AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 De l'alcool et des femmes [Aout 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Mer 19 Déc - 20:02

Il n’était pas aisé d’être chaperon, comme il n’était pas aisé d’être les yeux et oreilles du Duc dans cette forteresse. Soupirant, las, Taebryn enfila sa cape pour sortir.
Depuis qu’ils étaient arrivés à Castercelf, Acuité s’était arrangée pour lui en faire voir de toutes les couleurs et il avait l’impression qu’elle passait son temps à chercher toutes les misères qu’elle pourrait lui offrir.
Bien sûr, extérieurement en tant que bon valet, il ne pouvait qu’acquiescer et affirmer tout ce qu’elle disait ou faisait, mais intérieurement, il rêvait de la remettre à sa place. Son attitude n’avait rien d’une duchesse en devenir.
Elle qui était si sage et bien élevée en Béarn, semblait se transformer en adolescente capricieuse et maussade en Cerf. C’était à n’y rien comprendre, et Taebryn était fatigué, d’essayer de le faire.
Heureusement pour lui, il avait rencontré ici un jeune homme au bon caractère, avec qui il aimait à échanger ou boire un verre, et ce soir était un de ses soirs, où l’alcool les aiderait peut-être à mieux appréhender leur lendemain.
Il passa les gardes qu’il salua d’un signe de la tête et se dirigea vers le bourg. Ils devaient se retrouver à la taverne dont il avait oublié le nom d’ailleurs, mais peu importe, il la retrouverait bien.

Dans les ruelles un peu boueuses par endroits, on entendait le chant et les rires des badauds déjà bien imbibés. Parfois aussi, celui plus cristallin des filles de joies et il ne pu s’empêcher de penser à la douce apparition qu’il avait rencontré il y avait déjà quelques temps. Il ignorait son nom mais se souvenait de son odeur et du goût de ses lèvres, et cela lui suffisait.
Enfin, au croisement de la rue, il aperçu le lieu qu’il cherchait et ouvrit la porte en bois, passant de l’obscurité fraîche de la nuit, à la chaleur alcoolisé de la taverne.
Vaillant était seul, sirotant une chope attablé dans un coin de la pièce. Taebryn ne pu réprimer un sourire. Visiblement, son acolyte avait prit de l’avance sur lui. Il avait été convié bien plus tôt, mais le Béarnois, n’avait jamais été doué dans les groupes, préférant l’intimité et la solitude aux grandes effusions de troupeau.
D’autant plus ravi que les convives de Vaillant s’en étaient allé, il s’avança vers le jeune homme tout en dégrafant sa cape qu’il jeta nonchalamment sur le dossier de la chaise à côté de celle sur laquelle il s’assit. Il envoya une claque sur l’épaule du nobliau.

- Hé là !!, le salua-t-il. Je vois que tu ne m’a pas attendu !

Et sur ses paroles, il fit signe à la serveuse de lui porter la même chose que son comparse. La nuit était belle, et bonne serait la bière ce soir.


Dernière édition par Taebryn Ruderacine le Dim 30 Déc - 22:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Lun 24 Déc - 1:08

La tête lourde et l'esprit léger, Vaillant se tenait là, immobile, tripotant d'un air distrait la poignée de sa chope. Les yeux dans le vague et un léger sourire aux lèvres, il ne pensait à rien, savourant seulement la chaleur enveloppante du lieu, l'éclat orangé de la lumière. Il n'avait aucune idée du temps qui s'était écoulé depuis que ses trois compères l'avaient quitté. Mais quelle importance ? Demain, il s'accordait un jour de repos ; pour la seule fois de la semaine, il n'irait pas à l'entraînement.

Il s'était exercé sans relâche depuis l'annonce du Tournoi en vue de l'épreuve d'épée, à laquelle il comptait bien briller. Ses muscles n'étaient plus endoloris, seulement fatigués, et l'alcool coulait dans son sang avec une fluidité ravageuse. Il se sentait bien, et ses sens étaient déjà émoussés à ce point qu'il ne vit pasTaebryn arriver, jusqu'à ce qu'une claque amicale le tire de ses songes vides.

Il sourit et concentra son attention sur son ami.
- Eh bien ! Tu as pris ton temps ! s'exclama-t-il, joyeux, la voix un peu rauque.
Il s'écarta légèrement pour laisser la place au Béarnais, dont la carrure était pour le moins encombrante, mit deux doigts dans sa bouche et siffla bruyamment ; il n'avait pas remarqué que Taebryn avait déjà fait mine de commander.

Rose, la serveuse qui méritait bien son nom, posa sur la table deux chopes débordantes de bière ambrée ; elle était assez jolie malgré sa trentaine bien passée. Vaillant lui fit un clin d’œil, plus par habitude qu'autre chose, et porta le breuvage à ses lèvres, semblant oublier qu'il n'avait pas terminé le précédent.
- Tu vas voir, la bière est extra ici...!
C'était la première fois qu'il y venait avec Taebryn ; l'endroit était agréable, cosy, bourgeois presque. Une bonne petite auberge presque respectable qui tournait bien, rien à voir avec les tavernes du port où ils étaient allés les fois précédentes. Bourg de Castelcerf avait la ressource nécessaire pour des changements fréquents.

Vaillant lapa sa bière, une fois, deux fois, sa pomme d’Adam suivant le mouvement. La moustache de mousse qui resta sur sa lèvre lorsqu'il reposa sa chope lui donna l'air très jeune. Jeune, il l'était finalement, malgré son corps d'homme fait, et la malice pétillait dans ses yeux lorsqu'il questionna le Béarnais d'un air faussement sérieux :
- Dites-moi, mon ami, avez-vous toujours été solitaire ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Mer 26 Déc - 19:43

La question du jeune homme faillit lui faire recracher la gorgée qu’il était entrain d’avaler. Non pas que les paroles étaient dures, mais parce qu’elle arrivait comme une brique dans un miroir : sans prévenir. Et bien, il ne s’attendait pas à ce que Vaillant soit si prompt à dire ce qu’il pensait. Aussi, Taebryn lui répondit avec autant de franchise.

- La solitude hein ? Il est difficile de se faire des amis, voire même une vie, lorsque l’on doit se comporter comme l’ombre de vous savez qui. Sa naissance à causé la mort de ma propre vie. Pouvons-nous boire jusqu’à en avoir la tête à l’envers, quand aux aurores du lendemain il faut accompagner Ma Dame à son cours d’équitation, de chant ou encore d’arc ??? Non Monsieur, je vous le dis ! Et cette donzelle ne me facilite pas la tâche je puis l’assurer !

Sur ses paroles, il finit sa chope cul-sec, et demanda à la serveuse de lui en rapporter une, non deux, pour lui et son ami. Il la remercia d’un clin d’œil et d’une pièce de cuivre en pourboire en sus de ce qu’ils commençaient à devoir au tavernier. Il soupira un grand coup, et s’appuya plus nonchalamment sur sa chaise. Cela faisait du bien, de se sentir un tout petit peu libre. Plus de Duc, plus de jeune duchesse, seulement lui. Enfin, lui, la bière et son nouvel ami.

Il devait faire de cette soirée un évènement mémorable. Un moment unique qu’il n’oublierait pas de sitôt, afin de se le remémorer lorsque la jeune blonde lui en ferait voir de toutes les couleurs. Par les couilles d’El, plus le temps passait, plus il avait l’impression qu’elle prenait plaisir à le faire tourner en bourrique ! Très souvent il l’imaginait, recluse dans sa chambre, élaborant des plans plus ou moins tordus pour lui pourrir la vie. Il devait se la sortir de la tête !

- Et vous ! Vous avez l’air d’avoir foule d’amis par ici. La vie à l’air facile pour un nobliau armée d’une belle gueule !

Et pour mieux le taquiner, il lui donna quelques coups de coude amicaux dans les côtes avec un sourire moqueur. Comme il se sentait bien dans l’ambiance doucement réchauffée de la taverne, et surtout, comme il était agréable d’agir pour sois.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Ven 28 Déc - 16:23

Vaillant médita un instant les paroles de Taebryn. Un peu ralenti, il n'avait pas compris, d'abord, qui était ce "vous savez qui" dont il se plaignait. Et puis les choses étaient devenues très claires, et à la fois surprenantes, pour lui qui n'avait jamais réfléchi à ce que pouvait être la vie de domestique. Consentir à une telle servitude lui paraissait complètement absurde, à lui qui était né avec une cuillère d'argent dans la bouche. Pourtant il ne lui serait jamais venu à l'esprit de remettre en cause cet état des choses ; il découvrait seulement le point de vue de la valetaille qu'il n'avait point pour habitude de fréquenter.

Il avait d'ordinaire un certain dédain pour les gens du commun, et son amitié récente avec Taebryn n'était en quelque sorte que l'exception qui confirme la règle. Les mots du valet était durs envers sa maîtresse, la petite duchesse de Béarns, et c'est précisément cette insolence qui avait d'abord accroché son attention : il n'avait pas affaire à un larbin comme les autres - peut-être même à quelqu'un qu'il serait intéressant de connaître. Et cette soirée en tête-à-tête semblait idéale pour ce faire, au-delà des joyeuses beuveries ordinaires... mais cela n'était sans doute pas l'avis du Béarnais, qui venait de vider sa chope avec une remarquable célérité. En deux temps trois mouvements, sans laisser à Vaillant la chance de protester (il se retrouvait à présent avec trois litres devant lui), il avait commandé une nouvelle tournée et répliquait :
- Et vous ! Vous avez l’air d’avoir foule d’amis par ici. La vie à l’air facile pour un nobliau armée d’une belle gueule !

Donnant un coup de pied dans la chaise du Béarnais pour se défendre de ses attaques, Vaillant s'esclaffa et répondit, l'air assez content de lui :
- Ma foi, oui... je ne me plains pas.
Il ne se serait pas reconnu une "foule d'amis" (au contraire il peinait quelque peu pour trouver une compagnie digne de lui et point trop morne), mais la vie était douce, ça oui. Il n'y avait guère que ses cours d'Art et ses séances d'entraînements qui lui demandaient des efforts, mais des efforts excitants dont il se serait volontiers accablé davantage. En vérité la vie était trop douce et trop facile, et il aspirait à de plus nobles aventures... Pour beaucoup menaçante, l'ombre de la guerre en Chalcède brillait pour lui avec l'éclat de la Gloire future, et il espérait bien en être, comme Épée ou comme Artiseur.

- D'autant qu'il est plus facile de profiter de ma "belle gueule", comme tu dis, ici qu'en Bauge, si tu vois ce que je veux dire... ajouta-t-il avec un sourire canaille.
Il n'allait pas se mettre à parler de la bigoterie de sa mère et de l'honneur de la famille, ils n'étaient pas assez intimes, mais force était de constater qu'il était à Castelcerf plus libre qu'il ne l'avait jamais été. Noble sans obligations de noblesse, il avait en quelque sorte le beurre et l'argent du beurre...
- J'imagine que toi aussi tu dois te la couler plus douce ici qu'en Béarns, chez l'autre grincheux... à moins qu'Acuité ne soit si tyrannique que ça ? insinua-t-il avec un petit air provocateur.

Il se plaisait à imaginer la gamine martyriser le géant.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Sam 29 Déc - 11:30

Ce soir là j'étais un mission diplomatique pour mon propre compte. Concrètement m'étant informé sur les manies de Vaillant, je le cherchais dans les différents établissements de la ville.

Des soldats m'avaient indiqués les auberges les plus respectables où j'avais donc le plus de chance de le trouver. Pour une fois mes confères me rendaient un service autre que cogner comme des sourds sur les lignes ennemies. Comme quoi il ne faut jamais désespérer.

Hélas je n'avais pas tellement l'habitude de ce genre d'endroit. Je trouvais plus intéressant de passer sa soirée à lire les réflexions de nos sages que d'écouter les vantardises et autres grossièretés des soulards.

Comme lorsque l'occasion se présentait je ne portais pas mon uniforme, mais un ensemble marron. Je m'étais tout de même attifé de ma queue de guerrier par réflexe.

La chance me sourit car au deuxième établissement j'aperçus Vaillant. Je l'avais déjà identifé auparavant.

Il était accompagné d'un homme dont la carrure et l'attitude indiquaient un homme d'arme. Son visage m'était vaguement familier. Sans doute un résidant de Castelcerf. Je n'y étais pas depuis assez longtemp pour pouvoir mettre un nom sur cette personne.

En tous cas il ne faisait pas partit de la garnison régulière du chateau.

De toute manière ce n'était pas lui qui m'intéressait.

Je pris à contrecoeur une bière afin de mieux me fondre dans la masse et m'approchais subrepticement du duo.

"Excusez-moi." Dis-je en passant. "Vous avez l'accent de l'intérieur. Vous ne seriez pas de Bauge par hasard ? Moi je viens de Gué-en-Négoce."

J'ajoutais à ma prestation un air amusé et amical en espérant que cela suffise à me faire inviter à leur table.

Heureusement les gens n'étaient pas très regardant sur les prétextes pour se souler en groupe.

Donc cela pouvait fonctionner.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Dim 30 Déc - 23:12

La conversation avait prit un bon ton. Les deux hommes parlaient assez librement et Vaillant, peut-être parce qu’il était plus jeune, ramena vite le sujet aux femmes. Son sourire était de ceux ayant la conquête facile, et à en croire ses paroles, il était aisé pour lui de trouver bonheur dans le lit des femmes ici, en Cerf.

Taebryn ne put que sourire devant cette jeunesse si avide de profiter des plaisirs de la chair. Lui n’avait jamais connu cela. Peut-être parceque l’éducation que lui avait donné le Duc, n’impliquait pas ce genre « d’amusement ». La tentation de la chair, bien sûr qu’il l’avait éprouvé, tout comme il l’avait déjà assouvi, toutefois, il n’avait jamais usé de cela comme d’un amusement.
La dernière tentation à l’œuvre portait les cheveux longs et noir, un regard en amande aux traits outriliens…

Mais il n’eut pas le temps d’y songer à nouveau, car Vaillant continuait son bavardage. La question qu’il lui posa le fit sourire. Il ne releva pas l’appellation du Duc comme d’un grincheux. Tous savaient que Glace Loinvoyant ne jouissait pas d’une réputation très aimable. Il éclata d’un rire franc en imaginant Acuité en tyran.

- Non non, commença-t-il, même si elle n’a pas toujours été ce qu’elle est devenu aujourd’hui, Acuité n’est en rien un tyran. Elle passe son temps à essayer de m’éviter figure toi. Je suis un chaperon éconduit, triste affaire n’est-ce-pas ? Et je ne peux la suivre partout, je suis un homme, j’ai également des besoins et je ne puis camper devant sa porte nuits et jours.

D’ailleurs, ceci avait le don de l’agacer. Comme elle lui échappait de mieux en mieux depuis le début de son adolescence, c’est à lui qu’on venait demander des comptes. A lui seul, toujours responsable de la sécurité de la petite protégée du Béarns. S’en souciait-elle ? Aucunement.

Il reprit une gorgée de sa pinte sans se démunir de son sourire. Depuis quand n’avait-il pas autant sourit ? Il bu encore et sursauta presque lorsqu’un homme, assez jeune s’avança vers eux pour ne s’adresser qu’à Vaillant. Voilà qui était fort inhabituel et fort malpoli songea-t-il.

Toutefois, comme on ne s’adressait pas à lui, il laissa le nobliau répondre et se concentra sur sa boisson l'ouïe alerte, avant que son regard ne se perde quelques instants sur le corset de Rose.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Lun 31 Déc - 17:35

Les yeux plissés par le plaisir et l'attention, Vaillant engloutit une nouvelle gorgée de bière tandis que Taebryn parlait. Le pauvre. Il avait l'air sincèrement déchiré par sa tâche, et presque convaincu de son échec. Le jeune homme reposa vivement sa chope et déclara d'un ton léger :
- Ton arrière-grand-père n'était pas encore né que les pucelles échappaient déjà à leur chaperon ! A quoi serviraient-ils, sinon ? N'y vois rien de personnel...

Son sourire s'élargit.
- Et estime-toi heureux ! Il ne me semble pas qu'Acuité soit particulièrement indisciplinée...
Il se pencha sur la table comme pour lui révéler un secret de la plus haute importance.
- Accroche-toi bien, je dirais même qu'aucun godelureau ne lui tourne autour ! C'est étonnant, quand on y pense... A cause de son caractère glacial, tu penses, ou de ses petits s...

Il était en train de se demander s'il n'allait pas trop loin (mais ne souhaitait-il pas finalement tirer l'homme de sa traditionnelle réserve ?) lorsqu'un inconnu les interrompit :
- Excusez-moi. Vous avez l'accent de l'intérieur. Vous ne seriez pas de Bauge par hasard ? Moi je viens de Gué-en-Négoce.

Pas plus que Taebryn auparavant, dans sa joyeuse ébriété, Vaillant ne l'avait entendu arriver, et il détailla Ortwin de la tête au pied. Son visage blond juvénile ne lui disait rien.
- Ça s'entend tant que ça ? répondit-il, l'air mécontent.
Ce n'est pas qu'il avait honte de sa contrée natale (Vaillant n'avait pas honte de grand chose), mais il s'était fait une fierté de passer inaperçu en Cerf, s'exerçant à faire disparaître toute trace de son accent. Il faut croire qu'il n'avait pas si bien réussi que ça.

- Et bien oui, je suis Baugien, reconnut-il, et de Gué-de-Négoce aussi... camarade...
Il avait prononcé ce dernier mot avec une certaine ironie, entre moquerie et complicité, semblant se demander s'il allait ou non inclure l'individu dans le groupe - ou plutôt dans leur tête à tête, qui lui plaisait bien comme il était. Le jeune homme se tenait devant eux avec sa chope et un intérêt manifeste pour sa personne ; il était assez évident qu'il souhaitait se joindre à eux. Avoir le pouvoir d'en décider flattait Vaillant, et il en jouit le temps d'un silence gênant, avant de propulser d'un coup de pied une chaise dans la direction du nouveau venu.

- Eh bien, asseyez-vous donc, camarade ! Mon ami que voilà a commandé plus de bière que je n'en pourrais boire sans rouler dans le caniveau ; il compte sans doute me détrousser ou abuser de moi avant la fin de la soirée. Mais regardez-le !
Le sourire de Vaillant étincela alors qu'il reportait son attention sur le Béarnais.
- Le coquin est parti se promener dans les montagnes ! Des "besoins d'homme", hein, Taebryn !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Jeu 3 Jan - 19:17

Décidemment l'alcool résolvait pas mal de problème notament dans le cas présent les barrières sociales.

Vaillant ne se fit pas prier pour m'inviter.

"Merci de me prendre à votre table." Dis-je en souriant comme si l'ivrognerie était une activité plaisante à mes yeux.

Je poussais même un petit rire en l'honneur de la plaisanterie grivoise. Difficile de faire plus d'effort.

Il était clair que l'objet de mon intention ne manifestait pas une grande méfiance. Par contre j'ignorais tout de son convive. Toutefois son attitude révélait qu'il demeurait tout de même en alerte comme un véritable professionnel.

Il ne pouvait pas s'agir de son garde du corps. Jamais il se serait permis une telle familiarité avec son employeur.

Un autre noble ? Non il n'en avait pas les atours. Je décidais d'en avoir le coeur net. Afin d'éviter une maladresse quelconque plus tard.

"Mais je ne me suis pas présenté. Je suis Ortwin Malvoisin, officier dans l'armée royal." Ajoutais-je incitant les deux autres à m'imiter.

Intérieurement je me remis en mémoire la lettre de mon frère au sujet de Vaillant.

Il s'agissait d'un noble très en vue et particulièrement doué pour le combat.

Marcus n'en savait pas plus long. Il s'occupait plus des livres de compte que des ragots. Il fallait bien que la roture travaille tandis que la noblesse s'amuse.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Jeu 24 Jan - 19:01

Aucun godelureau autours de sa jeune maitresse hein ? Ce n’était pas ce qui l’inquiétait. Toute la jeunesse cervienne frissonnait à l’idée d’approcher la fille de Glace Loinvoyant. Tous craignaient le regard du Duc.
Non, ce qui le perturbait était clairement la scène qui s’était déroulée sous ses yeux lors du cours de tir à l’arc. Le regard qu’elle portait sur lui n’était pas dénué d’intérêt. Il ne faudrait pas que ce dernier en profite. Mais il avait le temps de démêler tous ces sentiments. Acuité était jeune, naïve mais pas stupide. Elle ne se laisserait pas abuser par un homme quel qu’il soit. Et puis…s’il la blessait d’une quelconque façon, le gardien agirait.

Distraitement, le Béarnois écoutait la discussion entre les deux blonds. Alors comme ça, lui aussi venait de Bauge….et il était officier dans l’armée de Vainqueur. L’air de rien, il buvait les mots et les intonations, cherchant les mensonges cachés dans ce dialogue courtois, alors que ses yeux admiraient la jolie serveuse. Ce corset attirait la pupille, comme pour aider le client à rester et à consommer. Malin.

Il réprima un sourire mais ne dit rien, lorsque Vaillant plaisanta sur l’alcool et l’abus de sa personne. Quel humour, vraiment. Comme ce dernier avait invité l’officier à se joindre à eux, il fut bien obligé de se présenter à son tour même si cela ne l’enchantait guère.

- Taebryn Ruderacine, chaperon d’Acuité Loinvoyant, annonça-t-elle sans aucune amabilité surfaite.

Et accessoirement, espion envoyé en Cerf par le duc Glace Loinvoyant, songea-t-il.

Il bu une nouvelle gorgée de bière. Etre sociable n’était pas son fort et de toute façon, il ne cherchait pas à se faire des amis. Vaillant suffisait amplement pour s’assurer de l’amusement durant sa mission. Ses paroles en étaient la preuve. Alors pour entrer dans son jeu, il ajouta :

- Comment résister à cette poitrine charitablement offerte à nos yeux ?

Car il s’agissait juste de se rincer l’œil. Jamais il n’aurait imaginé aller au-delà. L’appel de la chair….une activité barbare à ses yeux.
Mais pour se fondre dans la masse, il arbora un sourire coquin au coin de ses lèvres avant de trinquer avec son jeune ami et de tendre sa chope vers le nouveau venu, pour ne pas avoir l’impolitesse de le laisser de côté.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Jeu 24 Jan - 20:08

L'inconnu ne se fit pas prier pour se joindre à eux, et attaqua les présentations. Lassé de ces convenances de château, Vaillant sentit toutefois s'allumer en lui une lueur d'intérêt : officier dans l'armée royale ?
L'homme semblait en bonne forme physique certes, mais il ne l'aurait pas deviné à son aspect. Il faut dire qu'à côté de Taebryn, n'importe qui avait l'air gringalet.

Un officier, donc. Peut-être ne serait-il pas si inintéressant, finalement. Peut-être même était-il trop intéressant : Vaillant, qui ambitionnait de faire carrière dans les armes, sentit monter en lui une pointe d'envie. Un indigne petit sentiment de jalousie qu'il s'efforça de jeter au loin, sans pouvoir balayer un certain agacement.
- Enchanté, grinça-t-il avec une évidente mauvaise volonté.

- Moi, je suis Vaillant. Voilà, tout est dit, lâcha-t-il avec un sourire crâne, usant et abusant du jeu de mot que le baptême lui permettait.
Il aurait pu préciser qu'il était - quoi, au juste ? - Artiseur, mais une telle confession lui paraissait trop intime. Et puis, si glorieuse soit la magie de l'esprit, elle ne pouvait rivaliser, en termes de virilité, avec la sueur, le sang et la poussière. Le jeune gars avait sans doute déjà tâté du champ de bataille, tandis que lui passait ses journées à se concentrer sur une bougie...

Le peu d'enthousiasme que manifesta Taebryn lui réchauffa le cœur. Bien décidé à laisser ces mesquineries derrière lui, il mit les pieds sur la table et s'imbiba tout entier du comique de la situation. Il n'allait pas faire une énième blague grasse sur le patronyme de son ami, bien que la situation était bien choisie. Il était déjà suffisamment drôle de voir le colosse se présenter comme le "chaperon" d'une jeune dame. Voilà qui n'était pas très viril non plus, dans son genre ! Il s'esclaffa.

Un peu plus loin, Rose le fusilla du regard. L'effet sans doute de sa tenue, pourtant ses bottes étaient impeccables. Replaçant docilement ses jambes sous la table, il porta sa chope à ses lèvres, donna un gros coup de coude au Béarnais et philosopha :
- Les yeux, c'est bien, mais ça n'est pas assez !

Ils trinquèrent, renversant la moitié du breuvage. Vaillant , lui, était intarissable.
- Mais plus que ça, désolé mon vieux, c'est pas le style de la maison ! Crois-moi, j'ai testé pour toi.
Il omit de préciser la manière dont Rose l'avait tancé en le sommant de retourner chez sa mère. Ce seul souvenir le fit frémir d'effroi. D'ailleurs, par Eda ! Il allait de ce pas remettre ses foutues bottes sur la table !

- Cela dit, poursuivit-il à son aise, il y a pas loin d'ici un endroit très bien pour ça. Très chic. La crème de la crème, si je puis me permettre !
Il détailla le soldat de la tête aux pieds et poursuivit avec un sourire carnassier :
- Mais pas sûr qu'elles vous laissent entrer, Ortwin. Avec toutes ces sales maladies qui traînent dans l'armée...

C'était bas, mais il aimait ça.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Mar 29 Jan - 10:39

Le grand costaud se présenta juste pour la forme. Il ne manifestait aucun intérêt au sujet de ma présence. D'ailleurs c'était réciproque.

En tous cas Taebyrn devait être un combattant d'exception pour qu'on lui attribue cette tâche d'importance.

Mais les guerriers j'avais déjà donné. Je visais plus haut, chez ceux qui les commandait comme Vaillant.

Ce dernier en guise de présentation se contenta de son simple nom comme s'il suffisait.

Il n'avait pas tort dans certain coté. Chez les nobles que se soit leur fonction ou leur forturne tout cela provenait de leur nom de famille, et non de leurs capacités.

Vaillant toujours aussi arrogant m'envoya même une petite pique.

Je ne pense pas qu'il se trouvait de l'animosité là dedans, juste le plaisir d'écraser la roture.

Et moi qui pensait le flatter. Il ne me rendait pas la tâche facile. Et puis accepter cette remarque sans rien dire, c'était inciter Vaillant à poursuivre dans cette voie.

Que faire ? Le prendre avec humour ? Je reconnais que ce domaine n'était pas mon fort.

Pendant que Sire Vaillant dans sa jeunesse s'amusait avec sa cours, moi je devais encaisser les armes émoussées d'hommes à la corpulence double de la mienne. Alors naturellement...

Je pris donc une autre direction.

D'une voix harassé comprenant également une pointe indignation, je m'adressais à Vaillant :
"Je ne suis pas un mercenaire Chalcédien ou un pirate outrilien qui pille et viole. Moi je suis dans l'armée cervienne."

Cela pouvait paraitre grandiloquent mais au moins peut-être que cela permettrait d'attirer l'attention au détriment des appats de la serveuse.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Ven 1 Fév - 17:39

Bon, Vaillant venait de refroidir le peu d’ardeur que le géant avait éprouvé pour la serveuse. Il lui jeta un dernier coup d’œil et se rendit effectivement compte qu’elle ne paraissait pas spécialement intéressée par leur groupe, ni même par lui. Pire, l’expression qu’elle afficha à son intention lui fit presque froid dans le dos.

Il bu d’avantage, comme pour faire disparaître cette sensation désagréable. Vaillant parla alors d’un autre endroit. Un bordel très certainement. Taebryn n’était pas habitué de ce genre d’endroit, ces lieux où l’on vendait les femmes, l’amour et le sexe en un seul mélange dégoûtant.

Par Eda…pourquoi payer ce que l’on pouvait avoir gratuitement avec une chambrière ou une serveuse ??? La noblesse avait décidément des mœurs un peu excentriques.

Pourtant plus l’alcool courrait dans ses veines, et moins l’idée commençait à lui déplaire. Après tout, pourquoi pas ?

Mais c’est la pique qu’il envoya à l’officier qui le mit définitivement d’accord. Si le freluquet les accompagnait, il y aurait de quoi rire.
Au diable les femmes, l’alcool leur permettrait dans tous les cas de passer une bonne soirée, loin du château, loin d’Acuité et surtout bien au chaud, emmitouflés dans ce nuage vaporeux propre à l’ivresse.

La réponse de l’officier ne se fit pas attendre et Taebryn manqua de recracher sa gorgée.
Avec un grand « ah » enthousiaste il envoya une claque dans le dos du blondinet, comme pour le féliciter de ce qu’il venait d’envoyer à son ami. Il fit un clin d’œil à ce dernier avant d’éclater d’un rire sonore qui lui attira à nouveau les foudres du regard de Rose.

Entre le bruit, l’alcool renversé et les bottes sur la table, ils n’allaient pas tarder à se faire sortir par la jolie femme ou bien à provoquer une bagarre.

- Je ne suis pas persuadé que tous les membres de l’Armée de Cerf soient si propres, mais si vous le dites Malvoisin ! lâcha-t-il subitement.

Il pensait bien évidemment à une personne qu’il souhaiterais bien voir couvert de pustules, herpès et autres joies des maladies sexuellement transmissibles. Peut-être que si son faciès se couvraient subitement de toutes ses horreurs, sa protégée cesserait de lui courir après.
Après une grimace instinctivement affichée suite à cette pensée, il reprit.

- Venez donc avec nous, et laissons les catins en juger !

Et sur ses paroles, il se leva, renfila sa cape et acheva cul sec sa chope.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Sam 2 Fév - 16:43

Vaillant avait lancé une pique à Ortwin et fait mouche. Le poisson tranquille avait jailli de l'eau et s'était planté l'hameçon en travers de la gorge. A présent l'officier le regardait avec un air offensé, et le pêcheur se sentit étrangement déstabilisé.
Certes l'attaque était mesquine, guidée sans doute par une rancœur inavouée. Mais n'étaient-ils pas entre hommes dans une taverne, par El ? Ortwin subissait de la part de ses compagnons une sorte de bizutage, et il venait de signifier clairement son intention de ne pas être bizuté.

Face à cette réplique qui le faisait passer pour un malotru, un insolent raillant l'honneur de l'armée Cervienne, Vaillant se sentit floué. Qui parlait de viol et de massacre ? Les honnêtes putains Cerviennes n'étaient-elle pas aussi sujettes aux maladies bénignes de la chair ?
Il y avait malentendu et voilà qu'il paraissait indigne, lui qui tenait plus que tout autre à l'Honneur de la Patrie et à la Gloire de l’Épée. Il n'avait pas voulu cela, mais peut-être s'était-il montré imprudent en provoquant plus que de mesure l'officier ? L'ambiance n'était pas à la délicatesse, mais il n'avait pas là affaire à de la vulgaire piétaille... Qui sait, sans doute seraient-ils même amenés à se côtoyer sous peu sous les bannières !

Aveugle à ces intéressements, Taebryn continuait dans la même veine, avec éclats. Résolu, bien contre son gré, de se montrer un peu plus digne, Vaillant resta silencieux. Il sirotait sa bière et se sentait pourtant soudain plus lucide, conscient des regards indisposés que leur jetaient les autres clients. Ce qui ne l'empêcha pas d'être surpris par la hâte de son ami qui, se levant, se déclara prêt à visiter à Châtiment.
- Venez donc avec nous, et laissons les catins en juger ! lança-t-il dans une invitation qui n'en était pas une.

Circonspect, Vaillant regarda Taebryn, puis Ortwin. Le Béarnais n'avait pas franchement l'air d'apprécier le Baugien, et il s'en demanda la raison. Peut-être aurait-il préféré un tête à tête, comme le suggérait son arrivée tardive. Le colosse avait tout l'air d'avoir besoin de vider son sac, et la venue d'un inconnu avait sans doute perturbé ses plans. Dans ces circonstances, il semblait tout disposé à vider d'autres sacs, laissant derrière eux l'incorruptible officier.
Mais Vaillant, comme dégrisé, ne voulait pas partir en ne laissant que mépris derrière lui. Il souhaitait désormais laisser une chance à l'officier - ou plutôt, se donner une nouvelle chance à ses yeux. Il ne serait pas dis que Vaillant Fructurive avait craché dans la main de l'Armée !

- Oui, venez, approuva-t-il donc, plus sincère, d'un ton détaché.
Il ne bougea pas de son siège mais ajouta à mi-voix, rendant la chose plus concrète :
- Ce soir, c'est moi qui régale !
Car, son ami ne semblait pas en être conscient, mais certaines filles de Châtiment valaient une petite fortune.
Dénouer pour ses compagnons les cordons de sa bourse lui rendit son aplomb, et il sourit avec enthousiasme. Officier ou non, la soirée serait belle.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Lun 4 Fév - 19:13

Contrairement à ce qu'on pourrait croire la frappe de Taebryn propre à déboiter une épaule, était sans doute une marque de camaraderie de sa part.

Quant à l'état d'esprit de Vaillant, j'étais plus mitigé. M'invitait-il dans ce bordel par sympathie ou simplement envie de clore la conversation de passer à ce qui l'intéressait.

Après tout il était courant chez ces gens là de régler leurs problèmes à coup de pièces d'or.

J'avais du mal à voir en Vaillant un des artiseurs. N'étaient-ils pas censer être l'incarnation même de la spiritualité ? Et lui qui ne songeait qu'à se rassasier le gosier et le bas-ventre.

Honnêtement on pouvait rêver mieux comme alliance. Mais il fallait regarder plus loin. Vaillant était peut-être capable de m'ouvrir certaines portes.

Pour en revenir à sa proposition actuelle, elle ne m'enchantait guère. Ce n'est pas que la compagnie des femmes me déplaisait, malgré ce que certains murmuraient dans mon dos à cause du simple fait que je lise des livres.

Disons que je les appréciais lorsqu'elles détentaient un minimum d'élégance. C'est-à-dire pas comme ces prostitués se contentant de donner un prix, puis d'écarter les jambes.

Enfin il fallait savoir faire des sacrifices. Et puis refuser l'invitation aurait pu être perçu comme une offense.

"Pourquoi pas ?" Dis-je en tentant d'y mettre de l'enthousiasme.

C'était curieux en y repensant aucun de mes compagnons d'arme auxquels je mettais ma vie entre les mains, n'était jamais parvenu à m'entrainer chez les catins.

Et ce n'était pas faute d'avoir essayer.

Et voilà qu'en quelques mots ce sang bleu y arrivait.

J'agissais pour une cause. Cela devait faire la différence, je suppose.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Dim 10 Fév - 19:23

Entre Vaillant qui ne bougeait pas de son siège et l’officier qui semblait aussi avide de femmes que d’orties, Taebryn avait simplement l’air d’un benêt, debout, cape sur les épaules, prêt à partir chasser la femme.

Il hésita un instant à faire basculer la chaise de Vaillant à renfort d’un grand « On se bouge », mais se ravisa vite. Les trois hommes avaient suffisamment mit le bazar dans la taverne. Et puis, Vaillant aurait pu mal le prendre.
Mais le Béarnois n’avait pas pour habitude de faire dans la douceur. Il était grand, costaud et ses mouvements étaient forcément loin d’être aptes à broder.

Il acheva de lever le coude, afin de vider jusqu’à la dernière goutte de bière de sa chope, et s’évertua à conserver une attitude alerte le temps que ses deux compagnons se décident à sortir également.
La vérité était un peu moins glorieuse. Il avait bu trop vite et la fatigue accumulée à ses dernières angoisses liées à la fille du Duc ne faisaient qu’accentuer l’alcool assimilé. Vaillant semblait toujours frais comme un gardon et Malvoisin aussi prude et intègre qu’un moine.

Il soupira, s’empressant de franchir la porte de la taverne après avoir lancé un clin d’œil à la jeune Rose. Trop pressé, il ne s’assura même pas de voir la réaction de la femme. Peu lui importait, il ne la reverrait certainement pas avant un très long moment, voire jamais.

Enfin derrière la porte massive, l’air frais lui fouetta le visage. Il leva le menton au ciel, les yeux fermés, savourant cette brise de bord de mer iodée. Et puis, un mouvement sur la gauche attira son attention. In extremis, il esquiva un poing lancé dans sa direction et riposta automatiquement d’une solide bourrade d’épaule qui envoya son agresseur à quelques mètres.

- Quel est donc le motif de la querelle ? lâcha-t-il hargneux comme un ours.

Les poings dressés, prêt à en découdre, il attendit que l’homme parle. N’étant pas du genre à frapper sans réelle raison, il n’hésiterait pas à remettre à sa place quelconque manant venu lui chercher des noises dans sa seule et unique soirée de répit.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Dim 10 Fév - 23:55

Vaillant haussa les sourcils, surpris. Malvoisin en était, finalement.
Il n'aurait pas parié là dessus, le petit officier semblant être l'incarnation de la probité. Les apparences étaient trompeuses, et il en fut ravi. Il aurait le reste de la nuit pour découvrir jusqu'à quel point.

A côté de lui, Taebryn mettait un point d'honneur à vider jusqu'à la dernière goutte. Lui-même n'avait pas fini sa (ou plutôt ses !) chope, mais ne s'en souciait guère. L'impatience de son ami était presque palpable, et il s'en serait voulu de le retarder.

Aussi se leva-t-il à son tour, jetant négligemment quelques pièces d'argent sur la table. Le pourboire laissé à Rose était gras ; peut-être serait-elle mieux disposée à l'égard de Taebryn la prochaine fois, puisqu'il semblait goûter ses charmes.

- Allons-y, déclara-t-il à l'adresse d'Ortwin, en agrafant son manteau. Il n'est pas bon de faire attendre un Béarnais.
Et il sourit, partageant avec l'officier un bref instant de complicité venue du Gué. Il serait peut-être bon, finalement, de parler de la Terre mère - si salée que fût Cerf.

A la suite du Nordien, les deux hommes quittèrent donc la taverne. On ne les y regretta guère, mais c'est une autre histoire. Concentrons-nous sur la sortie du bar.
C'est un drôle de spectacle qui les y accueillit : un homme petit, râblé, faisant face au géant. Criant :
- Couillon ! Tu crois que j't'tai pas vu avec tes yeux sales ? Rose est rien qu'à moi, à moi, t'entends ?

Ni une, ni deux, Vaillant éclata d'un rire tonitruant. Une scène de jalousie, là, ici, de la part de ce petit gnome à l'air pouilleux avec son chien loqueteux, c'était vraiment trop drôle !
Drôle, sans doute, jusqu'à ce qu'avec un élan insoupçonné, le coquin se jette sur Taebryn, son poing poilu s'écrasant avec un bruit mat sur la joue du Béarnais.

Et puis Vaillant plaqua sa main sur la poitrine d'Ortwin, mais trop tard : le cabot venait de bondir et d'enfoncer ses crocs jaunes dans le mollet du blondinet.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Mer 13 Fév - 18:57

Au fond c'était prévisible avec ces deux rustres. Nous avions eu droit à l'ivrognerie, aux plaisanteries grivoises, et aux catins. Il manquait que la bagarre pour compléter le tableau convenablement.

Et je crois que toutes les activités citées, c'était cette dernières que je détestais le plus. Se battre bêtement pour quelques réflexions mal passées. On ne pouvait pas faire plus stupide à mes yeux.

Il n'y avait pas de butin à s'emparer, ni de territoire à défendre.

Et pour courronner le tout le combat à main nue n'était pas ma spécialité.

Jusqu'ici je n'en voyais pas l'intérêt. Après tout nous n'étions pas des bêtes. Alors pourquoi se limiter à nos capacités naturelles au lieu de profiter de nos créations guerrières ?

Nos agresseurs prirent l'initiative. Mais je ne craignais rien pour Taebryn. Il était largement en mesure d'encaisser.

Vaillant démontra un certain sang-froid et réagit avant moi. Sans doute avait-il l'habitude ce genre de situation si on se fiait à son comportement.

Bourg-cerf n'ayant pas la réputation d'être un coupe-gorge, je ne portais aucune arme.

Heureusement le cuir de mes bottes me protégea un peu, et que ma réaction fut vive.

Je balançais un coup de poing sur la tête du chien. C'était un assaut instinctif, ne visant pas de point particulier.

Mon attaque calma juste l'ardeur de l'animal, mais ne lui fit pas lâcher prise.

J'étais parvenu à sortir intact de la prise d'un fort en Chlacède, j'allais peut-être écopé d'une blessure à la jambe ici.

Si je n'en étais pas la victime j'aurais presque trouver ce paradoxe amusant.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Ven 15 Fév - 19:17

Non mais…comment la situation avait pu dégénérer autant avant de virer au ridicule. Taebryn tomba dénue lorsqu’il aperçu l’homme rachitique qui le menaçait. Sans parler de son chien tout aussi pouilleux qui s’agrippait au mollet de Malvoisin. Pourtant, face à l’attaque dirigée contre lui, il n’avait pas bougé et avait accueilli le poing sur sa pommette, incrédule.

Par El…comment en était-il arrivé là ? La soirée devait être tranquille et amicale, et voici qu’un manant les ennuyait à la sortie de la taverne, comme un moustique vous tourne autour les soirées d’été. Indolore, mais agaçant.

Vaillant n’avait pas bougé, très certainement aussi surprit que le Béarnois. Mais après la surprise vint la colère. Une colère sourde, parceque Taebryn avait vraiment eu envie de passer une soirée sympathique, en compagnie de son ami et que depuis son arrivée à la taverne, tout se détraquait. D’abord l’arrivée impromptue de l’officier, puis l’attitude désagréable de la serveuse, l’idée saugrenue mais finalement acceptée de passer au bordel et à présent, ce pauvre type qui venait de lui amocher la joue.

Son visage se durcit et il serra les mâchoires. Les sourcils froncés, il s’avança d’un pas rapide et sûr devant l’agresseur et le saisit par le col avant de le soulever dans les airs sans le moindre effort.

Son regard de plomb fixait sans relâche les yeux grands ouverts de ce personnage rachitique qui d’un seul coup, faisait moins le malin. On aurait dit un prédateur entrain de jauger un adversaire et celui qui venait de se transformer en proie avala sa salive avec difficulté. Taebryn savait déjà, qu’il avait gagné.

Sans prévenir, il le rejeta violement dans le caniveau plus loin. Le corps tomba au milieu de la pisse et du vomi de ceux qui étaient passé avant eux et n’avait pas su se tenir, en un bruit sourd accompagné d’un cri, puis d’un gémissement.

- Tu ne mérites même pas que je me salisse les mains pour toi l’ami. Va donc retrouver ta Rose et la prochaine fois, réfléchis à deux fois avant de cogner un homme, lâcha-t-il d’un ton dédaigneux.

Sur ses mots, il s’essuya la joue du revers de sa manche pour s’assurer qu’il ne saigna pas. Une mince trace de sang apparue sur le tissu clair. Il appuya un peu plus fort pour enrayer l’afflux sanguin et jura dans sa barbe.

Alors, agacé, il se tourna vers ses deux compères pour voir comment ils se débarrassaient du chien. Le bordel avait intérêt d’être prometteur, car à présent il était de fort méchante humeur.

Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Dim 17 Fév - 12:15

La bestiole était tenace : le coup de poing de Malvoisin n'y fit rien. Peu inquiet pour Taebryn, qui fonçait déjà sur l'inconnu, Vaillant préféra se concentrer sur le chien. Du bout de sa botte, il lui décocha un violent coup de pied dans les côtes qui lui fit enfin lâcher prise. La bête s'enfuit en glapissant vers son maître, qui gisait dans le caniveau.

- Tu ne mérites même pas que je me salisse les mains pour toi l’ami, devisait le Béarnais.
Vaillant trouva une certaine classe à ses paroles, qui ne manquaient pas de solennité. Il trouvait que la Nordien prenait la rixe bien au sérieux : il avait l'air franchement excédé - à cause de sa joue blessée, peut-être ? Finalement, le colosse ne semblait pas goûter la bagarre, pour la chance de l'autre péquenot qui s'enfuit en grommelant, sans demander son reste.

Ça n'était sans doute pas plus mal : avec un blessé, ou la Garde sur les bras (que le tavernier n'aurait pas manqué d'appeler), la suite de la soirée aurait été compromise. Il s'imaginait plus volontiers entre les bras d'une belle qu'au trou, se demandant comment justifier avoir été pris dans une bagarre de rue.

Soucieux de réchauffer l’atmosphère, il donna une claque dans le dos de son ami et philosopha :
- Bah, tu n'en seras que plus beau pour séduire ces dames ! Rien ne vaut un peu d'adrénaline avant... enfin, d' "adrénaline" ! Ah ah ! Dire que ce pauvre type a l'air de croire qu'il a une chance avec Rose !

Vaillant s'esclaffa avant de se souvenir des mésaventures d'Ortwin. Les dents du cabot avaient-elles entamé le cuir de sa botte ?
- Et vous, Malvoisin ? Vous traînez la patte ? s'enquit-il avec humour, avant de cracher sur le pavé en signe de solidarité.
- La peste soit des vifards !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Mer 20 Fév - 6:31

L'affaire fut vite régler. Il est vrai que nous étions avantagés.

A les gueux, capables de s'étriper pour un rien. Heureusement qu'il y avait une élite pour les diriger, même si elle n'était pas toujours compétente. Sinon ce serait le chaos absolu.

Taebryn se montra modéré dans sa réaction. Cela me plut. Ca me changeait des guerriers se sentaient obligés de tout saccager sur leurs passages.

Par contre Vaillant trouvait cet étalage de violence inutile très drôle. Puis il enchaina par une blague graveleuse. Comme un type pareil pouvait-il être artiseur ?

Je croyais que ce don était lié à l'intelligence. Ce devait être une fausse rumeur.

Toutefois je continuais à donner le change. Autant aller jusqu'au bout de ce que j'avais commencé.

Et puis il demeurait un point positif. Vaillant m'avait aidé sans hésitation. Peut-être au moins détenait-il une solidarité baugienne exploitable.

"Ca va. Il n'y a que le cuir qui a souffert." Dis-je.

Je ne pus réfréner une certaine tension à la dernière réplique de Vaillant. La mention des adeptes de la bêtes me rendait toujours ainsi surtout depuis que j'avais lu des chroniques sur le règne du prince Pie.

"Un vifard aurait fait bien pire que çà !" Répondis-je avec dégoût.

Je préférais être sérieux sur le sujet. Ce crétin jeter dans le caniveau méritait soit une réprimande, mais pas l'écartellement.
Revenir en haut Aller en bas
Taebryn Ruderacine
Cinq-Duchés
Garde de Béarns
avatar

Messages : 173
Date d'inscription : 29/07/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Homme de main du Duc de Béarns
Âge: 27 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Dim 24 Mar - 14:05

Taebryn accueillit la claque amicale avec une grimace. Mais la sensation de se sentir soutenu dans ce foutoir, l’avait un peu rasséréné. Il s’épousseta les manches et le pantalon bien inutilement. Aucun n’avait souffert.
La petite brûlure qui lui enflammait la joue était agaçante et il ne répondit en rien à la blague de son ami. Il se moquait de son apparence physique ; de toute façon les putains ne regardaient que le poids de la bourse. On pouvait bien être vieux, moche ou con, il suffisait d’avoir de quoi payer.

Sa mauvaise humeur semblait perdurer, le trou à rat où l’emmenait Vaillant avait intérêt de valoir le coup.

Il émit un reniflement dédaigneux lorsque le baugien fit état des vifiers. Que la peste les emporte. Ceci dit, les paroles qu’ajoutèrent Malvoisin lui indiquait clairement que l’officier connaissait son affaire. Cet homme serait à surveiller. Depuis son arrivée dans la soirée, certains détails amenaient à penser que ce n’était pas qu’un simple homme de la garde. Il semblait avoir reçu une certaine éducation, chose rare dans cette faction.

- J’espère que tu ne nous amènes pas voir de laidrons, commença le béarnois avec un sourire moqueur, j’ai eu mon content pour la soirée et je mérite qu’une vrai beauté s’occupe de moi. Si ce qu’on dit des bordels est vrai, nous ne nous reverrons pas avant l’aube.

Sans le vouloir, il venait d’avouer qu’il n’avait jamais fréquenté ce genre d’endroit. Dans certaines contrées, c’était un passage obligé pour passer de l’enfant à l’homme. Mais Taebryn avait été éduqué par le Duc de Béarn, qui avait bien d’autres choses à lui enseigner que de courir le jupon.
Revenir en haut Aller en bas
Vaillant Fructurive
Cinq-Duchés
Noble de Bauge
avatar

Messages : 324
Date d'inscription : 06/06/2012
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Artiseur
Âge: 23 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   Dim 24 Mar - 18:40

Ortwin répondit avec sa mesure habituelle, et Taebryn fit contre mauvaise fortune bon cœur. Vaillant tapa dans ses mains, enchanté : l'officier n'était pas blessé et son ami avait l'air enthousiaste, malgré sa morosité. Il se ferait un devoir de lui remonter le moral - lui, et sans doute plus efficacement la fille sur laquelle il jetterait son dévolu. Un laideron ? Pas de risque, oh que non !

- La crème de la crème, te dis-je ! répéta-t-il en riant.
Entraînant ses camarades avec lui, il avait commencé à marcher dans la direction appropriée. (C'était bien par ici, oui ? Tout était plus flou et plus lumineux...)
- Et demain matin... au rapport, officiers ! s'exclama-t-il, lançant à Ortwin un coup d’œil goguenard.

Et puis, lâchant la bride à sa joyeuse ivresse, il attrapa Malvoisin par l'épaule droite, Taebryn par l'épaule gauche - et ils firent la route ainsi, bras-dessus bras-dessous, comme trois amis d'enfance, ou trois hommes imbibés, jusqu'à chez Châtiment, jusqu'au Nid aux Oiseaux...

[Suite du rp : Le Nid aux Oiseaux]
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: De l'alcool et des femmes [Aout 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

De l'alcool et des femmes [Aout 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» il y a pas à dire, être majeur et boire de l'alcool c'est le pied [pv Karin Alamaba]
» L'alcool c'est mauvais pour la santé !
» Pages d'histoire des hommes et des femmes d'Haiti et leurs épisodes
» Les femmes noires au pouvoir ...
» Anthéa de Prouville // La faiblesse des hommes font la force des femmes !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Bourg de Castelcerf :: Commerces et habitations :: Archives V1 et V2
-