AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Convalescence [09/09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Convalescence [09/09]   Ven 16 Nov - 13:34

Tout était flou. Acuité resta allongée quelques minutes supplémentaires, comme pour donner plus de temps à ses yeux pour s’habituer à nouveau  à son environnement. Sa tête lui faisait mal et elles sentaient des courbatures musculaires dans quasiment tout son corps. Elle bougea un orteil, puis un pied, puis sa jambe. Tout semblait fonctionner. Son autre jambe subit le même rituel, et une fois véritablement rassurée, elle se releva dans son lit moelleux, avec autant de délicatesse et de douceur qu’il lui était permis.

Elle cligna des yeux une fois, puis deux. L’image gagnait en netteté, en même temps que la douleur chaude à l’arrière de son crâne gagnait en puissance. Le décor qui l’entourait était familier, c’était sa chambre. On l’avait donc ramené jusqu’ici.

Elle entreprit alors de continuer son état des lieux personnel. Ses mains étaient propres et ses avants bras marqués par quelques hématomes. Hématomes liés à l’homme qui avait essayé de la violer. L’idée même de penser à lui, ramena à sa mémoire des souvenirs à vif. La voix qui lui avait ordonné de ne pas se débattre, cette même voix qui l’avait insulté ; la main, qui l’avait giflé, l’odeur de cette haleine trop proche, et cette puanteur de sang mêlé à la crasse lorsqu’elle l’avait frappé à mort, plusieurs fois.

Elle se recroquevilla sur elle-même, apportant ses genoux sous son menton, protégeant son faible corps de ses bras abîmés. Ici elle était en sécurité…mais là bas ? Si Vainqueur et le Maître d’Arme n’étaient pas intervenus que serait-il advenu d’elle ?? L’idée même d’avoir ainsi échappé à la mort et au viol lui parcouru le dos en un frisson glacé.

Le Maître d’Arme…elle l’avait frappé au visage. Par Eda, que devait-il penser d’elle à présent ? Il s’était précipité pour la secourir et elle, qu’avait-elle fait ? Il s’était précipité et…et cette idée la fit réfléchir un instant. Peut-être tenait-il quelque peu à elle ? Non c’était ridicule et comme pour la punir d’avoir osé nourrir de telles pensées, sa blessure à l’arrière du crâne lui envoya une nouvelle vague de douleur.

Vainqueur l’avait grondé, mais elle avait sentit une forme d’inquiétude plus marquée qu’une vraie colère. Le côté bourru de son grand cousin ne s’était jamais aussi bien exprimé qu’en cet instant. Malgré elle, un sourire léger se dessina sur ses lèvres. Ces hommes l’avaient sauvé.
Elle songea à l’Art qu’elle avait faillit caresser du bout des doigts et là encore, de son bon Maître d’Art qui était venu à sa rescousse tandis qu’elle approchait la source même du pouvoir, complètement hypnotisé par l’onde scintillante.
Elle avait échappé à la mort. Elle avait tué. Mais elle avait beau chercher au plus profond de son cœur et de sa mémoire, elle n’en éprouvait nul remord et c’est cela qui lui fit peur. Sans apprécier le geste pour autant, elle n’était ni peinée, ni effrayé d’avoir tué cet homme. La manière avait juste été quelque peu barbare, mais le choix avait vite été fait. Sa vie contre la sienne. Son corps meurtri mais pas souillé. En l’espace de quelques heures, tout aurait pu basculer pour toujours.

Frissonnante, elle toucha du bout des doigts son visage qui avait bien dégonflé. Restait pourtant les croûtes au coin de sa lèvre et sur son arcade sourcilière. Combien de jours s’étaient-ils écoulés depuis cette attaque ? Ses cheveux avaient été grossièrement tressés, et un large bandage enserrait son front à travers la chevelure. L’œuvre de Brume vraisemblablement. Fébrile, elle repoussa les draps de son nid moelleux, et entreprit de se lever. Les forces lui manquèrent cruellement, jamais elle ne s’était senti si fatiguée. La volonté d’avoir un miroir entre les mains finit par prendre le dessus et elle se leva.

Le sol était froid et ses pieds se crispèrent au contact glacé. Elle avança, presque à tâtons jusqu’à la coiffeuse dans le coin de sa chambre et attrapa le miroir. Levant sa chemise de nuit, elle observa son ventre, sa poitrine, le bas de son dos. A ce niveau, elle avait également un hématome. La chute de cheval avait laissé une marque sur son corps, en plus d’avoir brisé l’arc de son enfance. Elle soupira avec tristesse, avant de faire remonter le miroir vers son visage les mains tremblantes d’émotion. Comme elle le pensait, le visage tuméfié avait dégonflé, mais les couleurs qu’elle arborait n’avaient rien de très distingué. Elle se retourna subitement vers l’entrée, la porte de sa chambre était entrain de s’ouvrir avec une douceur et une attention toute particulière.

Brume entra, avec un plateau chargé de pots d’onguent et d’un broc d’eau fumant qui sentait bon la fleur d’iris et la myrte des marais.
Acuité s’agrippa à son miroir et retint sa respiration, elle n’aurait jamais songé être aussi soulagée à l’idée d’apercevoir la jeune femme.


Dernière édition par ACUITE LOINVOYANT le Mer 7 Aoû - 21:48, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Sam 24 Nov - 22:03

Brume sortit des cuisines en se glissant hors de la foule omniprésente. Son plateau chargé de pots fumants lui ouvrait un passage, et c'est avec soulagement que la jeune femme finit par se retrouver dans un couloir moins bondé. Là, elle abaissa légèrement le plateau qui commençait à lui peser et s'assura d'être seule avant de s'engouffrer dans un réduit qui rejoignait son réseau de couloirs secrets.
L'assassin rejoignit son bureau caché en quelques minutes, notant au passage que les réserves de chandelles qui parsemaient les murs baissaient. Elle ne prit cependant pas le temps de les remplacer car elle avait plus urgent : trouver les herbes qui soulageraient quelque peu Acuité.

- Fleur d'iris, fleur d'iris... Ah, voilà ! La myrte des marais est là, et ici j'ai de l'écorce de saule, et...

Tout en se parlant à mi-voix, Brume ajoutait tantôt une pincée de poudre, tantôt une petite poignée de feuilles à l'un ou l'autre des deux brocs d'eau chaude qu'elle avait apportés. Elle savait que les plantes médicinales et aromatiques qu'elle rajoutait étaient précieuses et qu'elle devrait rapidement reconstituer son stock, mais pour l'instant elle ne songeait qu'à sa jeune maîtresse. Les blessures d'Acuité étaient profondes, tant physiquement que moralement, et elle se devait en tant que domestique et amie de veiller sur elle du mieux qu'elle le pouvait.

Comme tout un chacun, l'assassin avait été horrifiée d'apprendre que la petite-cousine du Roi avait été agressée et avait failli y laisser la vie. Elle avait même éprouvé un certain sentiment de culpabilité quand elle avait su qu'une bande organisée rôdait si près de Castelcerf. Après tout, il était du devoir des Loinvoyant - et donc implicitement de Brume - de veiller à la sécurité de son peuple, qui plus est dans le duché de Cerf. L'affection récente que la domestique éprouvait pour Acuité n'avait pu qu'augmenter cette impression, et elle avait été plus que soulagée lorsque le guérisseur l'avait enfin autorisée à s'occuper de sa maîtresse.
L'assassin avait cependant vite déchanté en constatant l'état de la Béarnaise. Son visage enflé, ses cheveux encroûtés de sang, les bleus bien visibles sur ses bras et son cou - tout ceci constituait une vision d'horreur pour ceux qui connaissaient et appréciaient la belle jeune femme. Brume s'était alors jurée de faire tout son possible pour s'occuper d'elle et s'y était employée aussitôt après. Puis, après avoir nettoyé et pansé les plaies d'Acuité, la domestique était partie en quête d'eau chaude pour préparer les infusions qui soulageraient un peu les douleurs de sa maîtresse.

Et à présent Brume se hâtait de nouveau dans ses passages secrets, débouchant enfin dans une chambre non utilisée à l'étage de la haute noblesse. Sortant du pas tranquille de la servante qui accomplit son devoir, l'assassin rejoignit finalement les appartements d'Acuité. Doucement, elle ouvrit la porte.

La jeune noble était debout, pieds nus, aggripée à son miroir comme si sa vie en dépendait. Brume grimaça légèrement : elle aurait préféré la prévenir de son aspect avant qu'elle ne se regarde. Mais Acuité n'était plus une enfant, encore moins depuis son agression, et vouloir s'occuper d'elle ne signifiait pas pour autant la materner. Aussi la domestique ravala-t-elle les paroles qui lui venaient à l'esprit et se contenta de poser son plateau sur un meuble avant de s'incliner brièvement.

- Bonjour ma Dame, fit-elle dans un petit sourire. C'est bon de vous voir assez remise pour vous lever, mais peut-être vaudrait-il mieux vous rassoir ? Voyez, je vous ai apporté de l'onguent.

Tout en parlant, Brume attrapa le petit pot qu'elle avait ajouté avant de quitter son repaire. Puis elle ôta doucement le miroir des mains crispées d'Acuité et l'accompagna avec douceur vers son lit.

- Je vais m'occuper de vos bleus, voulez-vous ?


L'assassin avait déjà ouvert le bocal et n'attendait plus que l'accord de la jeune femme pour se mettre au travail.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Jeu 6 Déc - 18:44

Alors que Brume la saluait avec douceur, Acuité n’osa pas répondre. Aussi, elle hocha simplement la tête lorsque sa domestique lui demanda de se rallonger. Comme à une enfant, elle lui ôta le miroir des mains et la raccompagna à son lit et comme une enfant, la jeune noble se laissa faire sans moufeter.
La blonde se laissa donc guider, encore trop hébétée pour agir avec assurance. Et lorsqu’à nouveau, la jeune femme lui indiqua ce qu’elle comptait faire, l’autre ne fit qu’acquiescer.

Subissant la situation, elle retira sa chemise de nuit et resta ainsi assise sur le lit, le regard tourné vers la fenêtre. Les mains de Brume étaient chaudes mais leur contact fit frissonner Acuité pour d’autres raisons. Ces simples pressions qui avaient pour but de la soigner, ne faisait que lui rappeler le contact de cet homme qui avait tenté de la violer, sans compter ceux qui avait arraché sa tunique. Elle était inconsciente et elle n’avait rien dit à son réveil sur place, mais elle s’était bien rendu compte que ses vêtements avaient été déchirés. L’angoisse d’avoir été abusée creusait un sillon dans son fort intérieur. En réalité, elle n’avait pas la moindre idée de ce qui s’était passé une fois que sa conscience avait disparu dans les méandres obscurs.

Elle grimaça tandis que les mains continuaient d’opérer, cherchant une porte de secours mentale pour ne pas penser à toutes ces sensations horribles. Brume prendrait surement cela pour de la douleur physique et ne chercherait pas d’autre raisons.

Après un temps qui lui sembla durer une éternité dans ce supplice, elle pu enfiler une robe souple et peu marquée avant de remonter ses draps sur ses jambes.
Beaucoup de questions se bousculaient dans sa tête douloureuse et elle ignorait par quoi commencer.

- Comment va Vainqueur ? Il a été blessé. Et mon faucon ? A-t-on des nouvelles ? Robuste à été éprouvé, l’a-t-on retrouvé ? Tout s’est passé si vite…j’ai l’impression d’avoir …d’avoir perdu le fil…

Elle respira profondément, tâchant de se forcer au calme et surtout au silence pour laisser le temps à Brume de répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Dim 13 Jan - 13:15

Un simple hochement de tête répondit à la question de Brume. Doucement, pour ne pas l'effaroucher, elle enduit chacun de ses doigts d'onguent avant de les appliquer sur le cou d'Acuité Loinvoyant. Celle-ci tressaillit involontairement, et la domestique secoua la tête pour elle-même.
Agir alors que la jeune noble était plongée dans le sommeil sans rêves induit par le guérisseur aurait été beaucoup plus délicat de sa part. Elle s'efforça de n'appuyer que le moins possible sur la peau meurtrie, de rester juste le temps que le baume pénètre pour son action réparatrice. Bien sûr, la béarnaise devait souffrir de ses nombreuses contusions, mais Brume avait surtout peur pour son état mental. La prostration et la résignation dont sa maîtresse avait fait preuve jusque là l'affligeaient.

Lorsque l'assassin eut enfin terminé, elle aida Acuité à enfiler une robe large et à se recoucher. Alors qu'elle rangeait son onguent, elle entendit de l'agitation du côté de sa compagne et se retourna pour la voir, fébrile, bredouiller :

- Comment va Vainqueur ? Il a été blessé. Et mon faucon ? A-t-on des nouvelles ? Robuste à été éprouvé, l’a-t-on retrouvé ? Tout s’est passé si vite… j’ai l’impression d’avoir… d’avoir perdu le fil…

Puis la noble se tut brusquement, comme hors d'haleine. Oublieuse un moment du protocole, Brume s'assit à son chevet sans y avoir été invitée, et chercha ses mots pour lui répondre.

- Le roi va bien, ma dame, pour ce que j'ai entendu aux cuisines. Il a été blessé mais se remettra en quelques jours. Votre cheval a été retrouvé par la garde et emmené aux écuries. Je ne sais pas ce qu'il est advenu de votre faucon, mais j'irai aux nouvelles si vous le désirez.

La jeune femme éprouvait pourtant une certaine répugnance à se séparer d'Acuité. Se penchant pour lui prendre impulsivement les mains, elle poursuivit cependant avec douceur :

- Vous avez perdu connaissance ma dame, il est normal que vos souvenirs soient incomplets. Mais le roi et le maître d'armes sont venus à votre rescousse, et vous êtes sauve. C'est ce qui compte désormais.

Bien entendu, d'autres choses comptaient, mais il fallait apaiser la jeune noble. La présence de ces brigands près du château suffisait à faire frémir Brume – sans parler de ce qu'ils avaient fait subir à sa maîtresse – mais les implications politiques risquaient également d'être terribles. Qui pouvait prévoir la réaction du duc Glace lorsqu'il aurait vent de cette attaque ? Des dangers que recelaient la région de Cerf et dont on ne préservait pas sa fille ?
Frissonnante, l'assassin se reconcentra sur Acuité qui avait entrepris de lui répondre.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Jeu 24 Jan - 18:12

Les mots résonnaient en elle comme si elle se trouvait dans une pièce vide. Elle ne réagit pas immédiatement tant les informations avaient du mal à s’ancrer dans sa tête. Vainqueur allait bien, Robuste aussi. Une immense sensation de soulagement la parcouru. La blessure du Roi était bénigne et finalement, celle qui avait le plus saigner dans cette folie, c’était elle. Le regard un peu vide, elle laissa Brume lui prendre les mains, dans un mouvement enthousiaste.

Acuité savait déjà tout ce que sa domestique était entrain de lui dire. Elle se souvenait avoir perdu connaissance, elle se souvenait de l’arrivée de Vainqueur et de Brun, tout comme elle savait qu’elle avait frappé le Maître d’Arme lorsqu’elle était revenu à elle. Comment le regarder après ça ?

Oui, elle était sauve, amochée, mais sauve. Tout prenait sens, petit à petit. Elle remarqua alors que la jeune femme brune paraissait vraiment inquiète à son égard. Jamais elle n’aurait songé prétendre à autant de considération. Et cette attention manifeste lui touchait le fond du cœur.
Pour rassurer celle qu’elle considérait comme une amie, elle sourit avec autant d’assurance que possible.

- Je suis désolée de t’avoir inquiété, commença-t-elle doucement. Tout me revient, petit à petit. Je vais bien, je t’assure…

Comme pour se persuader elle-même de ses propres mots, elle hocha la tête et reprit :

- Sil te plait, peux-tu t’assurer que Rousseplume est bien rentré ? Et …non... rien.

Elle mourrait d’envie de prendre des nouvelles du Maître d’Arme. Il n’avait pas été blessé, mais, elle souhaitait savoir ce qu’il avait pensé de tout cela. Après tout, il était venu à sa rescousse et avait assisté à sa remontrance par Vainqueur, sans piper mot, comme s’il partageait le sentiment du Roi.
Pensait-il vraiment comme ce dernier ? Qu’elle avait eu tord d’agir comme à son habitude ? De chasser seule, de ne pas avoir laissé Taebryn l’accompagner ?

Vainqueur avait beau dire, la jeune femme restait persuadée que si son chaperon avait été présent, les choses auraient tourné au pire. Taebryn serait mort, il aurait donné sa vie pour lui faciliter sa fuite.

Lorsqu’elle fermait les yeux, elle voyait le regard de Brun posé sur elle à son réveil. Etait-ce du dégoût ? ou de la pitié ? ou autre chose….Elle aurait voulu le savoir, mais elle savait que jamais elle ne lui poserait la question et jamais il ne lui dévoilerait ses pensées. Encore une impasse songea-t-elle. Elle se rallongea dans son lit, décidée à se reposer car la douleur de sa tête cognait.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Dim 3 Fév - 19:26

Alors qu'Acuité dormait, que son esprit et que son corps se remettaient de leurs plaies, Cendre s'était sentie bien inutile - presque autant que dans le chariot qui avait ramené la jeune fille au château. D'abord, il avait fallu laisser la place aux mains expertes des guérisseurs. Puis, Brume avait pris le relai avec une telle efficacité qu'elle avait préféré s'effacer.

Force était de constater que son séjour à Castelcerf n'avait pas servi à grand chose. Elle était venue pour tenir compagnie à la jeune fille durant le Tournoi, que ses parents avaient dédaigné. Et pourquoi ? Pas seulement à cause de l'inimité entre le Duc et le Roi Loinvoyant, non, pour une autre raison également... Elle était venue, aussi, pour la dévoiler à Acuité, mais voilà : les circonstances avaient retardé la délivrance du secret.

Arrivée à la veille de la fête, elle n'avait pas pu en caser une avant la fin de la première épreuve. Et alors, elle avait été surprise de constater que sa maîtresse était tombée dans une sombre morosité qui la rendait tout à fait inaccessible.

Acuité était une jeune fille réservée, pas du genre à s'épancher comme sa fantasque mère. Quant à Brume, elle était moins causante encore. Toutes deux semblaient partager une certaine complicité, mais Cendre, nouvelle venue, en était exclue. Elle pouvait le comprendre mais ne parvenait pas à se détacher d'une certaine jalousie, qu'elle ne s'expliquait pas. Pourquoi tant vouloir rentrer dans les bonnes grâces de la jeune Loinvoyant ? Elle ne lui était rien, pire, elle était la fille de l'ennemi.

Et pourtant, elle se sentait étrangement responsable de la petite Duchesse depuis qu'elle avait appris les plans meurtriers que Meric formait à son propos. Qui d'autre qu'elle pouvait la protéger contre cet injuste danger, qu'elle était la seule à connaître - sans pouvoir partager avec d'autres cette responsabilité, car comment expliquer avoir pris connaissance d'une telle information, de la bouche d'un vifier recherché ? Il n'y avait guère que Taebryn, anti-vifier notoire, et il avait cruellement montré les limites de sa vigilance.

Aussi Cendre prenait garde à ne point trop materner Acuité, même si l'envie lui cuisait. Peut-être tout simplement, loin de Flair, abandonnée par Nord, seule avec son angoisse et ses sales petits secrets, avait-elle aussi besoin de quelqu'un à aimer. Tout simplement.

C'est donc le cœur battant qu'elle découvrit que sa maîtresse s'était réveillée, alors qu'elle faisait un crochet par sa chambre pour prendre des nouvelles. Assise à son chevet, Brume lui tenait les mains, et toutes deux discutaient.
En temps normal, Cendre se serait bien gardée de les interrompre, mais la nouvelle la transporta :
- Vous êtes réveillée, Madame ! s'écria-t-elle avec simplicité, trépignant d'un pied sur l'autre et se moquant bien d'énoncer une évidence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Mar 12 Fév - 21:55

Quand sa maîtresse sourit, Brume sut qu'elle avait compris. Au-delà des paroles simples, au-delà même du réconfort qu'elles pouvaient procurer, l'assassin voulait réellement affirmer à Acuité qu'elle était là pour elle et qu'elle l'aimait.
Les mots de la béarnoise lui laissèrent pourtant une impression douce-amère. Elle tâchait de rassurer sa servante à son tour et faisait preuve d'affection envers elle, mais paraissait si peu sûre d'elle... si fragile. Brume éprouvait une irrésistible envie de la protéger contre le monde entier, tout en sachant qu'elle ne pouvait être heureuse qu'en mouvement.

C'est pourquoi l'assassin réprima un soupir à l'idée de se rendre aux écuries : même si elle respecterait l'ordre de sa maîtresse, elle n'avait clairement pas envie de la laisser seule à ses pensées. D'autant plus que son embryon de phrase, avorté, lui avait rappelé la personne dont la noble n'avait pas pris les nouvelles : Brun. Le maître d'armes, Brume le savait depuis le tournoi de la Fête des Moissons, était l'objet de toutes les pensées d'Acuité. Sa présence lors du sauvetage de la jeune femme n'avait pas dû arranger leurs relations, déjà complexes.
La servante ne savait d'ailleurs que penser de celles-ci. Elle ne souhaitait que le bonheur de sa protégée, et Brun pouvait le lui apporter à court terme en répondant à ses sentiments – ou même simplement en la fréquentant normalement. Mais Brume savait que cette relation ne pouvait être durable : son ancienne maîtresse, dame Flore, avait certes épousé un palefrenier, mais elle n'était pas l'unique héritière d'un Duché ! Jamais Glace Loinvoyant ne laisserait cette union se concrétiser et sa fille épouser l'allié – certes noble – de son ennemi et cousin.

L'arrivée impromptue de Cendre arrêta les divagations de l'assassin. Elle se leva lentement, et salua :

– Bien sûr ma Dame, j'y vais de ce pas. Reposez-vous bien, termina-t-elle en souriant brièvement.

En croisant Cendre, Brume hocha la tête à son intention. Elle n'avait guère été bavarde avec elle depuis son arrivée à Castelcerf, renouant avec son habituelle discrétion. Pourtant, pour le bien de la jeune noble, elle prit cette fois-ci le temps de lui dire quelques mots, à mi-voix :

– Dame Acuité n'est réveillée que depuis peu, et elle alterne les phases d'agitation et d'abattement.

Comme pour confirmer ses propos, la béarnoise se laissa doucement tomber sur ses oreillers. Elle n'avait pas dû entendre un mot de ce que Brume avait confié à la servante de sa mère.

– Je vous laisse, je reviens bientôt.

Sans trop savoir pourquoi, elle avait cru bon d'ajouter ces dernières paroles. Peut-être cherchait-elle à affirmer jalousement sa situation de garde-malade privilégiée ? Chassant ces idées inutiles, l'assassin sortit de la pièce et referma doucement la porte.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Ven 15 Mar - 22:07

Acuité tourna la tête en direction de Cendre. Elle ne prit pas la peine de se redresser, son mal de crâne la lançait terriblement. Pourtant, l’enthousiasme dont faisait preuve la domestique de sa mère la toucha et elle lui fit un sourire pour la rassurer.

Bien sûr, elle n’avait pas fière allure présentée ainsi, mais elle était en vie, et en moins mauvais état que ses douleurs lui témoignaient. Son visage avait dégonflé, et seules subsistaient les marques sur sa peau, à présent lavée. Oui, le pire était passé. Maintenant, il lui suffirait juste de se remettre de cette mauvaise expérience.

Brume venait de quitter sa chambre et bientôt, elle reviendrait avec des nouvelles de son cheval et de son faucon. Sa servante était un véritable joyau. Elle était si attentionnée, si douce qu’un véritable lien d’amitié était né entre elles. L’espace d’un instant, la jolie blonde se demanda si un tel lien existait entre sa mère et la mystérieuse brune qui était venu s’installer à son tour auprès d’elle.

- Comme tu peux le voir, oui, commença-t-elle pour répondre à l’exclamation de la domestique. Quelques égratignures, rien de bien méchant.

Elle reporta son attention sur ses mains meurtris et songea à nouveau à l’état de son visage. Quel triste tableau devait-elle offrir…

- Tout ceci disparaîtra très vite, reprit-elle avec un sourire qu’elle voulait rassurant. Et toi ? Quelles nouvelles m’apportes-tu ? Des rumeurs sur ce qu’il s’est passé ?

L’inquiétude transparaissait dans sa dernière question. Que se disait-il au château ? Parlait-on de son état faible et de son corps roué de coups ? Faisait-on allusion à un quelconque viol ?
Ses mains se crispèrent sur le tissu de sa couverture, rongée par l’angoisse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Sam 30 Mar - 19:42

A son tour, Cendre prit place au chevet d'Acuité. Alitée, la petite Duchesse lui sourit, minimisant sa peine.
- Rien de bien méchant.
Son visage meurtri criait le contraire... Ses yeux inquiets. Ses paroles même, qui s'enquéraient des rumeurs qui circulaient à son sujet.

Touchée par le courage de la jeune fille - blessée un peu, aussi, par la distance qu'elle manifestait ainsi -, Cendre répondit :
- La nouvelle s'est répandue.
Elle ne voulait pas lui mentir. Elle, ferait preuve de sincérité.

- La Cour est inquiète pour vous. Le Roi et la Reine viendront sans doute vous rendre visite dès qu'ils sauront que vous êtes réveillée. Ils ne comprennent pas que des hors-la-loi se soient trouvés si près de Castelcerf. Et puis... (ils s'inquiètent certainement de la réaction de Glace) pensa-t-elle en son fort intérieur, mais elle préféra s'abstenir.

Toutefois, une pensée en amenant une autre, elle poursuivit avec une grimace désolée :
- Je vais devoir prévenir votre mère, Madame. Peut-être serait-ce mieux si vous lui racontiez vous-même ce qu'il s'est passé...
Elle ne proposa pas de prendre la dictée. L'instant était mal choisi et puis, elle écrivait laborieusement.

Ne percevant que trop bien l'angoisse de la jeune fille, elle posa sa main sur son bras et, puissamment, instinctivement, l'enveloppa de son Vif rassurant.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Lun 1 Avr - 9:58

- Oui..bien entendu…s’entendit-elle répondre.

Et ce fut tout pour le moment. Sa voix semblait s’élever d’une autre personne qu’elle-même. Perdue dans ses pensées, digérant les paroles de Cendre et surtout les conséquences que cela apporteraient, sa bouche se scella, murant en son fort intérieur sa voix avant qu’elle ne se brise.

Vainqueur viendrait, et à nouveau, il allait pouvoir la morigéner. Quant à Bienséance ? Comment allait-elle devoir réagir face à la Reine ? Ferait-elle état d’une quelconque compassion ? Rien n’était moins sûr.

Le déroulement continuait dans son esprit, alors que la domestique faisait état de ce qu’il allait advenir dans un futur proche, trop proche au goût de la jeune femme. Sa mère, oui, d’accord.
Une effusion de larmes très certainement et une inquiétude non feinte qui l’a rendrait malade. Mais si sa mère était au courant, son père le serait tout autant, et c’est cette idée précise qui inquiéta véritablement la blonde.

Son père chercherait des coupables et en tête, il trouverait Taebryn. Taebryn, qui n’y était pour rien; Taebryn qui tentait de protéger la jeune femme depuis son arrivée, alors même qu’elle faisait tout pour lui échapper et vivre sa vie, seule. Devait-elle prendre cette mésaventure comme un avertissement ?

Et puis, il y aurait Vainqueur. Son père penserait surement plus à le sermonner et à rugir concernant le danger bordant Castercelf, alors qu’il ne devrait voir en Vainqueur que le héro qui à sauvé sa fille persécutée et mise à mal.

Oui, son père. Glace Loinvoyant, elle devrait lui parler en priorité et prendre la responsabilité de son état, avant que d’autres n’en subissent les conséquences. Un frisson la parcouru, mélange de peur et d’angoisse, car jamais elle ne s’était dressée devant son père et jamais elle n’avait commis telle bévue. La sentence serait dure, elle le savait pertinemment.
Mais il n’y avait pas d’autre choix, il serait bien trop injuste que d’autres acceptent les sanctions pour des actes qu’ils n’avaient pas commis. Son inconscience devrait être jugée, et la punition tomberait, indubitablement.

Toutefois, au-delà de ces sentiments négatifs qui naissaient au creux de son estomac, le contact de Cendre était chaud et réconfortant. Elle porta un regard douloureux sur la domestique de sa mère, prête à fondre en larmes dans ses bras. Ses mains tremblaient légèrement et elle du s’astreindre à les garder immobile, le temps que cela passe. Ravalant sa pulsion, elle toussota, comme pour se donner plus de contenance avant de déglutir, les dents serrées.

- Quand mon père arrivera, je souhaite m’entretenir en privé et surtout en priorité avec lui. Avant que tout autre mot ne soit prononcé pour cet incident, je dois lui parler.

Le ton était aussi morne et lointain que précédemment, mais elle n’avait pas envie de faux-semblant sur ce sujet. Si elle pouvait mentir pour donner le change au sujet de son état de santée, elle ne pourrait jamais en faire autant concernant le comportement de son père. Cendre, vivant à Castellonde auprès de ses parents, était certainement la personne la mieux placée pour ne pas être abusée par des rondes de la cours.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Lun 1 Avr - 20:06

Elle n'avait pas prononcé son nom, et pourtant la jeune fille avait fait le lien immédiatement. Elle avait pâli. Ses mains s'étaient mises à trembler.
Cendre savait dans quel état le Duc pouvait mettre sa femme. Mais elle n'aurait pas soupçonné que sa très chère fille aie aussi peur de lui.

Un trait de haine la traversa, et elle lâcha précipitamment le poignet d'Acuité.
Existait-il un seul être que le Duc de Béarns ne terrifie pas ?

- Quand mon père arrivera, je souhaite m’entretenir en privé et surtout en priorité avec lui. Avant que tout autre mot ne soit prononcé pour cet incident, je dois lui parler.
- Comme il vous plaira
, répondit Cendre, bien que cela ne dépende manifestement pas de sa volonté.
Elle rattrapa la main de la petite Duchesse, la pressant doucement.

- Je suis sûre qu'il comprendra, poursuivit-elle d'une voix douce, mentant avec facilité.
Et puis il lui apparut que ces propos n'étaient sans doute pas si erronés.
- Votre père viendra, oui... Mais il sera sans doute mieux disposé que vous ne l'imaginez, reprit-elle avec un sourire.

Elle prit une grande inspiration. Dans ces circonstances étranges, il était temps d'annoncer la nouvelle...
- Votre mère est enceinte, Acuité. Elle m'envoie vous le dire, avant qu'ils ne viennent eux-mêmes l'annoncer à Castelcerf... Vous aurez bientôt une petite sœur, ou un petit frère.

Et, pour la première fois, elle parvint presque à s'en réjouir elle-même.
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Lun 15 Avr - 13:25

Alors que Cendre cherchait simplement à la réconforter, Acuité reconnu en elle le mensonge. Ce genre de phrase facile que l’on prononce pour soulager la conscience de quelqu’un. Elle ne put que sourire face à cette touche de gentillesse envers elle, quand bien même son esprit lui soufflait ces simples mots.
J’en doute…

Son père chercherait un coupable à ce drame. Il voudra punir les responsables de ce qui est arrivé à sa petite fille adorée, et comme les brigands avaient déjà obtenu leurs corrections, il ne resterait que Taebryn et Vainqueur.

Elle en était sûre, il se focaliserait sur cela, plus que sur sa propre guérison. Elle ne pouvait l’accepter. La seule responsable de son malheur, n’était autre qu’elle-même. Echappant à Taebryn à la moindre occasion, il ne pouvait pas être à ses côtés vingt-quatre heures sur vingt-quatre. C’était peut-être à son tour de le protéger.

Et Vainqueur ? Elle lui devait la vie, et ne tolèrerait pas qu’il soit traité comme un irresponsable dans un pareil moment. Sans lui, elle ne serait plus là.

La nouvelle de Cendre lui fit remettre un pied dans la réalité. Sa mère, enceinte. Elle, devenant sœur aînée. Son regard aux pupilles sombres se braqua sur le visage pâle de la domestique, incrédules, comme si l’idée même de ce qu’elle énonçait était surréaliste.
Et puis, face aux traits détendus et au sourire affiché de la jeune femme, elle ne put contenir le bourgeon de joie qui naissait en son cœur, et a son tour, un sourire illumina son visage abimé.

- Quelle nouvelle….parvint-elle à susurrer d’une voie chargée d’émotion.

La jeune duchesse n’avait pas besoin de demander à Cendre si cela était vrai, elle la croyait tout simplement. Un nouvel héritier…un enfant sur lequel son père jetterai son dévolu. Ce qui impliquait peut-être un soupçon de liberté pour elle.

Pourrait-elle rester à Castercelf afin d’achever son apprentissage de l’Art ? Un nouvel horizon lui apparut soudain, à travers les nuages qu’elle traversait ces derniers temps.
Elle s’imaginait très bien, dans plusieurs années, vivant ici à Castercelf en tant que membre du clan de Vainqueur. Respectée de tous, usant de sa magie avec parcimonie et lucidité. Peut-être même qu’avec le temps, le Maître d’Arme….

Son sourire s’élargit, redonnant des couleurs à ses joues. Les larmes aux yeux, elle lança d’une vois plus forte :

-C’est une grande nouvelle ! Qui d’autre est au courant ? Quand mes parents sont-ils censés arriver ? Où est Taebryn ? Il faut le tenir informé.

Elle porta ses mains à ses lèvres tremblantes d’émotion et de force renouvelée. Il lui sembla sincèrement, qu’elle venait d’aborder un tournant de sa vie.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Dim 21 Avr - 17:55

D'abord, la jeune fille sembla incrédule. C'était compréhensible. Mésange était à l'aube de la quarantaine et ses difficultés à concevoir étaient bien connues. A Castellonde, la nouvelle avait provoqué la surprise généralisée, à commencer chez les principaux intéressés : Mésange, Glace - et, par certains côtés, elle-même... Le couple ducal connaissait une nouvelle jeunesse et cela n'était pas sans conséquence sur son "travail". Dans ce nouveau climat, à la fois plus serein et tellement plus compliqué, elle avait été heureuse de pouvoir s'échapper. Acuité désormais informée, sa présence à Castelcerf prenait son sens - puisque par ailleurs, elle s'était avérée incapable de la protéger...

La nouvelle traçait son chemin dans l'esprit de la petite Duchesse, qui paraissait très émue. Un magnifique sourire avait illuminé son visage meurtri, et des larmes bordaient même ses yeux. Cendre était soulagée qu'elle le prenne ainsi. Après tout, la venue d'un nouvel héritier n'était pas sans conséquence sur son avenir. Si c'était un fils, nul doute qu'elle se verrait retirer les rênes du Duché. Mais l'ambition politique n'était manifestement pas ce qui animait la jeune fille... quoi, alors ? Sans doute sa famille lui tenait-elle à cœur, quoiqu'elle avait l'air de s'épanouir, ici, loin d'eux à Castelcerf.

- Seules très peu de personnes sont au courant, répondit-elle tout bas. Vos parents bien sûr, l'entourage proche de votre mère et quelques grands de Castellonde. Ils sont très discrets pour l'instant, car votre père veut venir ici, à Castelcerf, l’annoncer officiellement.
Comprendait-elle ce que cela impliquait ? Prudente, elle poursuivit :
- Aussi il n'est pas nécessaire d'en informer Taebryn. Si votre père avait voulu qu'il le sache, il le lui aurait dit lui-même. (Peut-être, d'ailleurs, est-il déjà au courant.) Mieux vaut garder la nouvelle secrète jusqu'à leur arrivée. Ils devaient s'installer pour l'Hiver, mais quand ils apprendront votre agression, ils presseront sans doute leur départ...
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Lun 6 Mai - 23:28

Acuité ne pouvait qu'hocher la tête aux paroles de Cendre. Elle mourrait cependant d'envie d'annoncer la nouvelle à Taebryn. Après tout, il faisait presque partie de la famille depuis que le Duc l'avait pris sous son aile et lui avait donné une éducation proche de celle qu'aurait eu son frère aîné. La régence du Duché en moins.
Maniement des armes, lecture, écriture, bienséance, Taebryn avait participé à ces cours avec grand sérieux, trop reconnaissant de pouvoir hériter de telles connaissances. De la même manière, il n'avait pas hésité à gronder Acuité quand quelques années plus tard la petite fille s'était collée à ces mêmes cours, les appréhendant avec beaucoup moins d'envie.

D'une certaine façon, le grand brun faisait partie de la famille, même si sa véritable place n'était pas encore bien définie aux yeux de la jeune blonde.

Elle reprit la parole avec un sourire :

- Tu as raison Cendre, ne gâchons pas le plaisir qu'aura Père à annoncer pareille nouvelle. Je suis sûre qu'au moment où nous parlons, il réfléchit déjà au discours qu'il prononcera.

Et sur ces mots, elle se mit à rire d'un rire franc. Comme il était bon de rire après tout ce qu'il s'était passé. Pourtant, cela réveillait aussi les douleurs de son corps meurtri. Alors mi-grimaçante, mi-rieuse, elle persista à rire, pour passer outre cette mésaventure.

Penser à ses parents la rendait nostalgique; ils lui manquaient bien qu'elle apprécia sa vie plus libre ici. Mais elle était véritablement ravie de bientôt les voir dans l'enceinte de la forteresse.

- Vainqueur et le Maître d'Armes m'ont sauvé la vie tu sais. Je leur suis redevable, tout comme mon Père devra l'être.

Elle énonçait tout haut ses inquiétudes les plus basses. Et comme pour appuyer cette angoisse, ses doigts tortillaient le bout de draps qui flottait entre ses mains. Son regard, s'était également posé dessus, l'air un peu absent.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Ven 10 Mai - 16:58

Acuité éclata de rire, et Cendre sourit. Elle avait bien fait de lui annoncer la nouvelle, malgré la situation difficile : cela semblait lui remonter le moral, tournant ses pensées vers l'avenir plutôt que vers un passé douloureux. C'était sans doute ce dont la jeune fille avait besoin.

- Vainqueur et le Maître d'Armes m'ont sauvé la vie tu sais. Je leur suis redevable, tout comme mon Père devra l'être, poursuivit-elle, et Cendre ne dit rien.
Pas plus que la jeune fille, dont les mains trahissaient l'angoisse, elle n'en était persuadée. Glace serait sans doute furieux que sa précieuse fille ait été exposée, si près du château, à pareil danger. Or, ne l'avait-il pas placée sous la responsabilité de son royal cousin ?

Mais il ne lui appartenait pas de renforcer les inquiétudes de la petite Duchesse. Le moment de la confrontation viendrait bien assez tôt. Le couple ducal partirait très certainement dès réception de sa lettre. Sa lettre... Il était trop tôt, encore, pour tourmenter Acuité.
- Je reviendrai demain, quand vous serez plus dispose, pour que nous informions vos parents, reprit-elle donc d'une voix douce.

Les questions viendraient bien assez vite... Pourquoi la jeune fille était-elle sortie seule ? Que s'était-il véritablement passé ? Il faudrait coucher tout cela sur le papier, et cela ne serait sans doute pas sans raviver des souvenirs encore mal cicatrisés. En attendant, elle ferait à Acuité la grâce du silence, auquel la jeune fille aspirait manifestement : les yeux dans le vague, elle semblait à présent perdue dans ses pensées. Un peu gênée, Cendre lissa le tissu de sa robe sur ses genoux. Elle attendrait, pour s'effacer, que Brume revienne : pas question de laisser seule Acuité.

Lorsqu'on frappa à la porte, elle crut tout naturellement au retour de la servante, et se leva précipitamment. Pourtant, en ouvrant le battant, ce ne fut pas la brune qu'elle découvrit, mais un jeune page maigrichon, qui portait un grand étui de toile.
- Pour Dame Acuité, énonça-t-il d'une voix nasillarde en lui remettant le paquet, avant de disparaître dans le couloir, apparemment très pressé.

Interloquée, Cendre observa l'objet, puis regagna la chambre d'un pas feutré. Immobile, Acuité regardait fixement par la fenêtre.
- On a laissé cela pour vous, osa Cendre après s'être râclé discrètement la gorge.
Et, ne sachant trop où poser le paquet, elle s'approcha et reprit sa place sur la chaise, l'objet massif en travers des genoux.

Ainsi, la petite Duchesse pourrait facilement s'en emparer, ou bien le dédaigner au profit de ses méditations, qu'elle n'espérait pas trop funestes...
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Dim 12 Mai - 22:08

Les paroles de Cendre sonnaient son départ. La promesse de revenir le lendemain ne l’a mettait pourtant pas à l’aise. Ecrire une lettre, informer ses parents, que de tracas à venir donc. Même en choisissant les mots justes, les risques d’une mauvaise interprétation planaient plus fortement.

Elle prit une grande inspiration et hocha la tête à nouveau, indiquant qu’elle avait bien compris tout ce que cela impliquait. Le ton doux employé par Cendre lui mit du baume au cœur. La domestique avait l’air de prendre à cœur le bien-être de la jeune femme. Perdue dans ses pensées, songeant d’ores et déjà à ce qu’il faudrait dire et ce qu’il faudrait défendre, elle faillit sursauter lorsque l’on toqua à sa porte.

Cendre se leva précipitamment avant de s’encadrer dans la porte. Comme elle ne s’écartait pas, Acuité se surprit à tendre le coup et même a incliner la tête pour voir qui était sur son seuil. Son corps rata un battement, espérant secrètement la visite de Brun. Etait-il inquiet pour elle ? Il n’avait pas dit un mot depuis qu’elle avait ouvert les yeux, qu’elle l’avait frappé et qu’elle avait vomis devant lui. A nouveau, son regard se posa sur la fenêtre, attirée par l’horizon. Depuis l’appel au secours à travers l’Art, elle était de plus en plus tentée d’artiser à nouveau. Mais la peur lui tiraillait le ventre.

- On a laissé cela pour vous

Cendre revint vers elle, les bras chargés d’un grand sac qu’elle posa sur ses genoux en s’asseyant de nouveau. Intriguée, Acuité se saisit du paquet. Il était un peu lourd, mais elle s’attendait à pire vu la taille du présent.
Détachant avec délicatesse la corde fermant le sac, elle retira le tissu pour laisser place à un magnifique arc en bois blanc. La bouche ouverte, les yeux brillants, elle prit immédiatement l’objet entre ses mains, s’émerveillant sur la taille qui lui parut parfaitement adaptée à sa corpulence.
Elle regarda les minuscules sculptures dans le bois, toutes en simplicité et en discrétion, qui déambulaient sur l’arme. C’était un travail raffiné et superbe, provenant d’un ouvrier talentueux.

- Magnifique….murmura-t-elle.

Sans plus attendre, elle chercha dans le reste du sac un parchemin, ou autre, donnant une indication sur le généreux donateur. Mais elle ne trouva rien.

- Qui l’a apporté ? demanda-t-elle a brûle pourpoint, il n’y a rien…

Ce n’est pas sans une certaine émotion, qu’elle reprit son observation de l’œuvre d’art. Qui que soit son bienfaiteur, il était au courant que l’arc qu’elle possédait depuis sa plus tendre enfance avait été brisé. Un autre moment douloureux de cet évènement, qui lui tira les larmes aux yeux.
Et sans se soucier de Cendre, ni de ce qu’elle pourrait songer, elle enlaça cette nouvelle arme de tout son cœur.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Sam 18 Mai - 21:55

L'absence d'Acuité n'eut qu'un temps. A peine Cendre se fut-elle assise, le paquet sur les genoux, que la jeune fille s'empara du présent. La curiosité luisait dans son œil, et cela fit sourire la servante.

En deux temps trois mouvements, la petite Duchesse mit à nu un arc blanc, qu'elle détailla du regard, apparemment fascinée. Il est vrai que l'objet était élégant, et semblait de qualité supérieure (de celles qu'elle-même ne pourrait sans doute jamais s'offrir), mais Cendre était surprise par son émerveillement devant ce qui restait une arme. Cela ne collait pas vraiment avec l'image d'une damoiselle de sang royal, même si elle savait qu'Acuité avait un faible pour la chasse. Acuité n'était pas Mésange, se répéta-t-elle mentalement. C'était évident, et elle devait veiller à bien se l'enfoncer dans le crâne, si elle voulait prétendre à une quelconque proximité avec la jeune fille.

- Qui l’a apporté ? Il n’y a rien… reprit celle-ci, si excitée qu'elle en paraissait presque anxieuse.
Cendre se sentit bête, tout à coup, de n'avoir pas posté la question - mais l'eut-elle voulu qu'elle n'en aurait guère eu le temps.
- Un page... répondit-elle, en regardant avec perplexité sa maîtresse enlacer l'objet. Il n'a rien dit. Il avait l'air assez pressé.

Etait-il possible qu'il eut volontairement abrégé l'entrevue pour maintenir secrète l'identité de l'expéditeur ? Cela semblait un peu poussif. Les pages allaient venaient à toute vitesse dans le château, et quelle raison aurait-on eu de se cacher d'un si beau cadeau ? C'était une arme, certes, mais cela ne pouvait passer pour une menace.

- Un admirateur ? plaisanta Cendre, alors que l'hypothèse lui traversait l'esprit pour en ressortir aussitôt.
Quel galant eut offert une arc ? Ce n'était pas un cadeau très conventionnel, ni même romantique, pour une jeune fille de dix-sept...
Non : vraisemblablement, la faveur devait venir de Vainqueur, son cousin, son sauveur, ce Roi guerrier dont le penchant pour les armes n'était plus un secret !
Revenir en haut Aller en bas
Acuité Loinvoyant
Cinq-Duchés
Fille aînée du Duc de Béarns
avatar

Messages : 1095
Date d'inscription : 06/01/2012
Age : 35

Feuille de personnage
Fonction: Artiseuse en formation
Âge: 19
DC: Vainqueur Loinvoyant, Taebryn Ruderacine

MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Jeu 23 Mai - 23:01

Acuité fronça les sourcils. Comment un simple page pouvait apporter un tel présent sans rien dire de son expéditeur? A moins que ce soit là la volonté dudit bienfaiteur?

Cendres n'avait même pas cherché à en savoir plus, et sur le moment, cela agaça la jeune duchesse. Un présent de cette facture méritait plus d'attention.

La plaisanterie de Cendre la tira de ses réflexions. Un admirateur? Elle n'en avait pas ici, enfin pas à sa connaissance. Si on lui envoyait un tel présent, cela signifiait que les rumeurs avait déjà bien circulé. On avait donc même eu vent de son arc brisé.

A moins que....ce présent viendrait-il de Vainqueur? Ou bien...non impossible. Brun?
Elle regarda Cendre, les yeux brillants d'un espoir dont elle n'avait même pas conscience. Puis avec un sourire gêné, elle répondit :

- Surement Vainqueur, il est arrivé peu de temps après que mon arc eu été brisé. Il sait très certainement à quel point ce dernier était précieux pour moi. Un cadeau de mon père, tu t'en souviens?

Mais tandis qu'elle parlait, ses pensées se déchaînaient. Et au fond de son âme, l'espoir complètement fou que le cadeau vienne de Brun lui faisait battre le coeur à tout rompre. Elle avait beau se dire que ce n'était pas le genre du Maître d'arme, le fol espoir reprenait le dessus.

Elle se força alors à respirer calmement, comme pour éviter de succomber à ses idées farfelues. Oui, Vainqueur devait être l'auteur du présent. Peut-être pour se faire pardonner de lui avoir crié dessus et de l'avoir tant vexée. Cela lui ressemblait plutôt bien d'ailleurs.
Heureuse, mais un peu déçue d'avoir autant espérée, elle reporta son attention sur Cendre.

- Donc, nous nous revoyons demain? demanda-t-elle.

Façon aimable de la congédier, car elle avait encore beaucoup à réfléchir. Pour cela, elle allait devoir revenir sur cette scène atroce, revoir les éléments dans le détail, chercher dans ses souvenirs douloureux ce qu'elle pouvait mettre de côté et ce qu'elle pouvait garder. C'était quelque chose qu'elle devait faire seule, face à elle-même.

Sans lâcher l'arc, son visage se tourna vers la fenêtre. Depuis l'agression, elle n'avait jamais été autant attirée par l'Art, comme si le phénomène avait ouvert une porte en elle.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Mar 25 Juin - 17:06

Brume frappa doucement à la porte d'Acuité, puis l'ouvrit tout aussi délicatement. Sa petite escapade aux Ecuries lui avait donné matière à réfléchir et elle avait pris son temps pour revenir. L'assassin ne savait donc pas dans quel état elle trouverait sa jeune maîtresse : serait-elle endormie, ou discuterait-elle avec Cendre ?
Alors qu'elle poussait la porte, Brume découvrit une situation qu'elle n'aurait jamais envisagé : la petite Duchesse étreignait de toutes ses forces un grand arc blanc, le regard vide, ignorant la servante de sa mère qui semblait sur le départ. Interloquée, l'assassin s'éclaircit la gorge avant de s'avancer vers le lit :
- Ma Dame, je suis revenue. J'ai pu parler à la maîtresse des Ecuries, et les nouvelles sont bonnes. Rousseplume n'a rien, tandis que Robuste sera certainement farouche quelques jours mais se remettra avec les soins adaptés.
Brume sourit à sa maîtresse, avec l'espoir que ces bonnes nouvelles provoqueraient la même réaction chez elle. Mais en son for intérieur, la domestique ne pouvait s'empêcher de se questionner : d'où venait cet arc, et que signifiait l'expression ambiguë qu'arborait Acuité à son arrivée ? Se pouvait-il que Brun Braveterre l'ait envoyé ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   Dim 30 Juin - 18:30

Acuité confirma rapidement ses pensées.
- Sûrement Vainqueur, il est arrivé peu de temps après que mon arc eut été brisé. Il sait très certainement à quel point ce dernier était précieux pour moi. Un cadeau de mon père, tu t'en souviens ?
Elle avait l'air étrangement déçue en prononçant ces mots. Un mystère supplémentaire !

Cendre sourit d'un air évasif.
- Je n'étais pas encore au service de votre mère à cette époque, Madame.
Non : elle était tellement plus bas, alors, qu'elle eût ri au nez de celui qui lui aurait annoncé qu'elle servirait un jour la Duchesse de Béarns. Tellement plus bas que la jeune Acuité, née dans la soie malgré son caractère aventureux, ne pourrait jamais le soupçonner.
- Mais je me souviens vous avoir toujours vue avec cet arc, finit-elle, mais la petite Duchesse semblait déjà perdue dans ses pensées, une lueur fiévreuse dans le regard.

Cendre eut à peine le temps de s'en inquiéter qu'elle lui donna congé. Demain, oui... elles se reverraient demain, pour la rédaction de la lettre - qui l'inquiétait également, pour de toutes autres raisons.
Mais en l'absence de Brume, elle ne pouvait laisser la jeune fille seule. Aussi s'enfonça-t-elle dans un silence discret, ne rencontrant pas de grandes difficultés à se faire oublier : car l'esprit de l'héritière battait la campagne.

Se laissant glisser dans ses propres pensées, elle perdit toute notion du temps. Elle songea à Acuité, à Mésange, à Glace et au bébé ; elle songea à elle-même, à Flair et à Nord, à Ondin et à Brasier. La mélancolie l'envahit alors qu'elle contemplait, absente, la silhouette minuscule des grains de poussière enrobés de lumière, qui flottaient dans la pièce immobile.

Et puis Brume réapparut, porteuse de bonnes nouvelles. La petite Duchesse étreignait toujours son arme, comme au bord du gouffre l'on se raccroche à une branche, mais voilà qui la rassurerait sans doute : son faucon et son cheval allaient bien, et la Vifière se sentit heureuse, presque fière, que la jeune fille s'en inquiète.

Se levant prestement, comme engourdie, elle céda sa place à Brume et dit :
- Reposez-vous bien, Madame. Vous aurez certainement bientôt de la visite.
Elle devait prévenir le Roi de son réveil, bien qu'elle espérât qu'il aurait assez de délicatesse pour respecter sa convalescence. Mais, au vu de sa réaction lors de l'arrivée du convoi, il n'avait pas l'air particulièrement délicat...

Une dernière fois, elle sourit et s'éclipsa.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Convalescence [09/09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Convalescence [09/09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Forteresse de Castelcerf :: Les appartements :: Archives V1 et V2
-