AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Il faut savoir raison garder [mars 10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chiara Lunabille
Cinq-Duchés
Duchesse de Rippon
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 12/12/2013
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Duchesse de Rippon
Âge: 36
DC: Shyrin, Elke

MessageSujet: Il faut savoir raison garder [mars 10]   Lun 21 Avr - 23:41

Par les dieux, que Rippon était belle à cette époque de l’année ! Le printemps commençait à peine à poindre et pourtant déjà un beau soleil baignait Castelorme d’une lumière dorée et chaleureuse. À peine une légère brume matinale s’attardait-elle au-dessus de l’étendue infinie de la mer d’un bleu profond. Magnifique. Comme toujours. Qu’Eda et El préservent notre pays, songea encore Chiara tout en s’éloignant de la fenêtre et en étendant les bras pour laisser la femme de chambre fermer les poignets de ses manches.

À cet instant même, une servante affolée entra après avoir frappé un léger coup à la porte et vint lui glisser à l’oreille que le roi était sur le point d’arriver. Tournant vivement la tête, les sourcils froncés, elle interrogea la bonne d’un regard glacial. La petite bafouilla puis parvint à expliquer rapidement que sa Majesté avait vainement tenté de voir Raki en salle d’audience mais qu’on lui avait fait savoir que le duc ne recevait pas aujourd’hui. Au contraire de sa femme, semblait-il. Voilà pourquoi Vainqueur se croyait autorisé à envahir ses appartements privés au mépris de toutes les règles de l’étiquette. Que pouvait-elle bien lui opposer ? Il était le roi après tout, et même ici en Rippon, sur les terres des Lunabille, il avait tous les droits ou presque.

Avec un soupir de lassitude, elle renvoya sa camériste et ordonna à la servante de se calmer et de leur apporter des rafraichissements. Nouant un ruban ici et fermant une agrafe là, elle finit elle-même de parfaire sa tenue avant de quitter sa chambre pour gagner le bureau où elle recevrait le Roi derrière sa table de travail. Les appartements ducaux de Castelorme étaient vastes et aussi pratiques que confortables. Le mobilier avait été choisi avec un soin tout particulier. Tout était d’excellente facture mais d’une sobriété parfaite. Chiara n’aimait pas le luxe ostentatoire, les démonstrations de richesse inutiles. Elle aimait la simplicité et surtout la perfection. Or son intérieur était parfait, tout comme son apparence. Une parfaite duchesse dans les appartements parfaits d’une forteresse parfaite. L’ouragan Vainqueur n’avait qu’à bien se tenir. Ou alors elle lui apprendrait les bonnes manières, à ce tyran !

Il avait sa guerre à présent, et son limier avait la mainmise sur les affaires de Rippon. Comme si ce n’était pas assez humiliant de subir la tutelle de ce gros balourd de Kesar Bonsergent, la famille Lunabille devait faire bonne figure et aider le Roi à mener sa guerre absurde contre les États Chalcèdes. Il était tout simplement miraculeux que Kesar n’ait pas encore mis le doigt sur l’origine honteuse de la duchesse ou sur ses activités rebelles. La situation ne pouvait plus durer en tout cas. Voilà pourquoi elle recevrait aujourd’hui Vainqueur gracieusement, comme s’il n’entrait pas chez elle sans y être invité. Les relations entre la couronne et Rippon étaient déjà plus que tendues, mais elle se devait de sauvegarder ce qui restait des apparences et d’œuvrer pour son pays qui demandait à être enfin libéré du joug honteux de la tutelle. Elle gardait la tête froide pratiquement en toutes circonstances et celle-ci ne ferait pas exception.

Debout à côté de sa table de travail, elle attendait patiemment que se présente sa Majesté afin de le saluer comme il se devait avant de le recevoir. Ce jeune chien fou était diablement difficile à manœuvrer. Impossible à manipuler en tout cas. Que lui restait-il pour faire face ? À peine s’était-elle posé cette question en son for intérieur que le battant s’ouvrait en grand pour livrer passage à un Vainqueur plus conquérant que jamais.

- Majesté, murmura-t-elle poliment tout en s’abimant en une révérence de l’exacte profondeur requise.

Les yeux baissés, il ne lui restait qu’à attendre qu’il daigne la relever. Au moins savait-elle faire preuve de ses manières parfaites en toute occasion. De cela il avait la preuve à présent même s’il devait s’en ficher comme de sa première culotte.


Dernière édition par Chiara Lunabille le Mar 14 Oct - 19:32, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Il faut savoir raison garder [mars 10]   Dim 27 Avr - 10:59

Le climat de Rippon était parfait et ils avaient gagné deux jours sur leur planning - une petite victoire en soi, mais le ratio était important sur une avancée ayant commencé il y a moins de deux semaines. Vainqueur pensait même que les délais d'acheminements des ravitaillements et renforts pourraient être augmentées si seulement la famille ducale voudrait y mettre un peu de bonne volonté.
Il grimaça et se cogna le front pour faire sortir cette idée de sa tête avant de rencontrer Chiara, totalement indifférent au page qui le guidait et qui devait certainement se poser moult questions sur le comportement étrange de son roi. Il fallait dire que Vainqueur, en ce moment, ressemblait bien peu à l'image de négligence qu'il avait donné tout au long de son règne. Le souverain était totalement absorbé par la tâche à l'oeuvre, déterminé comme jamais et sérieux au-delà du possible.

Il décida d'ouvrir la porte lui-même, car à la tête de son armée, il était d'humeur à prendre les droits qu'il désirait et non à les recevoir. On retenait avant tout son regard fier malgré une couronne minable en fer fin, des habits de cuirs avec quelques Cerfs tannés de-ci de-là (les indiquant comme royaux), une barbe de plusieurs jours et des bottes terreuses du voyage.
Totalement impassible face aux saluts qui l'accueillirent, Vainqueur baissa les yeux pour suivre les mouvements gracieux de Chiara et répondit en entrouvrant les lèvres.

- Duchesse, répondit-il d'un ton égal, bien content pour une fois que les titres lui évitent de s'étendre plus longtemps pour énoncer ce qu'il voulait : à savoir qu'elle était en dessous de lui.

Il fit un pas en avant, indiquant à la fin des salutations et son invasion dans l'espace privé de Rippon. Chance ou malchance, il remarqua le tapis qu'il venait d'imprimer de sa semelle façon terre. Il pesa le pour et le contre, juste un instant, et retira son pied pour contourner le bel élément et se rapprocher de la Duchesse et de sa table de travail, car c'était bien pour cela qu'il était venu. Et c'était aussi pour cela qu'il se permettait de contourner les angles de ses positions : la victoire sur Chalcède seule comptait et s'il fallait éviter de trop vexer les Lunabilles pour y parvenir, c'était une concession qu'il était prêt à faire.

- Je viens m'assurer que tout est bien en place et le restera. J'ai besoin de Késar sur le front, en tant que général expérimenté, et j'espère que tous les préparatifs qu'il a menés et instructions qu'il a donné durant l'année passée seront respectées à la lettre. Le Duché de Rippon est un passage obligé pour aller vers Chalcède et je veux cette route claire et fonctionnelle.

Le roi regardait la duchesse dans les yeux, ignorant les sièges et les rafraîchissements comme des détails inutiles. Il allait droit au but et parlait avec l'autorité non seulement d'un roi, mais d'un guerrier ayant une marrée d'hommes prêts à mourir et à tuer sur un mot de sa part, stationnée juste aux alentours de la ville, doublant sa population l'espace d'une journée et puisant ouvertement dans ses ressources.

- Nous travaillons et sommes tous dans le même camp dame Lunabille.

L'implication était peut-être un peu forte, mais Vainqueur avait parfois l'impression que la mauvaise volonté de cette famille à suivre ses directives était comme de véritable bâtons dans les roues de ses projets.
Une famille de marchands en temps de guerre... était-ce par fierté qu'ils s'archarnaient à garder le pouvoir alors qu'ils n'avaient pas les capacités pour faire face à la situation présente ? Ou était-ce simplement qu'ils ne réalisaient pas encore que cela avait déjà commencé, un an plus tôt ? Vainqueur avait même des fois l'impression qu'il avait attendu ce moment depuis trois fois plus longtemps, comme s'il oeuvrait de péripéties en péripéties depuis bien 3 longues années pour arriver à cet instant précis. Il n'attendrait pas plus, la Duchesse plierait d'une manière ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
Chiara Lunabille
Cinq-Duchés
Duchesse de Rippon
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 12/12/2013
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Duchesse de Rippon
Âge: 36
DC: Shyrin, Elke

MessageSujet: Re: Il faut savoir raison garder [mars 10]   Dim 27 Avr - 17:44

« Je viens, j’ai besoin, je veux… » L’arrogance de ce tyran couronné n’avait donc aucune limite ?! Relevée de sa révérence sans plus de cérémonie, Chiara remarqua du coin de l’œil une trace douteuse sur son magnifique tapis et crut en perdre le souffle. Et voilà qu’à présent Vainqueur lui donnait ses instructions comme à du petit personnel sans daigner s’asseoir ni l’inviter à le faire elle-même. Rien ne lui serait donc épargné ? La patience légendaire de la duchesse était mise à rude épreuve mais il n’était pas question de céder devant ces détails qui n’étaient sans doute même pas des provocations conscientes du jeune homme. Il était seulement d’une rare inconséquence et tout entier préoccupé de lui-même et de ses projets. Cela ne la surprenait même pas. Mais que c’était irritant ! Comptant mentalement jusqu’à dix, elle fit appel à Eda, comme cela lui arrivait bien souvent ces derniers mois, suppliant la déesse de lui insuffler suffisamment de patience.

Le dos droit, raide même selon le point de vue, elle noua ses mains devant elle dans une attitude sage et calme indiquant au Roi qu’elle l’écoutait avec attention. Il faisait fi des convenances, certes, mais avait au moins la courtoisie de se montrer franc et d’aller droit au but. Elle avait beau aimer la diplomatie, préférer les mondanités et les subtilités d’une négociation bien menée, elle n’était pas du genre à dédaigner une conversation honnête. Tant qu’on se montrait délicat. Or c’était loin d’être le cas de Vainqueur. S’il l’appelait duchesse, ce n’était pas par politesse mais pour lui rappeler sa place et son rang, elle n’en doutait pas un seul instant. Petit insolent pétri d’arrogance et trop sûr de lui ! Par El qu’elle eut aimé lui jeter à la face les avancées de l’Épée Ardente et l’obliger à sortir de cette pièce à reculons ! Il lui mettait les nerfs en pelote quand il agissait comme en terrain conquis. Mais non, il fallait rester calme, tranquille, paisible, eau qui dort et dont ne se méfierait pas cette tête couronnée. D’autant qu’il ressortait une information essentielle de ce petit discours malséant : il avait besoin de Kesar au front et Rippon en serait donc débarrassée incessamment. Loin de la jubilation intérieure qu’elle ressentait à cette idée, Chiara affichait une expression neutre et bienveillante, ainsi qu’il sied à une duchesse écoutant son roi.

- Nous sommes tous dans le même camp, c’est exact, votre Majesté, convint-elle gracieusement alors que ses paupières s’abaissaient quelques instants pour masquer l’éclat frondeur de ses yeux gris.

Lorsqu’elle soutint à nouveau le regard de Vainqueur, elle n’était que sérénité et sérieux. Le Roi avait manifestement devant lui une duchesse prête à l’écouter et désireuse de le servir de son mieux.

- Et les Lunabille sont vos loyaux et fidèles vassaux, votre Altesse, appuya-t-elle encore avec douceur mais conviction.

Vainqueur pouvait-il lire dans son cœur à quel point elle était réfractaire à son autorité, au contraire de ses affirmations de pure forme ? Heureusement que non. Il fallait encore sauvegarder les apparences et ne jamais oublier qu’il pouvait tous les écraser comme des mouches si l’envie lui en prenait. Elle savait où était sa place, quand bien même ce jeune freluquet les prenait tous pour des marchands de tapis incompétents à diriger le duché. Mais puisqu’il avait décidé de se montrer franc avec elle, et puisque Raki préférait exprimer sa froideur en refusant de le recevoir, elle estimait avoir le droit de jouer son propre jeu et ses propres atouts. Elle était de taille à faire face à un roi, fut-il son suzerain, plus haut qu’elle de près de deux têtes et plein de mépris pour sa contrée.

- Rippon n’a d’autre choix ni d’autre ambition que de se soumettre au commandement royal, affirma-t-elle une fois encore. Mais que votre Majesté me pardonne de me montrer directe avec elle : Kesar Bonsergent n’est pas et ne sera jamais ripponais. Il ne partage ni notre passé, ni nos coutumes, ni même notre foi en notre pays. Depuis toujours nous sommes voisins des Chalcédiens, et bien qu’ils se permettent parfois quelque exaction déplorable et condamnable, nous n’en avons pas moins maintenu la paix autant que faire se peut en pareille situation.

Elle resserra légèrement ses mains nouées dans son giron mais rien d’autre ne paraissait d’elle que ce calme surnaturel. À croire qu’il n’existait pas la moindre tension entre elle et son interlocuteur. Ce dernier l’impressionnait d’ailleurs car si elle s’obstinait à le rabaisser mentalement pour se donner du cœur, force lui était de reconnaître qu’il était plus mâle et plus roi que jamais en ce jour. Il avait cette allure martiale et cette prestance qui n’appartiennent qu’aux véritables chefs de guerre. Elle les reconnaissait au premier coup d’œil depuis l’enfance, sa survie en avait dépendu fut un temps. Troublée par la pensée d’éprouver une forme de respect et d’admiration pour Vainqueur, elle marqua une pause dans son discours et résista à l’envie de se détourner. Avant qu’il ait pu répliquer toutefois, elle leva une main paume vers lui en signe d’apaisement et baissa les yeux un bref instant pour se reprendre et marquer une sorte de soumission à son autorité.

- Pardonnez ma franchise mais je ne peux de gaité de cœur accepter de voir un soldat ignorant de nos traditions prendre des décisions qui affaiblissent notre contrée. Rippon vous soutiendra pourtant dans vos ambitions, nous ne mettrons pas fin aux processus mis en place par votre général.

Pas tout de suite, pas ainsi, pas tant que la contrée ne serait pas assez forte pour être indépendante. Le regard du Roi s’était-il durci ? Avait-il flamboyé ? Impossible à dire après coup mais elle avait vacillé pourtant. Face à lui, elle se sentait parfois redevenir une simple femme devant un homme plus grand, plus fort, et transpirant le charisme. Par El, quand ce gamin était-il devenu un Roi ? En tout cas, elle n’était pas encore prête à rendre les armes devant lui, pas plus que Rippon, mais elle lui accordait au moins la victoire sur un point : la contrée serait sa base arrière encore un moment. Que pouvait-il espérer de plus d’elle ? Elle avait sa fierté, après tout.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Il faut savoir raison garder [mars 10]   Mar 29 Avr - 23:59

Tout dans l'attitude de la duchesse indiquait qu'elle l'écoutait avec sérieux, et c'était tout ce que Vainqueur voulait. A défaut de s'apprécier, ils pourraient peut-être au moins s'être utiles l'un à l'autre et la réponse de Chiara le lui confirma à première vue, avant d'être gommée par un splendide "mais".
Rien ne comptait jamais dans un échange avec un "mais", c'était après ce petit mot et les excuses et raisons flatteuses qui le précédaient que se révélaient toujours les véritables opinions.

Vainqueur resta lui aussi sérieux, comme la Duchesse, prenant sur lui les paroles et les écoutant mais restant fermes face à elles. Le roi tout comme la Lunabille n'était pas surpris : chacun connaissait la position adverse, et chacun était juste assez tétu pour ne pas accepter celle de l'autre.
Le roi faillit tout de même réagir lorsqu'elle parla de pays, bien désireux de lui rapeler que le pays dont elle parlait était avant tout son royaume. Elle le stoppa dans son élan d'un geste de la main et, intérieurement, il l'en remercia : lancer de telles paroles n'auraient rien apporté.

Et c'était donc tout ? Les yeux de Vainqueur flambèrent de surprise un instant, elle ne lui demandait rien et acceptait - en se plaignant certes - ses directives. Pour un temps seulement, mais c'était justement tout ce dont il avait besoin : si ses ducs étaient assez stupides pour avoir des jeux de pouvoirs, ils pourraient les avoir s'ils le voulaient, mais après.
Il eut un sourire en coin peu convaincu, tenant presque plus d'une moue insatisfaite que d'un acquiescement agréable. Etait-ce une tactique de la part de Chiara ?

- Si je n'avais pas confiance en votre famille pour diriger Rippon, ce n'est pas un tuteur mais un nouveau Duc que j'aurai placé ici il y a un an. La situation était exceptionnelle et ne se reproduira plus : je ne compte pas faire l'erreur de laisser à Chalcède les capacités de se relever.

Vainqueur se demande s'il devait prendre l'initiative. Peut-être... cela lui permettrait d'orienter la Duchesse là où il le voulait, vers ce qu'il était prêt à lui donner.

- A la place d'une pseudo-paix brisée presque toutes les saisons, je compte bien raser Chacèlde et faire des terres proches de Rippon la vraie frontière qu'il mérite. Si pour cela le duché doit saigner ses profits et ses hommes un peu plus que les autres pendant un été, c'est le prix que je demande qu'il paie et soyez assurée que le reste du royaume vous soutient dans l'entreprise - quel intérêt sinon à être 4 duchés réunis en un seul royaume si ce n'est pour être plus fort ensemble.
Mon cousin Glace est sur le trône pendant mon absence et je gage qu'il saura administrer au mieux les ressources pour palier à l'effort de guerre, notamment en Rippon.


Cela lui semblait plutôt bien, le genre de considération que la famille ducale devait apprécier selon lui. Il ne pensait pas oublier grand-chose, jusqu'à ce que l'évidence le frappe : elle le suivait donc, même si c'était à reculons. Vainqueur hésitait encore à considérer les Lunabilles comme ses alliés - ses alliés à lui, personnellement, pas ceux de sa mère ou du royaume. Il ne les connaissait pas vraiment, ils n'étaient pour lui que les bons gestionnaires qu'ils devaient être, le genre de figure qu'il n'aimait justement pas car il n'avait au final plus rien à diriger, déléguer son pouvoir jusqu'à n'en plus finir.
Il ne savait pas vraiment, mais il se convainquit qu'il devait néanmoins leur laisser le bénéfice du doute.

- Merci pour votre soutien, duchesse. Le ton hésitant et quelque peu sceptique sur lequel Vainqueur prononça ces mots - ces rares mots qu'ils réservaient seulement à peu - en disait autant sur sa sincérité dans la démarche que sur ses doutes dans son exécution.

Avait-il véritablement achevé quelque chose ici ? Il ne savait le dire, peu habitué à ce genre de champ de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Chiara Lunabille
Cinq-Duchés
Duchesse de Rippon
avatar

Messages : 280
Date d'inscription : 12/12/2013
Age : 36

Feuille de personnage
Fonction: Duchesse de Rippon
Âge: 36
DC: Shyrin, Elke

MessageSujet: Re: Il faut savoir raison garder [mars 10]   Ven 2 Mai - 0:30

Chiara crut sortir de ses gonds pour la seconde fois alors que Vainqueur évoquait la possibilité de remplacer carrément Raki et le clan Lunabille par un homme de paille qui dirigerait Rippon selon les directives royales. Au lieu de quoi, elle resta de marbre sans se douter que son regard s’assombrissait jusqu’à prendre la teinte d’un ciel d’orage menaçant. Dénouant ses mains, elle lissa un pli imaginaire sur sa jupe alors qu’un sourire teinté d’ironie étirait lentement ses lèvres.

- Ne vous méprenez pas, votre Majesté. Vous nous avez imposé guerre et tutelle contre notre volonté et si nous avions pu refuser, nous l’aurions fait.

Elle soutenait toujours son regard lui témoignant ainsi plus de considération qu’elle ne l’avait fait jusque là. Elle se montrait franche et espérait qu’il lui rendrait au moins grâce de cela. En revanche, contrairement à ce qu’il disait – qu’il le pense sincèrement ou non – il faudrait bien plus d’un été pour revenir à la normale en Rippon après une guerre d’une telle ampleur, et elle entendait bien lui faire comprendre qu’ils en étaient plus que mécontents et très inquiets.

Par ailleurs, raser la Chalcède était à ses yeux une pure utopie. Jamais les guerriers chalcédiens ne renonceraient à la souveraineté sur leurs terres, ils avaient en eux bien trop de fierté. Cette même fierté qui coulait dans ses veines à elle et lui faisait garder la tête haute face à son suzerain. Il avait beau être homme et roi, il n’en avait pas moins baissé sa garde devant elle. Il avait cru remporter une partie facile face à une faible et solitaire duchesse, et c’est exactement ce qui la faisait sourire ainsi avec cette confiance et cette hauteur toute ducale. À présent les vraies négociations pouvaient commencer.

- Nous espérons vivement que votre cousin et vous-même prendrez la pleine mesure de l’effort économique, financier et humain consenti par Rippon, et que vous saurez trouver une manière de compenser ces pertes pour notre contrée.

Son sourire s’élargit quelque peu et s’adoucit alors qu’elle se détournait pour se placer devant la fenêtre.

- Si vous me permettez cette familiarité, je vous invite à approcher et contempler notre magnifique contrée.

À leurs pieds s’étendaient la cour d’honneur de Castelorme et une première enceinte de remparts. Une deuxième muraille ceignait plus largement le château et une partie de la ville. Mais ce qu’elle voulait lui montrer était au-delà. Rippon était une contrée verdoyante et fertile, bordée par une mer plus riche encore. Le commerce était florissant dans cette région et il y faisait bon vivre. Du moins habituellement. Mais ces derniers temps, il y avait des tentes à perte de vue, des feux de camp, des oriflammes et des enclos à chevaux partout. Les champs alentour étaient ravagés et Gardebaie toute entière subissait de plein fouet cette occupation de ses terres. Elle ne cherchait pourtant ni à l’apitoyer, ni à lui démontrer qu’elle avait raison. Il était assez intelligent pour savoir quels ravages une guerre pouvait causer aux terres qui l’accueillaient.

- Nous avons la chance de vivre dans un merveilleux pays et vous avez la lourde tâche de le diriger. Vous êtes responsable de ses frontières bien évidemment, de la paix qui y règne, mais aussi et surtout du bien-être de ses habitants. Tout comme nous, les Lunabille, le sommes des Ripponnais. J’espère seulement qu’aucun de nous ne perdra cela de vue. J’ai conscience du fardeau que cela doit être pour vous et je me garderais bien de vous dire que j’en saisis l’ampleur ou de vous donner des leçons. Je ne suis pas à votre place et n’entends pas m’y trouver un jour.

Sa voix s’était faite plus douce, elle se montrait compréhensive et même presque amicale. Sans jouer les hypocrites, elle cherchait à créer un lien avec ce roi inconnu et tyrannique. Tout serait plus facile pour eux tous s’ils parvenaient à s’entendre un tant soit peu. Surtout si Raki refusait de le recevoir. Elle se tourna vers Vainqueur donc et leva la tête pour observer son royal profil. Un nouveau sourire effleura ses lèvres. Il aurait fait un excellent parti pour Sérénité si leurs intérêts n’avaient pas été si divergents. Pourtant cette idée lui répugnait toujours. Sa fille n’était qu’une enfant encore et elle-même n’était pas prête à jouer les seconds rôles, encore moins à accueillir un petit-fils ou une petite-fille. Voilà un nouveau sujet à aborder avec le roi mais ce n’était pas à elle de le presser. Elle était suffisamment habile négociatrice pour laisser sa Majesté arriver d’elle-même aux domaines d’intérêt.

- Penserez-vous à nous et à la reconstruction de Rippon lorsqu’il faudra convaincre les autres duchés de consentir un effort pour nous venir en aide ?

Sa voix était restée douce comme une caresse, elle avait presque l’air de le supplier. Presque. Elle savait assurément se montrer plus femme que duchesse lorsque c’était nécessaire. Or elle voulait tenter la douceur avant de devoir user d’autres formes de persuasion avec un roi tel que Vainqueur Loinvoyant.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1506
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Heidi Jambeleste, Cendre, Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel, Jordken, Nielsen

MessageSujet: Re: Il faut savoir raison garder [mars 10]   Sam 29 Nov - 18:12

Avec aussi peu de manières que Vainqueur, voire moins étant donné l'urgence de la situation, le maître d'armes pénétra dans le bureau de la Duchesse. Sans se soucier du moment d'intimité qu'ils semblaient partager (conversant à voix basse près de la fenêtre), il marcha droit vers le Roi et lui chuchota quelque chose à l'oreille.

Vainqueur changea de couleur, lui murmura quelque chose en retour et s'éloigna à grands pas. Brun l'aurait volontiers et naturellement suivi, mais le Roi ne semblait pas de cet avis. Il le chargea ni plus ni moins que l'excuser auprès de la Duchesse qu'il venait de quitter sans un regard. Chose aisément compréhensible (toute guerre avait ses priorités) mais peu protocolaire.

Le maître d'armes hasarda un regard sur Chiara et réalisa qu'il ne l'avait pas saluée, ce qui ne l'aida pas à se mettre à l'aise.
- Duchesse, dit-il en s'inclinant légèrement, presque militairement par réflexe.
Vainqueur avait prononcé le même mot, mais dans sa bouche c'était différent : car il n'était pas son Roi mais son inférieur, voire son vassal, sans parler de son entrée cavalière.

- Merci pour votre hospitalité, dit-il pour meubler, comme si elle avait accueilli à bras ouverts toute l'armée.
Il était aussi maladroit que lors de leur premier entretien, il y avait des mois de cela. A vrai dire ils ne s'étaient pas vraiment reparlé depuis, après leur rendez-vous raté, bien qu'il lui ait fait transmettre ses excuses par page interposé.

La Duchesse lui paraissait un peu trop redoutable et il s'était finalement réjoui de cette tranquille indifférence. Aujourd'hui ils étaient en guerre, des milliers d'âmes campaient aux pieds de Rippon et elle avait bien d'autres motifs d’insatisfaction. Il espérait qu'elle ne lui ferait pas payer et qu'il pourrait se retirer en sauvant les apparences qui restaient.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Il faut savoir raison garder [mars 10]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Il faut savoir raison garder [mars 10]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Il faut savoir faire table rase du passé.
» Parfois, il faut savoir faire le premier pas. ♥ Ethan
» Parfois il faut savoir sacrifier son présent pour améliorer son futur
» [Manoir Dragonstone] “Pour savoir se venger, il faut savoir souffrir.” [Ryujia/Iseul]
» Il faut parfois savoir dire au revoir ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Béarns, Bauge, Rippon, Haurfond :: Rippon
-