui une lueur brillante. Il n’y avait besoin d’aucun mot pour conclure le pacte qui les unissait désormais. Celui de conserver le secret sur le mystérieux passer de l’autre, et de protéger le lien qui l’attachait à son fils. La soirée avait pris malgré elle une tournure plus pesante qu’il ne l’avait souhaité. L’atmosphère qui s’était instaurée avait poussé la jolie jeune femme à révéler ses peurs à un inconnu et elle pouvait remercier ses dieux d’avoir trouvé un précieux allié. Lui, il espérait ne pas avoir agi trop naïvement, aveuglé par le tendre souvenir d’une femme qui l’avait aimé et protégé pendant tant d’années.

Le jeune homme pinça les lèvres dans un maigre sourire et entreprit de leur servir le repas alors qu’il lui expliquait de quelle manière elle pourrait appeler son fils.

- Il n’y a pas, à proprement parler de liste parmi laquelle choisir un joli nom. Du moment qu’il adopte la sonorité montagnarde, ça fera l’affaire.

- Mais, continua-t-il alors qu’il servait le ragoût et la viande dans deux assiettes creuses en bois, ne vous précipitez pas. La nuit vous portera conseil.

Kex s’installa alors à la table face à elle, les babilles attisées par le fumé du repas. Il n’était pas fin cuisinier, mais au moins ce qu’il avait préparé serait mangeable. Du moins, il l’espérait pour ne pas se ridiculiser. Il prit un couvert et souffla sur le liquide brûlant avec de goûter au ragoût. Ce n’était pas trop mal, mais très chaud. Il mit en garde son hôte et patienta quelques instants avant de continuer, trouvant que la lueur des bougies et du feu dans l’âtre imprégnait à la pièce une atmosphère un peu trop intime à son appréciation.
Mais après une telle discussion, était-il avisé d’essayer de s’en échapper en amenant leur échange sur quelque chose de plus léger au risque de paraître trop détaché de tout ce qui la tourmentait ? Ou bien devait-il l’amener à continuer à partager ses interrogations avec lui ? Il n’en avait aucune idée. C’était bien trop exceptionnel pour qu’il sache de quelle manière réagir. Le silence ne lui allait pas non plus et il redoutait qu’une nouvelle gêne ne s’instaure alors qu’il appréciait sa maigre confidence et qu’elle se repose en partie sur lui pour ce qu’il était ingénieux de faire.

- C’est bon ? demanda-t-il gauchement en sachant que la politesse imposerait à Alisel de ne pas se plaindre de sa cuisine. Kex cligna des yeux et reprit, sans faux semblant, pour s’excuser de ses manières.

- Je ne suis pas habitué à sociabiliser de cette façon. Encore moins à ce qu’on me demande mon avis. Surtout à propos de ce genre de choses. Mais je vous remercie, Alisel. Pour votre invitation et votre considération. C’est agréable, lacha-t-il maladroitement avant de grimacer. Il trouvait sympathique une situation qui devait lui être horrible à vivre. Ce n’était pas franchement très élégant et il préféra lui sourire simplement plutôt que d’essayer de s’excuser avec des paroles qui ne seraient pas adaptées. Encore une fois, parler de lui, de ses sentiments, s’avérait être une véritable épreuve. Mieux valait se concentrer sur la femme aux boucles dorées qui lui faisait face. C’était bien plus charmant.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Dim 13 Déc - 10:05

Ne pas se précipiter, ne pas céder à la panique, ni même à la peur d'une menace qui ne s'était pas encore présentée.
Kex avait raison. Encore une fois, il faisait preuve d'une réflexion calme et posée, comme s'il était capable d'analyser rapidement la situation et de juger de la meilleure solution.
Elle osa un regard dans sa direction, convaincue que l'homme n'était pas un simple soigneur. Sa bienveillance n'avait d'égale que sa façon de penser. Il jugeait aisément d'une situation, comme si son cerveau avait été habitué à réagir ainsi.
Elle aurait pu tenter de l'artiser pour en apprendre plus, mais ils avaient passé un accord muet, de conserver chacun leurs secrets.

Alors, elle hocha simplement la tête à ses propos sur le fait que la nuit lui porterait conseil et l'observa dans des gestes bien plus simples, des gestes du quotidien comme servir deux assiettes de ragoût.
C'était aussi rassurant que déstabilisant pour elle. Ses repas en tête à tête n'avaient lieu qu'avec Jordken quand il pouvait lui consacrer un peu de temps, pas avec cet inconnu rencontré la veille qui attisait sa curiosité et réchauffait son coeur.

Ils s'installèrent à table, face à face et la jeune femme préféra se concentrer sur son assiette plutôt que sur l'homme qui lui faisait face. Elle avait peur de trahir ses émotions, si ses joues rosissaient.
Les premières bouchées s'effectuèrent en silence, jusqu'à ce que Kex ne le rompe d'une question banale, mais qui entre eux prenait une toute autre tournure.
Elle masquait visiblement une gêne entre eux et ses paroles le confirmèrent. La maladresse dont il faisait preuve la fit sourire et elle décida de répondre avec franchise. Pas de faux-semblants ici.

- Ce n'est pas le meilleur plat que j'ai pu déguster mais...commença-t-elle en posant son regard sur lui. Votre compagnie fait la différence. Vous serez toujours le bienvenu ici.

Elle sourit, gênée et les joues roses, avant de plonger le nez dans son assiette et de reprendre une cuillère de bouillon.

- Je dois vous sembler complètement perdue...et déboussolée....Pathétique peut-être. Mais c'est la vérité, ma vie a pris une tournure à laquelle ne je m'attendais pas. Alors oui, j'ai besoin de votre avis, à vous qui semblez si posé et si mature. Je ne saurais pas vous dire pourquoi, nous ne nous connaissons pas mais, j'ai le sentiment que je peux vous faire confiance, que vous êtes le genre de personne discrète sur laquelle on peut compter.

Après un tel aveu, elle ne put que manger en évitant de croiser son regard. Sentir sa présence et entendre sa voix étaient de toute façon bien suffisant. Et elle ne voulait pas, de toute façon, risquer de sombrer dans de nouveaux sentiments qu'elle ne maîtriserait pas.



Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Dim 13 Déc - 14:08

Elle avait raison, le bouillon n’était pas des plus délicieux, mais le compliment qui suivit valait bien toutes les récompenses. Kex la remercia d’un simple sourire, sans noter que ses joues s’empourprèrent, et continua à déguster le repas qu’ils avaient préparé.
C’est alors que la jeune femme se sentit tant désorientée qu’elle s’en crut ridicule. Elle lui trouva une maturité qu’il ne se connaissait pas, lui-même étant persuadé que l’on devenait adulte dès lors que l’on avait un enfant à protéger. Alisel inversait les rôles, pensa-t-il, déstabilisée par son récent rôle de mère. Mais elle avait vu juste quand elle déclara pouvoir compter sur lui malgré leur récente rencontre. Aussi vite, ses yeux se baissèrent sur son plat, qu’elle dégusta silencieusement alors que Kex la jaugeait du regard.

- Perdue, déboussolée, oui. Mais qui ne le serait pas en venant d’accoucher d’un enfant dans un environnement inconnu ? Cela fait beaucoup de nouvelles choses bouleversantes vous ne croyez pas ? Vous vous en sortez plutôt bien, je trouve.

- Et vous n’êtes pas pathétique,
conclut-il avant de l’imiter et d’accaparer son attention sur le bouillon, à l’unisson de la jeune femme.

La conversation devenait compliquée à animer. Même les choses les plus simples étaient source de gêne entre eux deux. Fallait-il continuer à parler ou laisser une atmosphère encore plus pesante s’instaurer ? Le jeune homme termina son repas et se redressa sur le dossier de sa chaise puis porta son attention sur le feu qui crépitait dans l’âtre. Le ballet des flammes l’hypnotisa quelques instants avant qu’il ne se décide à reporter son attention sur Alisel. Il la détailla un peu plus du regard, profitant qu’elle soit encore accaparée par le spectacle exceptionnel de son assiette creuse. Son teint doré par les lueurs des bougies et du feu était mis en valeur par les reflets dorés de ses boucles. Elle était jeune mais semblait porter sur elle les marques de grandes épreuves. Etait-ce si difficile de donner la vie à un enfant et de l’élever ? Il se retint alors de laisser glisser ses yeux sur le reste de sa silhouette.

- Si je pouvais me permettre,
dit-il après s’être éclaircit la gorge, je vous donnerais un dernier conseil.
Il marqua une pause, le temps qu’elle ne lui accorde son attention, puis repris.

- Cette maison est très confortable mais elle vous isole de Jhaampe. Vous devriez songer à habiter plus près de la Cité… proposa-t-il sans préciser qu’il lui valait encore mieux se créer une famille qui lui éviterait d’être trop facilement identifiable, à vivre ainsi en marge du peuple des Montagnes. Kex comprenait qu’elle apprécie l’isolation que lui offrait la demeure de Jordken, mais si elle craignait tant pour sa sécurité et celle de son enfant, du moins osait-il le songer à en croire ses réactions, il lui fallait revoir bien plus que le nom de son enfant et s’imaginer une histoire, une famille.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Lun 14 Déc - 14:47

A nouveau, il la rassura. Quelques paroles qui auraient pu sembler anodines mais qui étaient pleines de gentillesse et d'encouragements. Le vague sentiment qu'il la comprenait plutôt bien s'instillait à travers ses veines. Elle avait la sensation que Kex accepterait tout d'elle sans jamais la juger.
C'était déstabilisant, comme si dans cet écrin blanc existait la personne qui pouvait l'accompagner et la soutenir en tout temps.
Elle ne sut que répondre et se contenta de déglutir l'air de rien en avalant une nouvelle cuillerée de soupe. Par Eda qu'elle se sentait gauche, à force d'avoir été chaperonnée elle ignorait comment se comporter face à un homme.
Lorsqu'elle osa un regard dans sa direction, il contemplait les flammes et elle décida de ne pas s'attarder sur lui, au cas où il puisse le remarquer. Son visage s'abaissa donc à nouveau vers son assiette dont elle finit le contenu lentement.

Il s'éclaircit la gorge et reprit la parole, alors Acuité lui accorda toute son attention. Elle resta un moment, figée après ces paroles. Si elle souhaitait s'intégrer c'était exactement ce qu'elle devait faire oui, mais plusieurs éléments l'en empêchait.
Déjà, elle n'était pas certaine de vouloir se rapprocher des villageois dans l'immédiat. Elle avait besoin de temps pour elle et pour Espoir, de s'apprivoiser mutuellement, car ceci était nouveau et éprouvant pour elle. Mais elle ne voulait pas ennuyer Kex avec ces ressentis et n'en dit rien.
En revanche, elle pouvait bien lui faire part des soucis d'ordre matériel qui l'empêchait de se rapprocher.

- Je n'ai pas les moyens dans l'immédiat de prendre une maison, commença-t-elle en plaçant sa cuillère dans son assiette vide. Et je n'ai pas ni la force, ni les connaissances techniques pour en bâtir une.

Elle laissa couler son regard vers les flammes dans lesquelles elle se perdit quelques secondes, le visage légèrement incliné.

- Mais peut-être qu'avec le retour des beaux jours...oui, nous pourrions l'envisager.

D'ici là, elle aurait accumulé suffisamment de connaissances pour mettre les mains à la pâte, mais aussi de force peut-être. Espoir serait plus grand et ce serait plus facile.
Elle émit un bref soupir dans un large sourire et regarda le soigneur.

- En attendant, je vais pouvoir me familiariser avec les rapaces et le terrain de chasse. Il serait peut-être judicieux également, d'améliorer nos compétences culinaires vous ne pensez pas ?

Elle rit sans aucune retenue et sans même se rendre compte que ses paroles sous entendaient que ce dîner n'était vraisemblablement pas le dernier.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mar 15 Déc - 10:58

Alisel ne semblait pas tout à fait disposée à migrer à Jhaampe tout de suite, que cela fusse par souci matériel comme le partagea, ou par besoin sentimental comme elle se garda bien de le dire. Le jeune homme voyait des solutions à cette problématique, comme proposer ses services et sa compagnie à un homme ou une femme âgé en échange d’un gîte. Bien des personnes seules dans les Montagnes voyaient ce genre d’occasion comme une belle opportunité, et étant l’invité de Jordken, d’aucun n’aurait rechigné à accéder à sa requête. Mais comme elle le précisa par la suite, la jeune femme ne repoussait pas totalement l’idée et, même si elle l’énonçait de manière détournée, elle avait besoin de temps, et la presser de se rapprocher n’était clairement pas la solution la plus adaptée. Alisel avait besoin d’espace et le soigneur respecterait cela.

Le soupir qui s’échappa ensuite de ses poumons dénotait tant avec le large sourire qu’elle lui offrait que Kex ne put tout de suite définir si elle se résignait ou embrassait la situation. Toutefois, il se détendit à l’unisson lorsqu’elle s’en prit gentiment à leurs talents de cuisiniers. Il lui répondit alors, faussement offensé :

- Nos compétences culinaires ?! Je croyais que ce n’était pas si mauvais que cela ! Vous m’avez menti, Alisel !

Le jeune homme adopta alors une mine boudeuse et détourna le regard comme un enfant que l’on prive de son jouet. Il marmonna alors, assez haut pour qu’elle puisse l’entendre :

- Vous n’êtes pas un si bon professeur que cela… Il vous faudra aussi vous y exercer…


Il coula alors un regard vers elle, aussi malicieux que l’avait été son rire. Même s’il n’avait pas noté son sous-entendu, lui ne souhaitait pas s’interrompre à mi-chemin de la confection d’un arc et comptait sur elle pour terminer de lui inculquer son savoir. Après tout, cela pourrait bien lui être utile un jour…

Le temps s’était écoulé si vite depuis qu’il était arrivé pour qu’elle lui montre comment tailler le bois. La nuit enveloppait déjà de son manteau obscur le chemin qui le mènerait jusqu’à sa propre maison, annonçant que la soirée était déjà forte avancée. Mais il se sentait bien auprès d’Alisel, du feu qui réchauffait la pièce et de la discussion qui adoptait désormais une légèreté bienvenue. Maintenant que la tension s’apaisait un peu, l’envie de repartir s’évapora totalement. Cependant, il était indécent d’imposer sa présence à la jeune femme, et il faudrait bien partir un jour, pensa-t-il.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Ven 18 Déc - 22:13

Kex feignit tant et si bien l'offense, que l'espace d'une fraction de seconde Acuité songea qu'il prenait vraiment mal ses remarques. La mine boudeuse qu'il afficha par la suite confirma son talent de comédien auprès de la jeune femme. Elle accueillit ses dernières paroles avec un nouveau rire, pas seulement pour les mots, mais surtout pour l'expression malicieuse qu'il avait pris.
Depuis combien de temps n'avait-elle pas rit de si bon coeur ?
Sans aucune retenue, à gorge déployée, elle sentit les larmes lui piquer le coin des yeux et s'essuya discrètement entre deux inspirations.

- Très bien très bien ! gronda-t-elle à son tour en se levant et en plantant ses poings sur ses hanches.  Je vous somme donc de venir chaque jour travailler le bois et ce jusqu'à obtention de poignée et de branches parfaites !

Puis elle se pencha légèrement face à lui et ajouta, un nouveau sourire taquin et un sourcil légèrement haussé :

- Et je ne tolérerais aucune absence Messire, ni même plainte concernant vos petits doigts écorchés.

A son tour, elle afficha une mine boudeuse avant de lui coller un petit coup de poing sur l'épaule et de se détourner pour remettre de l'eau à chauffer. Le repas achevé, ils avaient bien mérité une petite tasse de thé, même i cela sonnerait aussi la fin de la soirée.
Elle soupira discrètement dans l'espoir d'en avoir d'autres. Elle se sentait bien.
Son regard se perdit un instant dans le feu, lui laissant apparaître des images d'un avenir radieux, ici dans les Montagnes. Son sourire faisait écho aux flammes dansantes et au crépitements chantants. Il était chaleureux et irradiait la joie. A proprement parlé, c'était bien la première fois depuis qu'elle était arrivée qu'elle se sentait aussi bien.
Elle osa un rapide coup d'oeil derrière elle en direction du soigneur mais s'en détourna vite. La certitude s'imposa en elle comme une évidence. Oui, c'était bien de sa faute.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Sam 19 Déc - 21:06

Les deux jeunes gens partagèrent ensemble leur petite plaisanterie et, pour Alisel, jusqu’aux larmes. Son visage s’illumina par ailleurs et révéla des traits bien plus agréables que lorsqu’elle se morfondait à cause d’un passé qui la hantait. La voir rire était une belle récompense qu’il s’efforcerait d’obtenir bien plus souvent, se promit-il.

A son tour, il se retint de rire lorsque la jeune femme se leva pour le surplombait lui ordonner de venir prendre des leçons quotidiennes dorénavant. Il se redressa au fond de sa chaise quand elle se pencha sur lui, feignant la crainte à son air faussement sévère. Lui découvrir un côté tyran avait un petit côté piquant qu’il aurait bien voulu découvrir un peu plus. Pouvait-elle se montrer plus directe et franche à propos de ce qu’elle voulait ? Cela contrastait d’autant plus avec l’image d’une femme habitée par les doutes qu’elle lui avait présenté le reste de la journée. Celle-ci était plus séduisante, bien qu’elle ne soit feinte.

- Promis, promis ! répondit-il le sourire en coin. Je ne raterai aucune leçon au risque de subir la violence de votre courroux !

L’expression de son visage trahissait une forme de satisfaction de pouvoir la côtoyer de manière régulière. Il ne l’avait pas cherché, mais il était assez heureux d’être presque obligé de suivre la formation qu’elle avait entamé. Il l’appréciait, et il s’agissait d’un bon prétexte pour la voir tous les jours. Après tout, c’était elle qui l’avait ordonné ! Et même si elle conclut en plaisantant, le soigneur préféra croire que c’était ce qu’elle voulait.

Kex la suivit des yeux se déplacer jusque devant le foyer pour remettre de l’eau à chauffer. Dos à lui, ce fut sa première occasion de la détailler un peu plus. Alisel n’était pas très grande, mais pouvait jouir d’une silhouette fine et élancée assez attractive, et sa récente maternité finissait de lui sculpter un corps de femme très agréable aux yeux d’un homme. Comme il s’en était déjà rendu compte à maintes reprises, les lueurs chaudes des flammes des bougies et du feu dans l’âtre faisaient danser des reflets or dans ses boucles blondes. Lorsqu’elle fit mine de tourner la tête dans sa direction, le jeune homme détourna rapidement les yeux en rougissant d’avoir pu être surpris en train de la regarder d’une manière un peu trop appuyée.
Mais finalement, elle reporta son attention sur le feu qui crépitait et le ballet incessant de ses flammes. C’était un spectacle, au même titre que celui de la neige tombant par une froide nuit d’hiver, qu’il appréciait particulièrement. Il se leva alors et vint de placer à ses côtés, en face de l’âtre.

- Demain, nous continuerons donc ? demanda-t-il en laissant courir lentement ses doigts sur le bois qu’ils avaient taillé un peu plus tôt. Sa voix trahissait son souhait qu’elle réaffirme l’engagement qu’elle lui avait imposé autant que son envie d’arriver au bout de la fabrication de l’arc. Il avait aimé sa manière de travailler le bois, sa voix calme et assurée alors qu’elle lui indiquait les étapes et les secrets du procédé qu’elle avait réalisé sous ses yeux. Il en redemandait.

Et comme pour rappeler le ton injonctif qu’elle avait adopté, il plaisanta sur le rôle de maître qu’elle avait endossé :
- Je crains de ne pas avoir les moyens de me payer votre enseignement, Dame Alisel, comment pourrais-je vous dédommager de tout ce temps que vous comptez m’accorder ?!
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mar 22 Déc - 9:02

Même si elle cherchait à retrouver une apparence sérieuse, elle n'y arrivait pas. Ce sourire ne s'effaçait pas et s'accompagnait même de quelques rires étouffés en songeant à leur petit jeu partagé. Elle n'osait plus le regarder mais ses pensées étaient toutes tournées vers lui et elle finit par porter sa main à sa bouche pour cacher un nouveau rire qui était sur le point de naître entre ses lèvres.
Décidée à se concentrer essentiellement sur le feu pour ne plus laisser son esprit vaquer à quelques fantasmes sentimentaux, elle ne l'entendit pas s'avancer et se poster à ses côtés.

Lorsqu'il parla cependant, son sourire se figea quelques secondes alors qu'elle tournait son visage vers lui. Il semblait absorbé par le bois qu'ils avaient travaillé plus tôt mais le ton de sa voix avait changé elle en était certaine. Son ouïe ne l'abusait pas.
Elle observa ses traits et la manière dont les flammes dansaient sur sa peau ainsi que dans ses cheveux sombres, ne sachant véritablement que songer dans l'immédiat, perturbée par la proximité autant que par l'intimité muette qu'ils partageaient.
La chaleur éclaira ses joues d'une note rosée alors qu'elle détournait le visage.

- Oui, murmura-t-elle dans un souffle en direction de l'âtre sur le même ton qu'il venait d'employer.
Et tous les jours après celui-là si vous le souhaitez.

Intimidée, elle sentait les battements plus lourd qui frappaient sa poitrine et pria Eda de lui venir en aide avec n'importe quoi. D'une avalanche au réveil d'Espoir tout lui irait tant qu'ils ne resteraient pas dans ce silence gênant qui la rendait plus fébrile qu'un faon nouveau né.
Heureusement, Kex, moins impressionné certainement par ce genre de situation plaisanta à nouveau et la jeune femme se sentit soulagée. Elle eut l'impression de pouvoir respirer à nouveau. Avait-elle arrêté ?
Après un nouveau rire léger, elle osa un regard en relevant son visage dans sa direction.

- J'ai bien peur que nous soyons quittes Messire. Ne m’accordez-vous pas ce même temps par votre présence ? Qui plus est...je compte chasser régulièrement, les oiseaux doivent s’entraîner et je ne connais toujours pas les environs alors....

Le sous-entendu était trop énorme pour être ignoré mais, elle avait vraiment envie de passer du temps avec lui.
Il la comprenait et portait des paroles justes. Et puis, d'origine des Duchés, la barrière du langage n'existait pas. C'était plus facile pour elle, même si après ces deux jours passés auprès de lui, elle commençait à se douter que sa volonté de le voir aussi souvent n'était pas liée qu'à cela.
Mais elle ne pouvait pas encore se l'avouer, c'était trop tôt pour se l'avouer. Cependant, l'idée avait germé en elle, l'idée que les Montagnes seraient un point de départ pour son fils, mais aussi pour elle.
N'avait-elle pas le droit d'être heureuse à son tour ? Méritait-elle seulement de rencontrer quelqu'un après ce qu'elle avait vécu ?
Qui voudrait d'une mère qui avait préféré fuir, d'une mère qui avait déjà porté l'essence d'un autre ?
Dans la douceur de l'atmosphère et par la présence du soigneur, elle décida de ne pas y réfléchir maintenant. Préférant profiter de ce sentiment de bienveillance qu'il dégageait et de ce charisme qui commençait doucement à la faire chanceler.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mer 23 Déc - 12:02

Un sourire niais tira les traits de son visage alors que la jeune femme lui confirmait que son cours continuerait, et même au-delà s’il le souhaitait. Il sentit par ailleurs qu’un battement de son cœur avait été plus fort que la normale quand elle l’avait invité à venir les jours suivants. Kex n’avait fait la connaissance de la jolie blonde que depuis la veille, mais déjà avait-il le sentiment de ne plus pouvoir s’en passer. Devait-il mettre cela sur le compte d’origines similaires ou Alisel, dans son attitude calme et des activités qu’ils partageaient déjà, lui proposait-elle une échappatoire à la triste monotonie de sa vie en plus d’être particulièrement séduisante ? Un peu des deux, pensa-t-il. Surtout de la seconde raison, se corrigea-t-il.

Lorsqu’elle coula un regard vers lui, le soigneur baissa les yeux vers elle pour rencontrer les siens, brillants des flammes dansantes, son sourire toujours peint sur les lèvres, quoique plus discret que précédemment. Ils n’étaient pas quittes, songea-t-il. Elle lui enseignait son savoir, et lui n’offrait rien en retour. Ou un repas tout juste passable. Même s’ils cherchaient tous deux une raison de justifier simplement de pouvoir passer du temps ensemble, Kex se sentait coupable de ne pas lui rendre la pareille.
Mais il s’attarda tout d’abord sur son sous-entendu, qui impliquait qu’elle demande régulièrement son assistance pour découvrir la nature autour de Jhaampe. Taquin, il lui lança :

- Vous comptez m’accaparer tout mon temps, Alisel ?! Et que fais-je du soin des bêtes et des hommes, de la préparation des onguents et du nettoyage des tentures qui abritent les bêtes ?


Puis, sans y prendre gare, il ajouta, vous êtes bien plus attractive qu’une plaie purulente d’un mouton, mais quand même, avant de se rendre compte de sa remarque et de rougir légèrement en détournant le regard. Il s’éclaircit alors la voix et changea de sujet.

- Dans ce cas, je vous ferais au moins un repas, même si ce n’est pas très bon, les jours où vous m’apprendrez à fabriquer un arc. Echange de bons procédés, c’est d’accord ?


En revenant là-dessus, Kex avait repris contenance et put s’essayer à lui lancer un regard du coin de l’œil pour observer sa réaction. Il n’était pas insensible à ses charmes mais le soigneur ne s’était jamais intéressé à ces choses de la vie, se cantonnant à son simple rôle d’outil. Alors quand il s’agissait d’adopter le bon comportement avec une femme qui lui plaisait, il avait grande peine à connaître les règles de la bienséance. Ne suspectait-il pas qu’Alisel était une femme de haute naissance ? Peut-être ses familiarités lui paraissaient-elles déplacées ? Devait-il prendre un peu plus de distance ?
Non, il ne le souhaitait pas. A vrai dire, depuis que les larmes lui avaient coulé des yeux et qu’il avait senti l’envie de l’étreindre pour la rassurer, Kex ne voulait s’en éloigner pour rien au monde. Ce sentiment lui rappelait l’amour qu’il éprouvait pour sa mère, bien qu’il ait quelque chose de différent concernant cette très belle femme qui était postée à ses côtés, face à ce doux feu qui réchauffait leur cœur.

Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Sam 26 Déc - 9:53

Le regard perdu dans le feu, ses épaules se secouèrent sous l'effet du nouveau éclat de rire qu'il lui tira par sa taquinerie.
Elle aurait du se tourner vers lui et faire face, mais c'était plus facile ainsi. Ne pas le regarder, simplement demeurer là, face au feu. Sentir sa chaleur et laisser son coeur battre une nouvelle mélodie qui prenait peu à peu forme, bien que régulièrement perturbée par une parole, un geste ou un simple regard.

Elle voulait lui dire qu'elle l'aiderait, qu'elle ferait en sorte qu'il puisse gagner du temps pour en perdre un peu plus avec elle, mais la remarque qu'il ajouta la laissa sans voix. Elle ne comprit qu'après coup qu'il s'agissait d'un compliment maladroit et que ses mots étaient fort mal choisis.
Qui souhaitait être comparé à du pue de mouton ?
Cela aurait détonné à Castercelf songea-t-elle et elle sourit à nouveau, émue par cette maladresse d'un homme qui visiblement semblait plus habitué à parler aux animaux qu'aux femmes.

Lorsqu'il lui parla du repas, elle osa à nouveau tourner son visage vers lui. Il la regardait du coin de l'oeil. Avait-il peur qu'elle refuse ?

- Seulement si vous le partagez avec moi, précisa-t-elle d'une voix claire sans le quitter des yeux.

Son sérieux l'étonna elle-même. Désirait-elle tant que ça passer tout ce temps avec le soigneur ?
Elle ne le connaissait depuis peu mais si toutes ses autres connaissances ne la voyait qu'à travers son enfant, Kex, au delà de sa bienveillance, semblait la percevoir pour elle-même.
Il la révélait en tant que femme et elle comptait bien être à la hauteur.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Lun 28 Déc - 11:15

Comme elle tournait son visage vers lui pour répondre à sa proposition, Kex l’imita en orientant tout son corps vers elle. Les yeux plongés dans ceux de la jeune femme, il laissa un mince sourire se dessiner sur ses lèvres, ravi qu’elle l’invite bien qu’il eut pensé que l’un ne pouvait aller sans l’autre. L’entendre énoncer sa condition, avec un ton qui ne laissait place à aucune discussion, lui procurait un certain soulagement. Elle aussi voulait passer du temps avec lui, et depuis quelques instants, la moindre phrase était destinée à leur procurer davantage de moments à partager, comme s’ils devenaient déjà inséparables alors que deux jours plus tôt, aucun des deux ne savaient grand-chose de l’autre.

- Bien entendu, Alisel, répondit-il en souriant sincèrement sans la quitter des yeux.

L’eau pour le thé avait eu le temps de bouillir et commençait doucement à s’évaporer dans une légère vapeur qui suivait les fumées des flammes dansantes de l’âtre. Le préparer impliquerait de rompre cet intime moment qu’ils partageaient, dissimulé derrière quelques mots lâchées pour s’assurer de garder l’autre près de lui. Le jeune homme ne voulait pas lui imposer de rester debout face à lui, elle devait être fatiguée des impératifs qu’impliquait son rôle de mère. Elle avait une chaise à bascule qu’elle pouvait utiliser pour s’asseoir près du foyer. Aussi lui proposa-t-il de s’en occuper, faisant à nouveau comme s’il était chez lui.

- L’eau est prête depuis un moment. Peut-être voulez-vous que je m’en occupe pendant que vous restez au chaud près du feu ?
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Lun 28 Déc - 21:06

C'était étrange, cette façon qu'ils avaient tous deux d'attendre le consentement de l'autre à chaque fois que quelque chose était proposé comme s'ils avançaient à tâtons, dans vraiment savoir où ils mettraient les pieds.
Acuité fut touchée par la réponse de Kex qui sonna comme une parfaite évidence à ses oreilles, sous-entendant également, qu'ils songeait déjà à partager le repas lorsqu'il lui avait proposé de s'en charger.
Elle aurait voulu détourner le regard, masquer la chaleur qui pointait à ses joues, mais le sourire qu'il lui offrit trouva immédiatement un écho dans le sien.
A la place donc, elle pria Eda que le rose porté à ses joues ne soit vu que comme la conséquence du feu qui crépitait et qui chantait devant eux.

Elle remarqua les volutes de vapeur d'eau, et osa un regard vers la marmite qui lui confirma que l'eau n'avait que trop attendu. Pourtant, il faudrait bien mettre un terme à cet étrange échange à un moment ou un autre n'est-ce pas ? Ils ne pourraient rester éternellement à se regarder dans le blanc des yeux, souriant comme deux simples d'esprit, faute de pouvoir parler.

Kex prit les devant et lui proposa de s'en occuper afin qu'elle puisse rester tranquillement près du feu. Son regard s'illumina devant tant de bienveillance à nouveau. Cet homme semblait la chérir plus que de convenance alors qu'il ne la connaissait que depuis deux jours.
Etait-il ainsi avec tout le monde ou bénéficiait-elle d'un traitement de faveur ?
Elle se posa la question mais en le voyait agir comme s'il était chez lui, la réponse s'imposa d'elle-même. Kex se sentait comme un poisson dans l'eau dans la petite cabane, comme s'il y avait toujours vécu. Ces gestes étaient assurés et ses actes ne portaient aucune trace d'hésitation.
Il savait exactement ce qu'il faisait elle en était persuadée. Une de leur précédente discussion lui revint en mémoire, et l'adaptabilité dont il faisait preuve, l'aisance avec laquelle il déambulait la fit s'interroger sur sa véritable activité.
Même s'ils avaient décidé de garder leurs secrets la curiosité la piquait doucement, la ramenant sans cesse à l'observer pour mieux s'interroger.

- Dans ce cas, répondit-elle sur le même ton, je vous laisse remplir la bouilloire et je m'occupe des herbes. A moins que...

Elle hésita quelques secondes en le regardant du coin de l'oeil. Mais comme il la regardait dans l'attente de la suite, elle poursuivit, songeant à sa volonté de la laisser près du feu.

- Si vous le souhaitez, nous pouvons avancer les deux sièges ici (et elle pointa les deux fauteuils) auprès de l'âtre et continuer ainsi notre discussion. A ce moment là, je vous laisse vous occuper des sièges et moi du thé ?

N'était-ce pas une charmante façon de clôturer la soirée ? Même si la journée avait été longue et qu'elle tombait de fatigue, discuter avec lui au coin du feu lui semblait tout indiqué pour s'assurer une bonne nuit de sommeil par la suite.
Revenir en haut Aller en bas
Kex Enhor
Montagnes
Soigneur
avatar

Messages : 208
Date d'inscription : 02/09/2015
Age : 29

Feuille de personnage
Fonction:
Âge:
DC: 0

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mar 29 Déc - 10:39

Prêt à retirer la marmite sur le feu, Kex s’interrompit lorsque la jeune femme lui proposa une alternative. Elle s’occuperait de préparer le thé pendant qu’il se chargerait de rapprocher les deux fauteuils près du foyer. Le soigneur répondit par un signe de tête, cela lui allait aussi bien et il lui tendit le linge qui lui permettrait de ne pas se brûler en récupérant l’eau qui bouillait.
Le Baugien soulevait silencieusement un fauteuil et vint le placer face au feu qui crépitait, puis l’autre, de telle sorte que leurs pieds puissent tutoyer le brasier et leur regard se perdre dans le ballet incessant des flammes. Kex avait placé les deux sièges assez proches l’un de l’autre, de telle sorte qu’il puisse échanger sans élever la voix, de crainte de réveiller le nourrisson de la jeune femme. Il n’avait pas songé un seul instant qu’une toute autre motivation avait pu le pousser à rapprocher ainsi les deux fauteuils. Il approcha alors un guéridon sur lequel Alisel pourrait servir le thé.

Une fois terminé, le soigneur laissa son regard suivre la jeune femme, ses yeux se posant sur ses mains, fines mais marquées par le récent travail du bois et l’entaille qu’elle s’était infligée au moment de préparer le repas. L’onguent avait certainement déjà aidé à resserrer les plaies, pensa-t-il alors qu’il l’observait distraitement préparer le temps. La femme aux cheveux blonds avait des gestes lents, calmes et précis et lui semblait préparer le thé comme si elle s’occupait de son enfant. Les faibles lueurs des bougies faisaient danser des reflets et des ombres sur sa peau, ses cheveux et ses vêtements. Il avait l’impression d’observer un tableau qui venait d’être peint par un artiste. La scène la mettait tant en valeur qu’il lui fut difficile de ne pas la trouver magnifique.

Mais avant qu’elle ne put se rendre compte de l’expression béate qui se formait sur ses propres traits, Kex se ressaisit et s’éclaircit doucement la voix avant de se rapprocher près du feu, ou des pensées moins déplacées éviteraient de tourmenter son esprit. Toujours, il reportait son regard dans ces flammes hypnotiques dès que la jeune femme le déstabilisait. Et elle n’avait même pas besoin de parler pour mettre à mal ses certitudes. Quel étrange pouvoir avait-elle sur lui, songea-t-il en se montrant incapable de se remémorer un seul instant similaire au cours de sa vie. Sa mère avait beau l’avoir aimé, autre chose se manifestait lorsqu’il posait les yeux sur elle, ou qu’il cherchait à la rassurer.

Lorsqu’elle revint à ses côtés en apportant le thé, il attendit qu’elle les serve tous les deux et s’installe dans le fauteuil auprès du feu pour l’imiter. Laissant le thé refroidir légèrement dans la tasse, Kex posa ses mains sur les accotoirs, sentant un regard posé sur lui avec un peu d’insistance. Il plongea alors son regard sombre dans le sien.

- Qu’y a-t-il ?
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1071
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   Mar 29 Déc - 17:56

Acuité s'absorba dans la préparation du thé, c'était plus simple pour elle de rester concentrée sur une seule tâche. Elle avait peur de regarder le soigneur avec trop d'insistance ou pire, de ne pas être capable de détacher ses yeux de ses traits.
Quelques minutes auparavant, ils étaient restés un long moment à simplement s'observer mutuellement, dans un silence et dans une intimité qui l'avait déstabilisé. Alors si elle pouvait éviter de se trouver à nouveau dans une telle situation....

Tandis qu'elle préparait les herbes à placer dans la bouilloire, elle remarqua ses mains abîmées. La récente entaille lui faisait toujours mal, mais elle l'avait facilement oubliée tout au long de la soirée, son esprit étant retenu ailleurs que sur les marques de son propre corps.
Elle referma le couvercle de la bouilloire, mais ne put se résoudre à s'installer immédiatement sur les fauteuils, qu'elle savait en place.
Etait-ce correct de vouloir profiter un peu plus de sa présence ? Elle tortilla ses doigts les uns avec les autres pendant qu'elle y réfléchissait, avant de finalement essuyer ses mains sur le tablier pendant non loin de l'âtre.
La chaleur du feu lui rosissait les joues, mais la sensation qu'elle lui procuraient lui faisait du bien.
A contre coeur, elle se tourna et se rendit compte qu'il n'était toujours pas assit. L'air de rien, elle servit les deux tasses de thé avant de replacer le récipient non loin du feu, pour le maintenir au chaud.

Le silence de la pièce n'était entrecoupé que par les mouvements fluides de sa robe, de ses manches et de leurs pas, tandis qu'elle s'installait et qu'il l'imitait.
A peine assise, elle attrapa la tasse qu'elle tint fermement entre ses doigts légèrement crispés et observa l'homme qui prenait place non loin d'elle.
C'était un bel homme, elle l'avait déjà remarqué la première fois qu'elle l'avait vu, mais entre temps, elle l'avait découvert souriant et riant. Son comportement avait encore adoucit ces premières pensées à son égard et elle le trouvait de plus en plus charmant.
Subitement, il tourna son visage vers elle et elle sût à travers sa question qu'elle faisait exactement ce qu'elle souhaitait éviter : le regarder avec insistance.

- Je...bredouilla-t-elle en détournant le regard pour le poser sur sa tasse. Rien, je...vous ai vu vous perdre dans la contemplation du feu et je me suis demandé à quoi vous songiez. Désolée, c'était inconvenant.


Elle souffla doucement sur le liquide brûlant de sa tasse avant d'en prendre une petite gorgée et de grimacer face à la chaleur sur sa langue.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le soigneur et celle dont on ignorait la vérité [Début décembre 10 - Kex]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

 Sujets similaires

-
» LA TARTE AUX EPINARDS (comme celle de ma mère)
» Je ne suis pas celle que vous croyez, je suis pire ... - sandra alexine merry-weather -
» Reparlons de ce dont nous avons parlé... [PV]
» La seule amitié qui vaille est celle qui naît sans raison.
» « Il n'y a point de mal dont il ne naisse un bien... »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Jhaampe
-