AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mer 26 Sep - 13:29

Les flèches et les carreaux sifflaient dans les deux sens au dessus de sa tête alors qu'il grimpait - courrait presque ! - sur l'échelle menant aux remparts. Stupide bastion en bois qui leur donnait pourtant tant de mal ! Réapprendre le siège et la guerre ouverte à une nation en paix pendant plus d'une génération était vraiment une tâche pénible. Surtout quand on avait une troupes initialement prévue pour le pillage et les combats en plein air. Surtout quand les effectifs étaient ceux d'un raid rapide et quand on avait même pas un putain de bélier pour enfoncer une saloperie de porte ! Merde merde merde ! Vainqueur sauta par dessus les piques qui se dressaient devant lui et rejoignit la mêlée au sommet, d'un coup de bouclier envoyant valser dans les airs le premier homme qui lui fit face et gagnant de l'air d'un ample moulinet de son épée pour contempler la situation.

Chalchède était une nation constamment en guerre, l'esclavage n'aidant pas vraiment à se faire des amis parmi les pays voisins lorsque l'on allait allégrement y piocher sa nouvelle main d'oeuvre gratuite. Bien équipés et plutôt sûr d'eux, les officiers savaient y faire et heureusement que Vainqueur, Brun, Kesar et tous les officiers avec un minimum d'expérience avaient tout prévu.
Ils avaient sacqué une première ville sur le chemin et incendié les champs alentours, cela ne servirait strictement à rien vu qu'ils ne prévoyaient pas un long siège, mais Vainqueur pouvait enfin voir la vitesse effective que cela prenait en conditions réelles. Les esclaves qui ne s'étaient pas battus avaient eu le droit de fuir vers les Duchés pour devenir de hommes libres et les pertes civiles étaient finalement assez minimes et les dépouilles d'enfants devaient tenir sur les doigts d'une seule main. Cela aurait suffit pour donner un sacré avertissement à Chalcède, mais le roi avait d'autres ambitions que de se prouver qu'il pouvait lui aussi monter quelques centaines de cavaliers et d'hommes d'armes léger pour aller fourrager les zones frontalières. Il voulait monter une vraie armée, et il lui fallait pour ça affronter une vraie résistance !

- ARCHERS ! TROIS ARCHERS POUR LES CORBEAUX AU NORD OUEST !

Il n'avait pas encore eu le temps de former ses artiseurs pour la bataille, obligé de revenir aux bons vieux signaux à relayer péniblement d'un bout à l'autre du champs de bataille pour se faire comprendre. Putain, ça s'engageait plutôt bien mais c'était loin d'être fini. Les esclaves armés n'étaient vraiment rien d'autres que des obstacles sans dangers pour ses soldats, et les vrais combattants chalcédiens étaient trop peu nombreux sur les remparts pour les tenir encore longtemps.
Le gros de la petite forteresse avait voulu faire une percée, une fois remarqué le fait que les forces des Duchés se séparaient pour prendre d'assez les petits murs de bois. C'était Brun qui avait prévu ça, les attirer sur la plaine où nos cavaliers pourraient les charger à loisir. Kesar avait noté l'importance de ne pas laissé les bruits de combat se répandre vers d'autres bases Chalcédiennes et des archers et des cavaliers avaient été spécialement dépêchés tout autour pour intercepter tous les messagers potentiels. L'un des officiers de l'infanterie avait évoqué que si le front se concentrait sur les remparts de face et la porte, alors il pourrait facilement s'infiltrer avec son escouade de l'autre côté et ainsi prendre l'ennemi à revers.
Le plan semblait bon sur le papier, mais Vainqueur trouvait que les Chalcédiens réagissaient un peu rapidelent. Si tout ne se goupillait pas vite, ils allaient finir par être submergés sur les remparts une fois que la sortie se serait repliée. Fais chier, il avait l'impression de trancher et de batailler sans avancer et les esclaves face à lui ne fuyaient pas cette fois, trop certains de leur mort future sûrement. Il s'engouffra enfin dans les escaliers et ordonna à ses hommes de pousser derrière lui pour faire reculer la marée humaine. Tentant de mettre un peu d'ordre dans ses idées, il essaya de visualiser à quoi pouvait bien ressembler les uniformes des commandants ennemis, histoire de trouver la tête pensante à éliminer.


Dernière édition par Le Conteur le Mar 30 Juin - 8:48, édité 3 fois (Raison : rectification de la balise couleur pour la ligne de paroles)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mer 26 Sep - 18:37

A défaut de m'avoir imposé sa suzeraineté et cette maudite guerre, au moins Vainqueur participait au combat.

L'autre point positif est qu'on me laissait manoeuvrer mon unité à ma guise.

Mon attaque à revers prennait du temps. Car nous étions obliger de faire un long détour afin de ne pas être visibles des remparts et donc de conserver l'effet de surprise. Cela n'était pas du goût de mes hommes impatients d'en découdre. Ces idiots ne comprenaient pas que le meilleur moment pour attaquer n'est pas forcément le plus tôt.

Hélas d'autres bénéficiaient d'une cervelle. Car une mauvaise surprise nous attendait une fois parvenu à proximité des remparts. Des gardes y avaient été laissés par sécurité.

Cela me surprit. Moi qui voyait ces chalchèdiens pillards et esclavagistes comme de simples brutes, jamais je me serais attendu d'une telle prudence de la part du chef ennemi.

Heureusement il ne s'agissait pas d'archers. Mais ils pourraient toujours donner l'alarme en nous voyant arriver. Par chance pour l'instant nous étions cachés derrière des buissons.

Les guetteurs n'étaient que deux et l'empoignade à la grande porte retenait une grande partie de leur attention. Cela demeurait jouable.

Je pris le grappin et ordonnais à mes hommes de se tenir prêt à déployer l'échelle à mon signal. Pour le moment je comptais agir seul.

Ce n'était pas que j'avais pas confiance en eux. En fait si. Ils ne pouvaient pas retenir un cri de guerre ou une insulte lorsqu'ils attaquaient. Et dans le cas présent le silence était primordial.

Un sprint jusqu'au rempart, un lancé de grappin suffisamment loin de l'emplacement des gardes pour qu'ils entendent rien, tout se déroula à merveille.

Quant à la suite....

Je m'approchais du dos du premier soldat et l'embrochais. Le guerriers attaque, le stratège surprend. Tel était mon crédo.

Mon adversaire parvint avant de mourir à émettre un gargouilli suffisamment audible pour son complice à l'autre bout du rempart.

Il me regarda décontenancé. Brandissant sa lance tout en jetant un regard vers le bas de la forteresse, il hésitait entre m'attaquer ou donner l'alarme.

Encore un imbécile incapable d'exécuter les ordres les plus simples.

Il fallait profiter de ce temps mort. Je lancais immédiatement un de mes couteaux, qui fit mouche dans le sternum.

Tout me semblait alors réglé. Puis ma victime tomba du mauvais coté c'est-à-dire cela de la cour intérieure. Evidemment la chute d'un cadavre ne pouvait pas passer inaperçu auprès des soldats de la dernière ligne.

Tout n'était peut-être pas perdu. J'exécutais un mouvement de bras l'attention de mon groupe, puis me précipitais vers l'escalier que les combattants empruntaient.

J'enchainais des moulinets très vifs plus destinés à freiner que toucher. Ainsi l'arrêt brusque du premier de la file causa une belle pagaille à cause de l'espace réduit et instable que représentait les marches.

Malheureusement l'effet ne dura pas. Ce n'était pas de la piétaille-esclave en face de moi, mais bel et bien des guerriers confirmés.

On gardait le meilleur en réserve. J'ignorais qui dirigeait cette troupe mais on sentait l'homme prévoyant. Dommage qu'il soit dans l'autre camp.

Je gagnais encore du temps en restant sur la défensive et reculant aussi lentement que possible.

Heureusement mes subordonnés se montrèrent fidèles à leurs habitudes : beuglards mais rapides.

Trois d'entre eux se précipitèrent à mon aide et me permirent de me dégager.

J'empêchais les autres de les suivre. Nous allions tout de même pas tous nous engager dans une mêlée hasardeuse.

Je laissais six hommes en renfort ce qui suffirait à bloquer la charge ennemi du moins temporairement, tandis qu'avec les autres j'arpentais les remparts.

Nous parvimes à l'entrée sans difficulté. Tout le monde était occupé par la percée de Vainqueur.

Je ne le croyais pas si efficace. Grâce à sa tenacité nous effectuâmes conjointement une prise en tenaille.

Notre premier contact se fit avec des archers, donc rien de bien difficile dans une phase de corps à corps. Puis nous nous retrouvâmes au milieu de la mêlée.

Face à ces ennemis décontenancés nous avions clairement le dessus, mais dans ce genre de chaos un coup dans le dos restait toujours possible.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mar 2 Oct - 13:28

On n'y voyait que dalle ! Des centaines de bottes remuant le sable, ça faisait un paquet de poussière et arnaché avec casque et bouclier dans une marée humaine aussi métallique que lui, Vainqueur voyait son champs de vision se réduire à la masse informe qui pesait de toute sa force sur son écu. Sûrement un ennemi, vu qu'il était face à lui et qu'en plus il beuglait avec un accent atroce, inconnu dans toute la panoplie qu'il côtoyait dans les Duchés.
Des frères d'armes à sa gauche et à sa droite et derrière, peut-être même certains devant alors que la ligne de front se faisait poreuse les instants où les formations se brisaient lorsqu'un camp poussait un peu plus fort qu'un autre. Les Chalcédiens faisaient front au lieu de reculer, ils savaient pertinemment que laisser les portes et les remparts signifiait la fin. Vainqueur sourit sous son casque, imaginant la mort qui les guettait lorsque leur arrière-garde se retrouverait remplacée par ce Malvoisin et ses hommes. En attendant, pressé comme une sardine, il ne pouvait même pas armer assez son bras droit pour porter des coups d'épée efficace, il poussait simplement avec son bouclier tandis que les hommes derrière lui tentaient de planter des lances dans les rangs ennemis en passant par dessus son épaule, un peu à l'aveuglette. 'tain, ça allait vraiment prendre des heures !

- Poussez, poussez par El, bande de catins ! Le langage fleuri des champs de bataille, il fallait évidemment savoir parler à des gens sans trop d'éducation, envoyés à la mort sur une terre ennemie avec pour seule compagnie leurs camarades eux aussi tout tueurs qu'ils étaient.
- Hey ! Y a aussi des femmes dans vot' putain d'armée, vot' Majesté ! HaHa Ha ! lui répondit une puissante voix féminine, plusieurs rangs sur sa gauche, d'un air assez calme et enjoué malgré la mêlée. Sûr qu'il y avait eu moins de morts ces deux dernières minutes, suite au premier assaut.
- Z'avez des lames vous aussi, alors gueulez bien fort et allons baiser tous ensemble du Chalcédien ! Plantez moi vos garces d'épées dans leur jolie chaire fraîche ! LOINVOYANT ! Et il dégagea son bouclier pour pouvoir placer un violent coup d'estoc rageur en plein dans le poitrail adverse, côte de maille et veste de cuir incapable de l'arrêter. Le cri de guerre était repris telle une clameur et la ligne des Duchés avança d'un pas en faisant de même, écrasant les soldats occis sous leurs bottes alors qu'ils avançaient pour gagner du terrain. Vainqueur prit bien soin de marcher sur la tête du sien, et pas vraiment dans l'intention d'être clément.

On s’étripait avec application et on suait encore plus. Le roi remarquait que son voisin de droite avait été remplacé par un autre homme, il s'assura de son soutien d'un seul regard et ne perdit pas un instant à tenter de chercher le cadavre du premier. C'était un jeune de Rippon de 17 ans, mort pour la gloire et pour le désir d'un roi, et sa famille n'aura sûrement même pas son corps pour des funérailles. Vainqueur n'en avait que plus envie de remporter cette bataille, il pouvait accepter d'envoyer des centaines de gens à la mort mais il n'était pas question qu'ils les envoient mourir pour perdre !
Un cor retentit sur les remparts derrière lui, signal comme quoi l'escouade d'Ortwin Malvoisin venait d'engager l'arrière. La tenaille allait enfin être effective, et il était temps de finir tout ça. Décapiter l'armée adverse et laisser la panique et la peur faire le reste.
Vainqueur souleva la tête hors de la cohue - notant mentalement qu'il y avait une condition implicite de taille pour être mener des troupes et réussir à voir par dessus les armes - et chercha le type le plus décoré du lot adverse. Un gus avec un gros dragon d'or sur son casque, comme quoi les reptiles avec des ailes étaient un symbole franchement universel. Une vingtaine de mètres à sa droite et... Une flèche vint cueillir le sommet de son heaume, arrachant une pierre de sa décoration imitation "couronne", le métal résonna dans ses oreilles et il eut à peine le temps de maudire de sa malchance qu'une masse d'arme vint le soulever d'un méchant coup dans les cottes. Vainqueur espéra que les craquements soient ceux de son armure et pas ceux de ses os, alors qu'il perdait l'équilibre et tombait en arrière, rapidement submergé par une nuée de jambes aux couleurs de Chalcède.

Il entendit vaguement un "A moi ! Pour le roi ! Virez moi ces putains d'esclavagistes de là !" alors que les soldats des Duchés redoublaient d'ardeur pour récupérer le terrain qu'il venait de lâcher. Une première botte manqua de lui écraser l'entre-jambe et il replia in extremis son bouclier sur lui pour éviter d'avoir la tête piétinée. De sa main droite, il oubliait son épée pour chercher le couteau à sa ceinture. Marchez moi encore dessus bande de cons et dîtes adieu à vos tendons ! Il cracha un filet de sang, rageant contre la situation présente.


Dernière édition par Vainqueur Loinvoyant le Mar 2 Oct - 23:35, édité 1 fois (Raison : quelques corrections rapides)
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mar 2 Oct - 21:54

Avais-je trop miser sur l'effet de surprise ? Certainement car après un début de charge victorieuse, nous fûmes vite stopper dans notre élan.

Bien que la situation leur soit clairement défavorable, les défenseurs préféraient tomber sur place que de reculer.

Ce genre d'acharnement stupide m'était totalement étranger. C'est sans doute pour cela que je ne l'avais pas prévu.

Et voilà que je me retrouvais dans une cohue incapable de faire le moindre mouvement et donc de dégager mon épée plantée dans un ventre adverse.

Comme si cela ne suffisait pas un autre chaldacien me choisit pour cible avec sa lance. J'utilisais le cadavre de son confrère comme protection en vain. Ces piques allaient finir par toucher juste. Déjà une de mes épaulettes venait de sauter.

Et cette maudite épée ne voulant pas sortir. La rage me prit. Je ne devais pas mourir ainsi, pas pour ce roi côtier, loin de chez moi. Oubliant mon arme principale je dégainais l'un de mes poignards et en m'appuyant toujours sur le même mort parvins à toucher la main du lancier.

Je frappais comme un fou sans discernement. Cela suffit à faire lâcher son arme au soldat et même reculer.

Retrouvant quelque peu mes esprits, je tirais de toutes mes forces sur le pommeau y mettant même les pieds.

La lame céda brusquement et le choc me projetta à l'extérieur de la mêlée. Cela suffit à me rendre mon calme.

Je jetais un rapidement coup d'oeil sur l'ensemble. Soit nous avions le dessus. Les troupes de vainqueurs progressaient mais trop lentement.

Or le plan reposait justement sur la vitesse. Je devais réagir. Mais que faire ?

Les hommes que j'avais laissé en arrière parvenaient à peine à contenir l'arrière-garde dans l'escalier. Rien à espérer de ce coté là.

Puis mon regard circulaire finit sa course sur la porte d'entrée. Deux soldats assistés par une sorte de sous-officiers attendaient sagement avec ce carnage à coté.

Evidemment ils attirèrent mon attention. Et je compris immédiatement de quoi il en retournait. Ils se tenaient près des portes afin de faire entrer le reste des troupes, que nous avions attirés à l'extérieur.

A vue de nez pratiquement tous les hommes de Vainqueur avaient atteint les remparts. Donc si les portes demeuraient closes les renforts chaldaciens ne seraient pas en mesure de les atteindre puisque coincés à l'extérieur.

Le tout était de ne pas agir trop tard. Je laissais donc mes hommes se débrouiller. Pour cogner comme des sourds ils n'avaient pas besoin que je les guide de toute façon.

Je sautais directement du rempart. Le risque était gros. Heureusement si mes chevilles souffrirent aucune ne céda.

Le bruit causé par mon armure lors de la chute alerta les hommes postés à la porte. Le sous-officier conserva son calme et fit signe à ces subordonnés de tenir leur position tout en dégainant une longue épée.

Alors que je chargeais, lui il attendit patiemment bien sur ses appuis.

Cela lui permit de bloquer mon attaque. Il continua ainsi à profiter de son allonge et de sa puissance. Impossible de pénétrer sa garde. Ce salaud savait que le temps jouait en sa faveur.

Il fallait que je le tue dans les plus brefs délais. Sinon un régiment de cavalerie allait me piétiner.

Je jouais le tout pour le tout et foncais en estoc. En fin escrimeur mon rival placa son épée bien plus longue que la mienne sur mon chemin afin de m'embrocher.

Sauf que je chargeais volontairement bien trop à droite et donc échappais à cette mort. Arrivé ainsi à la hauteur du sous-officier, je tournais complètement sur ma droite et exécutais un coup de taille par la gauche au niveau de la tête.

Un bruit de métal et d'os cassés annonça ma victoire.

Quant aux deux soldats de la porte la tâche fut aisée. Comme de pauvres moutons ils se révélèrent totalement perdus sans leur chef.

L'un courant vers moi plus vite que l'autre, il n'y eu même pas d'attaques simultanées, juste deux charges désordonnées.

Deux revers de côtés et l'affaire fut réglée.

Juste après une voix à l'accent chaldacien ordonna d'ouvrir derrière la porte.

J'esquissais un sourire. J'avais réussis ! Cela suffirait-il ?



Dernière édition par Ortwin MALVOISIN le Jeu 11 Oct - 11:11, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Dim 7 Oct - 22:49

Si être au sol faisait de vous une cible moins dangereuse pour vos adversaires, se concentrant logiquement sur les épées qui s'agitaient en face d'eux, pour sûr que n'importe quel gars avec une demi-seconde de temps libre la mettrait à profiter pour vous la planter bien salement là où ça fait mal. Et le pire, c'est que vous n'y pouviez pas grand chose, tout empêtré à vous relever que vous étiez. Vainqueur avait réussi miraculeusement à trancher la cheville du premier type qui avait voulu écraser la tête, il avait eu la chance que la lance du deuxième soit déviée par son plastron et il pensait fermement que sa bonne étoile devait briller férocement même en plein jour lorsque l'esclave qui s'apprêter à lui fendre le crâne se fit embrocher le premier, par un garde royal venu à sa rescousse.
La gorge du Chalcédien pissa son sang sur le roi alors que ses troupes récupéraient déjà son carré de terrain, tenant en respect l'ennemi à la force de leurs bras et à l'ardeur de leur férocité. Une main se tendit vers Vainqueur, et il s'empressa de la saisir. L'instant d'après, il était de nouveau sur pied et échangeait des regards entendus avec ses troupes. La vie ne tenait vraiment qu'à un fil sur les champs de bataille, et ce fil c'était vos frères d'armes et de sang. On lui tendit une épée, on lui fila quelques claques dans le dos et c'était reparti. Vainqueur sourit de toutes ses dents.

- Ces bouffons peuvent même pas tuer des hommes à terre ! HA ! Nous sommes invincibles aujourd'hui les amis, la mort même évite notre fureur ! YAA ! La peur ressentie quelques instants plus tôt lui donnait des ailes, emplissant ses veines d'adrénaline et de soif de vivre. Vainqueur laissa ses émotions se répandre à coup d'Art, faisant profiter chaque homme un tant soit peu réceptif de sa soif de victoire. Nous sommes les Duchés et aujourd'hui mes frères, nous sommes invincibles ! Prenons ce putain de fort !

Crier des ordres était une chose et montrer l'exemple en était une autre, mais Vainqueur savait diablement bien faire les deux. Il avait le sentiment d'être né pour ça, pour briser des nez avec son bouclier, pour écarter d'une épaule des hommes que d'autres s'empressaient de tailler en pièce, pour trancher nette la jambe découverte par l'ouverture d'un de ses camarades. Il n'entendit pas les coups sur les portes, mais il entendit nettement les hourras qui s'ensuivirent.
Les remparts qu'ils avaient pris hurlaient leur joie en raillant l'ennemi et en lui criant toutes les injures les plus sales de leur répertoire entre deux vivats pour un officier qui commencera certainement à être connu. Vainqueur retint en tout cas définitivement le nom, alors qu'à l'extérieur de la place, c'était la débandade dans le camps chalcédien : les Duchés ne feraient qu'une bouchée des troupes laissées sur la plaine dehors, de simples hommes à pieds destinés à être fauchés sous les flèches des archers ou par les lances des cavaliers. Le roi se délectait du résultat et partit dans un rire excité. Il n'allait pas laissé la bataille se finir ainsi, lui aussi voulait sa part du gâteau. L'ennemi n'avait plus qu'un semblant de formation, et ce putain de commandant adverse, celui qu'il cherchait depuis tout à l'heure, lui tournait maintenant les talons, peut-être dans l'espoir de prolonger sa vie de quelques minutes, au risque de provoquer une fuite générale et ô combien futile.
T'es à moi petit homme, cours autant que tu peux ! C'était l'heure de la curée et Vainqueur se joignait à la chasse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mar 9 Oct - 21:38

Si j'en jugeais par les uniformes des cadavres tombant de la muraille, nous étions victorieux.

Vainqueur satisfait de la boucherie se mit à brailler rendant ainsi son plaisir malsain communicatif.

Quelques crétins crûrent bon au passage de m'acclamer. Donnant le change je levais mon épée avec peu de conviction.

J'étais fatigué par tant de bêtise, par cet acharnement à se trucider inutilement. Car bien que nous ayons pénétré dans la place forte et coupé toute possibilité de renfort, ce n'était pas encore finit.

Un homme assez imposant avec un casque aux décorations dorées organisait les quelques survivants parvenus à se replier dans un coin du rempart. Ce qui n'avait pas l'air d'ailleurs de déplaire à mon "roi", qui en bavait presque d'avance.

Bref bien qu'elle demeurait une évidence, la rédition n'était pas à l'ordre du jour.

Comme une cerise sur le gateau l'arrière-garde en rejoignant le meneur, avait éliminé les hommes que j'avais laissés en retrait.

Et El sait comme il était pénible d'inculper quelques notions élémentaires de stratégie à mes nouvelles recrues.

En plus je ne pouvais pas me permettre de ne pas me participer à la charge parce que... c'était ainsi.

Je pris un escalier et me mêlais aux autres soldats visiblement ravis de ma présence. J'étais l'un des héros du jour paradoxalement pour avoir empêcher de faire couler plus de sang.

Cette perspective m'arracha un léger sourire.

Par contre qu'on me pousse en première ligne pour être avec mes hommes, m'était nettement moins agréable.

Quoiqu'il en soit à présent il fallait en finir. Avec un peu de chance je serais encore en vie demain.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mar 16 Oct - 23:56

Toute bataille avait une fin, même si elle savait se faire attendre. Le baroud d'honneur des Chalcédiens arrangeait bien les affaires de Vainqueur, il n'était pas vraiment venu ici dans l'intention de faire des prisonniers, ni même des survivants. Cela ferrailla donc plutôt dur pendant encore cinq bonnes minutes, histoire que l'évidence fasse jour même dans les esprits les plus récalcitrants : aucun échappatoire ne restait, quadrillé de tous côtés par les troupes des Duchés. Le roi-guerrier se fit une joie d'ajouter sa touche au tableau en se jetant avec entrain pour percer jusqu'au dernier officier ennemi, décapitant à la fois un beau heaume et surtout beaucoup d'espoirs factices. Et même mourir en combattant finit par ne plus être un grand rêve, et peu à peu le reste des troupes - une petite vingtaine - se mit à déposer les armes, les plus audacieux demandant clémence et ceux qui avaient déjà compris une simple fin rapide.
Vainqueur brandit son épée vers le ciel, et hurla sa victoire plus que jamais certain d'être bien nommé. LA PLACE EST NOTRE ! VIVE LES DUCHES ! Les vivats retentirent en un rien de temps, exultation bien venue après tant de tension. Le roi aperçut l'officier Malvoisin non loin de lui, et un sourire encore légèrement carnassier naquit de nouveau sur ses lèvres tandis qu'il présentait l'homme du jour aux soldats d'un léger signe de la tête, qui voulait signifier bien plus. La force d'une entreprise résidait dans chacun de ses maillons, et Vainqueur venait d'en trouver un vachement solide. Le moment ne dura pas trop, et les plus sérieux des gradés ne tardèrent pas à donner leurs directives.

Comme convenu, il fallait vider les lieux au plus vite. Le jour était une victoire certes, mais le territoire ennemi était encore là et s'éterniser n'augurait rien de bon. On s'organisa pour piller ce qu'il y avait de récupérable et de transportable, les armes et les pièces d'armure formant le gros du butin de raid. Réduire la place forte en miette était le deuxième impératif : Vainqueur avait pris l'endroit une fois, il n'avait pas envie de recommencer d'ici un an, lorsqu'il envahirait véritablement les Etats.
Restait les derniers Chalcédiens, et le roi calculait déjà avec quels hommes de confiance il allait se faire accompagner pour faire la salle besogne lorsqu'un gaillard avec un peu plus de jugeote que la moyenne l'ouvrit pour sauver sa peau.
- On vaut rançon, vot' seigneurie. La garnison appartient à un clan puissant en Chalcède, ils paieront pour nous sinon cela voudrait dire qu'ils s'affaibliraient face aux autres.
- Rien à foutre des caisses d'or de tes maîtres, ils ne nous demandent pas d'autorisation pour venir sur nos terres, j'ai l'intention de leur rendre leur politesse. Et si ce petit raid fragilise d'autant le pouvoir interne, c'est aussi un profit pour moi se réjouit-il intérieurement, malgré l'attitude autoritaire qu'il voulait dégager en faisant grincer ses dents.
- Alors en informations, m'seigneur. Les lignes et les autres avant-postes, on connait et aussi...
- Putain d'enculé de traitre, ça a même pas un couteau sous la gorge que ça se vend à l'ennemi ! cracha-t-il un vieux Chalcédien blessé, interrompant le discours. Trop tard, Vainqueur avait entendu et était même diablement intéressé vu le sourire qu'il abordait.
- Achevez tous ceux qui ne peuvent pas marcher ou qui sont déjà en train de crever. On garde les hommes valides capables de soutenir une marche forcée. Allez, bougez vous, on se repose pas sur ses lauriers ! conclut-il en forçant le ton sur ses propres hommes, dans une petite autorité crue comme les soldats l'aimaient bien.


- Pas souvent que j'te vois en première ligne, Malvoisin. lança le roi pour entamer la conversation, une fois que tout commençait à se mettre en place sans que ses directives ne soient requises. Quelques minutes de calme avant de décamper pour la route du retour. Pas souvent qu'on a des batailles tu m'diras. Bah, t'es un bon, tu sais prendre des initiatives et t'as la côte auprès des hommes - surtout après ta petite prestation du jour. Je sais récompenser les succès à leur juste valeur, si tu veux de l'avancement, t'as qu'un mot à dire. Le roi avait ce privilège des puissants de pouvoir choisir quand briser les convenances dû à leur propre rang, et c'était donc avec un ton de bonne camaraderie qu'il affectionnait de complimenter son officier sur sa victoire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Ven 19 Oct - 9:28

Mes hommes étaient loin d'être des lumières, mais la discipline les poussa à rester près de moi lors de la charge finale.

Cela évita limita les angles d'attaques ennemis. Je n'avais à me préoccuper uniquement de ceux se trouvant en face de moi. Le premier soldat leva son bras, j'en profitais pour frapper sous son aisselle là où il n'y pas de protection.

Puis la boucherie se poursuivit. J'appris plus tard que Vainqueur lui-même était venu à bout du chef supposé au casque décoré.

Finalement j'eus peu de regret. S'il avait été si intelligent que je le supposais, il aurait rendu les armes.

C'est seulement lorsqu'il resta vingt survivants que la rédition se fit.

S'en suivi les formalités d'usage : cri de victoire, pillage, supplications des prisonniers....

De mon coté j'envoyais quelques hommes ouvrirent la porte à la cavalerie, qui venait d'écraser les chalcédiens demeurés à l'extérieur. Eux aussi avaient bien le droit de "s'amuser".

Vainqueur était un sanguinaire comme je les détestais mais également un homme de guerre expérimenté. Il avait parfaitement perçu mon rôle majeur dans la bataille et tenait à me récompenser.

C'était là une manière de donner l'exemple, de pousser les autres à en faire autant.

Il s'adressa au roturier que j'étais avec familiarité. Encore une particularité typique des soldats. Le fait de tuer côte à côte leur donnent l'idée que vous êtes leur ami ou frère d'arme comme ils disent.

Je parvins à demeurer amical, grâce à une joie parfaitement sincère, celle d'avoir survécu, d'avoir une fois de plus tromper la fatalité de la guerre.

Il aurait été idiot de ne pas profiter de cette opportunité que le roi m'offrait.

A sa proposition je songeais d'abord à demander une mutation à Bauge. Mais ce n'était que reculer pour mieux sauter. Je serais resté sous son bon vouloir. Si une envie de guerre lui reprennait, je pouvais encore me retrouver à risquer ma vie inutilement.

Le mieux était d'accaparer autant de ressources et d'expérience que possible pour plus tard.

"Je n'ai fait que mon devoir Sire." Dis-je d'abord obséquieux. "Mais il est vrai que j'apprécierais de commander une unité plus importante. Cela me permettrait d'effectuer de meilleures manoeuvres."
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Jeu 25 Oct - 17:20

L'officier affichait une politesse de façade diablement efficace qui tira un grand sourire joyeux sur le visage du roi, bien décidé à n'avoir rien à foutre d'une telle modestie devant la victoire du jour. Et le regard de Vainqueur pétilla encore plus d'excitation lorsque Malvoisin envisagea de pouvoir faire encore mieux qu'aujourd'hui.

- Hey si ça peut te permettre de faire des miracles encore plus grands que ceux d'aujourd'hui, par El je te l'agrandis de bon coeur ton unité ! Je passerai le mot au sein de la hiérarchie, et t'auras tout ça une fois de retour en Cerf, sois en sûr. J'me doute que ça fera encore sûrement grincer quelques dents de te voir parvenir aussi loin par contre. Hahaha, fallait penser à ça avant d'être un génie Malvoisin.

Le bonne humeur du souverain le rendait encore plus naturel qu'à son habitude, et son humour de moins en moins recherché s'en ressentait. Cela dit, au moins rigolait-il tout seul. Un moment du moins, car constatant qu'Ortwin était plutôt un bon professionnel qu'un joyeux drille le roi essaya de ne pas trop perdre la face avec ses fautes de goût. Il se gratta l'arrête du nez puis croisa les bras devant lui, trouvant un autre sujet de conversation.

- Qu'est-ce que tu as pensé de l'opération dans son ensemble alors ? Les forces du Duchés se débrouillent finalement, non ? On était loin d'être dans une affaire d'envergure comme une véritable guerre, mais c'est de bonne augure pour un futur conflit...

Un voile de doute passa dans ses yeux, Vainqueur se rendant compte qu'il avait une nouvelle fois trop parlé et il rajouta à la va-vite un "si jamais il y en a un". Ses idées de guerre, c'était plutôt connu dans le milieu de ses partisans, mais le roi attendait encore pour s'avancer réellement, nombreux et dont sa mère étaient ouvertement contre toute attitude belliqueuse.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Jeu 1 Nov - 19:14

Cet homme semblait m'apprécier du moins ce qu'il voyait chez moi : un jeune guerrier doué et ambitieux un peu son genre.

Cela me mit presque mal à l'aise. N'étais-je pas son ennemi au bout du compte ? J'étais un peu à l'image de ces chaldaciens défaits obligés de faire avec de supporter le vainqueur.

A la différence que je ne me considérais pas comme défait, mais plutôt en repli.

Vainqueur aimait également un autre aspect chez moi : mon sens tactique. Peut-être n'était-il pas la brute que je pensais.

Ce n'était pas suffisant pour que je l'apprécie. Il nous entrainait dans une guerre stupide, si j'en jugeais par ses paroles ou plutôt ses non dits.

Hélas je n'étais certainement pas en mesure de l'en dissuader. Et de toute façon je ne voulais pas trop me dévoiler.

Puis vint la question. Que faire ? Exceptionnellement j'optais pour une certaine franchise. Cela lui plairait sans doute bien ça demeure risqué. Mais je tenais peut-être là une occasion d'éviter pas mal de catastrophe et aussi de grapiller du pouvoir.

"Les hommes se sont bien battus majesté. C'est indéniable. Pourtant nous aurions pu avoir beaucoup plus de difficultés si les renforts chaldéciens étaient parvenus à rentrer dans la forteresse. D'où venait l'erreur d'après vous ?"

Comprendrait-il l'allusion ? Comment réagirait-il ? Je n'allais pas tarder à le savoir. J'espèrais que dans le pire des cas mon acte d'héroïsme me préserve.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mer 7 Nov - 14:55

Pour une fois, Vainqueur fut plutôt content du malaise que son attitude nonchalante provoquait. Avec un peu de chance cela lui permettait de compenser le sien pour avoir, encore, presque lâcher une énormité sur ses propres projets. Et c'est avec un soulagement qu'il hocha la tête aux réflexions d'Ortwin, heureux qu'il relève ses remarques sur les hommes et ignore le reste. Il accueillit la question avec une petite grimace de mécontentement.

- Je sais pas encore où exactement ça a cafouillé, mais c'est clair que prendre les remparts sans avoir sécurisé les portes par la même occasion, c'était une belle connerie. Normalement on devait bien avoir un détachement pour ça, à voir s'il a été défait ou si au final la résistance était trop grande pour gagner en vitesse jusque là, avant que tu n'arrives à t'y faufiler. A moins que...mmm, mon enthousiasme a peut-être déteint un peu trop sur les troupes avec l'Art, leur faisant oublier des ordres - le roi ne se cachait même pas d'utiliser sa magie sur ses propres troupes. Ce serait plutôt dérangeant, et il me faudra en avoir un le coeur net. En tout cas, la cavalerie et l'engagement sur la plaine n'ont pas été aussi décisifs que prévu, et les Chalcédiens étant sortis nous auraient bien emmerdés s'ils avaient fait demi-tour. J'ose espérer qu'ils auraient eu quelques pertes en plus en voulant quitter un front pour rejoindre l'autre, mais en somme les troupes étaient surtout plus organisées que ce que l'on prévoyait. Ils savent tenir leurs esclaves on dirait, et être dans la position de défense d'une place forte, ça aide pour ne pas rompre les rangs - on est bien plus en sécurité à sa battre à côté de murs qu'à quitter un champs de bataille encerclé. Le roi haussa les épaules. On a pu confronter nos idées préconçues à la réalité. On a des informations en plus. On pourra mieux prévoir la prochaine fois.

Vainqueur avait l'air plutôt satisfait, ses objectifs avaient été accomplis ici. La forteresse il s'en fichait un peu, le butin totalement, et si venger ses sujets entrait quelque peu en ligne de compte, il était surtout là pour préparer ses ambitions à lui. Et la bataille avait en ce sens était une ample source de renseignements.

- La communication c'est une vraie plaie en plein combat, je sais pas combien de signaux on a dû faire pour se faire comprendre, combien on en a raté d'autres unités à l'extérieur et combien en plus ont été compris par l'ennemi. J'ai franchement hâte que les Artiseurs recrutés avec l'Appel de printemps soient formés, ça nous simplifiera bien des choses si je peux les éparpiller dans nos troupes et ainsi maintenir un contact permanent entre tout le champ de bataille. L'officier Malvoisin semblait avoir de bonnes idées et s'autorisait même quelques questions critiques face au roi : il était donc l'auditoire parfait pour que Vainqueur soumette à son jugement ses propres idées.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mar 13 Nov - 21:16

Décidemment je ne saurais jamais y faire avec ces maudits nobles. C'est vraiment une autre espèce.

Ma suggestion visait les officiers surtout ceux responsables de la cavalerie.

Sans doute ne venait-il pas à l'esprit de Vainqueur qu'un sang bleu pouvait être incompétent ?

Par contre ses réflexions sur l'art n'intéressèrent. Ce pouvoir ne m'était pas familier. En l'entendant parler je réalisais l'implication que pouvait avoir l'art dans une guerre.

Transmettre une information en l'espace d'un instant sans tenir compte de la distance, cela révolutionnait la stratégie militaire.

Avec cela il était possible d'anticiper des mouvements de troupe à peine entamés, d'échapper à n'importe quels poursuivants....

L'avenir était clairement là-dedans.

Mon soi-disant roi me faisait visiblement confiance. Autant en profiter pour grappiller un peu de ce pouvoir fantastique si possible.

"Ces artiseurs proviennent de lieux éloignés ?" Demandais-je d'un air intéressé. "Il faudra du temps pour les rassembler ?"

En fait je voulais surtout savoir si certains d'entre eux provenaient des duchés de l'intérieur, c'est-à-dire des personnes incorporables à ma cause.

L'expression "le ver était dans le fruit" prenait tout son sens. Bien que cela me déplaisait d'être comparer à un insecte aussi répugnant.

Mais il faut parfois ne pas trop faire la fine bouche, si l'on veut parvenir à ses fins.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Dim 18 Nov - 11:47

Vainqueur haussa les deux sourcils sur des yeux remplis de surprise. Sérieusement, il ne s'était pas attendu à des questions pareilles et il lui fallut un instant pour se reprendre avant de répondre.

- Euh, eh bien normalement toutes les recrues potentielles devraient déjà être arrivées en Cerf pour que le maître d'Art Clément Ordajonc commence les cours. On a un peu de tout : de Duncan, un vieux de la garde du château, à Acuité la fille de mon cousin Glace, Duc de Béarns de son état. Par contre, pour les former, là il en faudra du temps. Transmettre et recevoir des messages, c'est néanmoins la base donc j'espère que cela pourra se faire assez vite. Il fronça les sourcils par la suite, réfléchissant. Et avant ça, tu voulais savoir si...

Le jeune roi secoua la tête de droite à gauche et se creusa encore plus les méninges. Il reposa son regard sur son officier et reprit en haussant les épaules, grimace d'incompréhension en prime.

- Mais ça peut nous servir à quoi de savoir d'où ils viennent ? Je vois pas du tout où tu veux en venir. La demande ne contenait aucun reproche ni suspicion, simplement une juste envie de comprendre. Le roi n'arrivait pas à suivre les pensées de son subalterne, chacun dans sa logique bien à lui.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Lun 19 Nov - 19:04

Apparemment il n'y avait pas d'artiseur baugien. Par contre la présence de l'héritière du Bearns était prometteuse.

Il existait une rivalité entre le souverain du Bearns et Vainqueur. Toutefois rien ne suggérait que Glace soit prêt à amputer le royaume. Quoique si cela était le prix nécessaire pour monter sur le trône de Cerf ?

C'était à étudier. Seulement j'étais assez loin de la cours et de ses intrigues pour être en mesure de me renseigner.

Vainqueur commença à me questionner. J'écartais rapidement un soupçon éventuel.

"J'ai mal compris. Je croyais qu'ils n'étaient pas encore sur place à Cerf. Donc je me demandais combien de temps ils leur faudraient pour y parvenir."

J'essayais ensuite de tirer encore quelques informations au souverain.

"Sinon deux artiseurs potentiels ce n'est pas énorme." Déclarais-je feignant toujours un intérêt purement tactique.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Jeu 22 Nov - 15:28

Un large sourire amusé et même un peu moqueur éclaira le visage du roi, alors qu'il répondit à son subalterne avec un petit rire.

- Tu devrais vraiment passer plus de temps dans le château. Je sais que les militaires, surtout ceux qui comme toi ne sont pas nobles, n'y sont parfois pas à l'aise, mais tu vas vraiment en rater des choses haha. Le jeune roi essayait de voir si sa taquinerie passait, mais il eut quelques doutes. Et vu comment ça dernière phrase avait été comprise, il préféra rajouter un "Je te taquine Ortwin, pas de soucis."

- Par contre, je m'exprime n'importe comment et donc je voulais dire qu'il y avait un paquet d'artiseurs mais qu'on y trouvait vraiment de tout, de la noblesse, du forgeron, des jeunes, des moins jeunes... J'ai cité Duncan et Acuité comme exemples, parce que c'est ceux que je croise le plus, l'un étant un garde du château et l'autre ma 'tite cousine, mais je crois qu'il y a aussi un Vaillant, un jeune noble qui veut un peu trop faire ses preuves, mais il a un esprit volontaire - tiens, d'ailleurs je crois qu'il vient de Bauge comme toi, Gué de Négoce si je me souviens bien. Après, je ne croise pas vraiment le reste des apprentis, ils ont un emploi du temps assez chargé, tout comme moi.
J'avais demandé à Clément de procéder à un Appel d'Art assez puissant, pour pouvoir avoir un peu plus de recrues que d'habitude justement. J'espère bien qu'à la fin de leur formation ils soient au moins une dizaine, voire une petite vingtaine.


Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Jeu 22 Nov - 19:16

Damné sang bleu ! Toujours méprisants pour ceux ne fréquentant pas leurs petites cours.

Enfin celui-là tentait au moins de se rattraper et de dissimuler ce fait.

De mon coté je fis mine de le prendre à la plaisanterie en poussant un petit ricanement complice.

Décidemment j'enchainais les victoires. D'abord une sur les chalcédiens, puis une seconde sur Vainqueur.

Dans ce dernier cas il ne fallait pas se vanter non plus. Ce n'était qu'une petite bataille. En tous cas j'étais parvenu à la fois à dissimuler la véritable nature de mon intérêt pour les artiseurs au souverain tout en lui tirant les renseignements voulus.

Les artiseurs comptaient donc au moins un baugien dans leur rang. Ce vaillant m'était vaguement familier. Si l'on tient compte de mes faibles connaissances de la noblesse celà signifiait qu'il devait avoir une certaine importance.

J'enverrais une lettre à ce sujet à mon frère. Qui sait il pourrait peut-être me renseigner ?

En tous cas je m'abstenais de questionner Vainqueur là-dessus. Soit il était arrogant, et égoiste comme tous les nobles, mais il disposait aussi d'une certaine intelligence. Donc il ne valait mieux pas trop prendre de risque.


Ce Vaillant pourrait faire un allié de choix. Un espion au sein même du clan d'Art. Je n'osais imaginer la perspective que cela représentait. Jamais l'expression le vers dans le fruit n'aurait été aussi bien adapté.

Quoique peut-être était-il un de ses fidèles à la royauté Loinvoyant.

"Autant de recrues !" M'exclamais-je. "C'est prometteur."

Puis l'un de mes hommes nous interrompit.

"Regardez ce que j'ai trouvé chef." Me dit-il des livres entre les mains. "Vous aimez ça non ?"

Il croyait bien faire le pauvre. Hélas les circonstances n'étaient pas en sa faveur.

J'indiquais d'un air grave le roi, que mon subordonné n'avait pas remarqué.

"Pardon sire." Cafouilla-t-il. "Je ne vous avais pas vu. Désolé de vous avoir interr..."

Je lui vins en aide en prennant les ouvrages et en lui signifiant de partir.

Il est vrai que sa trouvaille était insolite. Généralement dans ce genre de petit fort on trouvait des cartes et quelques parchemins contenant des messages, mais des livres ! Il y avait de quoi être intrigué.
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Dim 9 Déc - 22:33

L'enthousiasme de l'officier était bon signe, du moins c'était ce qu'espérait le roi. Si les possibilités laissaient par l'Art étaient en effet attrayantes, c'était le vieux maître d'Art Clément qui se chargeait de l'apprentissage. Cette magie touchait à l'esprit des hommes, et Vainqueur n'était pas dupe que les futurs artiseurs ressembleraient plus à l'image de Clément qu'à celle qu'il voulait leur donner. Le vieux partisan de sa mère avait assez de retenue pour ne pas s'opposer directement à lui, mais transformer ses futures magiciens en pacifistes amoureux de la recherche était une action que le roi imaginait bien germer dans la tête de Sire Clément Ordajonc.
On les interrompit et Vainqueur eut un regard dur, plus pour lui même en réalité que pour le pauvre soldat qui se fit tout petit devant lui. Penser à trop long terme sur de pures suppositions, ça ne menait jamais bien loin. Revenir à des choses concrètes avait du bon.

Un sourire amusé étira les lèvres du roi, savourant sans y prendre part l'échange de regards entre l'officier et son subordonné.

- Curieux. Des amateurs de littérature dans les rangs de nos ennemis ? lança-t-il en question ouverte pour faire parler Malvoisin, qui avait déjà les yeux parcourant les différents titres.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Lun 10 Déc - 21:26

"Il y en a aussi dans vos propres rangs, ignare !" Pensais-je.

Puis en observant les livres, je palis légèrement. Ces ouvrages représentaient plus de dangers qu'on ne pouvait le croire. Et des dangers immédiats.

Ce n'était pas vraiment leurs contenus (que je connaissais en grande partie), mais plutôt leurs présences qui n'auguraient rien de bon.

Je décidais de ne rien cacher au vue de la situation.

"Ces livres n'ont pas été consultés." Expliquais-je d'abord en enlevant les ficelles autour. "Ils étaient probablement en cours de livraison. Tous ces ouvrages viennent des six-duchés : un compte-rendu sur un de nos conflits avec les outriliens, la biographie de l'un de nos généraux, un traité sur l'architecture militaire..."

Vainqueur était un combattant professionnel. Sans doute avait-il compris ce que cela voulait dire.

Pourtant je me fendis d'une petite conclusion sans doute plus pour moi-même :
"Bref des écrits très instructifs pour qui veut nous envahir."

J'avais bien besoin de cela. Une grande invasion ennemie avec la possibilité encore plus élevée de mourir les armes à la main pour ces maudits six-duchés.

Au moins il en serait peut-être finit de cette stupide incursion. Rassembler nos forces, former d'autres troupes pour consolider nos frontières, me semblaient être les manoeuvres adéquates.

Vainqueur verrait-il les choses ainsi ?
Revenir en haut Aller en bas
Vainqueur Loinvoyant
Roi des Cinq-Duchés
avatar

Messages : 565
Date d'inscription : 30/01/2011
Age : 31

Feuille de personnage
Fonction: Roi des Quatre-Duchés
Âge: 29 ans
DC: 0

MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Dim 16 Déc - 20:37

Autant pour les questions puériles, le teint de Malvoisin ramena directement le roi à un peu plus de sérieux. Patiemment, il attendit que l'officier fasse son effet... ne comprenant tout d'abord pas où il voulait en venir avec cette histoire de consultation, puis écarquillant les yeux à son tour lorsqu'il lui apprit le contenu des bouquins.

La conclusion tomba comme un couperet. Nette et précise. Vainqueur avait encore du mal à y croire, forçant son cerveau à trouver d'autres hypothèses : les raids sur ses frontières étaient assez nombreux et répétés, pourquoi craindre une réelle invasion plutôt que les pillages habituels ? ces livres pouvaient tout aussi bien servir pour la défense de leur propre territoire non ?
Le constat était pourtant plutôt clair : cet échantillon de bibliothèque ressemblait bien trop à tous les ouvrages sur Chalcède qu'il consultait dernièrement, pour préparer sa propre invasion. Les Etats voisins auraient-ils donc le même dessein que lui ?

- L'hypothèse est... fondée, mais il faut se garder de conclusions...hâtives. Le ton n'était pas vraiment celui d'un homme convaincu, et la dernière phrase d'Ortwin avait visiblement perturbé son roi. Nos relations ont toujours été tendues avec Chalcède, quelques livres ne sont pas nécessairement synonymes de projets d'invasion, même si leur présence est en effet perturbante...

Et pas que leur présence ! Vainqueur baissait les yeux, le menton dans sa main en pleine réflexion intérieure. Comment avaient-ils obtenu ces livres ? De tels traités ne couraient pas les rues, étaient-ce des copies, des ouvrages d'occassion, des emprunts directs venant de la bibliothèque de Cerf, d'une maison noble les ayant vendus... ou les ayant trahis ? Le roi savait que les complots se montaient bien plus facilement dans l'imagination que dans la réalité, mais si lui y avait pensé, d'autres y penseraient sûrement.
Le choc de cette révélation lui fit porter un regard nouveau sur son officier. Vainqueur lui-même n'en revenait pas, une telle possibilité offerte sur un plateau. Le roi parla à mi-voix, ne désirant pas être emporté par ce possible enthousiasme.

- Mais si... ton hypothèse est vraie... Vainqueur avala sa salive, bordel non c'était trop simple, ça ne marcherait jamais... alors, nous avons... un casus belli.

Le temps d'une respiration, le cours des choses semblaient s'être arrêté. Comme si les dernières barrières, les hésitations finales qu'il pouvait avoir sur son désir de guerre, son putain de désir personnel d'envoyer son propre pays en paix dans une fichue guerre, comme si tout cela avait été balayé d'un coup par le souffle du destin et de ses hasards.
Le moment passa, et le roi reprit un regard déterminé. Chalcède serait à lui.

- Nous discuterons avec le reste de l'Etat-Major que faire de ces documents, en Cerf, au calme, en comité réduit et tu y es invité. En attendant, pas un mot sur tout ça officier Malvoisin.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   Mar 18 Déc - 18:51

Deux raisonnements se mélangèrent en Vainqueur.

Celui du soldat professionnel, qui le guida vers ce que j'espèrais. A savoir un prudent regroupement de nos forces.

Mais il y avait aussi le noble arrogant et capricieux. Lui il voyait là-dedans une occasion d'invasion, d'agrandir son pouvoir au prix du sang des gueux comme moi.

Il fallait voir les choses en face. Vainqueur m'inspirait une certaine considération, mais il resterait malgré tout un ennemi.

Et il n'y a rien de pire qu'un adversaire honorable. On hésite, on se sent même parfois coupable face à lui.

Pour l'heure j'évaluais la situation, qui m'était imposé comme d'habitude.

Ce passage à Castelcerf me serait sans doute profitable, si je savais m'y prendre.

Mine de rien Vainqueur avait raison sur un point. Mes lacunes en politique étaient vastes. Je pourrais sans doute les combler à la cour. D'ailleurs j'avais déjà certaines rencontres en tête.

"Ce sera un honneur de compter dans les rangs de l'Etat-Major, sire. Et ne vous inquiètez pas, je saurais tenir ma langue." Dis-je poliment.

Puis je désignais d'un regard mon subordonné s'étant quelque peu éloigné, avant de poursuivre.

"Quant à lui, je ne crois pas qu'il a compris grand chose. Il ne sait même pas lire."
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au milieu de la sueur et du sang [Juin 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Urdnot Krusk (Terminé dans la sueur et le sang)
» La sueur et le sang [ Merisha Gunder ]
» Don de sang
» Monture sang-froid et homme lézard
» Début de soirée en milieu hostile ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Province des Etats Chalcèdes
-