AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Lun 1 Oct - 11:27

L'excitation du mois d'août commençait enfin à retomber, comme si les festivités du bal et du tournoi n'avaient jamais existée, oubliées dans les mémoires et les souvenirs jusqu'à l'année prochaine. Le calme et la monotonie d'un hiver allait prendre Cerf et les Duchés, avec pour seul ennemi le froid et la glace. Qu'importe les aléas du climat, depuis Prospère les coffres étaient continuellement plein, tant d'or que de nourriture et souffrir de la faim dans le royaume semblait un mal relégué à une autre époque - peut-être pas pour tous les habitants, mais pour l'immense majorité d'entre eux disait au moins les rapports officiels. Un nouvel automne, puis un nouvel hiver, si semblable au précédent.

- Pas cette fois-ci, oh non, pas cette fois, murmurait Vainqueur pour lui même tout en avançant dans la cour du château en direction des écuries. Le fond de l'air était frais cette matinée, et il portait une écharpe et quelques laines malgré ses cheveux au vent - le couronne officielle n'avait toujours pas été retrouvée semblait-il, et le roi n'avait pas l'air de vraiment s'en soucier.
Le jeune seigneur des Duchés poussa les portes des écuries, chercha un instant des yeux où pouvait être la patronne des lieux parmi les boxes, le foin, les selles et tout le bruit d'une place qui s'active en permanence. Il finit par trouver une cloche suspendue près du seuil où il se trouvait, et il s'amusa de sa propre stupidité. Bien sûr qu'il y avait une cloche pour faire signe qu'un visiteur entrait. Le tintement du métal résonna un moment, et Vainqueur crut entendre quelques paroles plus loin, quelque part dans ce truc gigantesque qu'on appelait les écuries royales.

Il attendit patiemment sur le seuil, tirant un rouleau de papier de sa poche qu'il parcourut du regard pour en vérifier le contenu, levant simplement un oeil lorsque des bruits de pas accoururent à lui. Tiens, il y avait des gamins maintenant ici ?
- Z'êtes qui et vous v'lez quoi ? Vainqueur eut un sourire en coin, se rappelant enfin qui il avait en face de lui. Facile d'oublier la tête de ce palefrenier, plus dur pour ses manières. Ce n'était toutefois pas son rôle de le remettre à sa place et puis il n'était pas venu pour ça.
- Ton roi veut parler avec le maître des écuries, gamin. Va me la cher.. commença-t-il avec un brin d'amusement dans la voix avant de se faire interrompre.
- L'est occupée, la patronne. Vainqueur en resta un instant bouche bée, et secoua même la tête en levant les yeux l'air de ne pas croire ce qu'il voyait. Il soupira et reprit encore calmement, un petit palefrenier n'allait pas lui gâcher ses projets et la joie de les mener à bien.
- Eh bien débrouille-toi pour qu'elle ne le soit plus, et file chercher Soudaine avant que je décide de ne le faire moi-même.


Dernière édition par Vainqueur Loinvoyant le Sam 15 Juin - 16:29, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Lun 1 Oct - 19:34

Dans le petit monde à part qu'étaient les écuries, il ne faisait jamais froid. La chaleur des bêtes émanait de toute part et seule une légère brise parvenait à s’immiscer. Matinale comme à son habitude, Soudaine veillait sur cette agitation constante qui animait l'endroit et que la fin des festivités n'avait en rien diminuée. L'un de ses hommes, chargé du parage et du ferrage des chevaux, n'avait pas pointé son nez aujourd'hui ; sans doute était-il en train de cuver son vin au fond d'une taverne miteuse, et le maître des écuries s'en souciait bien peu. Le vrai problème, c'était que ce cher maréchal était le seul en dehors de Soudaine à être capable d'assumer ces tâches, et que cette dernière se serait bien passée d'ajouter cela à son emploi du temps. La voyant contrariée et peu amène, le reste de ses palefreniers avaient passé les quelques premières heures du jour à l'éviter. Sage décision, en effet. Pourtant un petit courageux vint quand même l'interrompre dans son travail.

- M'dame... Y a le roi qui vous d'mande. J'y ai dis qu'z'êtes pas dispo' mais y m'écoute pas !

Soudaine soupira discrètement, lâcha le sabot et reposa la lime dans la caisse. La monture fut si satisfaite d'y échapper qu'elle vint se frotter avec affection contre la jeune femme.

- Le roi ? C'est une blague ? Son expression était tout sauf amusée.
- Non, j'vous assure, enfin y avait l'air sérieux !

Il était si improbable que le roi se rende directement aux écuries et vienne lui parler, que Soudaine s'accorda quelques secondes de réflexion. Dans le pire des cas, elle botterait les fesses de l'idiot venu l'importuner. Elle se frotta les mains sur un chiffon puis suivit le garçon d'écurie, qui déguerpit aussitôt sa mission accomplie. Soudaine fut bien forcée d'admettre que c'était sa royale personne qui lui faisait face, les joues encore rougies par l'air vif et l'air un peu ennuyé d'avoir attendu. Connaissant ses obligations, elle fit une courbette à peu près réussie et demanda :

- Que puis-je pour vous, Sire ?
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Dim 7 Oct - 15:47

D'aussi loin que remonte ses souvenirs, elle avait toujours eu les cheveux d'une pâleur incroyable. La blague était facile, et Vainqueur enfant s'était souvent amusé à la traiter de vieille avant l'heure. Dorénavant la plaisanterie ne tenait plus trop vu la silhouette de la maîtresse des écuries, et le roi avait entendu pas mal de bruits de couloir sur le pourquoi de sa nomination de Soudaine à ce poste l'an dernier. Les gens tendaient toujours trop à réfléchir, constata-t-il en observant la médiocre révérence de son employée. Il y répondit simplement d'un salut de la main, lui même assez peu contraignant sur tout ce protocole.

- Bonjour, Soudaine. J'aurai en effet besoin de tes services. Il marqua une légère pause, se demandant s'il allait aborder toutes ses demandes et se lancer dans une discussion ici même, des oreilles trainaient sûrement. Bah, son plan n'était pas vraiment subtil, alors autant ne pas trainer conclua-t-il tout seul. Je souhaite faire l'acquisition de nombre des destriers appartenant aux propriétaires bourgeois des Duchés. Si les bruits n'ont pas encore filtré jusqu'à toi, sache que l'an prochain je souhaite me rendre en Chalcède et je ne peux pas forcer les propriétaires à la guerre comme je peux le faire pour la noblesse via les liens de vassalité. J'aimerai pourtant pouvoir profiter du maximum des ressources que les Duchés ont à m'offrir, et c'est là où tu entres en jeu. Trouve moi des chevaux d'ici mars et entraine les moi. J'ai rédigé un papier avec mon sceau pour Plaisant de Raguelon, le financier du royaume, pour que tu puisses piocher à volonté dans les coffres du château. Il faudra peut-être acquérir des nouveaux terrains et construire de nouvelles infrastructures, mais le principal point est de négocier juste : si l'on sait que je mets mon argent directement dans ces achats, les prix flamberont. Et j'ai bien d'autres dépenses encore à faire.

Le jeune roi ne savait pas trop quoi ajouter, même si son ton manquait de conclusion. Les chevaux, c'était plus le domaine de Soudaine, et il devait sûrement oublier des précisions évidentes qu'elle ne manquerait pas de lui rappeler. Vainqueur passa simplement une main dans ses cheveux avec une légèrement grimace insatisfaite de ses propres directives, et demanda si elle avait des questions tout en lui tendant la lettre royale.
Trop tard sûrement, il se rendit compte que cela faisait longtemps qu'il n'avait pas pris de ses nouvelles et qu'il ne lui en demandait même pas. Quand bien même la pensée le traversa, il se rendait bien compte que ses chevaux et ses projets l'intéressaient bien plus que tout le reste.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Mar 9 Oct - 14:40

Tandis qu'il lui exposait sa requête, la maître d'écurie garda une expression parfaitement neutre, mais elle n'en pensait pas moins. Cette guerre n'avait aucun sens pour elle. Depuis le temps que les chalcédiens tentaient d'agrandir leurs frontières à coups de raids... Se battre contre eux ne ferait qu'attiser leur soif de combat. Ils bataillaient dès l'enfance, alors que l'armée des Six-Duchés serait constituée de combattants disparates et de paysans. Se doutant que monsieur le roi n'attendait pas son avis, elle enfouit ces réflexions sous une bonne couche de politesse et inclina la tête pour lui signifier qu'elle avait comprit ses attentes. Elle prit la missive qu'il lui tendait. Plaisant de Raguelon serait sûrement ravi de la voir, songea-t-elle amèrement. Cet homme était d'un ennui terrible, aussi bavard qu'une pie.

Vous pouvez compter sur moi.

Elle se rendit compte un peu tard de la familiarité dont elle faisait preuve et en fut embarrassée. Mais Vainqueur n'avait jamais été porté sur les convenances, elle le savait bien, et son manque de réaction en fut la preuve. Il avait plutôt l'air de chercher ses mots.

- Pourriez-vous me donner un nombre ? Souhaitez-vous que je les habitue au bruit des armures, voir à en porter ?

L'image d'un champ de bataille lui traversa brusquement l'esprit, tel que son grand-père le lui avait décrit. Elle pinça les lèvres. Par El, qu'allaient devenir les chevaux qu'elle avait élevé ? Quand à ceux qu'elle aurait dressé spécialement pour les envoyer à la curée... Autant ne pas y penser. Elle ne pouvait pas se permettre ce genre de considérations. Elle était au service des Loinvoyants, avant tout. Ce n'était pas à elle de culpabiliser ; eux seuls seraient les responsables de ces hommes et bêtes qui mourraient.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Mar 16 Oct - 11:23

Pas de protestations outrées, pas de dissertations interminables sur le pourquoi du comment, pas de demandes larmoyantes n'ayant rien à voir avec le sujet ? Vainqueur esquissa un sourire satisfait aux remarques simples et à l'adhésion de Soudaine pour ses idées, c'était diablement plus reposant de traiter avec des personnes simples qu'avec la noblesse.

- Mmmh... La question méritait d'être posée en effet, et Vainqueur continuait à se gratter le cuir chevelu dans l'espoir d'en faire sortir un nombre à peu près plausible. Au moins une centaine. Les effectifs de l'armée se montent à presque quatre cents, et j'aimerai bien compter sur une force de frappe minimum de cinq cents cavaliers. Si l'on pouvait arriver à deux cents, ce serait mieux toutefois... histoire d'avoir de la marge pour trier les bons des mauvais éléments et...

Il s'arreta d'un coup, prit d'une inspiration et monta son avant bras à hauteur du visage. Et il éternua bruyamment. Le temps de renifler un petit peu et il pu de nouveau continuer.

- Ouais, euh ouais pour les armures donc, c'est pas bête. J'ai déjà quelques vieux caparaçons que tu pourras faire tourner sur les chevaux, mais je peux en commander d'autre. On a pas une grande tradition de cavalerie lourde dans les duchés, et tout reste à faire mais ça pourra diablement surprendre l'ennemi si on leur lance des destriers bardés de métal, les lignes d'esclaves ne tiendront jamais face à ça. Ca ralentira toutefois méchamment les bêtes de porter toutes ces protections, et j'ai aussi besoin de cavalerie rapide. Tu penses pouvoir gérer l'entrainement de combien de bêtes en armure ?
Parce qu'il faudra en effet les habituer à tout ça. Un cheval qui refuse de charger et de se lancer à l'assaut malgré les épées qui lui tailladeront sûrement les pattes, ça me fait un animal *et* un homme mort. Je veux bien que mes éclaireurs n'aient pas trop à engager l'ennemi et donc ce sera plus simple de former ces destriers là, mais pour ceux que j'armerai pour en faire la lance perforant les lignes adverses, faudra vraiment les forcer pour leur faire comprendre de se jeter au galop sur les Chalcédiens. Y a moyen que je fasse passer les mots à quelques officiers de toute façon, histoire qu'ils se coordonnent avec toi pour leurs besoins et l'entrainement : ça sert pas à grand chose si j'ai des chevaux prêts à la guerre, et que les cavaliers ne le sont pas totalement. Puis faut aussi que mon infanterie puisse résister à la cavalerie d'en face, donc c'est d'une pierre deux coups.


Comme à chaque fois qu'on le lançait sur les sujets militaires, Vainqueur parlait vite et enchainait les idées à moitié ellipsées comme si ses interlocuteurs étaient aussi connaisseurs que lui. Avec un haussement de sourcil interrogatif, il finit seulement à l'instant par se rendre compte qu'il avait peut-être un peu trop parlé, et que Soudaine allait sûrement devoir répondre à beaucoup de points en même temps.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Sam 27 Oct - 22:18

Soudaine avait la franche impression de parler à un simple habitant du bourg organisant sa petite guerre, et non au roi. Il était tellement informel, que même après plusieurs rencontres, elle n'arrivait pas à se faire à son ton franc et son expression naturelle. Il discutait de tous ces détails sanglants comme on discute du temps. Maudit homme, songea-t-elle, tous aussi bornés les uns que les autres. Elle sentit l'approbation de Flèche et repoussa l'esprit de sa compagne dans un coin. Hors de question que la pouliche assiste à cet échange.

L'évocation des eslaves se faisant passer dessus fit grimacer la maître d'écurie, et elle regretta presque d'avoir suggéré l'utilisation d'armures. En même temps, elle aurait eut du mal à se l'avouer mais elle tenait plus à la vie de ses bêtes qu'à celle d'inconnus.

« Je peux m'occuper, au grand maximum, d'une trentaine de chevaux en armures - sachant qu'une dizaine sont déjà assez placides pour s'y faire », affirma-t-elle avec assurance.

Elle posa un regard presque froid sur son roi, et sut que tout se déroulerait selon ses dires. Sans même pousser un soupire, elle devina tous ces entrainements en compagnie d'officiers décidés à tirer le maximum de leurs soldats avant qu'ils ne meurent, par tous les moyens possibles. Leur compagnie lui seraient sûrement détestables, mais elle saurait s'y faire.

« Bien, Sire. Je vais m'atteler à toutes ces tâches. En revanche, je ne garantis en aucun cas que chacun des chevaux que j'aurai préparé seront aptes à foncer dans la mêlée, ajouta-t-elle, et dans son regard brillait la flamme ténue du défi. Rien n'équivaut à une situation réelle. Mais je ferai de mon mieux. Pour quand doivent être prêtes ces deux cent bêtes ? »
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Ven 2 Nov - 14:17

Vainqueur plissa légèrement les lèvres de mécontentement. Il avait sûrement sous-estimé la tâche et le chiffre de seulement trente lui restait en travers de la gorge. Il resta néanmoins assez calme, répondant avec intérêt au regard perçant de Soudaine : on était entré dans la négociation et il voulait donner à la maîtresse des écuries toute l'attention nécessaire, il n'était pas là pour la défier au contraire.

- Mars environ, dès la fin de l'hiver pour disposer du plus de temps disponible avant les prochaines rigueurs du climat. Il répondit rapidement cette fois-ci, la question était facile à vrai dire et elle ne souffrait pas de compromis.

Le reste par contre était plus délicat, et Vainqueur lâcha Soudaine du regard pour trouver de l'inspiration dans les équidés présents, en train de mâchonner leur avoine. Comme ça, dans leur petite cage de bois, peinards, ça n'avait vraiment pas la gueule de l'emploi pour lequel Vainqueur les destinait. Il soupira et reprit finalement, un peu plus ferme et grave toutefois.

- Une trentaine ne suffira jamais, les cavaliers auront vraiment un mal de chien à ne pas être débordés après avoir chargés s'ils ne mettent pas directement l'ennemi en fuite. Pis encore, après la première bataille et comptant qu'il y aura des blessés, j'aurai quoi ? Plus que vingt destriers en état de prendre part aux combats ? Et ainsi de suite ? Non, trente c'est trop peu. Entraines-en au moins 50 et recrute d'autres aides si tu as besoin d'assistance.

Le roi essayait de ne pas trop être démoraliser le regard que lui lançait son ancienne camarade de jeux du château étant enfant. Il le connaissait bien et il savait ce que cela voulait dire : l'idée ne plaisait pas du tout à Soudaine.
Vainqueur se mordit l'intérieur de la joue, se forçant à continuer de parler, il avait besoin de plus qu'une phrase négative comme confirmation à ses projets.

- Ton grand-père a très bien servi le mien, et moi par la suite. Et c'est avec la plus grande confiance en tes capacités que j'ai suivi son avis pour te donner la charge des écuries, et tu ne m'as aucunement déçu depuis, bien au contraire. Tu trouveras comment entrainer les bêtes au mieux j'en suis sûr, tu as toujours eu un bon contact avec elles.
Et garantie ou pas, de toute façon, si ça ne marche pas, il y aura sûrement bien moins de monde après ça pour venir t'en tenir rigueur.
Il se demanda s'il jouait consciemment sur la corde de l'émotion pour la faire aller dans son sens, si c'était un pur calcul ou un véritable soucis de sa part. Il n'arriva pas à trancher, Vainqueur était de ton façon trop entièrement dans sa vision guerrière qu'il pouvait en avoir des doutes.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Lun 12 Nov - 16:40

La contrariété de Vainqueur se manifesta plus vite encore qu'elle ne s'y attendait ; son visage se renfrogna quelque peu et Soudaine espéra ne pas l'avoir offensé. Il aurait été de mauvaise augure qu'il cesse de l'apprécier, d'autant qu'elle avait accédé à sa position en partie grâce à leur ancienne amitié et à la confiance qui s'était installée avec les années. La perdre signifierait perdre beaucoup. Elle hocha la tête quand il lui indiqua la fin de l'hiver comme dernier délais. Soudaine resserra le morceau de cuir qui liait ses cheveux et tenta de se recomposer une expression un peu plus amène. Ses traits se détendirent brusquement. Ce n'était pas son affaire, tenta-t-elle de se convaincre, ces chevaux n'avaient jamais tout à fait été sous sa responsabilité et ne le seraient jamais. Elle ressentit soudain une bouffée de joie en songeant quels affres l'auraient attendu si son grand-père n'avait pas eu les moyens d'acheter Flèche. Certains n'avaient pas cette chance.

Elle le vit observer les stalles et les bêtes qu'elles contenaient et crut déceler un soupire dans sa voix quand il reprit. Elle aurait dû se douter que cela ne serait pas suffisant. Cinquante chevaux sur la première ligne... Elle serra les lèvres pour cacher sa peine, et ravala ses critiques à grand coup d'indifférence.

Et voilà qu'il parlait de son grand-père et du lien unissant le famille royale à celle de Soudaine. Elle plongea son regard dans le sien et tenta de lui montrer qu'elle ne le trahirait jamais, que son allégeance était sans faille, cependant elle-même n'en avait pas l'absolue certitude ; depuis qu'elle avait entendu parler des événements en Béarn et de la guerre imminente avec Chalcède, elle ne savait plus en qui croire. Elle eut un sourire amère quand il usa d'un humour noir qu'elle trouvait douteux mais que nombre d'hommes appréciaient.

« Bien, sire. Je devrai engager au moins deux aides compétents, mais ils seront prêts à temps. »
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Dim 18 Nov - 11:22

Il avait l'amère sensation qu'il n'arrivait pas à la convaincre mais qu'il forçait son acquiescement toutefois, la sensation qu'elle ne partageait pas ses avis mais qu'elle se pliait tout de même à son devoir.
Vainqueur finit par hocher la tête, satisfait de la réponse mais pas du léger goût amer qui lui restait dans la bouche. Il savait faire monter l'enthousiasme de ses soldats pour qu'il le suive de bon coeur, et il connaissait généralement un bon retour face aux gens en général - être un jeune roi avait du bon. A l'inverse, il savait aussi n'avoir que peu de considération pour les autres personnes à qui il devait forcer plus ou moins la main, conseillers et partisans de sa mère formant la crème qu'il détestait.
C'était beaucoup plus délicat quand la personne en face était une amie d'enfance, ou du moins une compagnonne de jeu qu'il avait apprécié. Et qu'il appréciait d'ailleurs encore, même si leurs discussions, celles allant au-delà du salut de protocole lorsqu'il passait dans la cour du château, étaient bien rare maintenant.

- Les choses étaient bien plus simple quand je n'étais seulement que prince n'est-ce pas ? soupira-t-il avec un petit sourire, changeant son poids sur l'une de ses jambes dans une attitude visiblement plus relâchée. Je suis content de voir que tu vas bien en tout cas...

Il se reprit à l'instant, réalisant qu'il ne lui avait en fait pas demander si elle allait effectivement bien... Quel idiot !

- que, ahem, tu as l'air d'aller bien au moins. C'est vraiment une honte que je ne passe ici que pour annoncer des choses pareilles. Il avait un peu l'impression de lancer des mots pour faire la conversation, sans vraiment savoir où il voulait en venir. C'était toujours délicat ces anciens amis, qu'on connaissait mais qu'on ne connait plus vraiment et à qui on ne sait plus trop quoi dire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Mar 27 Nov - 10:03

Ses tâches l'attendaient. Déjà, elle se vidait la tête de tout ce qu'elle venait d'entendre ainsi que de toute cette contrariété qui risquait de la rendre soucieuse et donc moins efficace. Elle avait une liste dans le coin de l'esprit, une liste interminable de choses à faire, à laquelle venait de s'ajouter le recrutement d'entraineurs, l'achat de bêtes et l'agrandissement des installations. Peut-être enverrait-elle Jani choisir les chevaux, ou bien irait-elle elle-même. Les choses étaient encore trop vagues pour être organisées, ce qui lui faisait froncer les sourcils.

Elle remarqua soudain l'un des aides, adossé à un box et en train de machonner une tige de blé. Il écoutait discrètement - du moins le croyait-il - la conversation. Soudaine serra la mâchoire, prise d'une envie brutale de le virer avec un coup de pied au derrière, mais elle était devant le roi ; elle se contenta donc d'adresser un regard tueur au jeune homme. Il comprit immédiatement et fila sans demander son reste, se doutant qu'il risquait de passer un mauvais quart d'heure un peu plus tard.

Vainqueur était en train de changer d'attitude et elle en fut déstabilisée. Tâchant d'avoir l'air moins raide mais y parvenant moins bien que lui, elle répondit à son sourire avec sincérité. Elle se sentit finalement reconnaissante qu'il inverse ainsi la situation et mette une frontière évidente entre leur vieille amitié et leur relation officielle. La façon dont il était gêné lui parut amusante, mais elle se garda de le montrer.

« C'est normal, vous avez beaucoup à faire. Elle s'interrompit, tiraillée entre l'envie de répondre à sa familiarité et la peur de faire preuve d'irrespect. Je suis contente aussi, de voir que tout semble bien se passer pour vous. Mon grand-père avait raison de croire en vous. »
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 603
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Mer 12 Déc - 16:44

Il hocha la tête à ses paroles, acceptant la gentille attention et sans commenter que ce n'était sûrement pas totalement vrai ni moins que son surplus d'occupation l'empêchait en quoique ce soit. Ne sachant pas lui non plus comment enchaîner une fois les généralités de rigueur prononcées, un court silence gêné s'installa. Cela rassura Vainqueur étrangement, content finalement de ne pas être le seul plongé soit le mutisme soit dans les banalités.

C'était lui qui avait amené le grand-père le premier dans la conversation, mais il ne s'attendait pas à ce que Soudaine enchaîne sur un tel compliment. Le roi savait combien le vieux avait été un modèle pour elle, et l'entendre dire que l'ancien maître des écuries lui faisait confiance, ça c'était pas rien ! Vainqueur en perdu un moment ses mots, et buta sur un simple "merci", sincère et quelque peu curieux, se demandant quels points le vieil Eric avait bien pu lui faire confiance de son vivant.

Et il se rendit compte qu'il en était là, à parler de morts ou de souvenirs tellement il n'avait strictement aucune idée de ce qu'il pouvait bien se passer dans la vie actuelle de la maître des écuries, et il aurait été bien incapable de savoir par quel fil commencer à démêler toutes ces inconnues.

- Et...

Il se demanda s'il était en train de s'interrompre, considérant alors qu'il avait véritablement commencé une phrase ? Il s'était rattrapé à temps, avant d'évoquer l'épreuve du relais et ses débordements, l'évènement était encore trop frais et tragique pour être rappelé. Cela virait à la blague et Vainqueur réalisa pour une fois qu'il y avait bel et bien un monde entre lui et ses sujets, quand bien même lui se plaisait à l'ignorer la plupart du temps. Le jeune roi eut un nouveau sourire et rigola légèrement.

- Enfin, je vais te laisser à ton travail, je t'ai déjà pris assez de ton temps comme cela, et toutes mes demandes t'en prendront encore bien plus. J'ai oublié de prévenir Brun que je passais ce matin, mais je te passe le bonjour de sa part tout de même - sinon, sûr qu'il va m'en vouloir ensuite ! Bref, porte-toi bien et n'hésite pas si tu as besoin de quoique ce soit, conclut-il d'une manière qu'il espérait agréable.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   Mer 26 Déc - 13:21

Soudaine était consternée par la tournure embarrassée que prenait la discussion, mais son pragmatisme naturel lui permit de garder son expression neutre, et même de sourire en réponse à son roi. Il était déjà assez spécial qu'il lui adresse la parole de façon si familière, pourquoi en demander plus ? Ils avaient de toute manière tout le temps de se retrouver, et si le destin en décidait ainsi, cela arriverait. Elle fut surprise elle-même par cette façon de penser, qu'elle tenait probablement de son grand-père, et revint à des pensées plus terre-à-terre. La matinée passait vite et il lui restait nombre de choses à faire, y compris terminer ces fichues parures.

La maîtresse d'écuries acquiesca d'un hochement de tête, peu surprise que Vainqueur aille voir Brun. Une foule de souvenirs s'emparèrent d'elle, et elle tâcha de s'en détacher autant que possible. Brun avait beaucoup changé, au moins autant que Vainqueur. Il était inutile de sourire en songeant à leur enfance partagée. Bientôt, tous deux partiraient en guerre, et il était probable qu'elle reste là. Serait-elle alors inquiète pour leur vie ? Elle n'en avait aucune idée. L'absurdité des combats l'empêchait d'avoir une vision objective de la situation. Elle coupa à ces préoccupations, et répondit une dernière fois à son roi avant qu'il s'éloigne et qu'elle retourne à son travail.

« Merci, sire. J'espère également que vous et messire Brun vous porterez bien. »
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les chevaux de guerre naissent sur les frontières [Septembre 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [UPTOBOX] Cheval de Guerre [DVDRiP]
» La guerre a nos frontières
» Argentine: ouverture d'un nouveau procès pour crimes de guerre lors de la dicta
» Chef de Guerre sur Cannon Io... euh... moto
» Elèves sans frontières, malades sans frontières

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Forteresse de Castelcerf :: Les extérieurs :: Archives V1 et V2
-