AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Clément Ordajonc, maître d’Art

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Clément Ordajonc, maître d’Art   Ven 22 Juin - 22:17

* Pièce d'identité :

  • Nom : Ordajonc
  • Prénom : Clément
  • Surnoms : aucun qui ne l’ait suivi jusqu’à aujourd’hui (ou alors, il n’est pas au courant)
  • Âge : 82 ans
  • Profession/occupation : maître d’Art des Quatre-Duchés
  • Lieu de naissance : Castellonde en Béarns
  • Lieu de résidence : Castelcerf
  • Ascendance : petite noblesse et marchand enrichi, puis ruiné
  • Opinion politique :
    Pour un statu quo – rien de bon ne sortirait d’un conflit ouvert avec leurs voisins, et les Quatre-Duchés ont déjà suffisamment de ressources pour satisfaire un souverain raisonnable. Clairement, sa préférence va donc à Bienséance plutôt qu’à Vainqueur, même s’il s’efforce de concilier ces deux allégeances.
  • Moyen de défense :
    Il a jadis appris à se servir d’une dague, mais s’il devait en avoir besoin maintenant, il est peu probable que ses membres n'en auraient encore ni la mémoire, ni la force.
  • Magie :
    L’Art, évidemment, qu’il maîtrise à la mesure de ses longues années d’études et de recherches sur le sujet. Pourtant, il préfère se cantonner à son usage traditionnel, et ne pas tenter d'approches incertaines ou potentiellement dangereuses.
  • Inventaire :
    Une nette préférence pour le spirituel plutôt que le matériel, ne l'a pas conduit à amasser les biens. Sa chambre à Castelcerf est meublée sobrement, mais confortablement - profiter de sièges moelleux et de chaudes couvertures a pris une grande importance à son âge. Son apparence suit la même règle, dénotant d'une garde-robe passée de mode, réduite à l'utilitaire et ignorant l'originalité.
    Il existe cependant quelques objets qu'il garde précieusement : tout d'abord, une collection impressionnante de parchemins, qu'ils soient d'anciens manuscrits de valeur, des copies souvent effectuées par ses soins, ou un rassemblement de notes qu'il a prises lui-même. Tous traitent de l'Art, et sont conservés dans un coffre verrouillé, car Clément est d'avis que ce ne sont pas connaissances à placer entre toutes les mains.
    Il dispose également de matériel pour rédiger de tels écrits, parchemins vierges, plumes et pinceaux divers, accompagnés d'un panel de pigments de couleur pour les encres et les peintures. Car Clément ne les utilise pas uniquement pour l'écriture, il se charge en outre des illustrations. Il peut même lui arriver, lorsqu'il parvient à se ménager un moment de libre, qui ne soit pas totalement envahi pas un besoin d'artiser, de peindre pour le plaisir. Les esquisses finiront généralement en cendres dans l'âtre de sa cheminée, cependant, quelques-unes ont trouvé place pour décorer ses appartements - principalement, de rudes paysages de son Béarns natal.
  • Aptitudes : l'Art, une bonne mémoire, son ancienne formation de scribe (écriture et illustration)

* Liens familiaux, amicaux et professionnels :

Les personnes dont le vieil homme se sent le plus proche sont naturellement les membres de son clan d'Art, avec qui il partage le lien privilégié de cette forme de magie. Même si chacun garde un espace privé, ils se connaissent de près les uns les autres. L'actuelle distanciation de certains d'entre eux, induite par les frictions entre partisans de Vainqueur ou de Bienséance, l'attriste, même s'il n'en fait pas état.
Dans une moindre mesure, cette affinité se retrouve avec ses élèves, passés ou actuels - l'affection qu'il leur porte étant souvent en fonction de leur bonne ou mauvaise volonté à suivre ses enseignements. Clément refuse en effet de perdre son temps avec ceux qui ne se donnent pas la peine de l'écouter, mais fera tout son possible pour aider l'apprenti qui manifeste des efforts sincères.

En tant qu'artiseur au service de la Couronne du duché de Cerf, Clément entretient également des relations privilégiées avec la famille royale. Dans le fond, il a du mal à considérer réellement Vainqueur comme son souverain, qui restera toujours Prospère. Les deux hommes avaient étudié l'Art ensemble, et en avaient gardé un lien plus proche d'une camaraderie d'artiseurs.
Pour Vainqueur, c'est différent. Même s'il l'a instruit dans son domaine de prédilection, les réticences de ce dernier à se plier à la discipline, ainsi que ses idées réactionnaires - pour Clément - ont toujours empêché l'établissement d'une amitié de la sorte. Le maître lui reste cependant fidèle - jusqu'à maintenant - et tente de concilier les exigences du passé avec celles du présent.
En-dehors des convergences ou divergences d'opinions, Clément garde généralement une certaine distance vis-à-vis de ceux dont il prend les ordres. Respect ou froideur, à chacun de juger, toujours est-il qu'il ne cherche pas à se mêler de leurs affaires lorsqu'elles ne le concernent pas - et attend d'eux qu'ils en fassent autant.

Sur le plan familial ou amical, il ne reste plus à Clément de connaissances de sa génération. Son existence en partie recluse ne l'a pas aidé à nouer des contacts en-dehors du lien d'Art, et il ne le cherche pas non plus.
Il conserve quelques contacts irréguliers avec des neveux ou autres jeunes parents éloignés, qu'il connaît peu et n'a pas vus depuis longtemps. Cependant, si l'un d'eux vient à Castelcerf, le vieux maître d'Art sera tout à fait prêt à l'aider, dans la mesure du raisonnable - ne lui demandez pas de dévaler les escaliers du château de haut en bas, ni d'user de son influence pour obtenir un privilège.
Il n'a pas de descendance, et rares sont ceux qui connaissent la relation passionnée qu'il entretint jadis avec Primevère, artiseuse au sein de son tout premier clan.
* Apparence physique :

Dans sa jeunesse, Clément avait tout d'un typique habitant de la région : brun d'yeux et de chevelure, avec des épaules plutôt larges pour une taille modeste. La pratique intensive de l'Art lui a peu à peu fait perdre de l'épaisseur, et l'âge lui a également pris un quota de centimètres, lui donnant l'apparence d'un petit vieillard tassé sur lui-même. La blancheur actuelle de sa chevelure encore fournie, ainsi que de sa barbe, ne font rien pour briser cette image, cependant, son regard, toujours sombre et vif, dément toute possibilité de diminution mentale.
Sa mise exempte de tout colifichet est un modèle d'austérité : vêtements généralement sombres, sans ornements, et bien éloignés des canons de la mode. Depuis quelque temps, il lui arrive de s'aider d'un bâton - qu'il refuse d'appeler canne - pour ses déplacements, même s'il s'efforce de s'en passer autant que possible. Il compense la  lenteur de sa démarche actuelle, qu'il ne peut guère améliorer, par une régularité qui peut passer pour mécanique.
* Description psychologique :

Discipliné et possédant toujours la bonne mémoire de sa jeunesse, Clément a également été favorisé, dans son apprentissage de l'Art, par un goût prononcé pour les choses belles et bien faites. Pas question de bâcler ses tâches. Un mépris certain pour la paresse ainsi que les usages 'dévoyés' de l'Art peuvent le faire considérer comme particulièrement strict, ce à quoi contribue également son attitude conservatrice. Cependant, fidèle à son nom, Clément ne manifeste pas de cruauté gratuite. Pour peu que vous y mettiez de la bonne volonté et que vous ne cherchiez pas à renverser l'ordre établi, il pourra même s'avérer un allié précieux.

Du point de vue relationnel, une distance certaine caractérise le maître d'Art au premier abord. Les contacts par ce biais l'ont déshabitué des relations humaines simples, et il est généralement peu enclin aux bavardages, caquetages de cuisine comme langue de bois diplomatique - pures pertes de temps à son avis. Pour lui, la parole n'est qu'un outil, qu'il sait bien peu adapté en comparaison des possibilités offertes par l'Art. En plus de cette apparente rudesse, pareille à celle de sa région natale, il tient de ses parents une fierté puissante qui, si elle ne le conduit pas à se vanter en public de ses succès, l'empêche de se plaindre ou de montrer ses faiblesses. Il refuse en particulier de reconnaître devant témoins à quel point l'âge a prise sur lui, bien qu'il ne puisse le nier totalement.

Par ailleurs, il aime son domaine d'expertise au-delà du raisonnable, avec une soif d'en savoir plus - même s'il n'applique généralement jamais ses découvertes, trop dangereuses à son goût - qui l'a conduit à passer de longues journées dans l'étude de parchemins et la collecte d'informations diverses. Depuis toutes les années qu'il le pratique, l'Art est devenu une partie de lui-même, un besoin aussi vital que l'air ou la nourriture. Cette dépendance n'a cessé de grandir au cours du temps et, assez logiquement, il rêve désormais de finir comme le roi Sagesse, en sculptant son propre dragon d'Art.
* Histoire :

Dans la famille Ordajonc, petite noblesse béarnaise, l'on cherchait un bon parti pour l'unique héritière du nom, tout en s'efforçant de ménager les cordons d'une bourse déjà bien malmenée. Lorsque la dite demoiselle fit la connaissance d'un fils de marchand plein de projets, et déjà détenteur d'une affaire florissante, leurs rendez-vous furent volontiers approuvés, puis tous deux furent tout aussi encouragés dans leur idylle naissante. Les jeunes gens s'appréciaient, et comme leurs parents étaient bien loin de voir un inconvénient à des liens plus étroits, les épousailles suivirent sans accroc. Le marchand y gagnait un titre de noblesse, et sa nouvelle épouse voyait son avenir assuré financièrement. Le fils qui naquit quelque temps plus tard leur apparut comme une confirmation supplémentaire des bons auspices présidant à leur union, mais le jeune couple devait tomber de haut.
La récente fortune de l'homme, basée sur le commerce d'essences de bois rares, fut un triste jour réduit en flammes par un raid pirate. Sûr de lui, il avait tout misé sur cet unique secteur, et voilà que tous ses investissements venaient de partir en fumée. Il n'était pas de ceux qui se laissent abattre, mais après avoir trouvé closes les portes de ceux qui se disaient ses amis, et tenté en vain de relancer son affaire, il dut bien se résoudre à la réalité : la roue du destin avait tourné pour lui, et sa famille devrait maintenant apprendre à vivre plus modestement. Leur aîné apprit le métier du commerce avec son père, et les suivants - car la maisonnée s'était agrandie au cours des années - furent également incités à apprendre un métier pour gagner leur subsistance.

Clément, dernier de la fratrie, avait montré des dispositions lors des cours de base auprès du scribe de Castellonde, et son goût pour les parchemins ainsi que le travail bien terminé semblait le prédestiner à cette orientation, mais c'était sans compter sur une nouvelle manœuvre du destin. Après avoir suivi un enseignement poussé de la part de son instructeur, le jeune homme était finalement parti au long des routes pour proposer ses services de scribe fraîchement émoulu, lorsqu'un Appel d'Art fit dévier son chemin. Arrivé à Castelcerf, il apprit, à sa propre surprise, qu'il possédait un bon potentiel d'artiseur.

Quittant ses plumes et ses parchemin, Clément Ordajonc commença un nouvel apprentissage, qui lui ouvrait des espaces qu'il n'avait jamais imaginés, et vers lesquels il se serait engouffré avidement si Vigilance, la Maître d'Art de l'époque, n'avait pas veillé à la sûreté de ses élèves. Le retour du roi Sagesse sous forme de dragon, à cette époque, ne fit qu'augmenter l'envie de savoir de l'apprenti artiseur, et la discipline acquise auprès de son ancien maître scribe l'aida à progresser rapidement. Dans le même temps, il se prit à apprécier de plus en plus la compagnie d'une autre brillante élève, Primevère, tout aussi impliquée que lui dans ses leçons. S'il existait au départ une simple amitié entre eux, ce sentiment se métamorphosa peu à peu en quelque chose de bien plus profond - le lien d'Art amplifiant ce nouvel élan autant qu'il était amplifié par lui.
L'intégration des deux jeunes gens dans leur premier clan vint couronner cette période de découverte. Rien ne leur semblait de taille à leur résister, et les quelques erreurs, prises très au sérieux par Vigilance qui les qualifiait d'avertissement, ne suffirent pas à tempérer leur enthousiasme pour ce domaine si prometteur. Primevère et Ajonc se complétaient et s'exhortaient l'un l'autre à expérimenter toujours plus loin, progressant ainsi rapidement, et négligeant peu à peu les recommandations de sécurité de leur maître, puisque tout se passait toujours bien. Sous ce ciel qu'ils voyaient sans nuage aucun, il fut bientôt question de mariage, et, une dizaine de jours avant la fête, les préparatifs allaient bon train dans une ambiance toujours aussi idyllique.
Ce matin-là, pourtant, devait marquer le point final de leur histoire commune. Toujours plus entreprenants en Art, et toujours moins prudents, il arriva ce qui devait arriver. Grâce à l'intervention de Vigilance, le jeune Ordajonc put être ramené in extremis au monde physique, mais pour sa compagne, il était trop tard : elle s'était plongée trop profondément dans le fleuve de magie, et personne ne put empêcher Primevère de se faner en plein printemps de sa vie.

Suivit pour Clément une sombre période, pendant laquelle il n'était plus tout à fait conscient de la réalité, et l'épuisement physique de sa dernière séance d'Art n'en était pas le plus responsable. Si son professeur ne l'avait veillé avec tant de sollicitude, il se serait sans doute abandonné à suivre les traces de Primevère, mais la vieille femme, si elle lui épargna tout sermon - elle savait bien qu'il n'avait pas seulement perdu une camarade de travail - ne lui laissa pas plus le loisir de suivre la voie de la facilité. Grâce aux attentions de Vigilance, Clément émergea peu à peu. Plus renfermé que par le passé, moins enclin à donner de lui-même, il avait bien changé en comparaison du jeune artiseur insouciant qui avait intégré le clan quelques années plus tôt.
Il lui fallut encore de longs mois avant d'oser renouer contact avec la magie qui lui avait tant enlevé. Cependant, pas un instant, il n'avait songé à se refuser à l'Art : ç'aurait été s'avouer vaincu, et sa fierté personnelle s'y refusait - sans compter qu'avec l'usage intensif qu'il en avait fait du temps de Primevère, la dépendance s'était déjà bien installée. Reprenant à la base, il appliqua cette fois les conseils de Vigilance à la lettre, témoignant même parfois d'une prudence excessive. Si son Art avait perdu de sa flamboyance, il retrouva cependant peu à peu sa puissance, et cette fois, elle était réellement maîtrisée.
Clément ne se consacra plus alors qu'au service d'une seule personne : le roi Prospère, lequel avait également fait partie de ses compagnons d'apprentissage. Si la présence de Primevère avait éclipsé toute autre personnalité pour le jeune artiseur, il apprenait maintenant à mieux connaître son souverain, ainsi qu'à l'apprécier. Malgré le vide toujours présent qu'avait laissé sa compagne, et pour le combler autant que pour apaiser sa soif d'Art, il se mit à faire des recherches sur la magie des Loinvoyant - sa stratégie avait complètement changé en comparaison des essais fougueux de jadis - en s'appuyant pour cela sur sa formation initiale de scribe. Sa connaissance s'accrut peu à peu, et lorsque Vigilance décida de former son successeur, c'est tout naturellement qu'elle se tourna vers Clément Ordajonc - qui accepta tout aussi naturellement la tâche qu'elle lui proposait.

De loin en loin, ses relations les plus proches - ceux qui l'avaient connu en même temps que Primevère - disparurent, emportées par l'âge. Cela commença par la Maître d'Art, de qui il prit la place comme elle l'avait prévu, et s'il surmonta cette nouvelle perte, il eut l'impression que c'était une deuxième mère qui s'en était allée avec Vigilance. Membres de son clan d'origine, et frères et sœurs, dont il n'était plus très proche depuis longtemps, s'éteignirent les uns après les autres. L'éducation à l'Art du jeune Vainqueur lui fut confiée lorsque ce dernier eut atteint l'âge approprié, et si le prince était assurément doué, son professeur désespérait de lui inculquer un minimum de prudence, celle dont son expérience lui avait cruellement prouvé l'importance - même si l'affaire était maintenant oubliée de tous, sauf de son principal témoin, bien entendu.
Alors que son clan d'Art avait plusieurs fois changé de géométrie, et que Clément ne comptait plus les apprentis formés par ses soins, ce fut au tour du roi de rejoindre ses ancêtres. Prospère disparu, le Maître d'Art se retrouvait seul survivant de sa génération, mais depuis le temps, il s'était fait à sa solitude. Plus compliquée fut l'entente avec le nouveau souverain, car Vainqueur semblait vouloir faire prendre un virage abrupt à la politique pratiquée par son père - en plus de considérer la magie de sa lignée avec la même insouciance que par le passé. En même temps que les opinions du jeune roi s'éloignaient de celles de sa mère, des fissures apparurent dans la cohésion jusqu'alors à toute épreuve du clan d'Art, et Clément se demande de plus en plus souvent jusqu'à quand il pourra satisfaire à ses deux allégeances - celle envers Prospère, désormais représentée par Bienséance, et celle envers le roi actuel, dont il est loin d'approuver les décisions.

* Hors jeu :

  • Avez-vous lu les romans de Robin Hobb ? Une bonne partie : dans l’ordre, Retour au pays, Les Aventuriers de la mer, et L’Assassin royal. Me manque juste les Dragons et serpents pour l'univers dont on cause ici
  • Expérience RPG : 3 ans avec une Ténébrane, un peu plus avec une Pernaise que j'ai fini par lâchement abandonner, et quelques raté(e)s de passage (du Tolkien et du Robin Hobb, dont les forums n'ont pas tenu à vitesse convenable). Un nouveau Ténébran maintenant, en parallèle avec mes p'tits chous d'ici.
  • Avez-vous lu le règlement ? oui cheffe !
  • Un commentaire ? je sais que je dois avoir l'air de faire des allers et retours... mais le retour fait toujours hyper plaisir ! promis j'essaye de rester vraiment cette fois
  • Comment avez-vous connu le forum ? C'est pas moi, m'dame, c'est pas moi ! C'est Flèche qui m'a ramenée.
  • A quel niveau désirez-vous vous impliquer dans le forum ? alors là, j'ai pas vraiment idée... Je ferai ce que je peux, parce que j'ai toujours envie qu'il se passe des choses intéressantes ici. Mais j'ai aussi des projets à plus long terme qui ne devraient pas me rapprocher des écrans, bien au contraire.


  • Crédits avatar : d'après King Theoden par AlasseaEarello
  • Votre personnage résumé en moins de 100 mots
    Clément Ordajonc, actuel maître d'Art de Castelcerf, est pour certains un vieillard maussade difficile à supporter, et pour d'autres un homme dont l'influence ne peut être négligée. Qu'on le considère comme érudit détenteur de secrets oubliés, professeur maniaque aux méthodes archaïques, ou encore solitaire témoin d'une époque révolue, peu lui importe en apparence. Des questions bien plus importantes se posent à lui : pourra-t-il longtemps concilier ses fidélités contradictoires ? Bienséance ou Vainqueur ? Le château de Castlecerf où le retient sa fonction, ou le royaume des Montagnes où l'attend son dragon de pierre ?
Revenir en haut Aller en bas
 

Clément Ordajonc, maître d’Art

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» La «frontière» est-elle carrément fermée entre Haïtiens et Dominicains même au Q
» Demande d'agrément
» Croix de bois, croix de fer, si je ment je vais en enfer ! [PV : Hikari]
» Floodeurs, floodeuses, on vous ment !
» Le Cinquième élément [DVDRiP] uptobox

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Registre des personnages :: Personnages validés :: Des Cinq-Duchés
-