AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Dim 24 Mai - 16:41

La rumeur circulait depuis plusieurs jours déjà : une jeune fille en détresse, muette, étrangère, blessée et surtout enceinte jusqu’au cou, avait été secourue et recueillie par l’époux de l’Oblat, qui l’avait installée dans sa maison d’été.

Pendant un temps, Merriska ne s’était pas mêlée de tous ces racontars ; les gens exagéraient toujours lorsqu’ils n’avaient aucune autre histoire à se mettre sous la dent, et puis ce n’étaient pas ses affaires. Elle préférait de loin la compagnie de ses brebis à celle de ses semblables.
Et pourtant… l’inconnue passait pour être une étrangère, venue des Duchés, et cette pensée ne cessait de revenir à l’esprit de la jeune bergère. Elle ne pouvait que compatir à sa situation, ayant elle aussi fui son pays pour se retrouver adoptée par les montagnards. En réalité, elle avait très envie de la rencontrer, de discuter avec elle, d’en apprendre plus sur sa triste situation.

C’est pourquoi, cédant finalement à son impulsion, Merriska se trouvait à Jhaampe ce jour-là, et plus précisément devant la porte de la maison de Jordken. Elle avait laissé, non sans quelque réticence, son troupeau aux abords de la ville, à un gamin plus que ravi de gagner une petite pièce et un bon repas, et était maintenant en proie au doute : avait-elle pris la bonne décision ?

L’étrangère avait sûrement besoin de calme ; elle devait être désorientée, sans parler de sa grossesse apparemment bien avancée. Il devait d’ailleurs en aller de même pour son rude gardien, Jordken n’étant pas connu pour être très amène avec les intrus. Elle-même avait ses entrées dans la cabane, s’étant fait une place dans le petit monde du bonhomme. Mais il devait être las de repousser les curieux, et prendrait sûrement une énième visite, même de sa part, comme une offense personnelle.

Alors que Merriska faisait le pied de grue juste devant la porte, celle-ci s’ouvrit soudain et grand, la faisant sursauter violemment. Perdue dans ses pensées, elle n’avait pas senti de présence avec son Vif, et se trouvait maintenant aussi confuse qu'un enfant pris en faute.

– J-je venais voir l'étrangère... bredouilla-t-elle en regardant ses pieds. Si elle vient des Duchés, je devrais pouvoir la comprendre, dit-elle plus fermement, regardant pour la première fois son interlocuteur dans les yeux.


Dernière édition par Merriska le Dim 2 Aoû - 14:05, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Lun 25 Mai - 17:40

Cela faisait à présent une semaine qu'Alisel s'était réfugiée dans la maison d'été. Véritable cerbère, Jordken n'avait pas laissé les curieux l'approcher. En sept jours, la fille des Duchés n'avait vu que Kristen, pleine de sollicitude ; Solvig, qui était passée en coup de vent ; Ermenhild, venue constater son état de santé ; et bien sûr Jordken, propriétaire des lieux. Le Montagnard lui avait cédé la chambre mais ne quittait jamais la maison d'été, s'occupant à divers travaux tels que la cuisine, la sculpture et la sieste.

Il était justement en train de sculpter un animal en bois pour l'enfant à venir, quand il sentit une présence sur le seuil. Il se leva et s'avança pesamment vers l'entrée pour vérifier. Il poussa la porte et tomba nez à nez avec Merriska.
- Salut Merri, dit-il d'une voix "douce", car il savait que la jeune fille était de nature craintive et il l'aimait bien.
- J'y avais pas pensé. Entre ! dit-il, enthousiaste.

Il la suivit à l'intérieur. Il se dit qu'il aurait peut-être dû demander à Alisel avant de la faire entrer. Bah, après tout, il était encore chez lui ! Et puis, si Merriska pouvait les aider à communiquer... Non qu'il ressente une soif de parler à tout prix. Il avait déjà compris, dans la forêt, les gros traits de l'histoire d'Alisel. Mais cela faisait une semaine qu'il cohabitaient dans un silence tranquille. Il n'avait aucune idée de si elle se sentait bien ici, si elle avait besoin de quelque chose ou de quelqu'un... Et Merri, c'était certain, serait de meilleure compagnie !
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Mer 27 Mai - 11:33

Acuité somnolait. Cela faisait une bonne semaine qu'elle était arrivée à Jhaampe à présent et sa cohabitation avec Jordken, "l'ours" comme elle l'appelait avec affection pour elle-même se passait bien.
L'homme était prévenant et ne lui laissait rien passer, jugeant très certainement que dans son état, il lui fallait du repos. Il avait forcément raison, ceci-dit, Acuité n'était pas le genre de Duchesse à rester les bras croisés, à attendre que le temps passe.
Aussi, dès qu'il avait le dos tourné, ou qu'il quittait la cabane, elle s'affairait.
Son occupation première avait été de dormir durant les trois premiers jours, Eda seule savait à quel point elle était fatiguée, de son voyage certes, mais de sa vie également.
De terribles migraines lui martelaient le crâne régulièrement depuis cet incident sur la route, là où elle était resté inconsciente durant plusieurs jours. Il s'était passé quelque chose avec l'Art, elle en était persuadée, mais depuis, elle se refusait à tenter tout contact.

Les raisons étaient multiples, déjà, elle devait garder secret le fait qu'elle fut en vie, mais aussi, elle était effrayée de ce qu'elle pourrait découvrir de l'Art seule sans Maître Ordajonc à ses côtés.
Aussi, elle agissait en faisant ce qu'elle savait faire de mieux en matière d'Art : elle dressait ses barrières mentales et se coupait de la magie.
Le reste du temps, elle nettoyait un peu la cabane par ci par là pour ne pas rester inactive, elle avait également rencontré plusieurs membres des Montagnes, Kristen, qu'elle avait compris être la femme de Jordken, Solvig sa fille et la vieille guérisseuse dont elle ne retenait pas le nom tant il lui semblait compliqué et surtout difficile à prononcer.

Ce jour là, Jordken n'avait pas modifié ses habitudes, il était arrivé tôt à la cabane et lui avait préparé un petit déjeuner. Elle avait saisis dans ces gestes et à travers quelques mots qu'elle commençait à comprendre puisqu'ils revenaient tous les jours depuis une semaine, qu'il était l'heure de manger.
Son petit déjeuner pris, elle se rallongea un peu et végéta dans un demi-sommeil, alourdi par le bébé qui prenait de plus en plus d’énergie.
C'est le bruit de la porte en bois que l'on ouvrit subitement qui la tira de ses rêveries. De là petite pièce annexe où elle dormait, elle reconnu la voix de Jordken et une bien plus douce et féminine qui lui répondit.
Encore une visite, songea-t-elle...

Il est vrai qu'elle aurait préféré du calme, une solitude peut-être qu'elle se serait imposée en contrepartie d'avoir abandonné son pays, sa famille, ceux qu'elle aimait et qui devraient vivre avec sa mort sur la conscience, tandis qu'elle referait sa vie ici, dans les Montagnes avec le trésor qui achevait de grandir en elle.
Son enfant valait-il tout cela ? Sans aucun doute oui.
Souvent elle se demandait ce que Brun aurait pensé de tout cela, mais la réponse s'imposait d'elle-même. Il ne la voyait pas ni ne l'avait jamais vu comme une femme, enfin, peut-être, elle ne savait plus vraiment. Le soir où il l'avait découverte au camp, elle avait remarqué que quelque chose avait changé chez lui. Une sorte de culpabilité mais aussi un fort sentiment de protection. Et ces mots qu'il avait prononcé: " Rentrons à la maison". Ces paroles hantaient sa conscience, jour comme nuit, même lorsqu'elle essayait de ne pas s'en soucier.

Secouant la tête pour chasser ses pensées douloureuses, elle  se redressa et sortit du petit lit de fortune avant de venir se camper dans l'encadrement de la porte qui menait à la pièce principale.
Jordken était accompagnée d'une jeune femme blonde à la chevelure impressionnante. Cependant, ces traits ne ressemblaient pas à des traits de Chiurdas.

- Bonjour, souffla-t-elle de là où elle se tenait en se forçant à afficher un sourire radieux.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Dim 2 Aoû - 14:06

Malgré toutes les craintes de Merriska, l’homme de la maison lui avait répondu d’une voix tranquille, puis enthousiaste. Soulagée, elle releva les yeux pour croiser ceux de Jordken, et lui sourit.
--- Merci, souffla-t-elle.

Il s’effaça pour la laisser passer et Merri, de nouveau intimidée, promena son regard dans la cabane. L’étrangère n’était pas dans la pièce principale. Le sentiment de n’être pas à sa place revenait au galop : elle avait besoin de repos, elle était alitée, peut-être même dormait-elle ! Atterrée, la bergère bredouilla quelques mots d’excuse à l’attention de Jordken, il fallait qu’elle s’en aille, elle repasserait plus tard, merci pour tout. Mais, alors qu’elle tournait les talons sans lui laisser le temps de répondre, elle entendit la porte de la chambre s’ouvrir en craquant.

Comme dans un rêve, Merriska pivota sur elle-même sans même s’en rendre compte, et se retrouva face à face avec l’inconnue qu’elle avait tant désiré rencontrer. Les cheveux blonds, un peu ternes, coupés courts, les habits simples des Montagnes et le ventre incroyablement gonflé : elle présentait un drôle de tableau ! Mais ce qui capta le plus l’attention de Merri furent ses yeux ; emplis de lassitude au premier abord, ils s’étaient ensuite éclairés et remplis d’espoir. Serait-il possible qu’elle en soit l’objet, elle ? Mais déjà l’étrangère parlait, dans leur langue natale, et la jeune bergère sourit :
--- Bonjour. Comment vas-tu ? Je ne te dérange pas, j’espère…

Fascinée par l’inconnue, Merriska espéra qu’elle ne voudrait pas se recoucher immédiatement. Elle jeta un coup d’oeil reconnaissant à Jordken, pour l’avoir laissée la rencontrer, avant de porter de nouveau son regard sur la jeune femme.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Mar 11 Aoû - 18:48

Merri essaya de fuir comme une souris, et Jordken se résigna à la laisser filer : Alisel se reposait dans la chambre, et il ne voulait pas les brusquer. Elles semblaient toutes deux si fragiles ! Mais elles étaient fortes, il le savait ; elles étaient réfugiées, fuyant des malheurs dont il ne soupçonnait même pas l’existence. Et pour cause : il n’avait pas pu en parler, ni avec l’une ni avec l’autre.
 
Finalement, Alisel pointa son nez – et son ventre. Elle dit bonjour en chiurda (il en conçut quelque fierté) et Merri lui répondit dans la langue des Duchés. Jordken ne comprenait déjà plus rien. Il se sentit de trop. Elles ne se connaissaient pas, et il n’entendait pas leur langue ; mais le Montagnard tenait tout de même à laisser aux deux jeunes filles une certaine intimité.
 
- Alisel. Assied-toi, dit-il en écartant l’une des quatre chaises de la table à manger pour illustrer ses paroles.
C’était peut-être un peu formel, mais sans doute plus confortable que l’amoncellement de coussins au sol, dont la jeune mère n’arriverait jamais à se relever.
- Je vais faire du thé.
 
Et il s’éloigna d’un pas lourd vers la cuisine, que ne séparait aucune cloison dans la petite maison d’été ; tout juste un rideau coloré.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Jeu 13 Aoû - 9:36

La nouvelle venue semblait visiblement ravie de la voir, aussi son sourire s'élargit en écho au sien. La timidité d'Acuité s'évapora légèrement car il lui semblait évident à présent qu'il s'agissait d'une fille des Duchés. Outre ses traits, le langage qu'elle utilisa était le langage commun de chez elle. Un soulagement apparut au fond d'elle de ne plus se savoir seule dans ce pays inconnu, mais s'il n'était pas hostile. Jordken prenait soin d'elle et elle ne douta pas une seule seconde qu'il ne prendrait pas soin de son enfant, avec elle. Cependant, la peur se frayait également un chemin dans ses veines. Et si elle l'a reconnaissait ?
Jordken rompit ses pensées en lui demandant de s'asseoir, ce qu'elle fit sans se faire prier.
Elle hocha simplement la tête lorsqu'elle comprit qu'il allait faire du thé.

- Comment tu t’appelles ? entama Acuité avec un enthousiasme difficile à maîtriser, trop heureuse de pouvoir parler sa langue et surtout d'en être comprise.

En réalité, elle avait des tas de questions, d'où venait-elle et que faisait-elle ici ? Elle retint un rire en songeant que l'inverse serait également vrai, à moins que Jordken l'avait conviée pour en apprendre plus sur sa propre situation.
Il revint d'ailleurs rapidement avec des tasses de thé fumantes et Acuité enroula ses doigts autours du grès ; réveillant des souvenirs amer de son passé de Béarnoise.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Sam 22 Aoû - 17:07

L’étrangère rayonna de plus belle en entendait ses mots, et Merriska fut à cet instant certaine d’avoir pris la bonne décision en venant la voir. Jordken se rappela à elles en offrant à Alisel – c’était donc son nom – de s’asseoir, et la blonde l’imita. Le Montagnard avait l’air décidé à les laisser un peu seules ; elle se promit de l’en remercier par la suite.

Un peu hésitante, même si elle avait pu parler dans la langue des Duchés quelques jours auparavant avec l’inconnu qu’elle avait trouvé sur la vieille route commerciale, Merriska commença son récit – elle se doutait bien qu’Alisel n’était pas curieuse que de son nom.

— Je m’appelais Merise, mais maintenant on m’appelle Merriska. Je suis née dans le Duché de Bauge. Lorsque mes parents sont morts, je suis partie, et je suis arrivée ici. Jordken et sa famille m’ont recueillie, cela fait quatre ans maintenant.

La jeune fille décocha un regard plein de gratitude en direction du rideau qui dissimulait l’époux de l’Oblat. À présent, Alisel en savait autant que la plupart des habitants des Montagnes sur elle, à l’exception de son lien avec le cerf Bois d’Or. Les circonstances de la mort de ses proches, son errance dans la campagne, elle ne les avait racontées qu’avec difficulté, et à Kristen uniquement.

Pour l’heure, cependant, Merriska se souciait peu de son passé douloureux ; à peu près certaine d’avoir répondu à la plupart des questions que se posait l’inconnue à son sujet, elle reprit doucement, pleine de curiosité :
— Et toi, d’où viens-tu, Alisel ?

Déjà Jordken revenait, et la jeune fille le remercia dans sa langue, avant de reposer les yeux sur sa compatriote. Le thé lui réchauffait les doigts, mais elle n’avait la tête à boire pour le moment.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Mar 25 Aoû - 12:47

Jordken revint avec le thé aux baies. Il fit du bruit en posant sur la table la théière en métal, du bruit encore avec les godets de grès. Gêné, il servit Merri, puis Alisel, les scrutant tour à tour. Il ne comprenait rien, mais sentait une question planer.

Démangé par la curiosité, il se força à retourner dans la cuisine. Il chercha des gâteaux pour accompagner le thé, mais il ne restait pas grand chose. Il devrait bientôt ressortir pour s'approvisionner, mais il n'aimait pas laisser Alisel toute seule.

Récupérant des croutons ça et là, il se mit à faire du pain perdu, les mains actives mais la tête pleine de questions.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Dim 20 Sep - 15:33

Bauge...comme Vaillant, songea Acuité. Elle repoussa vivement ses sombres pensées qui la rappelait à un passé déjà révolu. Aujourd'hui, elle s'acclimatait aux Montagnes et son enfant naîtrait ici. Elle ne devait plus se considérer comme une fille des Duchés.
Merriska semblait très enthousiaste et cette attitude sembla contagieuse. Acuité ne pouvait s'empêcher de sourire aux paroles  de la jeune femme. Ainsi donc, elle n'était pas la première oiselle tombée du nid que Jordken avait récupéré.
Une reconnaissance sincère anima ses traits lorsque son regard se porta sur la porte de la petite cuisine, en direction de l'homme ours.

Elle tressaillit légèrement lorsqu'à son tour, Merriska posa les questions sur les origines de la blonde. Et si Acuité ne se sentit immédiatement pas à l'aise d'avoir à mentir, elle se fit violence pour agir le plus naturellement possible. Elle n'avait pas le choix.

- J'étais archère dans l'armée du Roi, commença-t-elle tandis que ses doigts resserraient leur étreinte sur la tasse. Par Eda qu'il était difficile de devoir mentir à des gens aussi généreux. Elle espéra que les Dieux ne lui en tiendraient pas rigueur. Elle déglutit avant de reprendre :

- L'ennemi m'a capturé et torturé, c'est à ce moment là que j'ai su que j'étais enceinte. Lorsque j'ai réussi à m'enfuir, j'ai cherché où me rendre pour mettre au monde mon enfant, car mes parents ne l'auraient jamais accepté, ils n'approuvaient pas mon choix de compagnon. Mon père voulait me marier à un autre. Les Montagnes se sont imposées à moi et Jordken m'a trouvé.

A nouveau, elle se focalisa sur l'homme qui lui avait sauvé la vie et demanda, presque timide et surtout très mal à l'aise de propager pareil mensonge.

- Je ne pense pas avoir réussi à le lui expliquer, pourras-tu le faire s'il te plaît ?

Vile menteuse, souffla une petite voix au fond d'elle et elle se détourna un instant, misant sur le fait que son invitée le verrait comme un désagrément de sa grossesse plutôt qu'une culpabilité de ses paroles.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Mer 20 Jan - 17:19

Alisel sembla hésiter avant de lui répondre, et Merriska la prit en pitié. D’avance, elle se doutait que son histoire devait être aussi terrible que la sienne, et elle but une gorgée de thé en détournant le regard. Si l’inconnue n’était pas prête à parler, alors elle attendrait autant qu’il faudrait.
Pourtant, la jeune femme prit finalement la parole, pour parler de guerre, de torture et de mariage arrangé. L’horreur se peignit sur les traits expressifs de Merriska alors qu’elle écoutait sa compatriote, et elle déposa une main sur les siennes lorsque son récit s’acheva.
— Je le lui dirai, je te le promets. C’est un homme extraordinaire.

Elle jeta un coup d’œil vers la cuisine, où Jordken s’affairait toujours. Elle n’avait pas envie de se lever pour le moment, pas alors qu’Alisel était là avec son passé – et son présent – douloureux. Timidement, car elle n’était pas certaine que la jeune femme ait réellement envie de s’étendre là-dessus, elle s’enquit :
— C-comment tu vas faire pour l’enfant ? Et le père ? Tu ne reverras plus les tiens, alors…

Merriska avait elle aussi vécu l’horreur, et de manière sûrement encore plus brutale que l’inconnue. Pourtant, alors qu’elle plongeait les yeux dans les siens, il n’y avait plus que la détresse bien visible d’Alisel qui comptait. Sans attendre de réponse de sa part, elle rompit le contact visuel lorsque Jordken les rejoignit, porteur d’une petite assiette, et lui traduisit l’histoire de sa compatriote du mieux qu’elle put.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Mar 15 Mar - 21:57

La compassion de la jeune femme serra le coeur d'Acuité. Elle resta un moment, le regard rivé sur ces mains qui la serraient sans oser parler. Que dire après tout ceci ? Ses mensonges devenaient de plus en plus difficile à proférer et à chaque fois, elle avait l'impression qu'on lui enfonçait une aiguille dans les côtes. Mais elle n'avait pas le choix et comme un mantra protecteur, elle ne cessait de se le répéter.
Elle était ici pour protéger la vie de son enfant à naître et rien d'autre n'avait d'importance.

Son visage s'éclaira sensiblement lorsque Merriska lui annonça qu'elle transmettrait à Jordken, mais se ferma doucement à nouveau, lorsque cette dernière lui posa de nouvelles questions.
Acuité souhaitait les éluder rapidement, ne voulant pas inventer de nouveaux mensonges car à force, elle risquait de s'y noyer et de perdre en cohérence dans ses propos.

Leurs regards se croisaient, tous deux sous le joug d'un passé douloureux, mais alors qu'elle réfléchissait à tout cela, Merriska rompit le contact visuel au moment ou Jordken réapparut.
Devait-elle se sentir chanceuse de pouvoir ainsi éviter d'avoir à répondre ?
Pourtant, si elle ne le faisait pas, l'autre n’éprouverait que de la pitié à son encontre et elle se le refusait. La pitié, voilà bien un sentiment qu'elle refusait que l'on associe à sa personne.

- Je l'élèverais seule, commença-t-elle avec fermeté. Cet enfant n'a plus de père, il est inutile de se bercer d'illusion. Les Montagnes seront son foyer et ses habitants sa famille.

Le regard posé sur le bois de la table, elle avait parlé sans ciller. Pourtant, son coeur tremblait en écho à ses paroles qui ne la consolait qu'à moitié. Cet enfant aurait un avenir ici, même si pour cela, elle devait détruire le sien.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   Sam 19 Mar - 18:02

Jordken émergea de la cuisine avec un vaste plat où flottaient trois quignons de pain et une louche en bois. L'ensemble dégageait une forte odeur de lait frais, d’œufs et de sucre. L'homme le posa le plus discrètement possible sur la table, ce qui fit quand même du vacarme dans le silence ambiant. Un silence triste et pesant.

Jordken interrogea Merriska du regard, et la jeune fille lui traduisit. Une ombre voila le visage de l'homme-ours, qui s'empara rageusement de la louche.

Ces gens des Duchés ! Quels barbares ! La guerre, les tueries ! Et comme si cette violence entre États ne suffisaient pas, ils l’exerçaient au sein de leur propre famille. Comment ses propres parents avaient-ils pu être si cruels avec Alisel ? A cause de leur intolérance, elle était seule et loin de chez elle. Mais comme elle le disait elle-même, ils sauraient lui fournir une nouvelle famille. Une meilleure famille, peut-être.

Toujours en colère, il poussa les assiettées devant Merri et Alisel. Puis il tenta de se calmer, reposa la louche dans le plat et posa une main sur l'épaule d'Alisel en guise de soutien silencieux. Peu porté sur les démonstrations d'affection, il l'enleva bientôt et s'éloigna dans un coin de la pièce. Il ouvrit un coffre et en sortit un rouleau de tissu, qu'il étala sur la table entre les assiettes.

Sur la pièce de tissu carrée, des lignes entrecroisées. Jordken disposa les pierres rouges, noires et blanches là où était leur place. Puis regarda Merriska, avec une bienveillance apaisée.

- Et si tu expliquais les règles à notre invitée ?
Le message était clair. Assez de confidences pour la journée : Alisel avait l'air éprouvée. Elle n'était pas là pour ressasser son douloureux passé. Merri, il le savait, le comprendrait. Et elle se souvenait sans doute de ce jeu qui, jadis, l'avait aidé à l'apprivoiser, farouche jeune fille. Les cailloux seraient-ils, cette fois encore, ses alliés ?

- Eirik est un as à ce jeu, pensa-t-il tout haut.
Et il regretta, un instant, que son fils ne soit pas à ses côtés - réunissant autour d'une même tablée famille naturelle et famille d'adoption.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Filles des Duchés (sept 10, Jordken, Acuité)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» le duché de Touraine sur Wiki
» La danse des sept voiles...
» BD Sept Cavaliers
» les filles et le hobby...
» Des actions pour le maintien des filles à l'école

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Jhaampe
-