AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Désillusions [fin mars 10 – terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Désillusions [fin mars 10 – terminé]   Lun 10 Nov - 21:31

Pour la première fois, Job priait pour sa vie. Eda, El, une quelconque divinité chalcédienne disposant d’un peu de pitié… le garçon n’avait jamais été très pieux, mais il venait de compenser des années de prières irrégulières en quelques heures.
Il n’y voyait goutte, replié sur lui-même, dissimulé sous un chariot effondré, pillé. Les bruits de combat qui le maintenaient dans sa cachette improvisée s’étaient progressivement tus, et il ne percevait plus que de vagues râles d’agonie. Étaient-ils partis ? Job n’osait pas bouger, pas tant qu’il n’en avait pas la certitude.

Alors même qu’il prenait la décision d’attendre quelques minutes de plus – on n’était jamais trop prudent –, il entendit des voix, suivies par de petits bruits secs et pour finir un martèlement de sabots qui allait en s’éloignant. Ils étaient partis. Mais qu’avaient-il fait avant de… S’extirpant hors de sa cachette, Job trouva la réponse immédiatement. Le feu, ils avaient mis le feu à l’un des chariots. Il fallait qu’il s’échappe ! Non, il fallait qu’il voie s’il y avait d’autres survivants !

Le garçon bondit sur ses pieds et fit le tour du camp au pas de course. Il observait chaque visage avec attention, posait fébrilement ses mains sur la bouche ou la poitrine de ses compagnons… espérant un mouvement, un souffle, un battement de cœur, quelque chose. Mais rien. Aucun de ses compatriotes ne semblait avoir survécu. Une autre angoisse grandissait en lui : pourrait-il supporter la vue de Soudaine, son amie depuis si longtemps, rigide et glacée comme tous les autres ?
Au désespoir, Job n’en tenta pas moins de garder la tête froide et assembla les cadavres au plus près du feu ; au moins les charognards ne s’attaqueraient-ils pas à leurs corps. Il travaillait vite, refusant de se laisser apitoyer par les visages connus, refusant de se laisser gagner par la panique. Leurs attaquants reviendraient-ils ?

Au bout de quelques heures de ce labeur infernal, Job en avait terminé. Sans avoir découvert le corps de son amie. L'avaient-ils emmenée, comme otage ou trophée macabre ? Avait-elle pu s'enfuir à temps ? Le garçon n'en savait rien, mais il espérait de tout cœur que Soudaine soit sauve.
Il ferma les yeux un instant, rendant un dernier hommage à ses défunts compagnons, puis se concentra sur le problème qu’il avait repoussé depuis le départ. Comment allait-il partir ? À pied, il en avait pour plus d’une journée, et le risque de tomber sur de nouveaux chalcédiens était grand. Sans compter qu’il n’avait rien mangé depuis la veille au soir… Il fallait qu’il trouve un cheval, mais quel cheval serait resté près du camp alors que le combat faisait rage, ou, à présent, que le brasier rugissait de plus en plus fort ?

Ce fut alors que Job entendit un son qui le glaça autant qu’il le remplit d’espoir. Un hennissement puissant, bientôt suivi d'autres plus mesurés. Une fois assuré qu’il s’agissait de chevaux sans cavaliers, le garçon s’avança vers les bêtes qui sortaient d’un bosquet voisin. Il reconnut immédiatement la grande jument blanche comme propriété de Soudaine et se figea, glacé. Si Flèche n'était pas avec sa maîtresse, cela ne pouvait que signifier le pire pour cette dernière…
Tout son enthousiasme évaporé, il continua à marcher vers le petit groupe de chevaux à pas lents.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désillusions [fin mars 10 – terminé]   Lun 17 Nov - 23:07

La fuite est l'instinct le plus basique du cheval. La vitesse est son outil de survie, la peur est son salut. Si Flèche était capable de maîtriser ses instincts, elle les ressentait cependant avec la même violence que n'importe quel autre cheval : pendant tout le combat, la terreur l'avait consumé. C'était la combativité de Soudaine qui l'avait animé, son esprit qui l'avait guidé ; car Soudaine savait que la fuite n'était pas une option.

À présent, elle connaissait une torpeur bien plus grande. Celle de savoir Soudaine au cœur du danger, aux mains d'humains qui lui voulaient du mal et avaient tué ses semblables. Le prédateur la tenait entre ses crocs, prêt à lui briser la nuque au moindre faux pas. C'était l'image que lui avait envoyé Soudaine avant de s'évanouir. Ne viens pas me chercher, avait murmuré sa voix. Attends que leur attention soit détournée, et je pourrai m'échapper. Cette notion était difficile à comprendre et ressemblait fort à un mensonge, mais Flèche avait confiance en l'instinct de Soudaine. Il avait toujours su les protéger des écueils.

Elle pouvait sentir que l'esprit de sa compagne humaine était presque apaisé, tout juste tiraillé par les petites douleurs qui parsemaient son corps. La jument s'efforça de gommer ces sensations, et de les remplacer par celles qui la rassureraient : l'odeur des écuries, et d'une couverture sèche et chaude posée sur elle. Soudaine s'apaisa à nouveau et tomba dans un sommeil plus profond encore, sa garde enfin baissée.

Elle arrivait à percevoir vaguement l'environnement dans lequel se trouvait la maître d'écurie. Le sol était humide, il faisait sombre et l'air sentait la toile mouillée et la sueur. Aucun mouvement aux alentours pour alerter ses sens.

Je veille sur toi, affirma-t-elle, et elle perçut l'assentiment de Soudaine.

À présent qu'elle s'était assurée que tout allait aussi bien que cela était possible, elle se décida à retourner au campement du roi. Les trois chevaux qu'elle avait su retrouver la suivait presque docilement, plaçant leur confiance en la seule d'entre eux qui semblait savoir où aller. L'un d'entre eux était grièvement blessé mais il continuait d'avancer avec vaillance.

Dans leur fuite, Flèche ne les avait retrouvé que plusieurs kilomètres au nord et à l'est, et à présent qu'ils reprenaient la route du sud, ils passèrent inévitablement près du lieu où s'était déroulé le massacre. Soudain, la jument perçut non loin du brasier la silhouette d'un homme. Sur ses gardes, elle s'approcha pour mieux percevoir s'il s'agissait d'un ennemi ; les senteurs mêlées du sang et du bois brûlé l'empêchaient de reconnaître l'odeur familière de l'homme. Elle finit par trouver en quoi il lui rappelait quelque chose et s'élança dans sa direction, suivie à contre cœur par les autres.

Job !

Elle savait qu'il ne l'entendrait pas, mais tendit quand même son esprit vers lui dans une vaine tentative : peut-être pourrait-il percevoir et comprendre sa détresse ? Mais elle se ravisa en voyant qu'il avait surtout l'air heureux de trouver des montures, et d'avoir survécu. Elle vint s'arrêter devant lui, enfouit ses naseaux contre son torse et souffla bruyamment pour lui montrer qu'elle lui accordait sa confiance. Puis elle frappa du pied, pressée qu'il grimpe sur son dos.

Les plaques de métal, déformées par sa chute, continuaient de s'enfoncer dans ses côtes endolories. Elle l'ignorait, mais tout son coté droit, y compris la selle, était couvert d'une épaisseur de sang séché. Il avait coulé le long du caparaçon jusqu'à son ventre, lui donnant un aspect sinistre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Désillusions [fin mars 10 – terminé]   Ven 21 Nov - 19:24

La jument blanche était dans un sale état, remarqua Job lorsqu’elle s’approcha à le toucher. Par farouche pour deux sous, Flèche se frotta à son torse, comme heureuse de trouver enfin une présence humaine. Un comportement assez étrange pour un animal tout juste rescapé d’un massacre et d’un incendie, mais Job n’était pas en état d’y réfléchir. Tout ce qui comptait était de savoir si elle serait assez en forme pour le ramener au campement royal.

Avançant lentement la main vers la jument, le garçon lui flatta doucement l’encolure. Il en fit ensuite le tour, et ce qu’il remarquait lui faisait ouvrir de grands yeux : couverte de sang, le caparaçon enfoncé, Flèche était vraiment mal en point. Une seconde, Job envisagea de monter un des deux autres chevaux, mais ils paraissaient bien plus rétifs qu’elle. Et il ne pouvait pas s’ôter cette drôle d’impression que la jument l’avait choisi.

Alors, toujours avec de grandes précautions, le garçon entreprit de débarrasser Flèche des plaques de métal qui la recouvraient. Avec un bouchon d’herbe sèche, il la frotta doucement, découvrant enfin la plaie au niveau de ses côtes qui avait tant saigné. Il allait devoir la ménager une fois en selle, et avancer lentement… Un coup d’œil au cheval boiteux confirma cette crainte, et il prit le temps de nettoyer la blessure du mieux qu’il put avant de lancer enfin le signal du départ.

Une fois juché sur la jument, les jambes très en avant pour soulager ses côtes, Job fit partir le petit troupeau au trot. Il ne pouvait pas les pousser plus, il le savait, avec quelque force qu’il veuille s’éloigner de ce lieu de massacre. Même si s’occuper des montures l’avait aidé à reprendre contact avec la réalité, il restait hébété, presque prostré.
Il s’en était sorti vivant. Il avait frôlé la mort et s’en était sorti vivant, lui, qui ne savait pas combattre, alors que de valeureux combattants avaient succombé à l’attaque éclair. Tous, en fait. Même son amie Soudaine.

***

À une heure avancée de la nuit, ce fut un Job exténué qui arriva au campement royal. Un fantôme dans le noir, monté sur un cheval si blanc, et qui effraya plus d’un soldat avant qu’il ne puisse s’expliquer. Il voulait voir le roi, et vite.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Désillusions [fin mars 10 – terminé]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Désillusions [fin mars 10 – terminé]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» (mission) Mars Attacks ! [Terminé]
» Objectif Mars [MegaMorse + Little Green][Terminé]
» [Terminé] Un bon petit film [Emma]
» .~oO Cloud D. Cross | The Ashbringer Oo~. [ Retouches terminées]
» Twilight Imperium - Samedi 19 Mars

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Province des Etats Chalcèdes
-