AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Bienvenue au bal [août 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Jeu 6 Sep - 1:25


Félix

Avec chaleur (à moins que ce ne soit le vin), la fée accepta l'invitation du chat, et tous deux s'avancèrent sans attendre sur la piste.

- Je ne pense pas que nous ayons des chances de remporter le titre, mais il est toujours plaisant d'essayer !

Telles furent ses premières paroles, et Félix esquissa un sourire complice. Après quelques foulées enlevées, il murmura en retour :
- Je crois que nous savons très bien, vous et moi, qui sera ennobli ce soir.

Un peu plus loin, le chevalier et sa Dame-dentelle valsaient. Les corps étaient réunis, mais les esprits ? Ils n'étaient pas assez proches, et bien trop occupés, pour juger de la teneur des mots échangés.

- Mais de quelle couronne s'agit-il ? Telle est la question. Elles ne se contentent jamais d'être la Reine d'un soir, poursuivit-il, mutin.
Risquerait-il un mot hardi ? Il se ravisa.

- Cependant, il ne faut jamais brader la peau de l'ours avant de l'avoir marchandée. N'est-ce pas ce qu'on dit, en Béarns ?

Et, entraînant sa cavalière dans des mouvements de plus en plus sophistiqués, il ajouta :
- Il m'appartient, ce soir, de vous donner des ailes.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Jeu 6 Sep - 19:52



Voilà donc que Vainqueur jouait les coquets avec une dame de dentelle…Vanille pouffa de le voir si bon dans ce rôle. Il faut dire que le déguisement de chevalier lui allait bien, et sa danse était parfaite. Le baiser sur la main, le fait de lui susurrer quelques mots en se plaçant si près…
Par El, prenait-il vraiment plaisir à tourmenter le cœur des Dames ? Car elles étaient toutes là, à se pavaner pour ses beaux yeux. Se rendait-il compte ce qu’un seul mot, un seul contact pouvait déclencher dans l’esprit et dans le cœur chez ces jeunes femmes ?

Elle ne le jugea pas si cruel. Après un haussement d’épaule, elle but une nouvelle gorgée. Comme le vin était bon, et la musiques entêtante…à moins que cela ne soit l’inverse.
Elle sourit dans son coin, et leva la tête vers les étoiles. Le ciel était dégagé, les lumières nocturnes scintillantes, cette soirée était belle.

Lorsqu’elle reporta son attention sur les convives, elle aperçut le chat qui dansait avec un papillon. Lui arracherait-il les ailes ? Elle rigola seule de sa propre pensée, diantre…ses blagues étaient mauvaises avec un peu d’alcool dans le sang.
Plus loin, un homme au costume austère et effrayant dansait avec une dame à l’éventail qui paraissait fort distinguée…et Hop, une chute sur la piste de danse d’un pantin blanc. Ah, la dame dentelle venait de se retrouver abandonnée, alors que le Roi cherchait une nouvelle heureuse, ou victime au choix. Là encore, son sourire s’élargit.

La soirée ne faisait que commencer, et elle était ravie de pouvoir observer tout ce beau monde depuis son poste de guet. Sa coupe était vide, elle ne tarderait pas à aller quérir un nouveau verre.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Jeu 6 Sep - 20:12



Les mots d’abord, puis le baiser sur sa main la prirent au dépourvu. Le Roi se pliait si aisément à son caprice de lettre qu’elle ne sut que répondre. Et puis virent les autres mots du Roi.
Malgré le masque de métal, elle put sentir son souffle chaud effleurer son oreille, ce qui lui provoqua une sensation étrange dans le ventre. La tirade la surprit autant que la façon dont il la prononça, mais le résultat était le même : son cœur battait la chamade devant tant d’assurance et de promesses dissimulées. Elle chercha à ne pas s’emballer sur tout ceci, il était encore bien trop tôt.

Mais tandis qu’il s’en allait à la recherche d’une autre Dame à contenter, elle resta pantelante, les joues empourprées, en proie à ses propres sentiments. Son cœur cognant si fort dans sa poitrine qu’elle eut crû le voir traverser ses côtes pour venir s’étaler piteusement devant toute l’assemblée.
Elle y porta sa main, comme pour l’intimer de se calmer, mais la pulsion était bien trop puissante. Aussi, elle se concentra sur sa respiration saccadée, pas seulement par rapport à leur danse. Enfin, elle déglutit discrètement, tachant de se donner une certaine contenance avant de porter son regard sur la Reine.

Sans hésiter plus, elle s’avança vers cette dernière, lui fit une révérence parfaite avant de la saluer.

- Ma Reine….de la part des Lunabille, nous vous remercions de m’avoir conviée à la fête.

Elle afficha ouvertement son identité à la Reine. Le bal avait beau être masqué, deux personnes ici présentes devaient savoir à qui ils avaient à faire, et elle venait de trouver la deuxième. N’est-il pas dit que pour obtenir le fil, il faut aussi séduire la mère ? La musique résonna à nouveau, mais nulle danse physique ne serait nécessaire par ici, seulement la valse des mots.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Ven 7 Sep - 14:30


Moretta

- Pas de Castercelf. Et vous-même ?
Sous son masque noir, Moretta grimaça. L'homme s'en tirait par une pirouette. Et contre-attaquait.

Pas de Castelcerf... Pas de Castelcerf... se répéta-t-elle mentalement.
Le déclic se fit et les choses devinrent plus limpides : il avait beau se montrer évasif... s'il n'était pas de Castelcerf, elle ne pouvait le connaître (elle qui avait si peu voyagé, "vissée-au-sol", comme disait Nord) que de Béarns ! Avec pugnacité, elle s'accrocha alors au regard de l'inconnu (mais plus pour longtemps !) comme si, derrière la barrière de l"iris, elle aurait pu trouver la clé de son mystère.

- Moi si, répondit-elle évasivement, pour gagner du temps et brouiller les pistes.
Elle était bien consciente que son accent jouerait peut-être en sa défaveur, mais elle n'allait pas l'éclairer à son tour sur ses origines béarnaises. Ça non. Car elle comptait bien garder l'anonymat le plus total, d'où le choix du masque qui, suppléé par l'éventail, ne laissait guère voir que ses yeux. Les deux cavaliers se retrouvaient à armes égales. Ou presque.

Car les yeux, la carrure de l'homme-dragon surtout (il la dominait largement par sa taille, et elle pouvait sentir, sous la légère pression de sa main sur son épaule, les muscles d'un homme entraîné), finirent par la mettre sur la voie. Un Béarnais costaud à la Cour de Castelcerf... la réponse s'imposait d'elle-même, à présent si évidente ! Sous son masque s'étala un sourire de triomphe. Le hasard n'aurait pas pu mieux faire les choses.

Une idée la troubla. Peut-être... peut-être pourrait-elle lui délivrer directement son message, à lui, plutôt que de rechercher encore celle qu'il était venu protéger ? N'était-ce pas son rôle que de la préserver du danger dont elle devait l'avertir ? Et puis elle croisa son œil scrutateur, et renonça à cette solution de facilité. La chose serait pratique, certes, et peut-être plus efficace, mais trop risquée. Il avait peut-être également reconnu sa voix.

Pressée par l'angoisse, Moretta ressentit la nécessité impérieuse de fausser compagnie à son cavalier. Mais elle n'était guère plus avancée qu'en pénétrant dans la salle : elle ignorait encore où, parmi toutes ces têtes travesties, masquées, dissimulées, se trouvait la jeune femme qu'elle cherchait. Lui, il savait. Il savait forcément ! Mais comment lui soutirer une telle information ?

- Oh ! s'exclama-t-elle soudain, portant une main à ses lèvres. La jeune personne que vous surveillez est tombée !
Et elle guetta avidement la réaction de l'homme, tremblant de sa propre audace. Folle qu'elle était, de mettre sa vie en jeu pour défendre la fille de l'oppresseur !
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Ven 7 Sep - 20:04



La femme masquée qui dansait dans ses bras lui affirmait être de Castercelf. Il n’en crû pas un mot. L’accent qu’elle portait était clairement du Nord, du Béarn même aurait-il dit. Qui était donc cette béarnaise perdue dans Castercelf ?
Le fait qu’en plus elle ne cessait de le fixer le mettait mal à l’aise. Si c’était une façon de draguer, ce n’était pas du goût de Dragoncat.
Il garda son regard froid, mais mourrait d’envie de lui demander de cesser de le dévisager. Aussi, c’est lui qui finit par détourner les yeux, pour surveiller de façon la plus discrète possible, la Dame dorée, buvant sa coupe dans la cour non loin. Il avait déjà perdu le compte du nombre de godets ingurgités, mais d’ici peu, il irait la voir pour vérifier son état.

Ses pupilles faisaient des allers retours, entre sa cavalière et sa protégée de façon brève et furtive pour ne pas se faire remarquer. Mais dans la valse, il se retrouva rapidement dos à sa cible. Détourner la tête serait mal avisé.

C’est alors que la femme à l’éventail s’exclama avec surprise :

- Oh ! La jeune personne que vous surveillez est tombée !

Instinctivement, il arrêta sa danse et se tourna, afin de vérifier les dires. Mais la Dame dorée était bien là, debout, sirotant sa coupe tout en contemplant les étoiles.
Tombé dans le piège, il fit volte face à sa cavalière, furieux d’avoir révélé son rôle de façon si stupide. Mais à sa grande surprise…la brune avait disparu.
Dragoncat serra les poings, et décida de s’enquérir aussitôt de l’état de sa protégée, cette brune masquée était louche, il ferait mieux de se meffier car son instinct lui soufflait que quelque chose se tramait.

Mais de loin, la Dame dorée semblait aussi avoir disparu. D’un pas rapide, il s’avança vers la cour, traversant la moitié de la piste pour y accéder.
Aucune trace de celle qui apparaissait pourtant dans son champ de vision quelques secondes auparavant….elle avait tout autant disparue.

Inquiet, il se mit à arpenter l’espace extérieur. Elle ne devait pas être loin. Quant à la brune, il la retrouverait plus tard, et la forcerait à se dévoiler.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Sam 8 Sep - 20:53


Chou

En quelques mots, le Chat réussit à créer une atmosphère complice entre eux. Il s'occupait pour l'instant de la conversation, Chou regardant pour sa part Vainqueur et sa cavalière se séparer enfin. Mais il fallait répondre, et c'est sans trop se forcer que la Fée regarda l'homme en souriant :

- Mmh, qui sait... Le bal n'est pas fini, et il a le temps de se trouver une autre partenaire plus ravissante encore.

Elle coula un regard entendu en direction du Roi qui, esseulé, se tenait sur la piste de danse. Puis elle se concentra sur les pas complexes que leur duo exécutait, il ne s'agissait pas de se ridiculiser en trébuchant ou en manquant une mesure. Quand la Fée fut assurée d'avoir prit le rythme, elle reprit :

- Quant à la couronne... Tout dépendra des ambitions de la Reine, car on raconte que c'est elle qui forme les projets de mariage de son fils. Il n'aurait pas eu son mot à dire, dit-on...

Avec un nouveau sourire, Chou se rapprocha du Chat.

- Oh, ainsi vous êtes de Béarns ? Je n'y suis jamais allée pour ma part, je suis Cervienne.

Désignant ses ailes de papillons d'un ample mouvement, elle finit de répondre, enjouée :

- Je crois que je suis toute prête de m'envoler ! Vous êtes un merveilleux danseur Messire le Chat.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Dim 9 Sep - 18:31


Miss Melyn

Quelques heures avant la fête, on avait congédié Melyn pour qu'elle puisse se préparer afin de participer au bal des moissons que la reine avait organisé à Castelcerf. Elle était donc maintenant enfermée dans sa petite chambre et se lavait vigoureusement, à l'aide d'un broc d'eau glacée et d'un savon aux herbes, le visage et le corps. Lorsqu'elle en eut finit avec cette toilette rapide et rudimentaire son visage et sa peau était coloré d'un beau rouge vif dû à la fraîcheur de l'eau mais aussi au friction du gant de chanvre. Elle enfila rapidement des sous vêtements et se posta devant son miroir cherchant l'inspiration dans son reflet. Le but du jeu était simple : se déguiser, être belle et merveilleuse, mais moins que la reine bien sûr, et surtout faire en sorte que personne ne vous reconnaisse.
Melyn s'accroupit devant sa malle et farfouilla rapidement à l’intérieur, elle en sortit deux jupons blancs qu'elle enfila rapidement puis une jupe longue d'un vert sombre qu'elle enfila par dessus. Elle s'observa un instant dans la glace : le rendu était assez intéressant et donnait une impression d'ampleur et de volume mais aussi de légèreté. Elle enfila ensuite un surcot sans manche d'un vert à peine moins sombre que celui de la jupe et un faux corset brun clair sur ce dernier. Elle se contempla dans le miroir et trouva sa tenue un brin osée, après tout ni ses épaules, ni ses bras n'était couvert par du tissu. Elle décida de finaliser sa tenue d'un fin tour de cou de tissu brun agrémenté d'une pierre verte et de longs gants vert à petites sangles brunes. De nouveau face à la glace, elle enfila son loup doré qui couvrait entièrement la partie supérieure de son visage : même ses yeux étaient à peine visible au milieu de cet éclat.

Lorsqu'elle arriva les portes s'ouvrirent et elle se glissa silencieusement à l'intérieure de la salle, c'est à cet instant qu'elle se rendit compte qu'elle avait oublié ses chaussures. Un moment paniquée par cette découverte, elle finit par se rassurer : sa robe était longue et ses pieds n'étaient pas visible tant qu'elle ne faisait pas de folie. De plus, elle portait un masque et il n'y avait aucune raison que quelqu'un découvre qui elle était ; elle n'avait pas encore fait connaissance avec grand monde dans le château ce qui minimisait encore les risques. Elle attrapa un morceau de fruits confits à la menthe et une petite coupe de champagne et se dirigea dans un coin de la salle en prenant bien garde à adopter une démarche presque aérienne pour ne point découvrir ses pieds.
De son point de vue, elle ne loupa absolument rien des scènes qui suivirent en ce qui concernait la famille royale, elle vit l'arrivée du roi, la danse avec l'ours qui avait suivit l'un des plus courts discours royales qui lui avait été donné d'entendre. Elle aperçut aussi la mine déconfite de la reine face à cette situation cocasse, puis la renaissance de son sourire lorsqu'une belle noble entraîna le roi dans une somptueuse valse. Ainsi, durant les trois premières danses, elle se contenta d'observer avec une admiration non feinte la salle, les personnages, la décoration et d'écouter la musique. Elle aurait bien aimé danser mais pour rien au monde elle ne voulait s'approcher de quelqu'un ou que quelqu'un découvre ses pieds. Aussi restait elle là, son verre à la main, profitant de la fête sans pour autant y prendre part.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mar 11 Sep - 21:23


Moretta

Sa petite ruse marcha à merveille : alerté par ses fausses paroles, l'homme-dragon se retourna soudain vers sa protégée. Et, à travers la foule mouvante, Moretta la vit, auréolée de ses cheveux blonds et le teint rosé par la coupe qu'elle tenait, sans doute.

Mais elle n'eut guère le loisir de s'attarder en contemplation : il était urgent d'échapper à l'homme et aux suspicions que ne manquerait de provoquer chez lui une telle attitude. Vive comme l'anguille, elle se glissa dans la foule et s'y fondit, échangeant même au passage son chapeau noir contre un chapeau rouge vif, ornementé de plumes.

Elle fut soulagée de voir l'homme-dragon quitter la salle d'un pas furieux. Seulement, sa cible aussi avait disparu ! Etait-elle encore dans la pièce ? Aurait-elle ainsi l'occasion d'échapper à la surveillance de son gardien ? Moretta était prête à patienter jusqu'à la fin du Bal, s'il le fallait. Mais c'était peut-être l'occasion rêvée de pouvoir lui parler. Elle se mit frénétiquement en quête de la jeune fille.

Elle la trouva rapidement, près du buffet de victuailles. En deux pas, Moretta fut près d'elle.
Arrêta la main qui se portait vers la carafe d'argent qui contenait ce vin épicé des jours de fête.
Agrippa cette main, entremêlant ses doigts aux siens.
L'entraîna brusquement sur la piste de danse, loin des oreilles indiscrètes, fugitives aux regards éblouis.
Peu soucieuse de ce que cette danse féminine pouvait avoir d'inhabituel, ou même d'inconvenant.
Elle avait d'autres tracas.

Ne laissant pas à sa cavalière le temps de protester, Moretta pressa sa bouche contre son oreille et murmura - dure, droite au but :
- Ecoutez-moi. Vous êtes en danger. On en veut à votre vie.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mar 11 Sep - 21:56


Félix

Si Félix avait pensé perdre sa cavalière par des pas trop compliqués, voilà qu'il était détrompé : non seulement la fée suivait scrupuleusement sa mesure, mais elle trouvait encore la ressource de parler politique. La demoiselle se piquait-elle d'intrigues ? A moins qu'il ne s'agisse de simples potins de Cour ; la différence entre les deux était parfois tenue, et Félix les goûtait sans distinction.

- Il n'aurait pas eu son mot à dire, dit-on... finissait-elle avec un sourire.

Félix éclata d'un rire bref, qui découvrit ses dents.
- Que voulez-vous... on ne peut avoir que des avantages à être Roi ! Ce serait trop injuste pour nous autres, chats errants.
Détournant la tête, il entrevit la jeune Sérénité toute blonde, toute confuse. Dire qu'il n'avait fallu qu'un léger baiser sur la peau de ses doigts pour en arriver là ! C'était absolument charmant.

Mais déjà la brunette poursuivait, reconquérant toute son attention :
- Oh, ainsi vous êtes de Béarns ? Je n'y suis jamais allée pour ma part, je suis Cervienne.

Félix n'en doutait pas. Elle avait la petite taille et les cheveux sombres des femmes d'ici. Sans compter une absence d'accent tout à fait appréciable. Lui-même travaillait dur à effacer toute trace du sien ; il était grandement satisfait du résultat.

- De Béarns ? Vous m'offensez. Ai-je l'air balourd à ce point ? plaisanta-t-il, le sourire ambigu. Vous ne m'en voudrez pas, j'espère, de préférer le doux soleil de Bauge à la griffe du vent du large. Et le vin - le vin ! - au poisson salé, cela va sans dire...
Il s'amusait comme un petit fou.

Le compliment de sa cavalière épanouit tout à fait son humeur. Il fomentait quelque galanterie lorsque son regard, au hasard de sa valse, achoppa sur Vanille. Elle dansait étroitement avec une femme au chapeau rouge qui... par El ! lui embrassait l'oreille !

Troublé, choqué, le Chat manqua la mesure comme un battement de cœur, écrasant pesamment le pied de sa partenaire.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mar 11 Sep - 23:19

Vanille s’était rendu compte d’une chose terrible : sa coupe était vide…encore.
Sans plus attendre, elle se rapprocha du buffet et attrapa une carafe de vin. Sans prévenir, une main se posa sur la sienne et lui enroulait les doigts dans les siens, comme une danse intime et improvisée.

A l’autre bout de cette main, une dame, avec un chapeau rouge et un éventail, qui l’entraina sur la piste de danse au milieu des convives. Vanille ne put s’empêcher de réprimer un sourire.
Quelle blague était-on entrain de lui jouer ?

Elle se laissa aller pour ces quelques pas. Le château était à la fête, et les masques permettaient de laisser le bénéfice du doute sur le genre de son partenaire. Homme, femme, peu importait hormis la danse et le vin.

Aussi, Vanille ne tint pas rigueur à la dame de cette petite effronterie. Elle tint cependant ses distances lorsque la femme s’approcha très près, trop près pour lui murmurer :

- Ecoutez-moi. Vous êtes en danger. On en veut à votre vie.

Interloquée, elle la fixa quelques instants. Elle connaissait cette voix. Où l’avait-elle entendu…Cette dame était forcément une personne de sa connaissance et…Vanille éclata de rire avant de regarder à droite, puis à gauche.

- Quelle belle farce !! Où sont vos comparses très chère ??? Est-ce pour un spectacle, pour amuser les enfants peut-être ?

Tout à son discours, elle cherchait en vain, les autres instigateurs de cette plaisanterie.

Mais quand son regard se reporta sur l’inconnue, elle cessa de danser. Tout lui indiquait dans l’allure, même masquée, que c’était bel et bien la vérité.
Les idées et les interrogations se bousculaient dans son cerveau embrumé par le vin. Elle ? En danger ? Non, c’était tout simplement impossible. Qui serait capable de traverser la garde, les remparts pour l’atteindre elle ? Et dans quel but ? Il y avait nombre de plus gros poissons ici. La Dame devait se tromper de cible. De loin, elle aperçut son garde du corps qui se dirigeait vers elles.

- N’ayez crainte, Dame messagère, je sais me défendre (et sur ses mots elle lui montra discrètement, sa dague de grenat, astucieusement camouflée à sa ceinture) Et dans le pire des cas…( elle lui indiqua d’un signe de la tête l’homme au masque effrayant) ahah, son masque à lui seul ferait fuir n’importe quel mauvais bougre !
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mer 12 Sep - 13:52


plume
C’était bien la première fois qu’elle se rendait à un bal, et à plus forte raison à un bal masqué. C’est pourquoi lorsqu’elle avait montré son invitation à sa grand-mère, celle-ci s’était empressée de fouiller dans ses placards pour retrouver le masque et la robe qu’elle avait portés étant jeune. L’ensemble était d’un bleu sobre. Le dessus du masque, le col de la robe et les manches étaient piquetés de plumes. Mais la demoiselle n’était habituée qu’aux manières de la cour, guère plus. Sa grand-mère l’entraina alors à danser durant des semaines avant que la date du bal n’arrive. Plume ne cessait de répéter qu’elle n’était pas obligée d’y aller et qu’en plus n’importe qui originaire de Castelcerf décèlerait son identité en raison de son physique particulier. Mais la grand-mère était plus têtue qu’une bourrique et trouva la solution en achetant un voile bleu marine au marché. Plume se présenta donc au bal voilée en plus d’être masquée, ce qui n’enleva rien à l’élégance de son habit mais lui valut quelques regards étonnés. Elle n’avait pas idée que plusieurs générations plus tard, une délégation venue du désert des pluies porterait le même accoutrement mais pour une raison bien différente.

Elle passa la première partie de la soirée à essayer de reconnaître des visages, mais se rendit vite compte qu’en dehors d’une ou deux personnes mal déguisées, elle était incapable de faire d’estimations. Elle aurait fait une bien piètre espionne. En vérité, elle s’amusa assez à observer ces visages bariolés, dont certains portaient des masques à la beauté surprenante, tandis que d’autres revêtaient les traits d’animaux. Quelle drôle d’idée. En voyant qu’un homme habillé en chevalier attirait l’attention de tous ceux qu’il croisait, elle se douta qu’il s’agissait de Vainqueur. Elle se demanda comment il faisait pour se déplacer et danser avec tant d’aisance, alors qu’il était ainsi chargé.

Aucun cavalier ne s’était encore présenté à elle, soit à cause de son voile, ou plus simplement car elle s’était placée légèrement à l’écart, profitant de la musique, du banquet et du spectacle. Elle n’avait jamais été une grande amatrice de vin, mais celui-ci était si parfumé qu’elle n’avait pu y résister. Le rouge lui montait un peu aux joues et le tissu commençait à lui tenir chaud, sans parler de ses chaussures trop serrées. Dur d’être dans la peau d’une dame. À bien y regarder, elle préférait largement sa vie à celle-ci. Mais maintenant qu’elle était là, autant en profiter. Prenant son courage à deux mains, elle repoussa légèrement le voile et se joignit à la foule, l’air déterminée à danser avec la première personne qui se présenterait.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mer 12 Sep - 21:31

--- non en fait je ne trouverai sûrement pas d'avatar, en attendant j'avais quand même envie d'écrire, encore ---
Le couple casqué

J'avais piqué la bouteille d'un des serveurs, comme si leurs verres cent fois trop petits pouvaient bien arriver à noyer ma colère. Elle m'avait laissé sur le carreau ! En plein milieu de la piste de danse ! Après m'avoir allumé comme ce n'était pas permis et m'avoir laissé m'imaginer mille et une pensées bien trop osées pour les révéler à quiconque ! Ces nobles alors, toutes des salo...
L'alcool aidait plutôt bien, et finalement je n'avais pas trop à rougir de honte. Ma déconvenue était presque passée inaperçue au milieu de toutes les danseurs, goinfreries et beuveries. Je décidai de garder pour moi le fait de ne pas avoir réussi à séduire une simple roturière, peut-être que demain j'aurai fini par oublié ce détail embarrassant. La liqueur aidant, je me sentais de nouveau en forme pour un brin d'action mais je n'allais pas cette fois courtiser du haut de gamme, il me fallait une proie facile pour me remettre en jambe, ou entre des jambes plutôt. Et la cible parfaite se trouvait justement sur le balcon, elle tanguait déjà à moitié et continuait pourtant encore à boire ! Ô petite, tu ne sais pas quels dangers tu peux bien courir et aucune main charitable ne viendra t'aider de ce mauvais pas.

Je me voyais déjà débiter des niaiseries pour la raccompagner dans un coin un peu plus sombre quand soudain - je n'en cru absolument pas mes yeux - une plantureuse créature vint lui prendre la main pour l'entrainer danser et me piquer ma place. Je restai un moment pantois, tant parce que mes plans tombaient à l'eau que pour prendre le temps de digérer les images des deux femmes qui naissaient dans mon esprit, sans leurs robes cette fois. J'avais décidément bien raison, les nobles toutes des ... Cette soirée était véritablement un échec complet.


------


Elle en était tombée amoureuse dès la seconde où elle l'avait vue. Magnifique, elle dût inspirer un grand coup tellement son coeur s'emballa, retenir une petit rire heureux du bout de ses doigts mais qui fit tout de même cliqueter toutes les mailles de son casque vert et or. Un sourire radieux illumina son visage et elle remonta légèrement sa robe pour ne pas trop abîmer sa ceinture de plumes tout en ayant la capacité de courir vers l'objet de ses désirs. Elle finit en sautant à pied joints devant Melyn, faisant tinter tout son costume de garde agrémenté savamment pour le bal.

Les mains jointes devant elle, les larmes aux yeux, c'était comme si son plus grand souhait venait d'être exaucé : telle une gamine, elle contemplait la perfection ! Elle en avait les lèvres cousues d'émotion !
Son hésitation ne dura qu'une seule seconde, car après tout,d'autres venaient de le faire avant elle, alors pourquoi pas ? Elle prit la main de Melyn dans la sienne et l'entraina sur la piste de danse, totalement à contre-temps, avec des mouvements anarchiques plus proches de la gigue de taverne - et encore, mal dansée ! - que des valses tournoyantes. Le coeur y était néanmoins, et en grande quantité !

- J'adooooooooore votre robe ! Et votre collier de tissu, mmmmh ! Et des gants avec des sangles, comme ceux que j'ai durant mon service ! Vous êtes ma-gni-fique ! Et dire que je croyais que mon collègue avait des merveilles avec mon costume, vraiment, comment faîtes-vous pour avoir autant de goût ? Sous son casque, elle était radieuse de bonne humeur. Cette soirée était véritablement une réussite totale.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Ven 14 Sep - 23:51


Trésor

Trésor avait passé la première moitié de la soirée à s'esbaudir sur les différents costumes, tâchant de démasquer leurs propriétaires, établissant à part lui un classement de lustre et d'inventivité.
Il avait passé la deuxième moitié à gober ces gouleyants petits encas de ci de là, non sans se servir de généreuses rasades de ce vin délicieux (la couronne n'avait pas lésiné sur les frais... il en savait quelque chose !).
Et la "troisième moitié", comme se plaisait à dire, à danser, bien sûr - puisque, de tous, la danse était le seul sport qui ne le rebutait point, au contraire : il trouvait ça charmant, et fort distrayant, ma foi.

Il avait donc dansé avec quelques dames qu'il n'avait pas été facile, avouons-le, de choisir. Car les bouclettes grisonnantes qui encadraient son masque doré révélaient son âge avancé, et de nombreux bals lui avaient appris ceci : qu'en abordant les jeunes dames qui pullulaient ce soir, portées sans doute par l'espoir d'une danse avec le Roi, l'on vous prenait au mieux pour un fardeau à endurer poliment une danse durant, dans l'attente d'un cavalier plus fringant, au pire pour un vieux pervers venu se repaître de chair fraîche, et dont l'inévitable contact provoquait panique ou nausée. Bref : Trésor s'était résigné à n'inviter que cavalière mûries par le temps, et la chose n'était point facile.

Pourtant, il avait belle allure - ou du moins en était-il persuadé. Il s'était paré d'un masque doré, qui semblait d'or massif, et dont les traits tordus par la joie avaient quelque chose de grotesque ou d'inquiétant. Il avait revêtu un habit d'un vert profond, au pourpoint brodé de minces ronces d'or ; mais le plus remarquable était sans doute ses souliers au talon légèrement rehaussés, d'un violet adorable, surmontés de deux boucles finement ouvragées. Une odeur de framboise le suivait discrètement.

Quatre ou cinq petits fours plus tard, et après avoir admiré le louable baiser de sa Majesté sur la délicate main blonde, Trésor sentit des fourmis lui parcourir les souliers. Il avait envie de danser !
Se glissant dans la foule, il se mit en quête d'une cavalière adaptée. Mais de charmant minois en charmant minois, de peau de pêche en fraîcheur de fesse de bébé, il ne trouvait pas chaussure à son pied. Tant d'innocente jeunesse commençait à l'exaspérer, et il allait se résigner au rôle de l'importun ou du dégénéré lorsqu'il aperçut une Dame de bleu vêtue, masquée, voilée, dont pas un bout ne dépassait. C'était bien sa veine si tout ce tissu et ces plumes ne cachaient pas quelque vieille peau à sa convenance !

Avec un gloussement de triomphe, il braqua son embonpoint vers sa cible et, en trois tours de souliers, la rejoignit et l'invita à danser. Il n'omit pas un petit mot de la formule de politesse, et se fendit même d'une révérence impeccablement gracieuse, de celle qu'il servait à la famille royale. Il voulait mettre toute les chances de son côté.
Quand enfin la danse les emporta, le mouvement écarta légèrement le voile et Trésor vit la blancheur immaculée des cheveux de sa dame. Il sourit : une fois de plus, son intuition ne l'avait pas trompé. Il se trouvait là en présence d'une dame vénérable, honorée, comme lui, par les années. Il se sentit tout à fait serein, et son pas déjà assuré gagna en fluidité.

- Quelles réjouissances, n'est-ce pas ! De celles qui valent là peine de venir de loin ! commença-t-il sur le ton plaisant de la conversation.
Puis, avec la répugnance personnelle que lui procurait la chose et la compassion de l'imaginer, avec ses années, subir un voyage si inconfortable :
- J'espère que du moins vous n'avez pas été obligée de venir à cheval !
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Dim 16 Sep - 0:49


Niniche

Depuis sa danse avec sa Majesté, dont la mémoire parcourrait sans doute les siècles, Niniche avait dédaigné la piste de danse. Elle tenait à garder ce précieux souvenir intact. L'instant s'était achevé si vite ! Elle n'avait pas même pu en tirer quelque information croustillante.
Mais après tout, elle n'allait pas se plaindre : elle avait eu droit à une franche accolade et à une bise ! - c'est-à-dire à plus que n'importe qui d'autre dans cette pièce, y compris cette menue blondinette qu'un minuscule petit baiser sur la main avait suffi à émouvoir. Niniche se rengorgeait, tout en s'engorgeant un bataillon de petits fours.

Mais après avoir vidé deux ou trois plateaux, elle fut bien obligée d'admettre qu'elle n'avait plus très faim. Et puis, il ne lui fallait pas trop s'enlourdir pour la suite de la fête. Car bien qu'ayant consommé si vite ses plus beaux feux, la fête n'était pas finie, ça non ! Il y avait damoiseaux à foison dans cette salle et elle comptait bien les essayer un à un.
L'ourse ne tarda toutefois pas à constater, à moins qu'elle ne se fasse des idées, que sa présence avait un certain effet répulsif sur la gente masculine disponible. Elle se demandait bien pourquoi. Ne se décourageant pas pour autant, elle poursuivit sa ronde, longeant méthodiquement les abords de la piste de danse - où se trémoussaient, d'un pied sur l'autre, les timides, les laids et les maladroits, ainsi que les fats qui se jugeaient trop nobles pour danser.

Il va sans dire que Niniche, quand on n'évitait pas "subtilement" son regard, ne trouva pas satisfaction dans cette engeance là. Elle avait dansé avec le Roi lui-même, elle n'allait pas de brader au premier venu !
Le museau fièrement dressé, elle passa son chemin jusqu'à arriver à un long bonhomme blanc, sans apprêt, un masque simple posé sur les yeux comme un nuage. Son air délicieusement gêné suffit à séduire Niniche (il appartenait indéniablement à la catégorie des timides), qui lui tendit une patte gaillarde :

- On danse ? lâcha-t-elle sans volutes, mais avec un enthousiasme certain.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Dim 16 Sep - 10:29


plume
Plume commençait à penser que son voile était trop étrange pour que qui ce soit s’intéresse à elle, quand enfin elle eut une proposition, cependant assez inattendue puisque l’homme était grisonnant et bedonnant. Intérieurement, elle poussa un soupire d’exaspération, mais par compassion elle décida d’agir comme si elle se réjouissait de danser avec lui. Répondant d’un sourire qu’elle voulait intriguant aux formules très sophistiquées que lui adressa le bonhomme, elle se garda cependant de réagir plus, peu certaine des manières à adopter face à un individu aussi âgé et donc logiquement respecté. D’autant qu’il y avait de fortes chances que l’argent coule entre ses mains ; ses vêtements et son masque doré en étaient la preuve évidente. Elle pria pour qu’il ne s’agisse pas d’un être sénile et concupiscent, n’étant pas sûre de se retenir de le frapper s’il tentait quoi que ce soit.

Il savait très bien danser, lui accorda-t-elle. Elle se demanda comment il faisait pour garder son équilibre avec de telles chaussures, car elle-même n’en aurait pas été capable. Elle redoubla d’efforts pour suivre le mouvement avec grâce, tachant de ne pas marcher sur sa robe et de ne pas laisser son masque glisser de son nez. À force de vouloir bien faire, elle ne prêta plus attention au reste et ne se rendit pas compte qu’un espace s’était ouvert entre son voile et son masque. Son compagnon de danse semblait toutefois extatique et sa bonne humeur était contagieuse. Elle lui rendit son sourire, cette fois avec sincérité. La façon dont il la traitait surprenait d’ailleurs Plume. La prenait-il pour une dame de noble naissance, ou quelque chose de ce genre ?

Sa déclaration sur les réjouissances et la soirée laissèrent la jeune femme perplexe. Croyait-il donc qu’elle venait de loin ? Ou bien voulait-il dire que lui-même avait fait de la route pour venir ? Il était maniéré à souhait, pensa-t-elle avec une certaine réticence, exactement le genre d’homme dont sa grand-mère rêvait étant jeune. Exactement le contraire de son grand-père.

Non, je… commença-t-elle, prête à répliquer qu’elle vivait à Castelcerf, mais sa voix ne portait pas assez pour qu’il l’entende, ou bien commençait-il à être sourd ? Elle s’en voulut aussitôt de le caricaturer ainsi. Il était si différent de tous les hommes de cet âge que Plume connaissait !

Elle tiqua cependant à sa réplique suivante. Pas obligée de venir à cheval ? Mais de quoi parlait-il ? Décidément, c’était à croire que ce bonhomme avait un sérieux problème, qu’il soit médical ou psychologique. Elle espéra ne pas paraître trop embarrassée. Non, messire, je suis venue de trop près pour avoir besoin d'un cheval.

Elle se souvint brusquement de ce que lui avait dit sa grand-mère ; la politesse consistait à entretenir la conversation durant une danse. Plume eut bien du mal à trouver quelque chose à ajouter, bien qu'elle le trouvait charmant. Cependant, la distance ne m'aurait en aucun cas découragé, de même que la monte, pour assister à un tel évènement.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mar 18 Sep - 22:33


Chou

Le cavalier de Chou avait dédaigné l'invitation à parler politique, entraînant la conversation sur des terrains plus attrayants. La Fée tirait, une fois n'était pas coutume, plaisir à la compagnie de l'homme, à sa conversation, à leur danse. Elle en oubliait même de le faire parler, préférant tenter de déceler sa provenance pour satisfaire sa propre curiosité.

Ce "chat errant", était-il un de ces mercenaires qui parcourent les routes des Quatre-Duchés en tous sens pour vendre leurs talents guerriers au plus offrant ? Un scribe itinérant ? Un ménestrel, un berger ? Sa conversation soutenue et son niveau de danse laissaient supposer un niveau élevé dans la société.
Chou écouta attentivement ses paroles, attentive à sa prononciation. Il lui semblait déceler un léger accent de Béarns, mais voilà qu'il déniait catégoriquement en être ! Cependant, une note d'ironie ne se dissimulait-elle pas sous ce ton réjoui ? La Fée décida de creuser son enquête, et cherchait une remarque piquante, lorsque son cavalier lui écrasa soudain le pied !

Indignée mais surtout fort surprise, Chou observa un instant le visage choqué du Chat puis suivit son regard. Deux femmes se donnaient en spectacle sur la piste, les lèvres de l'une collées à l'oreille de l'autre.
Pourquoi donc son partenaire avait réagi de la sorte à cette vision ?

- Eh bien Messire, que vous arrive-t-il ? Connaissez-vous donc ces Dames qui semblent... ma foi, très proches ?

Les lèvres de Chou s'étiraient en un demi-sourire – qui heureusement ne se voyait pas sous le masque - devant la mine abasourdie du Chat. Sa curiosité était pourtant sincère, la maladresse de l'homme dénotant trop fortement avec sa fluidité passée pour ne pas indiquer un réel choc.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mer 19 Sep - 9:57


Miss Melyn

Elle était sans mot, sans voix, sans réaction. Surgit de nul part, une femme en armure l'avait prise par le bras et l'avait entraînée dans une folle danse qui ne devait avoir aucun nom et dont les pas ne devait être répertorié nul part. Elle rectifia dans l'instant sa pensée : La femme était belle est bien en armure mais il fallait préciser qu'elle était en armure d'apparat. Cette dernière était rehaussée d'une robe battante, embellit de plumes multicolores et assortie d'un casque de maille vert et or. L'ensemble était ostentatoire et coloré et semblait refléter à merveille le caractère de l'inconnue qui était ravie de cette danse et la menait avec vigueur et bonne humeur. Elle se sentit prise d'affection pour cette personne qui la mettait à l'aise grâce à son sourire rayonnant et la faisait sortir de sa morosité que l'absence de galant renforçait.
Cependant, Melyn avait les plus grosses difficultés qui soient à suivre le rythme endiablé de sa partenaire et à sauver ses pieds qui rappelons le étaient nus contrairement à ceux de la femme en armure. Cette dernière entama d'ailleurs la conversation, noyant Melyn sous un flot de parole rapide mais enjoué :

- J'adooooooooore votre robe ! Et votre collier de tissu, mmmmh !

Elle fit tourner Melyn sur elle même plusieurs fois et cette dernière dû lutter contre la sensation houleuse qui suivit tout en essayant de conserver le rythme infernal de l'étrangère. Celle ci enchaîna d'ailleurs son discours sur une foule de compliment vis à vis de son costume. Melyn se sentait perdue dans ce tourbillon d'énergie que dégageait la personne qui lui servait de cavalier. Elle essaya de rassembler ses esprits et finit par articuler d'une petite voix presque inaudible :

« Merci pour ces compliments Madame, ce costume n'est pourtant qu'une nippe comparée au votre ou à ceux qui nous entoure. »

Elle avait bien appris sa leçon : toujours complimenter la personne avec laquelle l'on dansait et si possible de manière sincère pour que cela soit crédible or Melyn pensait parfaitement ce qu'elle disait aussi le sourire qui s'afficha sur ces lèvres bien visible était parfaitement sincère.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mer 19 Sep - 23:49


Trésor

Trésor savourait la danse et la conversation de sa cavalière qui, certes, avait l'air légèrement perplexe. Mais le vieil homme ne s'en formalisa pas, et répondit avec tout autant d’enthousiasme :
- Ah, vous êtes donc du château !
N'étant point parvenu à identifier, ni de voix ni d'aspect - il faut dire qu'on en voyait fort peu -, il avait postulé qu'il s'agissait d'une étrangère. Mais il s'était apparemment fourvoyé, et cela piqua sa curiosité.

- Tant mieux, dans ce cas ! Ce genre d'exercice n'est plus de notre âge... Laissons les grandes chevauchées aux jeunes âmes intranquilles ! poursuivit-il avec un regard complice, sans doute barré par l'or de son masque.
- A vrai dire je suis de Castelcerf moi aussi, mais j'ai dû voyager un nombre incalculable d'heures pour aller tirer mon fils par la peau des fesses - si je peux m'exprimer ainsi, Madame ! Trente ans et toujours célibataire, voyez-vous ça ! Sans parler de mon aîné ! C'est déplorable. L'absence de figure maternelle, sans doute... babilla-t-il, se perdant dans ses propres pensées.

A vrai dire il avait tout à fait désespéré de caser l'aîné, et il avait pour le cadet des projets familiaux, faute de pouvoir réaliser par des alliances ses projets de grandeurs. Vraiment, il avait donné au jour une improbable progéniture ! Le premier, frivole, tête en l'air, dérangé de mœurs ; le second, solitaire, sentimental, obstinément mélancolique. Peut-être se cachaient-ils là, quelque part, dans la foule ? Il espérait qu'ils soient présents, et dansants, s'il vous plait, avec quelque parti potentiel.

- Ah, les jeunes, de nos jours... soupira-t-il en guise de conclusion, revenant à sa partenaire. Et vous, Madame, avez-vous quelqu'infant ?
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Jeu 20 Sep - 0:06


Félix

Jamais Félix n'avait commis, sur la piste, bourde pareille. Une erreur de débutant, vraiment. Mais il ne parvenait pas à s'en vouloir : l'image des deux femmes, dont la danse les éloignait déjà, était encore trop prégnante dans son esprit.

- Veuillez m'excuser, dit-il avec sobriété. L'excès de vin semble déranger certaines personnes de ma connaissance.
Et il s'efforça de chasser l'événement de son esprit. Si Vanille comptait déshonorer sa naissance avec des personnes de son propre sexe, c'était son affaire.

Il se força à sourire.
- Mais assez parlé des vieilles connaissances. Cette soirée est dédiée aux nouvelles rencontres.
Et, ce disant, il fit tourner une fois, deux fois sa cavalière sur elle-même, avant de resserrer délicatement son emprise sur sa taille. Un peu de grâce, sans doute, pour faire pardonner.

- Et assez parlé de moi et de mes origines. Parlez-moi de vous, ...? Voyez, j'ignore même jusqu'à votre nom. Vous êtes, ma foi, une fée bien fugitive. Qu'on vous regarde et vous disparaissez, ne laissant derrière vous que le souvenir d'un éclat bref, d'une illusion.

Tout à ses galanteries, il ignorait sans doute à quel point ses paroles tombaient juste.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Ven 21 Sep - 12:39



Après avoir cherché dans la cours, DragonCat avait fini par revenir dans la salle du bal, pensant que Vanille serait probablement à portée des victuailles et surtout du vin.

Lorsqu’il pénétra à nouveau dans l’enceinte, il la vit, de loin, dansant avec une autre femme à travers la foule. Il reconnu immédiatement celle, qu’il avait lui-même invitée lors de sa dernière danse. Bon sang mais qu’est-ce-que Vanille fabriquait. Elle se tourna dans sa direction et l’indiqua d’un signe de tête. Etaient-elles entrain de parler de lui ?
Sans perdre une seconde de plus, il se rua sur ce couple improbable tâchant toutefois de ne pas dénoter parmi la foule.

Il attrapa doucement le poignet de Vanille et s’approcha un peu plus d’elle, en un mouvement protecteur. Puis il agrippa le poignet de l'inconnue avec beaucoup plus de poigne, pour ne pas la laisser filer. Le ton qu’il employa pour Vanille ressemblait plus à une mise en garde qu’à autre chose.

- Je jure que si je vous revois avec une coupe à la main, j’en informe votre père sur le champ et vous finirez la soirée dans votre chambré. Allez donc prendre le frais, et tâchez de vous amuser gentiment.

Il la relâcha avec autant de délicatesse et la regarda s’en aller, tandis qu’elle grommelait quelque chose impliquant le mot « rabat-joie ».
Il se tourna alors vers la femme à l’éventail et dans un mouvement souple, il l’emporta dans un semblant de danse, espérant ainsi, que l’attention que les deux jeunes femmes avaient attirée sur elles s’en voit diminuée. Il lui enserrait toujours le poignet, sans aucune tendresse, et la main qu'il enroulait autours de sa taille était rude et forte.

- Qu’est ce que vous cherchez à faire ici ?

Le ton était sans appel et exigeait une réponse. La jeune femme ne lui sembla pas dangereuse, mais il devait rester sur ses gardes. Il la fit tourner sur elle-même et en profita pour jeter un coup d’œil bienveillant sur Vanille, appuyée sur une rambarde extérieure, le visage tourné vers le ciel. Ces quelques secondes d’inattention n’étaient peut-être pas les bienvenues.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Ven 21 Sep - 23:24

--- non en fait je ne trouverai sûrement pas d'avatar, en attendant j'avais quand même envie d'écrire, encore ---
Le couple casqué

Ce mec était un dieu vivant ! Il méritait des louanges pour tant de bonté et d'altruisme. Etranger au masque de dragon ou de tigre - j'avais pas vraiment réussi à déterminer -, j'te connais pas mais je t'aime déjà ! Me resservir comme ça la petite alcoolique sur un plateau d'argent, je n'en demandais pas autant !
Pour le coup, je portais tout seul un toast à la santé de mon ami inconnu et la bouteille de rouge descendit encore d'un bond trait.

L'approche était la phase cruciale. Je vérifiai dans le reflet d'un verre ma mise, me léchai la main pour réajuster quelques plumes de ma ceinture et me parai de mon plus beau sourire tout en marchant à l'air libre sur la pointe des pieds, de façon à ce que la belle ne m'entende pas arriver. Elle regardait les étoiles au loin, c'était mignon, l'innocence même pour un peu. Mon coeur se serra un instant à la pensée de pervertir cette petite fleur.
Enfin, un instant seulement quoi, vu que l'instant d'après j'étais moi aussi au balcon, un coude sur la rambarde et l'autre levant la bouteille jusqu'à ma bouche. Je m'essuyai les lèvres sur le revers de ma manche et tendis le vin à ma future conquête avec un espiègle sourire en coin, un brin blasé.

- Comme quoi, je ne suis pas le seul à venir trouver refuge à la lumière des étoiles. Etrange soirée n'est-ce pas ?


------


Elle était totalement conscience de l'étrangeté de la situation qu'elle venait de créer, mais elle ne s'en préoccupait pas vraiment : sa partenaire la suivait dans sa danse et c'était tout ce qui comptait, qu'importe l'élégance du résultat. La garde d'apparat adorait comment elle tâchait de ne pas révéler ses chaussures, sûrement pour garder le meilleur pour la fin se dit-elle.
Habituée à entendre des conversations dans le brouhaha des tavernes et des villes, la femme casquée rougit de surprise.

- "Madame", cela faisait tellement longtemps qu'on ne m'avait pas appelée comme ça. Niveau compliments, vous savez vous aussi toucher au but haha, je crois vraiment qu'il me fallait un bal pour que l'on m'appelle ainsi. Son rire et sa bonne humeur n'était pas feinte et elle partagea le sourire de sa compagne de danse. Elle était toutefois soucieuse et un brin d'inquiétude passa sur son visage lorsqu'elle tenta de la rassurer. Dîtes-moi donc ce qui vous tracasse pour penser si peu de vous ? Simple tentative pour me faire encore plus plaisir, ou véritable sentiment face aux autres dames qui nous entourent ? Nous sommes toutes et tous masqués ici, qu'importe qui nous sommes, ce soir en tout cas nous sommes ravissantes et n'avons rien à envier aux duchesses elle-mêmes.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Dim 23 Sep - 21:03


plume
L'homme avec qui Plume dansait était un bavard invétéré, et elle s'en rendit compte bien trop tard. Elle réalisa aussi qu'il la prenait réellement pour une dame de son âge, et cela sans doute à cause du reflet argenté de ses cheveux. Elle n'aurait pas su dire si elle était flattée de plaire à un tel homme ou vexée qu'on la prenne pour quelqu'un du troisième âge. Son sourire poli collé aux lèvres, elle l'écouta jusqu'au bout, et prit surtout la bonne résolution d'aller retirer son chale dans une salle adjacente avant de trouver un autre partenaire.

« Non Messire, je n'ai aucune descendance et j'en suis bien chagrinée. Quoi qu'à ce que je vous entend dire, les jeunes n'apportent pas que des bonheurs. »

Elle eut une moue compatissante, de circonstance, et songea que même pour quelqu'un de son âge il était étrange de n'avoir ni époux ni enfant. Diable ! Bientôt, certains chuchoteraient qu'elle n'en était pas capable. Si seulement ils avaient su la vérité... à bien y penser, elle préférait qu'on la suppose stérile.

C'était bien malheureux à avouer, mais le noble commençait vraiment à lui casser les pieds avec ses jacassements. Elle espéra que ses prochains cavaliers ne soit pas du même genre.

« Messire, si vous n'y voyez pas d'inconvenient je vais me retirer. Je n'ai plus l'âge de danser autant, voyez vous ! Je m'excuse sincèrement, et j'espère que vous aurez une agréable soirée. »

Elle fit une petite courbette comme sa grand-mère lui avait apprit et s'eclipsa dans la pièce d'à coté. Arrivée là, elle confia son voile à une servante et se dirigea vers les collations. Elle se sentait déjà bien plus légère... mais cent fois moins discrète.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Lun 24 Sep - 11:29



DragonCat était arrivé telle une tornade. Vanille l’avait pressenti, c’est pour cela qu’elle l’avait indiqué à l’inconnue. Ce gardien était indécrottable et il n’était jamais très loin d’elle. C’était aussi une des raisons qui l’avait poussée à sourire à cet avertissement de mort.
Déjà parce qu’ elle-même savait se défendre mais qu’en plus, personne ne pourrait passer à travers les mailles du filet de son si fidèle protecteur.

Néanmoins, la façon dont il les sépara était un peu trop brutale à son goût. Il la congédia de façon à ce qu’elle n’ait pas son mot à dire, quant à l’inconnue, elle allait surement devoir s’apprêter à passer un rude moment.
Aussi, pour ne pas l’énerver plus, elle obéit gentiment sous la menace et s’éloigna en grommelant qu’il n’était qu’un rabat-joie. L’heure était à la fête, à la danse et au vin ! Si quelques minutes elle avait éprouvée une petite chaleur alcoolisée dans ses veines, l’effet s’était dissipé comme par enchantement avec l’interruption de DragonCat.

Peu importait de savoir qui dansait avec qui, le Roi lui-même avait dansé avec un ours ! Qui pouvait dire qu’il s’agissait bien d’une femme sous ce costume ?
Elle retourna donc sur les balcons, sans coupe. Soupirant, elle s’appuya sur les rambardes et leva les yeux au ciel. Comment gâcher un bal en deux leçons ? Demandez à DragonCat.

Il lui serait dorénavant impossible de glaner une petite coupette. Le bruissement d’une personne qui se tenait près d’elle attira son attention. Elle tourna un visage blasé, heureusement couvert vers l’homme qui se dressait à ses côtés, une bouteille à la main. Bouteille qu’il lui tendit avant de l’interpeler.

- Comme quoi, je ne suis pas le seul à venir trouver refuge à la lumière des étoiles. Etrange soirée n'est-ce pas ?

Elle regarda le goulot qu’il venait de mettre à sa bouche avant de le lui proposer. Dégoutant.
Mais le geste était charitable, indubitablement. Il était assez grand et costaud cet homme. Sa voix un peu forte et bourrue lui laissa supposer qu’il n’était pas noble. Quand à son costume…en était-ce vraiment un ?

Elle ne put que sourire à cette soudaine apparition avant de répondre :

- Je suis navrée Messire, mais l'on vient juste de m’interdire le vin. A croire qu’il existe des bourreaux même dans ce domaine !

Elle laissa échapper un petit rire. En fait, en dehors de cette petite contrariété, elle était plutôt agréablement surprise. Lors du bal, tout le monde était convié, et on pouvait tomber aussi bien sur un prince que sur un éleveur de moutons. A la vue des manières de celui-ci, il n’était clairement pas issu des hauts rangs. C’était l’occasion de profiter d’une petite accalmie d’étiquette.

- Rien ne m’interdit la discussion cependant, reprit-elle toujours un sourire aux lèvres. Alors ? D’où venez vous et comment dois-je vous appeler ?
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Mar 25 Sep - 12:52


Enfin la soirée semblait prendre une bonne direction. Son fils avait enfin trouvait une partenaire, et même LA partenaire.
La jeune Sérénité était magnifique comme toujours, et même si elle devait, en premier lieu, le soutien de Bienséance à des raisons politique, la reine ne pouvait s’empêcher de penser qu'elle et son fils formerait un merveilleux couple.

- Ma Reine….de la part des Lunabille, nous vous remercions de m’avoir conviée à la fête.

Ahh en plus d'être belle, cette jeune fille sait quand et comment parler. Et si on en croit la rumeur elle aurait aussi la tête bien remplie.

Bienséance était de plus en plus persuadée qu'elle avait fait le bon choix, en soutenant la jeune Lunabille.

Bienséance rendit alors son salut à la jeune fille.

- Très chère, sachez que vous et votre famille êtes toujours les bienvenus ici. Et votre présence illumine cette soirée.

La soirée était enfin lancé, il n'y avait plus qu'à espérer qu'aucun accroc ne vienne la gâcher.
Revenir en haut Aller en bas
Maître des visages
Je suis tous
avatar

Messages : 417
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   Dim 30 Sep - 13:43


Chou

Un regard plus prolongé de Chou sur les deux danseuses lui appris l'identité de l'une d'entre elles. Quelle mouche avait piqué la jeune rousse pour qu'elle se comporte ainsi ?
Elle ne put donc que hocher la tête lorsque son cavalier mentionna le vin, se promettant de garder un oeil sur elle lors de la suite de la soirée.

La Fée fronça le nez lorsque le Chat reprit la conversation avec un sourire forcé, coupant cours à toute tentative d'identification. Et faillit tordre carrément la bouche alors qu'il mentionnait sa fugitivité. Comment pouvait-il savoir ?
Elle se reprit bien vite, se souvenant que ce genre de fête était propice à ces galanteries sans conséquences. Un sourire plaqué sur les lèvres, elle remercia intérieurement le masque qui avait dissimulé à son cavalier son moment de flottement et se dépêcha de lui répondre.

- Que que de jolies paroles ! Sont-elles pour me faire oublier que vous ne m'avez pas non plus donné votre nom, Messire ?

Chou enchaîna quelques pas complexes qui lui demandèrent toute sa concentration, puis reprit, les yeux rivés sur ceux du Chat, le sourire ambigu :

- Pour ce soir, vous pouvez m'appeller Chou. Mais revenons à vous, je vous prie. Comment un Baugien et une Bérnaise peuvent-ils être de vieilles connaissances ?

La Fée avait pris le parti de supposer que la danseur qu'il regardait était bien celle de sa connaissance. Lorsqu'elle voulut regarder de nouveau l'improbable duo, elle s'aperçut que la rouquine avait disparu, remplacée aux côtés de sa cavalière par un homme au masque effrayant. Troublée, elle se tourna de nouveau vers le Chat, en attente de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Bienvenue au bal [août 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Bienvenue au bal [août 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 6Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant

 Sujets similaires

-
» Bienvenue à Pierre Raymond!
» Bienvenue Laurent
» Acqua & Sapone => Bienvenue en Italie !
» Bienvenue au FIER-Demande d'adhésion
» Bienvenue chez nous

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Forteresse de Castelcerf :: Couloirs et salles communes :: Archives V1 et V2
-