AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Dim 8 Mar - 20:50

(citation de Pierre Desproges pour le titre)


Kaïran, sœur cadette de l'Oblat, jumelle d'Aksel

La jeune femme était furieuse. Que Kristen persiste à sacrifier toute sa vie pour "son peuple", passe encore. Mais qu'elle entende disposer de la même manière des affaires de ses cadets ? Non, cela, Kaïran ne la laisserait pas faire. Et si, généralement alité comme il l'était, son jumeau ne pouvait être lui-même présent pour défendre sa cause, elle se tiendrait là et veillerait à ses intérêts. Le sacrifice, ça suffisait bien comme ça : la famille de l'Oblat en viendrait à vivre plus misérablement que le plus petit de ses concitoyens, si on laissait faire leur aînée. Elle se sentait assez seule contre tous dans cette position, mais qu'on essaye seulement de l'empêcher de tenir son bout !

Arrivée devant la porte de la chambre d'Aksel, elle s'astreint à prendre une longue inspiration pour se calmer un peu. Dans l'état où il se trouvait, elle n'avait pas envie de lui amener toute l'impétuosité de ses récentes émotions, sans compter que son regard paisible la rendait toujours un peu honteuse de ses coups d'éclat. Il semblait toujours si tranquille et si sage, alors qu'elle ne pouvait réagir qu'avec fougue à ce qui lui semblait inacceptable… Un peu apaisée, même si elle savait que son frère n'aurait aucun mal à deviner son état d'âme présent, ils se connaissaient tellement par cœur l'un et l'autre, elle toqua à la porte en l'appelant.

" Aksel, tu es là ? C'est moi. Je peux entrer ? "


Dernière édition par PNJ le Jeu 12 Mar - 21:22, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Lun 9 Mar - 10:03

Cela faisait deux jours entiers qu'Aksel était demeuré alité et la guérisseuse, femme davantage pragmatique que sentimentale, s'était visiblement échinée à chasser ses potentiels visiteurs. A moins qu'on ne l'ait délibérement évité, ce qu'il ne pouvait guère reprocher aux siens même si son coeur se pinçait à cette idée. Il commençait sérieusement à s'ennuyer malgré la pile d'ouvrages qui recouvraient sa table de chevet. Le jeune homme avait toujours adoré lire, mais il avait toujours péréféré ses radonnées en montagnes aux lectures et l'inactivité le rendait morose. Des fourmis dans les jambes et en meilleur état après ce repos forcé, Aksel faisait les cent pas dans sa chambre et se sentait comme un fauve pris en cage. Excepté qu'un fauve était tout d emême bien plus fringuant que lui qui se tordait toutes les cinq minutes sous de violentes quintes de toux de plus en plus souvent accompagnées de sang.

C'est donc dans un état de nervosité qu'il sursauta aux coups frappés à sa porte. Une visite ! Et rien qu'à l'intonnation et à la fougue qu'il perçevait déjà à travers le bois, Aksel était certain de trouver une Kaïran remontée. Sans lui répondre, il traversa la pièce et alla lui même ouvrir la porte, un sourire chaleureux accompagné d'un doigt de fierté dans le regard pour accueillir sa jumelle.

-Kaïran ! Entre, je t'en prie.

Son bonheur d'avoir une visite était nettement visible et il s'écarta pour refermer la porte derrière sa soeur. Sans même ressentir le besoin de la dévisager plus profondément, il comprit qu'elle était encore en proie aux inquiétudes et bien entendu énervée, sous l'air faussement serein qu'elle s'astreignait d'afficher.

-Que se passe-t-il ?
lui demanda-t-il franchement sans pour autant quitter tout à fait son sourire.


Dernière édition par Aksel le Sam 14 Mar - 21:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Jeu 12 Mar - 21:21


Kaïran, sœur cadette de l'Oblat, jumelle d'Aksel

Le temps d'attente, malgré quelques bruits provenant de l'intérieur, ne lui disait rien qui vaille. Mais son inquiétude s'évanouit à la vue de son jumeau debout, derrière la porte qu'il était venu lui ouvrir lui-même. Un sourire naquit sur ses lèvres, et elle s'enquit plus doucement, en examinant la mine d'Aksel :
« Comment vas-tu ? Je me demandais si j'allais réussir à te revoir, cette fichue guérisseuse ne voulait pas laisser passer le seuil de ta porte à qui que ce soit, et elle a réussi à argumenter suffisamment pour nous faire tous accepter d'en passer par sa volonté. »

Il devait être clair, au ton de la jeune femme, qu'elle n'approuvait pas vraiment. Pourtant, elle s'était elle aussi soumise aux exigences qui avaient pour but, ou pour prétexte, la santé de son frère. Alors qu'elle entrait dans cette pièce qu'elle connaissait aussi bien que son occupant, son regard accrocha l'empilement livresque au chevet du malade, puis revint à ce dernier, qui s'enquérait déjà de son humeur. La mine de Kaïran s'assombrit un instant, pourtant, elle secoua la tête et préféra détourner le sujet. Aksel semblait si heureux de voir quelqu'un d'autre que celle qui s'occupait de ses traitements, elle ne voulait pas lui gâcher ce moment en ramenant sur le tapis la stupide dispute qu'elle avait eue juste avant avec leur aînée.

« Oh, rien d'important, ne t'en fais pas. Je ne vais pas t'embêter avec ça. Dis-moi plutôt comment tu as fait pour réussir à ne pas périr d'ennui ces derniers jours. Tu as lu tout ça ? C'était intéressant ? »
continua-t-elle en désignant les ouvrages en équilibre les uns au-dessus des autres.
« Je ne sais vraiment pas comment tu fais, moi, à ta place, je serais devenue folle depuis longtemps. Est-ce qu'il y a quelque chose dont tu aurais besoin, ou envie ? »
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Sam 14 Mar - 21:41

Comme à son habitude, sa soeur jumelle était d'une loquacité à toute épreuve et Aksel se vit ensevlir pour son plus grand bonheur sous une vague de paroles. Voilà qui contrastait avec le silence et l'ennui de ces trois longues journées d'enfermement et de solitude ! Trop heureux de la revoir et sans jamais se soucier avec elle de l'étiquette, il la serra un instant dans ses bras, sa joue jaunâtre contre la pommette fraîche de sa soeur.

-Ne lui en veux pas trop ; c'est grâce à elle que je suis sur mes pieds aujourd'hui, la taquina-t-il gentiment. Il s'effaça, défaisant son étreinte, afin de la laisser entrer dans cette chambre-prison. Je dois pourtant bien avouer que le temps m'a paru long bien que fort flou entre toutes ces infusions aussi amères que curieuses. Mais je vais mieux, finit-il par répondre, tout sourire.

Elle qui semblait si indignée et énervée avant d'entrer, elle smeblait à présent prendre sur elle afin de dissimuler sa négativité. Elle évita même sa question alors qu'autrefois elle aurait sauté sur l'occasion pour s'épandre en invectives envers ceux qui avaient eu le malheur de la froisser. Elle qu'il connaissait bien pour son impatience et sa fougue... Il retint un sourire en la voyant tout à coup maître de ses émotions, tout du moins en façade.

-Oh les livres sont de bons et fidèles amis, mais ils requièrent beaucoup d'attention et de  concentration. Je peux relire la même page à plusieurs reprises sans l'avoir pour autant assimilée, dit-il avec un brin de morosité dans le ton de voix. Rien ne vaut une soeur jumelles pleine d'impétuosité et de sentiments mal dissimulés, ajouta-t-il, un sourire amusé aux lèvres. Il ne dit rien sur le sujet de la mort, préférant éviter de répondre à sa soeur que d'ennui ou non, il mourrait néanmoins prochainement. Elle s'offusquerait sans aucun doute sur cette tentative d'humour douteux. Mais lorsque l'on cotoie quotidiennement l'idée de mourir, celle-ci perd de sa gravité.

-J'aimerais pouvoir me promener tous les jours, mais tu sais comme moi qu'on me l'interdira. Je ne vois pas ce que tu pourrais faire d'autre pour égayer mes journées ; tu en fais déjà bien assez.

Heureux d'avoir recouvré quelques forces inespérées, Aksel s'affairait déjà à leur préparer une tisane fleurie et sucrée. Tout en réalisant le breuvage, il poursuivit d'un ton assez léger :
-Dis-moi ce qui est à l'origine des nouvelles rides que je vois sur ton front. Tu sais que ce petit jeu ne marche pas entre nous.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Jeu 19 Mar - 21:50


Kaïran, sœur cadette de l'Oblat, jumelle d'Aksel

« Tout de même, était-ce vraiment nécessaire de te mettre ainsi en quarantaine ? Ne me dis pas que c'est toi qui as souhaité ne voir personne… »
Secouant la tête, elle soupira. Depuis qu'il était malade, Aksel était un peu moins proche d'elle, lui semblait-il, et elle le regrettait beaucoup. Parfois, comme ces derniers jours, il voyait plus la guérisseuse qu'elle, ce qui était totalement inacceptable.
« Elle fait peut-être son travail correctement, mais qu'elle n'aille pas essayer d'en profiter pour se croire la maîtresse à bord, »
acheva-t-elle avec fermeté, et sans chaleur aucune dans la concession faite aux compétences de la femme. Après tout, elle maintenait Aksel en état, mais n'avait pas su le guérir. Qui en serait capable gagnerait la reconnaissance éternelle de Kaïran, mais d'ici là, elle camperait sur une méfiance semi-hostile.

Un air soucieux assombrit ses traits un instant, alors que son frère affirmait avec force bonne humeur qu'il se sentait en meilleure forme.
« C'est vrai, tu ne dis pas ça juste pour me rassurer ? »
Mais la gaieté affichée par son jumeau finit par la gagner, et elle lui renvoya un sourire.
« Je n'aurai jamais ta patience, »
constata-t-elle sans sembler le regretter vraiment, à la fois à propos des livres, et de sa feinte, dont Aksel n'était pas dupe, comme il le lui laissait entendre à demi-mot. Elle s'était avancée vers le milieu de la pièce, et jeta par automatisme un coup d’œil par la fenêtre, avant de revenir à son occupant.
« Et moi, j'aimerais faire plus. N'hésite surtout jamais, si tu souhaites quoi que ce soit, tu le sais. »

Face à la nouvelle phrase inquisitrice, elle capitula. En effet, elle n'était pas très douée pour garder les choses pour elle seule, et encore moins face à son jumeau.
« Kristen. Encore. Il paraît que quelqu'un avait besoin  d'un bon cheval en urgence, pour je ne sais quoi… et, par Chranzuli, elle allait lui laisser le tien ! Alors qu'on ne sait même pas si ce gars-là reviendra, et que son voyage ne sera sûrement pas sans risques pour lui comme sa monture. Enfin, je ne permettrai pas qu'elle se serve de ce qui t'appartient pour les sacro-saintes demandes de “son peuple”! »
Elle ne retint pas un grand geste irrité : le comportement de son aînée lui était non seulement incompréhensible, mais aussi de plus en plus intolérable. Ils étaient la famille régnante, tout de même, c'était à leurs sujets de leur témoigner du respect, pas à eux de se mettre en quatre pour subvenir aux besoins des manants.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Jeu 9 Avr - 21:18

L'indignation dont vibrait toute entière sa jumelle à l'encontre de l'austère et catégorique guérisseuse amusa bien entendu Aksel. Elle pouvait bien exceller dans son travail et faire du mieux qu'elle pouvait, toujours est-il qu'Aksel trouva agréable de l'entendre décrier par sa soeur. Il faut dire qu'elle avait un sacré caractère et imposait à tout va sa stricte volonté que lui-même, frère de l'Oblat, ne pouvait éviter. Il préféra cependant garder le silence à ce sujet, jugeant plus sage de ne pas énerver davantage Kaïran contre Ermenhild.

-Non, vraiment. Il adressa un regard sincère à sa soeur. Aujourd'hui, je vais bien, d'autant plus que ma diablesse de soeur est là, la taquina-t-il, le regard pétillant. Sa jumelle semblait quant à elle bien pensive, le regard perdu à travers la fenêtre, comme lui lorsqu'il était en proie à la solitude de sa chambre et aux tourments de son mal inconnu. Mais ce qu'elle lui annonça le tira momentanément de sa bonne humeur. Comment ça, SON cheval ???

-Vagabond ?! Elle a proposé de prêter mon étalon ? Sans m'en parler ?
Aksel était abasourdi... Certes, il était connu pour sa générosité et son fier destrier cervien était un coursier remarquable : rapide et agile. Mais il était également de notoriété publique qu'Aksel tenait à sa monture comme à la prunelle de ses yeux ; il s'agissait là de son meilleur ami, de son compagnon d'aventures et de son confident, sa fierté, mais aussi sa liberté. Il avait toujours été fort jaloux dès lors qu'il s'agissait de chevaux, mais alors Vagabond...

Kristen était l'Oblat et décidait de tout au mieux pour son peuple, mais son frère se sentait comme trahi et terriblement déçu. C'était comme s'il était déjà mort à ses yeux... Jamais on n'aurait osé toucher à un crin du fougueux animal à la robe baie lorsqu'il était en pleine forme.

Aksel saisit la main de sa jumelle tendrement.
-Merci d'être intervenue. Tu sais qu'ils peuvent tout prendre, mais mon cheval... Non. Je ne suis pas encore mort. Et il y en a une pléthore dans nos écuries. Son ton, jusque-là triste, changea brusquement et se fit provocateur. D'ailleurs, j'ai bien envie de passer dire bonjour à Vagabond. Tu ne voudrais pas d'une petite balade à cheval avec ton cher frère ?

Il ajouta vite, anticipant la réaction de Kaïran :
-Pas de folles galopades, mais une patite promande au calme et un peu d'air frais n'ont jamais fait de mal à personne, si ?
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Mar 14 Avr - 23:27


Kaïran, sœur cadette de l'Oblat, jumelle d'Aksel

Pas le moins du monde prête à trouver des circonstances atténuantes à la guérisseuse, quand bien même Aksel semblait s'amuser de son intransigeance, la jeune femme fut cependant un peu radoucie par la réflexion complice dont elle fut la victime enthousiaste. Elle lui tira la langue sans façons, à la manière pleine de bonne humeur qui les liait depuis l'enfance.

Puis il ne fut plus question de rire, et autant, d'un côté, elle regrettait d'ennuyer Aksel avec ces histoires, autant, de l'autre, il lui fallait bien avouer qu'elle était heureuse de le voir aussi scandalisé qu'elle-même. Elle haussa les sourcils d'un air éloquent pour lui confirmer qu'il avait bien compris.
« Il paraît que seul Vagabond avait les qualités requises… »
rapporta-t-elle, à l'évidence pas du tout convaincue par l'argument qu'avait employé leur aînée. Elle pressa la main que son jumeau lui prenait, en signe de leur indéfectible soutien mutuel.
« Je sais, »
confirma-t-elle seulement.
« J'ai bien peur que Kristen n'ait pas conscience que ses proches peuvent tenir à garder certains biens pour eux uniquement. Elle croit tellement que sa manière de la faire est la seule qui convient, que c'est la plus juste ! »
Un instant calmé, son ton reprenait de la véhémence à mesure qu'elle déroulait ses griefs envers l'Oblat.

Ses lèvres se contractèrent lorsqu'Aksel énonça quelque chose qui était bien plus proche de la vérité qu'il ne pouvait le supposer, et elle posa son autre main sur celle de son frère.
« C'est bien ce qu'elle croit. Que tu ne peux plus profiter de ta monture, alors, que la proposer à quelqu'un d'autre ne changera rien. Elle l'a dit. »
Ses yeux flamboyaient de colère envers la femme qui, à force de se dévouer pour son peuple, en oubliait de prendre soin de sa famille. Qu'elle avait détesté le ton doucereux, soi-disant compatissant, qu'avait employé leur aînée pour tenter de la convaincre à ses vues !
« Et comment peut-elle prétendre cela, alors qu'elle te rend si peu de visites ? Oh, bien sûr, l'Oblat est trop occupée pour pouvoir trouver le temps d'échanger deux mots avec son cadet, »
persifla-t-elle, franchement remontée contre Kristen.

Un instant suspicieuse devant la proposition qui suivit, son naturel rebelle prit pourtant le dessus, et un sourire se dessina lentement sur son visage.
« Ce serait une excellente idée, oui. Ne serait-ce que pour montrer à ceux qui s'engoncent dans leurs idées fausses, que tu es encore en état de ne pas céder à tous leurs caprices. »
Il était évident qu'elle ne parlait pas seulement de la vieille Ermenhilde.
« Évites juste de me faire un malaise ou je ne sais quoi au moment où on sera le plus éloignés, je serais bien en peine de te remettre en selle. »
Kaïran conclut d'un rire qui se voulait léger, mais qui, en réalité, sonnait très faux : la vérité, c'était qu'elle se faisait beaucoup de souci pour son jumeau, malgré toutes les assurances de celui-ci.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Dim 26 Avr - 11:09

Tout son être vibrait d'une colère sourde qui ne lui ressemblait en aucune façon. Mais, lorsqu'il était question de chevaux, Aksel pouvait se montrer très offensif. Il écoutait sa soeur qui le connaissait si bien et était au moins aussi indignée que lui. Elle seule pouvait savoir ce qui lui en coûtait d'être ainsi cloué au lit tandis qu'on projetait de donner son splendide étalon.

-Vagabond est sans aucun doute l'un des meilleurs de nos chevaux... Lorsqu'il est monté par moi. Je doute qu'il se laisse aisément guider par tout autre ; il n'a jamais connu qu'un seul maître. Elle aurait envoyé son nouveau cavalier à la mort.


Par elle, le jeune homme aux traits tirés entendait évidemment Kristen, mais il ne se trouvait pas disposé en ce moment à la nommer par son prénom.
Toutefois, Aksel se rasséréna quelque peu. Il était debout aujourd'hui. Son cheval l'attendait dans sa stalle. Kaïran était là, avec lui. Il pourrait toujours compter sur cette jumelle et sur le lien étrange qui les reliait. C'aurait été puéril de continuer à s'énerver davantage ; il irait trouver lui-même la grande Oblat qu'il ne voyait presque plus lorsque l'occasion se présenterait. Il lui ferait également promettre de laisser l'étalon aux soins de sa soeur qui pourrait retrouver un peu de lui au travers de son cheval lorsque la mort l'emporterait finalement.

Tandis qu'il s'apaisait en prenant mentalement de nouvelles résolutions, Kaïran, elle, recouvrait sa pleine ardeur et la colère perçait à nouveau le ton de sa voix. Il attendit qu'elle ait achevé ses reproches envers leur grande soeur, posa une main sur la délicate épaule où cascadait sa longue chevelure opaline et lui adressa un doux sourire.
-Ne te tourmente pas. Kristen est née pour être Oblat et ce statut déborde sur tout son être car c'est ce qu'on attend d'une véritable Oblat. Nous lui parlerons de certains sujets qui nous regardent personnellement mais, outre son idée de donner Vagabond (petit sourire entendu), je suis certain qu'elle fait au mieux pour son peuple dont nous faisons partie.

Son calme retrouvé céda bien vite la place à l'excitation : Aksel se sentait comme un gosse à qui on a promis sa première balade à cheval. Il se sentit revivre lorsque sa soeur, après avoir semblé hésiter, acquiesça à sa brillante idée de chevaucher de conserve. Revigoré, le malade avait recouvré sa bonne humeur et un semblant d'énergie.
-Vagabond ne me laissera pas tomber, répondit-il du tac-au-tac, trop enthousiaste que pour trouver des arguments plus raisonnés.

Il pivota sur lui-même et disparut dans la salle d'eau pour revenir moins d'une minute plus tard, vêtu de sa tenue de monte en cuir brun foncé. Il s'assit sur le lit et entreprit d'enfiler ses bottes.
-Une sortie entre jumeaux, comme avant, commenta-t-il d'une ton gai en nouant ses lacets.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Dim 3 Mai - 10:34


Kaïran, sœur cadette de l'Oblat, jumelle d'Aksel

Kaïran était finalement rassurée de constater que son jumeau avait encore l'énergie de se scandaliser ainsi pour ce qui lui tenait à cœur. Son geste d'apaisement ne suffirait sans doute par à faire descendre l'énervement qu'avait suscité l'action de leur aînée, mais il permit tout de même à la jeune femme d'en relâcher quelque peu en un soupir.
« Elle voulait le prêter, “seulement” le prêter, »
se sentit-elle cependant obligée de rectifier au crédit de Kristen, malgré ses réticences qui restaient fortes et palpables,
« mais n'empêche… nous devons bien être le seul peuple dont le dirigeant et toute sa famille devraient soi-disant jouer les esclaves pour le peuple, plutôt que le contraire. On ne pourra pas toujours rester isolés du reste du monde, avec nos coutumes archaïques, quoi qu'en pense notre très chère sœur. »

Elle ne put s'empêcher de sourire sans arrière-pensée à voir Aksel tout frétillant (ou presque) à l'idée de sortir son cher étalon.
« Fais tout de même attention que votre enthousiasme à tous les deux ne vous amène pas trop loin. Je sais que vous vous adorez l'un l'autre, mais il est moins prévisible que toi. »
Elle lui tira la langue avec une figure de gamine qui tient à avoir raison, pour masquer l'inquiétude réelle qu'elle ressentait. Mais Aksel avait déjà filé se préparer, sans lui laisser le temps de répliquer encore, puis réapparu en un temps record.

« Comme avant ? Ah, je dois donc me préparer à t'entendre tempêter à ma porte dans un instant ? Laisse-moi juste m'habiller convenablement, moi aussi, et je te rejoins. »
Elle se releva souplement, et avec un clin d'œil entendu en repensant aux temps anciens, où le frère alors encore bien portant s'impatientait du temps que mettait sa complice à s'apprêter, s'en fut vers une porte voisine où elle disparut. Force serait de constater qu'avec l'âge, elle n'avait pas appris à aller plus rapidement à l'essentiel lorsqu'il était question d'apparence et de sortie, et son jumeau disposerait encore d'un long moment pour lui avant que Kaïran ne daigne réapparaître.

---

Enfin, sa porte s'ouvrit sur une jeune montagnarde vêtue bien plus élégamment que la majorité de ses compatriotes. Elle avait enfilé une robe de monte à la jupe fendue dont la couleur parme faisait ressortir son teint un ton plus pâle, avec une sur-robe délicatement ouvragée de motifs argentés. Seule la cape d'épais velours bleu nuit, brodée du même fil brillant, et garnie de fourrures à la capuche et au col, indiquait qu'elle ne se rendait pas à quelque réunion mondaine qui, d'ailleurs, manquaient désespérément dans leur pays de neiges et de falaises, de son avis.

« Oui oui, j'arrive… ah, ces hommes, toujours pressés, hein ! »
lança-t-elle, taquine, à Aksel. Cependant, elle semblait n'être pas encore tout à fait prête, et se pencha d'un côté de l'entrée pour tirer une paire de hautes bottes noires luisantes de bon entretien, garnies elles aussi de fourrure, et les enfila par-dessus ses épais bas de laine sans sembler se presser un instant. Se relevant, elle ramena en arrière une mèche de cheveux rebelle, échappée des liens finement perlés qui ornaient le reste de ses boucles pâles, et les retenaient de manière à dégager l'ogive de son visage. Elle se saisit encore d'une paire de gants assortis aux chaussures, et se pencha de nouveau pour ajouter son compagnon félin à son fardeau, lequel s'était approché d'elle d'un pas nonchalant juste avant qu'elle ne se redresse tout à fait.

« Il vient aussi, »
précisa-t-elle d'un ton tranquille, mais assuré qu'on ne lui opposerait aucun argument, et qui était à peu près la meilleure traduction possible des souhaits de l'animal. Le gros chat noir, sa fourrure épaisse aussi brillante que les bottes de sa compagne, et aussi bien lissée que sa chevelure, sembla se désintéresser de son entourage pour s'occuper à peser de tout son poids sur le bras de Kaïran, laquelle le laissait faire avec un genre de résignation affectueuse.
« Eh bien, y allons-nous ? Non, ne me dis pas que tu n'es pas encore prêt, enfin, Aksel ! »
feignit-elle de se scandaliser, les yeux brillants d'amusement, avant d'offrir son bras libre au concerné pour se rendre de concert aux écuries.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   Dim 3 Mai - 18:48

Cela faisait des jours qu'il était enfermé sans voir personne, pas même sa chère soeur jumelle et plus d'une semaine qu'on, lui avait interdit de sortir de sa chambre... Une semaine qu'il n'avait plus pu passer son bonjour à Vagabond ni sentir ses muscles rouler sous sa robe bai foncé alors qu'il le caressait. La remarque de Kaïran quant à l'imprévisibilté de son étalon le fit sourire. C'était en partie pour sa fougue qu'Aksel vénérait tant sa monture.

Tandis qu'il nouait ses lacets, assis sur le bord du lit devenu prison, Kaïran continuait à le taquiner gentiment à propos de son empressement de toujours lorsqu'il était question d'une sortie équestre.
-J'espère que, comme avant, tu ne mettras plus une demi-heure à te pomponner et à faire ta toilette, rétorqua-t-il, tout sourire.

La jeune femme ne mit certes pas une demi-heure à se changer, mais elle réapparut tout de même dans une tenue parfaitement assortie, où l'on sentait le souci du moindre détail jusqu'à la maniaquerie. En la voyant, Aksel ne put s'empêcher de lever les yeux au ciel, même si la beauté de sa soeur le subjuguait toujours.

-Je suis certain que ta monture sera très flattée en voyant dans quels apprêts tu tiens à t'afficher à elle.

Le chat au pelage d'un noir brillant vint se faire remarquer et sa soeur enchaîna immédiatement : il ferait partie de l'aventure malgré son air totalement désintéressé. Aksel saisit sa paire de gants de cuir bruns foncés, portant déjà de nombreuses marques d'usure, et saisit galamment le bras de sa chère soeur. Il déposa un petit bisou sur la joue fraiche de celle-ci et lui souffla :
-Tu es magnifique, Kaïran.

Et ils sortirent ensemble.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Les aspirations des pauvres ne sont pas très éloignées des réalités des riches [automne 10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Nos pensées sont quelquefois très profondes
» Pourquoi les Paysans haitiens sont-ils si pauvres?
» Pourquoi les pommes sont-elles rondes ? (PV - Kallo Hone)
» Pourquoi les nègres sont-ils des xénophobes?
» Cité Soleil, Evens serait le plus riche des pauvres

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Jhaampe
-