AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Lun 25 Mar - 18:56

Ce soir était un de ces soirs calmes, où on pouvait presque entendre la mer se fâcher contre la falaise. Les bavardages, rires ou exaltations habituelles de la maison close n'étaient que murmures étouffées dans les soieries de taffetas qui habillaient les murs de pierres. La vaste demeure dormirait presque et Chatiment avec. Et l'immobilisme voilà ce que la maquerelle n'appréciait guère.

Elle descendit les escaliers de bois, qui grinçaient sous ses pieds, pour envoyer quelques unes de ses filles dans une des tavernes de la ville pour justifier leurs présences dans ce sanctuaire, celles que Chatiment gardait pour les marins de passage, les commerçants repus de leur journée, les soldats en permission. Celles pour qui on ne se déplaçait pas. Les autres, la maquerelle les gardait à l'abri dans cette jolie cage dorée, presque caché du commun des mortels. Seuls les riches pouvaient s'octroyer le droit de s'amuser avec ces femmes qu'elle avait façonné comme un trésor convoité. D'ailleurs celles-ci se trouvait à l'étage, dans des chambres d'un luxe tape à l’œil. Peut être trop, mais rien n'était trop beau pour que le client dépense encore et encore. Et Chatim savait que les nobles aimaient se vautrer dans ce luxe sans nom, avec en son écrin un joyau humain prêt à satisfaire ses plaisirs cachés. Mais les filles de la maison close n'était pas que des potiches stupides. Chatim en avait fait aussi des filles cultivées, sachant parler du monde.

Après quelques recommandations pour ses filles, la maquerelle les livra à la clarté de la lune .Chatiment faisait attention sur son investissement, mais elle n'oubliait pas non plus ce qui avait amené ses filles à faire ce métier. Maternante et  chef d'entreprise. Les deux casquettes à la fois.

A peine la porte refermée, Prudence, une femme âgée d'une bonne cinquantaine d'année arriva. Une ancienne prostituée, devenue une sorte de gouvernante, descendit aussi.

"- Douce a fini, son client est sortit par l'arrière. Tenez."


Elle tendit à Chatim quelques pièces, qui les rangea aussi vite dans les nombreuses couches de sa robe. Au même instant, la cloche de la porte de derrière tinta.

"-Enfin, un peu d'activité. Va prévenir les filles."


[J'espère que j'ai oublié personne^^]
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Lun 1 Avr - 23:07

Les trois compères marchaient bras dessus, bras dessous jusqu’à l’antre des femmes de joies. Le vent marin leur fouettait le visage et jetait leurs cheveux en bataille. Taebryn jeta un coup d’œil en l’air, observant quelques secondes la lune, bien ronde cette nuit et les étoiles scintillantes, comme si la rigueur du temps de Cerf leur donnait un éclat différent en comparaison avec Castellonde.

Il ne s’y attarda pas, préférant regarde où il posait ses pieds, car bien que Vaillant leur servait de guide, on n’était pas à l’abri de trébucher sur les pavés mal agencés. Pour être tout à fait honnête, il avait eut son quota d’égratignure pour la nuit.
S’il devait encore être blessé, alors que ce soit une de ses femmes qui s’occupe de son cas. Rien d’autre ne le toucherait ce soir.

Restant silencieux, il marchait, laissant son regard se poser là où la lumière, le bruit l’attirait. Une maison encore éclairée à cette heure avancée de la nuit, un autre groupe de soulards dans la ruelle annexe, un chat feulant après un chien aboyant, la ville regorgeait de vie et d’activité.

C’est au détour d’une ruelle qu’il se rendit compte que ce chemin ne lui était pas inconnu. Il était déjà passé par là. Intrigué, il fronça les sourcils tandis que la marche continuait. Et puis petit à petit, la sensation se renforça. Cette ruelle, il l’a connaissait…et cette maison encore éclairée au loin ?
Cela ne se peut...pensa-t-il.

Lâchant subitement le bras de Vaillant, il lui murmura un simple « je reviens » et s’avança dans la semi obscurité, bifurquant sur le côté du bâtiment, dont s’échappait musique et rires.

La porte arrière ne lui laissa plus aucun doute. Son intuition avait vu juste. Il était déjà venu, il y avait peu de temps et sans même en être conscient, il était aujourd’hui devant la même porte, sauf que ce soir, il passerait par l’entrée principale. Serait-elle là ? Serait-elle disponible pour lui ?

Son cœur palpita légèrement plus vite tandis que son souffle se retenait quelques secondes. L’espoir de revoir cette jolie brune prenait de plus en plus d’ampleur et l’excitation le gagnait de minute en minute. Il rejoignit ses compères à nouveau, sûr de lui et plus motivé que jamais.

Vaillant remarqua même le sourire en coin qui s’affichait sur le visage du béarnois. Mais ce dernier ne répondit à son commentaire que par un « tsss » narquois. Au moins, il avait retrouvé sa bonne humeur, et en cela, les deux autres pouvaient bien élaborer toutes les théories possibles.
La vrai soirée allait commencer.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Sam 13 Avr - 16:59

Ils étaient à peine arrivés que Taebryn grogna quelques mots et se fondit dans l'obscurité d'une ruelle adjacente. Se retrouvant bras-dessus bras-dessous avec Malvoisin, Vaillant se sentit soudain ridicule et se dégagea de l'étreinte que, dans sa bonne humeur, il avait tissée entre ses deux amis de circonstance. Mais le Béarnais était allé vomir ses tripes dans un coin et le Baugien était indéridable ; il était même étonné d'être parvenu à emmener l'officier jusque là, et s'attendait à tout moment à ce qu'il leur fausse compagnie.

Quelques instants, la soirée sembla à nouveau compromise. Il se dit qu'il s'amuserait aussi bien tout seul avec l'une des filles de Châtiment, mais ne parvint à s'en convaincre tout à fait. Il n'est de bonheur que partagé, dit l'adage... Et puis Taebryn réapparut, frais comme un gardon, et même plus encore, avec un air de joie enfantine sur le visage. Vaillant, qui ne l'avait jamais vu ainsi, en demeura incrédule et lui lança une raillerie qui ne l'affecta pas : le colosse souriait et Ortwin était toujours là. Le vent, porteur d'odeurs capiteuses, semblait finalement tourner en leur faveur.

Ils entrèrent. D'un mouvement d'épaule, Vaillant se défit de son manteau et le lança négligemment à un homme fortement bâti qui se trouvait là, surveillant la Volière. Suivi de ses acolytes, il pénétra triomphalement dans le Salon principal. La Maquerelle se trouvait là, parée d'une robe somptueuse qui l'éblouit. Captivé, il ne s'aperçut pas que le Salon était pratiquement désert de femmes comme de clients. La douce musique qui baignait le lieu entrait par l'une de ses oreilles et ressortait par l'autre, ne laissant qu'une vague impression de bien-être. Il était délicieusement ivre, et trouvait là un habitat parfaitement adapté à son état.

Saisissant la main de Châtiment, il la porta à ses lèvres avec une élégance qui n'était pas de trop lorsqu'on savait le crédit dont la Maquerelle commençait à jouir à la Cour. Sans l'alcool qui courait dans ses veines, il se serait même senti effronté, car après tout, s'il avait déjà fréquenté le Nid, il était loin d'être un habitué. Par sa familiarité, il voulait impressionner ses amis, se comportant, l'espace d'une nuit, comme s'il était chez lui. Il avait l'assurance crâne de la jeunesse dorée, persuadée de sa propre invincibilité.

- Madame...
Il baisa sa peau satinée, avant de se redresser. De son autre main, il désigna ses compères.
- Mes amis que voici n'ont jamais eu le plaisir de venir ici. Je compte sur vous pour faire en sorte qu'ils ne soient pas déçus...
Et, sous le vernis impeccable de ses bonnes manières, perçait enfin la gaillardise qui était la sienne, comme celle de tout homme qui pénétrait ici...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Dim 5 Mai - 19:52

Sven attrapa le manteau comme si cela avait été son rôle premier dans la maison de Châtiment, malgré une certaine lassitude dans l'exécution du geste qu'il faisait, manifestement, un peu trop souvent à son goût. Il alla tranquillement installer le manteau sur l'un des nombreux crochets prévus à cet effet, et revint s'accoter nonchalamment sur sa poutre préférée: celle du cadre de porte séparant le petit hall d'entrée du bordel.

Le colosse décharné regarda attentivement les hommes alors qu'ils passaient commande auprès de la maquerelle: trois militaires, ou du moins des hommes habitués aux armes. Certains portaient des marques toutes fraiches d'une bagarre, laissant présager qu'ils avaient déjà le sang chaud et le coude léger. De mauvaise augure, mais l'un d'entre eux paraissait un peu gêné d'être là, et un autre montrait même des civilité que la plupart des clients n'étaient même pas en mesure de formuler. En bref: il allait les avoirs à l’œil, mais ne semblaient pas présenter un danger pour les filles. Discrètement, Sven hocha la tête à l'adresse de Châtiment, signifiant qu'il avait terminé, et qu'elle pouvait à sa guise donner suite à leur demande.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Sam 18 Mai - 23:05

Avec satisfaction, Iris regarda de la fenêtre les Moineaux du bordel s'égayer dans les rues. Elle était heureuse de les voir partir, heureuse de n'être pas dans leur rang. Depuis plusieurs mois à présent, Châtiment ne l'envoyait plus courir la taverne et lever le badaud. Le badaud de bas étage - le buveur, l'infidèle, le soldat - celui dont la paie était moindre et incertaine, et la poigne souvent trop forte. Elle jouissait désormais du privilège des Oiseaux : rester là, confortablement au Nid, et attendre que le poisson morde par lui-même.

Cela n'avait pas été facile, et rien n'est jamais acquis : elle était assurément moins belle que les autres filles, si grandes et frêles, délicates et colorées, avec leurs yeux et leurs cheveux aux couleurs extravagantes. Dans son cas, l'art d'apprêter de la Maquerelle avait fait des merveilles, soulignant habilement sa différence ethnique qui intriguait le client, sans pour autant bousculer les habitudes. Plus embarrassante était son incapacité à se plier avec naturel aux rituels de la sociabilité mondaine : s'asseoir là, dans le petit Salon, et ravir le client de sa conversation subtile, ou pincer avec grâce les cordes de quelque instrument de musique sophistiqué... Non, vraiment, elle n'y arrivait pas, et se demandait parfois si Châtiment ne la gardait pas là par effet de contraste, pour donner du relief au menu.

Elle songeait à tout cela lorsque du bruit retentit, en bas. La soirée était calme, trop calme, mais voilà que des nouveaux clients venaient d'arriver. Prudence ne tarda à venir les en informer, désignant de son doigt crochu (on était vite fanée, dans le métier) les filles qui convenaient. Douce, qui venait juste de finir et renouait ses cheveux, Myrtille, la blonde pulpeuse, Chris la garçonne et elle-même, qui s'en réjouit, car il fallait bien travailler ! Diane était déjà en bas à jouer de la harpe. Elles ne seraient pas trop de cinq en lice, sans compter Châtiment qui se laissait toujours désirer mais rarement séduire, pour se disputer le client.

Ils étaient trois, et elle les jaugea rapidement du regard alors qu'elles descendaient lascivement l'escalier, commençant là leur petit défilé. Le premier baisait la main de la Maquerelle, l'air tout guilleret et fort bien mis de sa personne ; un nobliau, vraisemblablement, et elle se souvint l'avoir déjà vu ici. Le second, plutôt fin mais les épaules carrées, avait l'air vaguement ennuyé d'être là, ce qui était plutôt original. Il partageait son apparence austère avec le troisième homme, très grand et brun, mais... diable !

Iris reconnut l'inconnu qui l'avait secourue, un mois plus tôt au château après une nuit particulièrement désastreuse. De surprise, elle rata une marche et se tordit le pied, tâchant de masquer son faux-pas par une pirouette plutôt ridicule. Qu'elle détestait ces chaussures ! Derrière elle, Chris pouffa et elle rêva un instant de lui tordre le cou, avant de se recomposer une expression plus amène, ce petit sourire artificiel qui lui allait si bien et que tous attendaient comme un dû. Elle ne regarda plus Taebryn, ou du moins, pas plus que les deux autres. Elle remarqua toutefois qu'il avait la joue marquée, et l'ironie de la situation faillit étirer son mignon sourire.

Elle portait une robe fluide d'un vert sombre, faite dans ce fameux tissu iridescent qui faisait le succès de la boutique de Châtiment. Laissant le dos et les bras nus, le vêtement découvrait le tatouage qui se déroulait sur son bras droit. Tressée en une profusion de petites nattes, sa chevelure pleuvait sur ses épaules jusqu'au milieu de son échine. Elle se tenait en équilibre sur des escarpins affreux, dont elle avait réussi à négocier la hauteur.

Quand vint son tour de se présenter, elle prononça simplement son faux nom et sourit, les yeux brillants sous le khôl. Tandis que les autres filles se prêtaient à leurs figures de style, elle jugea de ses chances auprès des trois hommes. Le blond, qui avait l'air le plus fortuné, semblait naturellement captivé par Châtiment - ils l'étaient tous, mais ensuite ? Auprès du grand brun, dont la présence la mettait mal à l'aise, elle jugeait ses chances minimes : certes ils s'étaient déjà rencontrés, mais n'était-ce pas plus un handicap qu'autre chose ? Elle sortait alors de chez un autre client, nue, en mauvais état, triste et pas forcément bien lunée. Il avait vue la face cachée de la pièce, et elle ne se sentait pas de lui faire des risettes...

Aussi, un peu désespérée, reporta-t-elle son attention sur Ortwin, bien qu'il ne semblât pas particulièrement enthousiasmé par qui que ce soit.

Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Sam 1 Juin - 18:13


La journée avait été longue...et le temps maussade, comme l'humeur de Chris ce jour là.
L'ennui l'avait gagné très tôt dans la journée, enfin tôt...après une grasse matinée bien méritée. La nuit précédente au contraire, avait été joyeuse et productive.
L'homme dont elle s'était occupé l'avait pleinement satisfaite, en plus de lui laisser une jolie bourse d'or.

C'était cela, le genre de client qu'elle aimait. Rien à voir avec le genre de cet après-midi. On était venu la chercher pour un jeune puceau maigrichon. Elle avait trouvé une excuse facile pour le laisser à Douce, plus habituée à ce type de clientèle.

Du coup, elle était plus que prête lorsque Prudence vint les chercher, et sa curiosité fut piquée au vif. Accompagnée d'autres filles, elle descendit les marches pour venir se présenter. Pour cette occasion, elle portait une robe d'un rouge profond, drapée simplement sur une seule de ses épaules et ceinturée afin de marquer sa taille fine.
L'effet était sublime, lui donnant un air vaporeux et dégagé, en total accord avec son maquillage.

Ils étaient trois. Et elle remarqua immédiatement le plus grand d'entre eux. Il n'avait pas l'air très à l'aise, mais physiquement il paraissait bien plus virils que les deux autres. Sa barbe, son regard ténébreux et sa carrure digne de Sven. Tout ceci était bien plus avenant que les deux autres blondinets. Même si elle devait avouer que l'homme qui baisait la main de Chatiment était très beau, mais dans un tout autre registre.
Elle n'accorda aucun regard à l'autre blond, dont le visage lui apparaissait comme bien trop poupin.
C'est alors qu'Iris rata une marche, et la jolie brune ne put s’empêcher de pouffer de rire devant le ridicule de la situation.

Puis, elle se présenta comme habituellement, à grand renfort de sourires aguicheurs et d’œillades mutines. Et passant auprès des autres filles, elle leur chuchota :

- Le grand brun est pour moi.

Alors, elle passa sa langue sur ses lèvres, comme pour se donner un avant-goût de la soirée, qui comme celle d'hier, commençait fort bien.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Sam 8 Juin - 12:35

- Le grand brun est pour moi, susurra Chris, et une rage froide envahit l'Outrîlienne.

La tendance de la fille à se servir la première, à prendre ce qu'elle voulait sans se soucier de quiconque l'irritait. Bien sûr, chacune pour soi ; c'était la règle et c'était aussi un risque : car si la plupart des clients appréciaient les femmes entreprenantes, flattés de se sentir désirés, ce n'était pas le cas de tous. Certains venaient au Nid en maîtres, avec la ferme intention de disposer du corps d'autrui selon leur bonne volonté ; ils préféraient alors choisir leur plat eux-mêmes, entendu que celui-ci se montrerait bien docile.

Mais qui ne tente rien n'a rien, et la recette de Chris était le plus souvent couronnée de succès : malgré sa carrure affirmée pour une femme, la fille de joie décrochait de bons clients (entendez : pas trop tordus et surtout fortunés), gagnant encore en assurance. Ses manières décomplexées et ses allures crânes commençaient sérieusement à l'agacer - et, consciente de son infériorité, mais peu disposée à l'accepter, Iris la foudroya du regard. Ainsi Chris croyait qu'elle pouvait choisir les meilleurs morceaux sans qu'on ose les lui disputer ? Elle allait voir ce qu'elle allait voir !

Changeant soudain de cible, sans trop de regrets étant donné le mutisme obstiné de l'officier, elle s'approcha de Taebryn et posa une main légère sur sa poitrine :
- Vous souvenez-vous de moi, Messire ? chuchota-t-elle, assez fort toutefois pour que la brune puisse l'entendre.
Du bout des doigts, elle effleura l'ecchymose qui noircissait sa joue.
- ... ou bien tout ceci n'est-il qu'une coïncidence ?

Avec son sourire aguicheur, elle était fort différente de l'Iris qu'il avait rencontrée alors. Mais cette Iris là ne valait pas grand chose.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Sam 8 Juin - 13:32

A sa question déguisée, la Maquerelle répondit par un sourire mystérieux. L'instant suivant, elle désignait d'un geste gracieux le grand escalier qui descendait en spirale, et Vaillant se régala les yeux. Quatre filles de joie en descendaient lentement, drapées de robes chatoyantes, toutes semblables en beauté, toutes dissemblables à mieux y regarder.

Myrtille, Douce, Iris et Chris, les prénoms défilèrent, mais il s'en moquait bien. Il savait que ces surnoms n'avaient aucune réalité, qu'ils n'étaient qu'un attribut supplémentaire de beauté, et s'en accommodait. Ils étaient ici pour les corps et les visages, pour serrer dans leurs bras des filles aux noms de fleurs et de fruits délicieux, à dévorer. Qui se souciait de leur identité véritable ?

Avec un plaisir anticipé, il les parcourait du regard et ce qui lui restait d'esprit s'activait. Il ne pouvait prétendre à Châtiment : il ne voulait pas prendre le risque de se voir dédaigné devant témoins, et le geste de la Maquerelle l'incitait à voir ailleurs. Très bien : l'ailleurs n'était pas du menu fretin, et ce serait sans doute préférable pour sa bourse, si tant est que de pareilles considérations parviennent encore jusqu'à son cerveau embrumé ; il était de notoriété publique que la Maquerelle était hors de prix.

S'il avait été seul, il aurait choisit Douce, il le savait. Elle avait une beauté pure et juvénile, et sa timidité apparente l'avait immédiatement attiré. Mais Douce n'était pas une proie glorieuse, aussi abandonna-t-il cette idée - et puis, elle serait parfaite pour Ortwin, songea-t-il avec un sourire goguenard. Non : il voulait la plus belle, et la plus belle était indéniablement... comment s'appelait-elle, déjà ? Cette fille plantureuse à la chevelure blonde.

Consciente d'avoir attiré son attention, elle lui adressa un sourire univoque, et ses amis disparurent un instant autour de lui. Mais c'est le moment que choisit l'Outrîlienne pour s'approcher du Béarnais, et dire :
- Vous souvenez-vous de moi, Messire ?

- S'il s'en souvient...? Tu es déjà venu ici, petit cachotier ?! s'exclama-t-il en réponse, peu soucieux de troubler leur tête à tête.
Il claqua l'épaule de Taebryn, et la secoua d'un air content. Il n'aurait pas choisi cette fille, mais elle avait l'air bien décidée à mettre le grappin sur le Béarnais. Bah ! tous les goûts étaient dans la nature, songea-t-il en revenant à Myrtille.

Rendu euphorique par sa découverte inattendue, il l'attrapa ni une ni deux dans ses bras, la soulevant brusquement du sol. Elle pesait son poids, et il tâcha de n'en rien laisser paraître.
- Je t'enlève, ma jolie ! s'écria-t-il en se dirigeant vers l'un des sofas qui garnissaient paresseusement le Salon. Il ne se sentait pas le courage de monter l'escalier, et puis, la soirée venait de commencer !

Avant de s'écrouler dans le canapé, il surprit le mouvement de l'homme aux cicatrices, de l'autre côté de la pièce. Il avait l'air tendu, comme s'il ne trouvait pas à son goût qu'il transporte la fille. Mais qui lui demandait son avis ? C'était un espace de liberté ici, ils en payaient le prix. Il en payait le prix, plus exactement.

- A boire ! s'exclama-t-il, le regard toujours rivé dans sa direction, comme une provocation.
Et puis il s'en désintéressa complètement. Il avait bien mieux à faire, et assurément quelque précieux nectar ne tarderait à arriver. Il avait à nouveau soif, et comptait bien continuer sur sa foulée. Trinquer avec Taebryn, Ortwin, même, et leurs belles respectives.

- Alors, Framboise... quels sont tels talents ? demanda-t-il à la blonde, confortablement installée en travers de ses genoux.
Il lança un regard vers Diane, qui les enveloppait du son mélodieux de sa harpe. Mais sa question trouvait bien sûr plusieurs interprétations, et il eut un sourire carnassier.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Mer 17 Juil - 22:26


Toute de mousseline vêtue, Myrtille descendit les escaliers en compagnie des autres filles. Sa robe, presque transparente, découvrait largement ses épaules et sa gorge tout en masquant ses chevilles et ses pieds. Nullement complexée, la courtisane savait qu'entretenir un peu de mystère s'avérait toujours bénéfique... notamment lorsque la quasi-totalité de ses courbes était dévoilée par l'étroitesse de l'habit.

La journée avait été tranquille, les clients ne se présentant pour la plupart que le soir. Et bien qu'il soit déjà tard, ceux-là était les premiers pour lesquels elle avait été appelée... Myrtille se devait de faire bonne impression pour ne pas rentrer bredouille dans sa chambre. Déjà elle les jaugeait du regard, appréciait leurs mises et comparait leurs allures. Un brun, deux blonds.

Le brun était ténébreux, l'un des blonds à l'aise et l'autre timide. Celui-ci irait certainement à Douce, qui saurait le mettre à l'aise. Myrtille, elle, était plus attirée par l'homme qui faisait des manières à la Maquerelle. Chatim n'était pas du genre à se vendre si facilement, et s'il n'était pas stupide l'homme se tournerait de lui-même vers les Oiseaux du Nid.

Lorsqu'elle se présenta, la pulpeuse blonde prit bien soin de se tourner vers lui, lui adressant un clin d'oeil exagéré. Il semblait le plus riche des trois, autant bien le ferrer. D'autant plus que le brun semblait déjà réservé et que le dernier ne l'intéressait guère.
Lorsque sa proie se tourna vers elle après avoir guigné Douce du coin de l'oeil, Myrtille sut qu'elle avait gagné. Cette soirée s'annonçait fructueuse !

Littéralement enlevée par Vaillant après qu'il ait chahuté son ami ténébreux, la blonde se retrouva bien vite affalée dans un sofa sur les genoux de l'homme. Son côté aventureux lui plaisait bien, et elle espérait que son endurance serait à la hauteur. Etre une fille de joie ne signifiait pas ne pas pouvoir profiter des clients... Myrtille entendait bien apprécier ce que lui offrirait sa proie, et elle ne pensait pas qu'à son argent.

– Alors, Framboise... quels sont tes talents ? demanda le jeune homme tout à trac.

Tandis qu'une gamine – trop inexpérimentée pour les passes – s'affairait à remplir deux verres d'un cocktail aux couleurs envoûtantes, Vaillant s'attarda un instant la harpiste avant de se reconcentrer sur la blonde. Sans s'attarder sur son pseudonyme écorché, Myrtille répondit, le regard suggestif :

– Mes talents, Messire ? Je dois avouer que la harpe n'est pas mon fort, mais le pipeau en revanche...

Elle passa sa langue sur ses lèvres roses, comme pour bien appuyer le sous-entendu.

– Il me semble d'ailleurs que vous avez un très bel instrument...

Et la main de Myrtille se posa sur la hanche du jeune homme, puis progressa lentement vers son entrejambe déjà durcie.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Ven 19 Juil - 15:19

La plus jeune du lot semblait en avoir après Taebryn. Elle ne cessait de l’aguicher autant que possible et il devait bien se l’avouer, il n’était pas à l’aise. Pas habitué à ce genre de comportement, il ne savait s’il devait sourire ou bien simplement détourner le regard, gêné. C’est alors qu’Iris, jusqu’alors distante, s’avança vers lui. Il retint son souffle, allait-elle comme l’autre le considérer comme une proie ?

Il pensait tout simplement qu’elle ne l’avait pas reconnu, mais la réalité était toute autre. Elle posa une main volatile et délicate, sur son torse et afficha clairement sa possession envers les autres filles de joie. Sinon pourquoi l’aurait-elle d’abord ignorée pour se jeter sur Malvoisin, avant de revenir dès que l’autre brune s’était approchée ?

- Vous souvenez-vous de moi, Messire ? chuchota-t-elle, assez fort toutefois pour que la brune puisse l'entendre.

Elle caressa sa joue.

- ... ou bien tout ceci n'est-il qu'une coïncidence ?

Il n’eut pas le temps de répondre à la jeune femme, déjà, Vaillant le tançait.

- Les circonstances étaient alors bien différentes…lâcha-t-il.

Il insista sur le « bien », tant pour Vaillant, histoire de lui fermer le caquet, que pour Iris, qu’il trouvait fort entreprenante. L’attitude qu’elle prenait était si différente de ce qu’il avait connu d’elle, que cela le perturbait.

Vaillant attrapa le blonde du lot dans ses bras, et s’installa plus loin avec elle sur les genoux. Interloqué, Taebryn assista à la scène incrédule. C’est donc ainsi que l’on traitait ce genre de femme ?

Il s’imagina agir de la même manière avec Iris, mais il se souvint aussi de son caractère de feu, elle n’apprécierait pas, même si ce soir, elle paraissait plus docile ou plutôt, plus en demande.
Il jeta donc un regard à l’outrilienne, et s’s’installa sur la banquette, non loin de son ami.

Aussitôt, Chris vint s’assoir à sa gauche tout en posant de façon à priori nonchalante, une main sur sa cuisse.
Le regard qu’il lui lança alors était sans équivoque et signifiait simplement «  pas toucher ». Une expression quelque peu apeurée apparut alors sur le visage de la jeune femme.  Lorsqu’il s’en rendit compte, il ne put que s’excuser, de son attitude brute et agressive.

Maintenant, elle allait croire qu’il n’aimait pas être touché. Ce n’était pas vraiment le cas, juste que ce lieux le rendait trop mal à l’aise. Il était à deux doigts de se lever et d’inventer une excuse pour repartir, quand on lui proposa une coupe de vin.
Le liquide, qu’il but cul-sec lui fit du bien et l’incita à se détendre. Peut-être suffisait-il de prendre exemple sur Vaillant qui paraissait apprécier les coquineries de la blonde, à en juger par leur conversation.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Sam 20 Juil - 19:46

Chris l'avait entendue, mais le grand blond aussi.
- S'il s'en souvient...? Tu es déjà venu ici, petit cachotier ?! s'écria-t-il, hilare.
Et Taebryn s'en défendit.
- Les circonstances étaient alors bien différentes, insista-t-il, sans prendre la peine de répondre à sa question.

Il avait manifestement honte d'être déjà venu au Nid, quand bien même il n'avait pas daigné entrer. Se jugeait-il trop bien pour aller au bordel ? Dans ce cas, que faisait-il ici, avec ses regards indisposés ? Etait-il venu pour parler affaires avec les autres hommes, comme certains clients qui ne semblaient à même de négocier qu'avec une fille sur les genoux ?

Et puis il s'éloigna d'elle, sans un mot de plus, pour aller s'installer sur le canapé. Il lui avait bien jeté un regard, mais comment devait-elle l'interpréter ? Il n'avait pas donné l'impression d'avoir franchement envie de sa compagnie, et Chris, à laquelle cela n'avait pas échappé, se précipita à son côté. Mais elle se heurta aussi au rejet du Béarnais, et l'Outrîlienne ne parvint pas même à s'en réjouir.

Les paroles de l'homme l'avaient blessée, et face à ce client qui n'en était pas vraiment un, elle ne savait pas comment réagir. Elle décida finalement de s'abandonner à ses sentiments, à la sombre colère de l'orgueil blessé. Après tout, qu'avait-elle à perdre ? Une nuit bien rémunérée, mais c'était de toute façon mal engagé, avec cet original qui ne voulait pas qu'on le touche, l'autre là-bas qui ne faisait pas mine de bouger, et le dernier que chauffait déjà Myrtille.

Saisissant au vol l'une des flûtes d'alcool, elle vida son verre presqu'aussi vite que le Béarnais, et s'assit sans douceur à côté de lui, comme l'aurait fait une enfant mal élevée.
- Bien différentes, Messire ? persifla-t-elle à mi-voix avec un œil provocateur. Que regrettez-vous, au juste ? La nudité, les larmes ou... peut-être n'appréciez-vous que les femmes préalablement battues ?
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Sam 20 Juil - 20:15

Il n'eut guère à patienter. Une gamine arriva avec un plateau d'argent, piqueté de flûtes sophistiquées, et leur servit un espèce de vin chatoyant. Vaillant voulut lever son verre en direction de Sven, pour le narguer, mais faillit lâcher sa coupe aux paroles de Myrtille.

Eda ! Elle n'y allait pas par quatre chemins. Lui qui avait voulu faire le malin avec sa métaphore avait trouvé son maître, ou plutôt sa maîtresse. Mais il ne sentait mal à l'aise dans la position de l'élève. Déjà son corps, qui avait réagi au quart de tour, ne lui appartenait plus. Il éprouva le besoin de rétablir le contrôle.

Il détacha la main de la fille de son entrejambe et y déposa un baiser, pas franchement chaste mais déjà plus tempéré.
- Tout doux, ma jolie... ordonna-t-il en faisant remonter ses lèvres le long de son bras.
Il sourit, s'esclaffa en sentant se hérisser sa peau de blonde - et, à nouveau sûr de lui, reporta son attention sur son ami.

Encadré par ses deux brunes, il aurait dû paraître comblé, mais une certaine tension empoissait l'air. La fille aux yeux bridés lui murmurait des choses qu'il n'avait pas franchement l'air d'apprécier... Etait-elle en train de le sermonner, vautrée ainsi dans le canapé ? Voilà qui n'était pas banal !

- Des oiseaux, des oiseaux... Des oiseaux de proie, oui ! Un nid de rapaces ! s'écria-t-il en signe de solidarité, jouant l'indigné.
- Mesdames, avec un tel comportement, il va falloir nous convaincre de rester !
Et il murmura quelque chose à l'oreille de sa belle, avant de porter enfin son verre à ses lèvres.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Dim 21 Juil - 10:54

Le caractère des Outriliennes n’était pas qu’un mythe. Iris n’avait vraisemblablement pas apprécié l’échappatoire que le Béarnois avait trouvée. Il soupira, fatigué par toute cette mis en scène. Certes, il n’avait jamais mis les pieds dans un bordel, et il commençait sincèrement à s’en réjouir. Tous ces faux-semblants, cette séduction apparente, lui rappelait la cours de Castercelf en plus…dénudé ?

Vaillant lui, paraissait à l’aise avec sa blonde sur les genoux. Mais n’était-ce pas normal ? Noble de naissance, l’argent lui avait ouvert nombres de portes, celles des bordels y compris. Taebryn avait beau se répéter qu’il suffisait de calquer son attitude sur celui du blondinet, il n’y arrivait pas. Tout ceci était trop surfait et son attitude maussade et taciturne reprenait le dessus.

C'est alors qu'Iris s’installa à côté de lui sans aucune délicatesse. Voilà qui était bien étrange pour une courtisane. Peut-être se montrait-elle enfin sous son vrai jour ? Il était persuadé que la jeune femme avait un caractère bien trempé, et il ne put réprimer un sourire à l’idée qu’elle commençait enfin à le dévoiler. Sourire qui s’intensifia alors qu’elle lui murmurait des paroles qu’elle voulait certainement aussi dures que les siennes.

Cependant, dans le ton qu’elle y mettait, tout comme dans les mots, il l’a senti vexée et boudeuse.
La jeune femme avait du prendre pour elle, le ton revêche que Taebryn avait employé.
Amusé, il recomposa son visage avant de se pencher vers elle et de lui murmurer à l’oreille :

- Je regrette qu’une certaine jolie femme ne sache pas tenir sa langue…même si je dois avouer apprécier tes vêtements ce soir.

Plongeant un regard entendu dans le sien, il prit même la peine de caresser du bout de ses doigts la joue qu’il avait vue meurtri quelques semaines auparavant.
Puis, il prit possession de la coupe vide de la jeune femme et la remplaça par une pleine.

- Je dirais plutôt, de drôles d’oiseaux ! lâcha-t-il à l’attention de ses acolytes et il lui sembla qu’il avait retrouvé de sa bonne humeur.

Et comme il avançait sa coupe en direction du blond, pour trinquer avec lui, il ajouta :

- Nous sommes cependant mieux ici qu’à la taverne, je dois bien l’avouer…pas de serveuse opiniâtre, ni d’homme saoul empreint de méprise, ni de chien galeux…L’alcool est bon…et la vue aussi.

C’était une certitude, la petite colère de l’outrilienne l’avait revigoré et même sil était mal à l’aise dans un tel endroit, il était touché de voir qu’elle ne l’avait pas oublié et mieux, qu’elle pouvait être vexée d’être ainsi mise de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Lun 22 Juil - 11:14


Vaillant avait écarté la main baladeuse, mais ç'avait été pour mieux faire frissonner la blonde. Amusée, Myrtille se tint tranquille, se contentant d'appuyer de nouveau le poignet sur la cuisse de son client. Les courtisanes étaient payées au temps passé autant qu'à la variété des services, l'attitude de l'homme n'était donc que plus bénéfique pour elle.

Entre Iris et Chris se déroulait une bataille acharnée, inhabituelle de la part de l'outrîlienne qui ne choisissait d'ordinaire pas ses clients à la manière de la jeune brune. Taebryn semblait bien peu à l'aise, ne donnant la préférence à aucune des deux.

Soudain Vaillant sollicita la blonde, de quelques mots glissés à l'oreille qui la firent frissonner de plus belle. Un jeu collectif, lui suggérait-il pour détendre l'atmosphère, avant qu'il ne l'entraîne ailleurs pour profiter de ses talents artistiques.

Un sourire accueillit cette suggestion. Se tournant vers les autres occupants du canapé, Myrtille s'exclama joyeusement :

- Et si on s'amusait tous ensemble, au lieu de rester entre nous ? Tenez, "action ou vérité", ça vous tente ?

Sans attendre vraiment l'approbation générale, la blonde continua :

- Chris, action ou vérité ?

- Action, bien sûr,
se vanta l'intéressée.

- Très bien... je te défie d'embrasser Iris, alors !

Myrtille n'avait rien contre les deux brunes, mais leurs chamailleries ne paraissaient pas du goût des clients. Et puis, le spectacle de deux femmes enlacées ne laissaient jamais les hommes indifférents...
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Mar 23 Juil - 15:41



Embrasser Iris hein ? Même si l’idée de base n’enthousiasmait pas Chris, elle savait bien que les hommes appréciaient ce genre de comportement. Peut-être cela suffirait-il à dérider un peu le grand brun, bien que son attitude se soit grandement adoucie auprès d’Iris.

Ainsi ils se connaissaient. Chose étrange, la brune était sûre et certaine de ne jamais l’avoir vu ici. Où s’étaient-ils croisés dans ce cas ? Au château ? Alors le grand brun était définitivement un bon poisson à pêcher. C’est ce qui décida Chris à se battre un peu pour lui. Il était hors de question de laisser cette proie tomber dans les filets de l’outrilienne si facilement. Un peu de mystère l’exciterait peut-être d’avantage.

- Voilà un défi siiiiiiii simple, minauda-t-elle exprès pour porter sur les nerfs d’Iris.

Et elle décocha un regard de canaille à Taebryn, suivit d’un clin d’œil un peu plus appuyé. Comme l’homme était assis entre les deux jeunes femmes, elle décida de ne pas le contourner. Se penchant au dessus de ses genoux, sans le quitter du regard, elle glissa une main sur l’épaule d’Iris, caressant du bout des doigts la peau laiteuse de la jeune femme d’une main, posant l’autre sur le genou du béarnois.
Tel un félin, la grande brune s’avançait vers l’outrilienne, ses lèvres vermeilles fendant l’air avec grâce avant de venir se poser sur, beaucoup moins colorées de sa camarade.

D'un point de vu extérieur, cela devait être du meilleur spectacle pour ces messieurs, du moins, c'est ce qu'elle espéra. Alors qu'elle rompait le baiser, son premier regard fut pour Taebryn, afin de voir sa réaction.
A peine libre, celui ci reprit une coupe qu'il bu cul-sec. Aucune sourire béat ne trônait sur son visage, aussi, la jolie brune se demanda s'il avait réellement apprécié.
Il paraissait éviter son regard à présent. Peut-être était-il un grand timide? elle souhaita que non.
C'était a son tour à présent, et il lui parut évident que leurs trois clients n'étaient pas encore très chaud pour jouer à leur tour, hormis le client de Myrtille peut-être qui semblait plus chaud que les autres.

- Action ou vérité? lança-t-elle à Iris, avec un large sourire.

Et comme cette dernière lui répondait "vérité", elle passa sa langue sur ses lèvres avant de lancer la question qui lui brûlait la langue.

- Vous paraissez vous connaitre tous les deux, commença--t-elle en désignant du menton Iris et Taebryn. Comment vous êtes vous rencontré?

La question pouvait être anodine, mais plus elle regardait le béarnois, plus elle était persuadée que leur rencontre n'était pas liée au bordel. Elle s'assit en tailleur sur le sofa à côté du brun, dégustant à son tour une coupe de vin. Mais son air amusé était aux aguets de connaître l'histoire qu'ils s'évertuaient tous deux à vouloir cacher.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Mer 24 Juil - 0:33

- Des oiseaux, des oiseaux... Des oiseaux de proie, oui ! Un nid de rapaces ! s'indigna le blond.
Mais ses paroles féroces, curieusement, eurent un effet plutôt positif sur son camarade.
- Je regrette qu’une certaine jolie femme ne sache pas tenir sa langue… même si je dois avouer apprécier tes vêtements ce soir, avait-il murmuré à son oreille, soudain complice.

Sois belle et tais-toi, en somme. C'était ce que demandaient la plupart des clients, et elle n'avait pas à être surprise, même si elle avait cru pouvoir s'attendre à autre chose. Autant le prendre du bon côté : c'était un compliment ; c'était encourageant, et elle sourit lorsqu'il lui toucha la joue. La glace avait fondu, et elle reprenait l'avantage, songea-t-elle en acceptant une nouvelle coupe. Du bon alcool et "une belle vue" : voilà ce qu'il fallait apparemment pour le satisfaire.

L'Outrîlienne tâchait de masquer sa déception sous une façade amène lorsque Myrtille lança son jeu stupide. Iris soupira intérieurement. "Action ou vérité"... Les gens d'ici adoraient s'obliger mutuellement à faire et à dire ce qu'ils n'avaient pas envie de faire ou de dire. C'était à n'y rien comprendre...

Le premier défi lui fit grincer des dents, mais elle joua le jeu, peu désireuse de rester en retrait. Elle ne voulait pas passer pour la rabat-joie du groupe, et puis, embrasser Chris ne signifiait rien. Ni amour, ni affection, ni réconciliation, ni même gêne. Les filles du Nid avaient appris depuis longtemps à n'avoir plus aucune pudeur les unes envers les autres, physiquement parlant. Pour le reste, c'était autre chose, et l'Outrîlienne gardait la plupart du temps ses pensées bien cachées.

Le baiser terminé, elle lança un regard furtif au Béarnais. Il était pour ainsi dire le public désigné de la chose, bien que son ami n'ait pas semblé en perdre une miette. Lui tirait une terre d'enterrement, et se resservit derechef un nouveau verre. Si elle avait voulut alléger l’atmosphère, Myrtille avait sacrément raté son coup... mais déjà un nouveau défi faisait surface.

- Vérité, choisit l'Outrîlienne, soucieuse de limiter les dégâts.
Mais c'était sans compter la perfidie de Chris.
- Vous paraissez vous connaitre tous les deux. Comment vous êtes vous rencontré ?
Elle savait appuyer là où cela faisait mal.

Personnellement, Iris ne ressentait bien : elle n'avait pas de quoi avoir honte, si tant est qu'elle éprouve encore ce genre de sentiment. Certes elle avait essayé de cacher cette soirée à Châtiment, de peur des suites de l’affaire ; mais il ne s'était rien passé, et cela lui paraissait bien loin désormais.
Mais Taebryn sembla tenir à ce que cela reste secret. Pourquoi exactement ? Elle l'ignorait. Sans doute parce qu'il jugeait compromettant d'avoir eut affaire à une putain, et de l'avoir raccompagnée dans un endroit pareil. Mais alors, comment expliquer sa présence aujourd'hui ?

Elle aurait pu mentir, mais choisit simplement, lasse de ces conjectures, de dire la vérité.
- Nous nous sommes rencontrés au château. Je venais pour quelqu'un d'autre, précisa-t-elle. Cela s'est mal passé et...
Elle réalisa tout à coup qu'elle ignorait son nom. Ses yeux se troublèrent un instant, avant de retrouver leur neutralité parfaite.
- et il m'a protégée. Il ne s'est rien passé, si tu veux savoir, ajouta-t-elle d'un ton acerbe à l'attention de Chris.

Un silence s'installa. Lorsqu'elle crut devoir le briser, elle lança à son tour un défi au Béarnais, qui à son tour choisit la vérité.
- Avez-vous honte d'être ici ? lança-t-elle alors tout à trac - le fixant de ses deux yeux noirs, comme si de sa réponse allait dépendre la suite de la soirée, le reste de la nuit.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Jeu 1 Aoû - 22:33

Deux femmes qui s’embrassent, il ne pensait pas voir ça un jour. Pourtant, le nid semblait être le lieu de tous les plaisirs, mais aussi de toutes les étrangetés  et Taebryn se demanda si toutes les maisons closes offraient pareil spectacle.

La sensation qu’il éprouva à ce moment là était complexe. Les deux femmes dégageaient une sensualité incroyable alors que leurs lèvres se touchaient. Leurs mouvements étaient suaves et délicats et il du bien se l’avouer, il aurait bien aimé être à la place d’une des deux…non de Chris en fait.

Iris l’attirait irrémédiablement, bien qu’il fut incapable de dire pourquoi. Peut-être était-ce parce que la première fois que son regard s’était posé sur elle, son corps était meurtri ? Ce corps, qu’elle avait couvert ce soir, mais sous chaque pan de sa robe, il pouvait imaginer avec exactitude la couleur de sa peau, les minuscules aspérités qui la composait, de même que le galbe de sa poitrine et de ses fesses.

La courtisane lui faisait de l’effet, et le baiser qu’elle échangeait devant lui, ne pouvait que faire chauffer son sang. Pourtant, une forme de jalousie s’insinuait dans ses veines. Il avait beau se dire que ce n’était qu’un jeu pour les deux femmes, sa raison et son corps se disputait pour savoir quelle était la meilleure façon de réagir.

Au final, il bu rapidement sa coupe de vin avant de se servir à nouveau. Ce jeu stupide allait très certainement lui réserver bien des surprises.  Et la suite de la soirée le confirma.
Iris devait maintenant répondre à une question très simple. «  Comment s’étaient-ils rencontrés ? »

Quelques minutes auparavant, il avait demandé à la jeune femme de taire leur affinité. Aussi, il s’étonna qu’elle relate simplement les faits. Il grimaça quelques secondes, juste avant que Vaillant ne le tance à nouveau, comme si Taebryn était un chevalier servant au secours de la brune.
Il ne releva pas les paroles de son ami, persuadés qu’il ne pourrait rien ajouter de très crédible de toute façon.
Muet comme une carpe, il attendit la suite et se renfrogna encore plus lorsque l’outrilienne insista sur le fait qu’il ne s’était rien passé entre eux.

Vexé comme un pou, il constata amèrement que le baiser qu’elle lui avait donné, ne comptait pas à ses yeux. La courtisane s’était jouée de lui, prenant allègrement ce qu’elle souhaitait, à commencer par un baiser volé.
Le répit de sa tranquillité fut de courte durée, déjà le jeu arrivait jusqu'à lui. Hors de question de choisir « action », il ne tenait pas à embrasser Vaillant ou quiconque ici, juste pour un défi stupide.

- Avez-vous honte d'être ici ?

Et elle le regarda de ses yeux sombres. D'abords déstabilisé, il fit mine de s’asseoir plus confortablement sur le sofa, glissant un bras en appui sur le dossier.
- Non dit-il tout simplement avant d'ajouter. Juste mal à l'aise. Chez moi, lorsque l'on désire une femme on la séduit, on ne la paye pas.

Tout était dit. Peu habitué à ce genre d'endroit, il ne savait pas trop comment se comporter et embarquer une courtisane comme un objet lui semblait inapproprié. Il afficha un sourire en regardant Vaillant et posa la question fatidique : action ou vérité?
Et comme il pouvait s'y attendre, le blond choisit d'agir avec un air goguenard, mélange d'alcool et de bien-être.
Taebryn afficha alors un rictus carnassier et annonça sur un ton un tantinet ironique :

- Mon ami, à moins que tu ne désires m'embrasser, ce dont je doute fort, je te propose un défi un peu plus viril.

Il marqua un temps de pause, afin que Vaillant puisse se demander de quoi il s'agissait. Carrant les épaules, redressant la tête, il reprit :

- Offrons un spectacle à ces Dames, et gageons qu'elles offrent en retour une récompense au gagnant. Un bras de fer, nous deux. Le perdant retire sa chemise.

Si Taebryn était plus grand et plus massif que l'Artiseur, il ne doutait aucunement que ce dernier était également un valeureux combattant. L'alcool aidant, le jeu serait bon enfant et amuserait très certainement la galerie. Et puis, quel était l'intérêt du jeu, si on ne pouvait se lancer des défis? Ils auraient bien le temps de caresser et d'embrasser les femmes une fois dans l'intimité. Mais pour se sentir bien, ou du moins mieux, le Béarnois avait besoin maintenant d'un bain de testostérone en plus d'alcool.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Dim 11 Aoû - 21:11

Myrtille n'aurait pas pu mieux choisir son premier défi, et Vaillant resta un instant assommé par le spectacle. Passablement excité, il commençait à regretter d'avoir indirectement initié ce jeu, qui ne ferait que retarder l’accomplissement de son désir. Il savait toutefois que différer ce dernier pouvait décupler la jouissance, et attendit aussi patiemment que possible la suite de ce divertissement prometteur.

C'était sans compter l'Outrîlienne qui, bien moins loquace que les deux autres filles, les entraîna dans sa parlotte obscure. Son accent déformait ses mots et il dût faire un effort de réflexion (coûteux, en ces circonstances) pour comprendre. L'alcool rampant dans ses veines, ce ne fut pas l'épiphanie ; il ne fit pas le lien entre cette étrange révélation et le comportement de son ami, ce qui ne l'empêcha pas de rire de lui. Comme c'était héroïque ! Et comme c'était naïf ! Le Béarnais avait chastement joué les valeureux chevaliers, et la fille semblait le regretter. Bah ! Ce serait sans doute chose réglée d'ici le petit matin.

Leur barbante introspection se poursuivit et le jeune homme échangea un regard excédé avec sa blonde. Tous deux péchaient par excès de sérieux. N'étaient-ils pas ici pour s'amuser, et jouir de la vie fugace, plutôt que pour se torturer l'esprit ? A nouveau, Vaillant susurra quelques mots distraits à l'oreille de Myrtille, mais il ne put rester de marbre à la réponse de Taebryn.

- Chez moi, lorsque l'on désire une femme on la séduit, on ne la paie pas.

Le sot ! Non seulement une telle franchise était déplacée, mais le noble se sentit personnellement souffleté. Cela ne revenait-il pas à dire que les clients de ce genre d'établissement n'étaient pas capable de séduire une femme ? Qu'il n'était pas capable de séduire une femme ? C'était insulter sa virilité et méconnaître les complications de sa condition. Lui-même se persuadait de faire au bordel acte de moralité. N'était-ce pas mieux après tout que de séduire une pauvre fille, consumant son honneur et mettant en péril le sien propre, au cas où un bâtard viendrait à naître ?

Sa famille condamnerait l'un comme l'autre. Le seul choix qu'il avait était de prendre de femme et de lui faire bien sagement de beaux enfants roses. Pouvait-on seulement appeler ça un choix ? Il n'y était pas prêt et n'en avait certainement pas envie. Il avait d'autres choses en tête, à commencer par le Tournoi tout proche, sans parler de l'Art ou de Chalcède. Et il s'était épris de cette liberté qu'il avait trouvé en Cerf, loin de ses obligations familiales. Au bordel de Châtiment, il avait découvert les plaisirs les plus raffinés de la chair, et il ne regrettait pas les soupirs de protestations de filles de cuisine.

Mais Taebryn n'était finalement qu'un gueux et il n'entendait rien de tout cela. Il eut soudain honte de cet ami qui n'était certainement pas dans son élément, et avait le toupet de s'y croire supérieur. Savait-il seulement apprécier l'endroit, et la somme qu'il paierait, à sa juste valeur ? Ou était-ce tout juste "mieux qu'à la taverne" ? Cette taverne qui semblait lui manquer, puisqu'il proposait un vulgaire bras de fer. Un exercice viril au son de la harpe... Vaillant rit de dépit.

- Très bien, répondit-il, en retroussant sa manche droite.
Il poussa Myrtille sur le canapé et s'approcha de la table basse, où il planta son coude.
- Mais je propose une autre mise. Si je gagne... nous échangeons nos partenaires, poursuivit-il avec un sourire cruel.
- A moins que tu ne préfères aller chercher une autre fille dans la ferme d'à côté ?
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Jeu 29 Aoû - 21:35

Aie...Taebryn ne s'attendait pas à se genre de réaction. Il avait proposé une épreuve empreinte de franche camaraderie, pensant ainsi que les deux hommes pourraient épater un peu la galerie en montrant muscles et virilité. Vaillant était artiseur, certes, mais il était avant tout un solide combattant qui bénéficiait d'un apprentissage et d'une pratique régulière. L’inviter à démontrer ce talent lui avait parut opportun et il avait espéré que les femmes leur auraient rendu la pareille.

Pourtant, le ton que ce dernier employa dans sa réponse semblait indiquer qu'il était loin d'apprécier l'idée du Béarnois. Pire, sa dernière phrase suintait le mépris et la moquerie.

Après tout, dans Castercelf, Taebryn n’était qu’un domestique, un chaperon de Loinvoyant. Sa bonne entente avec Vaillant avait gommé leurs différences de statu, et jamais elle ne s’était autant ressenti.
Alors, le grand gaillard allait devoir agir comme tel. Quoiqu’il se passe, il ne devrait pas gagner ce bras de fer. Même si physiquement il pensait avoir ses chances. Jamais un noble n’accepterait de défaite en face d’un larbin.

Se souvenant de la surenchère du défis que Vaillant avait énoncé, il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil à Iris.
Il allait perdre la jolie jeune femme pour la nuit, tout ça parce qu’il avait sans le vouloir, provoqué un nobliau qu’il pensait être son ami.
Le regret et la rancœur au ventre, il lança un regard d’excuse à la courtisane, tandis que sa bouche exprimait une moue triste. Puis, il s’avança vers la table et retroussa sa manche, avant d’empoigner la main du blond avec fermeté, mais sans brusquerie. Retenir sa force n’allait pas être simple et ses talents d’acteurs allaient être mis à rude épreuve.

S'il avait gardé le silence et n'avait pas relevé les derniers mots de son "camarade", il prit enfin la parole pour demander à ses Dames de bien vouloir lancer le compte à rebours.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Dim 29 Déc - 18:33


Alarmée par la manière dont tournaient les choses, Myrtille mordit une lèvre rose. Ce qui au départ n'était qu'un jeu – un simple amusement dont elles régalaient souvent les clients venus en groupe ! – avait rapidement pris une tournure plus personnelle comme ses deux compagnes se chamaillaient. Du point de vue de la blonde, pourtant, l'homme ne valait certainement pas qu'on se batte pour lui. Le noble qu'elle avait dégoté était autrement plus intéressant, et paierait bien mieux !
Paierait bien mieux Iris, au train où allaient les évènements.

Nullement vexée par les propos du brun ténébreux – elle avait entendu tellement pire –, Myrtille avait senti son client s'échauffer, outré que l'on dénigre sa façon de prendre du bon temps. Et alors que Taebryn tentait de détendre l'atmosphère, à sa manière, l'autre n'avait que plus mal réagi encore... En moquant ouvertement celui qui semblait pourtant son ami, et en montant les enjeux du bras de fer. Bien que le brun paraisse plus costaud, quelque chose soufflait à Myrtille que ce serait le blond qui l'emporterait.

Elle ne pouvait pas laisser faire ça. Elle le devait, n'était-ce pas ? Les courtisanes se devaient d'accepter toutes les lubies des clients, tant qu'ils n'attentaient pas à leur sécurité. Mais non, ce serait alors écoper du gaillard dédaigneux, qui semblait regretter plus que tout d'avoir mis les pieds au Nid. Ce serait gâcher la soirée, en somme, qui s'annonçait pourtant prometteuse quelques instants plus tôt.

Alors, tandis que les deux hommes se mettaient debout et se faisaient face, Myrtille lança un regard inquiet à Chatim – elle n'allait sûrement pas apprécier –, puis se leva à son tour et se lança.

– Hola beaux seigneurs, qu'allez-vous faire là ? Nous sommes toutes à vous ce soir, susurra-t-elle, ne désirez-vous pas profiter de notre présence plutôt que de jouer entre vous ?

En minimisant leur brouille, Myrtille espérait clairement la voir disparaître, remplacée par d'autres pensées plus opportunes... Elle se rapprocha de Vaillant, le regard lascif, signifiant d'un coup d'oeil à ses compagnes de se comporter de même. Iris avait au moins autant d'intérêt qu'elle à stopper ce duel.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Ven 3 Jan - 21:32

Vaillant avait touché juste, si l'on en croyait le regard de regret que le Béarnais lança à l'Outrîlienne. Pourtant, Taebryn ne se défila pas. Il ne serait pas dit qu'il était l'ami d'un lâche, et la colère de Vaillant baissa d'un cran. A défaut de ses paroles, il n'avait rien à redire de l'attitude du Béarnais. Elle était noble, si lui ne l'était pas.

L'intervention de la blonde acheva de tempérer le Baugien.
- Hola beaux seigneurs, qu'allez-vous faire là ? s'interposa-t-elle. Nous sommes toutes à vous ce soir, ne désirez-vous pas profiter de notre présence plutôt que de jouer entre vous ?

Le jeune homme réfléchit un bref instant. L'épreuve de force n'était pas commencée, aussi pouvait-il sans déshonneur se retirer. Il relâcha lentement les jointures du Béarnais, s'assurant d'un regard de son consentement. Les épées étaient rangées, mais la messe n'était pas dite.

Il affecta de reporter son attention sur la fille.
- Tu as raison, ma belle. Ce serait un beau gâchis que cela.
D'un geste presque tendre, il replaça une boucle blonde derrière son oreille, effleurant au passage la courbe vaporeuse de sa poitrine.
- Et puis, je m'accommode mal des restes de Béarns.

Le mot, provocation explicite, s'accompagna d'un regard dédaigneux. Taebryn l'avait blessé par son mépris déplacé. Ce n'était pour lui qu'un juste retour de flamme.

- Mène-moi donc où je pourrai "profiter de ta présence"
lança-t-il à Myrtille.
Et il sourit, amer. Il était temps, sans s'attarder sur cette querelle puérile, d’entamer un jeu d'une autre sorte. Il aurait dû s'en réjouir, pourtant... il ne pouvait se départir d'un sentiment de contrariété.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 34

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Dim 5 Jan - 17:05

La tempête semblait passée. Alors qu'il s'apprêtait à engager ce jeu d'homme, la jolie blonde, préférée de Vaillant prit la parole, les incitant à délaisser cette épreuve pour la douceur des courtisanes.

Taebryn, qui regrettait déjà d'avoir contrarié son ami, donna son accord au jeune artiseur d'un oeil confiant.
Il le regarda ensuite donner de l'attention à la jeune femme et ne releva pas la pique qui lui était destinée.

Iris par contre, risquait de mal prendre ses paroles. Il était aisé de remarquer le caractère de feu de la jeune femme, ce caractère fort qui séduisait Taebryn. Elle était courtisane certes, mais pas soumise et il appréciait que même en vendant son corps, elle paraissait choisir à qui.

Le Béarnais se leva alors et s'inclina respectueusement, comme il avait l'habitude de le faire en présence de Glace Loinvoyant.

- Mesdames, j'espère que vous pardonnerez la grossièreté dont j'ai fait preuve. A l'évidence, je n'avais pas saisi l'honneur d'être en ces murs accompagné de vos présences.

Ses paroles valaient autant pour les filles que pour Vaillant, et il savait que le jeune homme le remarquerait, espérant que ceci adoucirait les moeurs. Toujours mal à l'aise, il hésitait sur la marche à suivre à présent. Suffisait-il simplement de choisir une fille et de "l'emporter" dans une des suites? Ou bien devait-on demander accord à Chatiment? La peste soit de ces maisons closes inexistantes en Béarn. Il était le pire novice de tous les temps.

Avec une simplicité presque timide, et sans ajouter un mot, il se tourna vers Iris, toujours assise et lui tendit simplement la main.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Jeu 30 Jan - 14:46


Satisfaite qu'enfin retentisse le doux tintement de la sonnette, la Maquerelle n'en garda pas moins une mine grave et digne. Elle savait qu'elle n'avait nul besoin de sourire pour attirer tous les regards masculins à elle. D'un oeil expert, elle jaugea les entrants.
Le blondinet de tête, elle l'avait déjà aperçu plusieurs fois au Nid. Et ce soir, il lui amenait deux nouveaux clients. Châtiment lui tendit alors de bonne grâce sa main à baiser – s'il voulait briller, elle lui en laisserait l'occasion ; après tout, cela profitait à son commerce. Se laisser flatter par un nobliau n'était rien comparé à certains sacrifices qu'elle avait dû faire.
Vaillant écarté, elle salua ses compagnons à distance. Un regard du côté de Sven lui apprit que ces messieurs ne portaient pas d'armes qu'il ait pu repérer, aussi se retira-t-elle légèrement pour laisser les charmes de ses Oiselles opérer.

Apparemment désoeuvrée, la Maquerelle surveillait pour autant attentivement tout son petit monde. Une fois n'était pas coutume, Iris et Chris se disputaient le même client. Elles savaient pourtant que s'ils se rendaient en ce lieu, c'était notamment pour avoir le choix... une leçon à leur rappeler, le lendemain.
Alors que les filles et deux des hommes allaient s'agglutiner sur de luxueux canapés, Douce s'approcha tranquillement de sa patronne, tenant la main du troisième. Visiblement peu à l'aise, l'officier marmonna qu'il ne voyait pas l'intérêt de jouer plus longtemps, et tendit son dû à Chatim. Une fois payée, elle lui indiqua la direction de l'escalier qui menait aux chambres. En voilà qui n'avait pas l'habitude des maisons de passe !

De nouveau, la maîtresse des lieux se tourna vers le restant de la compagnie. Les esprits s'étaient quelque peu échauffés, et les hommes semblaient sur le point d'entamer un bras de fer... un coup d'oeil à Sven lui apprit qu'il se tenait prêt à intervenir si les filles ou le mobilier se trouvait menacé. Mais alors Myrtille agit, calmant les esprits et reportant l'attention des clients sur les charmes de la maison. Chatim lui adressa un sourire qu'elle ne vit pas, se promettant toutefois de la valoriser au partage du lendemain. Ainsi fonctionnait le Nid, récompensant ses plus dignes éléments.

Par paires, les jeunes gens s'avançaient à présent vers la Maquerelle. Même si Vaillant était familier des lieux, il n'avait pas osé monter les escaliers sans sa permission, nota-t-elle, et se tournait à présent vers elle en quête de son approbation. Mais si elle savait qu'il paierait, elle était moins confiante en son compagnon à l'apparence ténébreuse.
Comme remarquant sa réticence, le blond fit un geste assuré en direction de Taebryn. La Maquerelle obtiendrait son dû à la fin de la soirée. N'ayant plus aucune objection, elle inclina légèrement la tête en leur direction, puis se tourna vers l'entrée : la sonnette venait de retentir de nouveau.
Revenir en haut Aller en bas
Iris
Cinq-Duchés
Prostituée
avatar

Messages : 129
Date d'inscription : 15/04/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: ex-prostituée Outrîlienne
Âge: 22 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   Dim 23 Fév - 17:18

- Chez moi, lorsque l'on désire une femme on la séduit, on ne la paye pas.
Les mots de Taebryn firent réfléchir Iris autant qu'ils blessèrent Vaillant. Elle retrouvait là le point de vue qui était le sien, avant... avant son embrigadement volontaire dans ce système inconcevable dans son pays natal. Oui : chez elle, c'était à l'homme de séduire la femme, de la convaincre de le prendre ; pas aux femmes de rivaliser de charmes pour s'attacher un homme, ou plutôt sa bourse. Mais, trouvant là la façon la plus confortable de vivre, elle avait renié ces principes depuis bien longtemps. Et, si elle comprenait la gêne et l'incompréhension du Béarnais, elle comprenait aussi l'indignation du Baugien. Les clients qui venaient ici, sûrs de leur bon droit, n'aimaient pas que l'on remette en cause le plaisir qu'ils payaient au prix fort.

Les choses prenaient une sale tournure, et elle lança un regard à Myrtille. Échanger de partenaires ? La blonde ne l'entendait pas de cette oreille. Iris connaissait ses critères de choix ; or, il était évident que le Baugien était le plus fortuné des trois. Elle s'en remettait, elle aussi, le plus souvent à la fortune : parce qu'elle voulait gravir les échelons du Nid et parce qu'elle n'avait pas de préférence pour coucher avec l'un plutôt qu'avec l'autre, lorsqu'elle n'avait vértitablement choisi aucun des deux. Elle n'était pas comme Chris qui semblait trouver, en plus d'un travail rémunéré, un agrément personnel.

Mais cette fois, c'était différent. Son ventre se serra lorsqu'elle entrevit la possibilité de finir avec Vaillant. Quelque chose ne lui plaisait pas chez cet homme, au-delà des airs bravaches, finalement assez immatures, dont il se parait. Elle voyait dans ses traits plaisants comme une cruauté cachée, qui sembla percer lorsque publiquement, il prit plaisir à humilier celui qui paraissait jusqu'alors être son ami. Et puis, sans dire qu'il lui plaisait, Taebryn ne la dérangeait pas - même si elle trouvait embarrassant de s'être déjà trouvée, nue et blessée devant lui. Il n'était pas comme les autres clients. Il n'avait pas l'air de la considérer, elle et les autres, comme son dû ou quelque pâtisserie qu'il ne tarderait pas à goûter.

Aussi l’œillade partagée avec Myrtille fut-elle concluante : les Oiselles s'accrochèrent mutuellement au bras guerrier de leurs aspirants, pour les détourner de ce duel stupide. Il lui sembla que Chris s'accrochait à l'autre bras de Taebryn, mais elle ne s'en formalisa pas : elle guettait la réaction de Vaillant. Qui semblait finalement plus porté sur l'amour que sur la guerre... Après une dernière pique, le Baugien se déclarait prêt à emporter Myrtille en privé. Taebryn s'aplatit, et l'Outrîlienne se demanda pourquoi il était si conciliant. Mais elle avait sa petite idée. Le Béarnais n'était manifestement pas venu ici de son propre chef ; il était évident que le Noble menait la petite troupe, et détenait sans doute les cordons de la bourse. Les services du Nid n'étaient pas donnés et les deux autres hommes avaient moins l'air de bourgeois que de militaires, dans leurs habits sévères.

Mais elle n'avait pas le temps de s'égarer en conjectures : Taebryn lui tendait la main et elle la saisit sans tarder, soulagée. C'était à son tour, à présent, de le guider. L'attitude de Châtiment confirma ses soupçons, mais elle fit mine de ne rien remarquer. Au moins le Baugien tenait-il ses promesses, et elle le méprisa un peu moins lorsqu'il les précéda dans l'escalier, pour disparaître, avec force gloussements partagés, derrière la porte de l'une des chambres luxueuses.


[SUITE DU RP : Seconde fois]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le Nid aux Oiseaux [Aout 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Quel accueil de la part des oiseaux! (libre)
» Les oiseaux
» 25. Meilleur Topic Depuis Aout
» disparition des oiseaux!
» Monday Nigh RAW - 9 aout 2010 (Résultats)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Bourg de Castelcerf :: Commerces et habitations
-