AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Taebryn Ruderacine, Meric Duroy, Goeric Blandebourg

MessageSujet: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Dim 8 Fév - 13:06

La neige, le froid, le vent....ces éléments, Acuité les connaissait bien. Elle avait grandit parmi eux, en eux. Pourtant, ici dans les Montagnes, ils étaient à la fois semblables et différents, à la fois rassurants et effrayants.
Elle s'était senti soulagée lorsque la température avait commencé à baisser durant sa route, signe qu'elle quittait Chalcèdes enfin.
Comme le lui avait indiqué Shyrin, elle avait fini par arriver à Gué des Vents en suivant la rivière et en restant à l'écart des routes.

Le rythme avait été le même durant des jours. Dormir la journée, marcher la nuit. Lorsqu'elle le pouvait, elle chapardait de la nourriture une fois que ses vivres eurent définitivement disparues. Et les jours où la chance ne l'accompagnait pas, elle jeûnait.
Sa seule inquiétude allait vers son enfant mais plus les jours passaient et plus elle le sentait bouger ce qui la rassurait grandement. Son propre corps à contrario, s'amaigrissait et si elle n'avait pas subit son entrainement quotidien à l'épée, elle en eut probablement souffert.
Ses longues marches lui laissaient tout le loisir de penser à Shyrin et sa troupes. Étaient-ils arrivés sains et sauf face à l'Armée des Duchés? Vainqueur leur avait-il fait bon accueil comme elle l'avait énoncé?
Parfois, elle se réveillait en sursaut, imaginant qu'un archer un peu plus nerveux que les autres, ou plus malin peut-être les aurait tiré comme des lapins avant même qu'ils n'aient pu mettre un pied dans le camp.
Dans ces moments là, elle pleurait à chaudes larmes, persuadée alors d'avoir envoyé la Princesse à sa mort.

Acuité passait par des phases de déprime et d'euphorie. Parfois, elle pensait fortement que sa fuite était une erreur depuis le début, et même si elle n'arrivait pas à le regretter, elle en souffrait. D'autres fois, elle se sentait proche des Montagnes et l'idée de mettre son enfant à l'abris lui donnait des ailes.

Et puis, il y eut ce jour où l'Art la submergea. Ses murailles mentales étaient pourtant bien dressées et ce, depuis que Vaillant avait pu la contacter. Elle n'avait dès lors, pas tenter de plonger à nouveau dans la magie, sauf le soir de leur fuite où elle avait donné sa force à Shane.
cette sensation était différente, comme une douleur sourde bien trop puissante pour être contrôlée ou même supportée.
Elle en était tombée dans les pommes et avait gît à l'écart de la route peut-être plusieurs jours. En réalité, elle n'en avait pas la moindre idée, mais son ventre grondait terriblement à son réveil comme s'il était vide depuis trop longtemps. Mais peut-être était-ce simplement la conséquence d'un trop plein de magie? Elle n'aurait su le dire.
Sa tête lui tourna pendant plusieurs jours et seule sa volonté de mettre son enfant au monde dans les Montagnes la poussa alors à continuer.
Son pas s'en fit ressentir cependant, plus lent et bien plus lourd.

Et puis, à Gué des vents, elle avait pu chaparder un manteau et s'était remise en route sans attendre. Convaincue d'être en sécurité loin de Chalcèdes et de ses bourreaux, elle ne se contenta plus de dormir la journée, elle avança coûte que coûte ne s'octroyant que quelques heures de repos par jour.
Ses pieds étaient douloureux et meurtris, ils avaient ensanglanté ses chaussures mais elle s'en moquait bien. La douleur de ses lacérations dans son dos se réveillaient trop souvent pour qu'elle puisse penser à autre chose.
Elle marcha encore, des jours et des jours et rencontra les premières neiges qui lui tirèrent les larmes aux yeux avant de lui donner un regain d'espoir qui s'embrasa dans son coeur.
Mais après une bonne semaine, elle ne tint plus. Ayant vidé toutes ses réserves, son corps refusa d'aller plus loin. Elle s'emmitoufla dans son manteau et s'installa contre un large tronc d'arbres sur un tapis d'aiguilles de pin pour se reposer. Son enfant lui donna un coup, et ce dernier sentiment de sécurité l'acheva. Elle perdit connaissance.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Dim 15 Fév - 19:19

Plutôt que d'attendre que sa vie s'améliore, Jordken avait résolu de la reprendre en main. Il regrettait la vie nomade de sa jeunesse ? Eh bien, il ne tenait qu'à lui de sortir son sac et de partir sur les chemins. Bien sûr, il n'était pas question de laisser sa famille derrière lui. Il posait seulement ses pièges plus loin qu'auparavant, et partait bivouaquer une semaine par-ci par-là.

La récolte avait été bonne. Il avait pris deux beaux renards et quatre lapins qui pendaient à son sac, ballot macabre qui promettait viande et peaux. Il était sur la route du retour, à une trentaine de kilomètres de Jhaampe, lorsqu'il aperçut une forme bizarre au pied d'un arbre. Il s'immobilisa, croyant avoir affaire à un gros animal. Mais ça ne bougeait pas. Il siffla. Ça ne bougeait toujours pas.

Intrigué mais prudent, il s'approcha doucement. Lorsqu'il comprit que la fourrure était un manteau, et l'animal un homme, il se mit à courir et s'agenouilla dans la neige.

L'homme était une femme, une jeune femme inconsciente. Elle était exsangue et maigre, mais elle respirait encore. Il enleva son manteau et l'en recouvrit. Elle n'était pas équipée pour la marche dans les Montagnes, elle n'était sans doute pas d'ici. Que faisait-elle là toute seule ? Depuis combien de temps gisait-elle ici ? C'était un miracle qu'il ait croisé sa route !

- Hé ho ! Vous m'entendez ? dit-il en lui tapotant la joue.
Sa peau rosit mais elle ne réagit pas. Alors il saisit son outre, la déboucha avec les dents et versa un peu d'eau dans la bouche de l'inconnue.
Elle déglutit, toussa, ouvrit les yeux et se retrouva face à face avec la broussaille renfrognée qu'était le visage de Jordken au naturel.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Taebryn Ruderacine, Meric Duroy, Goeric Blandebourg

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Lun 16 Fév - 9:34

Acuité sentait bien qu'on l'agitait, mais son corps refusait de bouger. Pire, ses paupières étaient horriblement lourdes comme scellées avec du plomb.
Et puis vint l'eau dans sa bouche..de l'eau...par Eda elle était glacée mais raviva son corps en un clin d'oeil. Comme elle déglutissait, elle s’étouffa à moitié et enfin, ses yeux s'ouvrirent pour faire face à un homme aux cheveux et aux poils hirsutes.
Elle le contempla un moment sans oser bouger ou même prononcer un simple murmure. Il semblait inquiet et..par tous les Dieux, comment pouvait-on être aussi poilu? Etait-il seulement humain?

En tant normal, Acuité se serait surement méfié, mais elle était trop épuisée et surtout trop seule pour rejeter un semblant d'aide, même venant d'une personne aussi singulière.
Son regard se porta tout autour d'elle et elle remarqua alors le lourd manteau dont elle était recouverte, se rendant compte alors que lui n'en portait plus.
La neige les entourait, il faisait un froid de canard et pourtant, elle était habituée au vent et à la glace de Béarns. Aussi, elle se dégagea avec difficulté du lourd manteau et le lui tendit à nouveau.

Avec faiblesse, elle murmura simplement :
- Jhaampe.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Ven 27 Fév - 12:00

La jeune fille reprit conscience et le regarda, sans peur mais avec une certaine surprise dans ses yeux noirs. Quoi de plus normal : elle ne le connaissait pas, et ne s'attendait sans doute pas à trouver de l'aide au beau milieu de la forêt. Avait-elle résolu de se laisser mourir ici ? Il était improbable qu'elle soit seule, mais il avait beau regarder de tout côté, il ne voyait personne. Il reporta son attention sur elle : elle était sa priorité.

Elle repoussa son manteau et parla. Un mot, un seul, mais significatif.
- Jhaampe, acquiesça-t-il. Nous ne sommes plus qu'à une journée de marche.
A contrecœur, il récupéra son manteau et lui tendit l'outre en échange. Elle avait probablement soif, et faim, et froid.
- Pouvez-vous vous lever ? demanda-t-il, cherchant à évaluer son niveau d'épuisement.

Elle était si frêle qu'il pourrait la porter, si la force lui manquait. Il n'était pas inquiet.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Taebryn Ruderacine, Meric Duroy, Goeric Blandebourg

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Sam 28 Fév - 8:20

Avait-elle prononcé le nom de la ville correctement? Elle comprit que oui, lorsqu'il le répéta. Elle ferma les yeux une fraction de seconde, soulagée de pouvoir enfin atteindre son but après toutes ses péripétie. Elle y était arrivé, elle était dans les Montagnes et bientôt à Jhaampe.
Son enfant naîtrait à l'abris des lois des Duchés, s'il survivait bien entendu.
Elle porta une main à sa bouche, tachant de contenir ses émotions, curieux mélange de soulagement et d'inquiétude. Elle se demanda ensuite où en était Shyrin, avait-elle pu rencontrer Vainqueur? Etait-elle saine et sauve? Et bien traitée? Par Eda elle l'espérait de tout coeur.

Elle ne comprit pas ce qu'il lui demanda par la suite, seule son intonation lui indiqua qu'il s'agissait d'une question, mais se saisit sans attendre de la gourde qu'il lui tendit. Elle but, prudemment et à petite gorgées, sans quitter des yeux l'homme aux cheveux et à la barbe hirsute. Qui était-il?
Il n'avait pas renfilé son manteau, probablement habitué tout comme elle au froid de l'hiver, même si elle se doutait bien qu'entre Béarn et Jhaampe il y aurait une différence.
Sa tête lui tournait encore à cause de manque de sommeil et de nourriture, mais l'extinction temporaire de son corps lui avait fait du bien. Elle n'était pas reposée mais ses batteries avaient été un tantinet rechargées. Suffisamment peut-être pour qu'elle se relève. Dans tous les cas, elle ne pouvait pas rester ici. elle avait besoin d'un feu, de nourriture et d'un endroit sûr pour dormir. Dormir....dans un vrai lit ou même sur une paillasse lui irait.

Elle prit appuie sur le bras de l'homme et entreprit de se lever. Ses jambes flageolèrent un moment et elle sentit ses genoux s'entrechoquer, mais elle tint bon, agrippée au bras du gaillard.
Une fois ses jambes stabilisées, elle acheva de se redresser entièrement. Son ventre pointa en avant à travers sa robe en haillons. Elle le trouva bien mince alors et pria pour la survie de son enfant.
Ses pieds lui faisait mal, mais elle entreprit de faire un pas ou deux, juste pour voir ce qu'elle pourrait supporter.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Sam 28 Fév - 21:38

Le nom de la ville parut faire sensation sur la jeune fille. Elle ferma un instant les yeux, qui ensuite ne le quittèrent plus. Elle se méfiait peut-être de lui. Il se dit qu'il avait sans doute l'air d'un ours, et passa une main distraite dans sa barbe fournie.

Quand elle eut fini de boire, elle essaya de se lever. Tout se passait si naturellement jusqu'ici que Jordken n'avait pas compris que l'inconnue ne parlait pas sa langue. Tout comme, sous son manteau, il n'avait pas remarqué sa grossesse. Mais lorsqu'elle déplia sa silhouette, il ne put plus l'ignorer. Son ventre n'était pas gros, mais elle était si maigre qu'il sautait aux yeux.

Surpris, voire choqué, il faillit la lâcher. Ce qui aurait été fort peu charitable dans son état : il était à présent évident que la gamine était bien incapable de marcher plus de trois mètres sans s'écrouler.
- On arrête tout ! cria Jordken, ulcéré. Non mais vous êtes malade ?! De vous promener toute seule dans la Montagne avec un petit ? Vous voulez y rester ou quoi ?

Il n'avait pas été inquiet, quand il avait cru qu'il n'y avait qu'elle et qu'il pourrait la ramener à Jhaampe. Mais à présent qu'il y avait le petit, il n'était plus si sûr que tout se passerait bien. Il portait une responsabilité deux fois plus lourde, et cela le faisait paniquer. Mais il comprit vite que sa réaction colérique n'était pas appropriée. Il la rattrapa par le bras, l'assit comme une poupée à l'endroit d'où elle s'était à peine levée, et bougonna :

- Où est le père ?
Après tout, peut-être la fille n'était-elle pas inconsciente. Peut-être qu'elle voyageait avec son compagnon mais qu'il lui était arrivé malheur. Par Chranzuli... il ne savait ce qui était le plus souhaitable !
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Taebryn Ruderacine, Meric Duroy, Goeric Blandebourg

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Sam 28 Fév - 23:32

Alors qu'Acuité effectuait quelques pas, l'homme lui cria dessus. Elle ne comprit rien à ce qu'il racontait mais le ton employé la fit se méfier. Elle recula d'un pas, se demandant si elle serait capable de prendre la fuite. Mais la fatigue l'accaparait de trop et elle se savait bien incapable de courir à nouveau.
Lui était costaud, semblait bien nourri et en bonne santé, il la rattraperait sans peine. Inquiète, elle le fixa un instant, guettant le moindre signe d'une attaque prochaine. Son poing se serra, prêt à frapper juste au cas où.

Il finit par l'attraper par le bras et toute la volonté de la jeune femme s'envola à travers la poigne de l'homme poilu. Par Eda...était-il bûcheron? Sa main se refermait comme un étau sur le bras d'Acuité, en faisant le tour sans aucune difficulté.
Il l'incita fermement à se rasseoir et elle ne se débattit pas.
Son regard se plongea dans le sien lorsqu'il reprit la parole. On aurait dit une question mais encore une fois, la béarnoise ne put comprendre ce qu'il voulait dire.

Elle répéta "Jhaampe" en insistant, mais soupira dans la foulée...comment communiquer? Elle ne parlait pas le chiurda....
Soudain, un idée jaillit dans son esprit éreinté. Se saisissant d'un bout de bois fin, elle frotta le sol avec sa paume, dégageant les aiguilles rassemblées en un tapis moelleux autour d'elle. En dessous, la terre était presque sablonneuse et elle entreprit de dessiner, d'abord le continent. Puis, elle plaça les limites des pays qu'elle ponctua de sa voix. Quatre-Duchés, Chalcèdes, Montagnes en précisant Jhaampe.
La, elle regarda l'homme à nouveau et pointa sa poitrine du bout du doigt, avant de lui montrer les Duchés. Du bout de son bâton, elle traça un trait léger dans le sable jusqu'en Chalcèdes. Alors, elle se mit à mimer une scène de bataille avec ses bras et faisant claquer sa langue pour imiter le bruit d'épées s'entrechoquant. Là, elle lui montra ses poignets meurtris, indiquant qu'elle avait été faite prisonnière, du moins espéra-t-elle qu'il comprenne où elle voulait en venir. Puis, elle reprit son bâton et traça le chemin jusqu'aux Montagnes.

Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Dim 1 Mar - 14:50

La fille s'assit sans rien dire, le suivant de ses yeux agrandis.
- Jhaampe, répéta-t-elle.
Était-elle sotte ? grogna Jordken. Il était en colère de s'être mis en colère. C'est pas en lui faisant peur, à elle et au petit, que les choses allaient s'arranger.

Il la regarda faire muse-muse avec un bâton, puis tout s'éclaira. Bien sûr ! Elle ne parlait pas le chiurda ! Bougre d'âne stupide ! Il avait tout de suite vu qu'elle n'était pas d'ici, mais il était si peu habitué à croiser des étrangers... à part quelques dignitaires en visite et aventuriers, dont il ne recherchait guère la compagnie... il y avait bien la petite Merri... mais elle parlait leur langue.

L'inconnue n'était guère plus vieille que Merri ou Solvig. Et elle était toute seule dans la neige avec son bébé et son visage décharné. Et lui, il lui criait dessus. Jordken se sentit complètement abattu. Il leva ses deux grosses pattes en signe d'apaisement, et s'agenouilla auprès de l'étrangère.

Elle dessinait quelque chose... mais il n'en comprit le sens que quand parla. Il reconnut le mot de Chalcède, et bien sûr de Jhaampe. Il reconnut ses gestes et ses bruits, en perçut la violence. La seule évocation du conflit suffit à le mortifier. Lorsqu'il vit ses poignets bleuis, il crut qu'il allait pleurer.

Tout était clair à présent. Originaire des Duchés, elle avait souffert de la guerre qui les opposait aux Etats Chalcèdes. Ces derniers l'avaient faite prisonnière et maltraitée. Elle avait dû perdre son compagnon là-bas, ou bien on l'avait violée et elle avait marché jusqu'ici pour se mettre à l'abri, elle et son petit.

Doucement, le Montagnard saisit sa main et l'enveloppa dans les deux siennes.
- Tu as bien fait. Vous serez en sécurité, ici.
Il savait qu'elle ne comprenait pas, alors il grimaça un sourire, pointa leurs deux poitrines, et répéta :
- Jhaampe.

Puis, se sentant un peu trop fragile, il se releva d'un bond et partit en quête de petit bois. Il se retourna, lui jeta un regard soupçonneux et articula :
- Pas bouger. Tu restes ici, d'accord ? On va dresser le camp ici. Manger. Dormir. Se réchauffer.
Et il mima ces trois mots par des gestes simples, universels.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Taebryn Ruderacine, Meric Duroy, Goeric Blandebourg

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Dim 8 Mar - 10:58

Acuité fut surprise lorsque l'homme lui enveloppa les mains des siennes, bien plus larges et tellement chaudes. Elle était d'un réconfort à toute épreuve et la jeune femme se jugea chanceuse. Il avait compris le message qu'elle essayait de lui faire passer et elle se sentit immédiatement soulagée.

Elle ne saisissait toujours pas les mots qu'il prononçait en dehors de "Jhaampe" mais son comportement et son attitude à son égard en disait long.
Il alla même jusqu'à lui sourire, phénomène naturel qu'elle lui rendit, avec beaucoup de reconnaissance.
Puis, il finit par se lever et lui indiqua ce qui allait se passer dans l'immédiat, toujours à grand renfort de geste.
Elle acquiesça d'un hochement de tête pour lui signaler qu'elle avait comprit et attendit patiemment.
Son ventre criait famine mais Acuité se sentait bien, rassurée et soulagée.
Assise à même le sol, elle avait posé ses mains sur son ventre rond comme si elle pouvait transmettre tout son espoir à son enfant à venir, ignorant très certainement qu'une mère transmettait ses émotions sans contact.

L'homme alluma donc un feu et prépara à manger pour eux. Souvent, il levait un œil bienveillant vers elle, et la jeune femme ne pouvait se tromper sur les intentions de ce dernier.
La chaleur du feu la réchauffa mais la plongea également dans une sorte de somnolence, elle se sentait moins vive et tellement fatiguée...

Tandis qu'il lui donnait un bol de ragoût dont le fumet emplissait ses narines, elle trouva impoli de manger avec lui, sans même connaitre son nom.
Elle se racla donc la gorge doucement pour attirer son attention et lorsqu'il la regarda, elle pointa sa poitrine de sa main et dit :

- Alisel.

Puis, elle tendit la main vers lui, pointant un doigt sur sa poitrine.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Dim 8 Mar - 18:50

Le plus rapidement possible, Jordken ramassa du bois, fit un feu, écorcha et vida l'un des lapins et le mit sur la broche. Bien qu'il soit encore tôt, ils mangèrent dès la cuisson terminée. Attendre devait être un supplice pour la jeune femme... quoiqu'elle avait l'air plus fatiguée qu'affamée.

Il vérifia qu'elle ingurgitait bien la nourriture, puis se plongea dans son propre repas. Il était bien-portant, mais la marche, ça creusait. Alerte, il leva les yeux sur elle lorsqu'elle se racla la gorge. Il était persuadé qu'elle était en train de s'étouffer. En fait, elle dit simplement :
- Alisel.

C'était un joli nom. Il s'essuya la bouche dans sa manche et répondit, posant à son tour sa main sur sa poitrine :
- Jordken.
Puis il lui prit son bol, la resservit à ras-bords, et lui fit signe de manger. Il était bourru, mais l'heure n'était pas aux politesses. D'abord, la survie.

Le repas terminé, le reste du lapin réservé (il n'avait pas réussi à lui faire vider un troisième bol), il commença à monter la tente. Il se demandait bien comment ils allaient faire pour rentrer à deux là-dedans, sans parler du sac de couchage... puis décida de rester dehors monter la garde auprès du feu. D’ordinaire, il dormait la main sur son couteau, et tout allait bien car il avait le sommeil léger et que la forêt regorgeait de gibier. Mais là, il y avait un petit. Il ne voulait rien risquer.

La nuit n'était pas encore tombée qu'il fit signe à Alisel de rentrer à l'intérieur. Elle avait besoin de se reposer. Le lendemain, la marche serait longue...
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Taebryn Ruderacine, Meric Duroy, Goeric Blandebourg

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Dim 8 Mar - 19:55

A son tour, l'homme massif se pointa du doigt et prononça "Jordken". Elle se le répéta intérieurement pour être sûre de ne pas l'oublier c'eut été d'une grossièreté ... La prononciation lui semblait cependant difficile, avec son accent béarnois. Aussi, elle se borna à essayer de le prononcer correctement au moins dans sa tête. Elle lui sourit alors qu'il la servait à nouveau, on aurait dit un papa gavant son enfant en prévision de l'hiver.

Le reste du repas s'effectua en silence, et Acuité n'en prit pas ombrage. Elle n'était pas spécialement bavarde et l'homme semblait quelque peu identique en terme d'économie de paroles.
Les bols à peine vidé, il monta la tente après qu'elle eut refusé un troisième bol. Son ventre était lourd et pour une fois, ce n'était pas dû qu'au poids de son enfant.
Elle était lasse, épuisée et ses pieds la faisaient souffrir.
Aussi, lorsqu'il lui fit signe d'entrer à l'intérieur alors que la nuit n'était pas tombée, elle ne fit pas de manière et obéit.
Depuis combien de temps n'avait-elle pas pas dormir dans autant de confort? Trop longtemps, ce qui expliqua peut-être pourquoi elle s'endormit immédiatement.

C'est un sommeil sans rêve qui l'enveloppa cette nuit là, réparateur et salvateur. Le soleil venait tout juste de se lever lorsqu'elle sortit la tête de la tente. Jordken était posté près du feu, il dormait à en juger par ses yeux clos. Par Eda avait-il passé la nuit dehors?

Il faisait si froid...Acuité attrapa la couverture, encore chaude se sa présence et sortit. Elle la déposa sur les épaules de l'homme avant d'entreprendre de mettre de l'eau à chauffer pour une tisane improvisée.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Dim 15 Mar - 17:32

Sentant le poids de la couverture sur ses épaules, Jordken ouvrit un œil et sursauta. Par Chranzuli, il s'était endormi ! Mortifié, il passa la main sur son visage, se leva et fit quelques pas autour du foyer. Il était complètement transi. 
Peut-être Kristen avait-elle raison. Peut-être était-il trop vieux pour ce genre de vie. S'il n'était plus capable de veiller une nuit sans s'assoupir et se réveiller complètement ankylosé, alors...

Enfin... Par bonheur, rien de mal n'était rien arrivé. Il sourit à Alisel. Elle avait l'air un peu plus vaillante, et prenait en mains le petit déjeuner.
D'un pas lourd, il s'approcha de son sac, en sortit une poignée de feuilles séchées qu'il jeta dans la cassolette. Puis il déballa et répartit les restes du lapin. Ils n'allaient pas partir qu'avec de l'eau dans l'estomac. Ils allaient marcher toute la journée, et devaient prendre des forces.

Assis en tailleur sous sa couverture, il la scruta pour être sûr qu'elle mangeait. Il dit quelques mots sur le temps qu'il faisait et le chemin qu'il leur restait à faire jusqu'à Jhaampe. Il savait qu'elle ne comprenait pas, mais ça n'était pas une raison pour ne pas lui parler. Et puis, peut-être qu'elle finirait par apprendre... si elle restait parmi eux. Comptait-elle rester parmi eux, jusqu'à la fin des hostilités ? Peut-être qu'elle connaissait quelqu'un dans les Montagnes.

Il replia la tente et rangea tout dans son sac, écrasa les braises du foyer. Il ne restait presque aucune trace de leur passage. Il était temps de partir. Il jeta un regard inquiet à Alisel, se demandant si elle pourrait marcher. Bah, il avaient de quoi manger pour plusieurs jours, et de nombreux ruisseaux à traverser : ils n'étaient pas pressés. Au pire, il pourrait la porter. D'un pas lent et circonspect, il entama la route...
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Taebryn Ruderacine, Meric Duroy, Goeric Blandebourg

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Ven 20 Mar - 10:33

Jordken finit par se réveiller et la tête qu'il affichait fit sourire Acuité. Regrettait-il de s'être endormi? Elle n'en avait pas la moindre idée et ne pouvant lui poser la question, elle éluda simplement en faisant bouillir de l'eau. Il ajouta sa patte aux préparatifs, y glissant alors des feuilles qu'elle ne reconnu pas mais dont le parfum était divin.
Il déballa les restes du lapin avec un signe de la tête pour le remercier en silence, elle se servit et mangea de bon appétit. Il lui adressa la parole et elle ne comprit pas, mais ne pouvait s'empêcher de sourire, c'était tellement bon d'être en vie.
Comme un écho à ses paroles, le petit donna un coup dans son bas ventre et elle sursauta avant d'afficher un sourire bienveillant sur ses lèvres.

Ils achevèrent le petit déjeuner et le barbu replia la tente, se préparant à lever le camp. Acuité se sentait courbaturée mais, elle savait aussi pertinemment qu'elle était sur le point de fournir les derniers efforts avant de toucher enfin la sécurité pour elle et son enfant.
En compagnie de Jordken, elle se sentait invulnérable. Oui, désormais, loin de Chalcèdes et des Duchés, il ne pourrait rien leur arriver. D'une pierre deux coups, elle mettait son enfant à l'abris de la guerre et des intrigues de cours, protégeant par la même son père dans la foulée.
Une pensée fugace de Brun traversa son esprit, se demandant comment avait-il pris la nouvelle de sa mort. Mal surement, avant de se persuader qu'elle l'avait bien cherché.
Son visage se fit plus sombre et plus triste l'espace de quelques instants, avant qu'elle ne se ressaisisse.
Elle n'avait plus le droit de penser à tout ça, mais elle s'autorisa cependant une petite prière à Eda, espérant que Shyrin se portait bien.

Elle suivit le Chiurda sans poser de question sur leur destination, elle savait qu'il la ramenait à Jhaampe, elle l'avait compris. Elle n'avait rien à offrir à ses gens et comptait vraisemblablement sur leur altruisme pour s'occuper d'eux.

Après des heures et des heures de marche qu'elle crut sans fin, ils arrivèrent aux abords de ce qu'elle présuma être Jhaampe. Au loin, s'étendaient les multiples tentes colorées entourant le palais-arbre. Si on le lui avait décrit, elle ne l'aurait pas cru, mais l'avoir sous les yeux la laissa sans voix un bon moment.
Lentement, elle s'avança sous la neige et l'espace d'un instant, Castellonde lui manqua cruellement.
Revenir en haut Aller en bas
Jordken
Montagnes
Époux de l'Oblat
avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 12/10/2014
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: époux de l'Oblat
Âge: 46 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Sam 11 Avr - 22:09

Alisel ne flancha pas. Jordken la couvait d'un regard inquiet, écartant les branches basses, la prévenant des obstacles, lui refilant de temps à autre une poignée de fruits secs à grignoter. Mais il n'eut pas besoin de la porter, et ils ne s'arrêtèrent que pour le déjeuner. Aussi, ils arrivèrent à Jhaampe avant la tombée de la nuit. Le soleil déclinait tout juste, faisant scintiller la neige et colorant plus encore les tentes de la capitale.

Jordken était fier. Il était fier de sa ville et fier d'Alisel, du courage qu'elle avait montré. Elle n'en avait rien laissé voir, mais dans son état, il était sûr qu'elle était épuisée. Il tourna la tête vers elle et remarqua son air mélancolique. L'inconnu l'effrayait sans doute, même si elle avait certainement connu cité plus grande et aventures plus meurtrières... Peut-être y pensait-elle à cet instant même, à l'aube d'une nouvelle vie.

- Bienvenue à Jhaampe, articula-t-il, portant la main à son cœur puis désignant la ville.
Sa grosse main s'arrêta dans la direction d'une petite maison en bois, aux abords de la cité.
- Ici, c'est chez moi. Jordken.
Il n'avait pas désigné le palais. A vrai dire il se sentait bien plus à l'aise dans la maison d'été, qu'il avait construite et où il vivait le plus souvent retiré, comme un vieux célibataire.

Et puis, il ne pensait pas que c'était une bonne idée d'amener tout de suite la jeune fille au palais. Un peu d'intimité et beaucoup de repos : voilà ce qu'il lui fallait !
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1010
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Taebryn Ruderacine, Meric Duroy, Goeric Blandebourg

MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   Ven 17 Avr - 8:17

Le soulagement la saisit comme une vague trop grosse pour être retenue par une digue quelconque. Son coeur flancha et elle se mit à pleurer à chaudes larmes tandis que Jordken lui indiqua Jhaampe puis une maison, qu'elle devina être celle de l'homme ours.

Elle y était arrivé, elle avait réussi....La douleur des Duchés, Chalcèdes et ses tortures se trouvaient à présent loin derrière elle et elle était sauve. Sa main se porta sur son ventre qu'elle caressa machinalement. Si son enfant survivait, alors, il serait également sauf. Un héritier Loinvoyant caché ici même, dans les Montagnes. Un héritier qui ne connaîtrait jamais sa condition et vivrait comme un enfant normal avec pour seule contrainte d'obéir à sa mère. Elle lui offrait tout ce qu'elle avait jamais souhaité pour elle-même : la Liberté de choisir sa propre vie sans qu'il n'ait besoin de l'arracher aux mains de sa famille.

Elle s'avança vers l'homme et lui saisit la main avant de l'embrasser avec ferveur alors que ses lèvres bredouillaient des "merci" étouffés par les larmes. Ses jambes se dérobèrent alors sous elle, et elle chuta sur le sol bien qu'elle tenta de se rattraper au bras de Jordken. Mais ses forces l'avaient quitté encore une fois. A travers ses yeux mi-clos, alourdis par la fatigue accumulée, elle riait et pleurait à la fois. Oui, elle avait réussi. Son enfant était en sécurité et si Shyrin ne l'avait pas trahie, alors il le resterait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le secours vient parfois de là où on s'y attend le moins[Sept 10- Jordken]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Où l'eau coule à flots vient parfois l'allégorie...[TERMINÉ]
» L amour vient toujours au moment ou on ne l attend pas (PV Coeur de Nuit)
» Devine d'où vient cette image?
» CHATBOX DE SECOURS.
» Avez -vous honte parfois ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Montagnes et forêts
-