AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
flèche tigraine

avatar

Messages : 688
Date d'inscription : 07/10/2009
Age : 33

Feuille de personnage
Fonction: Cueillir des plantes ou chaparder en passant
Âge: 14 ans
DC: Brasier et Glace

MessageSujet: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Mer 22 Juin - 0:39

Même les meilleurs tombent parfois. Et c'est ce qui venait d'arriver à Flèche.
Car la meilleure, elle l'était quand venait le moment de boire gratuitement. Mais ce soir là, alors que pour la première fois depuis longtemps elle se risquait à nouveau dans la taverne favorite des gardes du château, elle s'était retrouvée en mauvaise posture. Sans le sous et le tenancier lui demandant de régler sa note.
Alors, forcément, elle avait tenté de s'en aller discrètement. Sauf qu'on ne l'avait pas laissée s'en tirer à si bon compte. Pour être précise, il ne l'avait pas laissée faire.
Gracien.
Du genre collant, voir même entreprenant, mais pas généreux pour un sous même pour mettre la donzelle dans son lit. C'est qu'il réclamait son coeur à ce qu'il disait, une jolie formule pour obtenir la gratuité si on demandait son avis à la demoiselle en question. Autant dire que Flèche l'avait joliment envoyée promener. Et quand bien même aurait-il payé que ça n'aurait rien changé à l'affaire, qu'on se le dise! Il faut dire que sa mère avait suffisamment évoqué son passé sordide en la matière, notamment le fait que Flèche était le résultat d'une passe d'un soir, pour lui ôter ce genre d'idée de la tête.
Mais voila, elle avait éconduit l'homme, et ce dernier, la voyant s'éclipser, l'avait interpellée pernicieusement. Puis tout s'était enchainé très rapidement. Elle avait tenté de forcer le passage, l'air de rien, on s'était mis en travers de son chemin, se demandant pourquoi elle ne répondait pas quand on l'appelait et elle avait du prendre les mesures qui s'imposaient. Flèche ne se souvenait pas des détails, mais une chose était sur: elle avait donné des coups et en avait reçu, en soient témoins son visage et ses mains douloureuses. Sans oublier que ça s'était mal fini pour elle puisqu'elle s'était réveillée dans une cellule de prison. La terre humide, les relents d'urine et les courants d'air froid ne lui laissaient aucun répit, l'empêchait de trouver le repos depuis suffisamment longtemps pour qu'elle en arrive toute seule à cette conclusion.
Ce n'était pas la première fois que Flèche se trouvait au cachot. Mais c'était la première fois que sa mère tardait autant à venir la libérer. Autant dire que la demoiselle le vivait très mal.
Les mains désespérément accrochées aux barreaux, elle alpaguait tous ceux qui passaient à portée de main pour mieux tromper le temps et sa nervosité. Sa victime favorite? Gracien. Le garde à l'origine de son malheur et qui avait eu la mauvaise idée d'essayer de faire de l'esbroufe au mauvais moment. Conséquence? On l'avait embarqué lui aussi.
De quoi réjouir Flèche au plus haut point dans son malheur. Mais surement pas son colocataire du moment.

"- Si tu m'avais laissée partit, on n'en serait pas là. Vois la vérité en face!"

"- Tu es une crapule de première... La duperie incarnée! tu ne croyais quand même pas que j'allais te laisser t'en tirer comme ça?!"

"- Oh... tout de suite les grands mots! Je t'ai juste éconduit et tu t'en trouves fort touché dans ta fierté, voila tout..."

"- Ma fierté n'a rien à voir là-dedans!"

"- Alors quoi? Ta virilité? ça ne fait aucune différence pour moi!"

"- Tu es une arnaqueuse! Une filoute, une va-nue-pied!"

"- Mes pieds vont très bien, je te remercie..."

"- On devrait te couper la main pour tes crimes!"

"- Oh... Plait-il? Je croyais qu'on récompensait le talent en s'inclinant devant lui."


"- Au milieu de tes comparses, tu t'en tires peut-être très bien... Mais tu t'apprêtes à faire face à bien plus malin que ce à quoi tu es habituée."

"- Quoi...? Un autre garde?!"

Et à la demoiselle de rire moqueusement jusqu'à ce qu'un nouveau venu l'interrompt brusquement et qu'elle ne change tout à coup de registre et d'attitude.

"- Je suis innocente, monsieur! Laissez-moi sortir! Ma mère doit s'inquiéter."

Et pour preuve, elle affichait tous les attraits de l'innocence. D'un grand regard perdu et embué jusqu'à l'échine courbée par le poids de la peur et de l'appréhension. C'est qu'elle avait tout intérêt à être convaincante, la demoiselle. Gracien avait presque finit de la convaincre avec sa folle histoire. Soit disant que s'ils n'avaient pas été libéré au petit matin, c'était parce qu'on estimait la situation digne d'être jugée. Ou quelque chose dans le genre. ce qui promettait beaucoup d'incertitude. Surtout dans la mesure où leur geôlier refusait de révéler quoi que ce soit sur ce qui les attendait.


Dernière édition par flèche tigraine le Mer 14 Sep - 22:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://laterredesanciens.forumactif.org
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1506
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Heidi Jambeleste, Cendre, Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel, Jordken, Nielsen

MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Mer 22 Juin - 2:19

Ça n'était qu'une mauvaise nuit comme les autres. Aux environs de quatre heures du matin, Brun s'était réveillé d'un horrible cauchemar dont, comme d'habitude, il ne gardait pas l'ombre d'un souvenir - mais horrible tout de même. Car pourquoi, sinon, se réveillerait-il trempé de sueur, à quatre heures du matin, au milieu d'un lit ressemblant moins à une couche qu'à un champ de bataille, alors qu'il avait passé la journée précédente à s'ébattre dans la poussière du terrain d'entraînement ?

Voilà le genre de questions stériles qu'il ne se posait plus, désormais. Il était éveillé, voilà tout ; et il savait qu'il était plus que probable qu'il ne se rendormirait pas. Il n'avait pas l'intention de lambiner dans ses draps en attendant le sommeil. Il ne supportait pas de rester ainsi inactif ; son esprit se mettait alors à s'agiter et un tout un tas de pensées désagréables et saugrenues lui venaient. Brun n'aimait pas penser quand il ne l'avait pas choisi. Et puis, il avait appris à aimer cette heure du jour, ou de la nuit, cette aube fraîche, bleue, jaune ou rose, où le château dormait encore, mais où le pas des domestiques murmuraient déjà. Une vie que le dormeur heureux ne soupçonnait pas.

Remis de ses émotions, Brun, donc, se leva, se nettoya le visage dans la vasque d'eau de sa chambre, passa ses vêtements sans hésiter (ils étaient tous plus ou moins semblables, et ne différaient que par leur degré de propreté) et sortit. Il se dirigea aussitôt vers les cuisines. Il savait que le pain cuisait déjà, et prenait plaisir à se le représenter. Quoi de plus agréable pour commencer sa journée que de casser la croûte, au sens propre du terme, sur la table épaisse de la salle surchauffée, regardant les "petites" mains s'affairer ?

Il fut surpris de constater qu'en cette heure matinale, il n'était pas le seul à avoir eu cette idée. Deux jeunes gardes à la mine défraîchie étaient attablés là, manifestement ivres, et discutaient d'une rixe dans je ne sais quelle taverne avec des accents de vieilles commères. Peu disposé à sociabiliser, ou à faire des leçons (car il en connaissait deux qui ne serait pas d'aplomb le lendemain), Brun s'assit légèrement à l'écart pour éventrer la miche trop chaude qui lui brûlait les mains. Le bruit de ses mâchoires ne parvint pas à couvrir ce dont il était question. Tout à leur éthylique digestion, Gaillard et Souffle n'avaient pas pris la peine de s'interrompre pour le saluer, et poursuivaient leur lancée sur Gracien, ce pauvre niais, qui faute d'avoir pu attraper une fille avait réussi à se fourrer en prison. Brun grogna, encore absorbé par sa tâche : il s'agissait de former des boulettes de mie parfaite sans s'arrêter de manger. Ça n'était pas son affaire. Il n'était pas capitaine de la garde et, s'il fallait sortir de ce genre de situation tous les soldats du roi, il n'aurait jamais pu dormir, quand bien même il en eut été capable. Une bonne nuit sur la dure valait tous les discours de remontrances, et n'avait jamais tué personne. Il ricana. Malheureusement, la suite fut moins à son goût. A les entendre, quelqu'un avait été blessé. Et voilà que les deux larrons commençaient à lui jeter des regards furtifs.

Brun soupira. Il était cinq heures du matin. Ses épaules s'affaissèrent un instant et il songea même à aller réveiller le capitaine de la garde. Mais il se ravisa vite : il venait juste de finir sa ration moutonnante, et l'air "frais" du Bourg lui ferait sans doute du bien. Avec un peu de chance croiserait-il quelques coupe-jarrets pour égayer sa matinée.

***

Après s'être délesté du pot-de-vin habituel, le maître d'arme pénétra dans les cachots. Il tâchait de ne pas penser à la révulsion que ce lieu lui inspirait. L'odeur, pourtant soutenable, évoquait les corps sales et croupis. Brun avait des idées très arrêtées sur ce que pouvait ou ne pouvait pas subir dignement un corps humain, et l'enfermement n'en faisait pas partie ; on l'aurait laissé faire qu'il aurait prestement "nettoyé" les prisons. Mais après tout il n'était pas au service du royaume pour nouer des rubans aux cous des chatons ; visiter ce genre de lieu, ou du moins en tirer ses recrues, faisait sans doute partie de ses attributions - du moins essayait-il de s'en persuader. Brun laissa le garde le conduire jusqu'au trublion en question, avant qu'il ne l'abandonne, clés en main, le laissant considérer la chose.

Il y avait en réalité deux trublions. Ou plutôt, un trublion et une trublionne. Le trublion avait un visage bien connu, et les saignements de son nez y avaient laissé une traînée framboise qui n'était pas du tout au goût du maître d'arme - mais après tout, en était-on encore à un détail près ? La trublionne devait à voir à peine quinze ans, et son visage tacheté laissait voir de légères contusions. Pressé de s'en détourner (il était là pour Gracien, et pour s'en retourner vite sans craindre un jugement quel qu'il soit), Brun ne put toutefois que s'y arrêter.

Sa mémoire ne manquait pas de visages, et il n'avait pas vu celui-là depuis plusieurs années au moins. Pourtant il ne devait pas à son esprit vif de se rappeler Flèche, mais plutôt à la peau de son dos. La peau de son dos se souvenait bien, elle, des affreux petits ongles sales qui l'avaient consciencieusement labourée alors qu'il ramenait leur propriétaire aux portes du château, où elle n'aurait jamais dû pénétrer. Si encore elle avait cessé d'importuner son élève et quitté le terrain d'entraînement sans faire d'histoire, il l'aurait laissée s'en aller ; mais là non plus, il n'avait pas été question de chatons, et il aurait bien étranglé avec un ruban cette furie de 11 ans qui ne supportait pas de se faire congédier civilement.

Enfin, cela n'était pas la question. Brun ignora la gamine, comme s'il ne la connaissait pas (ce qui n'était d'ailleurs pas loin d'être la vérité), et reporta son attention sur Gracien. Celui-ci n'avait pas l'air d'en mener large ; il ne s'était sans doute pas attendu à ce que le maître d'armes vienne le chercher lui-même.
- Je pourrais vous demander ce qui s'est passé, mais je doute que cela fasse aucune différence. Avez-vous seulement conscience que vous êtes au service du roi ? déclara-t-il d'un ton glacial.



Dernière édition par Brun Braveterre le Sam 25 Juin - 0:04, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
flèche tigraine

avatar

Messages : 688
Date d'inscription : 07/10/2009
Age : 33

Feuille de personnage
Fonction: Cueillir des plantes ou chaparder en passant
Âge: 14 ans
DC: Brasier et Glace

MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Jeu 23 Juin - 22:51

Il y avait du nouveau dans l'cachot. Non pas que ça puisse être une bonne nouvelle, mais Flèche aimant se tenir informée, et ne pouvant de toute façon plus monologuer joyeusement, la demoiselle fit silence et vint voir de quoi il s'agissait.
Un gradé, sans aucun doute. Elle n'aurait jamais cru Gracien capable de se tenir aussi droit et d'arborer une attitude de soumission aussi comique et pitoyable. De quoi arracher un rire moqueur à Flèche tout en lui serrant douloureusement le cœur de pitié. La demoiselle, aussi libre que le vent, ne supportait déjà que difficilement l'enfermement contraint. La servilité en action était la goutte qui faisait déborder le vase.

" - Incompétence et fanfaronnade...."
chantonna-t-elle joyeusement, les deux mains fermement agrippés aux barreaux et le visage appuyé juste entre les deux.
"- Tels sont les maitres mots de la garde..."

Quand à avoir reconnu Brun, je puis certifier que c'est impossible. Le seul objectif de Flèche était de mettre le garde dans tous ses états dans l'espoir qu'il commette une faute et se grille devant son supérieur. Ce qu'il manqua faire:

"- Je ne te permet pas! Espèce de... " vociféra-t-il juste avant de se contenir. Ce ne fut pas tache facile, mais Gracien était un bon élément de la garde, quoi qu'un peu jeune et inexpérimenté. Il savait retourner à sa place, surtout en présence de Brun. Quand à savoir s'il voyait clair dans le jeu de Flèche, il y avait peu de chance. Obéissant, mais pas finot le Gracien, en soit témoin le regard haineux qu'il envoyait à sa voisine de cellule tout en répondant à Brun, du ton le plus respectueux et calme qui soit.


"- Oui, monsieur, désolé monsieur, ça ne se reproduira pas, monsieur."

Et tout était dit, sauf que Flèche avait encore un petit pouffement moqueur à ajouter, juste pour le fun. Et un "faites ce que vous voulez de moi, monsieur" prononcé d'une voix enamourée.

Revenir en haut Aller en bas
http://laterredesanciens.forumactif.org
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1506
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Heidi Jambeleste, Cendre, Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel, Jordken, Nielsen

MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Sam 25 Juin - 0:03

- Incompétence et fanfaronnade... Tels sont les maitres mots de la garde... chantonna la fille. Pressé contre les barreaux, à la lumière vacillante de la bougie, son visage lui donnait des airs de démente. Ce qu'elle devait être sans doute - ou du moins, insolente - pour oser dénigrer devant le maître d'arme le corps qu'il formait.

Mais Brun n'était pas né d'hier. Il savait que les jeunes hommes (on aurait pu lui répliquer qu'il n'était pas loin de leur âge...) brûlaient de montrer leur courage - ou plus souvent, leur témérité - pour faire leurs preuves viriles face à leurs camarades. Il savait, qu'en ces temps de paix où la sécurité du roi, ni même celle des habitants du Bourg, n'étaient menacée, le bel uniforme leur paraissait souvent inconsistant, si bien qu'il ne leur restait que l'attitude bravache de ceux qui, en réalité, ne faisaient pas grand chose d'autre que des tours de pistes et des tours de garde.
Fanfarons, les gardes l'étaient, oui, portés par leur jeunesse et leur routine - les deux faisaient moyennement bon ménage. Mais incompétents... Non, les gardes du roi n'étaient pas incompétents. Ils manquaient juste un peu d'expérience, et - Brun jeta un coup d'oeil à Gracien - de discipline personnelle. Ce qui était certes fort regrettable.

Brun fit jouer les clés dans ses mains avant d'en introduire une dans la serrure, prenant son temps, les yeux baissés sur son ouvrage. Il ne prit pas la peine de répondre à la gamine ; elle s'adressait manifestement à son camarade d'infortune, dans le but de le faire rager. Ce qui ne marcha que trop bien.
- Je ne te permet pas! Espèce de...
Brun tressaillit, cette fois. Ce qu'il tolérait d'une moins que rien, gamine des rues à la langue fourchue, il ne le tolérait pas de celui qu'il considérait comme son élève - bien qu'il n'ait que de vagues souvenirs de son entraînement : ils étaient si nombreux ! Gracien était, lui semblait-il, plutôt doué, attentif et bon bougre, quoique peu inventif...
Il n'eut pas le temps de le fusiller du regard que le soldat faisait déjà amende "honorable".
- Oui, monsieur, désolé monsieur, ça ne se reproduira pas, monsieur.

- Faites ce que vous voulez de moi, monsieur ajouta le serpent.
Quelques secondes durant, le regard de Brun se posa sur la gamine, calme et pensif. Il se demandait si elle était réellement mauvaise, ou si elle n'en avait que l'aspect. Bah, quelle importance ? Ce n'était pas à lui d'en juger ; un autre s'en chargerait très vite.

La clé effectua un premier tour dans la serrure tandis que le maître d'arme débitait d'une voix égale, comme l'on parle à un cheval furieux :
- Les gardes sont des hommes comme les autres, jeune fille ; tu as dû le remarquer. Ils ont droit de vivre en dehors du service.
Tant qu'ils ne déshonorent pas leur uniforme
, ajouta-t-il, plus froid, à l'intention de Gracien.

La clé effectua un second tour dans la serrure.
- Quant à toi, n'imagine pas que, parce que tu ne sers que toi-même, tu n'auras de comptes à rendre à personne. Le neveu du tenancier a été blessé dans l'échauffourée. Il paraît que c'est assez grave. Pour toi, les choses n'en resteront pas là.

La clé effectua un troisième tour dans la serrure. Brun allait libérer Gracien.
La porte s'entrouvrit.
Revenir en haut Aller en bas
flèche tigraine

avatar

Messages : 688
Date d'inscription : 07/10/2009
Age : 33

Feuille de personnage
Fonction: Cueillir des plantes ou chaparder en passant
Âge: 14 ans
DC: Brasier et Glace

MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Sam 9 Juil - 14:10

Eh voila... Se dit Flèche, amère. Les gardes s'en tiraient toujours bien, quoi qu'il arrive. Facile! Il suffisait d'avoir le roi dans sa poche pour avoir tous les droits. Et pourtant, entre Gracien et elle, il n'y avait pas tant de différence que ça dans l'histoire.
Elle savait s'amuser, pas lui. Et c'était tout.
Autant dire qu'elle valait beaucoup plus que le garde et qu'il était parfaitement injuste que sa valeur ne soit pas reconnue comme elle le méritait. Pleine de rancœur, la miss abandonna son costume d'apparat et ses sarcasmes à la faveur d'un grand coup porté du plat de la main sur les barreaux de sa cellule. Si elle avait espéré se défouler, elle s'en mordit les doigts bien rapidement alors que la douleur irradiait doucement mais surement jusqu'à lui signifier très clairement que s'en prendre à du fer était une très mauvaise idée: on perdait à tous les coups.
Au moins, son geste avait fait son petit effet, le choc de ses mains contre les barreaux résonnant dans les cachots comme autant de gongs funestes.
Si la douleur la força un instant à s'éloigner vers le fond de sa cellule pour mieux cacher les larmes qui lui montaient aux yeux, les paroles de Brun la firent littéralement bondir et remonter au front.

Citation :
Tant qu'ils ne déshonorent pas leur uniforme

Et qu'en était-il de se comporter en homme alors? De se débrouiller tous seuls avec les conséquences de leurs actes au lieu d'attendre bien gentiment qu'un de leurs gardes chiourmes viennent les absoudre de leurs pêchers?!

Citation :
Quant à toi, n'imagine pas que, parce que tu ne sers que toi-même, tu n'auras de comptes à rendre à personne

Cette fois-ci, c'était la goutte qui faisait déborder le vase.
Rendue presque blanche sous le coup de la colère, tâches de rousseurs mises à part, Flèche darda sur Brun toute la colère que son regard déjà noir au naturel lui permettait d'exprimer.
Un instant les sarcasmes se disputèrent le privilège de franchir ses lèvres, la rendant muette le temps qu'elle se rende compte qu'ils ne feraient pas l'affaire pour exprimer ce qu'elle ressentait: fini les traits d'esprit et l'humour.
On passait aux choses sérieuses.

"- Au moins..."

Gasp! Son éloquence la lâchait! Voila ce qu'il se passait quand on était habitué à fanfaronner continuellement et qu'on laissait trop longtemps de côté les sujets importants. On devenait incapable de s'exprimer sur le sujet.

Un instant mortifiée par son échec, Flèche ne se laissa pas faire et, cramoisie, poursuivit coute que coute:

"- Au moins, je ne suis pas une tricheuse!"

Mots puériles, ils sonnaient sans consistance aux oreilles de Flèche, à tel point qu'elle les détesta immédiatement et poussa un léger grognement de frustration avant de repousser les barreaux pour mieux retourner dans l'ombre de son cachot.
De toute façon, Brun ne pouvait pas comprendre. Oui, c'était plus facile de penser ainsi et de courber le dos, butée.
Car comment expliquer qu'elle en avait marre de toujours être l'enfant qu'on punit seulement parce qu'elle suit ses propres règles? Ces règles en question ne lui semblaient pourtant pas si mauvaises que ça... Elles lui semblaient même très juste, ce qui n'était pas le cas des règles imposées par la garde et qui fluctuaient au fil de leurs humeurs...
De qui réveiller sa mauvaise foi juste assez pour qu'elle grogne une dernière fois:

"- Mais allez-y, fuyez la justice du peuple... Comme toujours..."
Revenir en haut Aller en bas
http://laterredesanciens.forumactif.org
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1506
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Heidi Jambeleste, Cendre, Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel, Jordken, Nielsen

MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Dim 10 Juil - 0:42

Sous le regard noir de Flèche, auquel il sembla rester étanche, Brun libéra Gracien. Il referma précautionneusement la porte, tandis que la gamine l'insultait, avec moins de conviction toutefois :
- Au moins, je ne suis pas une tricheuse !

Son assurance semblait battre de l'aile. Sans doute avait-elle été effrayée par ses dernières paroles, lancées un peu en l'air : le gardien ne lui avait soufflé que quelques mots, et Brun n'était pas au courant de l'affaire. Il ne savait pas de quoi Flèche était coupable. Il savait tout juste qu'elle avait fait suffisamment de bêtises, ou excité suffisamment la bêtise pour se retrouver là, aux côtés de son nigaud d'élève. Bah ; s'inquiéter quelques nuits lui ferait les pieds.

- Mais allez-y, fuyez la justice du peuple... Comme toujours... grogna-t-elle alors qu'il s'apprêtait à s'éloigner : quoiqu'on en dise, tout cela n'était pas ses affaires, ou juste assez pour qu'il prenne la peine de se déplacer, et une longue journée l'attendait.
Brun soupira. Il se demanda pourquoi il prenait la peine de converser avec cette mauvaise graine. Sans doute parce qu'il ne pouvait pas la laisser se couronner si facilement de l'injustice.

Lançant les clés à Gracien, qui se témoussait d'une jambe sur l'autre, l'air affreusement gêné, il déclara d'un ton plat :
- Il n'y a pas de "justice du peuple". Il n'y a que la justice du Roi. Et le Roi a besoin de gardes. Pour protéger son peuple.
Tâche de te mettre ça dans la tête, jeune fille. Tu n'as pas l'air d'avoir beaucoup évolué, depuis la dernière fois...
Revenir en haut Aller en bas
flèche tigraine

avatar

Messages : 688
Date d'inscription : 07/10/2009
Age : 33

Feuille de personnage
Fonction: Cueillir des plantes ou chaparder en passant
Âge: 14 ans
DC: Brasier et Glace

MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Dim 10 Juil - 16:25

Et dire qu'elle avait failli se laisser embobiner par toutes ses belles paroles.. A voir combien Gracien courbait l'échine face à son maître, plus piteux qu'un enfant qu'on vient de réprimander, Flèche n'en ressenti que dégout et mépris pour tout ce qu'il était censé représenter.
Si elle aurait pu s'avouer jalouse, sous la torture, de la situation du garde quelques minutes plus tôt, c'était fini pour de bon depuis qu'il s'était transformé en toutou obéissant. Inconcevable à ses yeux!

"- Pitoyable... Vous ne sauriez même pas vous en sortir tout seul..."

Triste constat qu'elle faisait là. Et pour en revenir à Brun, ses paroles la firent tiquer, et pas qu'un peu. A son ton plat et peu engagé elle opposa sa voix la plus vibrante d'émotion difficilement contenue et d'indignation.

"- Et comment le pourrais-je, mon bon sir, vos hommes n'ont de cesse de me donner raison."

Regard méprisant vers Gracien.

"- Sans oublier votre façon d'appliquer deux poids deux mesures! Bel exemple de justice qui ne peut que me faire douter du bon sens de notre roi! Se croirait-il magicien pour avoir transformé ses gardes en parfaits innocents incapables de frapper un homme au point de le blesser?"

Peuh! Inutile de s'énerver de toute façon, le pire l'attendait et mieux valait qu'elle économise son énergie pour s'y préparer. Voila ce que disait son regard quand elle se détourna pour mieux retourner s'installer sur sa paillasse. Ses épaules courbées, semblant porter tout le poids des malheurs du monde, avait lui aussi de quoi faire de la peine. Ou sourire, au choix.

"- C'est toujours pareil, de toute façon. Les gardes, ils viennent nous mettre leur bonne fortune sous le nez, ils en font n'importe quoi, et après, c'est nous qu'on punie..."


Oups, voila que cette fois-ci, elle avait laissé une pointe de jalousie percer ses propos.
Revenir en haut Aller en bas
http://laterredesanciens.forumactif.org
Brun Braveterre
Cinq-Duchés
Maître d'armes
avatar

Messages : 1506
Date d'inscription : 17/06/2011
Age : 28

Feuille de personnage
Fonction: Maître d'armes
Âge: 29 ans
DC: Heidi Jambeleste, Cendre, Vaillant Fructurive, Iris, Shane, Luve Fanel, Jordken, Nielsen

MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Dim 17 Juil - 18:26

La gamine était intarissable. Quand elle ne se lamentait pas sur son sort, elle jetait du venin. Brun prit la décision de partir, et s'éloigna de quelques pas, mais ne put jusqu'au bout faire la sourde oreille.
- Insulter notre Roi n'arrangera pas ton état ! Si tu n'es pas loyale, soit un peu moins idiote ! cracha-t-il, s'interdisant de se retourner (s'il devait répondre à chaque pique, il ne sortirait jamais d'ici). Perdre ainsi son sang froid n'était pas dans ses habitudes (sans doute Gracien ne l'avait-il jamais entendu s'exprimer ainsi), mais le maître d'armes était particulièrement chatouilleux dès qu'il s'agissait de Vainqueur.

Il était évident que ni Brun ni Vainqueur ne s'imaginaient que les gardes étaient de "parfaits innocents". Ils étaient aux premières loges pour constater qu'ils étaient capables des mêmes méfaits que les reste des hommes. Si, dans les faits, ils agissaient mieux, hommes de loi et de devoir, quelque uns combinaient perversité et abus de pouvoir - mixture rare mais existante qui nuisait fort à l'image de la Garde. Il incombait au maître d'armes, plus encore au capitaine, de faire le tri parmi ses éléments. Au capitaine, et non au juge, afin que le corps ne soit pas déshonoré par la partie. Confiance devait être gardée dans la Main de Justice ; droite, elle ne devait être jugée crochue à cause d'un seul doigt tordu.

Sur le fil de ces réflexions, Brun réalisa qu'il était moins irrité par les paroles de la gamine que par le fait qu'elle semble réellement croire qu'aucun compte ne serait demandé à son camarade d'infortune. Il ravala sa colère ; après tout, aussi insignifiante qu'elle paraisse, Flèche était un sujet du Roi. Et, s'il ne pouvait empêcher chacun de nourrir ses petites pensées mesquines, il ne pouvait mettre de l'eau au moulin, alimentant cette croyance.

Prenant sur lui, il s'arrêta, jeta un regard sur la jeune fille et déclara :
- Mais ne t'inquiètes donc pas pour Gracien ; si tant est que tu la mérites, tu as ma parole qu'il sera traité en conséquence de ses actes.
Et, bien qu'ignorant toujours les actes en question (ce serait au capitaine de mener l'enquête), il adressa un sourire carnassier au jeune homme, qui semblait vouloir dire : tu n'as pas fini de trotter, mon ami... Il y avait fort à parier que le Garde pâtirait des humeurs de sa complice.
Cette menace l'ayant mis de meilleure humeur, il poursuivit, alors que cette dernière se repliait sur elle-même : - Et si tu es si malheureuse, eh bien... quelques mois encore et tu pourras t'engager !
Et il éclata d'un rire bref, visiblement moqueur, bien qu'énonçant la stricte vérité.

Enfin, il tourna définitivement les talons, croisant au passage le garde qui venait libérer la captive...
Revenir en haut Aller en bas
flèche tigraine

avatar

Messages : 688
Date d'inscription : 07/10/2009
Age : 33

Feuille de personnage
Fonction: Cueillir des plantes ou chaparder en passant
Âge: 14 ans
DC: Brasier et Glace

MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   Jeu 21 Juil - 23:02

Comme si elle ai envie d'arranger son sort... Peuh! Pour l'heure, Flèche souhaitait juste avoir le dernier mot et alimenter sa soif insatiable de justice, que ce soit dit. Bras croisés, elle fit donc la sourde oreille aux mises en garde de Brun.
Blablabla, qu'il pouvait faire. Elle s'en fichait bien.
Tout ce qu'elle voyait, c'était ces gardes qui faisaient régner la paix en exigeant de la part des gueux comme elle respect et obéissance au seul titre qu'ils sont gardes et que, donc, ils savent ce qui est bien ou pas. Des gens qui ne savent rien de sa vie et qui ne voient en elle qu'un fauteur de trouble.
Normal, dans ces conditions, que la demoiselle refuse de voir autre chose en eux que des amateurs d'abus de pouvoir en uniforme. Et qu'elle soit à ce point touchée par les paroles de Sir Braveterre.

Pour la première fois, au lieu de chercher à remettre Flèche à sa place en lui montrant combien on en imposait, on lui montrait que les gardes n'étaient pas si différents d'elle. Juste ce qu'elle n'avait de cesse de répéter! Un bon début mais certainement pas suffisant à ses yeux. Encore fallait-il qu'elle juge les punitions imposées par le roi à la hauteur de ses attentes.

A défaut d'être rassurée, au moins, l'assurance que Gracien ne s'en tirerait pas à si bon compte lui mit un peu de baume au cœur. Juste assez pour beugler un "eh! Vous allez pas me laisser là?" sonnant étrangement alors qu'elle s'en était retournée au fond de son cachot.

"- Et la justice du roi, alors?"

Sa question trouva très rapidement une réponse alors que son gardien arrivait. Avec un soupire de soulagement, elle le regarda approcher, clefs à la main, et faire jouer la clef de sa cellule. Bien sur, elle eut le droit aux ronchonnements et autres sermons habituels. une seule nouveauté cette fois-ci: elle était désormais suffisamment grande pour être considérée comme responsable de ses actes. La prochaine fois, elle ne s'en sortirait pas aussi bien, on pouvait le croire!

Grrr... Sans demander son reste, Flèche fila rejoindre ses compagnons d'infortune pour leur conter les abus qu'elle avait subit, une énième fois. Sans oublier cette bonne blague qu'on lui avait raconter; entrer dans la garde de Castelcerf? Hah! Elle s'en faisait encore craquer les zygomatiques rien que d'y penser.

The end!
Revenir en haut Aller en bas
http://laterredesanciens.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Entre 4 murs [Début 09 - petit matin]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» bonjour [pv Petit Matin]
» Première sortie de patit matin ( Flocon de cendre moi et Petit matin )
» La lueur éclatante du saphir au petit matin est telle que le ciel et l'océan se confondent dans des teintes de bleus d'une pureté exquise .
» Une Balade Interdite (PV Petit Matin)
» Il n'est jamais trop tard pour vivre ses rêves [ Étoile Brillante ].

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
La Terre des Anciens :: 
 :: Bourg de Castelcerf :: Commerces et habitations
-