AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Sortie clandestine (printemps 10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Sortie clandestine (printemps 10)   Mar 5 Mai - 20:37

Le frère de l'Oblat avait encore dû subir les règles sévères de l'intransigeante guérisseuse chargée de le soigner du mal inconnu qui le rongeait. Mais Aksel n'avait jamais pu supporté sans broncher l'enfermement ; il était d'ailleurs sujet à une légère claustrophobie et cette chambre devenue prison l'étouffait. Par bonheur, deux semaines plus tôt, il avait été attiré hors du palais, dans les montagnes, attiré par... Il ne pouvait se l'expliquer, il avait simplement senti que quelque chose l'attendait quelque part. Lorsqu'il arriva là où "on" l'appelait, à peine emmitouflé dans un long manteau noir, Aksel se retrouva face à une très jolie ponette sauvage boîteuse. Lui dont on emplissait les poches d'herbes diverses afin d'éloigner ses maux quelconques, réussit à apaprocher l'animal blessé sur le flanc et au postérieur droit. Il ne sait comment cela se passa mais malgré le regard défiant et la crispation de la jument grise, cette dernière le laissa approcher.

Depuis, Aksel était ressorti à la recherche de la jolie ponette tous les soirs... Hormis les deux dernières journées où il avait été surveillé de près et où on lui avait bien fait comprendre qu'il serait égoïste de sortir. C'était le seul moyen pour l'obliger à être raisonnable et à se reposer : le faire culpabiliser en soulignant l'inquiétude que vivraient ses proches. Mais en cette fin d'après-midi, aucun argument ne pouvait le retenir et, d'ailleurs, il s'était éclipsé alors qu'on l'avait laissé seul. A quoi bon rester enfermé pour mourir enfermé ? Il préférait de loin vivre encore un peu de bonheur plutôt que déteindre des mois durant sur les draps de son lit.

A présent, la ponette était bien moins nerveuse lorsqu'il la touchait. Elle semblait même apprécier ses caresses et il lui était arrivé une fois de frotter son large chanfrein contre le torse amaigri du malade.

Tout à la douce pensée de retouver ce petit cheval curieux et attachant, Aksel marchait péniblement en dérapant quelques fois sur la neige fondue. Le printemps était là et les herbes vertes et les fleurs et les odeurs... Tout cela lui emplissait le coeur. Sur lequel il porta d'ailleurs une main tremblante. Non, il n'était vraiment pas bien ces derniers jours... Il sentit sa tête tourner et tomba plus qu'il ne s'assit. La vue trouble, c'est au petit hennissement discret qu'Aksel sut que la jument était venue à lui, pour la première fois. Elle s'était doucement approchée, les oreilles pointées vers le malade, et semblait s'inquiéter de son état. Elle approcha ses naseaux veloutés du visage blafard et souffla. Malgré sa faiblesse, Aksel eut un pauvre sourire et il appuya son front contre celui de la ponette. Etrangement, ce contact semblait lui redonner des forces...

-Ma douce petite magicienne...
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Mer 6 Mai - 3:19

Voilà maintenant une journée entière que Narjis tentait de chasser quelque chose. Même le faucon qui tournait au-dessus d'elle peinait à trouver une proie. Heureusement, le printemps s'éveillait doucement et qui dit début du printemps dit proies à la recherche d'herbes fraîches. La chasseresse décida donc de tenter sa chance dans une petite clairière. Le gros gibier ne risquerait pas de s'y pointer le museau mais il en va tout autrement pour les lièvres et peut-être quelques perdrix.

Tout juste au-dessus de sa tête, avant même qu'elle quitte la forêt qui se remet tranquillement du rude hiver, l'oiseau poussa un cri. Il avait enfin repéré quelque chose! Sans faire de bruit, elle avanca rapidement, la corde de son arc légèrement tendu, une flèche prête à être décochée; il était hors de question de laisser passer sa chance, pas après une journée entière de jeun forcé.

Narjis fronça les sourcils alors que ses yeux s'arrêta sur le seul animal présent.

- Mais qu'est-ce qu'un poney fais ici?, se dit-elle tout en abaissant son arc.

Elle continua d'avancer et vit un homme, assis à même le sol encore un peu humide par la fonte des neiges. Ce visage blême lui disait vaguement quelque chose... mais quoi! Visiblement, l'homme ne semblait pas être au mieux de sa forme malgré le fait qu'il se semblait pas être très âgé. La trentaine, tout au plus, songea-t-elle. La jeune femme s'arrêta à une distance raisonnable sans toutefois avoir besoin d'hausser la voix pour se faire entendre.

- Hey... ça va? Êtes-vous blessé?

Le faucon poussa un dernier cri et vînt se poser sur son épaule gauche, fixant tour à tour le poney et l'homme.


Dernière édition par Narjis le Mer 10 Juin - 3:30, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Mer 6 Mai - 22:35

Alors que sa vision se stabilisait progressivement et que sa faible tension semblait remonter quelque peu, Aksel sursauta de conserve avec la jument sauvage. Une voix de femme s'était faite entendre et la ponette se retourna brusquement, se décollant du contact de l'homme censé être dans la force de l'âge. Méfiante, elle secoua la tête, hésitant entre suivre son instinct de survie qui la poussait à fuir et entre l'attrait qu'exerçait sur elle cet étrange créature bipède dont elle n'avait pourtant jamais apprécié l'espèce.

Quant à Aksel, il se sentit à nouveau faiblir lorsque la jument se fut détournée de lui. Il devait être bien atteint pour songer que le contact d'un animal pouvait lui procurer quelque force ! La voix féminine trouva sa source en la personne d'une jeune femme aux cheveux blonds très pâles et au teint aussi frais que la neige. De nature peu coquette, Aksel se sentit néanmoins bien misérable, assis les fesses dans la boue formée par la neige fondue et la chaleur que son corps dégageait. L'inconnue s'arrêta à bonne distance, elle-même semblait être presque aussi sauvage que la ponette ! Cependant, elle semblait animée de bonnes intentions et s'enquit même de l'état d'Aksel.

Désireux de recouvrir un tant soit peu de dignité, le jeune homme voulut se redresser et il se tint à la ponette dont la robe frémit, comme au contact d'une mouche, afin de contrer ses vacillements. Il se stabilisa, mais se sentit pris de nausées alors qu'il était enfin debout. Quel spectacle il devait offrir !
Ce n'est qu'après une minute de silence qu'il put enfin répondre d'une voix qu'il s'efforçait de maîtriser tant bien que mal:
-Non, c'est seulement un malaise, je vous remercie.

Il plissa les yeux dans le but de fixer au mieux son regard flouté et distingua avec surprise, un rapace posé sur l'épaule de la blonde. Il remarqua également l'arc et la flèche qui demeurait dans la main.

-J'espère que vous ne chassez pas les poneys
, lança-t-il afin d'alléger l'ambiance et d'éviter le sujet de son état pitoyable. Une esquisse de sourire aux lèvres, Aksel se cramponnait plus ou moins discrètement à la ponette toute crispée.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Mer 6 Mai - 23:19

Le visage sans expression, elle répliqua :

- Je vous rassure. Si je chassais la ponette, elle serait déjà étendue sur le sol, aussi froide que la neige.

Elle fit quelques pas vers l'homme visiblement très faible, s'arrêta un instant pour l'observer puis continua de marcher en sa direction. La jeune femme était à la portée du... malade mais vu son état, elle était certaine de ne rien craindre. Il ne serait jamais assez rapide pour l'attraper, du moins pas dans cet état. Ses yeux l'observèrent un instant puis elle scruta l'horizon. Personne. Il n'y a personne qui accompagne cet homme.

- Mhhh... Cela ne me regarde surement pas mais... Vous êtes seul et vous ne semblez pas être en état de vous défendre ne serait-ce que contre un renard. Que faites-vous donc ici?

Les gens comme lui ne sortent pas de Jhaampe ou très peu. Il est bien habillé, propre, il sent bon... Non, les gens comme lui ne sortent pas de Jhaampe. Comme si l'oiseau entérinait ses pensées, il battit des ailes sans s'envoler pour autant et, habituée d'être seul, elle lui répondit :

- Tu as raison... C'est pour ça que son visage ne m'est pas inconnu... C'est le frère de l'Oblat.

Et elle n'était pas plus impressionné que ça. La chasseresse l'observa une fois de plus, puis ses yeux se posèrent sur la ponette. Elle fit ce petit manège à quelques reprises mais elle avait compris dès le départ ce qui liait ces deux être. Elle esquissa un petit sourire en coin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Mer 6 Mai - 23:40

Malgré son caractère doux et affable, le jeune noble tiqua. Il n'avait jamais apprécié la vantardise et le fait de simplement évoquer la vision de "sa" jolie ponette étendue au sol dans une mare de sang n'avait rien pour le réjouir. Inconsciemment, il passa une main tendre et protectrice sur l'épais pelage gris. La jument, rassurée de constater qu'il ne se passait rien de bien violent, se rasséréna quelque peu sans pour autant perdre du regard les deux humains et l'espèce de gros oiseau juché sur l'humain femelle.

De plus, la jeune inconnue s'approchait et semblait jauger la situation. La voilà qui s'assurait même de l'isolement d'Aksel ! Prenant subitement conscience de ses pensées négatves et qui lui ressemblaient si peu, il maudit ce mal qui le rongeait. En bonne santé, jamais il n'aurait soupçonné la première venue de vouloir le détrousser ! Allez, Aksel, reprends-toi, se morgéna-t-il en se rassurant : la blonde au teint pâle ne chassait pas les poneys e tlui-même ne portait rien de bien intéressant et alors même... Il n'allait pas pleure si on lui volait sa veste ! Le tuer ? Ca simplifierait peut-être la vie de ses proches...

Du coup, le jeune homme de nature franche répondit de manière honnête :
-Je ne suis pas seul, assura-t-il en posant un regard tendre sur la petite jument. Mais il est vrai que je n'explose pas de santé en ce moment. Petit air amusé. Cependant, je crois pouvoir me juger encore capable de faire fuir un renard !

Il toussa un instant et ferma les yeux sous la douleur qui l'étreignit un instant avant de reprendre :
-J'ai bien conscience que ce n'est peut-être pas la chose la plus raisonnable qui puisse sembler, mais j'ai grand besoin de m'aérer. Et puis, cette charmante petite créature a été blessée récemment et je tiens à m'assurer qu'elle guérisse convenablement.

La jeune femme semblait avoir une conversation silencieuse avec son oiseau de proie ; conversation qui sembla le samener à une conclusion des plus pertinentes.
-Lui-même. Et à qui ai-je le plaisir de parler ?
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Jeu 7 Mai - 0:44

Son regard bleu perçant se fixa sur le frère de l'Oblat. Elle devait avoué que, si ce n'était pas du fait qu'il est amaigrit par elle-ne-sait-quoi, l'homme avait de beaux traits. Mais ce ne fut qu'une pensée comme cela, une pensée qui passait. Elle finit par lui répondre :

- Narjis, fille de Brewal le Nomade et Meike la Chasseresse. Elle pencha sa tête légèrement sur le côté, toujours en le fixant. Et vous? "Le frère de l'Oblat" n'est certainement pas votre prénom....

Mais avant qu'il puisse répondre, le faucon s'envola tout en poussant un cri. Le cri qui signifiait à la jeune femme qu'une proie était tout près. Elle détourna les yeux de l'homme et se mit à courir afin de suivre l'oiseau pour ensuite s'engouffrer dans la forêt, arc tendu et flèche prête à être décochée. S'en suivi une série de petits grognements, plus ou moins forts, de sanglier qui dura plusieurs minutes.

Puis Narjis sortit, elle souriait. De sa main droite, elle tirait sur une corde qui était entourée aux pattes arrières d'un gros sanglier mâle tandis qu'elle ramenait du bois sous son bras gauche. Ses pas la menèrent directement vers le frère de l'Oblat où elle s'arrêta, laissant tomber la corde et le bois sur le sol. Visiblement, elle était fière de sa capture. Mais il fallait faire un feu et vite, sans quoi l'odeur du sang frais attirerait les prédateurs... Et elle n'avait pas envie de perdre son énergie contre eux. La blonde s'affaira donc. Elle commença d'abord par vider et dépecer la bête. Habituellement, elle conservait tout mais cette fois-ci elle ne mit que la peau de côté. Voulant garder les prédateurs loin d'eux, la chasseresse retourna dans le bois, les bras chargés des entrailles du sanglier. Plus loin elle porterais ces morceaux ensanglantés, plus loin cela gardera les bêtes. Puis Narjis revint avec de la tourbe et beaucoup d'herbe. Elle plaça ensuite des roches afin de former un cercle, prit de la tourbe qui ne semblait pas trop humide et s'affaira à frotter deux bouts de bois ensemble. La tâche était ardue mais son expérience fit que le feu naquit au bout de deux ou trois minutes. Elle souffla doucement dessus pour l'alimenter alors qu'elle déposait de petites branches de sapins puis des plus grosses et encore des plus grosses jusqu'à ce que le feu est la force de cuire ce gros morceau de viande. Elle retira son manteau et l'étendit sur le sol. L'air frais caressait la peau nue de ses bras.

Pendant tout ce temps, elle n'avait pas dit un mot. Le faucon, tant qu'à lui, ne restait jamais bien loin de la chasseresse. Elle fini par briser le silence :

- Asseyez-vous, frère de l'Oblat, et mangez. Sans quoi vous risqueriez de mourir de faiblesse avant d'atteindre Jhaampe. Et puisque vous ne supportez pas d'être bien loin de la ponette, elle pourra manger le reste de la tourbe et l'herbe que j'ai apporté. En fait, elle en avait amené beaucoup plus que ce qu'elle avait besoin.

Elle s'étira par-dessus le feu et détacha aisément la patte avant de sa prise et la tendit à l'homme avant de prendre l'autre patte pour elle. Bien évidemment, elle avait gardé quelques morceaux crus pour l'oiseau. Tel était leur relation, du moins ce qu'ils voulaient laisser paraître. Il trouvait les proies et elle le nourrissait. Par la suite, elle tendit sa gourde d'eau à l'homme. Mangez et boire lui redonnera certainement des forces... Ses yeux bleus fixés sur les flammes qui dansent, elle ne disait rien... La nuit couvrirait la clairière d'ici une heure, voir deux tout au plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Jeu 7 Mai - 22:58

D'un naturel franc et direct, Aksel supportait le regard scrutateur de la jeune chasseresse sans ciller. Il profita de l'occasion pour dévisager à son tour l'inconnue et mémoriser ses traits. Elle était jeune, dans la force de l'âge, et semblait en parfaite forme physique. On la sentait vigoureuse et un peu sauvage.

Alors qu'il sentait ses jambes démusclées commencer à vasciller, la jeune fille déclina son identité. Narjis, fille de Brewal et de Meike... Cela ne lui disait absolument rien. Ce devaient être de braves gens qui n'avaient de cesse de voyager et leur fille semblait faite de la même pâte. Cette impression fut encore augmentée lorsque Narjis partit en trombe vers la forêt, sous les instances de son rapace qui s'était mis à crier. Ces deux-là semblaient se connaître par coeur et s'entendre à merveille. Elle n'avait même pas attendu la réponse  à la question qu'elle venait de lui poser. Aksel referma donc la bouche qu'il venait d'ouvrir, circonspect, et regarda les deux comparses chasseurs disparaître entre les arbres.

Bon, hé bien, il n'avait plus de raison de vouloir présenter correctement et ses jambes jambes tremblantes furent soulagées lorsqu'il se laissa à nouveau choir au sol, juste à côté des sabots avant de la ponette grise dont le regard allait du malade à ses pieds à la forêt. Aksel laissa échapper un soupir et fouilla dans ses poches. Il y dénicha un petit flacon dont il respira le contenu. Il s'agissait d'une mixture qui l'aidait à retrouver ses esprits lorsque ceux-ci devenaient brumeux.

Tandis qu'il se penchait finalement sur le postérieur blessé de la jument et qu'il y appliquait une pommade cicatrisante, un bruit de pas le fit sursauter : ça ne faisait pas un quart d'heure qu'elle s'était éclipsée et pourtant Narjis revenait déjà, triomphante, traînant un sanglier derrière elle... La ponette fit alors mine de shooter, rendue méfiante par la chasseresse et sa carcasse sanguinolente, et Aksel se recula.
-Vous êtes plutôt efficace, commenta-t-il avec amusement. Mais elle ne répondit guère et s'activa. En quelques minutes, Narjis avait dépeçé la bête, avait porté ses viscères dans la forêt, avait créée un feu et mis à cuire la viande de sanglier.

Efficace et bien aimable de partager avec lui les fruits de sa chasse.
-Je vous remercie pour votre hospitalité, fit-il, sincère.

Il saisit la patte que lui tendit la jeune femme et y planta les dents. La viande dégoulinait de graisse chaude ! Ce n'était pas fort cuit, mais Aksel n'allait pas faire la fine bouche ; il était plutôt heureux d'avoir une compagnie aussi curieuse et de la bonne chair. Tous deux devaient offrir un bien étrange spectacle si quelqu'un les avait vus, occupés à manger avec une ponette libre et un faucon... La jument qui s'était éloignée en sentant l'odeur de mort et en voyant les flammes, s'approcha lentement et happa les poignées d'herbes touffues et bien vertes. Alors qu'il achevait son repas (il n'avait d'ailleurs plus si bien fait honneur à un repas depuis  bien longtemps !), Narjis lui tendit sa gourde. Il s'essuya les lèvres avant d'y boire et de la rendre à sa généreuse propriétaire.

-Hé bien, quel succulent repas ! On ne mange pas souvent aussi bien au palais.
L'air frais, la ponette et cette rencontre étrange lui faisaient le plus grand bien, surtout au moral. Nullement intimidé par le silence qui règnait, Aksel poursuivit, entre les craquements du feu et les bruits de mastications de l'équidé :
-Et que fait donc Narjis dans la vie ? Comment pourrais-je la remercier, elle et son compagnon, de sa générosité envers un pauvre éclopé ?

Tout en prononçant ces paroles, il souriait, ses yeux dorés rendus encore plus lumineux par les fammes. Et son sourire s'élargit quand il sentit un museau donner de petits coups inquisiteurs dans son dos.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Ven 8 Mai - 3:39

Toujours en regardant le feu devant elle, Narjis répondit :

- Je chasse, c'est ce que je fais dans la vie... c'est ce que j'ai toujours connu. En saison faible, à Jhaampe, j'échange le produit de mes chasses contre des choses dont j'ai besoin... Pour ce qui est de la façon de me remercier, ce sera fort simple. Revenez ici aussi souvent que vous le pourrez. Pas pour moi mais pour la ponette... et surtout pour vous.

Elle tourna la tête et le regarda une fois de plus droit dans les yeux et esquissa un petit sourire en coin. Puis elle changea de sujet.

- Au fait, je vous ai coupé la parole tout à l'heure. Vous avez un prénom ou dois-je continuer à vous appeler "Frère de l'Oblat"?

La chasseresse avait prit la peau de sanglier et la tendit à l'homme. Il commençait à faire froid et elle supportait très bien ce changement de température. Mais, peut-être à tord, elle pensait que celui assit près d'elle était habitué à la chaleur des cheminées et à la douceur des couvertures qui devaient couvrir son lit et qu'il devait commencer à souffrir du froid... déjà qu'il n'était pas en pleine forme. Elle ne voulait pas d'un cadavre gelé dans la clairière.

Narjis regarda alors le soleil qui disparaissait lentement à l'horizon.

- Vous devriez rentrer chez vous, la nuit ne tardera pas. Gardez la peau de sanglier, elle sent la fumée et éloignera les prédateurs ce qui rendra votre voyage de retour plus sécuritaire. En aurez-vous la force?

Posé sur le sol, le faucon s'approcha de la jeune femme en sautillant. Il venait chercher refuge auprès d'elle pour la nuit alors il donna un coup d'aile pour se poser sur sa cuisse et se blottir contre son abdomen. Instinctivement, elle posa sa main sur les plumes de son protégé tandis qu'elle attisait le feu avec un long bout de bois.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Ven 8 Mai - 9:41

Malgré ses airs sauvageons, la jeune femme blonde parlait mieux et bien plus franchement que certaines "personnes importantes" de sa connaissance. Et puis, elle semblait fort altruiste. Aksel n'avait jamais pris de plaisir à la chasse, mais il fallait bien que certains s'y collent pour habiller la table commune. Lorsqu'elle eut achevé de lui répondre, le malade demeura coi, interdit. Il était bien curieux qu'une inconnue s'inquiète de sa relation qu'il ne comprenait pas lui-même avec un cheval sauvage. Mais... Oui, il se sentait tellement mieux ici, près d'un feu en plein air et de sa petite protégée, lui-même protégé en quelque sorte par la chasseresse.

-Vous aviez une bonne excuse pour interrompre la conversation, dit-il doucement. Je préférerais que vous m'appeliez parmon prénom, Aksel. Je suis ravi que nos chemins se soient croisés.

Et la voilà qui lui tendait la peau de sanglier ! Il sourit, à la fois amusé et touché, mais ne put s'empêcher de commenter en saisissant la chose :
-Nos rôles semblent inversés aujourd'hui. D'habitude, c'est l'homme qui prête son manteau pour couvrir les épaules de la dame. Merci.
Il passa la peau en cape sur ses épaules et observa lui aussi le soleil se coucher.

-Oui, ce serait plus raisonnable.
Sa voix était voilée et son regard était perdu dans la contemplation de l'horizon. Puis il sembla atterir et ses yeux brillèrent de malice.
-Mais je n'en ai pas tellement envie. Je me sens mieux ici qu'enfermé entre quatre murs.

Ses yeux suivirent alors les petits bonds que faisaient le faucon pour se rapprocher de sa comparse humaine. La ponette, postée dans son dos, baissa alors l'encolure par dessus l'épaule d'Aksel qui passa une main soigneuse dans l'épaisse crinière ébouriffée. Il appuya sa tête contre la joue de la jument sans même s'en rendre vraiment compte et celle-ci se laissa faire.

-Je vais rester encore un petit moment, conclut-il. Si je ne vous dérange pas, bien entendu. Peut-être m'accompagnera-t-elle jusqu'aux abords du Palais, dit-il, les yeux levés vers la jument.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Ven 8 Mai - 15:31

Le faucon, toujours collé contre elle, semblait se laisser emporter doucement par le sommeil. Narjis le caressa doucement pour l'insiter à dormir. Lorsqu'elle entendit Aksel parler des rôles que jouent l'homme et la femme pour la galenterie, elle souria légèrement :

- Allons, il n'y a que nous quatre. La galenterie n'a pas vraiment sa place pour deux personnes assises devant un feu à manger un sanglier trop gras et peu cuit. Laissons cela aux jolis petits couples qui viendront ici une fois que le printemps sera bien encré dans la nature.

Souvent elle comparait les humains aux animaux. Les hommes se battent pour démontrer à une femme qui des deux est le plus, qui des deux lui assurera une descendance solide. Puis, une fois la bataille remportée, l'homme tentera de séduire par tous les moyens la femme. Il se fait beau, il se lave, il bombe le torse et relève le menton. La chasseresse se demanda, et se demande toujours, pourquoi ils font ça? Ils ont la chance de parler alors qu'ils parlent!

- Très bien. Restez le temps que vous voudrez. Ce n'est pas ma clairière alors vous pouvez faire comme bon vous semble. Par contre, si vous n'en voyez pas d'inconvénient, je vais devoir me rapprocher de vous. Le froid commence à être plus intense et nous avons les fesses sur mon manteau. Donc, le seul moyen de me protéger du froid est cette peau de sanglier. De plus, la chaleur de nos corps nous réchauffera. Et elle disait ça en toute objectivité. En fait, elle n'aimait pas les sous-entendus qu'elle trouvaient inutiles et bien souvent mal interprétés.

Maintenant, la nuit était tombée et la seule source de lumière émanait du feu que la chasseresse entretenait. Elle approcha son arc et ses flèches. Habitude qu'elle avait prise depuis son réveil brutal causé par un loup trop curieux. Puis elle jugea qu'il y aurait assez de bois pour la nuit.

Ne voulant pas brusquer les choses ni faire peur à l'homme et sa ponette, cette dernière qui commençait à peine à être à l'aise, elle attendit qu'Aksel donne son accord. L'oiseau ouvra un oeil et laissa échapper quelque petits cris endormis :

- Oui... C'est ce que je crois aussi... Nous verrons bien ce qui se passera mais nous en avons déjà une idée. N'est-ce pas mon beau ?

Et elle lui caressa doucement la tête et le dos jusqu'à ce qu'il s'endorme.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Ven 8 Mai - 21:54

-Oh je ne me plains pas de mon sort, c'est plutôt une situation confortable. J'ai l'impression d'avoir une petite maman qui s'occupe de moi.

La réflexion le fit sourire. Et il ne craignait pas de vexer la susceptibilité de la jeune femme ; elle ne semblait pas faire beaucoup de cas des paroles maladroites ou un peu trop spontanées. Alors que Narjis berçait son rapace contre elle, Aksel caressait d'une main délicate la ponette qui se détendait de plus en plus, bercée par les douces caresses. Elle rouvrit grand ses yeux ambrés lorsque la chasseresse se leva et elle redressa la tête, prête à réagir au quart de tour.

-Je vous en prie. Je vous ai déjà volé votre souper et la peau de ce souper.

La familiarité et l'absence de faux-semblants de la jeune femme lui plaisait beaucoup. Cela faisait du bien de voir quelqu'un de si naturel et spontané. Quand elle vint s'installer auprès de lui, Aksel tira sur sa cape improvisée afin de recouvrir les épaules dénudées de la femme blonde. Ainsi, ils étaient tous deux protégés par la peau du sanglier et ils ressemblaient à deux vieilles connaissances enfin retrouvées. Aksel n'avait pas froid grâce au flammes dansant près de son visage et à ses manteaux et capes et pourtant la chaleur humaine lui fit plaisir. Il oubliait tout juste son état quand il fut pris d'une violente quinte de toux qui le secoua, lui ainsi que sa nouvelle amie.

La jument qui s'était un peu reculée s'avança à nouveau et joua avec son museau dans les mèches de cheveux d'Aksel. Sa toux passa et Aksel leva les yeux vers sa gardienne, le regard tendre. Mais une pensée vint gâcher son bonheur : il allait se faire gronder comme un gamin quand il rentrerait au palais !
Sur le temps qu'il songeait à ses proches remontrances, Narjis avait eu... un dialogue avec son rapace ? En tout cas, elle faisait tout comme ! Etait-elle donc dérangée ? Bien sûr, lui-même parlait souvent aux animaux qu'ils côtoyaient, mais pas de cette façon-là, pas comme s'ils discutaient ensemble d'un sujet.

-Ca vous arrive souvent de débattre avec votre oiseau de chasse ? questionna le jeune homme, mi-figue mi-raisin.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Sam 9 Mai - 15:43

Assise près de lui, protégée par la peau de sanglier, elle plia un peu les genoux afin de procurer plus de chaleur au faucon.

- Si ça arrive souvent ? À tous les jours... enfin, je crois... Pas vous?, dit-elle en caressant l'animal.

Puis elle leva ses yeux bleus vers Aksel, une lueur de curiosité y passa. Elle savait ce qu'il vivait en ce moment mais il devait s'en rendre compte tout seul. Mis à part la quinte de toux qui les avaient secoués quelques minutes plus tôt, l'homme semblait aller mieux. Il semblait reprendre des forces. La présence de la ponette lui fait le plus grand des biens. Comme elle, il y a quelques années, lorsqu'elle fit la rencontre du faucon. Et elle eut une idée.

- Si vous le désirez, vous pouvez passer la nuit ici, avec la jument. Demandez-lui simplement, de vive voix ou non, de s'allonger près de vous. Sa chaleur vous réconfortera et vous fera le plus grand bien. Et soyez tous deux sans crainte, je me réveille toujours aux heures et j'ai le sommeil léger, je veillerai à ce que les animaux sauvages un peu trop curieux se tiennent à distance.

La chasseresse se découvrit les épaules le temps d'alimenter le feu avec deux gros bouts de bois. Installée à quatre pattes mais tenant toujours l'oiseau contre elle avec sa main gauche, elle tournait le dos au frère de l'Oblat et la ponette. Elle avait bougé ainsi volontairement pour éviter que l'homme ne soit gêné de parler à un cheval devant quelqu'un. Narjis attendrait. Elle sait faire preuve de patience.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Mar 12 Mai - 9:49

Un genou replié et l'autre au sol, Aksel avait le regard vague, apparemment fixé sur les flammes. Il détourna néanmoins les yeux afin de regarder Narjis lorsqu'elle lui répondait. La nuit gagnait du terrain et le feu faisait danser des lumières et des ombres sur leurs visages.
-Je parle souvent aux animaux, mais il ne me répondent jamais, fit-il, avec un sourire. On ne pouvait dire s'il était moqueur ou seulement joyeux.

Les paroles suivantes de la jeune femme le déconcertèrent davantage. Bien entendu il serait ravi de passer la nuit à la belle étoile, comme maintes fois auparavant, plutôt que dans sa chambre puant le mal-être et le renfermé. Mais Aksel ne comprenait pas bien lorsque Narjis l'encouragea à parler à "sa" ponette que ce soit de vive-voix ou non. Etait-il censé être télépathe ? Avec une jument sauvage ? La jeune femme délirait-elle réellement ?
-Merci pour l'invitation. Je ne suis pas certain qu'elle ravisse ma guérisseuse mais je lui ai obéi comme un sage petit garçon ces derniers jours ; je peux bien être un peu récompensé à présent.

Le frère de l'Oblat observa la blonde nourrir le feu alors que celui-ci se portait plutôt bien. Elle semblait prendre plus de temps qu'il n'en fallait. Il leva alors les yeux vers la ponette qui le surplombait toujours. Elle semblait détendue, la paupière basse et un postérieur relevé en appui, dans l'attitude d'un cheval au repos. Mais lorsqu'elle sentit le regard d'Aksel posé sur elle, elle se ranima et lui rendit un regard curieux, courbant l'encolure de manière à ramener le menton contre son large poitrail.

-Voudrais-tu te coucher près de moi et me tenir chaud ?
Sa voix était hésitante et Aksel se sentit très bête quand la ponette écarquilla les yeux, semblant se demander ce que ce machin à 2 pattes imaginait encore-là et ce qu'il pouvait bien lui vouloir. Elle était pourtant si sage ! Mais il semblait attendre d'elle quelque chose. Mal à l'aise, la jument piétina un peu sur place, ses yeux grands ouverts dévisagenat Aksel qui la dévisageait lui aussi mais d'un air indécis.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Jeu 14 Mai - 23:01

La jeune blonde tendait tout de même l'oreille. Elle ne connaissait que très peu de chose sur les chevaux mais, déduisant les événements de par la quasi absence de bruit, elle souriait, toujours face au feu, puis repris sa contenance avant de se tourner vers Aksel et la ponette.

- Je crois que vous n'êtes pas encore rendu là... Dites-moi, Aksel, quand avez-vous rencontré la jument ?

Tout en écoutant la réponse, la chasseresse s'affairait à préparer leur lit de fortune et ce, avec une seule main puisqu'elle tenait encore le faucon contre elle. Elle prit les restes de branche de sapin qu'elle posa, les unes par-dessus les autres, afin de créer une couche de protection entre leurs corps et le sol. Elle devait récupérer son manteau car elle sait qu'elle veillera presque la nuit entière. La peau de sanglier sera donc pour Aksel. De cette façon, elle pourra garder un œil sur lui et, si le froid devenait trop intense, Narjis se glissera sous la peau de sanglier pour le réchauffer.

Tout était maintenant près pour la nuit :

- Venez. Installez-vous sur les branches de sapin. Bon... ce n'est certainement pas aussi confortable que votre lit mais ça empêchera d'être étendu à même le sol. Enroulez-vous autant que possible dans la peau de sanglier pour garder votre chaleur.

Une fois que l'homme sera debout, elle reprendra son manteau et gardera, elle et le faucon, une chaleur qui est plutôt précieuse dans les Montagnes. Le ciel était sans nuage et la lune éclairait bien la clairière ce qui permettait à la chasseresse voir plutôt bien dans le noir. Si le vent ne se met pas de la partie, la nuit sera douce.

La jeune blonde regarda la jument. Elle n'était pas inquiète pour elle. Les animaux ont cet instinct de survie que bien des humains ont perdu avec le temps. L'équidé trouvera bien un moyen de se réchauffer s'il le fallait.

Narjis avait remis son manteau et avait glissé tout doucement l'oiseau dans une poche interne, spécifiquement créée pour celui-ci. Elle referma les pans de fourrure et replia les genoux vers elle en prenant soin de ne pas écraser le petit être collé contre son corps.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Lun 18 Mai - 22:59

-Cela doit remonter à deux semaines à présent. Elle avait été blessée, sans doute par un félin des montagnes. Il se tut, avant de commenter, gai et fier : Elle est superbe, n'est-ce pas ? Moi qui suis habitué à un étalon cervien très haut sur jambes, je ne demeure tout de même pas insensible au charme de cette jolie ponette tout en rondeurs et en douceur.

Tandis qu'il discourait, la ponette grise pointait des oreilles intriguées vers cet humain étrange, à l'air joyeux et pourtant dans un état bien triste. Elle sentait souvent son regard doré se poser sur elle. Et étrangement, cela ne la dérangeait pas. Au contraire, son attention l'appaisait et lui donnait l'impression de compter pour quelqu'un.

La jeune femme ne cessait de s'affairer dans tous les sens et Aksel se sentait bien inutile tandis qu'il la suivait du regard. Narjis semblait préparer un matelas de branches qui ne promettait guère un confort exceptionnel et pourtant le jeune noble se réjouissait bien plus de s'y étendre que dans son lit blanc aux épais draps. Ca sentait bon l'épicéa et le feu émettait des craquements sonores très agréables. Le froid piquait dès que l'on s'éloignait des flammes mais Aksel ne s'en inquiéta pas.

La chasseresse lui avait préparé sa couche. Quel assisté il faisait à présent ! Lui si vigoureux autrefois ! Il retint un soupir nostalgique, se dressa sur ses jambes précautioneusement, la peau de sanglier en cape sur les épaules et il alla s'installer sur l'amoncellement de branchages.
-Ce n'est pas désagréable du tout. Merci. Et vous, ne dormirez-vous point ?

La ponette observait la scène, songeuse. Quand le calme fut revenu, elle fit quelques pas timides vers la couche improvisée et se posta près du malade, gardienne. Le jeune homme, assis sur son tas, observait Narjis quand il fut pris d'une violente quinte de toux. Machinalement, il chercha son mouchoir rouge de teinture et de sang et le plaqua contre sa bouche. Il ne manquerait plus que son mal soit contagieux et qu'il contamine la jeune femme aux cheveux blonds ! Les secousses qui l'agitèrent firent sursauter la jument devenue nerveuse. Lorsqu'il fut calmé, Aksel adressa un regard désolé à sa garde-malade du soir ; il craignait 'avoir éveillé le faucon si bien blotti au creux de la poche de Narjis.
-Désolé, fit-il avec une grimace. Le malade était partagé entre l'envie de papoter avec cette curieuse inconnue et le désir d'écouter le silence de la nuit s'installer.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Mar 19 Mai - 2:48

La chasseresse leva les yeux vers la jument :

- Mh... Je ne m'y connais pas vraiment en chevaux mais je dois avouer qu'elle a une belle tête.

Elle faisait plutôt référence à ce que "dégage" la ponette; la vivacité de ses yeux, la forme et la couleur de la bête et la douceur de cette dernière envers Aksel.

Maintenant assise aux pieds de l'homme, le postérieur bien au sec sur un coin de lit de fortune, elle ajoutait une autre bûche pour revigorer le feu.

- Je vais dormir une heure environ. Ensuite je devrais veiller et alimenter le feu jusqu'à ce que je puisse dormir de nouveau. Ne vous en faites pas pour moi, je n'ai jamais connu de nuit complète et je ne m'en porte pas si mal.

Puis les yeux de la jeune femme se tournèrent vers Aksel alors qui fut prit d'une quinte de toux la plus intense depuis leur rencontre. Instinctivement, elle lui tendit sa gourde d'eau avant de froncer légèrement les sourcils. Il était visiblement mal en point et, bien qu'elle n'y connaisse rien à la magie et tout ce charabia, elle commençait à croire que les jours du Frère de l'Oblat étaient comptés. Mais tout n'était peut-être pas perdu... Tout dépendait de lui et de sa volonté à revenir ici, simplement pour voir la ponette. Peut-être que cela lui ferait le plus grand bien; comme elle lorsqu'elle rencontra le faucon pour la première fois.

- Ne soyez pas désolé pour quelque chose que vous ne pouvez pas contrôler. Reposez-vous sans crainte, j'ai le sommeil léger alors s'il se passe quoi que ce soit, je m'en rendrai compte.

Ne voulant pas rendre Aksel plus inconfortable qu'il ne devait déjà l'être, elle se tut sans se fermer à toute conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Sam 23 Mai - 9:52

Aksel s'était finalement allongé le dos sur sa paillasse faite de branches et il contemlait pensivement le ciel infiniment étoilé. Il perçut du mouvement près de lui et comprit que Naris s'était installée tout près de lui. Cette présence simple et complètement désintéressée lui faisait bien plaisir.

-Vous êtes une sacrée femme, lui dit-il lorsqu'elle expliqua le programme de sa nuit. Lui n'avait jamais été un bon dormeur mais, ce soir, il se sentat fatigué. Et pas seulement de son mal, mais il ressentait enfin une fatigue plus saine. Il était fatigué des efforts et des émotions naturels de la journée. Il sourit aux étoiles en songeant à ces nouvelles rencontres complètement improbables et à la tête que ferait sa guérisseuse lorsqu'elle découvrirait son lit vide. Il se sentait comme un gamin polisson et cela lui faisait du bien. Sans compter que sa chère petite ponette vint le reniffler et parcourir son visage et son cou de doux naseaux curieux et délicats.

Il avait volontairement oublié l'incident de la toux, il préférait ne pas y songer alors qu'il se sentait si bien. Aksel se sentait tout doucement happé par la langueur du sommeil, mais il finit tout de même par demander :
-Comment vous y êtes-vous prise pour si bien dresser votre faucon ? Il ne semble même pas être dressé, il semble se trouver près de vous par pur plaisir.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Sam 23 Mai - 17:38

Toujours assise au pied du lit de fortune, Narjis glissa sa main gauche à l'intérieur de son manteau et vint caresser délicatement la tête de l'oiseau. Ce dernier, sans se réveiller complètement, frissonna de confort.

- Je ne l'ai jamais dressé. Au contraire, je trouve que les animaux dressés ont l'air malheureux. Nous nous sommes trouvés, tous les deux, sur le bord d'une falaise quelques temps après que mes parents aient tombés de la falaise et nous ne sommes jamais quitté depuis. Je le nourrit avec le fruit de nos chasses, je lui offre un endroit chaud pour dormir et le soigne s'il se blesse. En échange, il repère les proies et le danger de là-haut,elle leva les yeux vers le ciel étoilé avant d'ajouter; -S'il devait lui arriver quoi que ce soit, je serai plus seule que jamais et une partie de moi se sera envolé avec lui.

Puis elle attisait le feu, un peu perdue dans ses pensées. Le feu était bien haut et intense; elle pourra bientôt dormir.

La chasseresse tourna la tête vers Askel et l'observa en entier... du moins ce qu'elle pouvait voir de lui. Il semblait avoir repris un peu de couleur malgré la quinte de toux qui l'avait secoué quelques minutes plus tôt. Malgré son statut à Jhaampe, il avait l'air d'un gamin enfermé dans un corps d'homme. Il devait rentré cette nuit mais décida d'en faire autrement, défiant une autorité quelconque et il avait visiblement besoin de liberté.

Pour sa part, Narjis ne pouvait s'imaginer vivre en ville... Encore moins dans un château ou toute autre bâtisse dans lequel ses moindre faits et gestes étaient épiés.

- Et vous Askel, que fuyez-vous donc pour accepter de passer la nuit avec une parfaite inconnue, dormir à ses côtés sans savoir si vous pouvez lui faire confiance?

Maintenant, elle le regardait franchement, la tête un peu penchée vers la gauche, les sourcils légèrement froncés. Elle était curieuse de connaître la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Lun 25 Mai - 11:55

Ainsi, Aksel avait donc vu juste : l'animal restait avec la jeune chasseresse par simple envie et amitié. C'était incroyable. Il n'avait jamais vu que des oiseaux apprivoisés et bagués. Ou alors conditionnés à demeurer près de leur maître. Mais ce qui liait le faucon à Narjis était un peu semblable au lien qui existe entre un chien et son humain. Amour et fidélité.

Le jeune homme fut étonné lorsque la montagnarde aborda le sujet de la mort tragique de ses parents. Même si elle ne semblait pas fréquenter grand monde, Narjis était étonnemment ouverte.
-Je suis désolé pour vos parents. Cela s'est passé il y a longtemps ?
Du coup, le frère de l'Oblat oublia sa torpeur ensommeillée et se redressa sur les coudes, le regard fixé sur le délicat profil de la blonde. Elle semblait tout à coup bien mélancolique.
-Ne vous inquiétez pas. Je suis certain qu'il ne risque rien avec vous qui veillez si bien sur lui.

La jeune femme était si seule. Elle n'avait pour compagnie qu'un rapace. Aksel ne pouvait même pas s'imaginer ce que cela pouvait représenter, lui qui était toujours entouré, parfois trop. Mais pour rien au monde il n'aurait voulu être séparé de sa famille et de ses fidèles amis.

Tandis qu'il était en proie à ses songes, Narjis avait tourné la tête vers lui et le dévisageait sans gêne. Sa question tira un large sourire au malade.
-Je fuis ma guérisseuse, je suppose ! plaisanta-t-il. Et les murs de ma chambre. Je n'ai jamais aimé rester enfermé ; l'enfermement m'oppresse. Et puis, j'avais bien envie de retrouver la ponette blessée. Pour ce qui est de vous faire confiance, je ne vois aucune haine dans vos gestes et votre attitude est plutôt celle d'une bonne personne, très seule et pourtant très généreuse.

Il se tut un instant et reprit, un léger sourire flottant sur les lèvres :
-Maintenant, si vous êtes en fait une manipulatrice particulièrement bonne comédienne et sournoise et que vous voulez me tuer pour je ne sais quelle sombre raison,... Mon dieu, maintenant ou dans deux semaines, quel changement ?
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Lun 25 Mai - 23:23

La chasseresse mit un dernier gros morceau de bois dans le feu avant de répondre :

- Mes parents sont morts il y a 10 ans maintenant. Heureusement, ils ont eu le temps de m'apprendre à chasser, à survivre dans les montagnes et un peu de bonnes manières.

Toujours assise aux pieds d'Aksel, elle se déplaça maintenant près de lui, le laissant le plus près du feu pour qu'il conserve un minimum de chaleur, et s'allongea sur le dos. Elle n'avait pas froid grâce à l'épais manteau de fourrure qu'elle portait.

- Votre guérisseuse ?, elle fronça les sourcils et tourna la tête vers l'homme qui était accoudé. Elle ne voyait pas son visage car la lueur du feu émanait derrière lui. Narjis avait déjà entendu ce mot en ville mais elle ne savait pas trop ce que c'était. Peut-être un noble ?

Lorsqu'elle l'entendit parler de manipulation et de comédie, et pour la première fois, elle souria franchement. Elle ? Une surnoise ? Elle est probablement tout mais pas cela ! Visiblement, cela l'amusait. Puis son sourire s'effaça doucement.

- La seule chose que je peux vous dire Askel, c'est de vivre chaque instant comme si c'était le dernier car vous ne savez pas à quel moment vous vous endormirez à jamais. D'ailleurs, parlant de dormir, il serait temps de fermer les yeux et de se reposer un peu.

De plus, ils risquaient de se faire réveiller à tout moment par ceux qui chercheraient le frère de l'Oblat aussitôt que cette guérisseuse ou tout autre membre de sa famille se rendra compte de son absence. Elle fixa donc le ciel une fois de plus, songeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Dim 7 Juin - 11:21

-Vous faitres montre de bien meilleures manières que nombreuses personnes de ma connaissance, lui répondit Aksel lorsque Narjis eut parlé de ses parents.

La jeune femme, bien qu'un peu sauvage, était en effet agréable tout en restant très franche. Elle se rapprocha et se coucha tout près de lui. Quelle situation étrange, tout de même ! S'il n'avait pas été si malade, peut-être Aksel aurait-il tenté de s'attacher à la jeune femme plus que de manière amicale... Il faut dire qu'elle était tout à fait son genre ! Pas de fausse coquetterie, belle au naturel. Mais aujourd'hui, il était trop tard.

Il balaya ces pensées de son esprit et soupira. La jument sauvage s'était rapprochée de lui sans qu'il y prenne garde et un joli museau velouté vint frôler son front. Il sourit et passa une main faible sur la joue de l'animal.
-Oui, les guérisseurs sont chargés de soigner les blessures ou les maladies de toutes sortes. Aucun d'entre eux n'a pu identifier le mal qui me ronge et encore moins le soigner mais Ermenhild semble beaucoup s'amuser à me cloîtrer entre quatre murs.

Sa mort ne l'effrayait plus tant, du moins c'est ce qu'il pensait car entendre la chasseresse en parler, même par euphémises, lui retourna les tripes. Oui, il allait mourir. Il avait apprivoisé l'idée et pourtant aucun de ses proches ne lui avait parlé avec autant de spontanéité. Tous démentaient l'évidence et lui assuraient qu'ils trouveraient une solution et que sa guérison ne saurait tarder. Narjis la chasseresse n'avait pas pour habitude de détourner la vérité et Aksel, qui pourtant n'était pas pour la sensiblerie, sentit ses yeux s'embuer. Pourtant, lorsqu'il parla, ce fut d'une voix douce, mais ferme :
-L'idée que je vais bientôt dormir pour l'éternité ne m'aide pas à vouloir trouver le sommeil. Mais vous avez raison, Narjis. Passez une bonne nuit.


Le frère de l'Oblat embrassa le creux des naseaux de la ponette et se recoucha, les yeux toujours fixés sur les étoiles.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Lun 8 Juin - 1:39

Et ils restèrent ainsi pendant plusieurs minutes, sans dire un mot, à fixer les étoiles. Narjis aimait regarder le ciel, autant le jour que la nuit. À chaque fois qu'elle y levait les yeux, un sentiment de liberté et d’apaisement l'envahissait. Puis, elle brisa le silence, la voix douce et calme :

- Selon moi, le meilleur remède contre les maux, quel qu'il soit, est la nature. Et je crois que cela vous fait le plus grand bien également. La preuve, vous n'avez eu qu'une seule quinte de toux depuis le repas, ce qui remonte à 3 ou 4 heures. Mais je ne suis pas... guérisseuse et je ne sais pas à quel point ce que le mal qui vous ronge peut vous nuire dans la vie de tous les jours. Peut-être que je me trompe...

Elle se retourna sur son épaule gauche, faisant face à Askel, et elle l'observa sans gêne, une fois de plus. La jeune chasseresse leva les yeux vers la ponette et sourit avant de reporter son attention sur son compagnon d'une seule nuit.

Lentement, ses yeux se fermèrent pour la plonger dans un sommeil plus ou moins profond mais réparateur. Plusieurs fois pendant la nuit elle se réveillera pour scruter la noirceur près d'eux, s'assurant ainsi que tout est sous contrôle.

Lorsque le soleil daigna éclaircir la nuit, la jeune femme se réveilla pour de bon. Elle attendra que le frère de l'Oblat se réveille avant d'aller chercher de quoi manger. Le faucon qui s'était blottit contre elle toute la nuit sortit du manteau et commença sa toilette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Lun 8 Juin - 10:30

Curieusement, la chasseresse lui répondit après avoir laissé passer plusieurs minutes de silence. Peu désireux de trouver le sommeil, Aksel acquiesca mentalement aux propos de Narjis. Il était tout à fait d'accord avec elle, lui qui avait passé tout son temps libre à vagabonder dans la nature et à s'occuper d'animaux de toutes sortes. Jamais il n'avait été aussi heureux que quand il partait plusieurs jours arpenter les montagnes sur le dos de son fidèle étalon cervien. A présent, c'était à peine s'il était encore en mesure de seller son cheval et de mettre pied à l'étrier.

Tout à ses pensées, il fut étonné de constater que la jeune femme s'était tournée face à lui et le dévisageait. Aksel se sentait vieilli prématurément avec ses cheveux méchés de gris et ses traits tirés.
-J'aurais aimé que nos chemins se croisent plut tôt, dit-il simplement avant de se détourner et de fermer les yeux.

Malgré sa peur de trouver un sommeil éternel, il s'endormit très vite. Son corps était épuisé, d'une fatigue plus saine qu'il n'avait connu depuis longtemps. Le sanglier qu'il avait dévoré et le feu dansant près d'eux jouaient également un rôle primordial dans son sommeil profond et il ne se réveilla même pas lorsque Narjis remua à plusieurs reprises.

Alors que l'aube était levée depuis plus d'une heure et que les oiseaux gazouillaient gaiement depuis lors, Aksel se réveilla brusquement, pris d'une violente toux. La jument avait sursauté violemment et s'était écartée instinctivement. Tout contracté, le malade ramena ses genoux vers son torse, épuisé par les tressautements de son corps. Il avait pourtant si bien dormi... Il tourna le dos à Narjis, toujours assis et cracha au sol  des glaires de sang.
Pourquoi ce réveil aurait-il dû être différent des autres ?

La main sur le coeur, il reprit son souffle, les paupières closes. Quelle fin pitoyable. Souvent, il se prenait à songer qu'il vaudrait mieux pour ses proches et lui qu'il disparaisse dans la montane et y trouve le repos éternel. Mais la petite Rai de Lune s'était rapprochée et passa sa tête par dessus l'épaule d'Aksel.
On ne savait jamais... Peut-être trouveraient-ils un remède.

-Déjà éveillée, Narjis ? questionna-t-il en feignant d'oublier sa toux et ses songes désespérés. Il se tourna finalement vers elle.
-Bonjour, dit-il, un sourire sur ses lèvres bleuies.
Revenir en haut Aller en bas
Narjis
Montagnes
Chasseresse
avatar

Messages : 172
Date d'inscription : 18/04/2015
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Chasseresse
Âge: 28
DC: 0

MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Mar 9 Juin - 4:19

La jeune blonde le regardait, droit dans les yeux. Elle n'avait pas manqué le fait qu'il venait presque de se cracher un poumon... littéralement. Mais bien qu'elle avait remarqué le rouge sur le sol, elle lui répondit :

- Bonjour Askel. Et oui, je suis éveillée depuis une heure ou deux. Je vous ai laissé dormir. Vous aviez l'air si bien, elle lui sourit légèrement. Voulez-vous manger quelque chose avant de retourner chez vous ? J'imagine que tout Jhaampe est à votre recherche et que votre guérisseuse doit être dans tous ses états depuis qu'elle a vu votre lit vide et froid.

Elle doit avouer que cela la faisait sourire, voire l'amusait de savoir que quelqu'un est en train de chercher sous le moindre tas de foin pour trouver le frère de l'Oblat alors que ce dernier était plutôt loin de la ville.

La chasseresse frappait avec soin les bûches brûlées afin de créer de la braise et ce, avec le faucon perché sur son épaule gauche. Ce dernier venait lui mordiller le lobe d'oreille et elle lui répondit :

- Oui, je sais... calme-toi... Attends un peu espèce de gourmand!

Elle rigola en tournant la tête vers l'oiseau puis elle jetta un coup d'oeil aux herbes sèches qu'elle avait laissé pour l'équidé la veille. Il n'en restait presque plus. Si Aksel acceptait de partager le petit déjeuner, elle irait trouver de l'herbe fraîche pour la ponette.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   Mer 10 Juin - 20:29

Une fois n'était pas coutume, Aksel évita les yeux scrutateurs de Narjis. Il semblait pouvoir entendre ses pensées et il préféra ne pas s'y attarder ni lire la pitié dans les yeux de la jeune femme. Mais il dût bien affronter le regard inquiet de la petite jument à la robe grise.
-Bonjour, toi, lui souffla-t-il en passant sa main dans le toupet ébouriffé de la ponette. Cette dernière lui répondit par un petit coup de museau dans le visage qui tira un sourire quelque peu niais au malade.

-J'ai en effet passé une très belle nuit et je n'ai pas eu froid un instant, répondit-il, un peu ailleurs. Puis il songea que ce devait être grâce à la chasseresse si le feu était toujours bien vivant. Il revint sur terre et compléta :
-Je dois bien vous avouer que je ne tiens pas spécialement à rentrer au palais et que si je le pouvais, je resterais encore quelques jours !

Il posa son regard lumineux aux pupilles cerclées d'or sur la jeune femme et sourit :
-Je ne dirais pas non pour prendre un dernier repas en votre compagnie, mais j'aimerais au moins vous servir à quelque chose. Ne puis-je vous aider en rien ?

Et il se dressa sur ses jambes, prenant soin de ne pas paraître trop faible et précautionneux.
-Je peux m'occuper du bois et mon amie quadrupède pourra en profiter pour grignoter ces trèfles dont elle est si férue.
Et sans laisser le temps à Narjis d'émettre la moindre protestation, il tourna le dos au campement improvisé et s'éloigna à travers les arbres, une main sur l'encolure de la ponette sur laquelle il s'appuyait et s'équilibrait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Sortie clandestine (printemps 10)   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sortie clandestine (printemps 10)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» "L'avènement du Cartel des Hutts" Première extension numérique Sortie printemps 2013
» Kirk Mueller quitterait le CH au printemps .. !
» Le printemps du cinéma
» Matin de printemps...
» Ménage de printemps 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Jhaampe
-