AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Seconde fois [Aout 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Seconde fois [Aout 09]   Mer 26 Fév - 22:18

Ils s'étaient avancé vers la maquerelle comme pour demander son approbation, et sous son consentement, les couples se dispersaient à présent, chacun regagnant l'univers dans lequel les corps s'uniraient.
Bien que gêné par cette situation inhabituelle, Taebryn était aussi soulagé que l'outrilienne ai accepté sa main.
Il avait congédié Chris, en restant le plus galant possible et depuis, les rôles s'étaient inversés. A présent, c'est la jolie brune qui le guidait à travers ce monde nouveau.

Ils montèrent un escalier puis traversèrent un couloir en silence. La maison vivait elle, de jour comme de nuit et derrière chaque tenture on entendait un bruit différent. ici quelques notes de musiques, là quelques rires étouffés et parfois même, des gémissements qui ne laissaient aucun doute sur l'activité des occupants.

Le Béarnois se sentait mal. Ce qu'il aimait dans le jeu de la séduction, c'était ce côté incertains, cet aspect imprévisible qui pouvait apparaître sans crier gare un soir quelconque. Une œillade d'abord, puis un baiser volé avant d'entamer le jeu dans lequel l'homme finissait toujours par gagner.
Ce caractère passionné ne fonctionnait pas ici. Tout était fait pour que l'on sache à quoi s'attendre. Ici, tout était prémédité.

Il se recomposa un visage sûr de lui et c'est alors que la courtisane s'arrêta, avant de lever un pan de tissu rouge qui refermait l'entrée.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Lun 3 Mar - 22:55

Derrière le rideau rouge se tenait une porte. Iris l'ouvrit, entra, la referma derrière Taebryn sans verrouiller le loquet.

La pièce était plongée dans l'obscurité. Seul l'âtre, où ronflait un petit feu, baignait la pièce d'une lumière mouvante. L'air était chaud, son parfum étouffant.

Délaissant tout à fait son client, la fille s'éloigna vers le feu, saisit une, deux bougies, les plongea dans les flammes sans aucun esprit d'économie, puis posa les chandelles allumées sur le piano. Elle laissa l'homme découvrir la pièce, en profitant pour défaire ses sandales.

Le lit, énorme, occupait la majeure partie de la pièce, pourtant assez spacieuse. Du baldaquin tombaient des pans d'étoffe rouge pareille à celle qui dissimulait la porte, et de tissu noir, à moins qu'il ne s'agisse là que des reflets d'une même matière - c'était difficile à dire, dans l'obscurité.

Le plafond du lit semblait recouvert d'un miroir, si l'on en croyait les feux follets qui s'allumaient ça et là, incendies domestiques. L'air était chaud, son parfum étouffant.

Pieds nus, Iris courut à la fenêtre, qu'elle entrouvrît. Une brise fraîche s'engouffra dans la pièce, stimula le foyer. Il faisait tout à fait nuit là dehors, et on avait vue sur la ruelle où il l'avait laissée, la dernière fois. Une ruelle sombre et nauséabonde qui n'avait pas le clinquant de la chambre. Mais les ténèbres étaient de mise et l'odeur masquée par les senteurs musquées venues de Chalcède.

D'un bond, elle était debout, sur le lit où ses pieds s'enfonçaient. De là, elle le dépassait d'une bonne tête. Comme la dernière fois, en haut des marches.

Ce soir, elle allait régler sa dette. Elle lui tendit la main comme il avait tendu la sienne, lui faisant signe d'approcher. L'air était chaud, son parfum étouffant.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Mar 4 Mar - 19:11

Sans aucune forme de cérémonie, la porte s’ouvrit sur le domaine de la courtisane. Elle ne l’invita pas à entrer, la requête était implicite. Alors qu’elle le précédait dans la pièce à priori obscure, la chaleur qui se dégagea par l’entrée le frappa, bien qu’il se fût déjà habitué à la température du Nid.
Elle alluma deux bougies qu’elle disposa sans se soucier de l’effet que cela pourrait produire. Tout était simple. Bien rôdé. Il faisait chaud et l’atmosphère sentait bon. Une odeur suave, pourtant presque naturelle. Il observa la jeune femme, délassant ses sandales, marchant à présent pieds-nus. Oui, tout ceci était parfaitement huilé pour elle. Elle avait l’habitude, il n’était pas son premier client.
Pourtant, le fait de se l’avouer à lui-même le dérangea. Un client, il n’était que cela pour elle. Sans parole de séduction, sans aucun sentiment, elle s’offrirait à lui, il la paierait, et c’en serait finit de leur nuit. Jusqu’à la prochaine, où il aura économisé assez pour recommencer.

Etait-ce vraiment comme cela que l’on s’amusait en Cerf ? Ou plutôt, que l’on s’amusait avec de l’argent, car Vaillant avait l’air d’apprécier cette petite comédie de flirte arrangé. Lui n’était vraiment pas à l’aise dans se rôle, mais il n’osait pas l’avouer à la jeune femme.

Comme hypnotisé, Taebryn reporta son attention sur la belle. Les ombres de la nuit glissaient sur cette peau blanche, que l’on apercevait à certains endroits de son corps, ce même corps que le jeune homme avait déjà vu nu, alors que la courtisane travaillait au château un soir. Ce fameux soir, de leur rencontre totalement imprévue, mais qui avait tant marqué le Béarnois. Cette nuit, dans son antre, la courtisane n’était plus la créature apeurée et diminuée qu’il avait connu, mais bien la maîtresse des lieux, sûre d’elle. Et c’était lui, pourtant d’une taille imposante qui se sentait tout petit en cet instant et tellement insignifiant.

D’un pas bondissant et souple, elle se précipita vers la fenêtre qu’elle ouvrit. L’air frais du bourg s’engouffra dans la pièce, jouant avec les cheveux de la belle en même temps en un courant d’air revigorant. Puis elle se retourna et sauta sur son lit. Taebryn ne put se retenir d’esquisser un sourire. En réalité, il trouva le mouvement très candide et enfantin. Et qu’elle femme pouvait se permettre d’agir avec aussi peu de maturité ?

La réponse s’imposa d’elle-même : Acuité. Bien que plus âgé qu’elle, ils avaient été élevés ensemble et même s’il s’était endurcit avec le temps, depuis leur arrivée à la forteresse il avait du se rendre à l’évidence : une forme d’attachement était née envers elle. Cette petite dinde était bien la seule personne suffisamment immature pour sauter ainsi sur un lit, pieds-nus, sans se soucier de ce que pourrait penser un quelconque spectateur.

D’un simple mouvement, Iris lui rappela sa présence et le jeune homme revint à lui. Finit les inquiétudes au sujet de son travail, il devait se libérer de tout cela et profiter de sa soirée.
Elle lui tendit la main, comme pour l’inciter à prendre possession de ce lit immense et peut-être d’elle aussi, par la même occasion. Ainsi juchée sur son « trône », elle était un peu plus grande que lui. Un sourire au coin des lèvres, il s’avança vers elle et attrapa cette main, gracile, fragile dans sa paume bien plus large. Au début il n’osa pas la regarder, de peur de voir l’expression qu’elle affichait. Etait-elle dégoutée ? Effrayée ? Il se demanda un instant ce qu’elle pouvait bien ressentir, enfermée dans cette pièce, sur ce lit avec un inconnu.

Son éducation au château y était pour beaucoup. Il respectait trop les femmes pour les utiliser comme un vulgaire objet. Sa peau était chaude, douce et instinctivement il relâcha l’étreinte de sa main, faisant courir ses doigts le long de son bras si fin en une caresse affectueuse. C’est à ce moment là qu’il décida d’affronter ce visage qu’il adorait tant. Avec autant de délicatesse qu’il le put, il récupéra la main de la belle et en embrassa la paume tandis qu’ il plongeait son regard dans celui de l’Outrilienne, dans l’attente de comprendre ce qu’elle désirait vraiment de lui.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Mer 5 Mar - 0:15

L'homme attendait, silencieux, pensif. Debout sur le lit, Iris se demanda si elle devait commençait à se déshabiller pour forcer son attention, mais sentit que ce n'était pas le bon moment. D'ailleurs, il ne tarda pas à la rejoindre. Il saisit sa main, caressa son bras, déposa un baiser dans le creux de paume, et elle sut alors qu'il avait franchi ses derniers doutes avec les quelques pas qui le séparaient d'elle.

Pour autant, elle attendit que son regard croise le sien pour s'autoriser à le toucher. Elle posa ses mains sur son visage, effleurant sa joue tuméfiée, puis remonta vers ses cheveux où elles disparurent. Elle esquissa une brève caresse, et la chevelure du Béarnais suivit drôlement le mouvement, prenant une forme invraisemblable. Elle étouffa un éclat de rire, la première expression sincère, peut-être, qui traversa son visage depuis que l'homme était entré.

Elle n'aurait pas agi ainsi avec un autre client. Parce qu'elle savait qu'un autre payait, et parce qu'elle savait, surtout, ou était presque sûre qu'elle pouvait avoir confiance en cet homme, elle se sentait plus détendue que d'ordinaire. Un espace, une brèche de liberté s'ouvrait et laissait se glisser un morceau d'elle-même. D'une femme simple qui s'amusait des cheveux désordonnés de celui qui lui faisait face, sans paraître attendre quoique ce soit.

- Vous n'êtes jamais venu récupérer votre manteau, dit-elle.
Elle parcourut la pièce du regard, avec un air d'excuse.
- Je ne sais même plus où il est.
Un sourire malicieux naquit sur ses lèvres.
- Maintenant, je veux votre chemise.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Mer 5 Mar - 20:07

Ces mains de femme qui lui caressaient le visage, puis les cheveux lui firent un bien fou. Il ferma les yeux. Depuis combien de temps n’avait-il pas eu contact avec la gente féminine ? Bien trop longtemps à son goût. En avait-il oublié la douceur ? Ou bien cette même douceur était-elle liée exclusivement à la courtisane ? Il n’aurait sur le dire sur l’instant.

Néanmoins, il savoura ce toucher délicat. Oui, ce toucher lui faisait vraiment du bien. C’était un peu comme rentrer chez soi, retrouver un foyer chaleureux après un long et lointain voyage. On s’y sentait à l'aise et on ne voulait plus le quitter.
La comparaison lui fit rouvrir les yeux. Il ne devait pas s’abandonner ainsi. Non, elle ne pouvait devenir son point d’attache. Déjà parce qu’il se ruinerait à force de lui rendre visite, ou pire, elle ne voudrait peut-être pas de lui car il ne roulait pas sur l’or. Etait-elle au courant qu’il n’était pas noble ? Peut-être valait-il mieux le lui dire ?
Et elle me mettrait dehors sur le champ ...

Et ensuite, parce qu'il ne supporterait pas de devoir la partager avec d’autres.

Le rire étouffé de la courtisane le tira de ses pensées et il remarqua le sourire qu’elle affichait avec discrétion. Elle était belle. Bien plus belle maintenant que lorsqu’ils étaient au rez-de-chaussée. Elle paraissait libre d'être elle-même subitement.

- Vous n'êtes jamais venu récupérer votre manteau..... Je ne sais même plus où il est.

Taebryn se moquait bien de son manteau, il en avait un autre. En réalité, il avait consciencieusement évité de revenir le chercher. Il ne souhaitait pas la croiser à nouveau, car face à elle, il se sentait impuissant et vulnérable. Son attraction était telle, que s'il perdait le contrôle, alors il ne serait plus que pantin entre ses doigts graciles. Lors de leur première rencontre, l’agacement à son égard s'était métamorphosé en ravissement et tout ceci en très peu de temps. Elle lui avait offert ses lèvres, comme une récompense et il avait pensé que ce n'était qu'un piège pour l'attirer dans son antre. Alors qu'adviendrait-il de ses sentiments après une nuit complète en sa compagnie?

Mais elle ne lui laissa pas le loisir de rester sur ses gardes, réclamant dans l’immédiat un autre de ses vêtements. A ce rythme, elle finirait par le mettre à genoux. Et lui, tellement subjugué par ces yeux en amandes et cette bouche délicate, ne pourrait résister. Cette faiblesse lui était insupportable.

- Tu triches, commença-t-il doucement. N’est-ce pas moi qui suis censé retirer tes vêtements ?

Et sur ses mots, il glissa ses doigts sur le fin tissu vert de sa taille, avant de retrouver la chaleur au creux de ses reins mis à nus par la coupe sensuelle de sa robe.

Il ignorait peut-être les us et coutumes d'un bordel, mais il était bien conscient du sentiment sur le point d'éclore dans son coeur.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Sam 29 Mar - 19:22

- Tu triches. N’est-ce pas moi qui suis censé retirer tes vêtements ? plaisanta-t-il en posant ses mains sur ses hanches.
Elles étaient chaudes et, dans cette atmosphère déjà étouffante, elle se frissonna pas.

Il la tutoyait désormais, sans qu'elle s'en étonne. La situation s'y prêtait, et elle n'avait de toute façon jamais bien compris la différence entre les deux. Dans le doute, pour ne pas commettre d'impair, elle vouvoyait tout le monde, sauf le personnel du Nid. Cela donnait parfois lieu à des situations étranges, ou à des moqueries ; mais cela valait toujours mieux que l'un s'offusque de s'être fait tutoyer par une catin.

Sa remarque ne l'étonna pas non plus. C'était la procédure habituelle, dans la vraie vie comme au bordel. L'homme était traditionnellement celui qui prenait les devants, aux Duchés en tout cas, bien que ce ne soit pas toujours pas règle : il y avait ceux qui préféraient les regarder se dévêtir elles-mêmes, celles qui en avaient fait un art, presque une danse. Ça n'était pas son cas et si elle préférait s'en charger elle-même, c'était pour se donner l'illusion de garder le contrôle.

Elle haussa les épaules. Il ferait bien ce qu'il voulait, et pour une fois, elle s'en moquait bien.
- C'est trop facile, répondit-elle avec désinvolture. Je n'en ai qu'un.
Difficile de savoir s'il y avait dans cette réponse un sous-entendu coquin ou un constat pragmatique. Son visage n'en laissait rien deviner.

Elle laissa glisser les mains de ses cheveux ébouriffés et commença, imperturbable, à défaire lentement les passants de sa chemise.
- Qu'est-ce qui vous a fait changer d'avis ? lâcha-t-elle à mi-voix, les yeux fixés sur son ouvrage, sans laisser pointer sa réelle curiosité.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Dim 30 Mar - 22:28

Au-delà de ses questions, les mouvements de la jeune femme ne traduisaient que des habitudes. Elle parlait certes, mais sans paraitre se soucier de la réponse. Taebryn avait plutôt l’impression qu’elle faisait la conversation tandis que ses doigts s’exécutaient machinalement.  
Cela le dérangea. Il avait l’impression d’être un animal, venu simplement satisfaire des besoins primaires. Pourtant, les rumeurs qui circulaient sur les courtisanes parlait d’amour, ou plutôt d’illusion de l’amour. Elle ne prenait même pas la peine de lui offrir ça.

La sensation s’intensifia légèrement, lorsqu’elle glissa ses mains sur ses hanches, directement sur sa peau. Les remontant lentement, elle ramena avec elle sa chemise et la lui retira  sans plus de cérémonie.
Même s’il était gêné, il ne dit rien, ni ne fit rien pour l’arrêter. Blessé de n’être qu’un client parmi tant d’autres il se sentit subitement incapable de profiter de ce moment privilégié.

Alors qu’elle s’apprêtait à jeter sa chemise au sol, il arrêta son geste, attrapant ses poignets sans délicatesse aucune. Son regard noisette, assombri par l’instant, la fixa avec intensité et un soupçon de colère.
Pourquoi lui poser la question, si la réponse ne comportait aucun intérêt à ses yeux ?
Inutile de faire semblant avec lui, de lui donner le change par ses paroles. Il n‘était pas noble, il n’avait pas besoin qu’on le flatte comme si son avis avait de l’importance.

- Ce qui m’a fait changer d’avis pour quoi ? demanda-t-il avec rudesse.  Pour venir me perdre ici ? ou pour te suivre jusque dans ta chambre ?

Se rendant compte de son comportement d’ours, il la relâcha précipitamment, espérant ne pas l’avoir blessée. Comment croiser son regard après ça ? Lors de leur première rencontre, elle avait été malmenée par un autre et ce soir, il était cet autre et cela le dégoûtait.
Il passa à côté d’elle et se dirigea vers la fenêtre pour s’appuyer sur le rebord où son torse nue se confronta à la brise fraîche de la nuit.
Le regard perdu dans l’horizon, il parla à nouveau, d’une voix basse et plus contenue, presque timide.

- J’ai acheté ta nuit, mais pas ce que tu en fais. Rien ne t’oblige à quoique ce soit. Je ne veux pas t’obliger à quoique ce soit, alors ne crois pas que…je ne suis là que pour ça.

Il soupira et baissa légèrement la tête. Qu’était-il entrain de faire ? Pourquoi ne pas profiter de ces moments ? Vaillant devait très certainement s’amuser avec la jolie blonde en cet instant et lui était entrain de gâcher ces retrouvailles inespérées car il ne souhaitait pas qu’elles soient vide de sens. Comment pouvait-il espérer qu’elle-même puisse avoir des sentiments à son égard ?
Il pouvait aussi bien récupérer son manteau et repartir boire, s’enivrer et se battre. L’aube était loin, il avait encore le temps.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Lun 31 Mar - 21:25

Accélérant le mouvement, Iris défit l'homme de sa chemise. Pensif, son regard s'attarda sur son corps - et, d'ordinaire peu attaché à ce genre de considérations dans l'exercice de ses fonctions, le trouva beau. La lumière vacillante du foyer jouait sur les muscles comme une mosaïque. Mais elle eut à peine le temps de se demander quel métier pouvait bien exercer le Béarnais, pour être ainsi sculpté, qu'il lui saisissait les poignets.

Elle crut que la glace fondait enfin, mais il n'en était rien. Au contraire, l'éclat de ses yeux lui fit peur, et elle se raidit. Elle savait qu'un cri lui suffisait pour appeler Sven, mais cela ne la rassurait pas beaucoup.
- Ce qui m’a fait changer d’avis pour quoi ? Pour venir me perdre ici ? ou pour te suivre jusque dans ta chambre ? gronda-t-il, et son esprit tétanisé ne vit pas trop la différence.
Elle ne comprit qu'une chose : déjà il la relâchait.

Elle ramena ses genoux entre ses bras alors qu'il s'éloignait vers la fenêtre, le fixant silencieusement. Pourquoi était-il ainsi en colère ? Il semblait sujet aux sautes d'humeur : ne l'avait-il pas admonestée lorsqu'elle avait fait irruption dans sa chambre, avant de revenir vers elle, tout miel ? Non, il y avait autre chose. Il s'en voulait manifestement d'être là. Il avait dit qu'il n'avait pas honte, mais il voyait manifestement cette chambre comme un lieu de perdition, et elle comme une tentatrice. Bien piètre tentatrice, songea-t-elle avec amertume en mesurant la distance qui les séparait désormais.

Les paroles qui suivirent ne firent que confirmer ses doutes, et la surprirent à la fois. Il ne voulait pas l'obliger. Avait-elle l'air obligée ? Elle acceptait les termes du marché. Par confort, elle avait choisi cette vie. Voulait-il payer pour rien ? L'occasion était d'or, mais elle la dérangeait. N'était-ce pas malhonnête ? Qu'avait-elle d'autre à lui offrir ?

A pas de loups, elle se leva et s'approcha. Doucement, presque timide, elle posa une main sur son bras.
- Pour quoi, alors ? chuchota-t-elle.
Et, pour la seconde fois, elle n'avait pas idée de la réponse à sa question.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Mar 1 Avr - 0:07

Ruminant ces sentiments, il ne l'entendit pas approcher. Pourtant, avec délicatesse, elle s'était avancé vers lui. Avec délicatesse, elle avait posé une main sur son bras.
Ce contact tiède, cette douceur lui fit se rendre compte d'une chose : elle ne méritait pas le traitement qu'il venait de lui infliger.

Il avait toujours été quelqu'un de réservé, d'introverti. De par sa carrure imposante ou son expression sombre, personne ne l'ennuyait jamais. Et ceux qui tentaient de lui chercher querelle, ne s'en sortait en règle générale, jamais indemne.

Et elle, simple fille de bordel, faisait naître en lui des sentiments contradictoires qui explosaient violemment entre eux.
Tout être extérieur, aurait pu apparenter ce comportement comme des crises de colère, mais en réalité c'était l'inverse : lorsqu'il se trouvait en sa présence, la douceur et la gentillesse faisait irruption et il se sentait l'homme le plus vulnérable du monde. C'était cela qui l'agaçait.

Son chuchotement s'éleva dans les airs, bravant la brise nocturne qui s'invitait dans la pièce. Il frissonna avant de poser son regard sur elle. Par El, elle était si petite qu'il pouvait voir le haut de son crâne.

- Je ne sais pas, répondit-il d'une voix faible.

Il saisit sa main et ramena le poignet qu'il avait osé blesser quelques minutes auparavant à ses lèvres. Elles y déposèrent un baiser avant de reprendre :

- En vérité, je ne pensais pas te revoir. Je me l'interdisais. Mais ce soir, un ami à voulu que nous profitions de la nuit et lorsque je t'ai vu...

Il lâcha un profond soupir avant de reporter son regard sur l'horizon, incapable de soutenir plus encore ses yeux tandis qu'il lui avouait crever d'envie de passer du temps avec elle.

-Je n'ai plus pu repartir, acheva-t-il, murmurant à la nuit ses pensées intimes.

Au loin, on entendit quelques rires étouffés et le grand Béarnois se sentit rougissant. Il avait beau savoir que les bruits de la rue ne le concernaient pas, il ne pouvait s’empêcher de penser que la situation, tout comme son discours le faisait passer pour un jeune premier.

Dans la semi-obscurité, il n'avait pas lâché sa main.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Mer 2 Avr - 22:44

- Je ne sais pas, répondit l'homme, et ça ne l'avançait pas beaucoup, sauf qu'il avait embrassé sa main et l'avait gardée.
Iris ne savait trop que faire de ses déclarations. Il l'avait vue, il n'avait pas pu repartir. Que devait-elle comprendre ? Qu'il avait eu envie d'elle comme d'autres avant lui, et que ce désir l'avait poussé à braver ses principes ? Mais dans ce cas, pourquoi le refusait-il, ce désir si proche d'être assouvi ?

Il lui vint à l'esprit que l'homme se battait contre lui-même et ce qu'il croyait être son devoir, et que sans doute ce lieu le répugnait. Tout dans cette chambre sentait la routine et la mise en scène. Avait-elle agi avec lui de manière trop mécanique ? Elle ne le croyait pas. Mais le décor s'en était chargé à sa place. Il était difficile d'oublier, dans le clinquant intérieur de Châtiment, que tout se payait au prix d'or.

Une idée soudaine la traversa. Elle serra sa main et lança :
- Partons d'ici.
Cela lui était égal à elle, quoique l'aventure avait quelque chose de fou. Rejoindre le client au château, oui. S'enfuir avec lui du bordel, où tous ne songeaient qu'à s'enfouir... avait quelque chose d'inhabituel et de dangereux.
Et lui plut, l'espace d'un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Jeu 3 Avr - 10:04

Il sentit sa main se serrer et elle lança :
-Partons d'ici.

Simplement, sans autre promesse que celle d'une nuit un peu folle et qui resterait longtemps dans leurs pensées.
Surpris, il ne sut que répondre dans l'immédiat, mais son visage parla pour lui.
Un sourire aussi large que le quart de lune qui les éclairerait se dessinait lentement sur son visage.
Cette idée était vraiment étrange, et sonnait comme inhabituel dans la bouche de la jeune femme et c'est ce qui lui plut.

Où iraient-ils? Il n'en avait aucune idée. Certainement pas au château. Mais il ne connaissait pas le Bourg et la nuit était déjà bien avancée. Le temps était compté.

- D'accord, répondit-il avant d'éclater de rire. Un rire franc et honnête. Elle venait de lui offrir la clé qui lui permettrait d'apprécier sa compagnie.

Il lâcha sa main, et se pencha par la fenêtre, pour jauger la hauteur. En s’agrippant sur le côté, via le semblant de gouttière, il pourrait descendre relativement facilement. Puis, son regard se reporta sur elle et il jugea qu'elle ne pourrait pas le suivre par là.

Son regard, alors, parcouru la pièce à la recherche de ce que lui seul savait. Il répéta un "d'accord" plus pour lui-même cette fois-ci. Il réfléchissait aux possibilités qui s'offraient à eux.
En deux enjambées, il fut sur sa chemise qu'il enfila à la va-vite, tan et si bien qu'elle se trouva à l'envers sur sa peau. Peu lui importa, il voulait faire vite.

Dans un coin, il retrouva son vieux manteau prêté autrefois, lors de leur première rencontre. Il le posa sur les épaules d'iris et rabaissa la capuche sur sa tête.
Alors, il lui saisit à nouveau la main et s'avança vers le rideau séparant la pièce du couloir se prenant complètement au jeu qu'elle lui proposait.

Sa tête glissa à l'extérieur, et il jeta un coup d'oeil à droite puis à gauche. Le bordel était calme. On entendait la musique, les rires, ou autres bruits habituels de ce lieu, mais le couloir était vide.

De mémoire, lorsqu'il l'avait raccompagné la première fois, la porte de l'entrée de service était située derrière le bâtiment. Et de ce qu'il avait pu se situer depuis la chambre d'Iris, il voyait à peu près par où se diriger. Restait à ne croiser personne, et surtout pas Chatiment.

Il l’entraîna avec lui, alors qu'il s'avançait d'un pas rapide dans le couloir, longeant le mur comme deux voleurs pour ne pas être pris. C'est alors qu'il entendit un rire qui se rapprochait, et une voix de femme. Sans perdre une seconde, il se faufila dans un renfoncement du couloir, ou trônait un objet de décoration. Il se plaqua contre le mur, pour ne pas faire tomber la sculpture et tira Iris vers lui, tandis que du coin de l'oeil, il surveillait le passage de la courtisane, qui à priori, ramenait un client chez elle.

Son coeur battait fort, comme excité par la situation et son sourire était impossible à effacer. Oui, la situation lui plaisait, il ne pouvait le nier.
Contre lui, il sentait la poitrine de la courtisane, se lever et s'abaisser au rythme de sa respiration. Leurs corps n'étaient séparés que par le tissus de leurs vêtements.

Il n'aurait pu dire si cela était dû à la situation, ou juste à ce corps tiède, serré contre lui, mais il baissa le visage vers le sien avec l'envie folle de l'embrasser. A la lueur des bougies, faiblissant dans le couloir, son sourire disparu, remplacé par le besoin qu'il avait d'elle. Il lui chuchota alors avec le plus grand sérieux :

- Les clients passent la nuit ici en règle générale pas vrai?
Il marqua une pause avant de reprendre.
- Nous allons emprunter un cheval. Il faut faire vite.

Et comme pour contredire ses derniers mots, il posa ses lèvres sur les siennes
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Jeu 3 Avr - 20:04

L'enthousiasme d'Iris serait vite retombé (passer la nuit dehors dans un lieu incertain...) si Taebryn n'avait pas pris le relais. Son visage s'était illuminé comme celui d'un enfant auquel on aurait tendu des yeux de rennes confits. Il éclata même d'un rire caverneux, et commença à courir partout à la recherche d'une issue.

Avec une certaine perplexité, elle le regarda secouer la gouttière, se jeter sur sa chemise, débusquer son manteau par coup de chance et l'en grimer. Laissant derrière elle les bougies allumées, elle se laissa entraîner dans le couloir et presque aussitôt, respira mieux. Cela lui donna la force de se prendre au jeu, et elle le suivit à pas de loups comme un agent infiltré.

L'homme se déplaçait dans le bâtiment avec une aisance qui la surprit. Pour autant qu'elle sache, il ne connaissait pourtant pas les lieux. Mais s'il se repérait bien, sa carrure encombrante était difficile à dissimuler - et, quand une voix familière tinta à ses oreilles, elle se retrouva tout entière cachée par sa silhouette.

Entre le mur et son corps l'espace était étroit, et elle se sentit un peu oppressée. Leur attitude coupable dramatisait la situation, et elle sentait monter en elle un mélange d'angoisse et d'excitation.
- Les clients passent la nuit ici en règle générale pas vrai ? murmura-t-il et elle acquiesça. Certains restaient même jusqu'au matin, selon l'état de leurs finances et l'intensité de leur nuit.
- Nous allons emprunter un cheval. Il faut faire vite, dit-il encore, et il l'embrassa.

Comme pour marquer sa désapprobation à cette dernière proposition, l'Outrîlienne déroba ses lèvres et légèrement le repoussa. Il n'était pas temps de s'attarder ici.
- Suis-moi, chuchota-t-elle en le tutoyant pour la première fois, comme si cette aventure les rapprochait ou divertissait suffisamment son attention pour qu'elle oublie un instant ses précautions.
- On va sortir par derrière.

Pieds nus sur la moquette épaisse, elle longea le couloir, poussa une porte et disparut dans un escalier en colimaçon qui débouchait sur un petit salon râpé. Par chance, aucun Oiseau n'y était égaré. Le petit monde laborieux du bordel n'avait pas le temps de prendre le thé. Elle fit signe au Béarnais et il poussèrent la porte du Nid, émergeant dans la ruelle misérable où ils s'étaient séparés.

Il n'y avait pas de chevaux. Les chevaux étaient de l'autre côté. Mais la nuit d'été était douce et claire et elle tourna vers lui un sourire ravi.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Jeu 3 Avr - 21:56

Ils étaient dehors. Sans demander leur reste, ils avaient gardé le rythme rapide de leur pas, pour s'éloigner au plus vite du Nid abandonné pour la nuit.

Taebryn n'avait pas voulu relever le fait qu'elle l'avait repoussé dans les couloirs. Le sourire qu'elle lui envoyait maintenant, l'excusait amplement.
Elle paraissait subitement libre, sereine et heureuse. Les rayons du faible quart de lune l'éclairait et il ne pouvait qu'approuver l'astre, d'illuminer ainsi ce visage détaché.

Lorsqu'il jugea s'être suffisamment éloigné du bâtiment, il ralentit le pas. Les ruelles, parfois étroites, n'étaient pas rassurantes, et il se demanda un instant si la courtisane se sentait tranquille en un lieu pareil, en compagnie d'un inconnu.

Il n'avait pas osé reprendre sa main, suite à leur fuite et marchait tranquillement dans le Bourg. De temps en temps, il la guettait du coin de l'oeil et se rendit compte, qu'elle paraissait bien moins sure d'elle. Avait-elle déjà fugué avec un de ses clients? Il se préféra imaginer que non, et que ce soir était une première pour elle.
De cette façon, même ridicule, il serait sa première fois.

Cette idée lui coupa le souffle. Il venait de comprendre ce qui le dérangeait tant dans le bordel. Le partage, tout simplement.
Ne pas pouvoir vivre de moments privilégiés avec elle, partager ses lèvres, ce corps, et se dire qu'après cette nuit, elle en passerait une multitude d'autres avec des hommes différents.

Alors d'autres la toucheraient peut-être comme il l'aura fait ce soir, d'autres l'embrasseront et peut-être qu'elle ne les repoussera pas, d'autres auraient ses faveurs. Il n'aimait pas ça.

Cette nuit n'appartenaient qu'à eux, alors il voulait faire en sorte qu'elle la garde longtemps en mémoire, même après le passage de plusieurs hommes. Seulement voilà, après l'euphorie de la fuite, ils se retrouvaient dans un endroit inédit, inconnu pour le Béarnais. Et elle aussi semblait avancer à l'aveuglette.
Où pourraient-ils bien aller?

Un peu plus haut, à l'orée du Bourg, Taebryn aperçu une masure qui se découpait dans la nuit. Les rayons de la Lune, lui montrèrent que la toiture était délabrée et il trouva là, peut-être pas l'endroit parfait, mais un endroit où se reposer. Iris était pieds-nus et avait peut-être froid, malgré la nuit claire.

- Viens, lui souffla-t-il.
Et ensemble, ils remontèrent le petit chemin en jachère qui menait à ce qui se révéla être un ancien moulin.

La porte résista un instant, jusqu'à ce que Taebryn lui donne un solide coup d'épaule, qui déboîta la porte. Quelques oiseaux s'envolèrent, surpris d'être dérangés en pleine nuit.

Levant les yeux sur la toiture inexistante, il se déplaça avec minutie et précaution dans la pièce unique.

- Tu savais qu'il y avait un moulin abandonné ici?

Le plafond était en réalité le manteau de la nuit, chargé de sa rivière de diamants brillants. La seule lumière à leur disposition était naturelle et lorsque ses yeux se furent habitués à l'obscurité, Taebryn put détailler un peu plus leur nouvel environnement.
L'âtre était vide, et le moulin en lui même portait toujours sa meule en son centre, mais nul bestiau n'était présent pour la faire tourner. Juste à coté, les sacs de jute, vide, s'empilaient dans l'attente d'un produit qui n'arriverait plus jamais. L'odeur des farines était encore présente, mais s'était amalgamée avec l'odeur de l'humidité et de la poussière.
Un peu plus loin, dans un recoin, la stalle destinée aux boeufs ou aux ânes comportait encore son lit de paille.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Dim 6 Avr - 19:39

- Non, mentit Iris en pénétrant dans le bâtiment.

Elle était étrangère et ils pensaient souvent qu'elle ne connaissait pas les Duchés. Mais, peu portée sur les activités de salon, elle avait si souvent arpenté le Bourg et ses environs durant son temps libre qu'ils n'avaient plus guère de secrets pour elle. Ou encore quelques-uns : car, si elle savait que le moulin abandonné se trouvait là, elle n'y était jamais entrée. La porte bien coincée et les murs point trop écroulés l'en avaient jusqu'ici dissuadée.

En un sens, donc, le Béarnais lui faisait découvrir cet endroit, et elle ne voulait pas lui ôter ce plaisir. Avec lui, elle détailla l'intérieur. C'était simple et fruste comme un lieu de travail, mais le toit arraché ouvrait une fenêtre sur l'âme.

Elle n'aurait pas pensé qu'il l'aurait emmenée dans un endroit comme celui-là, mais s'en accommoda. Il fallait plus qu'une nuit à la dure pour lui faire peur, même si elle avait l'air étrangement déplacée en ces lieux, avec sa robe de soirée. Ou pas tant que ça : avec ses pieds noircis par la poussière du Bourg et le manteau d'homme qui la recouvrait, elle avait plus l'air d'une fuyarde que d'une courtisane.

Fuyarde, elle l'était en quelque sorte, et sur le chemin elle n'avait cessé d'espérer que Châtiment ne se rende pas compte de sa désertion. Et puis elle avait élaboré une réponse relativement convaincante (elle prétendrait s'être rendue au château, sur la demande de son client), et avait chassé ce souci de son esprit. A présent, elle était libre pour la nuit, et cela valait bien quelques courbatures.

Presque aussitôt, elle s'empara des sacs de toile et les secoua énergiquement. Un nuage de vieille farine s'en échappa et elle éternua sans aucune grâce. Puis elle les disposa comme une sorte de matelas sur la paille, contre le mur. Par on ne sait quel miracle, celle-ci n'était pas souillée. Elle paraissait même fraîche et elle se demanda si le moulin n'était pas régulièrement utilisé comme couchette de fortune par quelque vagabond. Cela ne la dérangea pas, pas plus que l'odeur aigrelette de la portée de chats qu'elle découvrit dans un recoin. Elle sourit et s'allongea sur les sacs, prudente malgré tout.

Ses yeux se levèrent vers le ciel, s'y attardèrent puis redescendirent vers le moulin pour jeter à coup d’œil succinct à ce que faisait Taebryn.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Lun 7 Avr - 17:21

Alors qu'ils découvraient les lieux, Taebryn ne pouvait s'empêcher de jeter quelques coups d'oeil à la jeune femme. Il songea qu'elle aurait surement espéré mieux comme endroit, mais peu lui importait. Ils n'étaient de toute façon pas tenu de faire quoique ce soit, et même si elle était payée pour lui prêter son corps, il ne la toucherait pas, sauf si elle le voulait véritablement. Si elle le voulait lui et pas son argent.

C'était égoïste de sa part de penser de la sorte il le savait bien, mais après tout, l'argent dépensé ne servait qu'à payer son temps, peut-être pas ce qu'elle en faisait.

Il fut toutefois étonné de voir que la courtisane s'arrangeait drôlement bien du vieux moulin. Sans mot dire, elle se fabriquait une paillasse et quelques minutes plus tard, son corps était déjà allongé sur les sacs de toile, posés eux-même sur la paille entassée.

Son regard semblait se perdre tantôt dans le ciel, tantôt sur lui, ce qui l'incita à faire quelque chose lui aussi.
Il secoua vivement deux autre sac de toile qu'il aligna aux siens, de façon à ce que la paillasse s’agrandisse suffisamment pour eux deux. Puis, jaugeant que ses pieds dépassaient encore, il récupéra un troisième sac en bougonnant un peu.

Il avait toujours détesté ça. Sa grande taille lui faisait souvent dépasser les pieds de son lit, et il se réveillait le matin, les orteils congelés.

Il fut tenté de s'approcher des chatons qui appelaient leur mère dans le coin. Ce n'étaient encore que des gémissements de nouveaux nés, mais ils touchèrent un peu le Béarnois.
Seuls, sans défense, livrés à eux même dans cette nature qui pouvait être dangereuse.
Il songea alors que s'il posait la main dessus, l'odeur de l'homme s’imprégnerait sur leurs poils, et la mère les rejetterait. Aussi, il se jura de les observer, de loin.

Il s'assit donc, non loin d'elle et plia les jambes de façon à ce qu'elles fassent un appui sous ses coudes.
Son regard se perdit dans la contemplation du ciel et il demanda :

- Au fait, je n'ai pas eu l'occasion de te poser la question mais...le soir de notre rencontre, après que je t'ai raccompagnée, tu m'as embrassé. Tu t'en souviens?

Il tourna son visage vers elle et continua rapidement:

- Pourquoi as-tu fait ça?
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Jeu 10 Avr - 20:14

Le Béarnais ne tarda pas à venir la rejoindre. Il bougonnait mais elle n'y prêta pas attention : c'est lui qui avait choisi le moulin, et puis, elle était bien trop absorbée dans la contemplation des étoiles. L'homme aussi mais, assis comme ça, il allait se faire un torticolis. Ne voulait-il vraiment pas s'allonger à côté d'elle ? Ou s'allonger tout court sur la paille ? Les clients du Nid bénéficiaient d'un tout autre confort, mais n'était-ce pas lui qui avait décidé de partir ?

Elle se troubla quand elle réalisa qu'il n'en était rien. C'est elle qui avait lancé cette idée. Mais il avait approuvé chaudement et, après tout, n'était-ce pas son attitude qui l'avait incitée à cette proposition ? Il semblait si mal à l'aise au bordel qu'elle avait bien été obligée de l'en tirer, sous peine de... ne rien pouvoir en tirer. Mais elle commençait à nourrir des doutes sur ses chances de réussite, dans cet endroit fruste. Il avait dit brûler d'envie de la revoir, mais il n'avait pas l'air de brûler tant que ça.

En temps normal, cela l'aurait soulagée. Mais en l’occurrence, elle était plutôt vexée. Son métier était bien assez dur pour qu'elle doive encore faire des efforts pour dégeler le client.

Elle ruminait ces pensées lorsqu'il reprit la parole. 
- A ton avis ? répliqua-t-elle, continuant sur la même pente.
Que s'imaginait-il ? Qu'elle en avait embrassé tant qu'elle ne se souvenait même plus des baisers qu'elle donnait ? Peut-être que les baisers d'une catin n'était pas dignes de mémoire !

Mais il semblait s'en souvenir, lui, puisqu'il remettait ça sur le tapis. Elle s'adoucit, faisant obstacle à sa soudaine mauvaise humeur, et répondit plus sincèrement :
- Bien sûr que je m'en souviens. C'était pour dire merci. De m'avoir raccompagnée juste là, comme ça, juste pour rendre service. J'en connais pas beaucoup qui auraient fait ça.
Et, dans sa bouche, cela sonnait davantage comme un fait que comme une flatterie.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Mar 15 Avr - 16:18

La réponse de la courtisane décrocha un rire franc au Béarnois. Il rit, à gorge déployée tout en admirant les étoiles qui les surplombaient. Conscient d'avoir bientôt mal à la nuque, il décida de s'allonger, et plaça ses bras croisés, derrière sa tête en guise d'oreiller.

Reprenant son souffle, il tourna un regard en coin vers la jeune femme.

-Hé bien, commença-t-il, s'il suffit de te rendre service pour obtenir un baiser, je veux bien m'y atteler tous les jours.

Il fit silence un instant et reprit rapidement :
- Considères-tu que le fait de te ramener tout à l'heure est un service?

Espérant qu'elle comprenne la taquinerie et ne s'en formalise pas, il lui adressa un sourire goguenard avant de pouffer de rire. Depuis leur pseudo-fugue, il avait l'impression d'être un adolescent attardé.
La situation était décidément grotesque. Perdu dans un moulin abandonné, comme elle devait lui en vouloir de lui avoir fait quitter son nid si douillet.

Peut-être qu'en lui lançant l'idée, elle avait secrètement espéré qu'il refuse. Si tel était le cas, il venait de commettre une belle connerie. Elle risquait de lui en tenir rigueur longtemps.

Le problème était justement là. Il ignorait tout de ces beaux oiseaux que beaucoup convoitent et que peu obtiennent. Comment l'apprivoiser délicatement, sans la brusquer, sans l'effrayer. Il n'était vraiment pas sûr un jour, de trouver la réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Mar 29 Avr - 19:40

Le rire sonore du Béarnais, dans le silence presque total de la nuit, la surprit et elle sursauta presque. Elle tourna vers lui deux yeux noirs qui ne comprenaient pas alors qu'il poursuivait : 
- Considères-tu que le fait de te ramener tout à l'heure est un service ?

Il plaisantait et se laissait enfin aller, allongé à côté d'elle. Elle considéra que c'était une bonne chose, même s'il n'avait pas vraiment compris. C'était justement le côté désintéressé de la chose qui l'avait étonnée. Lui revenait dans le troc, l'échange marchand dont elle n'avait que trop l'habitude. Mais elle sourit : il avait l'air de tenir ses baisers en haute considération. C'était pour elle très peu de choses et elle n'y accordait manifestement pas la même signification. Mais c'était quand même mignon. Presque - comment disait-on ? - romantique.

Avait-elle hérité de ce genre de spécimen ? Au bordel on ne gaussait un peu d'eux avec leurs gros bouquets de fleur et leurs serments enflammés, mais au fond les hommes de cette trempe étaient trop rares et l'on s'en flattait secrètement.

Le problème avec les romantiques, c'est qu'ils ne se satisfaisaient pas de ce que les filles du Nid pouvaient leur donner. C'est qu'ils voulaient plus, ou pas la même chose. Iris considéra Taebryn d'un œil circonspect. Était-ce son cas ? Elle ne savait pas s'il voulait autre chose, mais en tout cas pas de la même façon. C'est bien pour ça qu'ils se trouvaient dans cet endroit. Quand au reste, il était grand temps de le savoir.

Sans un mot de plus, elle se pencha vers lui, ses tresses pleuvant sur son visage - et, sous le pudique rideau de ces cheveux, pleinement l'embrassa.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Jeu 1 Mai - 18:36

Tout d'abord, il sentit les tresses de la jeune femme lui caresser le visage en un tombé somptueux. Puis, vint cette bouche, généreuse et offerte.

A son contact, il se laissa emporter dans ce qu'elle lui donnait : Une certaines forme de liberté, et la sensation d'être le seul à ses yeux. Timide au début, ne sachant pas vraiment comment réagir, il se repris rapidement en main, afin de ne pas décevoir la courtisane.
D'une main ferme mais douce, il glissa ses doigts le long de son dos et remonta sur sa nuque, la sentant presque fébrile sous sa paume. De l'autre, il caressa sa joue un instant, avant d'encadrer son visage de ses deux mains, comme pour mieux la guider à travers ce premier vrai baiser échangé.

Submergé par ce contact suave, et ce goût inconnu, il plongea sans retenu dans ce rêve éveillé. Se livrant de façon passionnée, il ne voulait rien manquer.

Peu lui importait le lieu, peu lui importait le temps, ils étaient là comme ailleurs, et le corps chaud de la jeune femme contrastait avec l'humidité du moulin. Il voulait la sentir au plus près de lui, se sentir vivant à ses côtés et rejeter tous les interdits qu'il s'était imposé depuis longtemps.

Aussi, rompant avec délicatesse le baiser, il l'attira un peu plus contre lui, puis reprit possession de ses lèvres parfumées avant d'entreprendre de la déshabiller. Après, n'étaient-ils pas là pour "ça"?
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Ven 2 Mai - 12:47

Consciente de la valeur du vêtement, Iris aida Taebryn à l'enlever. La soie verte coulait dans leurs mains comme l'eau fuyante d'un lagon. Pliée sur elle même, la robe tenait dans le poing ; d'un geste habile, la fille la lança sur la meule, où elle atterrit fans un petit nuage de farine.

Aussi curieux que cela puisse paraître, Iris se sentait plus à l'aise dans son plus simple appareil que protégée par ce ramage coûteux. Débarrassée des escarpins et du vêtement sophistiqué, elle se sentait plus libre de ses mouvements. Était-ce le cadre inhabituel du moulin, ou le goût sincère du baiser ? Elle sentait monter en elle une certaine spontanéité.

Après avoir laissé au Béarnais quelques secondes pour la regarder, elle grimpa sur lui et s'attaqua une seconde fois aux passants de sa chemise. Ils en étaient revenus au même stade qu'au Nid, une heure plus tôt. Mais elle savait, cette fois, qu'il ne se défilerait pas.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Sam 3 Mai - 21:00

Tout comme la robe de la courtisane, la chemise du Béarnois atterrit sur la meule de pierre, non loin de là. Il l'avait regardé le déshabiller de ses doigts experts, sans mot dire. Usant de son art, elle l'avait aussi laissé la regarder juste avant.

Depuis l'irruption dans sa chambre, complètement nue, il n'avait pas oublier ce corps, simple mais beau, à la peau pâle qu'il trouvait sublime.

Une fois n'était pas coutume, lorsqu'elle se plaça sur lui, il resta un instant à admirer les lignes de son corps, éclairées par les rayons de la Lune. L'astre semblait les protéger de son doux manteau, leur offrant les ombres de la nuit pour se camoufler et sa lumière blafarde pour guider leurs gestes.

A travers l'obscurité, il reconnaissait la courbe de son épaule, le bout de ses seins et la ligne de sa cuisse. La jeune femme se dressait au dessus de lui, et pas une seule seconde il ne se sentit soumis.
Au contraire, il avait envie de la laisser profiter de cet instant, de cette suprématie que leur position lui donnait.

Les mains du Béarnois glissèrent sur les cuisses fermes de la jeune femme, et remontèrent sur ses hanches.
Alors, dans un élan spontané, il se redressa et l'enlaça tout simplement. Leurs peaux chaudes se liaient et il inhala une bouffée de ce parfum entêtant qu'elle portait.
La simple pensée de pouvoir serrer la jeune fille dans ses bras semblait apaiser sa vie, trop froide ici à Castercelf.

Il fit glisser ses lèvres sur son épaule, puis dans son cou, avant de reprendre possession de sa bouche humide. Mais cette fois-ci, le baiser était plus pressant, plus vigoureux. Il en voulait plus car il ne la désirait que trop, et ce depuis le premier jour.

S'offrant entièrement à elle, il décida alors que lui aussi, prendrait ce qu'il souhaitait ce soir.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   Dim 4 Mai - 19:36

Les premières lueurs de l'aube réveillèrent Iris. Elle cligna ses yeux fatigués, dont le maquillage devait avoir piètre allure. Ils devaient s'être endormis depuis à peine quatre ou cinq heures. Ils ? Elle pouvait difficilement jeter un coup d’œil au Béarnais, pressée contre sa poitrine comme elle l'était. Mais elle pouvait sentir au rythme lent et régulier de sa respiration qu'il dormait toujours. Allongés sur la paille humide de rosée, ils partageaient leur chaleur dans l'enceinte de laine du grand manteau.

Elle frissonna. Elle allait devoir s’extirper de là. Se faisant la plus petite possible, ce qui n'était pas bien difficile au regard de leur différence de carrure, elle rabattit le pan du manteau et glissa sous son bras. Libre de ses mouvements, elle se releva sans un craquement et se dirigea vers la meule. Dans un mouvement fluide, elle passa sa robe et serra ses bras autour d'elle, dans l'air frais du matin.

Il était temps de partir. Le bordel allait bientôt se réveiller. Ou plutôt non : le bordel n'était pas du matin et la matinée courrait jusqu'à midi. Mais quand même. Elle devait regagner le Nid le plus discrètement possible. Et puis, pourquoi rester plus longtemps ici ? Il n'y avait qu'un moulin froid, une portée de chats qui pouvait s'éveiller à tout moment et un homme inconnu qui lui avait donné plus qu'elle n'aurait dû prendre.

Perturbée par cette nuit peu commune, qui laissait sa trace dans ses muscles sans pouvoir encore atteindre son cœur, Iris s'éloigna vers la porte et se retourna une dernière fois. La pièce circulaire était blanche, calme, immobile comme un matin de neige. Les gonds grincèrent quand elle tira le bois, et elle s'engouffra à l'extérieur, courant presque jusqu'à Bourg-de-Castelcerf.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Seconde fois [Aout 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Seconde fois [Aout 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Au revoir, pour la seconde fois. [Feat Aburame Miko]
» Il était une fois... Carrefour!
» Rufus, caniche abricot de 4 ans, abandonné 2 fois ! (dép56)
» 25. Meilleur Topic Depuis Aout
» Murphy frappera trois fois... [PV Letha]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Bourg de Castelcerf :: Commerces et habitations :: Archives V1 et V2
-