AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au coin du feu [libre - mi-aout]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Sam 8 Déc - 12:51

C'était le soir, c'était le coin du feu, c'était l'heure des histoires et autres contes à dormir debout.
Un jongleur, un peu magicien, amusait quelques enfants entre deux représentations au près de leurs parents. Une balle par-ci, le vide par-là, dont émergeait soudainement un tissu d'une longueur improbable. Il savait y faire, ponctuant ses gestes d'un récit chargé de suspens.

Brasier, une petite fille aux éclats de rire lui rappelant sa petite Mélodie sur les genoux, suivait avec délice jeux de mots et autres tours de l'artiste, voyant le truc, ou ne le voyant pas, mais s'amusant toujours.

Au dehors, le soleil se couchait, annonçant la fin de l'été et la fête des moissons. Déjà, l'on affluait à Castelcerf. Déjà, ses couloirs se remplissaient et ses employés s'activaient pour rendre le château vivant, mais Brasier n'avait que faire de toute cette agitation. Il la redoutait surement un peu, craignant de voir Vainqueur et son office se fermer encore un peu plus à lui et à ses échos du monde des vifiers. Mais rien d'autre. Rien ne pouvait détourner Brasier de son chemin, rien ne pouvait l'affecter, rien d'autre que la perte d'un être cher et la douleur irradiant dans tout son être.

- Il est dans votre maiiiiinnnn!! Exulta la petite fille sur ses genoux, s'agitant tellement fort vers l'illusionniste qu'elle manqua en tomber de son siège.

Ramené sur terre par ce brusque accès d'enthousiasme, Brasier la rattrapa de justesse.

- Du calme... Souffla-t-il avant de parcourir l'assemblée du regard.

Difficilement, il se reconnecta avec la réalité et redécouvrit la grande salle de Castelcerf. Quelques instants, il s'était cru retourné chez lui, auprès des siens et de son fils, Ondin.
C'est alors qu'il croisa un visage familier.
Soudaine.
D'un sourire, puis d'un geste vers le jongleur illusionniste, il l'invita à le rejoindre.
Revenir en haut Aller en bas
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1536
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Heidi Jambeleste, Cendre, Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel, Jordken, Nielsen

MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Ven 28 Déc - 17:02

Quand il ne les passait pas avec Vainqueur, seul dans sa chambre dans l'espoir d'un sommeil aussi précoce qu'improbable, ou, plus rarement, avec la soldatesque dans quelque taverne du bourg, Brun aimait passer ses soirées dans la Grande Salle de Castelcerf. C'était à la fois calme et animé : il s'y passait toujours quelque chose, et faute de saltimbanque comme celui qui donnait le spectacle ce soir là, il y avait toujours de nouvelles voix et de nouveaux visages.

Conformément à ses habitudes, le maître d'armes se tenait en bout de tablée, près du foyer, et taillait une figure encore non identifiée dans un bout de bois avec un poignard qui, manifestement, n'était pas fait pour ça. Il avait l'air distrait et ne paraissait pas s'intéresser à autre chose qu'à ce qu'il tenait dans les mains, mais jetait en vérité de fréquents coups d’œil à la figure de Brasier. Plus tôt dans son adolescence, il avait été fasciné par les magiciens, tentant sans grand succès de comprendre le fonctionnement de leurs tours, mais il s'était résigné aujourd'hui et accordait bien plus d'intérêt à celui qu'on appelait non sans inquiétude le "maître du Lignage". Brun ne savait pas grand chose des Vifiers, si ce n'est qu'ils causaient des problèmes ces derniers temps. L'homme qui avait eu le courage de clamer appartenir à leur rang s'était fait une petite réputation à la Cour pour son caractère exécrable, mais il avait l'air plutôt bonhomme, là, avec la petite sur les genoux.

La fillette, soudain, poussa un cri suraigu, et le maître d'armes s'entailla le pouce. Étouffant un juron, il leva les yeux vers l'enfant et découvrit dans le même mouvement la présence de Soudaine. Brasier eut un geste pour elle et, intrigué, le maître d'armes s’abstint de saluer celle qu'il connaissait depuis de nombreuses années. Ils se fréquentaient donc ? Était-ce leur passion commune pour les bêtes qui les avait rapproché ? Ne voulant point passer pour un indiscret, le maître d'armes reporta son attention sur son bout de bois, mais n'en demeura pas moins attentif.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Jeu 3 Jan - 12:56

Après l’animation des écuries, les courses d’un bout à l’autre du domaine ou encore les heures de dressage de bêtes parfois caractérielles, venait enfin le moment le plus calme des journées de Soudaine. À la faveur du soir, elle retirait ses gants épais, revêtait parfois des habits un peu moins rustiques, et allait dîner au château. Mais avant cela, il lui arrivait de prendre le temps de discuter au coin du feu avec quelques unes de ses amies d’enfance, qui pour la plupart travaillaient à présent au château.

C’est après l’une de ces conversations qu’elle remarqua le « maître de lignage », comme il était appelé, et le geste qu’il faisait dans sa direction. Elle ne s’y était absolument pas attendue, et aurait largement préféré avoir une discussion avec lui dans un endroit un peu moins fréquenté, mais elle ne pouvait refuser une occasion pareille. Elle se décida donc à le rejoindre, feignant un grand intérêt pour le magicien pour venir s’assoir aux cotés de sire Brasier. Un peu nerveuse et peu habituée à ce genre de situation, elle ne put s’empêcher de jeter un coup d’oeil à la ronde pour vérifier que personne ne les observait. Elle remarqua notamment la présence de Brun, mais ne s’en inquiéta pas outre mesure : il paraissait observer par un morceau de bois qu’il tentait de sculpter.

Elle ne savait quoi dire. Habituellement franche et spontanée, elle était à présent incapable de lancer autre chose que des banalités ; elle s'en contenta donc, les yeux toujours rivés sur l’artiste.

« Bonsoir, messire. »
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1039
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Ven 11 Jan - 19:12

Lorsqu’Acuité pénétra dans la grande salle, certains regards se posèrent sur elle. Elle arbora un sourire et s’avança vers la table qui paraissait immense, pour saluer toutes les personnes présentes, d’un signe de tête aimable ou d’une révérence en fonction du rang de chacun et chacune. Chaque salutation était accompagné d’un « bonsoir » aimable et d’une petite phrase amicale ou taquine, là encore, en fonction de l’individu.

Elle n’était pas en Cerf depuis très longtemps, mais connaissait déjà relativement bien les gens de la cour. Certains l’invitèrent à se joindre à eux, mais la jeune blonde refusa poliment, prétextant ne pas vouloir rester tard et profiter de la compagnie du magicien. Elle ajouta quelques notes d’humour, par-ci par-là et s’esclaffa avec eux pour mieux les quitter l’instant d’après.

En bout de table, elle aperçut le maître d’arme en train de sculpter un objet en bois. Il lui sembla qu’il était trop absorbé par sa tâche pour avoir remarqué son entrée. Aussi, elle passa juste à côté de lui et le salua à voix basse, avant d’aller s’installer plus loin, l’air de rien.
Elle remarqua également l’homme plus âgé qui était installé non loin du magicien. A ses côtés, la maîtresse d’écurie semblait avoir avec lui une grande conversation. Elle ignorait qui il était, surement un visiteur temporaire du château.

Tandis que le magicien exécutait des tours de plus en plus fabuleux, Acuité attrapa une grappe de raisin dans une des corbeilles de fruit de la table. Un par un, elle détacha les petits grains juteux, avant de les fourrer dans sa bouche du bout des doigts avant de poser un regard furtif sur le Sire Braveterre. Il lui fallait être discrète et ne pas se faire remarquer.

Le fait de le voir trafiquer ce bout de bois lui rappela qu’elle avait quelques flèches à travailler. Certaines avaient souffert de ses dernières chasses et elle comptait en fabriquer d’autres, avec des plumes différentes, persuadée que l’oiseau choisi pouvait apporter plus de fiabilité ou plus de vitesse. C’était le genre de test qu’elle aimait faire, alors que les autres femmes de la cour s’occupaient de tendre les cordes de leurs mandolines ou le fil de leurs aiguilles.

Soupirant, elle reporta son attention sur le magicien et sourit même à quelques tours. Mais son imagination était déjà partie ailleurs. En ce début de soirée, au coin du feu, son cœur impatient ne battait que pour un seul et unique homme.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Dim 10 Fév - 13:59

Tout juste Brasier savait quel genre de personne était Soudaine. Les bruits de couloir et autres aperçus qu'il avait pu en avoir ne suffisaient pas, à ses yeux, pour se faire une idée d'une personne. toutefois, il en savait assez pour s'amuser de la voir approcher, hésitante et dans la retenue.

Pour ne pas la mettre mal à l'aise, et ainsi qu'il l'aurait fait avec un cheval, il évita de la regarder en face et sembla s'absorber, quelques instants, dans la contemplation d'un tour de magie. Il lui laissa quelques instants pour se détendre puis s'esclaffa alors qu'un enfant, pour mieux comprendre comment elle avait changé de couleur sous ses yeux ahuris, croquait dans la balle que lui tendait le magicien.

- C'est une bonne soirée, en effet. Elles le sont toujours en présence des enfants. Il se passe tellement de choses dans leurs sacrées têtes de bois. Je n'irai pas jusqu'à dire qu'ils sont tous adorables mais ce qui est sur, c'est qu'ils réservent leur lot de surprise. Celui-là a été capable de reproduire un tour rien qu'en le voyant! Impressionnant, sans nul doute.

Plus bas tandis que l'on circule tout autour d'eux.

- Celui-là partage les rêves de son chiot. Le saviez-vous?

En désigne un autre.

- Je l'ai vu se faire méchamment secouer par le plus grand de la bande. Sans aucun doute, c'est à cause de cette amitié, mais ce que j'ignore encore, c'est si tout cette violence cache de la jalousie ou de l'incompréhension. Un peu des deux, j'imagine, saupoudré de peur.

Sourit à Soudaine comme s'ils venaient d'échanger un bon mot et non un triste constat.

- Je me suis laissé dire que vous leur donniez des cours d'équitation. Est-ce que je me trompe?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Lun 11 Fév - 11:59

Silencieuse, Soudaine écoutait d'une oreille attentive le Sire lui parler des enfants. Elle n'avait, en vérité, jamais vraiment prêté attention aux garnements de Castelcerf, alors même qu'il y en avait absolument partout et que beaucoup d'entre eux jouaient près des écuries - elle devait parfois même les en chasser.

Elle ne se reconnaissait pas en eux, ayant grandit à part du château et à part de la rue, aux cotés de son grand-père et du prince. On lui avait souvent dit qu'elle n'était ni de la noblesse, ni de la ville basse, et ainsi elle ne savait trop où se situer. Pourtant, le vieil homme attirait son attention sur la marmaille comme s'il s'était sentit concerné par leur sort, alors même qu'il vivait à des milles de là ! Ce n'était pas logique, pas aux yeux de la maître des écuries.

Elle ne répondit donc pas à sa première question, ayant honte de ne pas savoir ce qu'un presque inconnu avait vite découvert. Ce n'était pourtant pas son travail... mais était-ce son devoir ? Elle ne parvint pas à répondre à son sourire, et se contenta de hocher lentement le menton.

« Vous ne vous trompez pas, messire. Je n'avais jamais fait le lien... De toute façon, que pourrais-je y faire ? » demanda-t-elle, accusant son impuissance pour oublier sa culpabilité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Sam 23 Fév - 13:10

Citation :
De toute façon, que pourrais-je y faire ?

C'était là une excellente question et Brasier n'en avait pas la moindre idée. A Castelcerf, son principal problème était cette politesse compassée et bardée de non-dits qui semblait de mise d'affecter en toute situation. Prendre des gants? Très peu pour lui!

- Je ne sais pas... Bougonna-t-il tristement. Par chez moi, les choses sont bien plus simples. Une petite brute comme celle-ci se prendrait un coup de pied au cul à la première crise d'autorité venue et même qu'on ferait la queue pour le lui dispenser. Oh non, ça manquerait pas...

Pensif:

- Ici, vous avez pas l'air du genre à vous occuper des affaires des autres. A l'occasion, c'est pas le genre de chose qui me déplairait, mais là...

Hausse les épaules.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Mar 26 Fév - 14:32

Soudaine écoutait le vieil homme avec curiosité, mais plus il râlait plus elle ne voyait pas de solution au problème qu'il exposait. C'était bien gentil de vouloir protéger un gamin, mais ce n'était pas le travail de Soudaine... Et si elle venait à s'en mêler, il était fort possible qu'on le lui reproche. La vifière tenait à son job, mine de rien.

« Je suis désolée. J'ai cru comprendre que vous êtiez venu chercher justice ici. Comme vous avez dû vous en rendre compte, ce n'est pas chose aisée à obtenir... »

Elle se tut, se demandant jusqu'où elle pouvait évoquer ce sujet vraisemblablement sensible. L'homme paraissait du genre à ne pas prendre des pincettes même pour aborder les sujets les plus tabous, pourtant elle craignait sa réaction, ainsi que les oreilles indiscrètes des espions du château.

« Peut-être que le plus simple est de se faire justice à soi-même », ajouta-t-elle dans un murmure, les yeux dans le vague. Car c'était ainsi qu'elle s'était toujours protégée... Contrairement à ce pauvre gamin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Mer 27 Mar - 20:20

Se laisse aller à un peu de désespoir à l'évocation du mot Justice. Soudaine disait vrai, elle était hors d'atteinte. Par le biais qu'il se proposait d'employer jusque là, en tout cas.
Surement lui fallait-il en changer comme ne tarda pas à le lui suggérer sa voisine.
Faire justice soi-même....
Si son coeur n'aspirait qu'à saisir la balle au bond, il refusa de le faire, laissant de côté, stoïque, son penchant naturel pour la vengeance.
Son regard resta fixé sur le lointain un instant, comme s'il n'avait rien entendu des murmures de Soudaine. Puis vint le moment de s'avouer vaincu: il était incapable de ne pas réagir à ce genre de murmure.

- Au diable la simplicité...

Sa voix s'était faite grondement sourd. Du genre qui terrifiait les enfants, petits et grands.

- Elle séduit mais ne contente jamais. Pire! C'est elle qui a tuée mon fils.

Sert les dents et se reprendre une fois ces derniers mots prononcés.

- Pardonnez-moi, je radote.

Avec un petit sourire contrit, Brasier retrouva un peu de sa bonhomie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Ven 3 Mai - 23:18

Soudaine s'était attendue à ce genre de réaction, mais frissonna tout de même en entendant la voix basse et rêche du vieil homme, aussi menaçante qu'une montagne s'animant. Elle devina que si un jour sa haine et sa rancune outrepassaient sa raison, rien ne l'empêcherait d'obtenir vengeance. Elle garda donc le silence, se sentant minuscule dans sa vie bien paisible et ordonnée d'employée du château. Les scandales et les histoires des Quatre Duchés lui avaient toujours passé au dessus ; se sentir concernée pour la première fois était une drôle de sensation, qui l'impressionnait presque plus que ne l'attirait. Elle mettrait du temps avant d'oser s'aventurer dans cet univers de violence et de manigance.

« Ne vous excusez pas. Beaucoup trop d'hommes choisissent ce chemin-là. »

Elle baissa encore d'un ton, les yeux toujours fixés sur la marmaille.

«  Comme ce Fâucheur... Il ne peut être que notre perte. »

Le dégoût transparaissait dans sa voix. Elle qui n'était pas habituée à montrer ses émotions ainsi, n'avait cette fois pas su retenir son mépris d'apparaître. Elle s'était sentie personnellement entachée par les discours de l'homme, et espérait ne jamais être identifiée à ce type d'individu.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Mer 3 Juil - 15:43

Touché en plein cœur à l'entente de ces mots qui faisaient écho à ses pires craintes, Brasier serra les dents et accusa le coup.
Oui, Faucheur était dangereux et le vieil homme craignait que trop de jeunes cœurs impatients prennent son parti.

- Sûrement fera-t-il des dégâts. Mais la haine et l'arrogance ne sauraient l'emporter avec les années.

Du moins l'espérait-il. C'était le genre de croyance qui guidait ses pas, particulièrement quand il se trouvait en présence d'enfants.
D'ailleurs, c'est le moment que choisit l'un de ces merveilleux chérubins pour tendre un objet en toile de jute et remplis de graine censé représenter un animal. Un jour, on le nommerait peluche.
L'enfant le tendait vers le conteur, entre envie de lui faire prendre part à l'aventure et crainte de le voir s'en aller loin de lui.
Pour le rassurer tandis que le conteur, aux anges, se saisissait de l'animal de toile, Brasier se pencha vers lui:

- Il y a un moyen très simple pour qu'il te revienne, le rassura-t-il. Ferme les yeux et concentre-toi très fort sur ton ami. Dessine un cercle autour de lui. Une fois que c'est fait, il pourra s'éloigner très loin, ce ne sera plus un problème pour toi. Tu n'aura qu'à tracer un lien entre lui et toi. Ainsi, tu sauras toujours où il se trouve et lui aussi. Plus rien ne l'empêchera de revenir vers toi.

Sur un sourire rassurant, il rouvrit les yeux et ébouriffa les cheveux de l'enfant. Ce dernier, voulant absolument croire ce qu'on venait de lui dire, fronçait très fort les sourcils, yeux fermés.
Le conteur, quant à lui, prit quelques secondes avant de poursuivre son récit. Quand il le fit, c'est en reprenant l'ajout du vieux vifier à son compte.

Quand à Brasier, il s'autorisa un clin d'oeil complice à destination de Soudaine.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Lun 12 Aoû - 15:41

La voix du vieil homme était curieusement rassurante. Calme et posée, elle était exempte de fioritures ou même de diplomatie ; Brasier ne cherchait pas à embrigader Soudaine, c'était évident. La femme se détendit visiblement, et tâcha de le croire. De se convaincre que le danger n'était que passager, qu'avec le temps le vrai visage des vifiers serait connu de tous et que l'envie de vengeance se transformerait en lointaine rancœur.

Suivant des yeux la scène se déroulant entre le comte, l'enfant et le conteur, Soudaine réalisa que Brasier n'avait sûrement pas l'intention d'agir. Il était trop âgé et trop persuadé que la vermine ne saurait l'emporter sur la vérité.

Ce dont elle était beaucoup moins certaine.

Elle ravala pourtant ses angoisses et répondit au clin d’œil de Brasier par un sourire chaleureux. Mais avant qu'elle n'ait le temps de la retenir, la question fusa entre ses lèvres.

« Ne faudrait-il pas prévenir le roi ? »

Sa voix était hésitante et sur son visage se lisait un conflit jusque là étouffé. Entre loyauté et crainte, Soudaine marchait sur un fil. Elle se traita d'idiote, soudain persuadée que Brasier n'accordait à Vainqueur pas la moindre confiance. Elle-même n'était pas sûre de savoir où elle puisait encore la sienne.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   Ven 8 Nov - 16:51

Brasier acquiesça aux paroles de Soudaine et tourna vers lle un regard plus attentif que par la passé.
Voila qu'elle semblait plus concernée qu'il ne lui avait paru en premier abord. C'était une bonne nouvelle qui réchauffa la coeur du vieil homme.

- Si. Il faut absolument qu'il soit informé. J'ai demandé une audition dès mon arrivée. La reine-mère me l'a accordé. A l'entente de mon récit, elle m'a donnée son soutien et assurée qu'elle transmettrait le message à son fils. Depuis, j'attends d'être convoqué par le roi Vainqueur.

Soupire. Il attendait toujours.

- Je ne désespère pas. Être présent à la cour est une chance que je m'attèle à saisir chaque jour. Dans mon comté je l'avais oublié, mais ici, en Cerf, les vifiers ont un combat eux aussi. Beaucoup d'entre eux ne savent même pas qui ils sont.

Sourire à l'intention de Soudaine.

- J'ai l'impression qu'on a besoin d'un maître de Vif à la cour, ne pensez-vous pas...?
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au coin du feu [libre - mi-aout]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au coin du feu [libre - mi-aout]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Obama en chute libre ...
» Le bon coin
» Un sous-vêtement dans l'arbre [Libre]
» JEAN JUSTE LIBRE HEUREUX ! JACQUES ROCHE EST MORT POU JE'L !
» Pas sur la neige...[Libre]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Forteresse de Castelcerf :: Couloirs et salles communes :: Archives V1 et V2
-