AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le rêve d'Art [Octobre 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Dim 18 Mai - 9:27

La journée avait été longue, épuisante. Lasse, Acuité n'avait pas tenu à rester trop tard au dîner. Ces derniers temps, même si son corps commençait à se sentir vivifié de tous ces entraînements matinaux, son esprit lui prenait toute son énergie. Depuis l'incident avec Vaillant, elle avait eu un mal fou de retrouver la facilité avec laquelle elle avait artisé ce jour là. Vaillant avait faillit la tuer à travers l'Art, et cet espèce d'imbécile n'avait même pas présenté ses excuses, comme s'il ne se rendait compte de rien.
Elle avait été le chercher dans les méandres de son esprit en feu, voulant vraiment lui apporter un apaisement certain. Les liens du clan se formaient petit à petit, et elle devait bien se rendre à l'évidence, une affection et un sentiment de protection était né de tout cela.
Mais au lieu de la rejoindre et de calmer la brûlure de l'Art, il s'était entièrement ouvert à elle, et le flux de ses souvenirs et de ses sentiments avait bien faillit les emporter tout deux. Elle était en colère après lui, depuis ce jour et ne lui avait plus adressé la parole, attendant au minimum des excuses.
Cela avait, bien entendu, perturbé un peu le cours, le clan ressentant les tensions de la jeune femme. Mais peu lui importait. Cet idiot devrait bien se rendre compte de ce qu'il avait fait.

Marmonnant dans son lit, elle fit l'effort de respirer calmement, pour ne pas que ses pensées noires n'enrayent sa nuit et son sommeil, dont elle avait grand besoin.
Le lit était moelleux, les draps sentaient bons et il y faisait chaud. ses pieds, toujours froids, avaient du mal à se réchauffer. Elle les frotta l'un contre l'autre, un sourire au lèvres. Elle adorait cette sensation de voir son corps se réchauffer dans un lit.
Et puis, plus rapidement qu'elle ne s'y serait attendu, elle s'endormit.

Pour être réveillé à peine quelques minutes plus tard, du moins c'est ce qui lui sembla.
Un page était entrain de s'affairer, près du feu. Faisant toujours semblant de dormir, les yeux mis-clos, elle regardait ce jeune garçon. Qui était-il? et comment était-il rentré dans sa chambre?
Devait-elle lui intimer de sortir sur le champ? Elle hésita, jusqu'à ce qu'une douleur violente lui mordre les draps pour s'empêcher de crier.
Par Eda! Quelle douleur horrible!

Le petit page se retourna vers elle, l'air inquiet. Il s'approcha du lit, et le premier réflexe de la duchesse fut de bien monter les draps pour se cacher. Hors de question qu'un page ne l'a voit à moitié nue dans son lit.

- Désirez vous un peu de vin Messire?

Messire?
- Messire? reprit-elle tout haut.
Et sa voix mourut tant elle était effarée de la gravité du son.

- Non merci, bredouilla-t-elle. Laissez moi je vous prie.

L'inquiétude du page gagna en intensité, mais il hocha simplement la tête et sortit, comme habitué à un maître un peu lunatique. Comment ne pas l'être avec pareil douleur?
Elle avait du mal à se concentrer, mais quelque chose n'allait pas. Sa voix, et ses mains qu'elle regardait à présent, rien de tout cela ne lui appartenait.
Son regard se posa sur le lit, puis la pièce où elle se trouvait. Ce n'était pas sa chambre non plus.
Plus intriguée que paniquée, elle chercha à comprendre ce qui était entrain de se passer. Qui était-elle à présent? Elle voulu se lever et trouver un miroir, mais lorsque sa jambe toucha le sol pour la porter, la douleur refit surface et elle s'effondra sur le sol.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Lun 19 Mai - 18:50

Cet abruti de page l'avait réveillé. Lui qui avait eut un mal fou à s'endormir !
La haine envahit Vaillant en même temps que la douleur. Cette douleur à laquelle il avait cru échapper en sombrant dans les bras de Morphée. Cette douleur qu'il avait récoltée ce jour, en tentant de monter à cheval pour la première fois depuis le Tournoi.

Son esprit était embrouillé et c'est ce qui l'empêcha d'inonder l'importun d'un torrent d'injures. Il eut même un geste absurde et s'accrocha à son drap comme une vierge effarouchée. Un étrange sentiment de pudeur l'envahit.

- Désirez vous un peu de vin Messire ? reprit l'autre.
Il sentait son inquiétude mais n'en était pas touché. Au moins le gamin avait-il les réflexes appropriés.
Il allait répondre oui, mais s'entendit prononcer :
- Non merci. Laissez moi je vous prie.

Non merci ? Je vous prie ?! Par El qu'était-ce que cela ?
Il parlait au larbin comme à une marquise. Même sa voix n'était pas normale. Il chevrotait comme un foutu biquet. Il porta sa main à sa gorge, regarda ses mains, et eut l'idée insensée de se lever. Sans sa béquille, il s'effondra au sol.

La douleur l'envahit à nouveau et il refoula des larmes de rage. A la force de ses bras, il se hissa sur son lit et s'y avachit à nouveau, dans son plus simple appareil. Sur sa table de nuit, il saisit la carafe de verre délicat et la lança contre la porte, où elle se brisa en mille morceaux. L'eau gicla partout et coula en rigoles sur le parquet, comme les pleurs qu'il n'avait pas eus.

L'instant suivant, il regretta violemment son geste. Il se perdit en considération sur les éclats tranchants qui jonchaient le sol et l'enfant qui risquait de se blesser en accourant dans la pièce - alors qu'il savait pertinemment que le page ne reviendrait pas. Il prit sa tête dans ses mains. Que lui arrivait-il ? Il n'était pas dans son état normal. Il calma sa respiration, et sentit alors la petite bête dans son esprit.

Il fut très rapide, et l'emprisonna comme on piège une guêpe sous un verre. Elle ne pouvait plus s'enfuir, et il put l'observer à loisir. Il fut à peine surpris, mais très amer, de reconnaître Acuité.
- Eh bien ? lança-t-il en son fort intérieur. Tu n'en as pas assez vu, la dernière fois ?
C'était lui qui s'était ouvert à elle, et il ne pouvait  le lui reprocher. Mais elle s'était caparaçonnée en retour, et il se sentait floué. D'autant plus qu'elle l'ignorait superbement depuis plusieurs semaines.

- Vous êtes tous pareils, vous, les Loinvoyant, cracha-t-il, plein de fiel. Vous prenez et vous ne donnez rien en retour.
Ne l'avait-elle pas jeté hors de son lit comme Lui plus tôt, dans l’arène ? Il n'était qu'un sujet, une marionnette à leurs yeux. Mais il ne se laisserait plus jouer ainsi.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Mer 21 Mai - 22:11

Lorsqu'il referma son étreinte sur elle, Acuité comprit enfin la situation: Elle partageait l'esprit de Vaillant. Par Eda, comment cela pouvait être possible?
Décidément, l'Art s'avérait être aussi fascinant qu'effrayant. Pourtant, la situation actuelle lui parut plus dangereuse par la réaction de Vaillant que par la magie en elle-même.

Il dégageait une telle agressivité qu'elle suffoqua un moment. Le ton qu'il employa envers elle fit bouillir son sang de Loinvoyant. Elle voulait s'enfuir avant d'être vraiment désagréable, mais il la retenait.
Crachant son fiel, déversant une haine impressionnante, elle n'avait d'autre choix que de faire front. Qu'était-il arrivé du Vaillant qu'elle connaissait? Ce nobliaux narcissique et charmeur?

Le monstre qui se tenait devant elle n'était plus lui-même, et un instant, elle ne savait si elle devait laisser exploser sa colère ou sa pitié. Dans un cas comme dans l'autre, elle était sa prisonnière, et un sentiment obscur la pressa de réagir.

-Ne dis pas n'importe quoi. Tu as faillit me tuer en t'ouvrant ainsi. Souhaitais-tu vraiment que je te rende la pareille?

Dans cet univers sombre, ils étaient en tête à tête. Prenant son mal en patience, la jeune Duchesse attendit, les bras croisés. Ses doigts pianotaient sur ses avant-bras. et elle soupira, agacée.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Dim 25 Mai - 15:00

Vaillant se vit par les yeux d'Acuité, et ce fut comme une douche froide. Avait-il tant changé ? Il avait de la haine et du dépit, certes. Qui n'en aurait pas eu ? 

Il relâcha légèrement son emprise sur Acuité et répondit, passant d'une colère blanche à un sombre désespoir :
- Peut-être...

Il était avachi sur un lit dont il ne pouvait se lever sans aide, et la douleur le traversait. La traversait, elle aussi. Il n'avait pas besoin de mots pour exprimer son sentiment à celle qui habitait son esprit : qu'était-ce que cette vie ?

Et puis, sentant qu'il dérivait vers la mélancolie la plus noire, il se reprit. Il n'était pas seul. Il ne pouvait se laisser aller ainsi. Il rabattit le drap sur sa nudité et reprit, comme pour s'adresser à lui-même :

- Cesse de t'apitoyer ainsi. Tu n'as pas failli "mourir". Tu es plus forte que cela. Tu as déjà résisté une fois au Fleuve...
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Dim 25 Mai - 22:52

Elle sentit l'emprise diminuer, et fût rassurée un instant. Quelques minutes auparavant, elle avait vraiment eu l'impression qu'il lui voulait du mal. A présent, elle le voyait tel qu'il était : Triste.

Toute sa colère glissa le long de ses bras qu'elle décroisa. cette situation était stupide. Vaillant semblait avoir perdu toute envie de se battre et de réagir intelligemment. Elle n'aimait pas son arrogance d'antan, mais elle détestait encore plus cet individu qui n'y croyait plus.
Ils faisaient parti du même clan, ils étaient liés et elle ne supportait pas de le voir partir en lambeaux de la sorte.

Il rabattit le drap sur son corps, et c'est seulement à ce moment là qu'elle se rendit compte qu'il était nu. Les joues roses, elle se morigéna de réagir de la sorte.Bien qu'elle se trouvait en présence d'un homme nu pour la première fois, elle n'était pas physiquement présente, alors inutile de laisser son corps lui dicter cette réaction puérile.

Reprenant ses grands airs avec beaucoup d'efforts, elle le laissa reprendre la parole. Dans l'obscurité, elle s'assit, non loin de lui et remonta ses genoux vers son menton, qu'elle appuya dessus.

- Si j'ai résisté c'est uniquement parceque le Maître était là. je ne suis pas forte, je me protège, rien de plus. J'ai mes secrets.

Le silence s'installa entre eux un cours instant, elle le brisa rapidement, trop effrayée à l'idée que les ombres puissent reprendre le jeune homme.

- Qu'est-ce que c'est ce que l'on traverse? Je me suis endormie, et je me suis réveillée en toi. J'ai senti ta douleur physique et ta colère dévorante. Vaillant, qu'est ce qu'il t'arrive? Tout ça, ça ne te ressemble pas.

Le visage inquiet qu'elle affiche n'était pas feint. S'il continuait sur cette voie, il risquait peut-être d'être expulsé du Clan. Que ferait-il alors? Il ne pouvait plus se battre, sa notoriété auprès des femmes avait fortement diminuée, que ferait-il?
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Jeu 29 Mai - 18:22

- Si j'ai résisté c'est uniquement parce que le Maître était là. Je ne suis pas forte, je me protège, rien de plus. J'ai mes secrets, se défendit-elle.

Elle avait ses secrets, ça... Elle était fermée comme un rocher, ils l'avaient tous senti. Mais c'était drôle de l'entendre le reconnaître. Quels si inviolables secrets pouvait bien avoir une fille de Duc ? Cela l’intriguait, le frustrait toujours, mais il comprit que cela n'avait rien de personnel. Acuité se protégeait de tous, pas de lui seulement. Il vit sous un autre jour le fameux incident...

- Nous ne pouvons avoir de secrets les uns pour les autres, tu le sais bien.

En réalité il s'était lui-même posé la question. Pouvait-on garder une quelconque intimité au sein d'une communauté d'esprits ? Il n'était certain que d'une chose : cela gênait clairement la jeune femme pour artiser. Comme un frein sérieux à ses capacités. Au delà de sa curiosité personnelle, cela le concernait donc en tant que membre du Clan.

Tout à ces réflexions, il s'était comme accoutumé à l'expérience qu'ils traversaient. Il avait accepté la présence discrète d'Acuité dans son esprit, et la sentait presque se matérialiser physiquement. Tant qu'elle ne cherchait pas à fouiller ou commander, cela ne le dérangeait pas vraiment. Il trouvait même cela plutôt réconfortant - et moins gênant, pour sûr, que si elle s'était réellement trouvée dans cette pièce. Ses derniers mots le troublèrent toutefois.

- Qu'est-ce que tu en sais ? répondit-il sèchement, sur la défensive. Tu ne me connais pas, tu n'as jamais cherché à me connaître.
Et puis, réalisant qu'il s'apitoyait à nouveau, il reprit plus calmement :
- Ce doit être un rêve d'Art. Mais je ne m'imaginais pas ça ainsi. Je croyais que nous devions être tous les deux endormis. Je ne pensais pas que ça pouvait être aussi fort.

Elle avait influencé ses gestes et ses idées. Il ne pensait pas à autre chose en qualifiant ce lien.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Lun 2 Juin - 22:07

N'avoir aucun secret les uns pour les autres...oui, ça elle le savait bien. Mais qu'adviendrait-il si tous apprenaient son amour pour le Maître d'Arme? Ils se moqueraient d'elle ou pire...feraient circuler des rumeurs douteuses sur lui, le mettant dans une situation plus que délicate.
Elle se moquait bien de ce que Vaillant pouvait penser à ce sujet. Elle trouverait un moyen de contourner ses propres barrières et artiserait sans se dévoiler plus qu'il n'en fallait.
A moins que? Pourrait-elle leur inventer des histoires à partager sans élever le moindre doute? Elle décida d'y songer plus tard car la colère de Vaillant semblait à nouveau sur le point d'éclater.

Elle commençait sincèrement à se lasser de se comportement. S'il lui reprochait facilement son manque d'ouverture, elle pouvait tout aussi aisément lui reprocher son amertume quotidienne.
Il ne se passait pas un jour, un cours, où le jeune homme ne montrait aucun signe taciturne et désagréable.

Agacée, elle écouta la suite de son discours subitement plus calme. De ce fait, son attention s'en vit décuplée.
Un rêve d'Art. Peut-être. Elle non plus n'imaginait pas cela ainsi. Mais Vaillant sembla sur l'instant un peu plus réceptif lui aussi. Il était peut-être temps de resserrer leurs liens et de le guider vers le Clan.

Sans lui, les autres n'arriveraient à rien. Tous devaient être unis. Maître Ordajonc laissait le temps à chacun de vaquer à ses occupations. Il ne les regroupaient que le matin. Chacun pouvait ainsi se sentir plus libre, et elle pensa que grâce à cela, les membres se rapprocheraient par eux même, sans aucune contrainte imposée. Il n'en avait pas toujours été ainsi. Au cours de ses études sur l'Art, elle avait lu quelque part que d'anciens Maîtres, imposaient à leurs élèves de vivre ensemble aussi bien le jour que la nuit. Ils partageaient tout et le liens se resserraient  grâce à la proximité quotidienne. Les plus faibles étaient alors éloignés.

Elle soupira et dit simplement:

- Tu as raison et j'espère que tu comprends que je ne me suis pas immiscé de mon propre chef dans ton corps. Je dormais. Cependant, j'ai peut-être une idée pour rendre l'expérience plus...sympathique.

Elle n'écouta pas la suite, persuadée qu'il allait la questionner voire, s'énerver. Peu lui importa, elle était là, et ne savait pas comment retourner "chez elle" mais elle pouvait peut-être leur imposer un autre décor. Vaillant se plaignait de son manque de partage, alors elle décida de lui montrer quelque chose qui l'avait touché.

Un battement d'ailes de papillon après, ils apparurent dans la plaine non loin du château de Castercelf. A l'orée d'une foret, Acuité apparut dans son propre corps, mais habillée d'une robe simple, ses cheveux relevés. Elle s'avança vers un Vaillant surpris et un peu perdu.

- Voilà, commença-t-elle. Tu connais cet endroit? C'est ici, que j'ai faillit me faire violer, et c'est ici, que j'ai tué un homme. Le premier.

Le ton était posé, mais une légère intonation indiquait qu'elle ne regrettait pas son geste et que cet homme serait certainement le premier d'une liste.

- Le fleuve d'Art est un peu plus loin. Viens.

Elle hésita à lui tendre une main et finalement n'en fit rien. Qu'il la suive s'il en avait envie. Elle lui offrait une ballade qu'il n'aurait jamais pu imaginer.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Mar 3 Juin - 14:04

Ainsi elle n'avait pas fait exprès d'être là ? Il était sceptique mais repoussa ses doutes. Il préférait la croire. Il était plus facile, alors, d'accepter la situation présente, et ce qu'elle pouvait lui apporter. N'était-ce pas un pas de plus dans leur découverte de l'Art - et, peut-être, un moyen de se rapprocher enfin, après tant de querelles puériles ?

La suite de ses paroles l'intrigua et fut immédiatement suivie d'effets. Avec ébahissement, il quitta le sombre décor de sa chambre pour se retrouver dans une clairière, en pleine forêt. Était-ce une projection de l'imaginaire d'Acuité ? Il dévisagea son enveloppe corporelle puis se découvrit lui-même. Il était habillé et n'avait aucune difficulté pour marcher. L'avait-elle façonné ainsi ?

C'est alors qu'elle déclara, toute pimpante dans sa robe de servante, qu'ils se trouvaient à l'endroit où elle avait failli se faire violer et perdu sa virginité d'épée. Il trouva ces paroles obscènes dans la bouche d'une jeune fille et eut un mouvement de recul. Il savait qu'elle avait subi un tel assaut, mais pas qu'elle y avait répondu par le sang. Et il brillait dans son œil une sorte de fierté virile qui le troubla. Quelle Acuité était-ce là ?

- Le fleuve d'Art est un peu plus loin. Viens, poursuivit-elle en s'éloignant.
Il hésita à la suivre. N'était-ce pas dangereux ? Le seul imaginaire qu'il s'était créé par l'Art lui avait brûlé la peau et l'avait emporté dans l'ombre. Maître Ordajonc l'avait vertement sermonné à ce propos. Mais il ne pouvait se laisser distancer par une jouvencelle ! Il ne serait pas dit qu'il était le plus pleutre des deux.

Il prit une grande inspiration et s'enfonça avec aisance dans le paysage changeant, à la suite de la fille de glace.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Dim 8 Juin - 22:33

Ils marchaient lentement. Acuité n'hésitait pas sur la direction à prendre. Elle l'avait vu, elle le sentait à présent. Mais, la concentration qu'elle rassemblait afin de pouvoir garder une image connue et donc apaisante pour Vaillant l'épuisait. De temps à autre, un buisson ondulait, image fugace qui indiquant une perte de maintient d'Art, parfois c'était l'herbe qu'ils foulaient qui paraissait disparaître.

Elle comptait sur la rivalité qui l'opposait depuis le début à Vaillant, pour le forcer à avancer. Ils n'avaient jamais été amis, sans pour autant être ennemis. L'un comme l'autre donnait simplement de sa personne, afin d'être le meilleur, rien d'autre.

Acuité était une femme, mais elle avait décidé depuis très longtemps, avant même que ces premières formes n’apparaissent, qu'elle ne se laisserait pas traiter telle qu'elle.
Son caractère Loinvoyant l'en empêchait. Elle était docile, mais fière. Pourtant, cette facilité à obéir semblait s'amenuiser depuis son arrivée ici. L'ancienne Acuité n'aurait jamais entraîner un camarade dans un partage d'Art, alors qu'elle ne maîtrisait pas cette magie. L'ancienne Acuité n'aurait pas été si fière d'avoir tué un homme, même si cela avait été pour défendre sa vie.

Et c'est ce qu'elle essayait de faire comprendre à Vaillant. L'ancien Vaillant n'aurait pas été aussi amer envers la famille Loinvoyant, l'ancien Vaillant n'aurait pas été si agressif envers elle. Leurs jeux étaient plutôt bon enfant.

Elle fût soudain pris d'un doute. Vaillant s'était fait une frayeur avec l'Art. Pire, il avait faillit l’entraîner sans sa chute. Comment allait-il réagir face au fleuve? Et elle? La dernière fois, sans le Maître Ordajonc, elle y aurait laissé plus qu'une main.

Elle s'arrêta et se tourna vers Vaillant, qui la suivait de près.

- Il est là, dit-elle en ouvrant les bras pour lui montrer la splendeur du liquide luisant.

Puis d'un regard inquiet, elle reporta son attention sur le jeune noble.

- Vaillant. Si tu te laisses entraîner par le fleuve, je ne pourrais rien faire. Face au fleuve, tu es livré à toi-même. J'ai faillit y céder, et sans le Maître je ne serais plus là. C'est pourquoi je ne m'approcherais pas plus, je ne veux rien tenter. Je reste là, je t'attends.

Elle tenta de le rassurer d'un souvenir, et d'une pensée aussi douce qu'une caresse, elle murmura :

- Laisse cette colère qui te ronge, donne la au fleuve, et resserrons les liens de ce Clan.

La balle était dans son camps. Elle le testait c'était évident, mais c'était à lui de voir ce dont il était capable. Elle s'assit donc sur le sol en tailleur, et attendit qu'il avance ou qu'il parle.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Lun 9 Juin - 1:15

- Comment fais-tu ça ? faillit demander Vaillant, mais il préféra se taire et ouvrir grands ses yeux et son esprit.
Ce paysage mental était frémissant, vivant, né de l'Art d'Acuité. Pouvait-il lui aussi le changer ? Il tendit vers le sol la paume de sa main et fit pousser un grand lys doré.
L'apparition l'enchanta et il suivit la jeune femme d'un pas plus léger. Qu'il était bon de marcher !

Soudain, ils s'arrêtèrent.
- Il est là, dit-elle, et il l'entendit, le sentit avant de le voir.
Le Fleuve.
- Qu'il est beau... murmura Vaillant, les yeux rivés sur sa robe scintillante.
Une beauté à couper le souffle, qui éveillait en lui un désir douloureux.

Acuité sembla sentir son attirance et le mit en garde. Il tenta de comprendre ses paroles, vit qu'elle s'asseyait par terre. Elle ne comptait pas aller plus loin. Elle ne comptait pas se baigner dans le Fleuve. Plonger son jeune corps dans le Fleuve, si beau... Plonger son corps meurtri dans le Fleuve et en sortir lavé, délivré, libéré.

Il s'avançait déjà d'un pas quand ses derniers mots réveillèrent quelque chose en lui. Il aurait été si facile de céder à ces paroles caressantes... Voix de sirène ! Maudite voix de sirène !
Il sortit la tête de l'eau, dans laquelle il se plongeait déjà en pensée, et s'immobilisa.

- Non ! répondit-il, vibrant de rage et de manque. Cette colère m'appartient. C'est elle qui me tient debout.
Il sentit alors des tiraillements dans sa jambe, et s'aperçut que son bandage avait repris sa place.
- Vois comme elle est grande ! tonna-t-il, et l'horizon changea.
Le bleu de l'azur se teinta des rougeoiements du crépuscule, et le Fleuve devint noir, apparaissant comme ce qu'il était vraiment : un danger mortel.

Son Art grand ouvert se déployait sur le paysage. Il se sentait si puissant et vulnérable à la fois ! Il éclata d'un grand rire et tomba sur les genoux, soudain épuisé. Le ciel redevint normal et quelques oiseaux timides se remirent à chanter. Vaillant était trempé de sueur et peinait à reprendre son souffle. Il se sentait libéré, d'une autre façon.

A sa hauteur, il chercha les yeux de la jeune fille et reprit, avec une sincérité désarmante :
- Je ne vais pas donner ma douleur au Fleuve, Acuité. Je ne vais pas lui pardonner aussi facilement.
Il ne se consolerait pas, il n'oublierait pas : il obtiendrait vengeance pour l'injustice qui lui avait été faite. Même si le coupable était de son sang, de sang Loinvoyant.
- L'as-tu fait, toi ? As-tu donné le viol et le meurtre au Fleuve ? Je te croyais plus forte que cela.

Il savait parler cru lui aussi, non sans gêne. Il détourna le regard et le posa sur le Fleuve. Si beau...

- Pourquoi m'as-tu emmené ici ? demanda-t-il. Nous sommes des nouveaux-nés de l'Art. S'il l'apprend...
Il sentait presque la présence pleine de reproches du Maître d'Art. Ou peut-être souhaitait-il l'avoir à ses côtés. Il ne se savait pas élève si appliqué, mais le risque était inconsidéré... La jeune fille bien élevée était une sacrée tête brûlée.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Lun 9 Juin - 21:45

Par sa seule volonté, Vaillant réussit à modifier le décor qu'elle lui avait imposé. Volonté armée de haine, sa voix tonna tout comme le ciel lorsqu'il exulta, ouvrant son âme à l'Art. Acuité songea qu'il pourrait s'y étioler mais dans sa rage incommensurable, il parut maîtriser son envie de se jeter dans le fleuve.

Patiente, elle resta assise, sans bouger. Il devait affronter cela seul, et crier au ciel sa mésaventure devant quelqu'un, l'aiderait peut-être en ce sens.
Inquiète et apeurée, elle avait peur qu'il ne l'engloutisse. Serait-elle suffisamment forte pour se protéger contre une telle puissance? Elle l'ignorait. L'Art était trop neuf dans son corps, et ce qu'elle en savait s'arrêtait au cours et à ses propres expériences. Jour après jour, elle s'épuisait à progresser dans la magie, allant même jusqu'à tenter de l'allier à sa maîtrise de l'épée.

Durant ses entraînements avec Malvoisin, elle cherchait encore et toujours à influencer l'esprit du jeune homme, pour mieux porter ses coups d'estocs. Elle était persuadée d'y arriver un jour.

Patiente, elle attendit que Vaillant se calma enfin, elle écouta, toujours sans rien dire, les mots trop vifs qu'il lui envoya.
Elle ressenti sa colère, sa douleur et ne put que comprendre ce qu'il ressentait. Ainsi liés, elle n'avait d'autre choix que de se plier à ce qu'il éprouvait. Mais au lieu de se laisser submerger par son humeur, elle l'accompagna doucement jusqu'à ce qu'il parle de cette tentative de viol sur son corps, du meurtre sanglant qu'elle avait commis. Et tandis qu'il s'inquiétait pour la réaction de maître Ordajonc, elle ne put s’empêcher de rire.

Timidement en premier lieux, comme si elle se retenait. Et puis, sa tête bascula un peu en arrière, et son rire se fit à gorge déployée.

- Tu n'y es pas, reprit-elle le souffle court. Je n'ai rien donné au fleuve Vaillant. J'ai tout gardé pour moi. Le dégoût que m'a inspiré mon propre corps d'avoir été souillé par ses mains sales qui m'arrachaient mes vêtements, l'odeur de leurs halènes, de leurs vêtements, le son de leur voix, de leur rire face à une proie sans défense....

Au fur et à mesure qu'elle parlait, sa voix se faisait plus grave et son regard plus lointain, comme replongés dans ses souvenirs sombres.

- Je n'ai fait que me défendre, mes coups n'étaient que réflexes...Je ne voulais pas qu'il me touche...J'entends encore, le son de son poing sur mon visage, le regard flouté par ce même coup qui à faillit me mettre Ko et qui aurait signé par là même mon arrêt de mort.

Elle se releva soudain, comme reprenant ses esprit, et prit le soin de s’épousseter sa robe en ajoutant :

- Je l'ai tué. C'était sanglant et barbare. Pas vraiment digne d'une fille de Duc. Mais je l'ai fait pour me défendre, voilà la différence. Tu étais conscient de partager ton corps via l'Art. Mais je dois admettre, qu'il ne t'avais peut-être pas suffisamment mis en garde contre les effets néfastes. Si j' t'ai amené ici, c'est pour te montrer qu'en nous sommeille un pouvoir immense. Concentre toi la dessus et vois ce que nous pouvons devenir. Quand au Maître, il saura surement ce que nous faisons actuellement. En plus d'une bonne migraine à ton réveil, attend-toi également à une sacrée remontrance.

Et sur ses mots, elle repris sa route, s'éloignant peu à peu du fleuve, sans lui montrer l'effort que cela lui demandait.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Sam 14 Juin - 18:03

Acuité éclata de rire et il la regarda d'un air outragé. Il ne voyait vraiment pas ce qu'il y avait de drôle.

Et puis elle commença à lui raconter sa mésaventure en détail. Mais il n'avait pas envie d'entendre, de vivre cela. Ce n'est pas à ça qu'il pensait quand il lui reprochait de ne pas se livrer. Elle se racontait sans aucune pudeur, et il se demanda où était passée la jeune fille qui s’accrochait à ses secrets. Avait-elle des secrets pire encore ?

Il y songeait avec répugnance, et une certaine curiosité malsaine, lorsqu'elle revint à sa propre personne. Etait-il en train de rêver (!) ou elle était en train de comparer leurs deux cas ?
- ... je l'ai fait pour me défendre, voilà la différence. Tu étais conscient de partager ton corps via l'Art. Mais je dois admettre, qu'il ne t'avais peut-être pas suffisamment mis en garde contre les effets néfastes.

Il entendit à peine la suite de ses paroles, tant il était estomaqué. Quelle infâme petite donneuse de leçon !

Il se releva d'un bond, la rattrapa en quelques enjambées et lui saisit le bras. Le contact était terriblement réaliste, mais il n'eut pas le temps de s'en étonner. Il lançait déjà :
- Comment peux-tu continuer à le protéger ? Comment peux-tu dire que c'est ma faute ?

Dans ses yeux, la colère prit le pas sur la déception et il poursuivit :
- Comment peux-tu comparer ta pitoyable petite aventure avec ce qu'il m'est arrivé ? Tu n'as rien perdu, il me semble. Tu as encore ta vie et peut-être même ta virginité. Tu as tué un homme, mais devine quoi ? tu n'es pas la première.

C'était puéril et méchant, mais si elle se rangeait dans la camp de Vainqueur, après avoir vécu de l'intérieur ce qu'il lui avait infligé... Clan ou pas Clan, ils n'avaient plus rien à faire ensemble.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Sam 21 Juin - 21:23

Il lui attrapa le bras violemment et la colère qu'il ressentait s'exprimait dans ses mots. Elle s'y attendait à vrai dire. Cette haine qui le rongeait n'avait d'autres cible que Vainqueur. S'étendrait-elle à sa famille tout entière ou juste lui?

Vaillant lui apparut comme effrayant et à la fois tellement pitoyable, comme enfermé dans une douleur sans nom et sans porte de sortie.
Elle aurait voulu le giffler, peut-être cela lui aurait-il aidé à reprendre ses esprits. Mais elle se retint. Sa souffrance engloutissait tout et de se fait, elle ne pouvait lui en vouloir.

Elle saisit le bras qui la maintenait sur place et le repoussa aussi fortement qu'elle le put.

- Je ne t'accuse pas, commença-t-elle d'un ton aussi froid que son pays d'origine. La comparaison n'était pas mon but, je voulais seulement te faire ouvrir les yeux. Vainqueur n'est pas le seul coupable dans l'histoire. Te détestes-tu autant que tu le déteste?

Et sur ses mots, elle lui lança un regard de défi, pointant le menton haut. Toutefois, elle était vexée par ses paroles. Pour lui, elle avait ouvert son coeur et avait partagé ses souvenirs malheureux, et voilà qu'à présent, il les lui crachait au visage.
Elle voyait bien sa souffrance mais qu'y pouvait-elle? La solution ne viendrait que de lui, et s'il ne souhaitait pas la trouver, alors peut-être en effet était-il perdu.

L'idée de ne pas avoir confiance en lui au sein même du clan ne lui plaisait pas, mais il était évident que Vaillant n'était plus du tout loyal dans l'immédiat. Pire, il n'aurait aucun scrupule à saisir l'opportunité d'une vengeance.

Son regard se plissa, noyé dans la déception.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Dim 29 Juin - 21:28

Elle se libéra avec une force qu'elle n'aurait sans doute pas eue dans la vraie vie, et Vaillant se sentit penaud de l'avoir agrippée ainsi. Après tout, ce n'était qu'une fillette, une fillette qui avait été violentée. Elle ne méritait pas son mépris, peut-être pas même sa colère, malgré ses paroles inconsidérées. Sa rage était comme un faucon en cage qui se cognait aux barreaux et ne demandait qu'à fondre sur la première proie venue, faute de pouvoir attaquer son bourreau. Il en était d'autant plus conscient qu'il se voyait par ses yeux - ses yeux blessés, déçus. Etait-il si pitoyable ?

- Je déteste ce qu'il m'a fait devenir, répondit-il, plus calme, triste en vérité.
Il ne souhaitait plus qu'une chose : l'avoir de son côté, au moins elle. S'en faire son unique confidente et son unique alliée. Même s'il savait ses chances minces : il était clair à présent qu'elle ne désavouerait jamais Vainqueur, son Roi et son cousin, quoiqu'il ait pu lui infliger. Qu'était-il pour lui, à part un membre de son Clan - un membre parmi d'autre, auquel elle n'avait jamais été liée par l'amitié ?

- Tu sais comment il Artise. Penses-tu vraiment que je pouvais lui résister ?
Certes il avait accepté le marché. Pouvait-il dire non à sa Majesté ? Pouvait-il refuser l'honneur de combattre pour lui ? Par loyauté il avait supporté la honte de n'être qu'un marionnette, sans saisir à quel point. Car à l'instant critique, lorsqu'il avait ployé sous la supériorité de son adversaire, il n'avait pu se retirer du combat. Vainqueur l'avait mené jusqu'au bout, jouant avec une vie qui n'était pas la sienne. Lorsqu'il avait repris contrôle de son propre corps, il rampait sur la piste, et la mal était fait.

- Mais je n'espère pas te convaincre, finit-il, abattu. Je sais à qui va ton allégeance...
Le ciel se couvrit et il commença à pleuvoir, alors que les contours du paysage se brouillaient.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Mar 1 Juil - 10:04

Dans un mouvement de réflexe, Acuité plaça ses bras au dessus de sa tête pour se protéger de la pluie. Inutile en réalité, car elle ne se mouillait que dans ce songe.
Elle laissa donc la pluie la détremper, simple écho dans le coeur de Vaillant. Du moins est-ce ainsi qu'elle l'interpréta.
Le décor semblait plus flou, comme un tableau de peinture sur lequel on aurait renversé un verre d'eau.
L'atmosphère changea, comme si l'averse pouvait laver la colère pour ne laisser que la tristesse.

Elle écouta chacun de ses mots, retenant son souffle. Était-ce l'atmosphère intime ou bien la façon dont il prononçait ses explications qui la rendait si compatissante?
Ce n'était plus de la pitié qu'elle éprouvait pour lui mais plutôt une peine non feinte. Il souffrait, et dans sa souffrance, il semblait avoir besoin d'elle. Elle se demanda un instant si son interprétation de tout cela n'était pas erronée. Mais l'abattement qu'il affichait semblait sincère et eut raison de ses derniers doutes.

- Je suis désolé, dit-elle avec sincérité. Vainqueur artise avec la délicatesse d'un ours. La première fois qu'il m'a contacté comme ça, j'en suis tombée de cheval.

Elle sourit doucement, comme pour détendre l'atmosphère.

- Nos expériences avec lui sont différentes. Il m'a sauvé la vie, mais il a ruiné la tienne alors je ne peux pas te demander de lui pardonner, je comprends Vaillant. Vraiment, insista-t-elle. Et suis vraiment désolée de ce qui t'arrive alors...je pense que tu mérites au moins des excuses au nom de ma famille.

Et sans attendre, elle s'agenouilla devant lui, les genoux dans la boue qui se formait à leurs pieds. Elle glissa ses mains sur le sol et courba le dos en baissant la tête, face à l'herbe, laissant sa nuque dont les cheveux mouillés avaient glissé disponible pour une quelconque punition.

- Je suis désolée, répéta-t-elle. Cela n'efface pas ce que tu as subit, mais, je ne peux rien faire de plus, je n'ai pas le pouvoir de faire plus.

Sa voix se fit plus forte sur la fin, car en réalité elle s'en voulait de ne pas pouvoir faire plus. Comment soigner ce genou, comment l'aider à surmonter cela...elle l'ignorait. On avait beau faire partie de la famille royale, tout n'était pas à notre portée.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Dim 6 Juil - 21:11

Vaillant voulut croire que ces excuses par procuration ne changeaient rien, qu'il ne les attendait pas de cette bouche. Mais ça n'était pas la vérité : les paroles d'Acuité, à défaut d'effacer sa rancœur, lui firent du bien. Il se sentit compris, considéré. Il se sentit mieux qu'il ne l'était depuis plusieurs mois, et à la fois, terriblement gêné. Car la jeune fille était dans la poussière à ses pieds.

Si on lui avait dit qu'un jour elle s'abaisserait ainsi devant lui, il en aurait jubilé d'avance. Lui, qui avait toujours trouvé l'héritière froide et dédaigneuse à son égard, se serait délecté de la voir enfin ravaler sa fichue fierté. Pourtant, sans qu'il s'en doute, ce moment était venu et il n'en tirait aucun plaisir. Il était au contraire très embarrassé pour Acuité. Elle n'avait pas à faire ça.

Sans tarder, il se baissa, la saisit par les épaules et la releva. La boue avait tâché sa robe.
- Ne dis pas ça. Tu n'as rien à voir là dedans, dit-il avec sa voix de rêve et sa voix d'Art entremêlées.
La pluie tombait sur eux et il pouvait sentir sous ses doigts sa peau frissonnante. Alors, sans réfléchir davantage à l'instant qui suivrait, il l'embrassa.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Lun 7 Juil - 12:29

Elle avait froid. Ses genoux et ses mains trempaient dans la boue glacée mais elle resta dans la même position, soumise au bon vouloir de Vaillant concernant les excuses qu'elle venait de lui offrir.
Pourtant, au lieu de se moquer d'elle et de relâcher à nouveau un souffle de colère, il se mit à son niveau et la releva. Les paumes de ses mains étaient chaudes contre ses épaules frêles, et quelques mèches de cheveux bouclés lui collaient au visage. Lui aussi était trempé et sans crier gare il l'embrassa.

Dans ce rêve, tous les deux sous la pluie, cela aurait pu paraître féerique pour n'importe quelle fille de bonne famille, mais pas pour Acuité. Elle sentit les lèvres brûlantes, comme fiévreuses de Vaillant contre les siennes, et soudain animée d'une rage qui lui était propre, elle le repoussa de toutes ses forces en plaquant ses mains boueuses contre son torse.

- Mais qu'est-ce que tu fais?, cria-t-elle.

Et libérant sa colère avec force, des larmes perlèrent à ses yeux. Il venait de lui voler son premier baiser. Ce baiser qu'elle réservait pour Brun et qu'elle préférait ne jamais connaitre si ce n'était pas lui. Ce n'était qu'un rêve, mais mêlé à l'Art, les sensations étaient réelles.

Elle ne pouvait pas le croire, il venait de lui prendre ce qu'elle avait de plus cher et alors que les mains de la jeune fille passaient dans ses longues boucles, comme pour retenir sa tête d'exploser, elle continua :

- Pourquoi?? POURQUOI? Tu n'avais pas le droit Vaillant! Tu n'avais pas le droit!

Et sa voix se hachait au milieu des sanglots et de sa colère. Le paysage changea et se mua doucement en décor d'une chambre...une chambre qu'elle avait visité une fois...et une silhouette apparue..Celle de Brun, mais l'image était vraiment très floue et avant qu'elle gagne en netteté, Acuité hurla un "non" au milieu du rêve, trop effrayée à l'idée de dévoiler son secret. Elle dressa ses barrières mentales tout en fermant les yeux le plus fort possible jusqu'à en avoir mal et le silence s'imposa subitement.

Plus de bruit de pluie, plus de sensation de brise glacée, au contraire une douce chaleur provenant de la cheminée.
Elle rouvrit ses paupières et se retrouva dans sa chambre, allongée sur le sol, en nage. La lumière du feu lui faisait mal, et tout son corps était courbaturé. Une migraine terrible s'annonçait, elle pouvait déjà en sentir les premiers martèlements à ses tempes.

Elle se traîna sur le sol jusqu'à son lit, mais la tête lui tournait et elle savait très bien qu'elle ne pourrait jamais s'y hisser toute seule. Elle attrapa alors, l'épaisse couverture en peau de bête qui trônait sur son lit et s'emmitoufla autant qu'elle le put, se répétant sans cesse de ne pas vomir.

Elle s'imposa de garder ses défenses dressées. Elle ne voulait pas que Vaillant la contacte, pas maintenant, pas après ce qu'il avait fait. Mais garder les barrières mentales dressées, même si elle maîtrisait cela depuis longtemps, lui demandait beaucoup d'effort et elle ne pouvait pas se concentrer correctement avec ses douleurs.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   Sam 12 Juil - 17:27

Vaillant se réveilla brutalement sur son lit défait. La douleur de sa jambe aussi, surpassée par celle de son crâne. Il commençait à reconnaître les symptômes liés à une pratique excessive de l'Art, mais les avait rarement ressentis avec une telle intensité. C'était pire que la pire des gueules de bois. Cela l'empêcha presque de réfléchir à ce qu'il venait de se passer.

Il aurait pu en rire, mais leur intimité nouvelle le lui interdisait. Les tentatives étant nombreuses et pas toujours très délicates, on l'avait repoussé un bon paquet de fois. Mais jamais comme ça : en criant, en pleurant, en s'arrachant les cheveux ?! Tout ça pour un petit baiser ? C'était à n'y rien comprendre, et il se demanda ce que pouvait bien vouloir dire cette vision qu'ils avaient partagées. Cette silhouette qui s'avançait dans une chambre à peine éclairée... Sans doute encore l'un de ses sombres petits secrets.

Il avait le cœur au bord des lèvres et le remord dans les cœur : il n'avait rien fait de mal mais regrettait de l'avoir blessée, après la main qu'elle lui avait tendue. Il déploya son esprit, la chercha dans le noir. Mais il ne trouva rien. Était-ce parce qu'elle s'était isolée ou parce qu'il avait si mal qu'il Artisait comme un chaton échaudé ? Il hésita à appeler son page pour s'enquérir de l'état de la jeune fille, puis renonça. Cela pourrait bien attendre demain. Il se sentait incapable de quoique ce soit.

Sans souffler sa chandelle, il enfouit sa tête sous l'oreiller et dans le sommeil tâcha de s'abîmer.

[TERMINE]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le rêve d'Art [Octobre 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le rêve d'Art [Octobre 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Bernard Clavel, l'insoumis, est mort, hier, 5 octobre, il avait 87 ans
» [Rapport de Bataille] 31 Octobre 2008
» Organisation Tournoi Mordheim's Day 1 du JDP8 octobre 2011
» [28,29,30 octobre 2011] Championnat d'Europe a Dublin
» 3 OCTOBRE PROCHAIN UNE RENTREE DIFFICILE ! COMBIEN GAGNE UN ENSEIGNANT HAITIEN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Forteresse de Castelcerf :: Les appartements :: Archives V1 et V2
-