AccueilAccueil  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Feu sur la citadelle [Mi avril 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Dim 18 Sep - 19:26

Voilà des jours que la colère lui remuait les entrailles, animant ses membres pour continuer chaque jour d’avancer malgré la douleur. Ce genre de long trajet à travers la pays n’était plus de son âge, mais la cause qui le portait valait tous les sacrifices, et il était le seul qui saurait se faire entendre par la famille royale. S'il avait pris le temps de dormir et de boire dans une taverne, c'était uniquement pour en apprendre un peu plus sur ce qui l'attendait. Après tout, on ne se présentait pas à la cour du roi sans savoir si ce dernier était en bonne santé ou, plus intéressant, bien disposé à l'égard des vifiers. A ce sujet, il n'avait pas appris grand chose si ce n'est que le vif ne se faisait pas entendre plus que ça dans ce duché.
Il devait donc s'attendre à créer la surprise. Ce qui lui convenait parfaitement.
La tête rentrée dans les épaules pour mieux résister au vent froid de ce début de journée, et le regard peu aimable, il traversa Bourg-de-Castelcerf, prenant toutefois le temps de gravir la longue route qui le menait jusqu'à la citadelle sans s'essouffler. C'est qu'il voulait arriver en forme à destination.
Aidé d’un bâton de marche, il parcourut la pente jusqu’au château. Porté par leur instinct, ou n’aimant tout simplement pas le regard noir et l’attitude de cet homme, les gardes situés à la grande porte se redressèrent, le regard méfiant et l'attitude peu avenante. Celui-là, pour sur, ce n'était pas le genre qu'on laissait rentrer sans lui demander où il allait.

- On ne rentre pas!

Tranquillement, et sans lever les yeux pour les regarder, Brasier demanda, la voix vibrante d’une force contenue.

- Jeunes gens, réfléchissez bien avant de commettre un impair. Je ne suis qu’un vieil homme, et je viens de loin.

- Grand bien t’en fasse, vieillard… (le garde s’était fait ironique sur ce point, comme s’il doutait qu’il ait la moindre importance) mais tu ne rentreras pas armé au château.

- Qui êtes-vous et que voulez-vous ? Demanda le second garde, plus avisé.

- Sir Vifargent, répondit à contre cœur l’homme, je viens du Comté de Labour dans le Duché de Béarns pour demander que justice soit faite au Roi Vainqueur.


Les deux gardes avaient partagés un regard qui en disait long, et le ton méfiant, ils avaient repris :

- Vous avez pas l'air d'un Sir, m'sieur...

Brasier avait refusé d’apporter la moindre importance à cette remarque, se contentant de la dédaigner et d’avancer un peu plus, forçant les gardes à reculer. Imperturbable, et comme si rien ne pouvait l’empêcher d’avancer :

- En tant qu’habitant des Quatre-Duchés, et membre de la noblesse de surcroit, j’ai le droit, et même le devoir, de rendre compte devant le Roi de toute injustice perpétrée sur ses terres. En vous y opposant, c’est au roi lui-même que vous vous opposez.

Pendant qu’il parlait, les gardes avaient appelé des renforts, et les quelques gardes supplémentaires venant en hâte se poster autour d’eux contribuaient doucement à créer l’évènement dans la cours du château. L’attention attirée et la curiosité titillée, tous les regards se braquèrent sur cet homme à la stature impressionnante et à la voix grondante. De partout, on se mit à murmurer, imaginant le pire, spéculant l’horrible. Ce n’est qu’une fois qu’un garde effrayé se mit à piailler à Brasier que si il continuait d’avancer on serait obligé de lui faire du mal que l’homme éclata.

- Eda soit témoin de votre stupidité ! Et allez donc me chercher le Roi ou je ne sais quel cul blanc, eux seuls pourront juger de mon cas, et surement pas un gamin de ton âge et qui n’a probablement rien vu d’autre que la ville où il est né !

A bout, il tapa de son bâton sur le sol, faisant résonner ses coups sur le pavé pour attirer l’attention sur ses propos et se donner un peu plus de contenance.

- Des hommes et des femmes de tout âge risquent de se faire massacrer, et pour quoi ? Parce que quelque part, des hommes sont jaloux de leur vie paisible et prospère, et parce qu’ici des hommes sont trop idiot pour voir en moi un simple émissaire. Laissez passer ! Ou soyez assuré que partout, il sera dit que la garde royale est coupable de négligence envers son peuple, que gonflée d’orgueil elle a perdu de vue sa véritable raison d’être !

Se disant, il semblait croitre en taille, redressé de toute sa stature et la voix grondante. Incertaine, l’assemblée ne fit rien quand il s’avança encore vers le milieu de la cour.

- Eh bien ! Poursuivit-il. N’y a-t-il vraiment personne d’assez censé pour me mener au Roi?! Ou pense-t-on que ma cause ne vaut pas celle des villageois massacrés par des Chalcédiens?

Un instant, la question resta suspendue dans l'air, attendant qu'on la saisisse.


Dernière édition par sire brasier le Dim 10 Juin - 20:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Le Conteur
Maître Vérichanteur
avatar

Messages : 834
Date d'inscription : 18/10/2010

MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Dim 22 Jan - 16:36


La Reine-Mère était occupée à lire les nouvelles du royaume, comme chaque matin, dans son petit salon personnel. Instant paisible s'il en est, il fut toutefois rompu de la plus rustre des façons: à coup de tapage insupportable.

- Mais que diable se passe-t-il? Pesta-t-elle a mi-voix, sa dame de compagnie seule pouvant l'entendre.

En l'absence de réponse, toutes deux quittèrent leur siège pour se diriger vers un escalier dans le coin de la pièce et s'élever jusqu'au balcon qui dominait la cour intérieur, un étage au dessus.
Là, ce n'est pas du désorde tant attendu qu'elles furent témoin, mais des éclats d'un unique homme, droit au milieu de tous et exposant à voix haute son indignation.

Le profil grave et impassible, Bienséance considéra la scène un instant avant de prendre une décision. Son fils aurait surement d'autres chats à fouetter. Elle s'occuperait de la situation.

- Faites prévenir le Chef de la garde, qu'il calme ses hommes.

Ses ordres pris, la femme quitta la pièce en toute hâte? Quand à Bienséance, à un page qui passait par là:

- Flûte, pourrais-tu mener le Comte Vifargent jusqu'à mon bureau? Assure-toi qu'il reçoit tous les égards dus à son rang en attendant que je l'y rejoigne.

Et le gamin fila sans demander son reste, trop heureux qu'on lui confie une tâche aussi importante. Quant à bienséance, elle se hâta à son tour. Elle n'avait pas prévu de recevoir ce matin; il lui fallait s'adapter en conséquence.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Mer 13 Juin - 0:10

Le matin touchant à sa fin, la reine Bienséance s’apprêtait à recevoir dans son salon le Comte de
Vifargent.

Le salon de Bienséance laissait toujours une impression très particulière à ses visiteurs, sommes nous
dans le salon d’une grande dame ? Ou dans le bureau d’un stratège politique ? Et cette impression de
doute était exactement là où elle souhaitait laisser ses interlocuteurs.

Des tapisseries racontant les exploits des ancêtres Loinvoyant étaient disséminées dans la pièce. Au dessus de l’âtre deux portraits représentant Prospère et Vainqueur dominant la pièce de leurs regards. En face un bureau avec papiers, encres et plumes était surmonté d’une carte des Duchés. Et à côté du bureau une bibliothèque remplie de livres d’histoire sur les Duchés. Dans un coin, un petit canapé avec un métier à tisser laissait entrevoir le début de confection d’une écharpe, et sur un tabouret trônait fièrement un panier rempli de petits gâteaux. La fenêtre menant sur le balcon était ouverte, laissant ainsi passer une bise fraîche et rafraichissante.

Tout était en ordre. La table autour de laquelle ils allaient s’asseoir trônait fièrement au milieu de la pièce. Deux fauteuils faisant face au sien, laissaient entrevoir la possibilité que quelqu’un se joigne à eux. Mais un service à thé avec seulement deux tasses sur la table, laisserait à penser au comte qu’il serait son seul invité ce matin. Ainsi elle montrait au comte l’importance qu’elle lui accorder, mais laissait à penser que cet entretien ne sera pas entièrement privé.

Puis sait-on jamais, peut être son fils daignera-t-il se montrer.

Un détail restait cependant à régler.

Thé Noir du Béarn pour le mettre à l’aise avec des saveurs connues, ou thé vert de Bauge pour le surprendre avec des saveurs plus exotique ?

Elle choisit le thé noir, le comte semblait énervé par son voyage, autant le mettre à l’aise le plus possible, avec des saveurs connues.

Voilà tout était prêt, il ne restait plus à son invité qu’à arriver. C’est à ce moment que l’on frappa à la porte pour annoncer le comte de Vifargent.

- Faites le entrer !

Une fois que celui-ci apparut au pas de la porte.

- Sir, je vous en prie, vous devez être bien éreinté de votre voyage, prenez donc un fauteuil et une tasse de thé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Sam 21 Juil - 14:40

On lui avait pris son baton et on le tenait à bonne distance, rendu agressif par la peur quand un gamin pas plus grand que Mélodie, sa fille, se pointa avec quelques mots à glisser à l'oreille d'un des gardes. Ce dernier, incertain, leva la main pour intimer le calme et le silence à tout le monde.

- Laissez-le, qu'il finit par dire, la Reine demande à la rencontrer. Gabor, tu t'assures qu'il reste présentable pour sa majesté.

Le Gabor en question hocha la tête, comprenant tout ce qu'impliquait cette simple requête. Pour sur, on ne couperait aucun bout de Brasier, mais on ne lui laisserait pas non plus l'occasion de faire un pas de travers. Qu'il ose même hausser le ton et on lui apprendrait les bonnes manières.
Au courant du contrat sans même qu'on lui en ait exprimé toutes les subtilités, Brasier carra les épaules et étouffa le feu grondant de sa colère pour mieux prendre son mal en patience. Qu'on le mène auprès de la reine était une bonne nouvelle, il saurait s'en accommoder.

Quant à son allure alors qu'il s'engageait à la suite de Gabor, elle disait clairement qu'il savait ce qu'il avait à faire. Quelques dizaines de minute plus tard, rafraichit et aux portes du salon de la reine, il n'en avait pas changé, roc au milieu de la tempête.

Méfiance et implacabilité, tels étaient les deux messages qu'il dégageait, bien malgré lui et d'une vague poussive de Vif. Difficile, pour quiconque se trouvait en sa présence, de passer à côté de l'agressivité qui en ressortait et venait vous heurter de plein fouet.
Ainsi précédé, le comte entra dans la pièce à la demande du garde et sous le regard de la Reine. C'est au mari de la dame que Brasier avait porté allégeance, aussi le comte n'était-il pas totalement ignorant du protocole à observer. Toutefois, voila bien longtemps qu'il n'était pas sorti de sa contrée et ses bonnes manières risquaient forts d'être un peu rouillées.

Bourru:

- Au risque de manquer à tous les égards, je vais suivre vos conseils, ma dame.

Ce qu'il fit, en installant sa carcasse impressionnante dans le premier siège venu, non sans porter un regard circulaire sur la pièce et son aménagement. Maitriser son territoire était l'une des choses que Brasier tenait le plus à coeur. Une fois assuré qu'il n'y avait aucun danger, il se détendit d'un degré et renchérit:

- Je crains que mes bonnes manières ne soient un peu rouillées. Mais je vous présente mes respects.


Droiture et simplicité savaient se montrer derrière l'agressivité.
Le temps de se rendre compte que l'odeur qu'il sentait était incongrue et il identifiait du thé noir particulièrement prisé dans ses contrées. Une vague de nostalgie l'envahit, à deux doigts de l'ébranler jusqu'aux tréfonds.

- Vous permettez? Demanda-t-il en se penchant vers le service à thé. La main tendue vers la théière, il se rendit compte que celle-ci tremblait. Depuis quand n'avait-il plus le parfait contrôle de son être?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Jeu 26 Juil - 13:23

Bienséance se demandait depuis combien de temps elle n’avait pas vu le comte de Vifargent. Il avait vieilli et son voyage avait dû grandement le fatigué, ses mains tremblantes en été un témoignage. Mais elle remarquait que le feu de son regard était, lui, toujours bien vivant.
Il n’a jamais été un habitué de la cour et ne se déplaçait à Castelcerf que pour des évènements de grandes importances. Sa dernière venue devait surement dater de la mort de Prospère. Et le voilà ici pour parler de celle de son fils. A croire que leurs rencontres ne se faisaient que suite à des mauvaises nouvelles.

Voyant le duc indiquait le service à thé, Bienséance lui fît un signe l’invitant à se servir.

- Profitez-en pendant qu’il est encore chaud.

Elle attendît que le comte ait fini de se servir. La discussion n’allait pas être simple, et il fallait que l’un comme l’autre soient le plus à l’aise possible.

- C’est toujours un honneur que de recevoir un membre de la famille Vifargent ici à Castelcerf, même si je souhaiterai que nos rencontres aient lieu sous de meilleurs auspices.

Elle se servit à son tour une tasse de thé et en bût une gorgée. Le thé était fort, mais le comte était un homme dur, elle supposa qu’il lui conviendrait mieux ainsi.

- Je souhaiterai d’ailleurs, si vous nous donnez votre autorisation, organiser un éloge funèbre en l’honneur de votre fils au temple dès demain. Sa disparition est un tragique évènement et mes pensées vous accompagnent vous ainsi que votre famille.

Bienséance bût une autre gorgée, elle imaginait un peu la tristesse qui avait dû toucher le comte, elle avait un fils elle aussi, et elle ne se remettrait pas de sa disparition…

- Mais j’imagine que vous n’avez pas fait tous ce voyage pour entendre les condoléances d’une vieille dame, mais pour une audience avec le roi. Il est hélas très occupé, aussi j’espère que vous pourrez vous contenter aujourd’hui de ma personne.

Elle imaginait déjà très bien ce qui amenait le comte jusqu’en cerf, elle avait eu vent de la version officielle des évènements, mais aussi d’une version qui l’était un peu moins. Vainqueur trop occuper à préparer sa guerre ne serait pas à même de résoudre ce conflit. Trop de monde et trop chose était impliqués, cette affaire devait se résoudre en parti dans l’ombre, et comparé à Vainqueur, elle était bien plus armée pour ce genre de bataille.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Jeu 26 Juil - 23:26

Ne manquait qu'un bon tabac et ce qu'il fallait pour le fumer et Brasier pourrait commencer de se mettre totalement à l'aise. C'est du moins ce qu'il se dit juste avant de reprendre le fil de la conversation avec tout le sérieux que cette dernière méritait.
Recevant les condoléances et autres paroles pleine de convenance de la part de Bienséance, Brasier leva les yeux vers elle par dessus sa tasse et le visage juste assez baissé pour lui donner une posture un peu inquiétante.
La voix qui s'échappa d'entre ses lèvres avait pourtant ce qu'il fallait de douceur et de contenance pour qu'on ne s'en inquiète pas.

- Faites donc tous les éloges qu'il vous sierra. J'imagine que vous trouverez bien quelques personnes pour qui ça fera du bien.


Baissant les yeux pour dissimuler sa peine, Brasier serra les mains autour de sa tasse et reprit à mots comptés.

- Pour ma part, il n'y a qu'une chose qui pourrait m'apaiser. Peu importe le temps qu'il me faudra, ma Reine.

Et par là-même, il acceptait tout un tas de conditions du moment qu'on ne se moquait pas de sa cause ni de lui.

- J'ai suffisamment de patience pour ces choses-là. Mais il ne faut plus jamais que ce genre d'incident se reproduise. Plus jamais...!

Tendu, tout à coup, on sentait enfin toute la violence qu'il contenait. Et, sans transition, il en vint aux conditions. Brasier n'était pas homme à tergiverser ni attendre pour qu'on le laisse parler.

- Je ne vous ferai pas l'affront de nier être concerné de près par le sujet qui m'amène... Vous et moi savons qui je représente.

Petite pause confuse alors que Brasier se rend compte qu'il n'a pas souvenir de s'être entretenu ouvertement au sujet du Vif avec un Loinvoyant de toute sa vie.

- Du moins, je le crois...?


Que savait Bienséance exactement, telle était la question.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Dim 29 Juil - 0:03

- Du moins, je le crois...?

Le comte de Vifargent a toujours eu de nombreuses réputations, celles d'un homme rude, fier, et passionné ne sont plus à démontrer.
Mais la plus tenace d'entre toutes reste celles concernant son appartenance à un groupe de mauvaise réputation, les vifiers.

Les connaissances de Bienséance sur cette communauté étaient, à son grand regret, assez pauvre et surtout loin d'être vérifiées. Et ne pas maitriser son sujet était bien quelque chose qu'elle détestait.

Bienséance posa sa tasse sur la table puis joignit ses mains devant la tasse. La temps des civilités était terminé, et ne semblait de toute façon pas intéresser son interlocuteur. Il fallait maintenant rentrer dans le vif du sujet.
Les informations se recoupaient pour présenter le meurtre du jeune Vifargent comme un crime anti-vifier et elle n'allait pas feindre de ne pas le savoir.

- Oui, vous venez vers nous en tant que représentant de la communauté vifière. Je reconnais par contre, à regret, avoir une certaine méconnaissance de votre communauté.

Bienséance préférait le reconnaître, elle se doutait que le comte l'aurait rapidement percée à jour si elle avait prétendu le contraire.

- Mais si il est une chose que je sait, c'est que votre communauté mérite tout autant que les autres d'être entendus. Et c'est pour cela que je tenais à vous recevoir en personne en l'absence du roi.

Bienséance repris alors sa tasse en main, le regard fixé vers son interlocuteur, pour lui montrer qu'il avait toute son attention.

- Maintenant si vous pouviez me présenter en détail le sujet qui vous amène.

Bienséance se douter que cette discussion allait avoir une importance capitale pour l'avenir du royaume, et elle devait absolument avoir toutes les informations nécessaires à son bon déroulement.
Elle repris alors une gorgée.

Ce thé est décidément bien trop fort...
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Lun 13 Aoû - 13:08

Le noeud qu'il avait à l'estomac depuis plus d'un mois se desserra d'un cran à l'entente de la réponse de Bienséance. Il avait toujours considéré la Reine-Mère comme un modèle de cordialité et de justice, ce qui ne l'empêchait pas de redouter cette confrontation. Mais la posture qu'elle affichait à son égard, jamais il n'aurait pu l'imaginer.
Le temps de la sonder du regard pour vérifier sa sincérité et de tendre subtilement son Vif vers son esprit, Brasier décidait de lui faire confiance. Suffisamment pour sélectionner quelques éléments à partager sur sa magie.
Le temps d'y réflechir, Brasier baissa le visage et inspira profondément:

- S'il y a bien une chose que vous devez savoir sur ma communauté, c'est qu'elle a toujours vécu dans la honte et la peur. La honte de posséder une magie méconnue et la peur d'être découverte.

En reposant sa tasse, vide, Brasier dissimulait mal la fureur qui déformait ses traits.

- Personne ne peut survivre bien longtemps dans ces conditions. L'on se consume ou l'on explose.

Et il était bien placé pour le savoir. Lui-même avait explosé plus d'une fois au cours de sa vie. Même aujourd'hui, c'était avec difficulté qu'il apaisait le feu dévorant sa poitrine.
Urgent:

- Je sais de quoi j'étais capable quand j'étais jeune et croyez-moi, vous n'auriez pas apprécié boire une tasse de thé en ma compagnie. Seulement, j'étais seul et ce n'était pas le cas de... De mon fils...

Avec l'impression d'avoir soudainement perdu le fil, Brasier se rembrunit, en colère contre lui-même et les sentiments qui l'assaillaient.
Avec plus de hargne que prévu:

- Enfin, je ne vais pas vous apprendre ce que peut accomplir un groupe en comparaison d'un individu isolé! Jamais on n'aurait du en arriver là, jamais! Laisser autant de personne souffrir en silence... C'est intolérable!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Lun 27 Aoû - 13:02

Bienséance commençait petit à petit à saisir le personnage qu’est le comte de Vifargent. Quelqu’un qui fonctionne beaucoup aux émotions, mais qui ne se laisse pas non plus entièrement contrôler par elles.
Même si en écoutant à première vu son discours, il ne laissait que très peu d’informations, certains mots avaient clairement été lancés comme des avertissements.

- Personne ne peut survivre bien longtemps dans ces conditions. L'on se consume ou l'on explose.

- Enfin, je ne vais pas vous apprendre ce que peut accomplir un groupe en comparaison d'un individu isolé !

Il ne fallait pas être né de la dernière pluie pour comprendre ce que le comte insinuait. La colère commençait à gronder de plus en plus forte chez les vifiers, et certains d’entre eux commençaient surement à penser à agir en conséquence.

Une fois que son interlocuteur eut fini sa phrase, Bienséance pris une longue gorgée dans sa tasse, et la reposa vide sur la table. C’est avec un ton calme et apaisé, dans l’espoir d’atténuer la colère qui semblait habiter le comte, qu’elle continua.

- Je pense comprendre le message que vous souhaitez nous faire passer Messire, votre communauté n’a surement pas toujours été traitée avec le respect que sont censés mériter tous les habitants des Duchés. Et certains estiment qu’il est temps pour eux d’agir pour faire entendre leurs voix.

Puis Bienséance planta un regard interrogateur dans celui du comte, il y avait une question qu’elle devait lui poser, et de sa réponse dépendrait surement la suite des évènements. L’affaire était grave, mais elle devait savoir avec qui elle devait traiter avant d’entreprendre quoi que ce soit. Si elle pouvait lui faire confiance ou non.

- Mais vous Messire, jusqu’à quel point êtes vous prêt à agir pour défendre votre communauté ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Sam 1 Sep - 20:20

C'était en effet une façon de résumer les choses, et même la seule étant donnée la présentation qu'il en avait faite. Brasier ne put qu'y acquiescer sobrement et serrer les dents pour se contraindre à attendre patiemment la suite des événements.
Quand vint le moment de faire face au regard de la Reine, il le fit avec retenue et grand sérieux.

Jusqu’à quel point était-il prêt à agir pour défendre sa communauté ? Sans hésiter, la réponse franchit ses lèvres:

- Je donnerai ma vie sans sourciller.

Et c'était vrai. Si seulement c'était si simple, il l'aurait déjà fait, mais ce n'était pas le cas, loin de là.

- A défaut d'accomplir un acte stupide et inutile, je me contenterais d'assumer mes responsabilités. Un guide et un protecteur je suis pour les miens, pour toutes ces personnes qui ont fuit l'oppression et se sont réfugiées sur mes terres et je continuerai dans ces lignées où que ça me mène. Justice et écoute guident mes pas.

Et c'était aussi simple ainsi que le révélait son regard franc mais décidé.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Mer 26 Sep - 14:13

Bienséance savait maintenant à quoi s’en tenir avec le comte. L’homme en face de lui était prêt à tout donner pour le bien de sa communauté, et il était maintenant du rôle de Bienséance de faire en sorte que cette fougue soit utilisée dans un sens qui ne nuirait pas au royaume.

Bienséance détourna son regard vers les deux portraits accrochés sur la cheminé, comme pour prendre à témoin les deux souverains.

- Bien, je suis heureuse de voir que le royaume pourra compter sur vous pour résoudre cet épineux problème. Nous aurons besoin d’un maximum de soutien pour éviter un drame, d’un côté comme de l’autre.

Puis se retournant vers sir Brasier

- Mais je pense que vous êtes bien conscient qu’une telle affaire prendra du temps à se résoudre, il va être difficile de changer des mœurs découlant de siècles d’histoire et de rumeurs.

Bienséance se leva et se dirigea vers son bureau, elle en sorti un encrier, une plume et une feuille. Puis se retournant à nouveau vers le comte.

- Et comme première action nous allons envoyer un message au Duc de Béarn. Je sais qu’il a donné des ordres qui ne correspondent pas à la politique générale du royaume. En tant que Duc, nous allons lui rappeler que son Duché doit traiter sans distinction communautaire tous les habitants de manière équivalente.

Bienséance commença à écrire quelques mots sur la feuille de papier qu’elle avait sorti.

- Ensuite je vais m’entretenir avec plusieurs conseillers, nous allons devoir mettre au point un moyen de faciliter l’intégration de votre communauté, sans donner l’impression aux autres habitants que nous cherchons à favoriser une personne plus qu’une autre, là sera la difficulté. Mais les Duchés se doivent de traiter ses sujets en toute équité

Elle s’arrêta soudain d’écrire et leva la tête vers le comte.

- Il se peut d’ailleurs que certains d’entre eux souhaitent s’entretenir avec vous, si vous aviez prévu de rester en Cerf, j’espère que vous nous ferez l’honneur d’être hébergé au château ?
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Dim 28 Oct - 22:43

La Reine développait des trésors de diplomatie, ça allait sans dire. Contacter Glace Loinvoyant, rassembler des Conseillers, voila qui était prometteur et suggérait une grande efficacité.
Brasier aurait du finir d'être conquis et pourtant, c'est à ce moment qu'il commença de douter.

Une politique générale? Depuis quand existait-il une telle chose autour de la question duVif?
Quant à ce que la requête envoyée au duc de Béarns fasse mouche, il restait dubitatif. De même, il était loin de faire confiance à ces conseillers qui devaient soit disant le solliciter à l'occasion.

Brasier était peut-être au courant d'une certaine inertie administrative, il avait même prévu une sacrée réserve de patience pour s'en protéger, mais la voir en action lui laissait un sacré arrière gout amer dans la bouche malgré tout.
Voila qui était bien en deçà de ses pires pronostics. Le temps d'inspirer, de serrer les poings et Brasier parvint difficilement à se convaincre qu'il pouvait tout affronter, y comprit les rouages d'un royaume, peu importe qu'ils se mouvent à la vitesse d'un escargot sous prozac.
Contraint mais bon joueur, il répondit aussi poliment que possible:

- Votre invitation me flatte, votre majesté, et c'est avec un grande plaisir que je l'accepte. Toutefois, si je dois demeurer à la cour, loin de ceux que j'aime et qui ont besoin de ma protection, ce n'est sûrement pas dans l'espoir qu'on vienne s'entretenir avec moi, j'espère que vous en conviendrez.

Comment poursuivre sans que le pouvoir en place se sente menacé...?

- J'ai des savoirs que je compte bien partager.

Voila qui devrait faire l'affaire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   Mar 27 Nov - 14:06

Il semblait qu’encore une fois Bienséance avait su trouver les mots justes pour convaincre son auditeur. Certes elle était loin de pouvoir crier victoire, mais elle avait réussi le principal, à savoir calmer Sir Brasier, et en lui donnant accès à la table des discussions au sein du royaume, elle prendrait indirectement une place à la table des discussions au sein des vifiers. Le plus dur maintenant étant de gérer correctement les informations qui lui seront fournis, et celles qu’elle récupèrerait d’elle-même.
Il était temps maintenant de conclure cette entrevue, elle avait besoin de temps pour réfléchir et mettre en place ses pions.

- Bien entendu Sir Vifargent, vous prendrez part aux discussions, nous comptons sur vous pour apporter une vision vifière sur le sujet. Nous allons commencer par écrire ce courrier au Duc, je vous fournirais une copie du courrier avant son envoie, pour que nous soyons sur d’avancer ensemble sur ce sujet.

Bienséance se leva alors, se dirigea vers la porte, l’ouvrit puis fît entrer un jeune page dans la pièce.

- Sam, vous allez faire préparer une chambre pour Sir Vifargent, et veillez à ce qu’il ne manque de rien.

Puis se tournant vers le comte.

– Messire soyez encore assuré que nous prenons cette affaire avec tous le sérieux qu’elle mérite. Si vous avez besoin de quoi que ce soit, sachez que Sam ici présent pourra me transmettre vos messages. Quant à l’éloge funèbre pour votre fils, je vais contacter le temple, si vous avez quelconques requêtes transmettez les moi, sinon je vous souhaite un bon repos après un si long voyage, et j’espère que malgré les évènements vous trouverez un peu de réconfort lors de votre séjour à Castelcerf.

La discussion était terminée,Bienséance allez avoir besoin de temps pour réfléchir, le sujet ne pouvait accepter aucune précipitation.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Feu sur la citadelle [Mi avril 09]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Feu sur la citadelle [Mi avril 09]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» undi 27 avril 2009 FORCES OCCULTES, FORCES CULTURELLES A 969 mètres d’altitude
» 7 avril : 204e anniversaire de la mort de Toussaint
» Extreme Rules - 25 avril 2010 (Résultats)
» Article pour celebrer le bicentenaire de la citadelle/tire d
» Garde de la Citadelle a cheval.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Forteresse de Castelcerf :: Les appartements :: Archives V1 et V2
-