AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 La vérité, rien que la vérité [novembre 10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Sam 5 Sep - 22:58

Cette nuit là n’était pas différente des autres. Brun attendait impatiemment que le sommeil daigne le prendre, au moins pour quelques heures, avant un nouveau jour. Un jour de plus. Il s’était mis à penser ainsi, comme un vieillard attendant la mort. Depuis la guerre, il n’était jamais parvenu à retrouver son quotidien bien réglé. Il avait perdu le sens que, El sait comment, il était parvenu à donner à son existence. Son travail était absurde et son amitié avec Vainqueur… étrangement insatisfaisante.
 
Quant à son obsession pour Shyrin, cela ne faisait qu’empirer. Seule la haine parvenait désormais à le faire vibrer – une haine irrationnelle qui l’effrayait. Alors il préférait quitter le château, pour ne pas risquer de la croiser. Force le remplaçait souvent à l’entraînement. Il savait qu’avec elle le travail était bien fait, mais à vrai dire il s’en fichait. Il se sentait seul et en colère, contre Shyrin, contre Glace, contre les Vifiers, contre Vainqueur et surtout, contre lui-même. Son comportement était ridicule, il le sentait. Mais il ne pouvait pas s’empêcher. Il avait essayé de se soûler, mais ça n’avait fait qu’ouvrir le précipice. Il préférait partir en forêt, à pied, et chasser toute la journée. En passant sur le port, il avait même songé à s’embarquer.
 
Il voulait s’endormir, oublier l’impasse. Les yeux fermés, il visualisait un long couloir. Ses pas résonnaient à un rythme régulier. La vision était d’un ennui profond, mais s’était révélée plus efficace que les moutons.
 
Soudain, une image chassa l’autre. Il vit distinctement, comme s’il pouvait la toucher, Acuité, la peau luisante, l’air heureux. Elle tenait dans ses bras un nouveau-né.
- Espoir Loinvoyant. C'est ici que tu grandira et ta vie sera riche et libre.
Il sentait son bonheur et sa peine. Son sentiment de sécurité et ses regrets. Jusqu’aux douleurs de l’accouchement, jusqu’aux présences qui l’entouraient, une femme et un homme, rassurants. Il était en elle, il était elle. Et puis tout s’effaça.
 
Les heures suivantes, il crut qu’il allait devenir fou. Le sommeil lui était interdit pour la nuit. Le doute le taraudait, mais il n’avait personne vers qui se tourner. Personne, ou presque.
Il fut tenté de débarquer chez elle au beau milieu de la nuit. Il passa d’ailleurs plusieurs fois devant sa porte. Le garde le regardait comme s’il était cinglé. Et il l’était, pas vrai ? A confondre rêve et réalité. Il allait défoncer sa putain de porte à coups de pied ! Est-ce qu’elle lui aurait caché la vérité ?!
 
Il passa la nuit sur le chemin de ronde, à tourner en rond. Le froid l’engourdissait. Il attendait le soleil. Aux premières lumières de l’aube, il fonça chez Shyrin. Le garde refusa de le laisser passer, mais au raffut qu’il fit, il était sûr qu’elle était réveillée. Il retourna dans sa chambre, se rendit plus présentable et tâcha de se calmer. Il y réussit à moitié. Quand il revint devant les appartements de la fille, il avait l’air presque civilisé, n’eurent-été ses yeux profondément cernés. Il frappa.
- Dame Cardia ? tonna-t-il à travers la porte, trop pressé pour patienter. Dame Cardia ? Je dois vous parler.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 6 Sep - 0:32

Les jours et les semaines s'écoulaient mais rien ne parvenait à rendre son sourire à Shyrin. Rien sauf les trop rares visites du Roi. Car il venait parfois la voir, quand il avait un peu de temps, pour s'assurer qu'elle était bien traitée et ne manquait de rien. Il prenait parfois le temps d'échanger quelques mots avec elle, des mots légers et sans conséquences, des mots qui les laissaient tous deux s'évader quelques instants de leurs prisons respectives. Et elle se surprenait à présent à attendre avec une impatience grandissante ces moments courtois bien qu'ils soient toujours trop peu fréquents et trop courts à ses yeux.

Les nuits étaient longues, glacées et sans sommeil. Ou envahies de cauchemars éprouvants. Mais les journées étaient pires encore car tout aussi glaciales mais peuplées de gens inconnus qui la haïssaient, la méprisaient et lui reprochaient la guerre toute entière. Ce matin-là comme les autres commença par un froid pénétrant qui s'insinuait jusque dans ses os. Ni le tapis sous ses pieds nus, ni les tentures devant les croisées ne parvenaient jamais à chasser le froid glacial qui la faisait trembler en permanence. Même les lainages et les fourrures qu'on lui avait aimablement procurés ne suffisaient pas.

L'aube pointait à peine quand elle décida qu'il ne servait à rien de faire semblant de dormir plus longtemps. Elle s'extirpa avec peine de sous les édredons et traversa la chambre comme une somnambule pour procéder à quelques ablutions sur la petite table de toilette mise à sa disposition et où un broc d'eau glacée l'attendait. Tout était si froid à Castelcerf de toute façon, qu'elle en était venue à la conclusion que c'était ce qu'elle méritait pour être qui elle était et pour mentir comme elle le faisait.

Des éclats de voix et des coups sourds la firent soudain sursauter et elle se mit à trembler de peur cette fois. Venait-on la chercher pour le jugement expéditif qu'elle craignait chaque jour ? L'heure de son exécution était-elle finalement venue ? Rien ne se passa pourtant et le bruit mourut sans que quiconque soit entré pour la trainer dehors. Peu à peu, la terreur la quitta et elle put bouger enfin du recoin où elle s'était pétrifiée. La peur ne la quittait jamais tout à fait, cependant. Tapie au fond d'elle comme un serpent venimeux, elle venait la mordre à la première occasion, la laissant tremblante et épuisée.

Une fois encore, elle se refusa le plaisir de faire venir Shane et Ava pour l'aider ou lui tenir compagnie. Elle se débrouilla seule pour enfiler la plus chaude des robes qui lui avaient été gentiment données, parvint même à ajuster des bas de lainage, et se coiffa elle-même, tressant ses cheveux en une longue natte qui lui retombait devant l'épaule. Une mise simple et sobre, bien loin de ses goûts d'autrefois, mais qui convenait parfaitement à son état d'esprit actuel. Shane vint lui déposer du pain au miel avec son infusion du matin, mais elle la chassa avec autant de douceur que possible afin qu'elle ne la voit pas émietter sa nourriture pour les oiseaux plutôt que de manger elle-même.

Ce matin-là pourtant, sans savoir vraiment pourquoi, peut-être simplement pour faire plaisir à sa soeur, elle avala quelques bouchées avant de s'asseoir devant la croisée pour donner le reste aux moineaux. L'infusion la réchauffa un petit moment mais bientôt elle n'eut d'autre choix que de fermer la fenêtre et de s'asseoir devant l'âtre, enroulée dans une fourrure. De ses doigts glacés, elle caressait lentement les poils de sa couverture, les yeux dans le vague et l'âme en peine.

Quand de nouveaux coups ébranlèrent sa porte, elle réagit pourtant avec la vivacité d'un animal aux abois. En un clin d'oeil, elle fut debout devant la cheminée, terrifiée et tremblante mais droite, ainsi que l'on attendait d'elle qu'elle fit face à ses détracteurs. "Dame Cardia"... Ces mots la terrorisaient pour le non-sens qu'ils représentaient à ses yeux. Elle n'appartenait pas à ce monde. Pire, elle reconnut immédiatement la voix qui demandait si grossièrement audience et comprit que son heure était venue. Livide, elle s'appuya d'une main pâle et glacée au dossier de son fauteuil, tentant maladroitement de retenir la fourrure glissante autour d'elle de son autre main.

- Entrez, je vous prie, parvint-elle à articuler malgré la boule qui obstruait sa gorge.

Elle avait appris quelques mots utiles pour se montrer polie avec ses geôliers. Autrefois, elle ne se souciait guère d'être aimable dans la langue des Duchés et n'avait même jamais cherché à corriger son accent déplorable. mais aujourd'hui, elle se montrait plus humble et faisait de son mieux pour qu'on l'oublie, pour ne pas choquer davantage qu'elle ne le faisait déjà par sa seule existence et présence en ces lieux. En cette aube grise et froide, toutefois, elle comprit instantanément qu'il n'y avait pas assez de mots aimables en ce monde pour apaiser la haine de Brun Braveterre. D'autant qu'elle ne pouvait pas lui en vouloir. Ce qu'elle lui avait fait était monstrueux et elle n'aurait pas assez de sa vie pour le regretter et faire pénitence.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 6 Sep - 12:53

Shyrin ne tarda pas à répondre. Il avait la permission d'entrer et, après une nuit d'attente, il était prêt à se l’octroyer. Il poussa la porte mais ne resta sur le seuil, fixant de loin la Chalcédienne.

Coiffée, habillée d'une fourrure, elle se tenait à son fauteuil. Elle était pâle, n'eurent été ses cheveux qui brûlaient. Elle avait l'air aux abois. Mais qu'importe ? Il n'allait pas se perdre en considérations sur son état. La princesse était malheureuse, peut-être ? Surprise : elle n'était pas la seule. Et s'il lui faisait peur, à débarquer ainsi "chez elle"... eh bien, un peu de peur n'avait jamais tué personne. Contrairement aux flèches de son peuple.

- Je dois vous parler, répéta-t-il, un peu moins fort. C'est personnel.
Il ne voulait pas que le garde ou ses gens les entendent. Ni qu'elle s'imagine qu'il était là pour le protocole. Ni rendre la chose plus personnelle encore en pénétrant dans ses appartements, où il ne pourrait ne pas voir tout ce qui faisait d'elle un être humain. Il en avait déjà vu assez avec sa silhouette grelottante et son insupportable humilité.

- Venez avec moi.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Lun 7 Sep - 19:30

Terrorisée, Shyrin se pétrifia encore davantage sous le regard froid et sans aménité de Bun Braveterre. Le maître d'armes irradiait la fureur et la haine à tel point qu'elle sentit son courage flancher. Elle chancela brièvement, cherchant désespérément à comprendre ce qui avait pu pousser Acuité à aimer un homme aussi terrifiant, mais se reprit aussi rapidement que possible et s'efforça de ne pas lui laisser voir combien elle était faible et démunie devant lui. il semblait encore plus enragé de ne pas la trouver flamboyante et vindicative à en croire le regard méprisant dont il l'enveloppait. Fermant les yeux un instant, elle déglutit et s'efforça de calmer les battements erratiques de son coeur affolé avant de répondre d'une voix blanche.

- Si telle est votre volonté, je vous suivrai où vous le désirez.

Si elle avait pu y réfléchir, elle aurait compris que les mots lui arrachaient la langue. Elle avait de la peine à les articuler correctement tant il lui semblait signer par là son propre arrêt de mort. Elle ne songeait pas à se dérober pourtant. Depuis le début, elle acceptait pleinement la destinée courte et malheureuse qui devait être la sienne. Si la mort devait arriver dans un couloir obscur et de la main de l'amant d'Acuité, alors qu'il en soit ainsi.

Dominant les tremblement de son corps tout entier, elle hésita un instant avant de déposer la fourrure sur le fauteuil. Là où elle allait, autant rester digne et tant pis si elle devait avoir froid à en hurler. De toute façon, rien ne parvenait jamais à la réchauffer, pas même les plus épaisses et chaudes des fourrures de ce château glacial. Les mains jointes devant elle pour en dissimuler la pâleur autant que les tremblements, elle fit quelques pas hésitants en direction de son visiteur.

- Je vous suis, répéta-t-elle platement.

Cette fois, elle se força à redresser les épaules et lever le menton. S'il devait l'exécuter sommairement, qu'il sache au moins qu'elle était une princesse consciente et fière de son rang autant que de son sang, et non une souris apeurée et frigorifiée. Pourtant, s'il y prenait garde, il verrait bien dans ses yeux qu'elle était terrorisée par le sort douloureux qui l'attendait.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Mer 9 Sep - 21:12

La fille sortit sans faire d'histoires, docile. C'était plus qu'il n'en pouvait espérer. Alors pourquoi était-il si agacé par ses manières ? On aurait dit une vierge montant à l'échafaud. Il lui avait pourtant dit que c'était personnel. Croyait-elle qu'il allait l'exécuter dans les couloirs, pour les Duchés ou pour lui-même ? Il n'était pas si mauvais - pas encore - qu'il assassine les pucelles pour trouver le sommeil.

Il ne prit pas la peine de la rassurer. La peur la ferait peut-être parler.

Le maître d'armes commença à marcher. Il jetait de temps à autre un regard en arrière, ralentissant l'allure pour que Shyrin puisse le suivre, peu dérangé par les trois mètres qui les séparaient. Profitant du silence pour réfléchir. Où pouvaient-ils aller ? Où auraient-ils la paix ?
Ses pas les menèrent jusqu'au jardin de la Reine. Il faisait froid malgré le soleil levant. Elle allait regretter sa fourrure.

Il n'y avait personne. Ils s'enfoncèrent un peu entre les haies, puis s'arrêtèrent au petit banc près de la fontaine.
- Asseyez-vous, ordonna-t-il.
Il s'installa face à elle, sur le rebord de la fontaine. Les bras croisés.
- Vous n'avez rien à me dire ? dit-il au bout d'un silence pesant.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Jeu 10 Sep - 0:18

Les couloirs sombres et glacials l'épouvantaient mais ce n'était rien à côté de la haute silhouette qu'elle suivait. Sitôt le seuil de la dernière porte franchi, elle se mit à frissonner sans pouvoir s'en empêcher. S'il lui avait dit qu'il l'emmenait dehors ! Mais après tout, en y réfléchissant, elle avait choisi de le suivre sans rien pour la couvrir, simplement vêtue d'une robe sobre. Elle ne ferait pas davantage de manières. De la dignité, se répétait-elle. Qu'au moins elle ait cela dans sa mort à défaut d'avoir cultivé cette qualité pendant sa courte vie.

Le jardin où il la mena était ravissant - du moins si l'on appréciait cette végétation des pays froid, ce qu'elle se surprenait de plus en plus à faire. Le givre matinal n'allait pas tarder à disparaître sous l'effet des premiers rayons du soleil d'hiver mais en attendant, des milliers de gouttelettes d'eau brillaient et donnaient aux lieux une atmosphère féérique. Sâ, que c'était beau ! Un bien bel endroit pour mourir en vérité.

Docile et soumise, elle s'assit sur le banc qu'il lui désignait en s'efforçant de réprimer de son mieux les violents tremblements qui agitaient ses mains et faisaient claquer ses dents. Des frissons glacés la secouaient toute entière mais elle se contrôlait de son mieux, pensant qu'il était inutile d'irriter davantage un homme qui semblait déjà à bout de nerfs. À mieux le regarder, elle réalisa qu'il semblait n'avoir pas dormi réellement depuis des lustres. Il était épuisé. Tout comme elle. Rien de bon ne pouvait donc sortir de cet entretien.

Elle mit à profit le silence qui s'était installé entre eux pour promener son regard sur les hauts murs qui les entouraient, cherchant machinalement une silhouette familière à travers les croisés qui ouvraient sur ce jardin. Quand le maître d'armes prit finalement la parole, elle était si perdue dans sa rêverie glacée qu'elle en tressaillit de surprise, comme si elle l'avait oublié.

- Que désirez-vous entendre de moi ? Lui répondit-elle avec douceur et en posant sur lui un regard aussi innocent qu'interrogateur.

Il ne lui venait pas un instant à l'esprit qu'il ait pu découvrir son secret. De toute façon, elle avait juré de tenir sa langue et sa parole était l'une des rares choses qui lui appartenaient encore. Il devrait se dévoiler lui-même et expliquer ce qu'il espérait entendre d'elle avant toute chose. Si c'était une confession de l'abominable crime d'être Chalcédienne, princesse, responsable de la guerre, coupable de la mort d'Acuité, qu'il attendait, alors elle s'exécuterait. puis accepterait son jugement. mais si c'était autre chose... Sâ, mieux valait qu'il lui dise ce qu'il attendait d'elle, elle avait trop froid pour réfléchir avec lucidité.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Jeu 10 Sep - 19:36

La fille admirait le paysage. Comment osait-elle ? Si elle ne tremblait pas comme une perdue, il aurait pu croire qu'elle appréciait ce moment. Le reste de sa vie à ses lèvres était suspendue. Et elle admirait le paysage... Lui demandait ce qu'il voulait qu'elle dise, comme le joli perroquet qu'elle était. La parfaite petite princesse. La parfaite petite prisonnière flattant ses geôliers de son humilité.

Mais cela faisait longtemps sa volonté n'avait plus rien à voir là dedans. Il se sentait balloté par les événements qui lui échappaient. Les événements qu'on lui cachait. Il avait besoin de reprendre la maîtrise de son destin. Coûte que coûte.
- La vérité, répondit-il, glacial comme l'air du matin. La vérité sur la mort d'Acuité.
Elle la lui dirait d'elle-même ; ou bien il la lui arracherait.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Ven 11 Sep - 9:31

De très pâle, Shyrin devint franchement livide lorsque le maître d'armes prononça le nom d'Acuité. Il sait, hurlait douloureusement une voix méchante dans sa tête. Mais non. C'était impossible. Personne d'autre qu'elle-même, Ava et Shane, ne savait la vérité. Et ils ne l'auraient jamais trahie. À moins que... Les avait-on torturés ? Nerveuse, elle jeta un nouveau regard autour d'elle comme si elle s'attendait à voir surgir ses esclaves blessés ou un bourreau armé d'un fouet. Après tout, ce n'eut été que justice. Mais rien.

Elle tenta de se fixer sur le visage de Brun Braveterre et devina qu'il devait être bel homme malgré sa dureté plus tranchante que l'acier. Elle ne retrouvait pas en lui ce qu'Acuité lui en avait dit toutefois et s'étonnait encore que la jeune duchesse ait tout sacrifié pour l'amour de cet homme. Non, se reprit-elle, c'était pour sa liberté qu'Acuité avait quitté le carcan de sa vie, pas pour cet homme qui lui faisait si peur.

Ses traits restaient flous et l'expression de la princesse trahit sa frustration de ne jamais pouvoir lire dans les attitudes de ses interlocuteurs. D'ordinaire elle avait Shane pour lui souffler à l'oreille ce qu'elle voulait savoir mais dans ce pays glacial elle était désespérément seule. Toujours. Les lèvres tremblantes, elle leva un peu plus le menton, aussi hautaine et sereine que le lui permettait son corps transi, avant de répondre au brutal interrogatoire du soldat.

- Acuité était devenue mon amie. Elle est morte en tentant de fuir pour rejoindre votre armée, énonça-t-elle avec autant de douceur que possible et en essayant de ne pas trop montrer à quel point il lui était douloureux de parler d'elle.

Il eut été facile de se laisser aller, de se débarrasser enfin du lourd secret qui pesait sur elle comme un fardeau et lui rendait la vie chaque jour un peu plus douloureuse et amère. Mais elle avait donné sa parole et elle n'en avait qu'une. Tout comme elle n'avait eu qu'une seule amie au monde. Or il n'y avait que cette dernière qui puisse la libérer de son serment et elles ne se reverraient jamais. Elle seraient des amies qui ne se voient jamais, se soutenant à distance et par la pensée puisqu'il ne lui restait plus que cela.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Sam 12 Sep - 19:04

Brun guettait la vérité sur la face de Shyrin. Il y lut un regain de peur, un éclair de doute, mais cela ne dura qu'un instant. Résolution, résignation, dignité effacèrent bientôt toute trace parasite de son visage.

Elle lui servit la version officielle.
Acuité était son amie. Franchement, il se demandait bien comment. Elles étaient aussi dissemblables que possible. Shyrin avait tout ce qu'Acuité n'était pas, et inversement. Seul leur âge et leur obstination semblaient les lier. Seule l'adversité les avait sans doute liées...
Elle était morte en tentant de fuir. Bel euphémisme pour dire qu'on l'avait tuée ! Il sentit la colère le prendre. Puis il se souvint de sa vision. Devait-il y croire ? Voulait-il y croire ?

Ce soir là, il avait quitté la tente sans attendre le récit des événements. Il ne voulait rien entendre. Elle était morte de la main des Chalcédiens, c'est tout ce qu'il lui fallait savoir. Le reste, tout détail macabre ou sentimental, ne ferait qu'encombrer son deuil.
Aujourd'hui qu'il doutait, il lui fallait apprendre la vérité pour l'éprouver. Confronter la vérité dans la bouche de Shyrin. Il s'approcha d'elle, les yeux dans les siens.

- Racontez-moi. Depuis le début. N'omettez rien, même le pire. Surtout le pire.
Il voulait un récit fleuve et détaillé. Comment elle avait été capturée, par qui, que portait-elle ce jour là, où l'avait-on menée, que lui avait-on fait, qui l'avait fouettée, est-ce qu'on l'avait violée ; comment s'étaient-elles rencontrées, comment diable avaient-elles sympathisé, comment s'était-elle enfuie, dans quel but, dans quel espoir, qui l'avait tuée, comment, combien de litres de sang...
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Sam 12 Sep - 20:55

Il s'était approché et la regardait droit dans les yeux mais elle ne voyait que du flou. S'il savait ! Elle déglutit lentement et s'efforça de garder son sourire doux et calme malgré la tension nerveuse qui lui nouait les muscles du dos qu'elle tenait bien droit malgré tout. Les lèvres légèrement tremblantes, elle en avait pourtant oublié le froid extérieur tant elle était glacée de l'intérieur par la demande de Brun Braveterre. Elle le savait dur à cause de sa peine immense mais elle ne l'aurait pas cru aussi cruel. Pourtant voilà qu'il lui demandait de lui refaire le récit des plus sombres heures de sa vie. ou du moins celles qu'il devait croire telles. Docile encore, elle choisit ses mots avec soin pour s'exécuter.

- Acuité a été capturée par les hommes de mon fiancé, Bhaal Fanel. Il me l'a offerte en guise de cadeau de fiançailles, quelques jours à peine avant notre fuite.

À nouveau son esprit s'évada mais vers le passé cette fois et vers ses souvenirs. Elle revivait l'horreur de cette soirée, le cadeau maudit de Luve puis la présence d'Acuité dans sa chambre. Ce soir là, elles s'étaient rapidement reconnues en tant que compagnes d'infortune.

- J'ignore qui l'a fouettée, elle m'a dit que c'était parce qu'elle possédait cette magie que vous avez, vous autres, et que les Fanel voulaient en percer le secret. Nous nous sommes retrouvées seules dans ma chambre après la soirée et nous avons fait connaissance ainsi.

Elle avait éludé les détails de la soirée qui n'avaient, pensait-elle, aucun intérêt pour le soldat. Que lui importait de savoir qu'elle avait volontairement lié son sort à celui d'un monstre dont la soeur la considérait alors comme moins intéressante qu'une pouliche reproductrice. Même pas mieux qu'une esclave à leurs yeux. Un frisson lui rappela la mortification qu'elle avait ressentie, l'humiliation abjecte et le désespoir devant la vie courte et cruelle qui l'attendait. Finalement, elle avait beau avoir changé sa destinée, son existence n'en serait pas moins courte et douloureuse.

- J'ai découvert l'état de son dos par hasard et nous avons partagé nos secrets quand nous nous sommes couchées. Elle a mis longtemps à me dire qui elle était vraiment, mais nous nous sommes attachées l'une à l'autre.

Et ces moments avaient été parmi les plus doux de sa vie d'adulte. À présent qu'elle avait commencé à dire la vérité, le reste venait naturellement. il n'y avait que très peu de mensonge dans son récit en fin de compte, se rassurait-elle. Juste le pire.

- Elle a compris que j'avais peur de lier mon destin à celui de Bhaal Fanel et j'ai compris qu'elle n'y survivrait pas. Nous avons donc tenté de fuir ensemble. Elle m'a promis...

Elle s'arrêta et se mordit la lèvre. Acuité n'avait pas promis vraiment, elle ne le pouvait pas, mais elle lui avait assuré qu'elle serait bien traitée. Elle avait seulement omis de lui dire que le froid était si vif en ces terres qu'il vous pénétrait jusqu'aux os pour ne plus jamais vous laisser en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 13 Sep - 15:27

Bhaal Fanel. Brun grava ce nom dans sa mémoire. Car il se moquait bien de qui avait tenu le manche du fouet. Si Acuité avait été sa prisonnière, c'est lui qui avait ordonné l'ordre de la torturer. Pour percer les secrets de l'Art ? Et donc ? Les avaient-ils percés ? La crue... la crue était-elle de leur fait ? La victoire des Duchés contre Chalcède n'était-elle qu'une défaite ? Non... impossible... Vainqueur avait essayé de lui expliquer... l'Art ne pouvait si aisément être manipulé... les Chalcédiens n'étaient pas doués de cette magie, même si Acuité avait parlé... comment n'aurait-elle pas parlé, sous la morsure du fouet ?

Il avait devant les yeux l'image de sa chair meurtrie, puis celle, plus douce, des deux jeunes filles qui se confiaient. Deux jeunes filles qui fuyaient leur destin. Courageuses et pourtant stupides. Shyrin qui s'était rendue à l'ennemi. Acuité qui n'avait pas révélé son identité.
Pourquoi ? Il le devinait. Elle n'avait pas voulu se faire arme contre son propre camp. Elle n'avait pas voulu se faire otage, mais leur en avait envoyé une. C'était elle qui s'était sacrifiée pour la paix. Shyrin n'avait fait que fuir un mariage malheureux. La Chalcédienne les avait trompés, et elle mentait !

- Promis quoi ? aboya-t-il.
Voulait-elle qu'il la supplie de poursuivre ? Ce suspense qui était intolérable, bien sûr elle le savait !
- Je vous ai dit de tout me dire ! Continuez ! Comment est-elle morte ?
Il avait envie de la secouer, voire pire.
- Tirée au cœur ? Assommée ? Étranglée ? Éventrée ?
Et à chaque mot il portait la main sur elle en autant de coups d'estoc, légers mais secs, au cœur, au front, à la gorge, au ventre. Qu'elle saisisse l'horreur de sa vérité.

Il vit l'expression qu'elle arborait, et son visage se tordit d'un sourire moqueur. Il recula jusqu'à la fontaine.
- Avez-vous seulement déjà vu quelqu'un mourir, princesse ? murmura-t-il.
Et le titre n'était pas respectueux, le titre révélait son inexpérience et sa fragilité. Elle n'était pas un adversaire à sa hauteur. Il pouvait la briser comme elle l'avait brisé, lui et tant d'autres, avec son mensonge éhonté.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 13 Sep - 19:34

Shyrin sursauta devant le ton agressif du maître d'armes. La peur était soudain bien plus vive que le froid. Dépassée par la fureur de Brun Braveterre, elle ne réagit pas alors qu'il la poussait dans ses retranchements, se contentant de se recroqueviller sur elle-même alors que des larmes pointaient au coin de ses yeux. Elle comprenait sa peine, bien sûr, mais pourquoi s'acharnait-il ainsi sur elle ? La vérité se fit jour dans son esprit et comme chaque matin dans ce nouveau pays, elle éclata dans sa tête douloureusement : tu es l'ennemie. Elle le resterait pour toujours et c'était la plus désespérante de toutes ses pensées troublées.

- Elle pensait que je serais mieux traitée ici qu'elle ne l'avait été chez moi, finit-elle par lâcher la voix tremblante de sanglots contenus.

Elle sentait parfaitement quel dédain il mettait dans l'emploi de son titre. Tout comme sa colère, elle ressentait son profond mépris.Tordant nerveusement ses mains nouées sur ses genoux serrés, elle chercha l'inspiration quelque part mais ne rencontra que le froid ambiant et la fureur du regard de Brun Braveterre qu'elle sentait posé sur elle.

- Les gardes... Les gardes nous ont pourchassées et elle a protégé ma fuite. Elle... Elle a reçu plusieurs flèches...

Les images avaient pris vie dans son imagination à défaut de ses souvenirs. Il fallait qu'il la croie parce qu'il ne lui restait plus que cela pour protéger Acuité et son lourd secret. Trahir son amie n'était pas envisageable, même si à cause de cela elle devait être battue ou pire.

Les larmes avaient débordé et roulaient sur ses joues pâles à présent. Elle les essuya d'un revers rageurs et se leva soudain sans toutefois réussir à s'éloigner. Trop troublée, elle ne savait plus par où elle était venue et elle ne s'y retrouvait pas dans ce lieu inconnu.

- Pourquoi voulez-vous tellement remuer tout cela ? Le supplia-t-elle en regardant tout autour d'elle comme si elle pouvait s'évader aussi simplement. Acuité est en paix, n'est-ce pas le plus important ?
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Sam 19 Sep - 15:06

- Elle pensait que je serais mieux traitée ici qu'elle ne l'avait été chez moi.
Et elle avait raison, songea Brun. De quoi la Chalcédienne se plaignait-elle ? Elle était saine et sauve, libre de circuler dans le château, avec un garde pour protéger sa nuit. On l'aurait même choyée si elle s'était laissée faire. Et à la faveur de celle de Vainqueur, elle ne manquerait pas, il en était certain, d'avoir des courtisans avec le temps.
Comment pouvait-elle comparer sa situation avec celle d'Acuité ? Acuité avait eut droit à l'emprisonnement, à la torture et à la mort. Du moins selon ses dires.

L'image de la jeune fille transpercée se forma dans son esprit. C'était bien le genre de bravoure stupide dont elle était capable. Mais cette image ne le blessa pas, car il en avait une autre. Presque plus dérangeante...

- Restez ici, ordonna-t-il sans bouger de sa fontaine.
Si elle partait, il la ramènerait de force. Sur son banc. Et cette fois sa poigne ne fléchirait pas, comme elle avait fléchi lorsqu'Acuité s'était enfuie. Cette fois il ne laisserait personne l'attendrir, même s'il risquait la rancune de Vainqueur. Vainqueur aussi avait droit à la vérité, dusse-t-il la tirer des larmes de sa précieuse invitée.
- Je ne suis pas en paix, moi. Et je ne vous laisserai pas me la refuser. Cessez de vous apitoyer sur vous-même. Je sais que vous mentez. Je l'ai vue. Par l'Art. Vivante. Avec son enfant.

Son enfant. Le sien ? Pour la première fois, son visage se fissura, et il apparut tel qu'il était après une longue nuit sans sommeil. Hagard, tourmenté par le doute et la culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 20 Sep - 4:52

Torturée, plus mal à l'aise qu'elle ne l'avait jamais été, Shyrin cherchait désespérément une échappatoire qui ne venait pas. La vérité, c'est que, l'eut-il laissée en paix à présent, elle eut été incapable de regagner seule ses propres appartements. Outre un sens de l'orientation peu affuté en ces lieux mystérieux, elle ne pouvait s'appuyer sur aucun repère, pas le moindre indice. C'est alors que Brun Braveterre annonça ce qu'il savait vraiment et qu'elle devint franchement livide.

Incrédule, les yeux écarquillés, elle fixa son visage flou sans paraître comprendre. Comment... Pourquoi surtout Acuité lui avait-elle laissé voir son plus grand secret ? Pourquoi ? La libérait-elle de son serment ? Non certes, ou alors elle le lui eut signifié bien autrement. Pourtant, à se retrouver ainsi mise au pied du mur, la princesse comprit soudainement qu'elle ne pouvait plus jouer les souris apeurées. Elle savait quelque chose, et cet homme en face d'elle qui prenait plaisir à la terrifier, cet homme-là en savait moins qu'elle. Elle pouvait le remettre à sa juste place. Elle devait le faire, même, sous peine de passer sa vie à sursauter au moindre bruissement.

- Votre enfant, voulez-vous dire, lui rétorqua-t-elle donc d'une voix dangereusement douce et basse.

Elle avait retrouvé son timbre simple et clair, d'un calme majestueux. Soudain, Brun Braveterre ne lui faisait plus peur. Elle avait menti, oui, mais pour respecter un serment uniquement. Le maître d'armes avait commis une faute beaucoup plus lourde et en payait aujourd'hui le prix de la culpabilité. Prix qui lui incombait à lui seul. Elle-même n'y était pour rien.

- Il me semble que cet entretien est terminé, à présent, conclut-elle en se levant calmement. Si vous voulez avoir l'obligeance de me ramener à ma chambre.

Sans même s'en rendre compte, sans savoir comment ni pourquoi, elle avait retrouvé toute sa morgue de princesse, toute prisonnière qu'elle soit. Elle ne serait plus jamais une fillette effrayée. Elle savait des choses importantes. Plus encore, elle était quelqu'un d'important. Elle assurerait à jamais la paix entre leurs deux pays. Cela seul était digne d'un respect qu'elle se refusait à elle-même depuis trop longtemps.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 20 Sep - 22:58

Brun tiqua. Il s’attendait à ce qu’elle nie encore. Elle n’en fit rien.
Votre enfant. Elle confirmait. Elle avouait. Sa vision était vraie. Il ne délirait pas. Acuité était vivante, et lui, père. Durant sa longue insomnie, il avait songé que, peut-être, l’enfant était le fruit d’amours violentes chez l’ennemi. Mais il ne pouvait pas souhaiter cela. Et il lui suffisait de compter les lunes sur ses doigts…
 
Appuyé à la fontaine, il fixait toujours Shyrin, sans la voir. Le corps figé, l’esprit agité de sentiments contradictoires. Acuité était vivante, il aurait dû se sentir soulagé, heureux… Mais il avait fait son deuil et il avait du mal à réaliser. Il avait fini par accepter la mort, et soudain il y avait la vie, deux vies dont une qu’il avait créée… Face à l’idée improbable de sa paternité, il se sentait démuni, coupable, humilié aussi. Humilié par les paroles de la Chalcédienne, qui avait su avant lui. Trahi. Comment Acuité avait-elle pu livrer leur nuit à l’étrangère ?
 
Rompant l’engourdissement, il se mit à marcher, à tourner autour de la fontaine. Pour réfléchir. Il n’avait pas encore toutes les réponses. Il voulait presser la Chalcédienne de questions… Plusieurs fois, il s’arrêta et la regarda, les lèvres entrouvertes. Mais il resta silencieux et reprit sa marche. A chaque pas, ses idées s’emboitaient d’elles-mêmes. Il ne voulait pas entendre la vérité de sa bouche. Elle la salissait.
 
- Elle vous a demandé de mentir, n’est-ce pas ?
Il avait au moins besoin de ça. Mais il en était presque sûr. Elle voulait qu’on la croie morte. Pour protéger l’enfant.
- C’était stupide de sa part. J’aurais porté la responsabilité, murmura-t-il comme pour lui-même, perdu dans ses pensées.
L’enfant aurait été sauf. Il aurait fait ce qu’il fallait. Ils se seraient terrés à Haute-Garde, loin des médisances. Comment avait-elle pu en douter ? Le croyait-elle assez vil pour la laisser seule face au déshonneur ?
 
Et puis, il songea que c’était pour elle qu’elle refusait cette vie là. Qu’elle n’avait jamais compté sur lui. Qu’avec ou sans bâtard, elle préférait sa liberté. La liberté qui l’avait poussée à fuir, une fois, deux fois. Savait-elle déjà qu’elle était enceinte, lorsqu’elle l’avait repoussé ? Et cette image, pourquoi la lui avait-elle envoyée ? Car cela devait venir d’elle ; lui n’avait pas l’Art. Pourquoi avait-elle voulu qu’il sache, puisqu’elle ne lui laissait aucune place dans sa vie ?
 
Ses pensées ne menaient nulle part, et il eut envie de hurler. Du poing, il frappa l’eau qui lui gicla au visage comme une lame glacée. Trempé, il appuya ses doigts sur ses yeux blessés, un instant aveugle, persuadé que lorsqu’il les rouvrirait, la fille se serait échappée. Mais non. Elle était toujours là, à le toiser de son petit air dédaigneux. Elle avait retrouvé son naturel princier. Tout n’avait été que mensonge. Le deuil et l’humilité. Il la détesta plus que jamais. Pour avoir joui de la confiance qu’Acuité ne lui avait jamais accordée.
 
- Dites-moi où elle est, et je vous ramènerai, dit-il.
Un ultime bras de fer avant la capitulation. Qu’il sache où elle avait fui, où elle s’était réfugiée, pour aller lui réclamer son dû. Elle lui devait au moins la vérité. Rien que la vérité.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Lun 21 Sep - 8:31

Debout et les mains sagement nouées devant elle, Shyrin attendit patiemment que le maître d'armes en finisse avec son agitation. Elle venait d'avouer qu'elle savait Acuité enceinte, certes, elle confirmait en quelque sorte qu'elle était bel et bien en vie, quelque part, et en sécurité. Elle comprit soudain que c'était cela qui l'avait décidée. Si elle avait envoyé cette vision à Brun Braveterre, c'est qu'elle était assez en sécurité pour le faire, c'est qu'elle avait réussi à atteindre son objectif, et la princesse en était heureuse pour elle. Elle ne pouvait nier également qu'en finir avec le mensonge qui la dévorait depuis des semaines était plus qu'un soulagement.

Elle ne répondit pas à la question de Brun au sujet du mensonge, pas plus qu'à ce qui concernait ses responsabilités. De toute façon, ces phrases n'appelaient pas réellement de réponse. Le jeune homme était en train de refaire mentalement tout le cheminement, d'emboiter les pièces les unes dans les autres afin que se dessine enfin le tableau d'ensemble. Il n'avait pas besoin d'elle. Et elle avait été suffisamment maltraitée comme cela, même si c'était par elle-même en tout premier lieu. Quand il eut fini de s'apitoyer sur lui-même, de grommeler et pester ou de faire quoi que ce soit qu'il soit en train de faire, il revint sur elle et la fit tressaillir à nouveau malgré toutes ses bonnes résolutions.

La peur était toujours là, tapie dans l'ombre, prête à bondir et à la dévorer à la moindre occasion. Elle était et resterait une prisonnière de guerre, une âme solitaire à qui rien n'était du hormis de ne pas la laisser mourir comme un animal. La princesse pâlit et perdit un peu de sa superbe mais s'efforça de rester droite et de masquer le vacillement de son regard. Elle devait rester droite et fière, elle le devait. Ne serait-ce que pour ne pas s'effondrer.

- Non, répondit-elle donc assez bas mais avec une détermination sans faille. Si Acuité désirait que vous sachiez où elle était, elle vous l'aurait dit.

Troublée de ne pas comprendre comment et pourquoi la petite duchesse avait envoyé cette vision, elle était néanmoins infiniment soulagée et heureuse de ne plus avoir à porter ce mensonge seule. Et puis il y avait l'enfant. Acuité était en vie et avait mis au monde son enfant. Avait-elle eu un fils ou une fille ? Quel nom lui avait-elle donné ? Elle aurait tant aimé être auprès d'elle à présent. Plus que jamais. Mais non. Son rôle à elle n'était pas d'être libre mais de former un rempart entre les Duchés et Chalcèdes. Mordant légèrement sa lèvre, elle détourna un regard voilé et reprit pour Brun Braveterre.

- Ramenez-moi à présent, je vous prie.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Sam 26 Sep - 13:16

Non. La fille dit non.

Abasourdi, le maître d'armes fixa la Chalcédienne. Sombre. Très sombre. Dans leur parodie de dialogue, elle ne lui avait rien donné. Elle n'avait fait que débiter son mensonge, et ce n'est que par maladresse, par méchanceté, qu'elle s'était révélée. Et à présent, elle lui refusait la dernière pièce du puzzle qu'il avait lui-même assemblé. La pièce sans laquelle il ne pouvait rien faire. La pièce sans laquelle il ne pouvait trouver aucune tranquillité.

La cruauté de la jeune fille le surprit et le choqua. Il ne croyait pas avoir mérité ça. Certes il n'avait jamais été aimable à son égard - petite princesse dédaigneuse, oiseau de malheur. Mais, bien que brusque, il ne l'avait jamais maltraitée comme elle le maltraitait aujourd'hui. Que voulait-elle ? Qu'il s'abaisse à la supplier ?

Bouillant de rage, il se força au calme et à l'immobilité. Tâcha de comprendre, de la comprendre. De lui accorder, pour la première fois, le bénéfice du doute : elle ne faisait pas cela juste pour le faire enrager.

- Vous cherchez à la protéger, conclut-il, la voix vibrante. Mais je ne suis pas un danger pour elle. Ne voyez-vous pas ? Son secret est en sécurité avec moi.
Il se faisait l'effet d'un lâche, mais c'était vrai. Il n'allait pas crier sur les toits qu'il avait engrossé une fille de Duc, ruinant son destin et le sien sur une simple vision. Il ne ferait rien avant d'être sûr ; mais pour être sûr, il lui fallait voir de ses propres yeux.

- Je ne dirai rien. Même pas à Vainqueur.
Une promesse, et une menace. Car le Roi ne serait pas ravi d'apprendre que son meilleur ami et sa précieuse captive lui avaient menti.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Sam 26 Sep - 13:58

Terrifiée de tenir ainsi tête à un homme qu'elle estimait particulièrement dangereux depuis qu'il savait qu'Acuité avait fui sa présence comme celle de tout le monde dans les Duchés, Shyrin serrait ses mains nouées pour qu'on ne voit pas combien elle en tremblait. L'atmosphère changea brutalement et cette chaleur vibrante de colère qu'elle sentait émaner de lui se mua en une forme de douceur un peu suppliante. Émue, elle faillit se laisser fléchir et hésita même un certain temps avant de se reprendre finalement.

- J'ai donné ma parole, murmura-t-elle, perdue et aveuglée par les larmes qui lui venaient aux yeux.

Elle chercha encore comment s'échapper, jetant des regards de biche prise au piège autour d'elle, mais tout était flou pour ses yeux myopes. Elle ne pouvait pas s'en sortir seule.

- Pour Sa Majesté comme pour le reste du monde, Acuité est morte en tentant d'échapper à ses poursuivants. Qu'elle ait été enceinte ou non ne change rien à cette cruelle vérité si ce n'est qu'elle en est plus triste encore.

Elle devait s'y accrocher et surtout, Brun Braveterre devait comprendre. Elle ne pouvait pas trahir son amie. Vainqueur lui-même l'eut-il acculée qu'elle ne lui eut pas révélé où se trouvait la petite duchesse. Du moins où elle se dirigeait la dernière fois qu'elle l'avait vue car après tout, elle pouvait aussi bien avoir changé d'avis en route.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 27 Sep - 15:03

Vainqueur rentrait tout juste de chasse. Il était parti aux aurores avec quelques hommes de sa garde histoire de se changer les idées, car à son retour, il savait pertinemment ce qui l'attendait : une discussion avec sa mère.
Et comme à son habitude, cela ne l'enchantait guerre. Même le chevreuil qu'il avait abattu ne parvenait pas à lui rendre le sourire. Il soupira, tandis qu'il grimpait les marches menant à ses appartements. Là, il se changea, enfila sa tunique bleue de Cerf après s'être lavé le visage et peigné les cheveux. Sa mère détestait le voir sale ou mal apprêté, comme si cela pouvait changer quoique ce soit à son règne.
Son valet l'aida à enfiler des bottes plus hautes et surtout propres, après qu'il ait troqué son pantalon de chasse contre des chausses plus adaptés à la conversation.

Il ressortit rapidement et se décida à chercher sa mère, mais arrivé devant ses appartements, l'un des gardes lui signala qu'elle était sortie.
Probablement dans ses jardins en haut de la tour. Par El que trouvait-elle encore à aller là-bas ? Il faillit se raviser et rentrez chez lui prendre un bon petit déjeuner, mais s'il évitait cette entrevue, une autre en prendrait la place.
Aussi, il se décida à monter toutes les marches, et Eda savait qu'il y en avait beaucoup, mais Vainqueur était un guerrier et il en avait vu d'autres.
Il fut surpris de voir que la porte menant aux jardins de la Reine n'était pas fermée et encore plus, lorsqu'il pénétra dans l'enceinte florale, de découvrir Shyrin et Brun semblant être en grande conversation.
Shyrin n'était même pas couverte d'un manteau, elle devait être transie de froid.
Il s'annonça d'une voix forte, pour les surprendre peut-être, car voir les deux personnes en pleine messes-basses ne lui plaisait pas vraiment. Brun n'avait jamais émis la moindre volonté de discuter avec Shyrin, il semblait plutôt la détester, alors pourquoi ce rendez-vous dans les jardins de la reine ?

- Quelle est donc cette réunion au sommet à laquelle le Roi n'a pas été convié !? demanda-t-il en s'avançant un sourire au lèvre, diminuant ainsi l'effet de la réprimande, mais intérieurement, il était curieux et passablement agacé de savoir ce que son meilleur ami trafiquait avec la fille de l'ennemi.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 27 Sep - 17:56

Brun tombait de Charybde en Scylla. Ou plutôt de Shyrin en Shyrin. Cette pauvre fille était-elle donc complètement stupide ? Ne comprenait-elle pas tous ceux que sa promesse aveugle risquait d'anéantir ?!

Elle aurait pu, lui dire, là, maintenant. Il serait parti sous un quelconque prétexte. En silence. Mais elle l'obligeait à lui arracher la vérité. Il ne voyait qu'un moyen, le même qu'Acuité avait utilisé pour la lui montrer. L'Art.
Brun n'avait pas l'Art mais savait ce qu'on pouvait faire avec. Ce que Vainqueur pouvait faire avec. Certes, le Roi n'aimerait sans doute pas user de tels procédés. Mais c'était de la vie de sa petite cousine dont il s'agissait.
Il devrait dire à son ami que la Chalcédienne avait menti. Qu'Acuité était vivante, quelque part. Mais il ne pourrait pas omettre les détails de l'histoire - s'il le faisait, Shyrin se ferait un plaisir d'à son tour le trahir.

A cause de son obstination, ils se perdraient tous les deux. Ils avaient trahi la confiance du Roi. Lui, souillant clandestinement une adolescente de son sang ; elle, endeuillant le Royaume qui l'avait accueillie. Pire encore. Le sacrifice d'Acuité et la reddition de Shyrin n'auraient servi à rien. Glace ferait ramener sa fille, et Shyrin perdrait son statut d'invitée. Peut-être même ne pourrait-elle plus être garante de la paix. La guerre pour une promesse d'adolescente...

Il aurait dû être en colère. Mais il était abattu. Il avait perdu l'Espoir. Aucune issue de lui paraissait heureuse désormais.

Il ne réagit même pas lorsque Vainqueur arriva. Il se moquait bien de ce à quoi la scène devait ressembler. Lui trempé avec sa gueule de déterré. Shyrin, transie, aux abois. Il regarda son ami et comprit qu'il ne pourrait jamais lui dire la vérité. Il ne pourrait jamais lui dire qu'il avait porté la main sur Acuité. Il préférait qu'elle soit morte pour lui, pour tous, plutôt que voir le désamour dans le regard de Vainqueur.

L'ennemie avait gagné. Il ne saurait jamais où Acuité s'était réfugiée, si elle était vivante, vraiment ; il ne verrait jamais l'enfant. Une résolution glaciale l'envahit.

- Je pars. Je quitte Castelcerf, dit-il d'une voix aussi blanche que sa haine.
Ils n'étaient pas rentrés depuis un mois ; mais c'était comme s'il n'était jamais vraiment revenu. Une chose était sûre : il ne resterait pas ici un jour de plus, torturé par l'incertitude, en regardant la princesse parader dans sa robe de mensonges.
- Je refuse de rester sous le même toit que cette...
Il ne trouvait pas de mot assez ordurier.
- Si elle reste, je pars.

Et il se moquait bien du caprice que cela devait sembler être. Il espérait même que Vainqueur la choisisse, pour qu'il puisse partir sans regrets.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 27 Sep - 20:00

Shyrin sursauta violemment à l'arrivée impromptue de Vainqueur, exactement comme une enfant coupable prise sur le fait. En reculant précipitamment, elle trébucha et ne reste debout que par miracle. Serrant ses mains glacées l'une contre l'autre, elle leva un regard coupable sur le Roi. Avant qu'elle ait pu dire quoi que ce soit, toutefois, Brun Braveterre la prit de vitesse. Livide et la bouche entrouverte par la stupeur, elle l'écouta l'insulter comme jamais auparavant et en resta sans voix. Une gifle ne l'aurait pas davantage offensée. Rougissant d'un coup, elle se détourna pour masquer son humiliation aux yeux de Vainqueur. Comment allait-elle pouvoir lui expliquer ça ? Que pouvait-elle faire pour réparer sans mettre en danger le secret d'Acuité ? Car même trahie par le maître d'armes, jamais elle ne dévoilerait ce que son amie avait voulu cacher en fuyant dans les Montagnes.

- J'irai où vous le souhaitez, Majesté, énonça-t-elle donc simplement en s'efforçant de garder la tête haute et de dissimuler combien elle avait honte.

Après tout, n'était-elle pas prisonnière de guerre ? Il pouvait bien l'exiler dans n'importe lequel de ses châteaux ou même dans une prison. Elle ne voyait pas comment cela pouvait être pire compte du froid glacial qu'il faisait déjà ici. Elle resterait droite et représenterait son pays comme il le fallait. L'essentiel était qu'Acuité reste en sécurité où qu'elle se trouve avec son bébé et que la paix perdure entre leurs deux nations.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Dim 27 Sep - 21:31

Par El, Vainqueur resta bouche bée un moment. Si c'était une blague elle était fort mauvaise, et les traits de son amis montraient bien que cela n'en était pas une. Il ne sut que dire face aux paroles du Maître d'armes à travers desquelles transparaissait une haine sans fond, mais aussi une colère qu'il peinait à dissimuler. Cette Guerre l'avait changé et Vainqueur ne comprenait toujours pas pourquoi.

- Qu'est-ce que...bredouilla Vainqueur abasourdi, ne sachant toujours pas ce qui se tramait ici.

Il mourrait d'envie de demander ce qu'il s'était passé, de l'ordonner même, mais lorsque Shyrin prit la parole, il se ravisa devant l'humilité dont elle faisait preuve. La prisonnière était persuadé qu'il la renverrait sur le champ et donnerait raison au Maître d'Armes.
Tout autre Roi aurait agit de la sorte mais, Vainqueur avait passé un peu de temps avec Shyrin et il ne comprenait toujours pas pourquoi Brun lui vouait autant de rancœur. Cela dépassait l'entendement. Il se racla la gorge, pour se laisser encore quelques secondes avant de parler.

- Vous irez dans vos appartement Shyrin, dit-il d'un ton ferme. Quelle idée, vraiment de sortir dénudée par pareil temps. Vous n'êtes plus en Chalcèdes !

Il la grondait peut-être comme une petite fille, mais sur le moment, il ne vit pas comment réagir autrement pour lui donner l'occasion de s'éclipser.

- Je vous raccompagnerais bien, mais je dois m'entretenir avec mon Maître d'Armes. Si vous voulez bien m'excuser.

Poliment, il inclina la tête pour lui donner l'occasion d'une révérence avant qu'elle ne quitte les lieux. Il resta interdit un moment, jusqu'à ce que la chevelure rousse ne soit plus dans leur champ de vision.
Là, il se tourna vers son ami et demanda simplement, d'une voix qu'il voulait apaisante :

- Tu m'expliques ?
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1602
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Lun 28 Sep - 0:31

Brun éprouva un plaisir mesquin à entendre Vainqueur rabrouer Shyrin. C'était comme s'il prenait son parti. Mais ça ne dura pas. A la phrase suivante, il était redevenu son galant chevalier.
- Je vous raccompagnerais bien, mais je dois m'entretenir avec mon Maître d'Armes. Si vous voulez bien m'excuser.

La fille disparut, comme ça, tout simplement ; mais Brun n'en éprouva pas de soulagement. Il portait sa colère à l'intérieur, sûr de l'injustice qui lui était faite. Et craignait l'entrevue avec Vainqueur. Ses yeux posés sur lui. Indulgents, mais qui demandaient des comptes. Qu'allait-il pouvoir bien lui dire ? La vérité ?

- C'est elle. Tu ne dois pas lui faire confiance... elle joue la comédie... depuis le début... Elle ment ! J'ai fait un rêve...
Il s'entendait marmonner. Comme un homme fou, paranoïaque. Il n'arrivait pas à ordonner ses idées.

Il baissa la tête. C'était sans doute mieux ainsi. Il ne pouvait pas dire à Vainqueur ce qu'il savait. S'il franchissait la ligne de la vérité, il ne pourrait plus reculer. Vainqueur remuerait ciel et terre pour retrouver Acuité. Et que ferait-il s'il la retrouvait ? La ramènerait-il de force à un destin qu'elle refusait ? Dans la contrainte et la honte ? Il le devait à Glace et au Royaume.

Mais lui, il ne voulait pas de cette Acuité là. Il ne voulait pas l'enchaîner à lui, à cause de cette faute indélébile qu'ils avaient commise, juste une nuit. Le secret de Shyrin était le sien désormais.

- Je pars. Peu importe la Chalcédienne. J'ai besoin d'air. Engage Force à ma place, elle fera l'affaire. Je ne veux plus faire des soldats. Ça n'est pas ce dont nous rêvions...

Il voulut ajouter une note positive, mais ne trouva pas. Il avait pris sa décision, pourtant il n'arrivait pas à y croire. Il quittait son foyer, il quittait Vainqueur. Il n'arrivait pas à imaginer sa vie sans lui, pourtant il savait, à présent, que sa vie était ailleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Shyrin Cardia
Chalcèdes
Princesse
avatar

Messages : 343
Date d'inscription : 26/08/2014
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Princesse
Âge: 17
DC: Chiara Lunabille, Elke, Jana Qassem

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Lun 28 Sep - 8:51

Grondée et renvoyée chez elle comme une enfant désobéissante, Shyrin n'eut pas d'autre choix que de plonger en une gracieuse révérence avant de s'éloigner. Les yeux pleins de larmes, elle garda néanmoins la tête haute pour ne pas offrir à Brun Braveterre le plaisir de la voir souffrir plus qu'il ne l'avait déjà secouée ce matin là.

Certaine d'être incapable de retrouver seule son chemin, elle n'avait pourtant pas eu le courage de l'avouer et préférait encore errer des heures dans les couloirs glacés que d'avouer cette nouvelle faiblesse si honteuse. Se dirigeant de son mieux sur le chemin gravillonné à travers les massifs et les arbres, elle laissa ses doigts effleurer certaines plantes. Si le jardin était bien conçu, certaines plantes ne pouvaient se trouver qu'à certains endroits et elle se souvenait par où le soleil l'avait frappée quand ils étaient arrivés. C'est ainsi qu'elle retrouva la porte de l'escalier sur la côté ouest. Bien sûr, il lui fallut plus de temps qu'à quelqu'un qui savait où elle était ou qui voyait loin, mais elle y était arrivée, par Sâ !

Les doigts collés au mur de pierre froid et humide, elle trouva l'escalier en tâtant du pied sur ce palier si sombre après l'extérieur ensoleillé. Prudemment, à pas mesurés, elle finit par arriver en bas entière et s'en serait volontiers félicitée si elle avait pu cesser de penser à la scène déplaisante qui s'était déroulée là-haut. Brun Braveterre devait être en train de raconter à Vainqueur quelle menteuse elle était et sans doute allait-on la jeter en prison ou l'envoyer dans quelque demeure lointaine.

Trop agitée, elle ne sut comment s'orienter au bas de la tour et dut se résoudre à demander à une servante qui passait. Par chance, elle en vit une qui portait une pile de linge ou ce qui y ressemblait en tout cas, et sut qu'elle avait bien affaire à une domestique. La femme parut réticente, il était certain que cela lui faisait perdre du temps, mais la princesse devait avoir l'air bien misérable car elle accepta de la reconduire. Elle la guida jusqu'à un long couloir plutôt sombre puis l'abandonna là en prétextant qu'elle ne pouvait différer davantage ses tâches.

Par Sâ, où pouvait-elle se trouver ? Même si elle avait eu une vue correcte, il lui aurait été impossible de s'y retrouver dans cet immense château plein de courants d'air. Désemparée, elle se tordit les mains et avança lentement jusqu'à une porte qui s'ouvrit sur un autre couloir. Là, elle tomba sur un garde peut-être plus compatissant que les autres et qui lui demanda si elle avait besoin d'être escortée jusqu'à ses appartements. Éperdue de reconnaissance, elle accepta et se laissa enfin mener jusque chez elle où le feu avait été entretenu en son absence. S'enroulant dans la fourrure qu'elle avait abandonnée en quittant la pièce, elle se remit dans le fauteuil devant le feu et laissa libre cours à des larmes silencieuses mais fort amères. Plus que jamais, elle souhaitait de tout son coeur avoir des nouvelles d'Acuité.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   Lun 28 Sep - 19:14

A peine Shyrin avait-elle quitté les lieux que Brun se mit à marmonner des choses incompréhensibles. Par El, que lui arrivait-il ? Il lui indiqua que a Chalcédienne mentait mais ne dit pas à quel propos, il lui parla de rêve, de...toutes ses paroles n'avait pas de sens et il dû lui même s'en rendre compte car il s'arrêta.
Vainqueur le regarda, complètement incrédule. Qu'était-il arrivé à son meilleur ami ? Qui était cet homme rongé par la haine et la colère ?
Il voulut le rassurer, dire quelques mots, plaisanter peut-être pour détendre un peu l'atmosphère mais Brun lui coupa l'herbe sous le pied en lui indiquant qu'il partait.
Il partait.
Non, c'était impossible. Une part de lui-même refusait de le croire et c'est cette partie de lui qui attrapa le bras de Brun, comme pour le retenir.

- Que dis-tu ? demanda-t-il un sourire mal assuré sur les lèvres. Ce ne peut être vrai. Parle moi, dis moi tout Brun, mais tu ne peux pas partir comme ça, tu ..ne peux pas.

Pourtant, l'autre part de lui-même soufflait dans son esprit que le Maître d'Armes avait pris sa décision.
- Qu'est ce que...écoute, je sais que nous avons perdu des hommes et que c'est dur à avaler. Sans cette crue d'Art, nous n'en serions pas arrivé là. Mais...la reddition de Shyrin est une bonne chose, elle nous a permis d'éviter un nouveau massacre.

Il se voulait calme et rassurant mais tout en lui hurlait de prendre son amis par les épaules et de le secouer comme un maudit prunier. Cette Guerre l'avait changé, quelque chose en lui avait changé mais par El, Vainqueur ne pouvait pas deviner s'il refusait de parler. Devenait-il fou ? Depuis la fin de la Guerre, c'était comme si Brun n'arrivait pas à se réjouir de leurs sors, pourtant, ils avaient gagné la paix pour le peuple et même quelques territoires en plus. Alors quoi ? Qu'est-ce qui pouvait bien bloquer son amis de la sorte ?

- Je sais que nous rêvions de gloire et de conquêtes mais...il n'y a nulle gloire à régner sur un cimetière, ni de conquérir un royaume pour les morts.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: La vérité, rien que la vérité [novembre 10]   

Revenir en haut Aller en bas
 

La vérité, rien que la vérité [novembre 10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant

 Sujets similaires

-
» Lucrecia Graciozi - Toute la Vérité, rien que la Vérité.
» Je jure de parler sans haine et sans crainte, de dire toute la vérité, rien que la vérité. - Version courte
» Célérité
» Perte des points en dextérité après Up
» Comment avouer une vérité pareille?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Forteresse de Castelcerf :: Les extérieurs :: Archives V1 et V2
-