AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Lun 10 Oct - 14:03


[An 9 du règne de Vainqueur Loinvoyant, fin Lune du Poisson]

Parmi les innombrables routes des Duchés, la Pleine Lune avait cette fois pris celle du Nord. La troupe campait en Béarns depuis la veille, en bordure du bourg jouxtant le château ducal de Castellonde. Et alors que, sur les froides et sombres forêts alentours, le crépuscule étendait ses ombres, les cercles dorés des lampions s'étaient multipliés tout autour de la scène dressée par les baladins. Peu à peu, des badauds s'étaient joints aux enfants désœuvrés qui suivaient l'installation. Lorsque tout avait été en place, Flanelle et Geste, accompagnés des plus jeunes membres de la troupe, avaient fait sonner carillons et tambourins dans les rues alentours, terminant ainsi de rameuter tous les potentiels intéressés.
Le spectacle s'était ouvert avec une mélodie joyeuse au luth, manié par Cascade. Un flûtiau et une percussion étaient venus la soutenir, entre les mains d'un adolescent et d'une fillette, avant que sa voix de ménestrelle ne se fasse entendre. La chansonnette, s'il en était encore besoin, invitait grands et petits à venir assister à la représentation, pour entendre des récits où se croiseraient manants et seigneurs, bergers et princesses...

" J'adooore les histoires de princesse ! "
interrompit une voix féminine exagérément affectée par l'âge, en même temps que du mouvement se faisait dans le milieu de la scène, là où une grande toile sombre était tendue au milieu des planches. Une tête de tissu passa par une fente. La marionnette de femme, plus de première jeunesse, avança à petits pas mesurés jusque dans la lumière, en se tenant bien droite et en tournant la tête de droite et de gauche.
Elle marcha jusqu'en bordure du fond de toile, du côté de Cascade, qui s'était arrêtée de chanter à l'intervention de la marionnette.
" Une princesse ? Vous en connaissez une ? Juste une... "
La ménestrelle secoua la tête négativement :
" Seulement les contes qu'on m'en a rapportés, noble Dame. "
La figurine se pencha vers la jeune femme, sans cesser de garder le buste bien droit, et fit mine de chuchoter - même si en réalité, Flanelle, qui la maniait, gardait un ton suffisamment audible.
" J'en voudrais une... Pour mon fils, vous comprenez. Il faut qu'il se marie, mais il ne veut pas m'écouter. Si ça n'est pas malheureux. Quand j'étais jeune, je n'aurais jamais osé tenir tête à ma mère de cette manière. "
La voix atteignait des sommets dans le registre de la plainte.
" Si seulement les Anciens étaient là pour m'aider, comme du temps de notre bon roi Sagesse... mais peut-être que la guerre est plus simple que les enfants. "
Courbant maintenant la tête, la rombière se détourna finalement, et disparut derrière la toile de fond dans un grand soupir...


...lequel se mua en un bruit de déplacement d'air de plus en plus important, alors que les musiciens reprenaient une mélodie différente, pleine de clinquant, qui laissait présager une apparition mythique. Dans la lumière de la scène aux marionnettes, une créature qui tenait de l'humain, mais surtout des souvenirs de dragon, avec ses ailes irisées, son mufle allongé et sa longue queue, passa en vol plané une première fois, puis une seconde, avant se poser sur les planches, à l'extrémité opposée de celle où se tenaient les musiciens.
Une fillette, en chair et en os cette fois, s'y tenait, qui avait profité de ce que tous les regards étaient braqués sur la nouvelle marionnette - dont la réalisation avait donné un mal fou à ses concepteurs - pour se hisser sur les planches. La créature humano-draconique pencha sa tête vers l'oreille de la petite Houppe, et des murmures indistincts se firent entendre, chuchotis émaillés de crissements qui n'avaient rien d'un langage humain. La mémoire des événements passés se perdait déjà dans les Duchés, et la troupe de baladins les ré-interprétaient à leur manière.

Le conciliabule terminé, la gamine passa la main sur les naseaux de la créature, avant que celle-ci ne décolle dans un nouveau bruit d'ailes, et ne disparaisse en même temps que les bruitages et la musique. Houppe se tourna vers le public.
" L'Ancien dit qu'une princesse est cachée parmi vous ! "
" Une princesse ? Ici ? "
Cascade feignait l'incrédulité.
" Oui, et il m'a même dit qui c'était ! "
Sans plus attendre, l'enfant sauta souplement à bas de la scène, et se dirigea vers une belle dame brune, dont la vêture dénotait pourtant d'une condition modeste. Elle exécuta une révérence digne d'un page bien élevé.
" Voulez-vous m'accompagner, princesse des mystères ? "
La ménestrelle, qui avait posé son luth, vint à la rencontre du duo pour les aider à remonter sur les planches.

" Bienvenue ! Comment vous appelle-t-on ? "
Revenir en haut Aller en bas
Cendre
Cinq-Duchés
Servante
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Servante de Dame Mésange (duchesse de Béarns) et Vifière infiltrée.
Âge: 26 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Dim 23 Oct - 23:19

La nouvelle de l'arrivée de la troupe n'était pas tombée dans l'oreille d'une sourde. Cendre adorait le spectacle et était descendue au Bourg tout exprès. Parmi les badauds, elle assista avec délectation au spectacle de marionnettes ; elle éclata de rire aux paroles de la vieille poupée : la référence au Roi était évidente, et le public s'esclaffa de cette impertinence. Puis ses yeux s'arrondirent : la marionnette-dragon, à la lumière des lampions, était magnifique. Elle savait que de près le carton-pâte devait jeter moins d'éclat, mais cela n'avait pas d'importance. Cendre rit à nouveau. Jusqu'à ce que les choses prennent un tour plus menaçant...

- L'Ancien dit qu'une princesse est cachée parmi vous !
- Une princesse ? Ici ?


La suite était évidente. Discrètement, Cendre tenta de se cacher derrière son voisin de devant. Mais elle n'était qu'au second rang, et il était déjà trop tard : voilà qu'on l'invitait à monter sur la scène. Voilà qu'elle était sur la scène.

- Bienvenue ! Comment vous appelle-t-on ?
Cendre rougit légèrement. S'il y avait une chose qu'elle souhaitait, c'était bien d'éviter de se faire remarquer. Elle songea un instant à donner un faux nom. Et puis la chose lui parut plus dangereuse encore. Et puis tout cela l'agaça : pourquoi ne pouvait-elle pas, pour un soir, être comme tout le monde ? Sans secret, et sans crainte !

Ses yeux tombèrent sur les visages, marqués par l'attente. Elle croisa le regard de la ménestrelle, que ses quelques secondes de silence commençaient à mettre dans l'embarras, et se fendit, enfin, d'un sourire :
- On m'appelle Cendre ! déclara-t-elle d'une haute et intelligible voix, avec une petite flexion du genou et, peut-être, un peu trop de métier.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Mer 23 Nov - 11:48


Le sourire de la ménestrelle se voulait accommodant, mais visiblement, la jeune femme que la petite Houppe avait amenée sur scène ne s'y trouvait pas tout à fait à l'aise. Il en aurait cependant fallu plus pour démonter Cascade, qui avait de la pratique - ça faisait bien longtemps que la Pleine Lune faisait participer directement son public à ses spectacles, ouvrant la porte à toutes sortes de situations.
Le malaise se dissipa heureusement sans trop d'attente, et la musicienne sourit encore plus largement. Voilà qu'on lui amenait matière à broder sur un plateau d'argent.
" Cendre ! "
répéta-t-elle, enthousiaste.
" Incroyable ! Comme la Cendrillon des contes ! Une princesse déguisée en servante... Bienvenue, princesse Cendre ! "
termina-t-elle avec un geste ample.


" Princesse ? J'ai entendu princesse ? ça y est, vous en avez trouvé une ? Une vraie princesse ? "
C'était la marionnette de la première scène, qui, surexcitée, venait de réapparaître. En même temps, la fillette s'était éclipsée en vitesse, et avait réapparu les mains pleines.
" Pour être une vraie princesse ! "
avait-elle soufflé à Cendre en lui tendant les accessoires, aux reflets de fausses pierreries, et d'incrustations ne devant pas leur ivoire aux éléphants. Collier à multiple rangées, bracelets brillants, bagues scintillantes et ceinture brodée formeraient sans doute un étrange contraste avec les simples vêtements de la victime des baladins, mais là n'était pas l'important.

Pendant que Houppe aidait la jeune femme dans sa brève métamorphose, Cascade faisait patienter la marionnette, qui trépignait d'impatience.
" Si si, une vrai princesse, je vous assure ! Mais laissez-lui un instant, elle souhaite se présenter devant vous à son avantage. Oui oui, elle arrive, la petite vous l'amène tout de suite... La voilà ! Noble Dame, je vous présente la princesse Cendrillon ! "
Comme en extase, le pantin restait maintenant immobile devant la soi-disant princesse, toujours entraînée par la petite Houppe.
" Ma-gni-fique ! "
lâcha-t-elle finalement, avant de retrouver tout aussi brusquement son attitude fébrile.

" Enchantée princesse, vraiment ! Tout le plaisir est pour moi, oui oui ! Je savais que je finirais par trouver, vous savez. Oui oui, même si j'ai attendu beaucoup. Enfin, une princesse, une vraie princesse ! Il ne pourra pas refuser. Magnifique, vraiment, extraordinaire ! "
Elle ne laissait pas le temps à quiconque d'en placer une, et continua, ses membres articulés s'agitant en tous sens :
" Venez, suivez-moi ! Je dois vous présenter une charmant jeune homme, venez vite ! Ah, où est-il encore passé ? "
Elle fit plusieurs allers-retour d'un côté à l'autre de la petite scène, regardant et recherchant en vain, jusqu'à ce qu'un bruit de cavalcade se fasse entendre. Les spectateurs ne pouvaient pas savoir qu'il s'agissait en fait de noix de coco entrechoquées, car même dans les Duchés où le climat ne permettait guère à ce type de fruits de se développer, des hirondelles jamailliennes bien organisées avait pu en importer.

Sans surprise, donc, un pantin de cavalier fit irruption au grand galop, puis un autre qui le suivait de très près.
" Mon fils ! "
s'écria la vieille femme, et les deux chevaux ralentirent, virèrent à l'extrémité de la scène, et freinèrent des quatre fers (et même des huit). Ils s'arrêtèrent non loin de leur interlocutrice, évitant de peu un carambolage, car chacun sait qu'il faut augmenter les distances de sécurité sur autoroute.

" Qu'ss'qu'y y'a ? "
fit le premier, sans même démonter.
" J'ai une surprise pour toi... quelqu'un à te présenter... "
commença la femme en prenant une voix suave.
" Oh non, pas encore l'coup d'la princesse... "
grogna l'autre, avec un regard entendu à son compagnon, lequel restait parfaitement immobile.
" Oui, c'est une princesse, regarde, c'est magnifique, la princesse Cendrillon que voilà, vous allez pouvoir vous marier, et vous serez heureux et vous aurez beaucoup d'enfants, et les ménestrels en chanteront des ballades, et... "
Avec un mépris souverain, le cavalier avait tourné bride, et dans un bruit de noix de coco entrechoquées, avait disparu avant la fin de la tirade, toujours suivi comme son ombre de son taciturne compagnon.
Revenir en haut Aller en bas
Cendre
Cinq-Duchés
Servante
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Servante de Dame Mésange (duchesse de Béarns) et Vifière infiltrée.
Âge: 26 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Sam 24 Déc - 0:28

Une fois de plus on lui servit la Cendrillon. L'occasion était trop belle. Et à défaut d'être une princesse déguisée en servante, elle était bien une servante...

Le numéro se poursuivait et Cendre aurait davantage pris le temps d'observer les comédiens (sans la distance de la scène, et avec sa complicité, l'illusion se dissipait) si le rythme n'avait pas été aussi effréné. Le public ne pouvait pas s'ennuyer et ponctuait chaque événement de rumeurs ou d'applaudissement. Les gros joyaux qui ornaient désormais son habit bleu de cerf et gris firent sensation chez les petites filles. Toutes rêvaient encore d'être une princesse.

Mais voilà qu'on l'entraînait vers la Reine ou plutôt, le pantin féminin. Cendre fit la révérence à nouveau, tandis que celle-ci déversait ses paroles sur la foule. Et puis le Prince arriva.
- Oh non, pas encore l'coup d'la princesse...

Le public éclata de rire. La plaisanterie n'échappait pas à la plupart des spectateurs, qui se gaussaient du spectacle. Cendre même retenait quelques éclats de rire. Elle profita de se voir délaissée pour les masquer derrière ses mains, mimant des pleurs d'autant plus réalistes que son ventre était secoué par l'hilarité.

La farce continua près d'une heure ainsi. Rien n'y manqua : allusions, illusions, jeux de lumière et bons mots, marionnettes, musique et acrobaties !
Après avoir épuisé toutes les ressources de sa mauvaise foi, le "prince" finit par se battre avec sa vieille mère, qui le mit tout simplement KO. Quand il s'éveilla, il vit Cendre et en tomba, comme par hasard, fou amoureux. Ils se marièrent et disparurent sous les applaudissements. Tout était bien qui finissait bien.
Puis vinrent d'autres contes inspirés des légendes des terres et des époques lointaines, où l'on parla de dragons et de navires au ventre magique...

Cendre était descendue de scène, bien sûr, après un petit tour en coulisse pour se défaire de ses "joyaux". Par l'arrière, elle avait rejoint le public, et s'était délectée comme les autres de la suite du spectacle. Quand les artistes saluèrent, elle jeta-t-elle aussi, à leurs pieds, ses quelques piécettes de cuivre. La récolte sembla bonne, et elle s'en réjouit pour eux.

A présent les badauds s'éparpillaient dans les rues du Bourg, chacun reprenant sa route. Cendre soupira d'aise et s'éloigna à son tour vers la ruelle, sous la lumière de la lune. Une bonne nuit de sommeil - croyait-elle - l'attendait au château...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Mer 25 Avr - 15:39

Cela faisait plusieurs jour maintenant que Meric était revenu, incognito bien évidemment, à Castellonde. La raison en était simple. Se rapprocher du château, glaner des indices pour savoir quelle frappe apporter au Duc. Une frappe violente, chirurgicale. Sa vengeance devait être parfaite, et pour cela, il devait agir dans l’ombre.

Quand il s’approcha de la Place centrale, les brouhahas et les rires d’un spectacle de marionnettes lui parvinrent aux oreilles. Il grogna doucement puis s’assura que son capuchon était bien en place et que son visage était méconnaissable, avant d’accélérer le pas du cheval alezan brûlé qu’il avait volé quelques jours plus tôt dans un village voisin. Il l’avait rebaptisé Frison, car quelques poils de sa crinière frisottaient en harmonie avec ses fanons et sa queue. Il détestait tout ce qui attirait la foule, préférant de loin les ombres des ruelles aux lampions aveuglants.

Alors qu’il s’avançait au loin, ce qu’il entendit le fit ralentir, puis il tira lentement sur les rennes pour faire stopper le quadrupède.

- On m'appelle Cendre !

Ce prénom ne lui était pas inconnu…Il s’immobilisa, raide, se concentrant sur la jeune femme qui occupait la scène. Oui, il l’avait déjà vu quelque part. Mais où ? Il plissa les yeux pour mieux voir mais déjà son cheval s’impatientait. Tandis que le spectacle se déroulait sous son regard livides, il restait concentré sur cette femme, cherchant à retrouver quelques souvenirs la concernant. Et puis, alors qu’elle fit un semblant de révérence, le souvenir le frappa comme un coup d’épée.
Il l’avait vu chez Ondin. Cette femme était une vifière. Il n’avait pas de lien d’amitié avec elle, mais Ondin si. Quel était son animal déjà ? Un chien, un énorme molosse il lui sembla, mais il n’en était plus très sûr. Aussi, il faudrait être prudent. Il chercha la bête du regard, mais un vifier était prudent, surtout en cette période de crise où la garde n’hésitait pas à jouer les meurtriers. Elle aurait surement eu la présence d’esprit de camoufler son animal. Cendre…oui…elle travaillait au château du Duc. Quelle aubaine ! Elle aurait sûrement quelques informations à lui transmettre. Oui, à cette idée un large sourire se dessina sur ses lèvres , laissant apparaitre des dents blanches.

Il se força à assister au spectacle de marionnettes, qu’il jugea médiocre, comme tout spectacle approprié à la populace locale, mais il ne pu détacher son regard d’elle. Comment allait-il s’y prendre ? Devait-il la prendre en otage ? ou bien lui faire peur ? La contraindre à lui répondre ? Peut-être serait-elle inutile au final. Bah il se débarasserait d’elle si c’était le cas. Après tout, une simple servante ne manquerait pas trop . De toute façon si elle le voyait elle pourrait le dénoncer, tout ceci était risqué pour sa vie. Mais la vengeance n’avait pas de prix et il n’aurait de cesse que lorsque le Duc aurait payé.

Lorsque le spectacle se termina, enfin, la foule s’éparpilla comme une nué de papillon. Il suivit Cendre qui s’engageait dans une ruelle déserte. La tête à peine baissée, pour éviter que les lumières environnantes ne révèle son visage, il suivait sa proie. La ruelle était sombre, ce qui lui apporta encore plus d’assurance. On entendait que le clapotement des sabots de Frison, tandis qu’il se rapprochait de plus en plus de Cendre et bientôt, il serait à sa portée.
Elle finirait bien par s’arrêter et si au contraire elle se mettait subitement à courir, et bien, son cheval serait plus rapide et il l’attraperait par la partie la plus facile à sa hauteur, c'est-à-dire ses cheveux. Alors il aviserait.
Revenir en haut Aller en bas
Cendre
Cinq-Duchés
Servante
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Servante de Dame Mésange (duchesse de Béarns) et Vifière infiltrée.
Âge: 26 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Sam 28 Avr - 21:52

L'esprit de Flair, son chien de Vif, toucha le sien.
Il te suit.

Rien que Cendre ne sache déjà. Elle entendait distinctement, derrière elle, les sabots du cheval. Sous son manteau, elle serrait par avance son poignard effilé. Elle avait peur, mais s'efforçait de rester calme. Après tout, il pouvait seulement s'agir de quelque lourdaud dont elle pourrait facilement se débarrasser. Mais avec la mort d'Ondin et les diverses représailles qui s'en étaient suivies, il était difficile d'avoir l'esprit tranquille ces derniers temps, lorsqu'on était Vifier.
Qu'était-elle allée fiche sur scène, à la vue de tous !

Et puis ce qui n'était qu'un vague pressentiment devint bientôt une certitude.
On le connaît. C'est le jeune mâle de chez Brasier. L'ami de Briss... d'Ondin.
Meric ?! Cendre n'arrivait pas à y croire. On voyait son visage - ou ce qui était sensé y ressembler - placardé dans les rues, et il revenait à Castellonde ? C'était de la folie ! Et pourtant c'était certain. Flair méritait bien son nom.

Cendre ne savait pas grand chose de Meric. Elle l'avait rencontré plusieurs années de ça lors de son séjour chez les Vifargent. C'était alors tout jeune homme endeuillé par la perte de son animal de lien. Autant dire qu'il était fantomatique et qu'ils n'avaient pas fait plus ample connaissance. Ils n'avaient de commun que leur amitié avec Ondin, et le domaine qu'ils foulaient. Bref : elle ne le connaissait pas.
Mais comme tout un chacun à Castellonde, elle savait qu'il était rendu responsable de la mort de plusieurs gardes ducaux (les circonstances étaient floues et laissaient enfler la rumeur) et qu'en conséquence, sa tête était mise à prix. Aussi était-il plutôt naturel qu'il ne donne pas de la voix pour leurs "retrouvailles".

Cendre ne s'enfuit donc pas vers la lumière comme elle l'aurait fait sans cette information clé. Au contraire, elle s'arrêta à l'angle de la ruelle, recoin sombre s'il en était, et fit face à son poursuivant :
- Je sais qui tu es, murmura d'une voix assez claire pour être comprise. Mais ne crains rien. Je connais un endroit sûr où nous pourrons parler.

L'invitation défiait les règles de prudence les plus élémentaires, mais entre Vifiers, le temps était à la solidarité. Et que pouvait-il être venu chercher auprès d'elle, sinon une quelconque aide ?

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Mer 9 Mai - 12:57

- Je sais qui tu es, murmura d'une voix assez claire pour être comprise. Mais ne crains rien. Je connais un endroit sûr où nous pourrons parler


Elle s’était arrêtée. Et dans un mouvement confiant, s’était tournée face à lui, comme si elle ne craignait rien, pire, comme si elle le connaissait. Ses paroles le démontraient autant que son attitude.

Que faire? La tuer ? Non, je dois d’abord obtenir cette information. Cette information cruciale pour ma vengeance…la mort d’Ondin. Pourquoi la tuer, elle n’a rien fait. Et pourquoi pas ?? Qui remarquerait son absence hormis son cabot ? Oui…son cabot, tout me revient à présent. Elle et son molosse, flânant sur le domaine d’Ondin. Une vrai vifière peut-elle vraiment me comprendre ? Non…Comment le pourrait-elle…toujours liée à son animal. Ma douleur n’appartient qu’à moi.

Meric fit faire halte à son cheval et retira son capuchon, lentement d’abord, puis secoua la tête dans un mouvement de libération. Il lui adressa un sourire carnassier tout en plongeant son regard dans le sien. Puis il sortit sa dague de chasse (qu’il appréciait pour le meurtre plus que pour le sport d'ailleurs) et se mit à jouer avec, grattant légèrement la peau de sa joue avant de lui lancer :

- Princesse, je ne cherche nullement un endroit sûr. Pensez vous vraiment qu’il reste des endroits sûrs pour les vifiers en Béarn ? Mais je dois avouer vouloir m’entretenir avec vous, j’aurais quelques questions à vous poser.

Il fit glisser sa lame sur le bout de son menton et le bruit de l’acier sur sa barbe naissante résonna quelques secondes dans la ruelle. Le sourire qu’il lui adressa à présent était mauvais.

- J’espère juste que votre molosse ne sera pas de la partie.

Sur ses mots, il rangea sa lame courbe dans le fourreau de sa ceinture puis remis son capuchon en place. Il était dangereux de rester au même endroit sans bouger trop longtemps. Témoins et badauds pouvaient arriver d’un instant à l’autre, même s’il était de notoriété publique que les rues actuellement n’étaient plus très sûres.

Elle était vifière, mais quelle justice servait-elle ? Comment avait-elle réagit à la mort d’Ondin ? Elle le connaissait, avait-elle aussi envie de vengeance ? Souhaitait-elle apporter son soutien à leur cause, à leur colère ? Prudence était de mise. Les heures étaient aussi sombres que la ruelle ces temps-ci. La garde avait redoublé ses effectifs et ses rondes, autant que leur méfiance envers les habitants. Toute chose arriverait à terme, il le savait, tout comme il était persuadé que sa vengeance n’était qu’une question de temps.
Revenir en haut Aller en bas
Cendre
Cinq-Duchés
Servante
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Servante de Dame Mésange (duchesse de Béarns) et Vifière infiltrée.
Âge: 26 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Jeu 17 Mai - 20:11

L'homme s'était arrêté, révélant son visage un court instant. Un instant suffisant.
Quelque chose en lui avait changé. Elle n'aurait su dire quoi. Mais son sourire lui fit peur, et le poignard qu'il faisait jouer sur son menton était une menace évidente. Comme ses paroles...

Cendre avait beaucoup plus peur à présent que lorsqu'elle se sentait suivie. Elle savait désormais qu'elle avait affaire à un homme déterminé, un homme qui avait déjà tué, un homme qui s'était lancé sur sa piste, pour une raison inconnue. Quelles questions pouvait-il bien vouloir lui poser ? Quelles questions, surtout, qui nécessitaient de la menacer ainsi ?

Elle décida de n'en rien montrer, de jouer à la plus sotte. On apprenait, en étant servante, que cela vous tirait en moins de deux des situations embarrassantes. Elle espérait qu'il ne percevrait pas l'effroi qui lui serrait le cœur. Elle le rangea bien serré sous la rage qui pointait en elle : était-il coutume de s'affronter ainsi entre Vifiers ?! Elle ne méritait pas d'être traitée ainsi, et surtout pas par lui !

- Très bien, répondit-elle avec un sourire affable. Je connais une taverne non loin d'ici dont les clients sont acquis à notre cause. Vous pourrez m'y poser vos questions. Suivez-moi !
Et elle lui tourna le dos pour reprendre sa marche. Cela vaudrait toujours mieux que cette ruelle déserte, et lui laisserait peut-être un peu de temps : Flair était déjà en route.

Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Dim 20 Mai - 11:13

La proposition de la brune ne convenait pas du tout. Lui ? Dans une taverne pleine de vifiers ? Ou comment revivre le drame de la descente de la garde Ducale. Avec sa tête mise à prix, Meric n’avait plus d’endroit sûr désormais, hormis ceux qu’il se fabriquait lui-même.
Cendre avait pourtant parlé de « notre cause ». Cette appellation titilla sa curiosité. La cause des vifiers, bah, de la poudre aux yeux oui ! Ondin et lui protégeaient la cause, et qu’ont fait les vifiers suite à la mort de son ami ? Rien. Ils ont continué à se cacher comme des termites dans une souche de bois.

Tout cela devait changer : le Duc devait payer de son crime, les vifiers devaient se rebeller et imposer leurs existences. Si personne ne souhaitait amorcer le combat, alors la vengeance de Meric servirait de détonateur.

Cendre s’était déjà mise en route. S’il devait agir, il fallait le faire là, maintenant, avant qu’ils ne regagnent une ruelle plus éclairée, avant que leur présence ici ne paraisse suspecte. Tandis que le pas de son cheval se rapprochait de plus en plus de la brune, Meric fit quelque chose qu’il n’avait pas entreprit depuis longtemps. Il tendit son vif aux environs, afin d’être sûr que le mâtin de la belle n’était pas là. Son manque d’entrainement lui fit toucher une vache tellement fort qu’elle releva la tête dans son étable. Plus loin, un chat cherchait à se rapprocher d’un rat avant de lui bondir dessus. Aucun chien à l’horizon. Un sourire se dessina sur les lèvres du hors la loi.

Alors que son cheval se rapprochait du dos de Cendre, celle-ci se retourna pour vérifier ce qu’il trafiquait derrière elle. Il lui fit un sourire tandis qu’il s’approchait encore, jusqu’à être à côté d’elle. Dans sa tête, l’obsession grandissait : il lui fallait ses informations et il les lui fallait maintenant, pendant qu’il était encore à l’abri. Quand il jugea être assez près d’elle, et profitant d’une ruelle encore plus étroite donnant sur la gauche, il saisit les cheveux de la brune lui tirant le crâne en arrière. Dans la même seconde, il dégaina son poignard qu’il plaça sous le cou gracile mis à nu. Ainsi, depuis son cheval, il la dominait complètement.

-Shhhhht. Si tu émets le moindre son, je te tranche la gorge d’ici, jusque là, commença-t-il en chuchotant, mimant le mouvement. Tu connaissais Ondin, tu sais qu’il était comme un frère pour moi. Je veux le venger, et je suis sûr que tu peux m’y aider jolie Cendre. Si tu travailles toujours au château du Duc, tu dois suffisamment le connaître pour répondre à ma question : Donne-moi le nom de la personne qui tient la plus grande place dans le cœur du Duc. Ainsi, je te le promets, lorsque j’aurais assouvis ma vengeance, je rejoindrais la « cause » à laquelle tu sembles tant tenir.

Il prononça ce mot avec un dédain évident. Les vifiers n’étaient pas capable de se gérer tout seul. Il leur fallait des leaders, il leur fallait des personnes prêtes à sacrifier leurs vies pour la cause. Aujourd’hui, ils n’avaient ni l’un ni l’autre.
Enfin, sa vengeance allait prendre un nouveau départ. Le cœur battant, il restait pendu au bord des lèvres de Cendre, dans l'attente de sa réponse.
Revenir en haut Aller en bas
Cendre
Cinq-Duchés
Servante
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Servante de Dame Mésange (duchesse de Béarns) et Vifière infiltrée.
Âge: 26 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Lun 28 Mai - 13:47

Cendre savait qu'elle n'aurait pas dû laisser Meric s'approcher ainsi. Mais que pouvait-elle faire ? Partir en courant et il aurait vite fait de la rattraper, sur son cheval. Tirer son poignard et les choses se règleraient à coup sûr dans le sang, à son désavantage. Elle ne faisait pas le poids et elle en avait douloureusement conscience. Elle n'aurait pu gagner que par la ruse et son plan venait de pitoyablement échouer. Voilà qu'elle se retrouvait le poignard au cou sans pouvoir bouger ni se rebeller sans y laisser sa jugulaire... Elle en aurait pleuré de rage : voilà qu'après tous ces efforts et ces sacrifices elle en revenait à la case départ, tout ça pour un minable assassin qui croyait sauver le monde en accomplissant sa vengeance mesquine !

- Espèce de pourriture ! cria Cendre, au delà de tout instinct de survie. Des larmes brûlantes coulaient sur ses joues et elle n'en avait plus rien à faire, en cet instant précis, de se retrouver morte sur le trottoir. La certitude de savoir que Flair mettrait ce salaud en pièce lui suffisait amplement.
- Tu te crois peut-être plus malin que tout le monde ! Tu penses que parce que tu as tué un pauvre garde tu es un martyr ? Tu penses que parce que tu as perdu un frère tu es le seul à souffrir en ce bas monde ? En réalité tu ne penses qu'à ta petite vengeance qui nous déservira tous ! Va crever en enfer, je pisse sur ton nom !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Lun 28 Mai - 15:59

Lorsque Cendre déversa son fiel sur lui, Meric ne pu s’empêcher de sourire. Elle y mettait une telle rage, qu’il trouva cela presque touchant. Et plus elle débitait ses paroles, plus sa bouche s’élargissait. Pourtant quelque part au fond de lui, la colère grondait doucement.

Que savait-elle de sa douleur ? Elle le cataloguait si aisément, le traitant de martyr. Il n’avait jamais voulu cela, il avait tué certes, mais ce n’était que pour se défendre, sauf bien sûr lorsqu’il était payé pour ça. Un hors la loi devait bien manger et vivre. Ce mode de vie, était le seul moyen qu’il avait trouvé pour survivre. Tandis qu’elle jouissait du confort du château, du moelleux d’un lit et de la chaleur d’une nourriture préparée par d’autres, lui ne connaissait que les petits larcins et l’humidité des cabanes abandonnées. Et tout ça pour quoi ? Pour échapper à la traque incessante de son espèce qui préférait se terrer plutôt que de répliquer.

- Tu n’es qu’une petite ingrate, lui souffla-t-il, et il resserra sa prise sur les cheveux de la brune, la soulevant presque du sol.

Il aurait pu trancher sa gorge pâle d’un seul mouvement, la laissant gisante dans la rue, barbotant dans son propre sang. Il aurait pu et le ton qu’il utilisa n’avait pour but que de lui rappeler ce détail.

- Ondin ne t’a-t-il pas hébergée et nourrie quand tu en avais besoin ? Il a sacrifié sa vie, pour sauver les quelques vifiers qui comme toi, se cachent plutôt que d’attaquer. Quand allez-vous comprendre que nous sommes menacés et que ce n’est pas en restant cloîtrés comme des thermites nous bouffant entre nous, que les choses s’arrangeront. Ma vengeance est personnelle, certes, Ondin était comme un frère pour moi, tu l’as dit. Je ne suis certainement pas le seul à avoir perdu un proche, mais je suis un des rares à chercher la vengeance au lieu d’attendre un miracle. Je compte me débarrasser de celui qui nous opprime, et je me suis juré d’y arriver, avec ou sans ton aide.

Et sans autre compromis, il la rejeta violemment au loin. Son visage était fermé et froid, mais dans son regard brillait un éclat de folie. Il pointa son poignard sur elle, comme s’il la désignait :

- Regarde à quoi nous sommes réduit ? Aucune confiance, la méfiance est de mise au sein des nôtres. Je crèverais sûrement, mais contrairement à toi, ça sera pour la cause qui aura été juste, et non pas dans mon lit telle une vieillarde, qui aura servit notre bourreau jusqu’à la fin.

Aussi, il rangea son poignard et remis son capuchon en place. Si elle ne voulait pas lui donner de nom, alors il lui suffirait de s’attaquer à chacun des membres composant la famille du Duc. Les uns après les autres, il les ferait disparaitre et ce mot n’était pas choisi au hasard. Ondin n’avait pu avoir d’enterrement digne, Meric s’arrangerait pour que les corps ne soient jamais retrouvés. Quelque chose titilla son vif et il comprit rapidement que le molosse n’était pas loin.
Revenir en haut Aller en bas
Cendre
Cinq-Duchés
Servante
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Servante de Dame Mésange (duchesse de Béarns) et Vifière infiltrée.
Âge: 26 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Dim 10 Juin - 19:18

Projetée au sol, Cendre chuta douloureusement sur les genoux et s'écorcha les mains. Ses cheveux tombaient en désordre sur son visage où restaient des traces de larmes, et la peau de son crâne lui cuisait. Cependant la mort, la peur et la colère semblaient s'éloigner pas à pas alors qu'elle se relevait, mettait plusieurs mètres entre elle et Meric, et dégainait son poignard. Flair et son instinct lui criaient de s'enfuir à toute jambe, mais elle refusait de partir en laissant derrière elle des paroles si intolérables. Elle avait déjà trop de mal à se regarder dans un miroir pour accepter de se laisser piétiner ainsi.

S'accrochant plus qu'autre chose au manche de son poignard, elle fit quelques pas supplémentaires en arrière et répondit d'une voix sourde, qui peu à peu gagnait en volume :
- Non mais est-ce que tu t'écoutes parler ? "Aucune confiance, la méfiance est de mise au sein des nôtres" ?! N'est-ce pas toi, Vifier de ton état, qui vient de me brutaliser alors que je te proposais mon aide ?! C'est avec ton poignard que tu penses enseigner la bonne parole ?! C'est à cause de gens comme toi qu'ils pensent que les Vifiers sont des bêtes !!

Essoufflée par la rancœur, elle s'interrompit un instant, pour reprendre plus posément :
- Je sais très bien moi-même ce que je dois aux Vifargent. Et je ne suis pas une ingrate. Et je ne me cache pas la tête dans le sol. Qui es-tu pour me juger sur un regard ? Tu crois tout savoir de moi parce que je sers au château ?! Tu crois que les Vifiers ne font rien parce que tu ne les vois pas tuer des gardes dans la rue ? En réalité la roue se met en marche, et si tu ne le sais pas alors que tu habites chez les Vifargent eux-mêmes, pose-toi des questions sur la manière dont on te considère !!

C'est-à-dire comme un fou furieux... pensait-elle secrètement, avant d'être alertée : Flair n'était plus qu'à deux rues de là. Elle eut à peine le temps de se retourner qu'il déboulait au coin de la ruelle, l'écume aux lèvres et l'air féroce, prêt à attaquer sur sa lancée.
Flair, non ! cria-t-elle silencieusement alors qu'elle se mettait sur son chemin, et que leurs deux corps violemment se rejoignaient.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Lun 2 Juil - 0:25

Alerté par le vif, Meric posa son regard sur le coin de la ruelle et vit au même instant le molosse, écume aux babines, arriver de son pas lourd mais rapide. La bête était massive, tout en muscles. Cendre avait bien travaillé, son animal de lien était superbe. En une fraction de seconde, Meric pu imaginer le choc violent qui le projetterait hors de son cheval, comme une vulgaire poupée de tissu, si le chien lui sautait dessus.

Il tendit tous ses muscles, prêt au choc, le manche de son poignard serré contre lui, prêt à trancher ce qui lui tomberait sous la main. Mais contre toute attente, le corps de Cendre s’interposa et les deux créatures liées se heurtèrent. On aurait cru à un coup de tonnerre, et le bruit résonna longtemps dans la rue. Au loin, un chien répondit au fracas en hurlant, quelques lumières s’allumèrent et d’autres animaux répondirent. L’endroit devenait dangereux pour lui.

Le Hors la loi serra les dents et se rendit compte qu’il tremblait légèrement. Cette femme avait délibérément absorbé le coup pour lui. Pourquoi avait-elle fait ça ? Contre son propre animal de lien qui plus-est ? L’un comme l’autre semblait plus ou moins sonné. Le chien s’était relevé et secouait la tête comme pour retrouver ses esprits. Il avait du mal à tenir fermement sur ses quatre pattes. Cendre gisait toujours sur le sol humide. Meric restait figé sur place, comme tétanisé. Mais le boucan qu’ils avaient provoqué risquait de rameuter du monde, il fallait quitter les lieux et vite. Cependant, il ne pouvait se résoudre à laisser Cendre ici, par terre. Il était persuadé qu’elle pouvait lui être utile.
Comme pour répondre à ses attentes, elle se redressa elle aussi.
Effrayé de voir ce dont le molosse était capable, il lâcha d’une voix mal assurée :

-Tu parles de brutaliser…est-ce que ta soit-disante aide incluait la charge de ton molosse ? Voilà pourquoi…voilà pourquoi je me méfie tant de vous ! Rugit-il.

Son poignard tremblait à nouveau, mais cette fois-ci, c’était bien de colère et d’indignation. Comment osait-elle ? Comment pouvait-elle comparer sa vie au château et ses petites intrigues de vifiers avec sa vie à lui. Lui qui devait se débrouiller seul, sans personne à qui se vouer, ni à qui se fier ? Elle le croyait chez les Vifargent, par Eda, comme elle était mal renseignée.

Les vifiers étaient tous les mêmes, clamant la « cause », mais ne se préoccupant que de leur propres liens. Hormis leur animal rien ne comptait et ce sentiment était réciproque. N’ayant plus ce lien, Meric avait pu ouvrir les yeux. Oui il avait tué des gardes, mais dans le seul et unique but de sauver Ondin ou de le venger. Il avait agit en tant qu’ami, pas en tant que vifier. Penser à Ondin le calma un peu, aussi lorsqu’il reprit la parole, sa voix était calme :

- Pourquoi t’es-tu interposée ?

Il n’avait pas besoin de préciser ce dont il parlait.
Revenir en haut Aller en bas
Cendre
Cinq-Duchés
Servante
avatar

Messages : 73
Date d'inscription : 19/07/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Servante de Dame Mésange (duchesse de Béarns) et Vifière infiltrée.
Âge: 26 ans
DC: Brun Braveterre

MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Mar 17 Juil - 23:53

Le choc fut brutal et tous deux tombèrent à terre.
Flair se remit vite sur ses pieds et riva aussitôt son regard sur Meric, un grognement menaçant sourdant de sa gorge, sans qu'il passe pour autant à l'attaque. Que cela lui plaise ou non, il avait compris le message, mais il protégerait Cendre désormais. Un peu sonnée, celle-ci mit un peu plus de temps à se relever ; après tous ces chocs, elle se sentait fourbue comme une vieille femme, et sa tête lui faisait mal. Aussi ne s'attarda-t-elle pas sur les paroles insensées de Meric, qui confondait la cause et la conséquence. Il lui apparaissait désormais clairement que l'homme était fou, et elle était lasse de le détromper ; qu'il se débatte donc dans son angoisse et sa haine ! Elle aurait eut pitié de lui si cela ne le rendait pas aussi dangereux.

Quelques lumières s'étaient allumées et elle mesura l'inconscience qui avait été la leur, de s'exprimer ainsi librement dans la rue, et l'urgence qu'il y avait à fuir. Elle ne pouvait se résoudre à partir ainsi, laissant Meric accomplir sa trop funeste vengeance ; mais il le fallait bien !
- Je ne voulais pas que Flair soit blessé pour rien répondit-elle dédaigneusement, avant de poursuivre avec moins de rancœur, et toute la bonne foi qu'elle pouvait y mettre :
- Ne fais pas ça. Nous ne pouvons réussir par cette voie. Cela ne fera que les renforcer dans leur certitude que nous sommes des monstres. Et ils nous traqueront de plus belle.
Soudain, elle crut entendre des bruits de pas s'élevant de l'autre côté de la ruelle.
- Retourne chez les Vifargent. Ils pourront te cacher, ils sauront t'aider.
Adieu
, murmura-t-elle, le cœur pressé, s'enfuyant déjà dans l'obscurité.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   Ven 27 Juil - 21:29

Leur rixe avait provoqué ce que Meric craignait : l’attention de la populace. Déjà, les lumières s’allumaient dans les chaumines, et l’on entendait des grincements de portes curieux. Il ne fallait pas trainer là. Sa tête était toujours mise à prix à Castellonde…

Cendre parut aussi pressée que lui et s’enfuit à pas vifs, le laissant seul dans le noir de la ruelle, bientôt éclairée par les badauds. Avant de partir bien évidement, elle lui avait conseillé de se rendre chez les Vifargents. Mais que pouvait-on attendre d’un homme qui avait accueilli la mort de son fils unique avec si peu d’affection. La colère ou peut-être la pitié lui avait fait achever le cheval de lien de son fils, Meric y avait assisté. Il admirait le Sire Brasier autant qu’il le craignait. Très grand vifier, il était un homme également implacable et strict. Mais depuis ce jour il s’était juré de ne plus mettre un pied dans leur domaine. Et pourtant, la jeune femme lui avait soufflé de se rendre là-bas.

Que se tramait-il chez les Vifargents ? Cette question piqua sa curiosité, mais pour venger Ondin, il devrait peut-être en passer par là. Renfilant son capuchon, il reprit sa route l’air de rien, pour ne pas attirer l’attention. Il sortit de la ville et prit le chemin d’un lieu qu’il avait connu comme sa poche, alors qu’il n’était qu’un enfant.

Peut-être qu’il trouverait enfin la solution à sa folle vengeance, faire payer à Glace Loinvoyant son aversion pour son espèce et surtout, le meurtre de son frère.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Dragon, princesse et ménestrels [avril 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» How train your dragon
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Extreme Rules - 25 avril 2010 (Résultats)
» Les ménestrels d'Esgaroth
» 21 AVRIL 1971 /21 AVRIL 2010 DISPARUTION D'UN LEADER VISIONNAIRE !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Béarns, Bauge, Rippon, Haurfond :: Béarns :: Archives V1 et V2
-